Arrivée à Bari

MEZZOGIORNO

Giovanizza

Vol Air France direct : Charles de Gaulle – Bari  , 2h30,  très agréable.

Notre Polo VW de location (Sixt) est neuve (740km) équipée d’un GPS – Navigatore – dont je ne connais pas le mode d’emploi. Je me laisse guider par le téléphone jusqu’à Oasi di Pace dans la Résidence Scoglio di Euridice fermé par un cancello impressionnant. Au téléphone, un homme, pas du tout au courant de la réservation, nous l’ouvre. Dans la rue, barrée par un portail vers la mer, aucune indication de la chambre d’hôtes. Des maisons de vacances entourées d’agréables jardins. Un court de tennis côté rue, une piscine côté mer. Aucun Oasi di Pace en vue !

La dame arrive et ouvre la porte et nous intime l’ordre de verrouiller la voiture. Nous sommes bien dans le Sud de l’Italie, on y craint les voleurs ! Y en a-t-il tant ? Dans une résidence barricadée ? « Les Roms peuvent escalader » répond-elle. Tout est bouclé à clé, le petit portail du jardin, la maison. Le trousseau de clé est impressionnant.

Elle me montre les fusibles et le disjoncteur dans la rue : « Cela peut sauter » (en effet cela sautera).

Pas de cuisine, ni de réfrigérateur, en guise de bouilloire, une cafetière électrique monumentale avec des piles de gobelets de très petite taille pour le café, à peine plus grands pour le thé, pas de cuillers, des touillettes plastiques, pas d’assiettes ni de couverts. Une abondance de serviettes de toilettes ! la Télévision ne capte que les chaînes italiennes. L’intérieur est bien décoré, on aurait préféré un frigo !

Un très joli patio : des croisillons en bois foncé et un auvent de toile épaisse abritent une table et des bancs dans une végétation luxuriante. Une haie de jasmin embaume. Autour du patio des géraniums rouge se détachent sur le vert foncé des ficus, yuccas, myrte, orangers du Brésil. Dans des jardinières on a fait des compositions de cactées et succulentes. Il y a de l’eau à la fontaine. Des jarres sont négligemment oubliées….

Le cadre serait très agréable si on pouvait faire à manger, ou au moins garder de l’eau au frais. Restaurants et cafés ont à des kilomètres. La résidence est située entre Giovanizzo et San Spirito.

 

Giovanizzo est une petite ville pittoresque (22 000 habitants). Le centre historique se tasse dans ses murs autour d’une grande Cathédrale et du Palazzo Ducale au-dessus d’un très joli port. Au coucher du soleil, je me promène au bord de l’eau le long des murs de la ville. Rapide coup d’œil  à la cathédrale (il y a du monde à la messe). Dans le port des rameurs – en majorité des rameuses – en T-shirts verts s’entrainent pour la Fête de la Mer, samedi prochain – nous serons parties.

Nous trouvons notre dîner au supermarché Eurospar. Les plats préparés en barquettes comme en France, et les salades toutes prêtes n’ont pas cours ici. Chacun cuisine chez soi, pâtes et produits frais ou va au restaurant. Je trouve cela sympathique : pas de suremballage, des dispositifs pour acheter en vrac les produits secs. A

ujourd’hui cela n’arrange pas nos affaires, on doit acheter des vrais verres (pas question de boire ans les affreux gobelets minuscules), des assiettes en carton et même des couverts qu’on emportera pour les pique-niques à venir. Nous dînons sur la table du jardin d’une tomate, d’un yaourt grec et de nèfles.

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

3 réflexions sur « Arrivée à Bari »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s