Géothermie – lac de cratère Stora-Viti – volcan Leirnjükur

CARNET ISLANDAIS

géothermie

La Centrale Géothermique non loin de Reykjahlid se visite, en principe, ce matin elle est fermée. Dommage j’attendais beaucoup cette visite !

De longs tuyaux brillants convergent vers les installations ; soit vers la Centrale d’où s’échappe un panache soit vers de petits dômes colorés. A défaut de visite,

je recopie les panneaux du parking :

Pluviosité réduite :1.100m donc peu d’infiltrations

L’écosystème des sources géothermale : les micro-organismes Cyanidium caldarium vivent à 40 -50°C colorent en vert les sources, ce sont des algues rouges en dépit de leur couleur verte, on signale également les bactéries Archéa sont aussi signalées.

Krafla est un volcan dont l’histoire remonte à 200.000 ans et la caldeira à 100.000 ans. La chambre magmatique est profonde de 3.7 km ; ses produits donnent des champs de lave de petits cratères et peu de cendres ; bien qu’on le classe généralement « volcan rouge de type fissural » donc basaltique le panneau évoque des laves acides donnant des rhyolites ; comme quoi, les simplifications habituelles sont souvent abusives et ce n’est pas la première fois que je m’en aperçois depuis notre arrivée en Islande.

IDDP Iceland Deep Drilling Project : avait pour but un forage à 4500m mais il a été abandonné à 2100m en 2009 , encore une piste qui m’intéresse vivement à poursuivre sur Internet !

Stora Viti

Stora Viti

Stora Viti est un joli cratère contenant un lac turquoise qui s’est formé en 1724 ; on peut marcher sur le rebord du cratère mais aujourd’hui ce n’est pas vraiment plaisant sous la pluie, le sentier est très boueux et glissant. Le pire est de débarrasser les chaussures toutes engluées avec le canif.

Leirhnjükur

cratère fumant

Juste en face, part le sentier pour le tour de Leirhnjükur, d’abord gravillonné (cela fait plaisir après la gadoue) ensuite on a construit un chemin de planches. Ces planches sont une protection idéale pour éviter le piétinement, protégeant la flore fragile, et canalisant les touristes ; inconvénient, c’est glissant et même très glissant ; un tronçon de caillebotis est penché, et c’est la glissade. Mon coude heurte la tranche, je suis sonnée. Je me relève mais au moment de faire la photo de cratère fumant, impossible de soulever mon téléphone, impossible de commander mon bras – cassé !

A Reykjahlid il y a une « maison de santé » avec une infirmière, une pharmacie et un cabinet médical où le médecin consulte deux fois par semaine ; pour une radiographie il faut aller en ville à Akureyri à plus de 100 km. Je passe sur le trajet, pas du tourisme, on prend le raccourci par le tunnel payant. On a 3 heures pour s’acquitter du péage par INTERNET après le tarif est majoré. Impossible de régler autrement, si vous n’avez pas de 4G avec votre abonnement ou pas de smartphone, prenez la route gratuite. Cela m’occupera un moment pendant que je patiente aux urgences de l’hôpital.

Nous rentrons à l’hôtel avec un gros plâtre et le bras en écharpe. Aucune envie d’aller dîner au restaurant.

 

 

 

 

 

 

 

Le dernier gardien d’Ellis Island – Gaëlle Josse

J’ai du mal à chroniquer ce livre qui m’a bien plu, lecture fluide, rapide. Livre sensible; sujet qui m’intéresse beaucoup.

Cet ouvrage a pour handicap d’être venu immédiatement après Ellis Island de Pérec et Bober qui m’avait émue. Comme souvent, le roman ne tient pas la comparaison avec le témoignage, avec l’histoire et la réalité. Pérec et Bober visitent Ellis Island, traduisent le choc des souvenirs qui hantent les lieux et leur histoire personnelle.

Gaëlle Josse raconte l’histoire du dernier gardien qui  va prendre sa retraite alors que le centre d’Ellis Island va fermer. Il a vécu toute sa vie dans l’île.  Il a consacré toute sa vie à l’accueil et au tri des immigrants qui abordaient avec tous leurs espoirs le Nouveau Monde. Certains étaient retenus, d’autres refoulés. Certains étaient retenus longtemps si leur identité n’était pas clairement établie comme cet ouvrier italien qui s’est avéré être un activiste recherché, mais que le gardien a préféré libérer en feignant d’ignorer sa situation. Certains étaient renvoyés comme ce frère, un peu demeuré, qu’on a séparé de sa sœur, ou comme ceux dont la tuberculose ou tout autre invalidité interdisait l’entrée sur le sol étasunien.

Fonctionnaire consciencieux mais homme sensible aussi.

J’aurais mieux fait de commencer par le roman

Adieu le blog LeMonde.fr, Bonjour WordPress!

Siwa : mon ancienne banderole du blogLeMonde
Siwa : la banderole de mon ancien blog;

Le 8 juin 2010, j’écrivais »bonjour le Monde, Adieu Voix-Nomades, ! » me voici 9 ans plus tard avec le même sujet. Presque.

J’ai pleuré quand Voix-Nomades a fermé.  C’était une petite communauté, de la  chaleur humaine, de l’amitié. Beaucoup plus qu’une plateforme de blogs.

J’ai  abusé de la notoriété du Monde à l’étranger quand je parlais de mon blog.leMonde.  Le journal était connu. Y faire référence m’a valu un bon accueil dans certains hôtels. Et puis, il y a eu ce jour où le spectacle du Club Pobé sur le blog de Chantal Serrière  a fait la une du Monde.fr, et j’en ai été si fière. Il y a eu aussi, des bogues à répétitions,  et à la suite, de nombreux blogueurs (euses) ont quitté Le Monde pour d’autres plateformes.

Quand j’ai reçu fin  mars 2019, un mail du Monde m’annonçant la fermeture de mon blog je l’ai mal pris. Mon blog, c’est la mémoire de près de 20 ans de voyages et de lectures. Allais-je perdre la mémoire? J’ai commencé à tout sauvegarder et tout copier (plus de 6000 articles et tant de photos). Ce travail gigantesque  aurait pu engloutir des semaines à copier/coller. J’ai essayé d’autres blogs, fait des expériences, des présentation, des banderoles, des slogans.  J’ai ouvert trois blogs sur Blogspot que je maîtrise à peu près.

Enfin, début avril est arrivé le mode d’emploi de la migration sur WordPress : les blogs le Monde étaient déjà sur WordPress. J’ai imprimé les directives et conseils. En deux heures, tout mon blog avait migré. J’ai tout retrouvé! J’ai peut être perdu l’occasion de rafraîchir mes écrits, de revivre des souvenirs….mais j’ai retrouvé les commentaires au fil du blogs, certains d’amis disparus, si précieux. Tableau de bord analogue, mêmes widgets, même présentation.  Seule la banderole a changé, je n’ai pas retrouvé l’ancienne vue de Siwa au coucher du soleil que j’aurais bien gardée.

Depuis près de deux mois, je blogue avec bonheur sur WordPress. J’ai surtout apprécié les statistiques beaucoup plus détaillées que précédemment et le Lecteur qui met en relation avec d’autres blogs analogues. Sur le Monde je connaissais uniquement le nombres de visites par jour (de 400 à 600) sans savoir quel article, quelle photo avait retenu le visiteur. Avec WordPress le nombre de visites a beaucoup diminué mais je connais l’article lu et l’origine des lecteurs. J’en ai été très étonnée.

Comment aurais-je pu deviner que les articles les plus consultés seraient les  livres d’auteurs africains et les lecteurs venant du Sénégal, du Mali parfois de Guinée ou du Niger? Ils ne me laissent pas de commentaires; peut être sont-ils des écoliers qui n’ont pas terminé le livres et qui ont une fiche de lecture à rendre au lycée pour le lendemain et espèrent trouver le travail tout fait (j’ai fait cette expérience sur Babélio). Comment les best-sellers sont le Sentier de Gonone à Cala luna (Sardaigne) ou le marché de Marsaxlokk (Malte)? Une promenade dans Hué  remporte aussi du succès. Si j’avais sélectionné pour un nouveau blog mes carnets de voyages j’aurais peut être laissé tombé ces billets? Ne pas me gargariser avec les chiffres, sur Voix Nomades où je connaissais le mot-clé conduisant à mon blog, j’avais trouvé que « cacher un compteur à gaz » avait emmené un internaute sur mon article de Siwa : à l’hôtel les conditionneurs d’air étaient cachés dans des cages de palmier tout à fait esthétiques et pratiques!

Le Lecteur m’a mis en relation avec plusieurs blogs de voyages,de visites d’exposition et je suis ravie de ces nouveaux contacts.

Mais surtout! je n’ai pas perdu la mémoire! Je blogue pour noter, observer, exercer mon regard, analyser mes lectures. Mais je tiens les notes disponibles n’importe où et n’importe quand pour m’y référer. Combien de fois y suis-je revenue pour trouver un titre de livre, le nom d’un village qui m’échappaient totalement et ne voulaient pas revenir. En vieillissant, on oublie!

 

San Perdido – David Zukerman –

LECTURE AMÉRIQUE CENTRALE (Panama)

« ….Cela tient essentiellement à la ville de San Perdido encore pleine de l’atmosphère des Caraïbes, mélangeant les cultures anciennes de la côte, le métissage de ses habitants et le progrès naissant. Il n’y a pas si longtemps, Port Sangre n’était qu’un petit port de pêche où commerçaient les Kunas et que les pirates avaient fréquenté jusqu’au XVIIIème siècle. Son histoire est encore empreinte de l’esclavage, des envahisseurs espagnols ou anglais, de la révolte des Cimarrons, de la contrebande et du marché noir….. »

J’ai cherché des lectures pour accompagner le voyage au Costa Rica, en vain. San Perdido, se déroule au Panama voisin, sur la Côte Caraïbe, j’espérais retrouver une atmosphère  tropicale. J’ai été servie, exotisme garanti! Cherchant un éventuel traducteur, je découvre que David Zukerman est natif de Créteil et que le roman fait partie du lot de la Rentrée littéraire de janvier 2019!

C’est un roman d’aventures (c’est  trop rare pour un roman français) avec de l’action, un héros justicier magnifique noir aux yeux turquoise. Un roman touffu qui commence sur une décharge d’ordure avec des misérables chiffonniers, qui continue dans le luxe du palais du gouverneur, sur les docks du port, dans une maison close très select….et même dans la jungle. Allusions à la construction du Canal de Panama, à une révolte d’esclaves au 16ème siècle. Trafics et contrebande….De nombreux personnages très variés et inattendus. Il faut être attentif parce que, d’un paragraphe au suivant, on change de personnage, et parfois d’époque.  Je me laisse entraîner avec grand plaisir dans l’intrigue d’un roman noir.

Seul bémol, peut-être, le côté macho. Les hommes ont des rôles variés, des professions, des caractères, tandis que les femmes – très belles, forcément – sont presque toutes des putains, sauf Felicia, figure maternelle même si elle n’a pas porté d’enfant. Toutes  métisses à la peau parfaite, aux fesses rebondies, aux cuisses de gazelle…qui savent tirer parti de leur beauté. Et les moches? Peut être le machisme fait partie de la couleur locale?