De Bastia à Porto Vecchio – la Résidence Castell’Verde et la plage de Santa Giulia

CARNET CORSE 2021 de BASTIA à BONIFACIO

la plage de Santa Giulia

Facile de traverser Bastia en voiture : la T11 longe le port, s’enfonce dans un tunnel sous la citadelle pour occuper ensuite le front de mer, pas un feu rouge ! Nettement moins agréable pour les promeneurs et les cyclistes :  bruit infernal et gaz d’échappement. La topographie a sans doute dicté ce choix : comment imaginer une rocade sur les pentes raides et urbanisées ? Jusqu’à l’aéroport de Poretta et même 5 km après jusqu’à Vascovato, on roule sur une quasi-autoroute. la T11 devient T10, toujours bien roulante.

Premier arrêt-baignade à Prunete sur une plage de sable rectiligne aménagée avec un chemin de planches,  une douche et un restaurant modeste. Peu d’affluence, je me baigne seule dans une eau agitée par une risée qui contrarie ma nage à contre-courant ; je fais du surplace. Belle manière de me rafraîchir par une journée qui s’annonce chaude.

La T10 est parallèle à la côte mais assez loin pour que la mer soit invisible. Elle franchit un grand nombre de cours d’eau. Entre la route et la mer, des étangs. L’étang de Diane est renommé pour ses moules. Nous traversons Aléria sans nous arrêter, nous promettons d’y consacrer une bonne demi-journée pour le site archéologique et le Musée antique au retour.

REstaurant d’Urbino

La réserve de faune et de flore de Casabianca repérée sur la carte n’est pas accessible, la route  est celle du pénitencier agricole, fermée au public. Non répertoriée sur la carte routière, une autre route conduit au Restaurant d’Urbino sur le Lac d’Urbino. Elle traverse des champs déjà récoltés où de grosses roues de foin (ou de paille) sont disséminées dans les chaumes parcourus par des troupeaux de chèvres et de brebis. Des touristes mangent des sandwiches près de leur voiture. Les chiens ont délaissé le troupeau pour réclamer leur part du festin. L’histoire ne dit pas si les touristes se sont laissé attendrir ou intimider. Une langue de terre s’avance dans le lac. Le Restaurant d’Urbino est construit sur pilotis, un peu plus loin une maison de bois est entourée de pieux, c’est un centre d’interprétation qui expose des panneaux sur la faune et la flore du lac. Sur terre, des tables de pique-nique et un très joli magasin qui vend sacs, chemises, chapeaux et souvenirs artisanaux de très belle facture.

Bel endroit pour prendre un verre au-dessus de l’eau. Au loin les chaînes de montagnes ont gardé de la neige qui fait rêver tandis qu’il fait 30°C au niveau de la mer. Le Restaurant d’Urbino est un restaurant de poisson. Nous nous promettons d’y revenir quand nous serons dans les parages. Café pour une pause très paisible.

Déjeuner sous un  pin après Solenzara.

A l’approche de Porto Vecchio, la route s’élargit, les glissières sont peintes en bleu ; le relief s’accentue et les prix du carburant atteignent des sommets. La côte devient plus pittoresque.

 

Arrêt baignade dans l’anse de Fautea, très étroite  gardée par une Tour Génoise. Parking devant un restaurant chic, quelques tamaris en bord de la plage de sable blanc. Je ne me suis pas méfiée, dès qu’on entre dans l’eau les galets remplacent le sable. J’ai oublié les chaussons ; il faut me jeter à l’eau et nager. C’est une baignade délicieuse. J’aime les anses étroites que je peux parcourir d’un bord à l’autre. C’est plus joli que les bouées jaunes.

Le GPS  nous fait contourner Porto Vecchio sur une rocade, nous ne verrons de la ville que des zones commerciales.

Castell’verde

Arrivée à la Résidence Castell’ Verde. L’hôtesse est charmante. Elle nous a surclassées pour éviter des marches supplémentaires à Dominique. Pas de gaspillage de papier : il faut scanner le QR code, tant pis pour qui n’a pas de smartphone ! Résidence 3*, à flanc d’une colline arborée plantée de pins parasols, de mimosas, eucalyptus et divers arbustes. Les bâtiments sont en bois foncé, 1 étage et des balcons assez vastes pour contenir une grande table assez vaste pour y déjeuner à 6 et un étendoir pour les serviettes et le linge. Le balcon est ombragé par un toit de planches à claire-voie.

Castell’verde notre balcon

A l’intérieur, on se croirait dans un bateau : lits superposés en acajou verni étroits comme ceux d’un ferry, avec des poignées de cuivre. En face la salle d’eau est aussi exiguë que celle du ferry avec des robinets de cuivre à l’ancienne et des marches hautes (comme dans un bateau mais cela se justifie dans le bateau et pas dans la chambre, c’est juste pénible pour Dominique).

Come dans un bateau…

La pièce à vivre est haute de plafond, elle est parquetée. Le canapé en skaï bleu et la petite table ronde rappellent aussi le style bateau. La cuisine est cachée derrière un bar. Comme à Bastia, il semble qu’on s’attende à ce que les touristes mangent au restaurant. La cuisine n’est là que pour la forme. On accède par une sorte d’échelle de meunier à la mezzanine où il y a deux chambres dont une très vaste avec armoire et lit king-size.

 

Au même niveau se trouve une belle piscine. Quelle idée d’aller à la piscine quand on surplombe la plus belle plage de Corse ! La plage de Santa Giulia est accessible en moins de 10 minutes à pieds par un sentier agréable mais aussi en voiture, pour les clients de Castell’Verde, la parking est gratuit.

Parking bondé, plage bondée également à 17 heures. On se croirait en haute saison. Je fuis, affolée.

Vers 18h45, je redescendrai pour découvrir Santa Giulia dans le calme et la splendeur. L’anse est circulaire, presque un cercle fermé, bordé de pins parasols. Des blocs granitiques pittoresques émergent de la verdure. Le sable est blanc, l’eau turquoise. Ce serait parfait sans une jetée en bois qui permet aux bateaux à moteur de charger des passagers pour des balades en mer vers Bonifacio et les îles. Les restaurants de plage sont très chics et très chers, on loue un lit de plage au prix de 70€ la journée : plus cher qu’une chambre d’hôtel !

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « De Bastia à Porto Vecchio – la Résidence Castell’Verde et la plage de Santa Giulia »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s