Ithaque : de Vathy à Stavros par le monastère et Anogi

iles-ioniennes-dt-259.1289654538.JPG

Ithaque est formée de deux presqu’îles reliées par une fine bande de terre à Aétos

La partie nord est parcourue par deux routes arrivant toutes les deux à Stavros. Nous connaissons déjà la corniche le long du Canal d’Ithaque qui sépare Ithaque de Céphalonie sur le flanc occidental. Nous choisissons l’autre route plus sinueuse qui monte au Monastère Katharon et au village d’Anogi. . La route gravit la montagne sur une sorte d’arête. Ce trajet est spectaculaire. A chaque tournant, une surprise, tantôt du côté de Céphalonie, tantôt du côté oriental. A un  mirador, nous reconnaissons le beau navire blanc : Ionian King sur lequel nous sommes venues en Grèce qui passe dans le Canal d’Ithaque. Dommage que personne ne nous l’ait dit sur le bateau. Dommage, peut être pas ! L’imprévu est le piment de nos voyages individuels.

Un troupeau de chèvres survient, pas si sauvages que cela. Au monastère, nous rencontrons le berger et son chien (tous les deux très vieux). Nous voyons ensuite les enclos, cercles de pierres qui semblent sortis de la préhistoire. Eumée, le porcher réunissait peut être ses bêtes dans telles aires ; Plus loin, un troupeau de vaches. Que peuvent-elles donc brouter ? Les chèvres tondent les chênes kermès aux feuilles minuscules et piquantes, presque des feuilles de bonsaïs .

iles-ioniennes-dt-265.1289654603.JPG

Le monastère est un bâtiment de pierre, sévère. Dans les jardins, l’église est ouverte, église très décorée avec de nombreuses suspensions de cuivre et de laiton.  Nous ne saurons pas si le monastère est occupé par des moines ou des nonnes, nous ne croisons qu’une femme en tablier qui tricote.

Anogi

Après avoir traversé des étendues très rocailleuses, lapiaz rongés par l’érosion à peine couverts de broussaille puis maquis tondu par les chèvres,  les cyprès se font de plus en plus nombreux, les oliviers annoncent le village d’Anogi. Village tranquille aux maisons fleuries avec leur tonnelle de vigne dont les grappes s’alourdissent à mesure que le mois de Juillet avance. Souvent les maisons sont en ruine. Tremblement de terre ou exode rural ? Le tourisme ne s’est pas encore emparé des belles maisons de pierre. Sans doute est- il trop éloigné de la côte ? Le village est toujours habité. Un écriteau indique Paléochorio. Allons-nous découvrir des ruines byzantines ? On s’aventure sur la piste de ciment pour se retrouver dans un cul de sac. Le demi-tour est périlleux. Un vieux monsieur qui passe par là, se fait un plaisir de guider la manœuvre « Pros » « piene » Nous avons déjà fait cette expérience à Samos sauf qu’on s’était drôlement empêtrées en perchant la voiture sur un rocher.

Quelques kilomètres après Anogi nous voyons une petite carrière qui extrait dans la falaise crayeuse une sorte de poudre pour le béton. Pas de cimenterie à l’horizon. Comment font-ils exactement ?

Ithaque : Frikkes, Kioni et Skinos baignades

Frikes

De Frikes partent les ferries pour Leucade et Fiscardo à Céphalonie. Sur le petit port envahi par les voiliers blancs, il y a une rangée de restaurants et quelques boutiques. Certaines voiles sont déployées au large mais les gréements semblent le plus souvent être là pour

la frime.

iles-ioniennes-dt-273-copie.1289654326.JPG

A la sortie de Frikes la route longe la côte. Un  tournant creusé dans la montagne donne un petit parking improvisé en face d’un escalier ou d’un accès à une petite crique ravissante : des falaises blanches aux bancs calcaires très fins, plissés relevés, chahutés encadrent l’eau émeraude avec  une petite grotte. Il est 11 heures, seules deux familles sont installées. Après quelques brasses je me retrouve seule et nage vers les bateaux ; le secret pour avoir la plage à soi tout seul, est d’arriver avant 11 heures. Les Grecs se lèvent vraiment tard !

Kioni 

iles-ioniennes-dt-290-copie.1289654354.JPG

Notre objectif à Kioni est la plage de la carte postale.

Le village est perché avec des maisons de pierres blanches. La route descend vers le port. Il eût été raisonnable de laisser la voiture au parking . Nous passons outre, et nous retrouvons sur une belle corniche bordée d’une rambarde de fer peinte en bleu plutôt destinée à la promenade piétonnière. Nous nous retrouvons à la sortie de Kioni. De plage, nenni ! Et nous voilà bien déçues, pas de plage, pas de taverne ! Sur le port, les restaurants ont aligné leurs tables couvertes de nappes sous des auvents. C’est chic mais ce n’est pas ce que nous cherchons.

A la sortie du village : deux chemins piétonniers, l’un mène aux moulins à vent (en ruine), l’autre à une plage. Je le prends et arrive au cimetière. Une minuscule plage de galet s’offre à moi. Quatre personnes, un couple âgé et un père et sa fille. La petite fille a apporté son livre électronique sur la plage. C’est la première fois que j’en vois un sur une plage. Evidemment cela pèse moins lourd que la bibliothèque que je trimballe. Est-ce qu’ils ont numérisé Homère?

Pour prendre les photos je longe la corniche à pied et découvre ce qui tient lieu de plage : tous les 15m environ, un escalier descend à l’eau. Les gens se baignent parmi les barques, la voilà ma carte postale !

Une autre piste conduit à une autre petite plage bien tranquille, trois personnes et un chien rigolo. Les baignades inattendues sont vraiment sympas !

Si au moins nous avions pris un œuf dur et une tomate ou le thon, nous aurions pu faire durer le plaisir. A 14h30 nous mangeons à la maison les restes d’une ratatouille et des œufs et nous émergeons de la sieste à 17h.

Skinos

 De l’autre côté de Vathy nous voyons une plage, à la jumelle je peux compter les baigneurs du balcon. Nous la négligeons pour explorer celle de Skinos au bout d’une méchante piste qui décourage les voitures à châssis trop bas et les gens timorés. Il faut être motivé pour aller jusqu’à un point « dernière possibilité pour faire demi-tour ! ». Ensuite on continue à pied. Des panneaux interdisent de continuer la pistee « Propriété privée » ; le sentier piétonnier dérobé descend sur le rivage. Les installations de plage ne ressemblent en rien à ce qui existe sur les plages publiques : fauteuils d’osier, épais matelas sous un dais, produits de beauté négligemment déposés dans une corbeille. Tout cela n’est pas destiné au simple passant qui doit longer l’eau sur un mince chemin de la largeur d’un parpaing. Il faut même se tremper les pieds pour arriver sur la plage publique. Mais quelle plage ! Un bois de pins fournis la borde et fait ombrage. Plus loin, des oliveraies touffues couvrent les collines. Impression d’un endroit secret, privilégié. Les bouées interdisent la plage aux bateaux. je nage seule en longeant  la plage 500 ou 600m dans un calme absolu. Seules les cigales se font entendre.

Oncle Boonmee, celui qui se souvient des vies antérieures

[kml_flashembed movie="
Oncle Boonmee : Bande-annonce (Cannes 2010)
envoyé par baryla. - Les dernières bandes annonces en ligne." width="425" height="335" wmode="transparent" /]
Toiles nomades

La jungle est fascinante,  le film envoûte le spectateur qui accepte de voyager dans une sorte de voyage entre réel et rêve. On accepte la présence des fantômes, ou presque, parce que les singes aux yeux rouges sont plus difficiles à suivre, un peu ratés. La scène de la grotte, en revanche est magnifique, antre de la mort, utérus , naissance?

Esthétiquement, la fin est décevante. Dans la chambre d’hôtel, le moine se défroque. Pourquoi?

Ithaque : sur les pas d’Ulysse, port de Phorkys, grotte des nymphes

Port de Phorkys

iles-ioniennes-dt-275-copie.1289654020.JPG

les habitants d’Ithaque le situe sur la plage Dexia, à 1km de notre gîte Dioscures où je me baigne tous les matins

Ulysse se réveille au port de Phorkys et voit Athena, la déesse aux yeux pers:

–           »mais regarde avec moi le sol de ton Ithaque : tu me croiras peut être….la rade de Forkis, le Vieillard de la mer, la voici ! voici l’olivier qui s’éploie à l’entrée de la rade ! près de lui, cette obscure et charmante caverne, c’est la grotte des nymphes qu’on appelle Naïades, voici l’antre voûté, voici la grande salle où tu vins offrir parfaite hécatombe aux Naïades… »chant XIV 342

–          « hâtons nous au fond de la grotte sacrée déposons tes richesses… »

Grotte des Nymphes

La route débouche juste au dessus des Dioscures,  nous dépassons quelques villas neuves  et nous poursuivons dans les oliviers.

Un voyant jaune s’allume au tableau de bord. Huile ? Eau ? Sur les pistes de montagne la prudence commande qu’on arrête tout ; et continue à pied. Enervée par le voyant, je ne vois pas le chemin dallé et je poursuis dans la campagne. Tôt le matin, c’est une promenade délicieuse, la piste blanche dessert des petites maisons de pierre, abris pour les outils des cultivateurs. Cela me réjouit de voir des murettes solides, des parcelles nettoyées, des arbres taillés. Au bout d’un  quart d’heure je fais demi-tour pour trouver la grotte juste au dessus de la voiture.

Panne

A la station –service, personne pour nous aider. Le voyant n’indique ni l’huile, ni l’eau mais on ne sait pas quoi.L’atelier du garagiste Kostas  se trouve non loin de la gendarmerie. Jeu de piste pour trouver le garage. Kostas est replet et jovial. Il ne parle que le grec un client traduit en anglais.

–  » C’est le filtre à essence qui est encrassé. Revenez dans une heure ! »

Nous passons le temps dans un ravissant café vert amande sur la terrasse perchée en haut du perron. Situation élevée convenant à un  dessin du port. En retournant au garage je visite une intéressante exposition d’Arts Plastiques sur le thème de l’etiquette.

La voiture est prête à 11 heures. Kostas a nettoyé le filtre au compresseur, a remis de l’eau et propose que nous faisions un tour pour essayer. On pourrait partir sans payer ; Kostas nous fait confiance. Evidemment on revient. La réparation semble efficace

–           « vous voulez une facture ? » propose-t-il en sortant son carnet à souches sans faire mine d’écrire….

Perahori

p7290387-copie-2.1289654105.JPG

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes soulagées, et…incorrigibles. Après avoir dépassé le village perché de Perahori nous continuons au village haut d’où part un sentier pour Paléochora, l’ancienne capitale de l’île vers 1500 quand les pirates rançonnaient les villages et que les Turcs s’opposaient aux Vénitiens. Encore un promenade agréable sur un sentier en balcon bien entretenu qui me conduit à deux chapelles (en bon état mais fermées) partout on devine d’anciens murs écroulés. Peu d’espoir d’y trouver des fresques byzantines.

Monastère Taxiarchon

Au village haut part la piste du monastère. La brochure de l’OTE mentionne une icône peinte  par le Greco dans une église de même nom. Incorrigibles, nous lançons la petite Matiz sur cette piste réservée aux tracteurs et aux 4×4. Le monastère est à 2 km. La Matiz se comporte très bien. Je retiens mon souffle. Plus de voyant allumé. Il ne manquerait plus qu’une crevaison !

La piste est bien entretenue parce qu’elle mène à des maisons habitées, à des vignes et aux citernes de la ville. Les vignes sont entourées de murs surmontées de grillage. Qui viendrait ici chaparder du raisin ?

En face du monastère, un chêne ou plutôt deux jumeaux, fait une ombre impressionnante ; Le monastère est décevant : église moderne en ciment avec des vitraux sans intérêt, fermée à clé.

Un peu échaudées par cette déconvenue, nous renonçons à chercher la fontaine Arthuse. Je suis assez sceptique : comment Schliemann, en quelques jours a fait des découvertes et mené des fouilles tandis que nous, un siècle et demi plus tard, nous avons tant de mal à repérer les sites fouillés et indiqués par des panneaux marrons ! bien sûr, il savait le grec ancien, le grec moderne et était accompagné par les paysans connaissant toutes les traditions de l’île.

Je descends à Dexia-Forkis dans l’après midi. Le vent est tellement fort que je dois tenir mon chapeau. Je suis ballottée par les vagues comme un bouchon. Cela change et c’est amusant.

Dans le Voyage en Grèce (Bouquins) je trouve le merveilleux poème de Cavafy (1911) Ithaque. Depuis des années j’ai entendu parler de Cavafy sans jamais trouver ses poèmes, épuisés. Quel poème ! Invitation au voyage. A un voyage aussi long et merveilleux que celui d’Ulysse. Ithaque, but ultime du Poète d’Alexandrie.

La télévision grecque donne la météo. Il fait très chaud en ce moment : 39°Cà Athènes. Moins dans les îles ; les Cyclades sont les plus fraîches : 33°C seulement. A mon grand étonnement et grâce à mes nombreuses baignades je ne souffre pas du tout de la chaleur. Dans le studio, le ventilateur aux longues pales brasse l’air très efficacement. Le soir, je goûte la douceur de l’air sur la terrasse. Exceptionnellement, ce soir je rentre pour suivre une émission musicale à la télévision : bouzouki, guitare et musique traditionnelle ; On fête les 85 ans d’un groupe familial Manolis http://www.kalomiris.org/. Images d’archives et intervention de musiciens actuels ; difficile de s’y retrouver dans le blabla du présentateur. L’émission est très longue. Elle est entrecoupée de publicités spéciales :une édition de Karl Marx sur fond d’ouvriers dans un chantier, mémoires de Fidel Castro, défilés et drapeau rouge. Cette chaîne au logo impersonnel 902 semble être l’organe du KKE. La Grèce est un  des dernier pays européens à avoir un Parti communiste traditionnel avec faucille et marteau, drapeau rouge et action politique de masse dans la crise actuelle. Le Pasok gère les restrictions du « train de vie de l’Etat » comme tout gouvernement européen de gauche ou de droite. Le KKE défend les acquis sociaux et le niveau de vie (déjà faible) des travailleurs. Grèves à répétitions. Nous avons repéré le siège du KKE à Ithaque. Pour servir les millionnaires il a aussi des travailleurs et des marins ; Qu’en est-il des vignerons et des bergers ?

Ithaque : Fontaine Aréthuse, porcheries d’Eumée et plages au sud de Vathy

Les petites routes et pistes de la péninsule sud convergent à Vathy.

Il nous reste à explorer celle de la fontaine Aréthuse près des porcheries d’Eumée.  Un panneau indique la Grotte Rhizes. Le sentier bien visible s’élève dans un maquis d’arbousiers, de pistachiers et de chênes kermès. Attention aux épines acérées qui meurtrissent les jambes ! Des araignées de taille respectable, noires et trapues on tissé leur toile au dessus du sentier et attendent l’aubaine. Après un petit quart d’heure j’arrive à une vaste grotte au toit effondré, fraîche et sombre où pousse un beau figuier. Les chèvres y ont trouvé abri. A mon approche, elles s’enfuient sauf un cabri affolé à qui je bloque l’issue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le sentier de la Fontaine Aréthuse descend dans la garrigue, en corniche, a dessus de la mer très sombre. Il faudrait se méfier davantage des sentiers en descente au départ. Le retour sera plus difficile ! La promenade est agréable mais le maquis est ras. Il n’y a pas d’ombre. Pistachiers et chênes kermès ne s’élèvent pas au dessus d’1.5m,  sans parler des sauges ! Brusquement je me retrouve dans un lapiaz, le calcaire raviné, entassé, dissous par l’érosion est à nu. En sandales je dois faire bien attention à ne pas me tordre les chevilles. Petite appréhension : vais-je retrouver le chemin au retour ? Oui, forcément !

A plat, ou en faux plat, la corniche s’abaisse vers la mer. A chaque tournant, j’espère la source. Elle est distante d’une bonne demi-heure. Finalement une falaise se découpe la »Roche au corbeau »de l’Odyssée, désigne le ravin où se trouve la fontaine. Le sentier devient rès raide. Une belle ouverture formant une arche est à l’entrée de la Fontaine. Un troupeau occupe la place.

Le retour est pénible. J’ai oublié mon téléphone. Je dois donc me hâter. C’est une erreur. Il fait très chaud. Je transpire de partout et glisse dans mes sandales ; je n’ai pas pris d’eau. Pas d’ombre et ces faux plats qui sont traitres et montent insidieusement entrecoupés de raidillons. Inutile de s’arrêter pour reprendre mon souffle ; Je régularise ma respiration dans les passages moins pentus. Arrivé à  la voiture, je bois un bon litre d’eau fraîche.

iles-ioniennes-dt-285-copie.1289653854.JPG

Dès que je ne crains plus la déshydratation nous partons à la recherche des Porcheries d’Eumée au lieu-dit Elleniko   Deux écriteaux signalent » Evmiou Cave » et « Patros Cave« . Encore des grottes ! Nous parquons la voiture sous un beau caroubier. Les oliviers vénérables aux troncs dédoublés,  creux et tortueux ont peut être vu le divin Porcher. Je réagis à retardement : Evmiou c’est Eumée au génitif ! Et me voilà cherchant la tanière d’Eumée dans le maquis. Des épineux en coussinets tapissent le sol. Des Hollandais n’ont rien trouvé non plus. Dans l’oliveraie, je découvre des maisonnettes et de la vigne. Je croyais l’endroit abandonné. Il est tout à fait entretenu.

iles-ioniennes-dt-297-copie.1289653530.JPG

La côte est abrupte : une grande ferme aquacole a installé de nombreuses nasses circulaires. Cet établissement est industriel avec son grand hangar. En face de la Fontaine Aréthuse, il y a un ilôt vierge. De la route on ne devine pas la plage Kaminia accessible par une large piste rocailleuse mais à peu près carrossable. La pauvre Matiz en voit ! Petite anse aux galets blancs, pas d’ombre. La baignade dans l’eau transparente est délicieuse (je me répète mais c’est vrai !)

Comme prévu nous retournons déjeuner à Filiatro. Par miracle une table sous l’olivier se libère. Les souvlakis sur un lit de tranches de pain sont encore plus grillés, plus goûteux que la première fois. J’ai encore beaucoup de plaisir à nager dans cette baie encadrée par les rochers blancs feuilletés, tellement échancrée que l’on ne sent ni la houle ni les remous.

Dernier tour à Vathy, pharmacie, Le Monde. Sur le petit îlot – ancien lazaret – on dit la messe : un bac décoré de drapeaux multicolores et très bruyant transporte des vieilles dames jupe serrée et sac à main.

Nous passons encore la soirée devant une émission musicale sur une autre chaîne de télévision. On honore un autre compositeur Tsakas avec un orchestre symphonique et plusieurs chanteurs, un saxo plutôt jazzy, une vague ressemblance avec Brassens – eut être seulement la moustache ?

Retour à Céphalonie visite des grottes et archéologie

6h45, le Kephalonia  s’ébranle et quitte le port de Vathy .

p7310412-copie.1289653063.JPG

Vathy est un nom que j’ai rencontré à Samos, et à Tinos. Schliemann (Bouquins-Voyage en Grèce) me fournit l’explication : Bathy veut dire profond. J’aurais dû le savoir : isobathes, bathymétrie, sont des termes scientifiques familiers. Il est pratique qu’un port qui accueille de gros navire soit profond !

Le beau Kefalonia passe devant les maisons roses et jumelles des Dioscures. Je gette la plage Dexia, port Forkis d’Ulysse, la grotte des Nymphes…j’aime Le bateau longe l’ île . Nous cherchons à revoir les lieux visités: la plageDexia/port de Phorkys puis il vire de bord. Il contourne Ithaquepar le sud ! Je revois avec plaisir la baie de Filiatro, la plage Kaminia, la source Arethousa. Le soleil s’est levé. La lumière est très belle. Nous cherchons l’anse où Télémaque a abordé alors que les prétendants lui avaient tenu une embuscade près de Polis au nord.

7h30 : Sami se lève tôt au rythme des ferries. La boulangerie est ouverte, les supermarchés aussi.

8h30,  Le  lac Melissani est une des curiosités de Céphalonie. C’est un lac souterrain dont le plafond s’est effondré , sa couleur est étrange : bleu . C’était peut être une erreur  de le voir au lever du jour quand les rayons du soleil ne l’éclairent que partiellement. Le plus remarquable est la transparence de cette eau saumâtre dont l’ origine est curieuse : l’eau s’engouffre par une faille à Argostoli à 25km de là. Le lac est une résurgence. Céphalonie, île calcaire, est fissurée par l’activité tectonique, diaclases, gouffres et grottes.

Sur la route d’Argostoli, la Grotte de Drogati, à 6km de Melissani  se visite par un escalier de ciment sous un éclairage jaune orangé. L’accès est un peu trop facile, le spectacle attendu. C’est une visite rafraîchissante mais sans surprise.

Nous empruntons la route de Poros qui traverse des vignobles piqués de cyprès. Nous prenons en stop  un couple français qui marche avec un curieux sac de marin. Ils veulent parcourir à pied le massif de l’Ainos. Bonne idée mais que vont-ils boire et manger là-haut ? Cela n’a pas l’air de les préoccuper. Ils descendent à Digaleto là où nous avions retrouvé la route après notre parcours sur la piste autour du Parc.

Arrêt à Agios Nikolaos, pour dessiner les collines et les cyprès. Lees cloches sonnent avec insistance : la messe est diffusée dans tout le village. Nous montons à l’églisebven ciment, laide, décevante. Les chants, les cloches étaient plus poétiques dans la campagne.

A la fourchette de Tsamata, là où la route de Poros se sépare de celle d’Argostoli, un panneau « Tholos »  nous conduit à une tombe mycénienne. La tholos est malheureusement incomplète (nous en avons vu en meilleur état dans le Péloponnèse, près de Tirynthe et à Mycènes). Les fouilles nous apprennent qu’il a servi de sépulture à des époques plus récentes.  Les objets que les archéologues y ont trouvés sont exposés au musée d’Argostoli. L’entrée est gratuite. La dame nous donne une jolie brochure avec une carte très précise du sud de Céphalonie avec des itinéraires de randonnée. L’une d’elle part de la tholos et va à Poros en suivant une ravine où court  un ruisseau repérable par la rangée de platanes qui serpentent.

Nous ratons les ruines du Temple de Poséidon  entre Poros et Skala. La villa romaine de Skala fermée l’autre lundi est ouverte (entrée libre). Une belle mosaïque représente un fauve et un taureau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

p7310447-copie.1289653151.JPG

La belle plage de Skala, bordée de pins et équipée de parasols ne nous tente pas ; j’ai hâte de retrouver la plage secrète en bas de ses 121 marches. Il est maintenant midi et nous pouvons arriver.

Revenir dans un gite que nous avons aimé est un sentiment très doux. Petite appréhension : aurons nous le même studio ? Oui ! et nous reprenons vite nos habitudes. Nous revoilà « chez nous ». revenir renforce notre attachement. Nous n’oublierons pas la table ronde sous les arcades avec les bougainvillées et la vue sur Zakyntos. L’allée de lauriers roses qui descend est toujours fleurie, la semaine de canicule n’a pas fané les fleurs. Les raisins sont mûrs, les grappes se sont alourdies, les grains se détachent et gonflent.

Je n’avais pas prévu le vent qui ride la mer de crêtes blanches. La baignade tant attendue s’avère décevante, l’eau a perdu sa transparence elle charrie des brins d’herbe marines, des feuilles d’olivier. Une fine boue lui donne un aspect laiteux. Les vagues se brisent avec force sur els rochers. J’ai peur de me blesser d’autant plus que ceux qui affleurent sous la surface sont maintenant invisibles.

Le  vent  met un terme à la canicule. Le thermomètre marque 28°C, température idéale. J’ai acheté le Monde, difficile à lire par grand vent.

Nous avons invité Colette et Eleftherios pour partager une  bouteille de leur vin de . Ils ont fixé  l’apéro à 21 h, à la grecque sans doute ? La soirée ne se déroule pas comme nous l’avions imaginé. Ils nous entrainent dans le « salon de dégustation » où ils ont préparé le dîner : crevettes thaïlandaises et une salade mélanger de tomates cerises, roquette et bleu. C’est excellent, pas grec du tout ! la nuit est tombée. Nous bavardons jusqu’à minuit.

Lundi 26 juillet

p8010451-copie.1289653305.JPG

Le vent s’est calmé, la plage est plus accueillante mais je suis prudent ; je me laisse balloter dans les creux sans m’éloigner du gros rocher

–          « Tu n’as même pas été voir le monastère ! ».

Il a fallu cette journée supplémentaire pour que j’entreprenne cette ballade d’environ 2.5km sur une route de graviers dans l’oliveraie. Je passe près des bergeries. Le nouveau monastère en ciment n’offre pas d’intérêt touristique.les ruines du  vieux monastère se cachent de sous de grands pins. Le petit campanile tient encore au dessus de l’entrée ainsi que le mur latéral percé de belles fenêtres grillagées à l’encadrement de moulures classiques sculptées, fronton triangulaire, métopes, frises rappelant plus l’architecture antique que religieuse. Il fait délicieusement  bon sous les pins qui embaument.

Poetry, film coréen de Lee Chang-Dong

Toiles nomades

poetry.1283878756.jpg

Est-ce l’année de la grand-mère au cinéma?

Mija, comme Lola de Brillante Mendoza, est une grand mère courage confrontée à la violence de la génération de son petit fils.

Ici aussi, le prix de la vie d’une adolescente se monnaie et le silence de la mère s’achète. Grand mère courage, dignité et élégance de ces femmes d’aparence fragiles.Actrices merveilleuses!

1402239_7_78b6_l-actrice-sud-coreenne-yun-jung-hee-dans.1283878723.jpg

La comparaison s’arrêtera-là :  le scénario du film coréen(primé à Cannes 2010)s’articule autour du suicide de la jeune fille abusée lors d’une tournante par les copains du petit fils de Mija, et autour de la lutte de Mija contre les premières atteintes de la maladie d’Alzheimer et la recherche par Mija de la Poésie. Recherche de la beauté dans un univers banal, banlieusard tellement quotidien. Ecrire au moins un poème avant que les mots ne s’effacent….

Contre Poetry???

Claudialucia de ma Librairie : –http://claudialucia.blog.lemonde.fr/   été déçue par le film. Comme sa critique m’a fait réfléchir je publie ici le mail qu’elle m’a écrit

Tu me demandes pourquoi je n’ai pas aimé Poetry :
Certes, l’actrice est excellente mais j’ai trouvé que le film avait des longueurs dues à un scénario qui n’était pas dominé, qui n’était pas très clair (oui, je sais il a eu le prix du scénario à Cannes mais ce n’est pas un critère absolu)

Que veut démontrer le réalisateur?  Il dénonce une société horrible, ou la femme et les humbles- ce qui n’ont ni l’argent, ni le pouvoir- ne peuvent bénéficier d’aucune justice, un société corrompue ou tout s’achète même la mort d’une enfant. La dénonciation,  c’est le sens que paraît avoir le film, car, au final, je n’ai pas trop compris quel était son but; le scénario est plein de contradictions et de faiblesses au niveau de la psychologie des personnages.

Face à l’horreur, il met une vieille femme, la grand mère d’un des violeurs. Celle-ci  est d’un milieu pauvre, ce qui la place à l’opposé des familles riches et sans morale. Elle aime la poésie et  par conséquent paraît représenter le point de vue moral ou tout au moins critique de cette société, sinon, à quoi servirait d’avoir fait de Poetry le thème central du film?
Or,  il n’en est rien. Ce personnage, de qui l’on attend beaucoup, a une manière d’agir peu cohérente.

C’est une femme qui est dépassée par son petit-fils, qui ne sait ni l’éduquer, ni réagir. Ce que l’on peut comprendre ! Elle est âgée et le garçon est immonde!  Par contre, on pouvait espérer que sa réaction soit assez violente en apprenant ce qu’il a fait pour la faire évoluer; or elle réagit à peine, continue à écrire ses poèmes. Si elle cherche a réveiller la conscience du garçon en lui présentant le portrait de la jeune fille, elle  accepte par contre que, face au portrait, il se mette à regarder la télé comme si cela ne le concernait pas! Une grand mère peut être dépassée mais jusqu’à un certain point! Elle peut adorer le fils de sa fille, de là à ne pas réagir quand celui est un criminel!!
 D’ailleurs le scénario nous la montre agissant comme les riches, décidée à payer comme les autres. Elle va même pour se procurer l’argent faire chanter un handicapé dont elle a la charge. Bref! elle ne peut être représentative d’un autre point de vue. Donc ce personnage prétendument épris de beauté, que l’on veut nous montrer différente, sensible, ne tient pas debout psychologiquement puisqu’elle fait le contraire de ce que ferait toute personne normale!!
Quant à l’Alzheimer dont elle souffre, je ne sais pas trop ce que cela ajoute au propos sinon d’introduire un thème à la mode. Parfois la maladie sert à justifier qu’elle paraisse oublier la mort de la jeune victime et qu’elle puisse se concentrer sur la poésie! Mais cela ne tient pas debout parce qu’elle est alzeihmer quand ça arrange le réalisateur et elle ne l’est pas à d’autres moments. La poésie du coup devient quelque chose de plaqué, de convenu (en plus les cours du poète, quelle horreur!), du pour faire « chic » qui ne me touche absolument pas.

De même le personnage de la mère de la jeune fille n’est pas traitée d’une manière conhérente. Elle apparaît comme une très belle personne quand la vieille dame la rencontre dans son champ, un paysanne qui a du mal à joindre les deux bouts mais courageuse et digne, très affectée par le viol et le suicide de sa fille. Puis d’un seul coup, on la voit accepter l’argent qu’on lui propose, marchander la mort de sa fille.  Là aussi on ne sait où va le scénario, ce qu’il veut dire : c’est quelqu’un de bien d’abord puis d’infect après ! Il faudrait choisir! Rien n’est valable au niveau de l’histoire (le commissaire qui joue au volant avec la grand-mère quand il vient arrêter don petit-fils, ridicule!!) et de la psychologie! 
Décidément, ce  film m’a irritée, alors que j’adore d’autres films coréens, en particulier ceux de Kim Ki Duk,  un de mes  réalisateurs préférés!)


 


 

Les Arrivants – film de Claudine Bories et Patrice Chagnard

Toiles Nomades

les-arrivants2.1283849993.jpg

A mille lieux des voyages touristiques, des voyages d’affaires, des pèlerinages….ils convergent vers Paris, Londres, la Terre Promise… Les exilés,les persécutés, les demandeurs du Droit d’Asile sont dirigés vers la Cafda, une structure d’accueil où les travailleurs sociaux tentent de les aider à construire leur dossier à trouver un  hébergement, des tickets de transport.
Ils sont si nombreux dans le hall d’accueil, il semble que le monde entier s’y est donné rendez-vous. Tchétchènes, afghans, tamouls, chinois, Éthiopiens, colombiens, roumains. A la Cafda on reçoit les familles, de nombreux bébés au sein, des enfants sages résignés, plus sages que les parents qui n’en peuvent plus.

Les plus énervés sont finalement les travailleurs sociaux, débordés, impuissants à soulager toute la misère du monde. Colette et Caroline sont sur le bord de l’implosion. Comment remplir les dossiers de ces gens? Quel interprète requérir? sont-ils Chinois ou Mongols?  Quel est l’itinéraire emprunté? Ils sont muets, par prudence, feignent de ne pas savoir où ils sont passés. Pire, ils mentent. Comment convaincre de persécutions s’ils ne disent rien de fiable. Comment tenir les délais si ils arrivent n’importe quand au rendez vous?

On s’attache aux personnages, on voudrait qu’ils s’en sortent. tous le souhaitent si ardemment…..

Voilà ce que m’avait inspiré ce film, à sa sortie. Et quelques semaines plus tard…Grenoble, la chasse aux Roms, les menaces sur la nationalité…. Ce film me paraît l’antidote parfait à cette campagne délétère. Voir les Migrants non pas comme un groupe ethnique, une menace même, mais comme des individus, des personnalités . Chacun porte son histoire, ses espoirs, ses mystères

Lecture pour Venise :Loredan-les mystères de Venise – Leonora agent du doge – policier livre de poche

Lire pour Voyager/Voyager pour Lire

loredan.1283848879.jpg

Un policier historique agréable et facile à lire, et même très instructif

Prologue : Pucci, orpheline confiée au couvent des ursulines de Vicence résout l’énigme des reliques volées.

Premier Acte : Leonora Agnela Immacolata (surnommée Pucci) est retirée du couvent pour faire un beau mariage à Venise. L’incarcération du père de la fiancée  aux Plombs va contrarier  ce projet

Deuxième acte : Leonora ne se laisse pas abattre et cherche à savoir de quoi son récent « père » est accusé….

Je ne résumerai pas plus loin l’intrigue et ses nombreuses péripéties pour ne pas altérer le suspense d’une part, ensuite parce que ce serait beaucoup trop compliqué…Leonora ne manque ni d’astuce ni de courage et sa bourse est bien remplie pour acheter valets, barcarols, huissiers mais aussi tous ceux qui tenteraient de l’arrêter. Le courtisan qu’elle a recruté est également très bien renseigné.

Mais Leonora « ne connaît pas Venise ».

Nous non plus !

Cela tombe bien. Nous allons nous instruire  aux coutumes singulières de la Dominante et nous promener pour assister au curetage des canaux de Cannoregio, au commerce de contrebande de dentelle, aux rénovations interminables (déjà à cette époque) d’une église à l’élection d’un doge et aux intrigues qui la précède, à un jugement de la Quarantie et du conseil des Dix ; à la Sensa et au Carnaval…..

Lecture passionnante pour celle qui revient tout juste de Venise et qui a encore bien présents à l’esprit les décors.

Si les Mystères de Venise, et surtout la naissance de Leonora s’éclaircissent au 5ème acte, un dernier mystère reste irrésolu : qui est donc cet auteur qui signe Loredan, les mystères de Venise et dont trois volumes sont déjà parus ? Pas d’indication de traduction, ce Loredan écrit donc en Français ! Je googlise sans résultat : Loredan fut un doge de Venise, cela ne m’étonne pas : déjà dans le roman le doge était un Loredan. Loredan renvoie aussi à des ouvrages de science fiction ou de BD, lien avec Corto Maltèse…

Qui est donc Loredan ?

Céphalonie/Corfou par Sky Express et arrivée à Liapades

p8020457-copie.1283800576.JPG

sky express

Notre vol pour Corfou  n’est pas annoncé. A la même heure décolle un avion pour Preveza. Les hôtesses de Sky Express enregistrent des passagers pour Zakynthos : l’île qu’on voit de Céphalonie. Quelle idée d’y aller en avion !  Nos bagages pèsent trop lourd : les valises en soute ne doivent pas excéder 15kg et 6 kg en cabine. L’hôtesse me demande de retirer 1kg du sac à dos rouge pour le mettre dans la valise. Difficile !

17h30 appel des passagers pour Préveza et Corfou. On traverse à pied le tarmac pour monter à bord d’un petit avion à hélice sur une petite passerelle presque un escabeau. La place pour les bagages à main est très réduite. Je serre contre mes genoux le sac.

Le vol s’effectue dans un vacarme assourdissant. L’hôtesse débite mécaniquement les consignes de sécurité en hurlant dans son micro. A sa grimace on devine qu’elle récite sans la moindre conviction d’être entendue. L’avion survole à basse altitude Argostoli puis remonte vers le nord : Assos, Fiscardo puis Ithaque. Ensuite des îlesinconnues et les montagnes d’Epire. Une lagune, l’avion descend sur Préveza. L’hôtesse crie :

– « Les passagers pour Préveza ! » comme dans un autobus.

Le pilote descend. Nous restons à l’attendre une demi-heure assis danbs l’avion. 15 minutes de vol pour Corfou. Ces montagnes pelées, c’est déjà l’Albanie ? L’avion parti en avance atterrit à l’heure à Corfou. Les passagers qui restent partent pour Héraklion, Sky Express est une compagnie crétoise.

L’hôtesse d’AVIS  nous propose une belle voiture pour le prix de la catégorie A. je tique. Dans les îles, une grosse voiture est un embarras. Je saisis le prétexte du prix de l’essence (la vraie raison est que nous voulons passer partout dans les rues étroites des villages et sur les pistes qui vont aux plages).La dame propose un compromis, on gardera l’Opel Astra  quelques jours et passerons en prendre ue petite dès qu’il y en aura une. Justement des clients rendent des clés. Une C1 est disponible.

20h30, nous arrivons à la taverne Aspros. Emily m’accueille en m’embrassant. C’est une dame un peu boulotte très volubile. Elle me parle en Grec. Je ne comprends pas tout  mais cela ne fait rien.

Endaxi ! Pame !

Elle ouvre la maison : tout est prêt, l’électricité l’eau. Nous cherchons une paire de draps. On ouvre les volets, ferme les moustiquaires. Soulagement : les chambres à l’étage sont équipées de ventilateurs à grandes pales inutiles puisque aujourd’hui il fait frais.

iles-ioniennes-dt-429.1283800749.JPG

A 9 heures, la maison est habitable.

Il en va tout à fait autrement avec la C1. Marie Claire nous a conseillé de nous garer à au cimetière à plus de 300m de la maison. Nous aimerions bien décharger les valises plus près. Emily ne nous encourage pas à emprunter notre rue :

–           « la route est très étroite » prévient-elle.

Elle n’est pas seulement étroite, elle est aussi embarrassée de motos et des véhicules des riverains. Impossible de faire demi-tour. D continue tout droit et monte dans le village sous le regard consterné des voisines sur leur balcon. Elles ont observ é avec bienveillance notre installation. La C1 ne revient pas ni D. Les voisines m’interrogent :

–          « Où est donc la voiture ? «

–          « je n’en sais rien ! »

Le voisin monte sur sa vespa pour montrer qu’on peut utiliser la ruelle pour faire demi-tour. Les dames me proposent un emplacement en face de leur immeuble. la C1 réapparait. Grande agitation ! En haut du village le demi-tour a été difficile avec 7 chats sur la chaussée et un environnement  hostile. Les voisines ne comprennent pas pourquoi on refuse leur emplacement.

L’automobile est absolument incompatible avec l’enchevêtrement des maisons, des ruelles étroites coupées d’escaliers. Dans ces villages perchés où les maisons épousent la topographie. Les grecs sont motorisés: chacun connait les emplacements de parking possibles, chacun sait quelle ruelle est praticable, laquelle va se rétrécir inopinément. Chacun sait aussi qu’on peut s’engager deux mètres dans un cul de sac pour permettre à la file de la circulation de passer mais qu’il est vain d’aller plus loin. Le touriste qui ne reviendra jamais peut se permettre de bloquer tout un village, ceux qui souhaitent  séjourner plus longtemps doivent adopter une conduite plus discrète, ne as usurper la place où le voisin s’est toujours garé. Nous aurions été mieux inspirées de suivre les conseils de Marie Claire.

Une fois installées je descends à la taverne chercher le dîner à emporter « paketes » : tomates farcies , les meilleures jamais mangées en Grèce. Emily a mélangé le persil, la sauge, les herbes aromatiques avec du poivron très parfumé. Les tomates ont du goût. Les tomates sont pour moi un sujet de déception permanent, pas seulement en hiver ou dans les pays froids où il est logique qu’elles aient été élevées en serre hors- sol, mais également dans des pays ensoleillés comme Chypre, la Crète ou la Sicile. Les cultures sous plastique, forcées, donnent des fruits  gorgés d’eau insipides. Finalement nous nous endormons sous le léger ronflement du ventilateur – Saint Ventilo- comme on l’a surnommé à Ithaque.