Un dimanche à Versailles – Grandes Eaux Musicales et bosquets

TOURISTE PRES DE CHEZ MOI

bassin du char d’Apollon, au fond la perspective du Grand Canal

Le seul avantage de la crise du Covid est qu’on peut accéder aux sites très touristiques sans avoir à subir la cohue du tourisme de masse. Je me suis donc précipitée pour réserver un créneau horaire de visite et je suis arrivée tôt pour profiter du soleil du matin et de l’ouverture des bosquets avec les Grandes Eaux. 

Parterre de l’Orangerie

la visite des Jardins est payante (11€) et le Pass Education  ne donne droit à aucune réduction.

De la terrasse la vue sur le Parterre de l’Orangerie sous le soleil de 9h est splendide. En ce début septembre estival les agrumes et palmiers sont sortis offrant un paysage nouveau. 

parterres fleuris aux abords immédiats du château

Munie d’un plan (indispensable pour s’orienter) je pars à la recherche des bosquets bien cachés. Je descends jusqu’au bassin de Bacchus

Bassin de Bacchus

A proximité, je découvre la salle de bal qui est une sorte d’amphithéâtre arrondi dont la moitié des gradins seraient des végétaux taillés et l’autre une rocaille de meulière et de coquillages de grande taille où jaillissent des jets et où s’écoulent les cascades. 

bosquet de la Salle de Bal26

Les grandes eaux ne commencent ici qu’à 10h30 mais j’ai beaucoup apprécié les gradins de rocailles qu’on ne voit plus quand l’eau dégouline (j’y suis retournée l’après midi) la sonorisation musicale Campra, Lully et Rousseau

Le Bassin du Char d’Apollon est animé quand j’arrive Haendel, Blanchard, Philidor et Lully.

Bosquet d’Encelade

Non loin de là je trouve le Bassin de l’Encelade délicatement entouré d’une  tonnelle où fleurissent des rosiers très parfumés contrastant avec le sujet : le titan enseveli sous des tonnes de rochers. L’accompagnement musical est très réussi Charpentier et Campra. 

Inutile de chercher le Bosquet de l’étoile qui est juste une pelouse polygonale, on a même retiré le statues seuls subsistent les socles.

La matin, les statues du Bosquet des Bains d’Apollon se trouve dans l’ombre (pas de photo) j’avais bien aimé ces trois groupes représentant les Muses et Apollon quand j’étais venue en hiver. 

J’ai découvert le Bosquet du Théâtre d’Eau, conçu à l’origine par Le Nôtre il a été restauré récemment en un jardin contemporain avec les sculptures-fontaines d’Othoniel en perles de verre.

Bassin de Latone

Finalement les jeux d’eau du Bassin de Latone avec ses grenouilles dorées raconte l’histoire de la mère de Diane et d’Apollon protégeant ses enfants contre les injures des paysans de Lycie et demandant à Jupiter de les  transformer en grenouilles pour les venger. 

Je pourrais imaginer une autre promenade qui me conduirait de statue en statue : il y en a tant de très belles! Ou dénicher les bizarreries comme ces chérubins ou diablotins assis sur une tête de chèvre servant d’anse à une urne. Ou cet autre grimpé sur une sphynge.

CARMONTELLE ou Le Temps de la douceur de Vivre – LES CARNETS DE CHANTILLY

Mozart enfant

Mille mercis aux éditions Faton et à Babélio pour ce joli cadeau à l’occasion de la Masse Critique Graphique. Cette collection des Carnets de Chantilly est vraiment délicieuse, à ranger en bonne place à côté du Miroir des Dames de Clouet. Tous les deux sont les catalogues d’expositions au Château de Chantilly et mon grand regret est de les avoir loupées. Jolis carnets, format carré, cartonné, beau papier, présentation très soignée. 

C’est d’abord une rencontre avec Carmontelle (1717 -1806)que je ne connaissais pas. Aquarelliste, portraitiste, mais aussi auteur de pièces : les Proverbes, organisateur de fêtes, paysagiste créateur du Parc Monceau. Honnête homme, convive aimable, roturier apprécié des salons et des grandes familles du temps de Louis XV et Louis XVI qui a traversé sans trop d’encombres la Révolution et l’Empire. 

La société du Palais Royal, le Duc et la Duchesse d’Orléans

Au service des Orleans – « Des portraits mauvais mais ressemblants  » Grimm

C’est aussi la présentation de la bonne société du XVIIIème siècle. Lecteur (précepteur) du jeune Duc de Chartres, futur Philippe Egalité, fils du Gros Duc d’Orléans, Carmontelle est donc au service de la Maison d’Orléans qu’il portraiture abondamment. Ces portraits sont donc tout à fait à leur place à Chantilly ou le Duc d’Aumale les a réunis en 1886. 

Bathilde la soeur du Duc de Chartres

Carmontelle peint la douceur de vivre dans les salons, musique et comédie, jeu,  chasse aussi. La famille de Mozart faisant de la musique est le plus célèbre. Il fréquente aussi les Encyclopédistes grâce à son ami le baron Grimm : portrait de Rameau, Madame d’Epinay, et de Buffon.  Astronomie, expériences scientifique, cabinets scientifiques….La famille Calas fait penser à Voltaire. 

A côté des portraits à l’aquarelle Carmontelle a aussi fabriqué des transparents rouleaux de papiers peints de paysages (jusqu’à 42 m) qui se déroulaient dans une sorte de lanterne magique, cinéma avant l’heure.

Une belle leçon d’histoire

Les bords de Seine à Choisy-le-Roi

TOURISTE DANS LA LIMITE DES 10 KM

la Seine à Choisy-le-roi

En 1739 Louis XV acheta le château de Choisy qui prit le nom de Choisy-le-Roi! Il l’offrit à sa favorite : Madame de Pompadour.

Cette anecdote explique donc la toponymie : la route qui va de Créteil à Choisy (RN186) passe donc au Carrefour Pompadour. Sous cet aimable patronage on pourrait imaginer un endroit charmant. C’est tout le contraire : trois niveaux de circulation intense : la RN 6 passe dans un tunnel (mais pas les camions hors-gabarit), les autobus 393 et TVM montent sur l’autopont qui leur est dédié et qui enjambe le giratoire où aboutissent différentes passerelles de voies rapides et de l’autoroute A86 proche. Seul giratoire protégeant les cyclistes par des éléments de plastique rouge et blanc, la circulation des automobiles, camions et camionnettes est ralentie dans un étroit passage. Pour enjoliver le tout des magasins qui ressemblent plus à des hangars bordent le carrefour, Decathlon, Saint Maclou, et autres magasins de meubles, Fly….Une horreur!

Impossible d’éviter cet enfer si je veux rejoindre en voiture Le Parc Interdépartemental des Sports où démarre la promenade. On peut aussi venir en RER C à la Gare Créteil-Pompadour, ou prendre le 393 Métro ligne 8 Pointe du Lac, ou Le TVM de Saint Maur Créteil RER A. Autour d’un bassin en forme de canal évasé à ses extrémités avec des petits lacs annexes, un vaste espace vert comporte des terrains de sport (23 terrains de foot, une piste d’athlétisme, 20 courts de tennis, une base nautique, rugby, et même accrobranche). Des buttes isolent le parc des voies de chemin de fer et donnent du relief. De nombreux arbres variés agrémentent les promenades. Le tour du lac fait environ 4.5 km , fréquenté par les promeneurs, joggers et cyclistes qui se partagent la piste goudronnée tandis que des pêcheurs s’installent sur le bord de l’eau. On pratique l’aviron, le kayak et la voile, il y a même un curieux bateau-dragon certains samedis matin. Du temps où nous jouions au tennis, nous venions régulièrement nous entraîner. Maintenant je fais le tour plusieurs fois par semaine. 

La règle des 10 km m’incite à varier les promenades, sous la contrainte, l’imagination est stimulée et j’ai décidé d’expérimenter de nouveaux itinéraires.

A l’extrémité du canal, avant de passer le petit pont, une discrète allée bordée de cerisiers roses en fleur,  conduit au Centre d’animation écologique pour les enfants (fermé pour cause de covid) et longe le grillage dominant un bassin qui a l’air sauvage. Sortant du parc par une petite porte (attention aux horaires de fermeture) un souterrain passe sous la route et on arrive en bord de Seine. Si au contraire on tourne  à droite et si on monte un sentier en zigzag bordé de massifs fleuris on parvient par une rue très tranquille au Parc des Gondoles (jeux pour les enfants et animaux) et on rejoint le tour du parc interdépartemental en suivant le balisage jaune qui passe par une rue dans les pavillons.

Sur les Bords de Seine,  je commence mon exploration en me dirigeant vers l’aval et le Pont de Choisy . La promenade est balisée en rouge et blanc (GR). Elle est très bienn aménagée : chemin de planches près de l’eau et quai cimenté. A la fin des planches on remonte sur le quai, plus loin de l’eau mais très agréable parce que les maisons sont jolie, fleuries et que la circulation des voitures se fait à l’arrière des pavillons. Après le pont j’ai fait demi-tour et suis revenue sur mes pas. Le podomètre avait mesuré 13000 pas et environ 8 km, 2 heures d’une balade très agréable. 

les crues

Le lendemain j’ai décidé de remonter vers l’amont en direction de Villeneuve-Saint-Georges, sur la promenade agrémentée de bancs, de grands portiques en ciment – sites parfaits pour une halte ou un pique-nique au bord de l’eau. Un quartier tout neuf a été construit de petits immeubles de briques rose. Comme toutes les constructions actuelles, il est « sécurisé » par des grillages et digicodes qui rassurent peut-être les résidents mais que je trouve détestables. Si on reste au bord de l’eau on peut négliger ce détail. De grandes plaques de tôles perforées, évoquant des toises, rouillées montrent les niveaux de la crue centenale de 1910 et de celle de 1955 (crue cinquantennale. En face sur la rive opposée je découvre des usines modernes. Le retour par le parc départemental est possible en prenant la Rue Danville qui longe le parking d’un grand Liddl et arrive presque en face du petit portail du Parc.

le passeur de rives

Le chemin devient assez rapidement un sentier de terre sous d’agréables frondaisons déjà vertes, la pente est douce vers l’eau, il y a des sortes de petites plages. Un portique attire mon attention : c’est un bac Le Passeur de Rives qui fait traverser gratuitement les piétons les mercredi samedi et dimanche de mai à septembre . A essayer quand les restrictions covid seront terminées

la guinguette auvergnate

Sous le pont de chemin de fer on a installé tout un coin piquenique (privé, genre Sdf mais rangé). le sentier arrive dans un quartier de pavillons de Villeneuve-triage qui fait penser à un village avec son école de ciment, son terrain de sport, un peu plus loin l’église. Petits immeubles de meulière. Glycines. Un quai avec une petite marina, genre modeste, les yachts ne sont pas immatriculés

Jersey ni dans aucun paradis fiscal. Au bout, une école de surf Barefoot Style . Le chemin du contre-halage s’arrête là, il me faut marcher sur le trottoir de la Rue de Choisy qui longe la voie ferrée. Je passe devant la très belle Guinguette Auvergnate – une idée originale que de déguster un aligot devant la rivière à la place de la petite friture. De temps en temps des escaliers de ciment raides permettent de rejoindre un ruban de ciment le long de l’eau mais il faut remonter quelques centaines de mètres plus loin. Pour rentrer on peut prendre le train à la gare de Villeneuve-triage (RER D)

Une promenade que je me promets de refaire et de pousser jusqu’à la Gare de Villeneuve-Saint-Georges traverser la Seine et revenir par Villeneuve-le-Roi. A expérimenter! 

 

Berges de la Seine de Vitry-sur-Seine au Confluent avec la Marne

TOURISTE DANS LA LIMITE PERMISE DES 10 KM DE CRETEIL

Moins chics et moins fréquentées que les promenades en Bord de Marne, les quais de Seine sont aménagés à Vitry-sur-Seine pour les piétons et les cyclistes. Une bande de ciment, quelques bancs, des tags colorés – moins élaborés qu’en centre-ville. La Seine, majestueuse, donne une grande respiration à la balade sous un soleil vif mais un vent frais. 

Port à l’Anglais

Je passe sous la Centrale Thermique et l’usine de l »Air Liquide une guinguette (le Gossip) est fermée (covid) dommage! avant d’arriver au Port-à-l’Anglais, une sorte de plage est aménagée avec des bancs, des tables et des chaises-longues de bois, aménagement artisanal sympathique avec des pancartes de bois peint multicolores. Le pont du Port-à-l’Anglais me fait penser au Pont des Chaînes de Budapest. Un peu plus loin, il y a une écluse. Entre le pont et l’écluse des panneaux décrivent la faune et la flore ainsi que la navigation fluviale. 

Une plaque commémorative rappelle que des Algériens ont trouvé la mort, noyés après une manifestation pacifique dans la Seine le 17 octobre 1961.

usine élévatoire des eaux d’Ivry

Je remonte sur le quai Jules Guesde le tissu du bâti industriel est lâche, terrains vagues, constructions derrière des palissades, immeubles modernes (siège social Casino/Franprix), d’un hangar taggué s’échappe très fort de la musique de rap. J’avise le sentier plus bas au bord de l’eau où courent les joggers. La Seine est plus sauvage, il y a des véritables plages. Le sentier s’interrompt au niveau des usines en brique de l’Usine élévatoire d’Ivry – Service des Eaux. Je marche sur le quai (trottoir à partager avec les cyclistes) jusqu’au pont d’Ivry sur lequel passe la N19 et qui relie Ivry à Alfortville sur la pointe, au Confluent de la Seine et de la Marne s’élève Chinagora un ensemble de style chinois composé d’un hôtel et d’un restaurant. La galerie commerciale a fermé il y a quelques années. 

Sous le pont d’Ivry : le confluent et Chinagora

Je rentre par le même chemin. Le podomètre marque 13000pas et 8km (A/R)

C’est une balade que je referai volontiers.

 

 

Portrait d’un homme heureux – André Le Nôtre (1613 – 1700) – Erik Orsenna

JARDINS ET CHÂTEAUX…..

Versailles

Dans le matin, au bout d’une assez longue allée pour remonter le temps, deux silhouette. un enfant gambade autour d’un homme qui parle. C’est la leçon de jardin. Des oiseaux chantent. Un chien fouille la terre. Le père promène son fils dans l’univers des plantes. Il lui apprend à reconnaître et à nommer, à regarder et à humer. Il lui enseigne l’utilité des abeilles, que les poires comices trop vertes donnent la colique, que les saisons marchent, que l’hiver il faut travailler le sol si on veut un riche printemps….

Merci Monsieur Orsenna pour cette promenade dans les jardins des Tuileries, de Vaux-le-Vicomte, de Versailles, Chantilly, Sceaux, Marly, Saint Germain….ordonnés, dessinés par Le Nôtre, le Jardinier du Roi Soleil. Jardins dans lesquels je me promène souvent et que je ne regarderai plus du même œil naïf. 

Perspective des jardins de Vaux le vicomte

Né au Tuileries, fils du Jardinier des Tuileries qui lui délivre cette leçon de jardin, André Le Nôtre a aussi bénéficié du voisinage des artistes et des artisans du Louvre. Son ami est Le Brun qui l’entraînera dans son premier grand chantier Vaux-le-Vicomte où il dessine un parc enchanté par les miroirs d’eau. Il faudrait que j’emporte les pages racontant les pièges et illusions optiques calculés par Le Nôtre(p.46 et 47).

Versailles : Encelade

On connaît le sort que le Roi infligea à Fouquet qui débaucha les artistes de Vaux pour construire Versailles. Comme à Vaux-le-Vicomte, Le Nôtre fit creuser canaux et bassins. Apporter l’eau à Versailles fut un travail titanesque avec le creusement des canaux sur le plateau de Saclay, la construction d’aqueducs et la puissante machine de Marly. Avec le Voyage Métropolitain, nous avons randonné sur les traces de l’hydraulique de Louis XIV.

voici ce qu’écrit Orsenna p.79

Le contentement des fontaines

Le XVIIème siècle a l’amour fou de l’eau. Dans le jaillissement des fontaines et le bouillonnement des cascades, il voit le portrait de la vie. Dans les images reflétées à la surface des étangs et des canaux et que soudain brouille le vent, il aime à se rappeler la fragilité des choses. Epris de lignes et de perspectives, rien ne le distrait mieux que ces fantaisies optiques. Religieux jusqu’au fond de l’âme, il croit que toutes les eaux douces ou salées communiquent entre elles, et toutes avec le ciel….

 

Promenade mais biographie, surtout!

Les témoignages concordent sur la bonté foncière de Le Nôtre, son égalité de caractère, son humour en toutes circonstances, sa spontanéité, sa simplicité…Toutes les qualités du « bonhomme », il les mais en exerce-t-il le métier?

Même si le jardinage est l’un des arts de l’agriculture, avouons que sa manière d’être paysan ne ressemble à aucune autre. Aménageur pharaonesque plus que cultivateur, hanté par la perspective plus qu’amoureux de botanique, il entretient avec la nature des relations de domination sourcilleuse. 

Nous suivons Le Nôtre à la cour parmi les artistes que sont Racine, Molière ou La Fontaine, mais surtout auprès de Louis XIV . Fidélité, amitié?

Ce petit livre est passionnant, poétique, instructif. A lire, relire et emporter sur place.

Du côté de Ferrières….

BALADES EN ÎLE DE FRANCE

Du côté de Ferrières, non loin de Guermantes ou du Château de Rentilly ou d’Armainvilliers,  se trouvent châteaux et parcs, forêts giboyeuses où l’on traça pour les chasses au 18ème ou 19ème siècle de longues allées rectilignes. 

Pratique

Cette région de Seine-et-Marne est facilement accessible en voiture par l’autoroute A4 (sortie 12 Bussy-Saint-Georges), par le RER A (Bussy-St-Georges)RER E (Ozoir-la-Ferrières  ou Gretz Armainvilliers) . 

L’office de Tourisme Marne et Gondoire met à disposition un livret téléchargeable de randonnées pédestres.

Névada?

Sur suggestion de Télérama-Sortir qui  promettait le Névada, nous sommes parties avec le pique-nique par une belle matinée ensoleillée.

Château de Ferrières

Un coup d’œil au château de Ferrières derrière ses grilles, immense, de style Renaissance italienne, il fut construit par l’architecte anglais Joseph Paxton de 1855 à 1861 pour le baron James de Rothschild. Il ne se visite pas (ou très exceptionnellement) mais deux restaurants gastronomiques y sont installés. Non loin d’ici, à Armainvilliers, Isaac et Emile Pereire,  à la même époque, firent construire un château qui n’existe plus mais dont il reste le parc. On dit que la proximité des deux domaines causa de la confusion chez les invités qui ne savaient pas où se rendre! les forêts de Ferrières et d’Armainvilliers étaient très fréquentées sous le IIème Empire! 

la buanderie du château se reflète dans l’étang de Taffarette

Après avoir traversé le village de Ferrières-en-Brie tout à fait charmant avec ses maisons de pierre, sa petite église Saint Rémy nous laissons la voiture au parking à l’extrémité de l’Etang de Taffarette où se reflète le très beau bâtiment de bois qui était la buanderie du Château de Ferrières.

En passant derrière la buanderie, je trouve une petite route tranquille (cul de sac) qui se transforme en allée piétonnière bordée de très grands et très beaux poiriers. Ces arbres fruitiers couverts de fruits sont tout à fait remarquable par leur âge et leur taille.

l’allée de Taffarette bordée de poiriers vénérables

Eu bout de l’allée nous croisons l’allée des Lions appelée également Allée des Séquoias. 96 arbres géants sont alignés. Immenses, impressionnants.

Allée des séquoias

 

En rentrant des statues attirent notre attention. Télérama promettait le Névada pas l’Île de Pâques!Ils ne sont pas en pierre mais taillés dans des troncs

taillés dans les troncs

Nous reviendrons bientôt préparer une randonnée dans les grands allées ou les petits sentiers de la grande forêt!

Château de Chantilly sans le tourisme de masse

BALADE EN ÎLE DE FRANCE dans la limite des 100 km….

Contre mauvaise fortune, bon coeur!

Si la Covid nous empêche de rêver aux destinations lointaines, elle élimine  cars et troupeaux du tourisme de masse qui envahit les sites les plus fameux. Occasion de les voir au calme.  Roissy/Charles-de-Gaulle se trouve au repos : une petite heure de route de Créteil.

Le château : histoire

Par une matinée radieuse, j’arrive à l’ouverture (10 h) pour découvrir le château qui se reflète dans les douves. Le château originel a été démonté à la Révolution. Le Duc d’Aumale(1822-1897), Henri d’Orléans, fils de Louis-Philippe, le reconstruisit  de 1875 à 1885. C’est donc une construction splendide mais relativement récente. Le Connétable Anne de Montmorency (1493-1567), ou plutôt sa statue équestre accueille le visiteur et rappelle le passé ancien. Les jardins datent du Grand Condé et le Parc et le Canal furent dessinés en 1671.

Musée Condé

Une de mes préférées : Simmonetta Vespucci

Le Duc D’Aumale était un grand collectionneur d’art. Il a installé à Chantilly un riche musée de peinture qu’il a légué à condition qu’on le laisse en l’état et qu’il soit ouvert au public. L’ensemble reflète la personnalité du Duc d’Aumale : homme de guerre, les peintures orientalistes rappellent son rôle dans la conquête de l’Algérie et la prise de la Smalah d’Abd-El-Kader (1843), son intérêt pour l’histoire avec des portraits de famille ainsi que son goût pour la peinture italienne. La peinture du XIXème siècle est bien sûr à l’honneur.

Horace Vernet : Le parlementaire

Loin des expositions modernes qui mettent en scène les tableaux de façon pédagogique, les collections couvrent les murs sur plusieurs registres selon la fantaisie du collectionneur plutôt que suivant un ordre chronologique ou un classement par peintre. C’est un jeu pour le spectateur de chercher les œuvres et de choisir celles qui lui parlent.

En période de Covid, pas d’audioguide, l’application sur le smartphone  n’est pas très pratique. Dans chaque salle un grand carton résume l’essentiel qu’il ne faut pas manquer. Impossible de transcrire tout ici, je me borne à citer ce qui m’a plu le plus.

Vierge de Miséricorde Quarton & Villate

Le Cabinet de Giotto réunit des œuvres italiennes. Je n’ai pas trouvé le Giotto mais j’ai beaucoup aimé La Vierge de Miséricorde (1453) d‘Engherand Quarton et Pierre Villate sur fond doré et la Mort de la Vierge (1335) de Maso du Bianco.

Mort de la Vierge Maso di Banco

Une surprise totale : la porcelaine blanche de Chantilly, très fine, souvent à fins motifs bleus

Porcelaine à décor floral sur des pots de crème

mais aussi d’inspiration chinoise

 

J’ai adoré le cabinet des Clouet 90 portraits de petit format ;tous ne sont pas de Clouet.

La Galerie des Peintures avec son éclairage zénithal rassemble de nombreux tableaux de grand format : Louis XV de Rigaud, Richelieu de Philippe de Champaigne un grand Caracci, des Poussin, Preti, Rosa et encore des orientalistes : Delacroix, Vernet, Bonaparte visitant les Pestiférés de Jaffa  de Gros, Des Enfants turcs de Descamps…..

Un tableau très célèbre : les Trois Grâces de Raphaël. Je suis étonnée de découvrir un si petit tableau : les reproductions ne donnent pas l’idée de la taille. Plus loin une exposition est consacrée aux dessins de Raphaël . Très moderne et pédagogique : elle montre les dessins des maîtres de Raphaël : le Pérugin et Pinturicchio ainsi que l’évolution de ses dessins quand le maître aborde Florence et Rome.

 

 

Singerie
Raphaël enfants chevauchant un sanglier

 

Je traverse de très belles salles meublées, une Galerie des Batailles qui ne me retient pas, mais je m’arrête bluffée par la Grande Singerie attribuée à Huet : les panneaux sont peints très finement d‘allégories des Arts .Cela m’amuse de constater qu’à l’époque, Art de la Guerre, Art de la Chasse rivalisaient avec l’Art de la Musique, de la Géographie et la Chimie…..

La bibliothèque est spectaculaire. en ce moment se trouve une exposition Fables et bibliophilie où sont exposés de très précieux fabliers de La Fontaine, Erasme; Esope, ainsi qu’un curieux fablier oriental Kalîla-wa-dimna

Carrefour des empereurs dans le Petit Parc

Après cette longue visite j’ai eu plaisir à m’aérer dans les très beaux jardins. Ce Parc est composé de plusieurs parties. Le Petit Parc a de belles allées bordées de charmilles, c’était un endroit récréatif décoré de statues, d’urnes de pierre et contenant une curiosité charmante : un Jeu de l’Oie à taille humaine ; chaque case du jeu est figurée par une dalle gravée au numéro de la case. J’y retrouve le puits, la prison, l’hôtellerie. J’y imagine des après-midi joyeuses.

Le hameau

Plus loin un hameau, comme à Trianon. on peut y déjeuner ou y goûter. L’assiette de fraises à la crème Chantilly m’aurait convenu! Des tables et des bancs sont aussi prévus pour le pique-nique.

Retour en longeant le Canal où l’on observe toute une faune aquatique. Un héron peu farouche, un tadorne casarca (anatidé brun) ont attiré mon attention. Un temple de Vénus est éloigné de la rive. Le jardin anglais.Les parterres à la française de buis ont souffert de attaque de la pyrale mais semblent se refaire une santé.

Et pour finir : une glace à la fraise surmontée d’une belle crème Chantilly!

Lire l’article de Matatoune

 

Balade facile de Sucy-en-Brie à Boissy-Saint Léger

BALADES EN ÎLE DE FRANCE

Suivant le GR 14, c’est une petite randonnée facile  (13 km) que j’ai beaucoup de plaisir à faire.

Accessible de Paris par le RER A de la Gare RER de Sucy-en-Brie retour toujours en RER A à Boissy-Saint Léger. En cas de défaillance (travaux estivaux) sur le RER A, Métro ligne 8 jusqu’à Créteil-Pointe-du Lac et Autobus 393 (en site propre très fréquent et rapide) retour par les Bus 21, 23 ou K en gare routière de Boissy  reliant Créteil et la ligne 8.

Le sentier est très bien balisé (rouge et blanc) .

La balade est décrite sur l’itinéraire 13 du Topoguide PR Le Val de Marne : les chemins de la découverte. 

De la Gare de Sucy  prendre la Rue Montaleau bordée de petites résidences et de très jolis pavillons, certains cossus avec tourelle, tourner à gauche dans la Rue de Sévigné et prêter attention aux pavillons de meulière caractéristiques de la banlieue parisienne au début du XXème siècle. Se laisser guider par les balises rouge et blanches dans d’étroites sentes entre les jardins.

 

On atteint une agréable placette pavée et fleurie de roses trémières, contourne un petit étang, franchit un petit pont sur le Morbras (Moulin de Touillon) pour monter au Parc du Morbras (parc départemental, vérifier les horaires d’ouverture qui varient selon la période de l’année. Le Morbras est un affluent de la Marne qui prend sa source à Pontcarré dans la Forêt d’Armainvilliers, traverse La Queue-en-Brie, Ormesson et se jette dans la Marne à Bonneuil. C’est un joli ruisseau qui serpente au bas du Parc arboré et fleuri, soigné et tondu pour certaines parties, prairie sous des arbres fruitiers vers le haut.

Après la sortie du parc, on traverse une route assez passante (autobus 308 De Villiers/marne à Créteil) , on franchit la rivière en limite de Sucy/Noiseau pour trouver une coulée verte le long du petit Ru de la Fontaine de Villiers que tondent deux vaches.

Le sentier entre alors dans la Forêt Notre Dame entre Noiseau et Sucy , il traverse aussi des zones construites de pavillons plus récents avant de s’enfoncer plus dans le bois sur le Chemin des Gueules Noires. A un carrefour en étoile de plusieurs allées blanches, ne pas oublier de tourner à droite (balisage discret) pour trouver plus loin l’Allée Royale. 

Après une centaine de mètres sur une route tranquille, on trouve le Parking du Centre Aéré de Boissy et on pénètre dans le Parc de Grosbois planté de très beaux arbres.

Pour rejoindre le métro, le GR14 contourne le village en passant par le château du Piple. A la sortie d’une allée de marronniers on a une vue étendue sur Créteil et même Paris. On arrive devant une église et on descend sur la Gare.

C’est donc une randonnée facile à faire en toute saison ;ombragée et près de l’eau par temps de canicule, fleurie au printemps dans les jardins et le Parc du Morbras, et même sous la pluie car les allées sont bien entretenues et pas trop boueuses. L’été préférer manches longues et pantalons : on pourrait être embêté par les moustiques et les tiques dans la Forêt Notre-Dame.

Bonne promenade!

Le Chemin des Roses de Servon à Yèbles

BALLADES EN ÎLE DE FRANCE

le buissons d’églantines qui bordent le chemin

Le Chemin des Roses est un parcours piétonnier ou cyclable sur l’emplacement de la voie ferrée du Train des Roses qui reliait Verneuil-l’Etang à la Gare de la Bastille. Elle fut ouverte  en 1853 et achevée en 1892. Ce « train horticole » transporta jusqu’à 85 tonnes de roses pour le seul mois de juillet 1900. La guerre de 14-18 mit fin à ce transport, les pratiques horticoles ayant changé. Le trafic voyageurs fut fermé en 1953, et le fret dans les années 80.

Les gares de Mandres-les Roses ( sur la Tégéval), de Brie-Comte Robert bordent encore la voie, celle de Grisy- Suisnes loge un petit Musée de la Rose  avec une jolie roseraie et celle de Coubert, un musée ferroviaire( je ne les ai jamais vus ouverts en semaine,seulement le dimanche). Le parcours est jalonné de panneaux explicatifs et de plans. Après Soignolles et Solers on passe l’Yerres qui est une rivière assez large. Sur le pont une plaque de marbre commémore un accident ferroviaire qui endeuilla le transport de troupes en 1918. Il faut faire un détour pour passer de l’autre côté du TGV, la campagne devient plus agricole et la promenade se termine au village de Yèbles, joli village briard. 

le chemin des roses ombragé

C’est donc un parcours bien plat, facile, sur une piste confortable en cailloutis blanc entre les haies ou les arbres d’essences variées. Les plus plaisants sont les acacias et les sureaux fleuris au mois de mai. En juin on pourra goûter aux cerises acides. Et par temps de canicule, il y a des parcours ombragés. La voie ferrée était bien isolée de la RN 19 qu’on ne coupe qu’une seule fois.

la cueillette des fraises

Un petit détour, quelques centaines de mètres après avoir traversé la route, on aboutit à un rond-point décoré d’une botte d’asperges. Un chalet vend des asperges en saison. De l’autre côté de la RN 19 se trouve la Cueillette de la Grange de CoubertOn peut y cueillir des fraises ou d’autres fruits selon la saison, des salades, des choux, des épinards, radis, pommes de terre courgettes, aubergines ou tomates plus tard dans la saison.

les pivoines sont de toute beauté

Il y a aussi des fleurs. Les pivoines étaient de toute beauté. Il faut apporter son matériel (sécateurs et couteaux) et,ses emballages (covid oblige). Des brouettes sont à disposition. Les fraises hors-sol sont faciles à cueillir mais pas extraordinaires au goût. Les prix sont comparables à ceux ce la grande distribution, la fraîcheur incomparable en plus et le plaisir de cueillir soi-même surtout pour les familles avec des enfants. Les asperges sont vendues en bottes, les cueilleurs massacrant les pousses et ne coupant que les bourgeons. Elles sont délicieuses! 

une gare du chemin des roses

Pratique : Parking facile à Servon derrière Léon de Bruxelles et La Criée, le départ est tout proche, parking facile également à l’ancienne Gare de Brie Comte Robert. En revanche la ballade est longue pour un aller/retour pour le retour il existe un autobus 21 se renseigner des horaires ou prévoir deux voitures.

 

Le Musée de la Renaissance au château d’Ecouen

BALLADES EN ÎLE-DE-FRANCE

Château d’Ecouen

Le village dEcouen se situe à proximité de Roissy on quitte l’autoroute à proximité de Gonesse avec barres et tours, on évite un site de Véolia avec camions et dépôts de gravats et on aborde la campagne. Un petit village dominé par son château, très imposant. 

château d’Ecouen : au coin, la chapelle

Le château fut édifié  de 1538 à 1544 par Anne de Montmorency, connétable et principal ministre des rois François 1er et Henri II. il forme un quadrilatère autour d’une cour pavée sur trois niveaux. 

La visite commence dans la chapelle, voûte aux arcs gothiques peinte à fresque armoriée. Aux quatre coins les statues de bois de Saints Ambroise, Jérôme, Augustin et Grégoire. L’autel de bois ouvragé et doré est de toute beauté, à l’arrière des plaques émaillées. La copie de la Cène de Leonard de Vinci par Marco d’Oggione est absente.  Dans une chapelle latérale on peut admirer un grand harmonium (ou un petit orgue) délicieusement peint. La musique de Josquin des Prés accompagne agréablement la visite. 

la salle des Armes présente une collection d’épées, casques, boucliers, pistolets….très finement ouvragés que je snobbe outrageusement n’ayant de goût que pour le manteau de la cheminée monumental et peint : la rencontre de la Reine de Saba et Salomon 

Dans les cuisines on raconte l’histoire du château avec une maquette et dans la pièce suivante on a exposé les bois finement sculptés provenant de la chapelle du château de Gaillon 1510 . J’ai bien aimé un panneau représentant Saint Georges distribuant l’argent du roi. Malheureusement de nombreuses salles sont fermées et je n’ai pas vu la chambre de  Catherine de Médicis ni les autres pièces des appartements de la Reine.

Tenture de David et Bethsabée : les troupes devant la ville de Raba

A l’étage, la galerie de Psyché occupe un côté, elle est chauffée par deux cheminées dont les manteaux sont sculptés, Diane et Actéon d’une part Jésus et la Samaritaine de l’autre côté. mais elle est surtout tapissée de la spectaculaire tenture de David et Bethsabée  de 75 m de long, réalisée à Bruxelles 

Tenture de David et Bethsabée : David envoie chercher Bethsabée

Je pourrais rester des heures à détailler la composition, les personnages (ils sont nommés par une broderie argentée), les paysages.

Dans la Grande Salle, le pavement est le plus original : oeuvre de Masseot d’Arbaquesme, esmailleur du Roi, il fut réalisé à Rouen en 1542. De longues bandes vertes à motifs de fruits encadrent des carrés clairs aux motifs des armes du Connétable de Montmorency. Aux murs des tentures Fructus belli représente un festin.

cassoni

Au deuxième étage j’ai adoré la salle des cassoni qui sont des coffres de mariage de facture italienne, florentine ou d’Ombrie, merveilleusement historiés sur des sujets mythologiques ou tirés d’Homère. Ce sont des scènes très coloriées souvent rehaussées d’or ou d’argent avec une multitude de personnages et d’animaux, sur des paysages très soigneusement dessinés.

détail

Une salle est consacrée à Bernard Palissy (1510 -1590). Sa vie est contée par le détail et j’apprends qu’il ne fut pas toujours céramiste mais arpenteur géomètre  dans les marais salants de la région de Saintes et qu’il étudia le sel.En 1546, il adhéra à la Réforme. En 1548, Anne de Montmorency vient mater une révolte de la gabelle en Saintonge. En 1555, il réalisa ses premières recettes d’émaux, fut arrêté en 1558 et jugé en 1563 pour hérésie. Pour ce même motif il fut banni en 1587 et meurt en 1590 à la Bastille.

Bernard Palissy : plat avec des animaux

Bernard Palissy n’hésitait pas à mouler des animaux pour les reproduire, serpent crustacés ou coquillages

Bernard Palissy : coques

Il décore des grottes, à la mode à cette époque : ou grotte d’Anne de Montmorency à Ecouen, Grotte de Catherine de Médicis aux Tuileries.

Bassin Lièvre : La Fretta

Une collection de céramiques et faïences, françaises mais aussi italienne présente une série de plats de toute beauté.

Je pourrais vous parler des bijoux merveilleux, des grès, des émaux…

Spectaculaires émaux!

plat émaillé

magnifiques, fins,  colorés, mais tellement difficile à photographier à cause des reflets dans les vitrines

 

Email : enfance de Jésus

il faudra que je retourne à Ecouen : la salle des céramiques d’Iznik  était fermée!