J14 – Fuerteventura – Playitas et randonnée avec les chèvres

CANARIES 2015 

Playitas
Playitas

Playitas

Pour notre dernier jour canarien, nous avons envie de plage et rejoignons Gran Tarajal, annoncé par une zone industrielle, un port et des urbanizations, nous le dépassons pour continuer vers Playitas. La présence du golf, m’irrite encore (dans cette île sans eau). Nous aurions eu bien tort de nous laisser dissuader. Hôtels et appartements se font discrets, bungalows sous une palmeraie en bord de mer, immeubles adossés à la colline.

Dépassant les installations balnéaires, nous découvrons un charmant village : maisons blanches soulignées de bleu, volets verts. Une maison toute bleue, et une autre, jaune, font contraste avec les murs blancs éblouissants. La petite croisette le long de l’eau est dallée, plantée de quelques palmiers, d’un tamaris et de succulentes en pot. Les bancs sont généreusement disposés pour les promeneurs. On y prend l’apéro : aloès canarien. Je pars explorer la plage de sable noir pour marcher une dernière fois dans l’écume. Personne sur les lits de plage. Deux couples se baignent. Misère ! Il y a une sono d’enfer ! En Grèce sévit aussi cette manie de sonoriser les plages.

Comme nous sommes très bien sur notre banc au soleil, nous décidons de prolonger la pause par le piquenique (salade d’artichauts en boîte, œuf dur et thon). Café à la terrasse du restaurant bleu La Rampa il y en a second peint en vert, plus à l’ombre mais complet. Au bout de la promenade, se trouve un port minuscule, 3 barques sont hissées dans la rue. Un pêcheur à la ligne lance son hameçon. Une statue de pierre représente un pêcheur et son fils assis.

Faro de la Entallada

Faro de la Entallada
Faro de la Entallada

Un écriteau prévient que la route qui y conduit est étroite. Le ruban de goudron est perché sans accotement, sur le vide de chaque côté. Le phare coiffe un petit sommet. Flanquée de deux ailes basses, la tour carrée fait penser à un château fort. Il se voit de très loin, l’arrivée est impressionnante. Le vent est si fort que je n’ose pas rejoindre le petit mirador accessible par une passerelle de bois, j’ai l’impression de m’envoler.

Tiscamanita.

Le Moulin de Tefia
Le Moulin de Tefia

Pour rester sur l’excellente impression de Playitas, nous préférons finir la journée dans l’intérieur et voir le Centre d’Interprétation des Moulins de Tiscamanita. Un seul moulin. En cherchant à nous garer, je croise le sentir de randonnée 7.5km pour La Vega de las Palmas, 4 km pour Morro, la petite montagne, une rando de montagne dont j’aurais rêvé si nous disposions d’une journée entière ! Je pars avec ma montre 30 minutes dans un sens, 30 dans l’autre. Le sentier est très bien entretenu, balises verte et blanches sur la route et la piste, rangée de cailloux de chaque côté du sentier rouge de terre douce à mes pieds. Au bas de la montagne, un petit abri avec deux tables à pique-nique attend les randonneurs. Ensuite le sentier grimpe tout droit selon la plus grande pente je n’arriverai pas au sommet au bout des 30mn et redescendrai sans voir la vallée de Vega de Los Palmas.

promenade avec des chèvres
promenade avec des chèvres

 

Je croise le troupeau de chèvre qui rentre seul.  Enfin, pas tout à fait, deux grands rapaces au ventre blanc, planent au dessus d’eux. Le berger n’est pas loin non plus. Il se déplace dans un camion bleu et émet toutes sortes de sifflements et cris pour guider les chèvres qui ont l’air de comprendre et apparemment obéissent.  Le chien suit le véhicule en courant derrière, stoppe quand il s’arrête, ne lâche pas le berger d’un pas. Les bêtes se débrouillent sans lui. Les chiens de Fuerteventura se ressemblent tous. Il en existe 2 sortes : les noirs et fauves trapus ressemblant un peu aux Labradors, les jaunes à hautes pattes fines et museau pointu. Dans les cours, ils sont toujours enchaînés. En guise de niche on leur fournit les bobines de bois géantes des câbles électriques. Au grand soleil, ils trouvent de l’ombre en dessous, en cette saison fraîche, ils préfèrent se jucher sur le plancher en haut.

Eolienne
Eolienne

La vallée centrale où se trouve Antigua ,Agua de Bruyes et Tiscamanita est cultivée. Des éoliennes à pales métalliques pompent l’eau, les levées de terre gardent l’humidité. Ca et là on voit les champs ou des serres de tomates.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

3 réflexions sur « J14 – Fuerteventura – Playitas et randonnée avec les chèvres »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s