levada de Moinho, village de Cabo, restaurant A Careta, baignade

CARNET DE MADERE 2022

Levada do Moinho

Excellentes prévisions météo.

La promenade N°7 selon la brochure de l’Office de Tourisme (PR7) figure dans le Guide Rother N°66, est également répertoriée par VisoRando. Le départ de la randonnée est donc très facile à trouver : panneau PR7 après Achada da Cruz.

Le sentier grimpe sur un escalier de rondins de bois bien aménagé. La montée est rapide (745 m à 891 m) et un peu essoufflante. Heureusement j’ai mon bâton télescopique. Je passe d’abord sous les eucalyptus puis à travers les bruyères arborescentes avant de trouver la levada qui est une petite rigole cimentée, Levada do Moinho (du moulin) est également appelée Levada Grande. Son courant est rapide. Parfois le chemin qui la suit est sec. Parfois la levada déborde et je dois m’aider de mon bâton pour passer à pied sec en sautant de pierre en pierre.

Levada do Moinho

Les branches de la laurissylve font comme une arche au-dessus du chemin. Tôt le matin, il faisait bien frais. Vers 10 heures, le soleil perce le feuillage de la forêt et dessine de jolies taches sur le sol. Comme prévu, j’arrive à une cascade. Le sentier s’arrête. Est-ce déjà la fin ? Selon les topoguides, je devrais trouver les ruines d’un moulin. Alors que je suis prête à retourner sur mes pas ; je découvre que si je marche sur la margelle en ensuite sur le rebord en ciment de la levada, je retrouve quelques mètres plus loin le sentier. Pour m’assurer, je colle mon dos à la paroi moussue et bien mouillée. Quatre ou cinq mètres plus tard, me revoilà sur un sentier, les pieds bien mouillés ce qui me facilitera le retour puisque je n’essaierai plus d’éviter les flaques avec des acrobaties et que j’avancerai tout droit dans l’eau. Après une heure de promenade charmante, je trouve l’ancien moulin dont il ne reste qu’un bassin dans lequel se jette une cascade qui ressort du bassin en cascadant. Cette fois-ci, plus de trace de sentier à la suite. Fin de la randonnée.

Fin de la randonnée : la CAscade

Pendant ma randonnée Dominique a découvert la charmante chapelle N.S. Da Morte. Elle m’y conduit par par une petite route qui traverse le village très calme avec de nombreuses maisonnettes au toit à deux pans très pentus. Arrêt photo devant une crèche dans une cahute de paille décorée de fleurs et de boules argentées. Curieusement on a ajouté au troupeau de moutons, à l’âne et au bœufs traditionnels, deux dinosaures en plastique.

Crèche en paille sur le bord de la route

La campagne st recouverte d’herbe très verte où paissent des vaches. Curieux abreuvoirs : de vieux frigos couchés.

La chapelle est toute blanche avec un campanile carré et un porche à arcades. Elle est précédée par une place carrée pavée de petits galets ronds noirs et blancs. De là, un cheminement en ciment avec des marches conduit à un miradouro : plateforme dominant la falaise.

Cabo : capela NS Da Boa Morte

La vue est impressionnante. La falaise presque verticale est haute de 400 m . Un peu plus loin, il y a un autre miradouro :  Miradouro Pico Vermelho accessible par un autre chemin cimenté sécurisé d’abord par une rambarde conduisant d’abord à un petit autel fleuri avec des arums. Le sentier continue vers le mirador, raide et moins bien entretenu. Comme je n’ai pas pris mon bâton, j’ai peu de glisser et renonce.

Nous aurions pu pique-niquer à la chapelle mais nous préférons partir à la recherche d’un restaurant. Juste après avoir retrouvé la ER 101 il y en a un très beau A Carreta : carte variée, poissons et viandes. Je commande une soupe aux légume et du pain de Madère au beurre et à l’ail puis une crème à la mangue. Le pain est rond et ressemble un peu à un gâteau (ou à un scone en plus gros, plus épais) fendu, chaud et tartiné, excellent. En face du restaurant un route va à Lombo de Velha et au Miradouro Pico Vermelho. La route s’interrompt au village. Je demande mon chemin à une dame qui me répond « vous parlez Espagnol ? « demande-t-elle  « oui »« alors je vais vous l’expliquer en Portugais » . Logique ! mais compréhensible. Elle continue en parlant lentement. Il en ressort que le chemin de terre est vraiment très mauvais et qu’il vaut mieux prendre celui de Cabo que j’ai abandonné.

la falaise vue du téléphérique

A Achada da Cruz il y a un téléphérique : 600 m de câble, 450 m de dénivélé. C’est un des plus verticaux d’Europe. En 5 minutes on peut descendre à la mer, marcher le long de l’eau ou se promener dans les jardins puis remonter en téléphérique. J’avais envie de descendre à pied le sentier et remonter en téléphérique. Le sentier a été fermé à la suite d’éboulements. Je me contente d’admirer le point de vue

Piscines naturelles de Porto Moniz

J’avis regretté hier de ne pas m’être baignée dans les piscines naturelles de Porto Moniz. Il fait plus frais aujourd’hui mais je ne veux pas rater cette occasion. Cela rafraîchit bien mais après quelques brasses je m’y sens très bien.

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

4 réflexions sur « levada de Moinho, village de Cabo, restaurant A Careta, baignade »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :