Höllökö – Gödölö – Eger

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

L’orage

Dans la nuit, un fort orage a éclaté. La température est passée de 32° à 19°. Nous avons juste le temps de charger la voiture quand la pluie se remet à tomber. Nous avions pourtant étudié l’itinéraire sur le plan. Impossible de monter sur le Pont Marguerite et de suivre le trajet du tram comme prévu, c’est justement le tram qui empêche de tourner à gauche !
Tout se passe bien sur les Petits Boulevards. Vers la périphérie, une déviation nous égare. On se dirige au jugé vers l’est. On ne guide avec le numéro de l’arrondissement sur les plaques des rues et on aboutit à un petit village sous le tonnerre et les éclairs. Un monsieur très aimable sortant d’un magasin de légumes nous conduit jusqu’à Gödöllö sous un déluge incroyable.
Les bas côtés sont transformés en rivières, les camions fendent l’eau boueuse en projetant un jet marron à deux mètres de haut de chaque côté. Au carrefour une minuscule Trabant s’immobilise. Pourra t elle traverser le flot ?

Gödöllö

Nous trouvons facilement le château de Gödöllö, quoi de mieux qu’une bonne visite de château sous une pluie battante ? Encore faudrait-il trouver une place de parking, transformé en mare. Nous renonçons à regret.

Hollókö

Hollókö est bien signalé, trop bien, allons nous trouver une invasion de cars ?
Le paysage devient ondulé, au loin on devine les montagnes, le nuage est accroché aux sommets. Par beau temps, on aurait vu un beau panorama.

Hollókö a des quartiers modernes charmants et très fleuris avec des treilles de vignes, des groseilliers croulant sous les grappes rouges. On visite le quartier ancien : deux rues pavées bordées de maisons blanches chaulées avec des bardeaux noirs et des barrières noires. Tout est bien décoré, plus de la moitié des maisons sont occupées par des restaurants des boutiques ou des petits musées, le reste aménagé en gîtes ruraux . Des femmes en costume folkloriques descendent la rue, jupe très courte froncée à rayures oranges, blanc, rouge, un petit gilet près du corps tricoté blanc et une coiffe très colorée.
C’est très joli mais un peu artificiel.

les femmes de Holloko

Au Musée de la Poste il n’y a pas grand chose dans les vitrines. Un panneau explicatif raconte que la Poste Hongroise était déjà centralisée dès le XIèm siècle avec le relais de poste. Les magyars sont arrivés en 896, ils se sont organisés vite ! A l’auberge, des Japonais sont attablés. Spectacle de femmes costumées chantent.

Hêtraies

La Hêtraie sous la pluie

La pluie se remet à tomber sérieusement. La route traverse le massif de Matra, de belles hêtraies. La pluie tombe à verse on voit à peine le bord de la route, essuie glace à la vitesse maximum. Dommage, nous traversons des villages sans les voir.

Arrivée à Eger

Eger

Vers 16h, nous sommes à Eger; l’agence de tourisme propose un studio à 7000 forints. je marchande et on me le laisse pour 6000. Trouver l’adresse est un véritable cauchemar, nous passons et repassons dans les mêmes rues. Je demande aux passants. Ils parlent d’une fabrique de cigarettes, de la grande route, mais nous envoient dans des directions opposées. On mettra plus d’une heure à  trouver alors qu’il se trouve à trois minutes à pied du centre.

Dans un ensemble neuf, de plain pied,  un studio avec un grand lit, une kitchenette, de la vaisselle, la télévision par satellite (TV5) mais aussi une très belle terrasse fleurie avec une table de jardin. Nous aurions été très bien si nos voisins slovaques avaient été plus discrets, ils sont sans gêne, empruntent nos sièges sans rien nous demander et se retrouvent nombreux à bavarder tard sur la terrasse.

Ferronneries et église baroque

Ferronnerie

Au réveil, le temps est gris et peu engageant pour une promenade en montagne, nous décidons de visiter la ville. La rue principale possède de belles façades XVIIIème siècle, avec de très belles ferronneries aux grilles des fenêtres  des portes même des gonds énormes. L’église des franciscains est baroque (encore) mais des gens prient, on se sent un peu de trop.

Panorama
Nous montons à la citadelle, sur le tour de remparts la vue est belle sur les toits, les clochers à bulbe, le dôme de la Basilique, le fin minaret, plus loin la campagne s’étend dans les collines avec des vignes, au loin les montagnes boisées.

Exposition Art Nouveau

Baroque encore!

Le Palais épiscopal, avec ses fines ogives, est transformé en musée. Il est trop bien crépi d’orange. Nous visitons une exposition Art Nouveau, au mur des gravures avec des motifs floraux et marins ayant inspiré les artistes. Je suis fascinée par ces gravures, le dessin stylisé ou au contraire luxuriant des feuilles ou es fleurs d’iris, de pavots, de nymphéas… j’aimerais pouvoir les copier et les utiliser. Nous voyons des belles céramiques et des porcelaines moins spectaculaires que Tiffany, mais je suis contente de les retrouver. Décidément ces vacances seront sous le signe Sécession

Un petit musée de peinture

Pour visiter la collection de peintures, il faut chausser des patins »papusc » en feutre avec des lacets coulissants. Cette collection est éclectique du XVème au XIXème, pas toujours de premier choix. Nous reconnaissons quand même des portraits hollandais, un Canaletto, nous passons rapidement devant les peintures religieuses XVIIème et XVIIIème que je déteste et nous arrêtons  devant les paysages romantiques. Ce petit musée récapitule toute l’histoire de la peinture européenne, c’est assez agréable et pas indigeste comme à Budapest.

C’est assez étrange, depuis le début des vacances nous avons visité de nombreux musées de peinture exposant aussi bien des artistes locaux que de la peinture italienne ou espagnole ou flamande. La Hongrie se trouve vraiment au cœur de l’Europe. Si les paysage ne sont pas exceptionnels nous faisons des révisons en histoire de l’art aussi bien en architecture en musique et en peinture. Peu de choses spécifiquement hongroises, mais c’est très stimulant.

On visite aussi les ruines d’une basilique dont il ne reste que les fondations, dessous il y a un réseau de souterrain mais fermé aux visiteurs individuels, il faut rejoindre un groupe.

Minaret

Eger minaret

Devant le minaret, je trouve les sandales de mes rêves en soldes. Le minaret est fin, élancé, un peu isolé tout de même.

Le Lycée d’Eger

Bibliothèque du lycée d’Eger

Le « lycée » d’Eger est en fait une université, mais l’empereur d’Autriche n’avait pas autorisé d’université à Eger. C’est un bâtiment énorme construit autour d’une cour carrée. Nous visitons la bibliothèque ou des milliers de livres précieux sont rangés dans de belles boiseries en chêne.

Lycée d’Eger : fresque Concile de Trente

La fresque au plafond est tout à fait remarquable, en trompe-l’œil elle représente le Concile de Trente, aux quatre coin : l’ordination des prêtres, l’adoration de la Vierge, l’extrême- onction et … la censure des livres, étonnant dans une bibliothèque  selon leur format pour entrer dans les étagères cintrées : les gros volumes au milieu et de part et d’autre par ordre décroissant. Dans une vitrine, une lettre de Mozart à sa sœur à la suite du décès de leur père.

Fresque Concile de Trente : censure des livres, étrange dans une bibliothèque universitaire!

 

Pour accéder à l’Observatoire, il faut gravir neuf étages, d’abord par un large escalier puis par un petit, en colimaçon, autour d’un pendule de Foucault (coincé par des travaux de plomberie). Heureusement, des gravures accrochées dans l’escalier pendant la montée nous permettent de reprendre le souffle. Au 6ème étage, une jolie collection de télescopes et d’autres instruments d’optique datant de 1770, au sol le méridien est tracé sur du marbre de Carrare, entre 11h25 et 11h55, le soleil fait une tache de lumière sur son emplacement.
Au 9ème étage : la Camera Obscura : en son centre une table ronde blanche fait un écran, au dessus un système de manettes de cuivre actionne les lentilles d’un périscope. Le résultat est surprenant, l’image de la ville se forme sur la table avec des couleurs vives et une netteté incroyable, le miroir tourne et on peut surveiller tous les alentours : la basilique et les badauds assis sur ses marches, la circulation automobile, l’église des franciscains … ce qui est extraordinaire, c’est la précision de l’image et sa luminosité, l’optique doit être d’une qualité exceptionnelle. Il nous vient l’idée que c’est un moyen d’espionner la ville, pas du tout, ceci a été construit à des fins récréatives, époque où la physique était une distraction !

Chapelle de Belapatffalva

Après déjeuner nous partons explorer la campagne et arrivons à la chapelle cistercienne de Belapatffalva, dans une clairière au pied d’une falaise calcaire taillée en gradins par l’exploitation d’une monstrueuse carrière. Il ne reste de la chapelle qu’un joli porche roman très simple des chapiteaux avec des motifs de feuille, seul élément décoratif sur la façade, une alternance de rangées de pierre rose et de blanches qui m’évoque d’autres églises romanes du Midi, Marcevol.  Un vieil invalide ouvre la porte, sobriété de l’intérieur, seulement une chaire baroque plutôt simple. On sent l’équilibre et la simplicité caractéristique des abbayes cisterciennes. Cette austérité est d’autant plus remarquable que nous avons vu tant d’églises baroques surchargées ou pire, néoclassiques pompeuses/Ici on ressent la spiritualité détachée des contingences terrestres.

Notre itinéraire (guide vert p140) nous conduit à Szilvavrad, petite station de moyenne montagne, partout des chambres à louer, des voitures d’estivants, le guide n’est pas très explicite, nous passons un péage, devant des baraques en bois, des guinguettes, des marchands de dentelle, nous faisons demi-tour. C’est un peu dommage, nous avons raté une belle cascade, c’était le départ de randonnées à pied. Mais l’affluence des touristes nous a rebutées.

Lipizzans12

A la sortie du village, dans un enclos, paissent les fameux lippizzans, les chevaux du Manège de Vienne. Nous nous arrêtons, espérant une séance de dressage, un homme se tient debout avec un fouet, mais les chevaux broutent tranquillement le foin apporté en complément de la prairie déjà bien fournie.

Hêtraie

Nous poursuivons le circuit dans les montagnes de Bükk à travers une forêt plantée uniquement de hêtres. Les troncs sont droits, serrés tous de même calibre et de même hauteur. La lumière joue avec les ombres sur l’écorce lisse et grise, c’est magique. Au sol, il ne pousse rien, on se dirait dans un parc sur u ne cinquantaine de kilomètre.

Lilifüred

Lilifüred est un vallon occupé par un petit lac avec un château-hôtel construit après 1920 ; les guides en font grand cas, mais c’est plutôt décevant. Autour de l’hôtel de prestige, de nombreuses pensions sont construites .Le retour s’effectue sur le versant sud plus escarpé avec de gros rochers, des cavernes et des vues dégagées. Par hasard, nous découvrons des fours à chaux : sorte de dômes érigés sur des excavations cylindriques, des tôles retenues par des câbles entourent le foyer.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « Höllökö – Gödölö – Eger »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s