Riga :Musée de Plein Air

Un Musée de Plein Air est une collection de maisons authentiques démontées et remontées afin de reconstituer la vie traditionnelle rurale disparue. Nous avons visité de tels musées en Hongrie, à Szombathely, en Roumanie à Sibiu et Bucarest, à Hanoi et au Canada. C’est toujours une promenade très agréable, promenade dans le temps, découverte d’un pays.

La grande avenue Birlibas commence au Monument de la Liberté et coupe tout droit dans la ville. De beaux immeubles Art Nouveau la bordent,  dans les quartiers périphériques c’est plus ou moins bien réussi. Au-delà des barres soviétiques aux balcons rouillés deux grands centres commerciaux sont sortis de terre récemment. A la sortie de la ville, on longe un lac : c’est tout de suite à droite.

Le premier groupe de maisons provient d’un village de Courlande. La maison d’habitation est vaste. On a disposé partout à l’intérieur  des feuillages qui sèchent en bouquets sur la table,le tilleul. De l’autre côté de la cour, dans la remise un artisan du bois fabrique des jouets au tour : toupies, hélices volantes qui reviennent comme des boomerangs. Des traîneaux et charrettes sont rangés.

Sauna

A l’écart, la petite hutte-sauna est composée de trois pièces:une petite entrée,  la cabine de déshabillage et la pièce principale. Un gros tas de pierres chauffé dans le feu, occupe tout un coin. Au milieu, se trouve un baquet dans lequel on plonge les pierres. En face, des estrades pour transpirer avec les branchettes de bouleau.

A l’arrière du groupe des maisons se tient un beau moulin carré avec des ailes mais pas de voilure.

Poêle et bouquets qui sèchent, travail du lin

De là, le sentier descend très raide vers le lac Jugla qui remplace la mer Baltique. Au bord du lac sont installés les villages de pêcheurs  avec les petites huttes, fumoirs à poisson. Un autre village des pêcheurs est composé de petites cabanes pour les filets, de petites maisons mais aussi d’une très belle maison du capitaine (n°21) qui vient de Lusikis, district de Liepaja. On y entre par une entrée ouverte sous un toit à deux pans, les rambardes sont en bois ouvragé, un banc permet de s’y asseoir. La porte est peinte de jaune, noir, bleu et rouge. La maison est construite en trois partie : au centre la cuisine principale et la chambre de la grand-mère de chaque côté les appartements du capitaine et du jeune couple. Chaque appartement est chauffé par un poêle accolé à la cuisine. L’homme qui fait visiter la maison nous montre un outil de bois avec des dents pour casser les fibres du lin. Devant la maison est planté  un beau massif fleuri et une rangée de lilas, de côté  un verger de trois pommiers avec des ruches. Un peu plus loin, se trouve la grange à grain.

Sur une butte, comme une demi barque coupée, plantée debout, une fumerie très simple, le foyer à terre, les poissons sont suspendus sur une tringle par des crochets. On raconte ici l’histoire des Lives, peuple finno-ougrien dont il ne reste plus que 180 locuteurs. Les Lives vénéraient le Terre et l’Eau. Les fermiers Lives semaient avoine, seigle pois et haricots. Ils cueillaient les noisettes et les champignons et vivaient de la pêche.

les anciens magasins du port de Lipaja

Notre excursion en Courlande se termine par la très belle maison à colombage avec un beau toit de bardeaux, entrepôt de 1640 à Liepaja.

Nous entrons dans la province de Vidzeme. Les maisons sont en rondins mal équarris. Deux objets m’amusent : le puits à balancier (identique à ceux que nous avons découverts en Hongrie dans la puszta et les échelles d’un rondin creusé identiques à celles des Tata Sombas du Bénin. Parentés des formes, par de là la géographie, pour un emploi similaire.

On visite ensuite Latgale, la province Est de la Lettonie : une église en bois précédée d’un curieux clocheton deux poteaux soutiennent un auvent à quatre pans. La chapelle est celle d’Eleornoraville 1815 : à l’intérieur le plafond est bleu étoilé. Un lustre baroque de salon à pendeloque est un peu étrange dans cette église de bois rustique.

Ecorce de bouleau

L’artisanat de la Lettonie est présent : objets en écorce de bouleau tissée pour des ceintures, enroulée pour faire des boites avec des couvercles, tressé pour des chaussons. Le parfum des Rosa Canina est entêtant. Il y a aussi une petite église orthodoxe provenant de Rogoska. Nous continuons la promenade dans l’odeur du seringat. Les groseilles sont mûres.

Zemgale, le Sud de la Lettonie, est plus développé : les maisons sont en planches sciées et le machinisme agricole a été introduit plus tôt que dans le reste du pays.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

3 réflexions sur « Riga :Musée de Plein Air »

  1. Très jolies photos, à propos de Lettonie & de la Courlande, avz-vous lu le récent livre de Jean-Paul KAUFFMANN  » Courlande « ? Une histoire complexe, qui implique le France depuis longtemps ( surtout Louis XVIII ),qui rappelle La Hanse, le rôle des Prussiens, des Russes. Passionnant . En poche, publié en juin 2010. Bien à vous !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s