Les aventures Miraculeuses de Pomponius Flatus -Eduardo Mendoza traduit par F Maspéro

POLAR BURLESQUE ET ANTIQUE

Après une série de lectures épidémiques dans la Contagion du Covid, des livres tragiques, voici une bouffonnerie pour sourire maintenant que l’horizon s’élargit. 

De Mendoza j’ai beaucoup aimé La Ville des Prodiges qui est un livre passionnant  racontant Barcelone,et  beaucoup ri avec La Grande Embrouille et le Mystère de la Crypte ensorcelée deux polars brindezingues, moins aimé le labyrinthe aux olives de la même veine que les deux précédents. 

Les Aventures Miraculeuses de Pomponius Flatus pourraient être qualifiés de polar biblique. L’action se déroule aux temps de l’enfance de Jésus, à Nazareth. Le détective, Pomponius Flatus,est un philosophe romain affligé de désordres intestinaux (flatus comme flatulences) à la recherche d’eaux thermales curatives dans les provinces asiatiques de l’Empire romain. 

A peine débarqué d’une caravane nabatéenne, il rencontre une légion romaine qui doit rétablir l’ordre en Palestine et qui l’accompagne jusqu’à Nazareth. Pomponius est contacté par l’Enfant Jésus : on va crucifier Joseph, accusé de meurtre. C’est Joseph, le charpentier, qui doit fabriquer sa croix. Pour sauver Joseph, il faut chercher le coupable.

A propos de Joseph : 

« …une rumeur persistante selon laquelle Joseph, veuf d’un certain âge, a contracté des fiançailles avec une très jeune
personne nommée Marie, laquelle, presque aussitôt, présenta des signes non équivoques de grossesse….. »

« Dieu a dit : « Tu ne tueras point », et j’ai été fidèle à la volonté de Dieu. Je suis d’un naturel peu porté à la
violence. Une fois, j’ai douté de l’honnêteté de mon épouse et j’ai été sur le point de lui donner une raclée. »

L’humour de Mendoza est ravageur. J’ai ri aux éclats aux détournements des Ecritures et souri aux allusions (parfois bien appuyées) mythologie greco-romaine, histoire romaine, et surtout références à l’histoire sainte et même aux fables de la Fontaine. Une lecture jouissive.

Kupka : crucifixion

Quelques « perles » pour vous donner envie d’en lire plus :

A propos de la « victime » qui s’est fait passer pour assassiné :

« Voilà bien, en vérité, une idée originale, admis-je. Être enterré trois jours et ressusciter au bout du troisième. Qui
pourrait croire une chose pareille ? « 

A propos de Jésus que Pomponius prétend vouloir adopter pour le protéger en en faisant un citoyen romain :

« Je ne veux pas être citoyen romain, dit Jésus. De plus, j’ai déjà un père. Et un autre, putatif. Je n’ai pas besoin
d’un troisième. Et enfin, dire des mensonges, c’est offenser Dieu. »

Je pourrais multiplier les exemples de références bibliques ; Mendoza s’inspire aussi de la culture gréco- latine

A propos de Cave canem , écriteau reproduit en grec, hébreu :

Ce doit être un chien très dangereux, pour mériter un avertissement aussi pléonastique,

pas très fin mais cela m’a fait rire :

Et comme il n’y avait rien d’autre de disponible, j’ai opté pour me masturber en lisant La Guerre des Gaules.

le bruit court que le désordre règne à Nazareth, le prix du terrain dégringolera, et cela, par Hercule, nous ne
pouvons le permettre. 

son nom complet était Judas Ben-Hur, qu’il n’avait rien à voir avec les mouvements séparatistes et que son unique
passion était les courses de chars.

Je me suis bien amusée, à vous de le lire!

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « Les aventures Miraculeuses de Pomponius Flatus -Eduardo Mendoza traduit par F Maspéro »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s