Ferrare : Museo della Cattedrale Cosme Tura et cycle des mois

tura_saint_georges1.1304512064.jpg

Saint George – Cosme Tura

En face de la cathédrale, de l’autre côté de la place Trente et Trieste, dans le joli cloître tranquille et l’église. Bien présentées, bien éclairées, les toiles de la Vie de Saint Georges de Cosme Tura (1430-1495) et une belle Annonciation.

554px-cosme_tura_039.1304512115.jpg

 

Les tapisseries racontent également la vie de ce saint (un des patrons de la ville de Ferrare) mais elles sont un peu ternes.

 

310px-maestro_dei_mesi_settembre_ferrara.1304512024.jpg

J’ai beaucoup aimé les sculptures de  l’atelier de Nicolaus  (12ème siècle) dans un calcaire blanc : Eve filant et un chapiteau avec la Décollation de Baptiste et le Festin d’Hérode, et surtout le Cycle des mois composé de petites statues (photos interdites) – un panneau explicatif fait le rapprochement avec les riches Heures du duc de Berry.

De Ferrare à Parme

p4250238-copie.1304511406.JPG

Dernière vue de Ferrare : via delle Volte

Route pour Parme

Avant de prendre la route, nous mangeons une pizza a taglio debout dans la rue.

La route de Modène est bien fléchée. Elle traverse une campagne plate très urbanisée et même industrialisée. Peu de distance entre les gros villages entourés de zones artisanales ou industrielles disgracieuses. La route évite les centres-villes sans doute pittoresques. Le ciel est blanc, presque comme en été à midi, le soleil écrase le relief. Avant Modène on prend l’autoroute – à l’envers, vers Bologne – Parme n’étant pas indiquée  seulement  Milan. La circulation est infernale entre Modène et Parme. Les camions se suivent sans laisser de distance de sécurité. On dirait un train, sauf que les wagons se décrochent de temps en temps pour occuper la file du milieu ralentissant le trafic et éclipsant les panneaux indicateurs. A droite, le train à grande vitesse, à gauche des usines. Les usines Barilla sont énormes. On a peine à croire qu’on y fabrique des pâtes, on dirait une cimenterie !

Parme – arrivée au gite, B&B Il giardino Nascosto

dscn1691-copie.1304510741.JPG

Arrivée à Parme

Nous pénétrons inconsidérément dans le périmètre interdit aux véhicules non-résidents jusqu’à l’énorme Palais de la Pilotta qui barre la route et on demande notre route. Il faut contourner le centre par une sorte de boulevard circulaire Viale Mantana. Après c’est facile, nous trouvons le Borgo Felino où se trouve notre B&B,  Il Giardino Nascosto .

Nous sommes très bien accueillies en français. le Monsieur se précipite avec un permis de circuler pour les résidents, à mettre sur le pare-brise, avec la même hâte que l’hôtelier de Ferrare. Les policiers doivent être féroces avec les contrevenants !

 

Notre petit appartement au rez de chaussée s’ouvre directement sur le jardin. Derrière les façades urbaines  jointifs, on ne devinerait jamais leterrain et les beaux arbres cachés, il y a un marronnier, un érable de belle taille et 5 pruniers. Le mur est couvert de lierre et d’une glycine en fleur. Dans des massifs, de beaux rosiers, des iris et du muguet. Le petit immeuble est peint en jaune avec des volets de bois gris.

dscn1687-copie.1304510989.JPG

A l’intérieur, l’immeuble est construit autour d’un puits de lumière occupé par un jardin d’hiver avec les murs vert pâle. Les couloirs et les escaliers recèlent une véritable collection de terracotta. Notre chambre – côté jardin – est meublée d’un grand lit, d’un petit bureau avec la télé, une bibliothèque,  une cheminée occupe un coin. Côté cour, la cuisine est très bien équipée avec un table pour manger et un buffet.

A la découverte de Parme

p4270253-copie.1304510813.JPG

Parme est différente de Ferrare ou de Bologne. Les immeubles sont plus grands, plus cossus, les rues sont dallées avec des trottoirs. A Parme aussi, l’automobile est bannie mais on n’a pas l’impression de calme de Ferrare. Pas non plus l’animation étudiante de Bologne. La rue Farini est très commerçante : commerces de luxe, cafés chics. Elle débouche sur la grande place Garibaldi où un cadran solaire très élaboré est peint sur la tour de l’Horloge. Garibaldi occupe la place d’honneur !

On débouche très logiquement sur la via Cavour qui mène à l’Office de Tourisme. Déception ! la jeune femme est charmante. Elle parle très bien français mais n’a pas grand-chose à proposer. Tout juste un plan de la ville et les horaires d’ouverture des principaux musée ; moins que le Routard ! Parme n’est pas vouée au tourisme. C’est une ville active et le tourisme n’est que marginal.

 

Sur la Place Garibaldi, j’ai la plaisir de trouver Le Monde que je n’ai pas lu depuis 10 jours. Pas d’Internet ni de télévision-satellite. Je me fais une joie de le lire tranquillement dans le jardin cet après midi !



Parme – palais de la Pilotta, Théâtre Farnèse et Galerie nationale

dscn1707-copie.1304412716.JPG

Le palais de la Pilotta se trouve en delà d’une esplanade couverte d’une herbe bien verte mais pas tondue. Le palais est impressionnant par ses dimensions mais il présente une dissymétrie bizarre, une absence de façade, d’entrée même. Le palais de Pilotta était un jeu de paume ; Le nom de Pilotta vient de pelote basque. Une sorte de marché aux vêtements bon marché et même de seconde main est fréquenté par une foule très mélangée : femmes voilées, vieilles dames à cabas qui cherchent leur bonheur dans ce déballage bien différent de ce qui se vend vue Farini (chic BCBG) ou rue Cavour(chic et mode) ou dans les petites boutiques des ruelles (très chic, bobo).

Nous mettons un certain temps à trouver l’entrée du Palais. Sous les arcades, entrée fermée et désertée. Un escalier bien noir très haut conduit à un palier. Pas de billetterie, pas de panneaux avec horaires et prix. Il faut encore gravir un autre escalier monumental

Théâtre Farnèse

Une très grande porte toute simple s’ouvre sur le théâtre le plus étonnant qui soit : tout en bois de planches brutes avec colonnes de bois. Quatorze rangées de gradins encadrent en fer à cheval un parterre  vide. Au dessus des gradins deux étages de fausses loges marquées par des colonnes et colonnettes devant des fresques en trompe l’œil.  Le théâtre est de forme elliptique : 87mx32mx22m la scène immense mesure 40mx12m. Il a été construit en 1618 par Rannucciio I Farnèse à l’occasion d’une visite de Cosimo II Médicis qui finalement n’est jamais venu. Le spectacle inaugural en 1628 : « Mercurio e Marte » de Monteverdi se terminait par un final aquatique, la scène était remplie d’eau. L’architecte Giovan Battista Aleotti était ingénieur hydraulicien. Dans le parterre elliptique se déroulaient également des tournois équestres a servi de salle de salle d’armes.

Dans les coulisses, une exposition présente les sculptures qui surmontaient les balustrades et une maquette de ce que fut le théâtre. Autrefois le bois étaie recouvert de stuc. Des photos des destructions par les bombardements alliés en 1944 montrent le désastre.  La reconstruction date de 1956-1965. Cd sot sans doute les bombardements qui expliquent l’aspect étrange de ce palais mutilé.

dscn1718-copie.1304412834.JPG

Galeries Nationales

Du théâtre on entre dans la Galerie en passant entre deux rangées de bustes en marbre des Bourbons, les femmes d’un côté, les hommes en face. Ce sont eux qui ont réuni la collection.

Une série de salle est consacrée aux deux gloires de Parme Corregio (Antonio Alegri 1489-1535 et Parmigianino (Francesco Mazola 1503-0540). Les fresques de Corregio ont des tons pastel où dominent le bleu et le jaune très tendres et visages très doux. Dans les fresques comme dans les tableaux on reconnait son modèle qui ressemble à Jeanne Balibar. Deux colosses romains du 2èmer siècle provenant des jardins Farnèse à Rome gardent l’entrée d’une galerie immense aux murs gris perle où les tableaux sont accrochés « à l’ancienne », c’est-à-dire entassés, superposés sur toute la hauteur du mur. C’est une collection de peinture française (pas uniquement). Les sujets sont religieux et mythologiques. En regardant mieux, il appert que les tableaux ne sont pas du tout entassés pour gagner de la place : une logique se dégage. Plusieurs peintres ont traité le même sujet et on a rapproché les œuvres. Les ressemblances sont parfois étonnantes. Qui a copié qui ? Hasard ou concurrence ? La seconde moitié  de la galerie est consacrée à des portraits de la cour de Parme. Marie Loise Bourbon avait invité le peintre lyonnais Laurent Pêcheux(1765). D’autres portraits sont l’œuvre du peintre de cour officiel Baldrighi, élève de Boucher. Je suis toute excitée de retrouver les personnages du livre d’Elisabeth Badinter : L’Infant de Parme que j’ai terminé quelques jours avant de prendre l’avion.

Un triomphe de table est exposé au centre de la pièce, œuvre de Damien Campany sur le thème du cycle des mois (décidément c’est le troisième cycle des mois en deux jours !). Sur un petit socle de marbre, des personnages en bronze rehaussés d’or c’une quarantaine de centimètres de haut figurent les mois. Chaque statue porte les attributs dorés et le signe astrologique est fixé sur le socle.

 

La visite continue dans des salles aux murs de briques apparentes avec des supports métalliques modernes. Il y a une belle collection de primitifs sur fond or. Quatre fresques de petite taille étiquetées Misericordia  nous plaisent bien. D’autres fresques sont attribuée à Francia que nous avons découvert à Bologne.

dscn1722-copie.1304412930.JPG

Plus loin, je reconnais les grands tableaux de Ricci (souvenir de Venise) , Canaletto (encore Venise). Les tableaux du Guerchin ne m’attirent pas plus qu’à Bologne. Le Guide du Routard signale Vinci, Breughel, et Greco. J’ai trouvé le Breughel, une Prédication du Christ avec une foule de petits personnages, minuscules et expressifs. Pour raison d’assemblée générale du personnel, on nous chasse à midi sans que je ne trouve les autres.

Belle pause de midi dans notre jardin caché. La propriétaire et son fils entretiennent les rosiers et chassent les parasites une épingle à la min. ils ne veulent pas se résoudre aux pesticides. L’Italie est plus consciente de l’environnement.

Parme – Baptistère et Musée diocésain

 La rue Tommasini conduit directement au Baptistère, plus étroite et moins fréquentée que la via Farini  parallèle, toujours des boutiques de luxe.

Baptistère

dscn1743-copie.1304408885.JPG

Octogone blanc et pierre rose de Vérone, d’une grande simplicité, il présente de beaux porches sculptés et quelques sculptures  dans des recoins.

dscn1727-copie.1304408966.JPG

A l’intérieur, l’octogone s’est métamorphosé en solide à 16 côtés.  Seize grandes colonnes délimitent des rectangles recouverts de grandes scènes variées . Dans les lunettes on a curieusement associé des sculptures en relief posées sur des scènes peintes une Fuite en Egypte,  un quart de tour plus loin, le roi David joue de la lyre entouré de musiciens. Dans les arches : des monstres.32 colonnettes plus fines délimitent des logettes où se trouvent des sculptures de petite taille. Enfin la coupole partagée en 16 arceaux de marbre rose est entièrement peinte, on s’attache à retrouver les scènes et on trouve un curieux Varlaam (au musée, on affirme qu’il s’agirait d’une légende bouddhique).

Musée diocésain

Surtout ne pas se laisser impressionner par l’intitulé « musée diocésain » qui évoque des collections ecclésiastiques monotones avec aubes, chasubles dorées, croix et reliquaires, patènes ….Dans le cas du Musée de Parme, il s’agit de tout à fait autre chose. Le négliger serait une erreur !

En sous-sol (comme à Ravenne dans le Domus dei Tappeti) on a mené des fouilles archéologiques sous le Palais Episcopal voisin. Avant d’être chrétienne, Parme était romaine. Une maison romaine a été retrouvée là. Les pièces de monnaie romaines sont très bien présentées, bien éclairées avec une loupe qui coulisse pour mieux contempler les profils impériaux de Constantin, Valérien …Les explications sont très fournies (il faudrait des heures pour tout déchiffrer surtout qu’elles sont en Italien). Elles montrent le plan des fouilles, le plan de la ville romaine…

Des statues provenant du Baptistère sont mis à l’abri de l’érosion : plusieurs lions stylophores(comme à Ferrare) roses en pierre de Vérone ainsi que des groupes de très belles statues : les deux prophètes David et Nathan, les deux anges Michel et Gabriels(l’un d’eux est un remploi d’ une statue romaine à qui on a ajouté des ailes), Salomon et la Reine de Saba.

dscn1733-copie.1304409061.JPG

Dans une petite salle, les fresques du plafond de la coupole sont photographiées. Un DVD permet de compléter les informations, de situer  scènes et  personnages. Cette visite est vraiment passionnante.

Parme Cathédrale et San Giovanni – Correge encore

dscn1788-copie.1304349609.JPG

De la façade de la Cathédrale se dégage une impression de sobriété et de simplicité. La pierre de construction est claire et gaie. Des galeries de fines colonettes suivant le pan coupé allègent l’ensemble.

Dès qu’on pousse la porte latérale on est étonné du contraste entre la simplicité du dehors et la richesse du décor, des fresques: tout l’intérieur est peint, murs, plafond, coupole. Au dessus de la nef frises et grecques délimitent des cases. Dans des médaillons entourés de guirlandes de feuilles et de fleurs, des personnages barbus vêtus à l’antique nous regardent. Le long de la nef, entre les colonnes des personnages étranges, barbus parois enturbannés sont assis sur des nuages d’autres y grimpent de façon acrobatique. qui sont

 

 

dscn1784-copie.1304349770.JPG

qui sont ces vieillards? Des Prophètes, des Pères de l’Eglise?

Devant l’exubérance du décor, les gros nuages gonflés,  il me vient le mot baroque, bartoquissime aussi, les énormes coquilles Saint Jacques aux trompes de la coupele avec un énorme nuage portant les personnages (évangélistes?). Pourtant cela ne colle pas avec les dates! Corrège serait Renaissance? Je lis que le baroque est un mouvement artistique correspondant au Concile de Trente postérieur de nombreuses années.Les fresques de la Cathédrale sont datées 1524-1530.

Le chef-d’oeuvre de la cathédrale est l’Assomption de la Vierge dans la coupole peinte par le Corregio. Une spirale de gros nuages gris porte une foule ascendante. Qui? des anges, des bienheureux au paradis ou seulement une foule témoin de d’évènement? Un personnage semble planer dans un ciel jaune: la Vierge qui s’envole? J’essaie de zoomer et reste perplexe.

San Giovanni est aussi peinte par le Corrège(1520-1521) mais en moins exubérant : pas de vieillards ni de nuage. Dans la coupole c’est l’Ascension. Le Christ s’élève dans un ciel jaune tandis qu’une ronde de personnages musclés fait le  tour de la Coupole.

Parme : chateau des marionnettes

dscn1753-copie.1304228668.JPG

Une allée de hauts frênes avec une haie d’hortensias et des bordures de fougères entre des bâtiments  jaunes conduit au Chateau des marionnettes -Musée Giodano Ferrari -.

dans trois salles plongées dans la pénombre les marionnettes sont présentées dans des vitrines bien éclairées.

Chronologiquement : les personnages de la Commedia dell Arte. L’arrivée de Napoléon a chassé les personnages de l’Ancien Régime et remplacés par une foule d’autres inconnus (pour moi): Giandudja a remplacé Arlequin, Principe, Nobile, les carabinieri et même le roi Umberto…

 

L’Emilie se trouve à la confluence des traditions d’Italie du sud et du nord.Chaque ville a sa tradition et ses marionnettistes : Bologne, Modène ou Parme. Seules trois marionettes Siciliennes représentent le Sud (j’avais adoré la représentation du théâtre des Puppi à Palerme avec Orlando et la Chevalerie)

jardin San Paolo

A l’arrière du musée, un très beau jardin public avec de grands arbres, des bancs de pierre, des rochers et des grottes romantiques, est entouré de grand murs. Des étudiants viennent s’aérer (et fumer) sortant de ce qui semble être une bibliothèque.