Les origines du monde – L’invention de la nature au XIXème siècle à Orsay

Exposition temporaire au Musée d’Orsay

Après la lecture de l’Invention de la Nature d‘Andréa Wulf, des Arpenteurs du monde de Daniel Kehlmann,  Terre Prodigieuses Créatures de Tracy Chevalier visiter cette exposition était une évidence. Pendant le confinement, je suis passée sur les quais de Seine devant le Musée d’Orsay fermé, avec une rage terrible à l’idée que la date de clôture approchait et que ces accrochages sans visiteurs étaient un véritable gâchis. 

Les Origines du monde à Orsaysûrement pas une coïncidence, on pense immédiatement au célèbre tableau (qui d’ailleurs figure en fin de l’exposition). L’Invention de la Nature est datée – selon le prologue – d’un « long XIXème siècle » allant de la Révolution à La Première Guerre mondiale, parfaitement à sa place à Orsay. 

Le Paradis terrestre et la Création d’Eve
  1. Prologue : les récits bibliques fondateurs de la Genèse et du Déluge sont illustrés par des tableaux plus anciens dIsaak van Osten : Le Paradis terrestre et la Création d’Eve et Breughel . Plus récent : Après le Déluge de Philippo Pazzi (1864) où l’on voit les animaux quitter l’arche de Noé/ Egalement une très belle gravure repliée en accordéon représentant les différentes espèces. 
  2. Philippo Polizzi (1864) Après le Déluge. les animaux quittent l’Arche (détail)

2. Nommer les espèces :  les Cabinets de Curiosités furent en vogue dès le 16ème siècle – « modèles en miniature de la Nature Universelle » ils furent la possession des aristocrates et préfigurèrent les collections naturalistes.

Anne Vallayer-Caster 1769 Panache de mer Lithophytes et mollusques

Collectionner, classer Linné (1707-1778); Buffon (1707 -1788)aspire à  un inventaire mais délaisse les classements en recherchant « les causes naturelles ». 

Cabinet de Curiosités : oiseaux exotiques

3. Immensité et diversité du monde

La nature comme spectacle : un diorama montre la tournée de Zarafa, la girafe de Nubie (1827)

Diorama : Zerafa la girafe nubienne

1741 Clara, rhinocéros, fit « Le Grand Tour «  de l’Europe en 12 ans et fut célébrée en peinture ou sur différentes représentation comme cette horloge monumentale

Clara le rhinocéros

les animaux exotiques inspirèrent les artistes comme les lions de Delacroix 

Détail de la Chasse aux lions de Delacroix

ou le tigre dévorant un gavial de Barye

Barye : Tigre dévorant un gavial

Dans les collections j’ai admiré ces cires botaniques de Louis-Marc-Antoine Robillard des fruits exotiques restés frais à travers les siècles!

Dattes, anones et calamondins de cire

Trois expéditions emblématiques  : le Voyage en Australie (1800 -1804) de Nicolas Baudin; L’expédition de Humboldt et Bonpland (1799-1804) et Darwin sur le Beagle (1832 -1835)

Humboldt et Bonpland

Et c’est là que l’émotion arrive : dans une vitrine se trouve deux spécimens de feuilles(Cordia sebestene Cuba Oreopanax de l’herbier de Bonpland,

!coupe géologique par Humboldt et carnet de terrain de Bonpland

son carnet de terrain d’une très fine écriture au papier que je n’arrive pas à déchiffrer sous la vitre, une coupe géologique des Andes de Humboldt et une esquisse des principales hauteurs des deux continents dressée par Goethe! Les biographies de ces deux savants restent vivantes dans mon esprit, je n’aurais jamais rêvé m’approcher de si près des originaux. Je retrouve Humboldt plus loin dans la peinture de la serre tropicale de palmiers de Frédéric- Guillaume III construite sous les directives de l’explorateur.

Palmeraie de Guillaume III à l’Ile aux Paons

4. Antiquité de la Terre : fascination pour la géologie. Emotion encore devant l’édition ancienne des Principes de Géologie de Lyell et devant une coupe stratigraphique de Cuvier et Brongniart. la salle est ornée de tableaux à l’huile représentant des sujets géologiques dont l’éruption du Vésuve et un très étrange paysage de glaciers sur un lever de soleil avec un ours blanc qui se détache sur la crête

Au delà de l’Homme (1894) Briton Rivière

Essor aussi de la paléontologie et mode des dinosaures. Je trouve en cherchant bien le nom de Mary Anning, j’aurais aimé que l’exposition l’honore plus. Bien sûr en majesté un os de dinosaure, et un sujet sur la reconstitution de liguanodon à Cristal Palace (1853) avec l’invitation à un dîner de gala dans le ventre de l’animal préhistorique. Projections de film sur le thème des dinosaures dont la jolie et ancienne animation (1914) de Gertie le Dinosaure

Reconstitution d’un paysage du Dorset

Quelques aquarelles illustrent le voyage du Beagle mais curieusement Darwin apparait dans un champ inattendu : la psychologie avec l’étude des émotions faciales des chiens et des enfants.

L‘Evolution et les arbres de la phylogénèse occupent un mur entier mais c’est le tableau de Kupka qui m’a le plus étonnée

Kupka : Anthropoïdes

J’ai oublié Les Trésors de la Mer 

Argonaute, pieuvre

Et toute une série de dessins les plus fins et les plus décoratifs qui soient

pour arriver à la série des radiolaires et des méduses de Haeckel

Haeckel : radiolaires
Haeckel : méduses

Non seulement Haeckel est un scientifique de premier plan mais il a inspiré les artistes de l’Art Nouveau : architecture, décoration….Une collection de vases de Gallé rend compte de cette influence

Gallé : vase avec coquillage et algues

 

La fin de l’exposition est moins axée sur les sciences et plus sur la création artistique avec les chimères et même avec Odilon Redon  et Böcklin un glissement vers le fantastique. 

Kandinsky : après le Déluge

Prodigieuses Créatures – Tracy Chevalier

Ammonites

C’est la biographie romancée de Mary Anning qui découvrit dans les premières décennies du XIXème siècle les fossiles d‘Ichtyosaures et de Plésiosaures sur les plages de Lime Regis (Dorset) qui sont les Prodigieuses Créatures qui ont donné le titre au livre. 

C’est comme ça avec la chasse aux fossiles : elle s’empare de vous, comme une fringale, et rien d’autre ne compte à part ce que vous trouvez.

Ce roman à deux voix fait alterner le récit de Mary, la chasseuse de fossiles, et celui d’Elizabeth Philpot, dame de la bonne société passionnée de poissons fossiles.

Nous étions à peine installées à Morley Cottage qu’il devint évident que les fossiles allaient devenir ma passion. Je devais en effet m’en trouver une : j’avais vingt-cinq ans, peu de chances de me marier un jour, et besoin d’un  passe-temps pour occuper mes journées. Il est parfois extrêmement assommant d’être une dame.

Le récit d’Elizabeth Philpot commence comme un livre de Jane Austen : trois sœurs, filles d’un avocat londonien, d’installent dans cette modeste station balnéaire après avoir laissé la belle demeure de Bloomsbury à leur frère qui vient de se marier. Trois soeurs à marier, les deux aînées sont déjà des vieilles filles, tandis que la cadette encore fraîche et jolie écume les bals et clubs pour trouver un soupirant. D’ailleurs Jane Austen a résidé à Lime Regis en 1805 et son roman Persuasion s’y déroule. Peut être les soeurs Philpot l’ont-elles rencontrée?

Ichtyosaure

« …un monstre de pierre impressionnant qui mesurait plus de cinq mètres de long et qui ne ressemblait à aucun animal
connu. Ce n’était pas un crocodile. Non seulement il avait ces yeux immenses, ce long museau dénué de bosses
et ces dents régulières, mais il avait également des nageoires plutôt que des pattes, et son thorax était comme un
fût allongé dont les côtes s’alignaient à partir d’une puissante épine dorsale. Il se terminait par une longue queue,
dont la ligne des vertèbres était coupée par une déviation en son milieu. Il évoquait un peu un dauphin, une tortuemarine ou un lézard, sans pourtant concorder tout à fait avec la physionomie d’aucun de ces animaux-là… »

Mary a 12 ans quand elle découvre avec son frère le museau du fossile qu’elle prend d’abord pour un crocodile. Son père qui l’a initiée à la « chasse aux fossiles » vient de mourir laissant des dettes à sa famille qui a pour seul revenu le produit de la vente des « curios » (curiosités) fossiles d’ammonites, gryphées, lys de mer ou oursins dont les touristes sont friands. Elizabeth Philpot, passionnée de paléontologie va accompagner la jeune fille sur la plage, l’aider à extraire le squelette et à le vendre à un notable. Elizabeth, femme de bonne éducation, lit aussi des livres scientifiques et des revues et va partager ce qu’elle sait avec Mary.

Mary Anning

Etre une femme-paléontologue ne va pas de soi! Les notables vont s’approprier les découvertes de Mary et les revendre à bon prix. Elizabeth bien introduite dans la société de Londres va tenter de les obliger à attribuer la découverte à l’inventrice. Mais être une femme dans ce milieu n’est pas facile, même Elizabeth doit subir les rebuffades des paléontologues qu’elle connaît par ailleurs, elle y laisse sa santé. Pourtant l’expertise de Mary est reconnue jusqu’à Paris.

« L’ichtyosaure était une créature qu’on n’avait jamais vue auparavant, qui semblait ne plus exister, qui avait
disparu… dont l’espèce s’était éteinte. De ce phénomène, on a déduit que le monde évoluait sans doute en permanence, si lentement que ce soit, qu’il n’était pas immuable, comme on le croyait précédemment. »

[…]
« Cela ne me dérange pas de lire la Bible de façon métaphorique et non pas littérale. Par exemple, les six jours de la Genèse ne sont pas des jours au sens propre, mais différentes périodes de la Création, qui correspondent à plusieurs milliers, voire plusieurs centaines de milliers d’années. Cela n’enlève rien à la puissance de Dieu … »

Un autre aspect du roman m’a intéressée. Avant Darwin et les théories de l’Evolution, la découverte de ces « prodigieuses créatures » était contraire aux théories que professait l’Eglise : la création du monde en six jours. Comment s’accommoder de créatures disparues, peut-on imaginer que Dieu les a crées imparfaites et s’en est débarrassé lors du Déluge? L’écrivaine a mis en scène des scientifiques reconnus comme Lyell ou Cuvier et des universitaires d’Oxford.

 

Un roman qui m’a bien sûr passionnée. Et qui me donne envie de traverser la Manche pour voir la plage et le Musée!

 

L’invention de la Nature – les Aventures d’Alexander von Humboldt – Andrea Wulf (2)

LES HERITIERS

Il me faudrait beaucoup plus de deux billets pour rendre compte de ce livre passionnant. Le premier présente Alexander von Humboldt ce deuxième, le cortège des savants, naturalistes, poètes, politiques qui se sont inspirés des travaux de Humboldt. 

Darwin (1809-1882)

Darwin est certainement le plus célèbre de tous. Sa Théorie de l’Evolution développée à partir de du voyage du Beagle(1839) et l‘Origine des Espèces (1859) est un apport majeur à l’histoire des sciences. Darwin découvrit la Relation Historique  de Humboldt étudiant à Cambridge en 1931. 

Il était comme « obsédé » par Humboldt et à la suite de ce dernier projetait un voyage au Canaries sur les pas de son ainé. Quelques mois plus tard, Darwin a l’opportunité d’embarquer sur le Beagle en tant que « gentleman naturaliste ». L‘expédition avait pour objectif une circumnavigation autour du globe afin d’effectuer le calcul des longitudes. Pas d’escale à Tenerife mais à Santiago , la plus grande île du Cap Vert où il découvre la végétation tropicale et le roches volcaniques comme son illustre prédécesseur. Pendant son voyage en Amérique du Sud il lit Humboldt et se fait envoyer lses derniers livres parus. 

Humboldt et Darwin avaient tous les deux la rare faculté de se concentrer sur les plus petits détails – une
parcelle de lichen, un petit coléoptère –, puis de prendre de la distance pour les considérer dans leur contexte et
établir des comparaisons. Cette flexibilité d’échelle et de point de vue leur donna une approche tout à fait
nouvelle du monde.

en 1839, Le Voyage du Beagle rendit Darwin célèbre. Il y parlait de plantes, d’animaux et de géologie, mais aussi de la couleur du ciel, de la lumière, de la tranquillité de l’air et de la brume dans les lointains – à grands coups de pinceau, comme un peintre. À la manière de Humboldt, Darwin notait ses émotions au contact de la nature, tout en fournissant des données scientifiques et des informations sur les peuples
rencontrés. »

LYELL (1797 -1875)

Lyell 1840

Peut être moins fameux que le précédent, sauf pour les étudiants en géologie qui connaissent le Principe de l’Uniformitarisme (ou Actualisme) Contemporain de Humboldt, il se sont rencontrés à Paris où ils ont échangé à propos de l’invention de Humboldt des Isothermes. Charles Lyell a également voyagé pour étudier les volcans. Ses travaux furent publiés dans les Principes de Géologie. 

l‘idée centrale des Principes de Géologie était que la Terre s’était façonnée très lentement par de minuscules changements ; selon lui elle ne s’était pas formée par de soudaines catastrophes comme les tremblements de terre ou inondations comme on le pensait en général 

Darwin s’est aussi appuyé pour Lyell dans ses études lors du voyage du Beagle. 

THOREAU (1817 – 1862)

Philosophe et naturaliste, ce n’est pas un scientifique, plutôt un poète. Selon Wulf, Walden n’aurait pas été le livre qu’il est sans Humboldt. 

Viennent ensuite les biographies de deux Américains que je ne connaissais pas

George Perkins MARSH (1801 -1882)

John Perkins Marsh fut un économiste américain, linguiste et diplomate  qui a envisagé l’influence de l’homme sur la nature encore sauvage américaine :

Des lacs, des étangs et des rivières autrefois très poissonneux avaient vu disparaître toute vie dans leurs eaux,Marsh fut le premier à en donner la raison. La surpêche était en partie responsable, mais surtout la pollution industrielle.

Comme Humboldt, Marsh tenait en partie pour responsable la pratique de l’agriculture de rapport, comme le
tabac et le coton . […]Marsh en concluait qu’un régime végétarien était plus écologiquement responsable qu’un régime carné.

Il écrivait le plus vite possible, dans l’urgence, parce qu’il sentait que les hommes devaient changer très vite leur
manière de faire si on voulait espérer sauver la Terre des ravages de la charrue et de la hache. « Je me dépêche,
écrivit Marsh au rédacteur en chef Si rien ne changeait, la planète serait réduite à « une surface dénaturée, en proie aux excès climatiques 

Dans Man and Nature, Marsh passait les exemples en revue, donnant de multiples illustrations de l’influence de
l’homme sur les rythmes de la nature : quand, par exemple, un chapelier de Paris avait mis à la mode les chapeaux en soie, ceux  en fourrure ne s’étaient plus vendus – ce qui, par ricochet, avait eu un effet bénéfique sur les populations de castors très fragilisées du Canada,

Ce qui fait écrire qu’il fut le « premier écologiste »

 

John MUIR (1838 -1914) 

C’est un pionnier de l’écologie cherchant à protéger la nature encore préservée de la Vallée de Yosemite en Californie, sous le statut de Parc National.

En 1860 il rédigea L’Homme et la Nature en s’inspirant des idées de Humboldt et de Thoreau

Le réel impact de Man and Nature ne se fit pas sentir avant plusieurs dizaines d’années mais le livre influença
beaucoup d’Américains qui devaient devenir des figures importantes des mouvements de préservation et de
défense de la nature. John Muir, le « père des parcs nationaux »,

Ernst HAECKEL(1834-1917) 

radiolaires

 

« Parfois, Haeckel rentrait de ses longues promenades chargé de lierre dont il tressait des couronnes pour orner le
portrait de Humboldt accroché au mur de sa chambre »

Haeckel est encore un naturaliste allemand de la tradition de Humboldt, né à Postdam, mort à Iéna. Comme Humboldt, Darwin, Lyell ou Marsh, il est parti des laboratoires pour aller vers la nature sur le terrain. Moins loin que les premiers, il fera ses découvertes en Italie. Parti étudier poissons et mollusque à Naples, c’est en Sicile qu’il va faire ses découvertes.  Dans un seau d’eau de mer, sous le microscope il observe des merveilles de symétrie, de délicatesse et de fantaisie : les radiolaires qu’il dessine, un œil rivé à l’oculaire, l’autre au papier à dessin. Radiolaires et méduses offrent des géométries fascinantes qui vont inspirer les créateurs, architectes ou décorateurs de l’Art Nouveau. La maison de Haeckel est elle-même Villa Medusa.

Haeckel illustra ce travail zoologique de ses propres mains, livrant des dessins d’une exactitude scientifique
parfaite, mais aussi d’une remarquable beauté.

Le dessin était pour Haeckel la seule vraie méthode pour comprendre la nature.

 

Comme ses prédécesseurs, Haeckel allie la science la plus sérieuse et la plus pointue (comme la classification de  Protozoaires) à l’émotion artistique. 

Pendant que Haeckel travaillait à Die Radiolarien, il lut un livre qui devait de nouveau bouleverser sa vie :
L’Origine des espèces. Haeckel fut extrêmement frappé par la théorie de l’Evolution.

Haeckel est aussi l’inventeur du nom « écologie »

l’Oecologie, ou « écologie » . Le terme était tiré du mot grec « maison » – oikos – appliqué au milieu naturel.
Tous les organismes terrestres vivaient ensemble dans un même lieu comme une famille occupe le même foyer.
Et comme les membres d’une famille, il arrivait qu’ils entrent en conflit ou qu’ils s’entraident.

[…]
L’écologie, disait Haeckel, était « la science des relations d’un organisme avec son environnement »

Comme Humboldt, Haeckel fit le voyage de Tenerife et rencontra Darwin en route. Il mis ses pas dans ceux de Humboldt, au sommet du Teide puis visita Lanzarote. Après ce voyage il repartit souvent en Egypte, en Inde, au Sri Lanka en Indonésie collecter des spécimens et surtout dessinant…

 

Je me suis surtout attachée à tout ce cortège de savants, j’ai négligé les politiques comme Jefferson, Madison, Simon Bolivar. J’ai oublié de parler de la grande leçon d’histoire qui s’est déroulée pendant la longue existence de Humboldt, de 1769, qui est aussi l’année de naissance de Napoléon, à l’Unité Allemande sous la direction des rois de Prusse… j’aurais aussi pu développer l’indépendance des colonies espagnoles, les sentiments anti-esclavagiste et anticolonialistes….mais cela devrait faire l’objet d’un autre billet.

L’Invention de la nature: Les aventures d’Alexander von Humboldt (1) – Andrea Wulf – ed Noir sur Blanc

 -HISTOIRE DES SCIENCES

« Humboldt, lui, nous a apporté le concept même de nature. Ironie du sort, ses réflexions sont devenues si évidentes que nous avons pratiquement oublié l’homme qui en est à l’origine. »

« Sans doute est-il temps pour nous, et pour le mouvement écologiste, de redécouvrir ce grand précurseur qu’était
Alexander von Humboldt. »

Je connaissais Humboldt de nom, sans que rien de précis ne se dégage vraiment (sauf le courant de Humboldt). Je l’ai découvert dans l’excellent livre de Daniel Kehlmann Les Arpenteurs du monde . 

Plusieurs blogueuses m’ont pressée de lire L’Invention de la Nature et je les remercie chaleureusement.  Le titre m’a fait croire qu’il s’agissait d’une biographie d’Alexander Humboldt, ce livre est  beaucoup plus qu’une biographie. A la suite de Humboldt, tout un cortège de savants et de savants-voyageurs ont suivi ses traces et ont posé les fondements d’une écologie scientifique mais aussi politique. 

Humboldt (1769-1859)

Né dans une famille de l’aristocratie prussienne, il a joui d’une bonne éducation complète, littéraire et scientifique et même économique à l’Ecole de Commerce de Hambourg, puis à l’Ecole des Mines de Freiberg la première dans son genre qui enseignait la géologie et ses applications dans les mines. Dès qu’il disposait de temps libre, il s’échappait, herborisait et collectionnait des milliers de spécimens botaniques. Il fut nommé conseiller des mines à 22 ans.  Il s’intéressa  aux conditions de travail des mineurs et fonda même une Ecole de la Mine. Il se livrait aussi à des expérimentations sur « l‘électricité animale ou galvanisme« . En 1794, à Iena et Weimar, il rencontre Schiller et surtout Goethe qui se passionnait alors pour les sujets scientifiques. Leur rencontre fut très fructueuse : « Ils parlaient de l’art, de la nature et de la pensée ». L‘auteure note aussi qu’ » On ne pouvait pas échapper à Kant à Iena ». 

« A l’évidence, il y avait un peu de Humboldt dans le Faust de Goethe – ou un peu de Faust dans Humboldt »

Au décès de sa mère, Alexander se sent libre de « partir pour un long voyage », partit pour Paris, escalada les Alpes, examina les plantes exotiques dans les serres de Vienne, fit provision d’instruments de mesure. Mais l’Europe était bloquée par les guerres de la Révolution française. Il pensa se joindre à une expédition vers le pôle sud, ou rejoindre les savants de Bonaparte en Egypte…A Paris, il rencontre le compagnon idéal : Aimé Bonpland qui partageait la même passion pour les plantes et les grands voyages. 

1799, avec un passeport espagnol, ils obtiennent l’autorisation de se rendre dans les colonies espagnoles d’Amérique du Sud. Escale à Teneriffe, Humboldt est émerveillé par la cime du Teide qu’ils gravissent. En Juillet ils accostent à Cumana au Venezuela, enchantés par le paysage tropical, les fleurs éclatantes, les oiseaux colorés…Les botanistes cherchent des corrélations avec la flore européenne. 

« Tout dans le monde naturel lui semblait relié d’une matière ou une autre, une idée qui caractérisa sa pensée jusqu’à la fin de sa vie »

Le bonheur de Humboldt n’était pas sans partage : le marché aux esclaves qui se tenait devant ses fenêtres sur la place principale de Cumana le scandalisait.

Quelques semaines après son arrivée ils assistent à un tremblement de terre violent.

« Humboldt descendit de son hamac et installa ses instruments ? Rien, pas même un tremblement de terre ne pouvait l’empêcher de mesurer les phénomènes naturels »

L’expédition devient aventure quand ils s’embarquent pour rechercher un mystérieux cours d’eau reliant l’Orénoque à l’Amazone après avoir traversé la grande plaine des LLanos. C’est mieux que du Jules Verne (qui plus tard s’est inspiré de Humboldt), mieux qu’Indiana Jones! un vrai roman d’aventures entre serpents, anguilles électriques, chevaux,  moustiques, rencontre avec les Indiens.

Il s’intéressait à leurs langues, leur culture et dénonçait plutôt la « barbarie de l’homme civilisé qu’il dénonçait »

Il faut le lire! D’ailleurs, de retour, le récit de leurs aventures fut un véritable best-seller, traduit dans toutes les langues, avec des réimpressions constantes.

Mais il faut aussi s’attacher au contenu scientifique pour comprendre l’Invention de la Nature . Etudiant le lac de Valencia, il met en évidence les causes humaines de l’assèchement du lac. 

Le lac de Valencia jouissait d’un écosystème unique : dans ce système fermé sans communication avec l’océan et seulement alimenté par de petits ruisseaux, le niveau des eaux était uniquement soumis à l’influence de l’évaporation. les habitants pensaient qu’une faille souterraine devait vider le lac. […]les résultats de ses mesures lui firent conclure que c’était la déforestation des terres environnantes ainsi que l’utilisation des affluents pour l’irrigation des cultures qui faisaient baisser le niveau du lac? « 

la déforestation était déjà une préoccupation de Humboldt quand il surveillait les mines

« Le bois était le pétrole du XVIIè et du XVIIIème siècles, la crainte de la pénurie provoquait les mêmes inquiétudes dans les domaines du chauffage, de l’industrie et des transports que les crises pétrolières aujourd’hui »

Observant les jaguars prédateurs, les oiseaux, les insectes et les chaînes alimentaires ainsi que la compétition des plantes pour la lumière, les plantes grimpantes étranglant les arbres, il écrivait :

« L’âge d’or a cessé »

« Il dessinait ainsi le portrait d’un monde régi par une sanglante lutte pour l’existence, une idée de la nature bien différente de celle qui prévalait alors, celle d’une machine bien  huilée dans laquelle tous les animaux et les plantes occupaient une place attribuée par Dieu »

Ils traversent ensuite les Andes, marchent jusqu’ à Bogota  et Quito et s’intéressent aux volcans. Il cherchent à savoir si ce sont des phénomènes locaux ou s’ils sont reliés entre eux et pensaient qu’ils les renseigneraient sur la formation de la Terre. 

L‘ascension du Chimborazo est un monument de bravoure : haut de 6400 m c’est la plus haute montagne que l’homme a gravie. Les deux explorateurs établissent un record sportif. Du sommet, Humboldt fait une découverte majeure : l’étagement des zones de végétation

En regardant à ses pieds les pentes du Chimborazo et les montagnes au loin, Humboldt eut une révélation. Tout
ce qu’il avait vu au cours des dernières années se rassembla pour former un tout cohérent. Son frère Wilhelm
pensait depuis longtemps que l’esprit d’Alexander était fait pour « relier les idées, trouver des chaînes de
correspondances » . Ce jour-là, en haut du Chimborazo, tout en se pénétrant de ce qu’il voyait, il pensa aux
mesures qu’il avait prises, aux plantes, aux formations rocheuses vues dans les Alpes, les Pyrénées, et à
Tenerife. La somme de ces observations formait une évidence. La nature, se dit-il, était mue par une force
globale et ressemblait à un tissu, le grand tissu du vivant.

Le trajet depuis Quito et l’ascension du Chimborazo avaient été comme une expédition botanique se déplaçant
de l’équateur vers les pôles. Sur les flancs de la montagne, toute la flore du monde se succédait selon des zones
de végétation bien distinctes, superposées par étages . En bas, dans la vallée, les plantes appartenaient aux
espèces tropicales, puis elles étaient remplacées par les lichens qu’il avait observés à la limite des neiges
éternelles. À la fin de sa vie, Humboldt a fait de fréquentes allusions au besoin de « contempler la nature de
haut »  afin de mieux comprendre les relations entre les choses,

Passons le périple du retour qui a conduit les deux explorateurs aux Etats Unis où ils furent les hôtes de Jefferson. Humboldt , républicain était un admirateur  de la Révolution américaine.  Selon lui la politique et la nature étaient indissociables

C’était l’image de l’Amérique idéale de Jefferson, son rêve économique et politique pour l’ensemble des États-
Unis, dont il voulait faire une nation d’agriculteurs indépendants vivant dans de petites fermes autosuffisantes.

Jefferson était un jardinier, il s’intéressait aux sciences. La Maison Blanche était devenue un centre d’échange scientifique. De plus la question de la frontière entre les Etats Unis et le Mexique espagnol était urgente. Humboldt, pourtant envoyé par le Roi d’Espagne détestait la colonisation :

« l’idée même de colonisation est immorale » écrivait-il

« Humboldt fut le premier à établir un lien entre le colonialisme et la destruction de l’environnement »

Pour Humboldt, le colonialisme et l’esclavage étaient une seule et même chose indissociable de la relation de l’homme avec la nature et l’exploitation des ressources naturelles. 

De retour en Europe en 1804,  Humboldt s’installe à Paris où règne une vie intellectuelle intense. Napoléon a installé une contrôle autoritaire sur tous les aspects de la vie nationale. De plus, l’Europe est en guerre, Humboldt est prussien mais il a tissé des liens avec les scientifiques : Gay-Lussac qui mène des expériences en ballon, à 1000 m plus haut que la cime du Chimborazo, Arago qui est un ami intime, Lamarck et Cuvier….Il fréquente aussi des Sud Américains; Simon Bolivar lui rend visite

« Humboldt était d’avis que les même si les colonies étaient mûres pour la révolution, il leur manquait un chef pour les mener »

Cependant il se méfiait du racisme qui gangrenait la société sud-américaine et de l’esclavage..

Un voyage en Italie, à Rome et à Naples lui réserve une belle surprise  : le Vésuve entra en éruption sous leurs yeux.

Cependant, il lui faut retourner à Berlin Il est appointé par le Roi de Prusse. Il va s’atteler à sa grande oeuvre : la rédaction de L’Essai sur la Géographie des Plantes qui montre la relation entre les plantes, le climat et la géographie et qui fut publié en 1807

Depuis des milliers d’années, les cultures, les céréales, les légumes et les fruits suivaient l’humanité dans ses
déplacements. En traversant les continents et les océans, les hommes avaient emporté des plantes, et ainsi
changé la physionomie du globe. L’agriculture reliait les plantes à la politique et à l’économie. Des guerres
avaient été livrées pour des plantes, des empires s’étaient construits sur le thé, le sucre et le tabac ….

Bien avant la Dérive des Continents et la Tectonique des plaques, il imagine une liaison entre l’Afrique et l’Amérique du Sud du fait des ressemblances entre les plantes. Dans les Tableaux de la Nature il devient lyrique et parle des émotions que procure la nature. 

C’est aussi l’époque où La Description de l’Egypte est publiée (1809). Le Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent de Humboldt suscite la jalousie de l’Empereur.

« Pour presque tous les autres savants, c’était une bonne période pour vivre en France car Napoléon était un grand promoteur des sciences »

Après Waterloo Prussiens et Cosaques se déversent sur Paris, Humboldt sauve de justesse le Jardin des Plantes/

Humboldt rêve de repartir en expédition. Il prépare un voyage en Himalaya, séjourne à Londres mais n’obtiendra jamais la permission de la Compagnie des Indes après la parution de son Essai politique sur le Royaume de la Nouvelle-Espagne et sa critique de la férocité des Européens. A Londres il rencontre Herschel, l’astronome, va faire des observation à l’Observatoire de Greenwich. 

Finalement il est rappelé à la cour de Berlin pour remplir son office de Chambellan. Malgré des différends avec le roi autocrate, Humboldt professe le républicanisme et les idées des Lumières, il partage son temps entre la rédaction de ses livres, des conférences ouvertes à tous, des rencontres de savants et ses obligations à la cour. Il rédige une somme monumentale Kosmos en compilant les découvertes de ses recherches ainsi que les avancées des différents savants de l’époque aussi bien concernant la Terre, les organismes vivants, l’Univers, le magnétisme. De nombreuses traductions dans toutes les langues européennes sont distribuées dans le monde entier. Humboldt entretient également une correspondance très active avec des milliers de lecteurs. 

Cancrin, après avoir obtenu l’autorisation du tsar Nicolas Ier, avait invité Humboldt à venir en Russie, tous frais payés,  lui écrivait pour lui demander des informations sur le platine, s’interrogeant sur l’opportunité d’en faire
l’étalon de la monnaie russe . On avait trouvé ce métal précieux dans les montagnes de l’Oural cinq ans plus
tôt

Humboldt allait enfin voir l’Asie.

A la soixantaine il pourra repartir en expédition lointaine : invité par le Tsar de Russie. En tant que géologue spécialiste des mines il va jusqu’en  en Sibérie à la recherche de minéraux précieux, or diamants. Ce voyage officiel est très encadré,

Comprenant parfaitement ce que l’on attendait de lui, Humboldt avait promis à Cancrin de ne s’occuper que de
la nature. Il ne toucherait à aucun sujet lié au gouvernement et à « la condition des classes inférieures » ,
promettait-il, et ne critiquerait pas publiquement le système féodal russe – quelle que soit la cruauté avec
laquelle était traitée la population. 

il pourra enfin s’échapper découvrir les montagnes de l’Altaï à la frontière de la Chine. La guerre Russo-ottomane le privera du Mont Ararat  qu’il avait prévu de gravir.

Humboldt était un personnage considérable à Berlin, on venait de loin pour le voir et son adresse était connue de tous les cochers de la capitale.

Quand il s’est éteint en 1859 son enterrement fut quasiment des funérailles nationales. Dix ans plus tard, on célébrait le centenaire de sa naissance en grande pompe, des feux d’artifices furent tirés aussi loin qu’au Caire. (c’était aussi l’année de l’inauguration du canal de Suez)?

 

L’Invention de la Nature d’Andréa Wulf est beaucoup plus qu’une simple biographie de Humboldt, un bon tiers du livre est consacré aux savants et politiques s’inspirant de ses œuvres. J’ai pris 24 pages de notes et un seul billet serait beaucoup trop long pour résumer le livre.

Lire aussi les avis de Dominique ICI, de Claudialucia ICI de Keisha ICI

Les Arpenteurs du monde – Daniel Kehlmann

EXPLORATEURS ET SCIENTIFIQUES

« Sur la route d’Espagne, Humboldt mesura chaque colline. Il escalada chaque montagne. Il préleva des échantillons de pierres sur chaque paroi rocheuse. Muni de son masque à oxygène il explora toutes les grottes jusque dans les cavités les plus reculées […]Il (Bonpland) commença à se poser des questions. tout cela est-il bien nécessaire, demanda-t-il . après tout on ne faisait que passer[…]

Humboldt réfléchit. Non, dit-il finalement il était désolé? Une colline dont on ne connaît pas la hauteur était une insulte à la raison et le rendait nerveux. Un homme qui ne déterminerait pas à chaque instant sa position géographique ne pouvait pas se déplacer. On ne laissait pas une énigme, si petite soit-elle, au bord de la route. »

Histoire et Géographie!

J’aime les livres de voyages et surtout ceux des explorateurs des temps jadis! Je me suis toujours intéressée à l’Histoire des Sciences, aux biographies de scientifiques illustres. Les Arpenteurs du Monde raconte les deux thèmes : biographie de Carl Friedrich Gauss, Prince des Mathématiques (1777-1855), astronome et accessoirement arpenteur de métier, Alexander von Humboldt, (1769 -1859) qui partit explorer l’Amérique espagnole avec le Français Bonpland  de 1799 à 1804, remonta l’Orénoque, gravit des volcans, dans la Nouvelle Grenade(Venezuela-Colombie-Equateur), puis visita le Mexique.

Carl Friedrich Gauss

Biographie croisée des deux Scientifiques, contemporains mais si différents de caractère qui finirent par se rencontrer à Berlin. Construction habile, chronologique, où alternent les chapitres, la Mer, Le Fleuve, La Grotte , la montagne.. la steppe pour l’explorateur des terres lointaines. Le Maitre d’Ecole,  les nombres, les étoiles, le jardin…. pour le mathématicien. L’un rêve de grand large et d’ascension de volcans tandis que l’autre est casanier.  Pour explorer la terre Humboldt part aux antipodes tandis que Gauss va aux confins de l’Univers en restant l’oeil collé à l’oculaire de son télescope et une aiguille suffit dans sa tente pour mesurer le magnétisme terrestre sans quitter son jardin. Tous deux sont rigoureux dans leurs mesures. Gauss, en ballon avec Pilâtre de Rozier n’admire pas le paysage mais a l’intuition de la courbure de l’espace où les parallèles se rejoindraient tandis que Humboldt si occupé à mesurer sa position oublie de regarder l’éclipse de soleil. L’un est bougon, l’autre plutôt mondain.

alexander von Humboldt

La confrontation de ces deux vies dans la première moitié du XIXème siècle est très plaisante, des conquêtes napoléoniennes à l’essor de la Prusse et à la construction de Berlin. On devine l’indépendance des pays d’Amérique latine qui se profile. Humboldt ne se contente pas de mesurer et rapporter des collections de minéraux ou d’animaux et de plantes, il se penche aussi sur le sort des esclaves ou des mineurs dans les mines d’argent. L’auteur insiste aussi sur l’autoritarisme de la Prusse où trois étudiants forment déjà un attroupement ou pire en Russie, les convois de prisonniers.

Une lecture bien agréable et une rencontre avec deux personnages exceptionnels.  C’est aussi un livre d’aventures quand Humboldt navigue sur l’Orénoque ou escalade le Chimborazo considéré comme la montagne la plus haute du Globe. Cela me donne envie d’approfondir leurs découvertes du point de vue plus scientifique surtout en ce qui concerne Humboldt parce que les mathématiques théoriques, cela me paraît bien difficile.

Premières promenades athéniennes

CARNET DES CYCLADES

La terrasse de l’Hôtel Economy donne sur l’Acropole

Forfait fixe pour les taxis(38€)  de l’aéroport à Athènes,  bien pratique, nous n’avons pas à nous soucier du parcours. Le taxi tourne dans les rues aux noms antiques Evripidou, Sofokleous, Socratous avant d’arriver à Clisthenous, où se trouve l’Hôtel Economy. Le réceptionniste est toujours le même, il avoue ne pas nous reconnaître.

La vue de notre balcon sur la place et le Lycabette

La chambre 604 a un petit balcon sur la grande Place où se trouve la Mairie, bâtiment néo-classique jaune pâle. Rectangle dallé qui se termine par un site archéologique : le Cimetière acharnien qu’on ne visite pas mais qui est visible de la dalle. En face de la Mairie, la Banque de Grèce est aussi une construction jaune à corniches néo-classiques.

manifestation devant la banque nationale

Des cris au mégaphone, des sifflets m’interpellent. Je traverse la place pour aller voir de près.  Les manifestantes ne sont pas bien nombreuses. Des femmes, 40 à 50 ans, bien coiffées, vêtues de noir se tiennent derrière une banderole brandissant des ballons de mousse noire au rythme des sifflets.  « Pas d’argent pour la banque Nationale ! » crient-elles. Les Grecs, inventeurs de la démocratie, et semblent adorer se rassembler dans la rue pour clamer à haute voix leurs doléances. Pas un voyage à Athènes ou à Thessalonique sans qu’on n’assiste à un défilé. Devant l’Université, des séides d’Aube Dorée ont apporté des drapeaux grecs et des pancartes dénonçant « l’islamisation ».

dans les rues autour de l’agora

Avant le déjeuner, je fais un tour au marché : l’Agora – tout un programme – Je me saoule de parfums méditerranéens   de l’huile d’olive, sur les étals, des olives sont de toute couleurs, calibres, et provenances des senteurs des aromates séchés sur les étals. Les effluves aigrelettes de la fêta et des fromages qui baignent dans le petit lait. Des fruits mûrs, parfois trop murs exhalent des odeurs sûres.

pour faire les dolmades

Les épiceries ont suspendu des saucissons, des guirlandes d’ail, de piments rouge et même d’aubergines séchées et coupées violettes, de courgettes en tronçons verts dont il ne reste que la peau. Des bouquets de camomille, de lavande et d’herbes de la montagne embaument. Dans des casiers on a déposé des tranches d’oranges  et de citrons séchés, des boutons de rose. Les brocanteurs ont accumulé des marchandises diverses : marmites, ustensiles pour le café, chaussures sous des instruments de musique suspendus, luths bouzoukis et guitares. Plus loin, ce sont éponges et loofahs qui garnissent les tours de portes (une recherche sur le net m’apprends que ces fibres qui servent de gant de crin sont les fruits d’une cucurbitacée comestible la Loofah d’Egypte. Verte elle ressemble à un concombre renflé.

brocante

Souvlakis et kebab au déjeuner (paketo que j’emporte pour la terrasse) avec des fraises et des cerises du marché.

Le mardi n’est pas très favorable pour les visites, de nombreux musées sont fermés. J’improvise  une  promenade par les petites rues derrière la Banque de Grèce jusqu’à Stadiou, Panepisthémiou juqu’à Syntagma dans l’Athènes Néo-classique du 19ème avec colonnes fresques et frontons sculptés de l’Université de de belles maisons. Entre Vassilis Amalias et Vassilis Sofias, le Jardin National offre une promenade ombragée. Je passe le long d’une rangée de palmiers à très hauts fûts. Les arbres remarquables sont étiquetés comme dans un arboretum ; ils ont été acclimatés des cinq continents. Une aimable compagnie se promène, jeunes ou vieux, touristes ou SDF. Une troupe théâtrale en habits 19ème déclame en marchant. J’imagine que faisaient ainsi les philosophes de l’antiquité. Je me gave de chaleur. Le bien être m’envahit.

Zappéion patio rond

A la sortie du jardin, je découvre le Zappéion que je ne connaissais pas : palais 19ème (1874-1888) rêve d’Evangelos Zappas, homme d’affaire grec vivant en Roumanie mais ayant combattu pour l’Indépendance grecque et désireux de faire revivre, avant de Coubertin, les jeux olympiques. Il a servi lors des jeux Olympiques d’Athènes en 1896 et plus tard.  Le Zappéion sert maintenant de Hall d’exposition, c’est là qu’a été signée l’adhésion de la Grèce à l’Union Européenne en mai 1979. Le fronton rectangulaire à colonnes plat ne laisse pas imaginer le patio à colonnes rond.

Non loin du Zappéion, se trouve un cinéma de plein air et un très beau restaurant (ou café). Le cinéma sous les étoiles est pour moi un souvenir très ancien, quand en 1968 j’avais été invitée à Glyfada par des collègues grecs de mes parents. Nous avions vu Romeo et Juliette de Zeffirelli. Je me souviens des écorces de pépites par terre (en Israël aussi) .

Non loin, j’aurais dû trouver le stade de Marbre, stade antique restauré pour les premiers Jeux Olympiques. Impossible de le trouver, je longe l’Ecole de Gastronomie, un très chic club de tennis, pas de marbre. Il est caché par les arbres mais je ne le savais pas.

Olympéion

En revanche j’arrive à l’Olympéion Temple de Zeus Olympien. Il est fini le temps où je présentais ma carte professionnelle et où avec deux ou trois mots de Grec, j’entrais gratuitement dans les sites ! Pour obtenir la réduction senior je dois sortir ma Carte d’Identité dument inspectée. La construction du temple fut initiée par Pisistrate, le petit fils du tyran en 515av JC sur le site d’une construction archaïque. Elle fut interrompue en 508 après la chute du tyran. C’était un monument gigantesque d’ordre dorique en calcaire sur le modèle des temples d’Asie Mineure. Construit en marbre au 4ème siècle il resta inachevé, puis il fut reconstruit par les Romains et complété par l’Arc de Triomphe d’Hadrien. 104 colonnes était encore debout en 1852. Sur une vaste esplanade un peu chauve, les colonnes restantes sont gigantesques ; j’ai déjà entendu ce refrain à Agrigente (encore un temple de Zeus avec ces géants les Télamones. Le gigantisme sied à Zeus ! L’Arc de Triomphe d’Hadrien est plutôt gracile pour un monument romain, original avec ses deux parties superposées très différentes.

Retour par Plaka avec ses restaurants, ses boutiques de pacotille ; cette année des bottes à lanières – sandales qui s’enroulent jusqu’au mollet, ses écharpes de mousselines, le linge de toilette et les ponces teintées de couleurs criardes à destination des touristes attablés aux « happy hours ».

Fin de la soirée en regardant le jour tomber et l’Acropole s’illuminer.

 

 

 

Géopolitique du moustique – Erik Orsenna

PRECIS DE MONDIALISATION

J’ai lu avec grand plaisir Le voyage au Pays du coton, Sur la route du papier  et l’Avenir de l’Eau qui sont les autres volets du Précis de Mondialisation. La biographie de Pasteur : la vie , la mort, la vie s’inscrit aussi en introduction logique à ce nouvel opus.

Orsenna est un merveilleux conteur et un vulgarisateur doué. C’est aussi un grand voyageur. J’aime me laisser guider dans les pays lointains où il mène son enquête. Panama, Guyane, Cambodge, Sénégal, Vietnam, Ouganda et j’en oublie….Il nous introduit dans les laboratoires des chercheurs de terrain, dans la forêt Zika qui a donné son nom au virus Zika. Il rend compte de l’histoire de sciences avec les découvertes de Carlos Finlay  (fièvre jaune 1870) Laveran(paludisme 1907) , Manson et Ross.

Les moustiques sont les vecteurs du paludisme et de la fièvre jaune – c’est connu depuis longtemps! mais actuellement des maladies émergentes : Ebola, Zika, Chikungunya sont aussi transmises par des moustiques. Au fait, qu’est-ce qu’une maladie émergente? « une maladie émergente est une maladie qui commence à toucher des pays riches ». Orsenna est toujours conscient des données sociales et économiques liées au développement des épidémies 

« chaque orpailleur est un réservoir d’agents infectieux particulièrement malfaisants. puisqu’il vit en forêt l’orpailleur est en permanence piqué : il ne peut donc qu’être infecté. Il n’est jamais soigné, car; toujours en situation illégale, il se garde bien de rendre visite aux dispensaires… »

Orsenna raconte l’histoire des découvertes des remèdes – passionnante et prometteuse, celle de l’artémisine mais aussi les reculs, les échecs, les résistances des insecte ou des agents infectieux. Le mieux c’est de ne pas être piqué! mais faut-il éradiquer les moustiques?

« Contrôler? Oui, mille fois oui de toutes nos forces ! Eradiquer? Jamais ! »

Il aborde aussi les pistes de la génétique et des organismes génétiquement modifiés, avec prudence….

C’est donc encore un ouvrage passionnant, avec un petit bémol dans la première partie, c’est bien de vulgariser et de simplifier, mais là, je m’ennuie un peu.

 

 

Semmelweis – Louis Ferdinand Céline

HISTOIRE DES SCIENCES

« la lumière est faite. Les mains, par leur simple contact, peuvent être infectantes. chacun désormais, ayant disséqué ou non dans les jours qui précèdent, doit se soumettre à une désinfection soigneuse des mains par la solution de chlorure de chaux.

Le résultat ne se fait pas attendre, il est magnifique. Dan s le mois suivant la mortalité par puerpérale devient presque nulle… »

semmelweisJe m’étais promise de de rien lire de Céline.

J’ai donné un exposé à mes élèves de la cordée sur Semmelweis et l’asepsie. Cet ouvrage s’est imposé. j’avais oublié que Louis Ferdinand Céline était médecin. La biographie de Semmelweis est sa thèse. Thèse hautement littéraire. Il s’est plus attaché à la persécution dont le découvreur du lavage des mains a fait l’objet plutôt qu’à la découverte elle même.

Semmelweis est un personnage attachant. Sa folie est tragique.

Celine a choisi la version de sa mort due à une coupure pendant une autopsie dans un accès de folie.Ironie tragique du destin.  D’autres versions existent.

La vie, la mort, la vie – Louis Pasteur – Erik Orsenna

 

 

 

HISTOIRE DES SCIENCES

orsenna pasteur

Dans le cadre de la Cordée de la Réussite j’étais justement à la recherche d’une biographie de Pasteur pour mes élèves qui préparent des exposés d’Histoire des Sciences.

Orsenna est un merveilleux vulgarisateur, aussi bien dans son voyage au Pays du coton que dans l’Avenir de l’eau il sait raconter l’économie ou la science avec clarté et talent. Cette biographie de Pasteur est donc de lecture facile, avec de courts chapitres, dans une langue vivante et simple.

Orsenna  évite l’hagiographie trop cocardière souvent de mise avec notre génie national, en replaçant les découvertes dans leur contexte, citant les précurseurs ou les collaborateurs qu’on a trop souvent oubliés. Il n’oublie pas les pasteuriens qui ont poursuivi les recherches après la mort de Pasteur. Hommage au grand travailleur, à l’observateur exceptionnel, déjà adolescent il saisissait les expressions des visages en portraiturant ses proches, à l’esprit ouvert sur toutes les sciences, aussi bien la chimie et la cristallographie qu’à l’agronomie, ou à la médecine.

Il replace le savant dans son temps, fils de soldat de l’Empereur, il reste bonapartiste. Catholique et conservateur, il entre parfois en conflit avec les notables d’Arbois.

Un chapitre le place face à Victor Hugo, autre génie national, qu’il n’aimait pas.

Pourquoi Orsenna, l’économiste, le voyageur, navigateur, a-t-il consacré un livre à Pasteur?

orsenna accadémicien

« treize ans durant, chaque jeudi après-midi, la chance m’a donné d’avoir pour voisin de droire François Jacob[….]Mon abyssale ignorance en biologie le fascinait. […] C’est lui qui m’a donné l’idée de ce livre. « Puisque , par on ne sait quel désolant hasard tu occupes le fauteuil de Pasteur plonge-toi dans son existence, tu seras bien obligé d’apprendre un peu! »

J’avais oublié que Pasteur comme Orsenna étaient académiciens!