Unité 8200 – Dov Alfon

POLAR ISRAELO/PARISIEN

En ce moment je lis beaucoup. J’alterne gros pavés et polars exotiques plus vite lus. Un polar israélien? J’embarque et télécharge sans méfiance puis qu’il est recommandé par Matatoune    

J’aurais dû être plus attentive : le titre original est A long Night in Paris et le livre est traduit de l’anglais. Je risque de ne pas être dépaysée et de ne pas me promener beaucoup en Israël!

Espionnage, jeux de  pouvoirs entre les différents services des Renseignements israéliens, entre Mossad et Shabak, dans les bureaux et les salles de conférences de Tsahal à la Kyria. Guerres d’égo, cirage de pompes, coups tordus. Un Israélien est enlevé à Roissy ;  est-ce un fait divers ou une affaire d’Etat?  Une série de cadavres retrouvés cette nuit-là fait craindre le pire.

L’auteur ne nous épargne aucune note de service avec les destinataires, de niveau de secret, les codes et les procédures pour garantir la confidentialité. Cela pourrait être original, c’est plutôt ennuyeux. Quelle bureaucratie!

Dov Alfon se complait dans la technologie des téléphones mobiles, des smartphones capables de géolocaliser les correspondants (c’est finalement banal) de crypter les conversations (on s’en douterait).  et même de localiser les armes et les attaquants derrière une porte….miraculeux! Fascination pour les antennes???? Même attention complaisante pour les armes. Je m’ennuie.

Seule figure un peu folklorique : madame Abadi, la mère du colonel israélien. Mère tunisienne typique, elle va cuisiner couscous-boulettes, et makhrouds (emballés dans du papier alu). Madame Abadi habite Créteil. Alors là, la lectrice cristolienne se vexe. Créteil est décrite comme une banlieue affreuse avec un maire communiste  et des constructions staliniennes. Et non! l’urbanisme a été dessiné du temps du Général Billotte, gaulliste bon teint, et depuis, le Maire Socialiste a entretenu une ville verdoyante. L’auteur résident à Paris aurait pu prendre le métro avant d’imaginer des choux-fleurs, à la place  des épis de maïs!18

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

12 réflexions sur « Unité 8200 – Dov Alfon »

  1. Désolée que l’ennui et le quotidien mal écrit aient rattrapé cette lecture ! Je n’y ai pas lu les mêmes choses … Heureusement, ( et c’est justement en quoi est fait le plaisir de lire) car chaque lecteur réinvente l’écriture d’un ou d’une autre à chaque fois ! Sans rancune …😉

    J'aime

  2. Bon, on peut dire mauvaise pioche pour toi. Et les clichés sur la ville de Creteil en plus ! Je ne crois pas que je serais passionnée non plus parce genre de livre.

    J'aime

  3. J’aurais pu être tentée par ce roman, pour l’exotisme également… merci donc de ta lecture qui m’évite des déconvenues ! Sinon, j’ai beaucoup aimé les polars de Dror Mishani qui se passent… à Tel-Aviv (avec de rares incursions à l’étranger, dans le deuxième, je crois)

    J'aime

  4. Bonjour Miriam, j’ai lu ce polar il y a quelques semaines et j’avoue que je n’ai pas compris grand-chose et pourtant le début est prometteur avec cette disparition à Roissy. Et c’est vrai que c’est un peu ennuyeux. Bon dimanche.

    Aimé par 1 personne

    1. @claudialucia : rien à ajouter à ce polar techno. En revanche pour Créteil va voir mes voyages minuscules de confinement de printemps sur mon blog. C’est un environnemnt plaisant pour une banlieue mais y rester confiner lâsse.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s