Art Nouveau – Paul Greveillac – Gallimard

BUDAPEST 1896 – 1914

Rentrée littéraire 2020. J’ai trouvé la référence sur le blog de Matatoune.

Un  voyage livresque à Budapest m’a tenté et la réflexion sur lArchitecture m’intéresse! Il y a tout juste un an, à la Cité de l’Architecture,  j’ai visité l’Exposition Otto Wagner

J’aime beaucoup le style Art Nouveau que j’ai appris à connaître à Paris avec Guimard puis à Vienne, le mouvement Sécession, à Riga, et dans nombreuses villes hongroises. 

Le héros du roman, Lajos Ligeti,  jeune architecte viennois, arrive à Budapest lors de l’inauguration du métro par François Joseph. Il entre comme apprenti au cabinet d’architecte d’ Ödön Lechner, le célèbre bâtisseur de l’Institut de Géologie, de la Caisse d’Epargne de la Poste de Budapest, du Musée d’Art décoratif et de nombreux édifices Art Nouveau en Hongrie. Il rencontre tous ceux qui comptent dans le mouvement de la Sécession hongroise. Je me suis promenée avec grand plaisir dans le Budapest du Millenium. Le fonctionnement d’un cabinet d’architecte est raconté: dessin des plans, choix du matériel, début de l’architecture en béton, mais aussi intrigues pour obtenir les commandes…L’auteur décrit en détail les bâtiments construits ainsi que les maquettes de ceux qui ne seront pas retenus. 

La seconde partie du roman intitulée  Le Chevalier raconte les succès du cabinet de Ligeti et de son associé Barnabas Kocsis, conducteur de travaux. Quand les commandes de prestige viennent à manquer Ligeti dessine des pierres tombales ou des immeubles de rapport. Ce dernier est même décoré et fonde une famille. 

La chute viendra d’un projet pharaonique, un complexe industriel près de Prague. Jalousies et intrigues, nationalisme des tchèques dans l’Empire Austro-Hongrois qui va se déchirer – la Cacanie – Ligeti est juif, cela n’arrange rien. J’ai moins aimé cette partie qui fait la part belle aux tractations avec moins d’éléments concrets décrits. On visite à Vienne les réalisations d’Otto Wagner. On croise Egon Schiele, furtivement Belà Bartok. 

Il ne s’agit toutefois pas d’un traité d’architecture, mais bien d’une fiction. Ligeti emprunte beaucoup à son maître Ödön Lechner (qui lui, est bien réel). Il y a aussi une histoire d’amour, un destin tragique. Le style un peu trop recherché de Greveillac m’a parfois agacée : on ne pend pas ses vêtements à une patère, on les append.

Une lecture qui m’a donné envie de revenir à mes photos de Hongrie, et à mes carnets Mitteleuropa.

Mon père et ma mère – Aharon Appelfeld

LITTERATURE ISRAELIENNE

marc chagall

30

Le voyage de l’écriture ressemble, par bien des aspects, au voyage que je faisais en été avec mes parents pour me rendre dans la maison de mes grands-parents, dans les Carpates.

 

Un regard d’enfant est indispensable à tout acte créateur. Lorsque vous perdez l’enfant qui est en vous, la pensée
s’encroûte, effaçant insidieusement la surprise du premier regard ; la capacité créatrice diminue. Plus
grave encore : sans l’émerveillement de l’enfant, la pensée s’encombre de doutes, l’innocence bat en retraite,
tout est examiné à la loupe, tout devient contestable, et l’on se sent contrarié d’avoir simplement aligné des mots.

Je retrouve toujours avec un grand plaisir l’écriture nostalgique et intime d’Appelfeld qui, encore une fois, a choisi un enfant-narrateur pour évoquer ses souvenirs et un monde disparu. Mon père et ma mère se déroule pendant les vacances d’été 1938 sur les bord du Pruth (affluent du Danube) dans un pays qui a disparu  : la Bucovine, entre Roumanie et Ukraine, Czernowitz est maintenant ukrainienne. De nombreux juifs sont en villégiature à la veille de la catastrophe. Certains se baignent, bronzent, piqueniquent mais

Les rumeurs sur la guerre bruissaient dans le moindre recoin. On aurait cru que les gens étaient dans une cage
dont ils essayaient d’écarter les barreaux. Le fleuve coulait, prêt à accueillir encore de nombreuses personnes
sachant nager ou ramer, mais les gens couraient dans tous les sens.

Erwin, 10 ans 7 mois, fils unique, choyé par ses parents est curieux de cette société. L’auteur brosse des caractères originaux comme Rosa Klein qui lit les lignes de la main, ou Karl Koenig, l’écrivain, ou l’homme à la jambe coupée,  le docteur Zeiger,  d’autres plus ordinaires qui cancanent ou geignent.

Atmosphère idyllique dans la montagne après une chevauchée,  simplicité de ces Juifs paysans et pieux : les parents de la mère. Mais aussi un pogrom villageois, tentative d’extorsion du cocher ukrainien. Erwin redoute le retour à l’école sous la menace de Piotr. L’antisémitisme diffus est bien présent mais personne ne se doute de ce que la guerre apportera.

Un récit tout en finesse et en tendresse. Moins impressionnant  et tragique que Les partisans, Tsili ou Le garçon qui voulait dormir mais encore un grand livre.

La Femme Abandonnée – Honoré de Balzac

LECTURE COMMUNE

« La vicomtesse leva ses beaux yeux vers la corniche à laquelle sans doute elle confia tout ce que ne devait pas
entendre un inconnu. Une corniche est bien la plus douce, la plus soumise, la plus complaisante confidente que
les femmes puissent trouver dans les occasions où elles n’osent regarder leur interlocuteur. La corniche d’un
boudoir est une institution. N’est-ce pas un confessionnal, moins le prêtre ? »

Continuons d’explorer l’œuvre de Balzac ensemble, seule je m’y perdrais.

Je n’aurais jamais choisi par moi-même « La Femme Abandonnée » à cause du titre désespérant. Peu de femmes triomphantes au XIX ème siècle dans les romans écrits par des hommes, j’imagine la misogynie de l’époque.

Et pourtant c’est cet abandon qui justement a donné à Claire de Beauséant tout son charme, son mystère, qui ont attiré l’attention de Gaston de Nueil. Le jeune homme de 22 ans, est envoyé près de Bayeux pour sa convalescence après une maladie inflammatoire. La société qu’il fréquente est étriquée et vieillotte. Balzac qualifie une des famille de fossile, les « astres secondaires », plus occupés de leur cidre que de monarchie », deux ou trois vieilles filles et deux ou trois ecclésiastiques.

La somme d’intelligence amassée dans toutes ces têtes se compose d’une certaine quantité d’idées anciennes
auxquelles se mêlent quelques pensées nouvelles qui se brassent en commun tous les soirs. Semblables à l’eau
d’une petite anse, les phrases qui représentent ces idées ont leur flux et reflux quotidien, leur remous perpétuel,
exactement pareil : qui en entend aujourd’hui le vide retentissement l’entendra demain, dans un an, toujours.
Leurs arrêts immuablement portés sur les choses d’ici-bas forment une science traditionnelle à laquelle il n’est
au pouvoir de personne d’ajouter une goutte d’esprit. La vie de ces routinières personnes gravite dans une sphère
d’habitudes aussi incommutables que le sont leurs opinions religieuses, politiques, morales et littéraires.

Femme mariée qui a pris un amant, abandonnée par ce dernier, Madame de Beauséant vit recluse dans son domaine. Gaston de Nueil qui s’ennuie est intrigué par cette femme abandonnée 

Madame de Beauséant contrastait trop vivement avec les automates parmi lesquels il vivait depuis deux mois
d’exil au fond de la Normandie,

Contre toute attente, une passion lie Monsieur de Nueil et Madame de Beauséant. Ils filent le parfait amour pendant 9 ans. 

Mais les histoires d’amour finissent mal, en général… surtout quand la femme a dix ans de plus que son amant, et qu’elle n’est pas libre.

La chute est inattendue, mais je ne vous la révèlerai pas. Encore une fois Balzac a réussi à me surprendre dans cette courte nouvelle.

lire aussi chez Maggie

Dans la Forêt – Jean Hegland

APRES LA CATASTROPHE…..

Avant la pandémie de Covid, je lisais peu de dystopies, préférant les romans qui s’ancrent dans le réel.  La Science-Fiction m’agace . La réalité depuis quelques mois est devenue si bizarre que je me suis lancée dans la lecture de livres que j’aurais évités auparavant. 

Le peu de goût pour les romans post-apocalyptiques  m’a fait reculer la lecture de Dans la Forêt, malgré les critiques élogieuses des blogueuses que je lis. Qu’écrire après 598 critiques sur Babélio?

Sorti en 1996 en anglais, et en 2017 chez Gallmeister, il est d’une criante actualité. Je n’aurais jamais imaginé  l’Effondrement de notre civilisation envisageable dans un futur proche. Les survivalistes s’installant en autarcie au fond des forêts me semblaient de doux dingues. La forêt qui a brûlé en Californie, en Australie en Amazonie, les inondations ravageuses, les cyclones, les canicules et maintenant la pandémie sont-ils les préliminaires de la Catastrophe?

L’auteur ne décrit pas les circonstances de cette effondrement,  seulement les effets que  Nell et Eva perçoivent de loin : pannes d’électricité,  du téléphone, du carburant, fuite des habitants des villes, maladies mortelles….Les parents des deux jeunes filles ont acquis une maison en pleine forêt loin de la civilisation, ils n’ont pas scolarisé leurs filles, cultivent un potager, ont prévu une citerne et une récupération des eaux de pluies et du ruisseau. Elles sont moins tributaires que d’autres de la disparition  des services modernes. Pour elles, la catastrophe, c’est la perte  de leur mère morte du cancer, puis, quelques mois plus tard l’accident qui coûte la vie à leur père. Elles ont du bois, des conserves, un générateur pour tenir des mois. Le temps que la situation reviennent à la normale. Pensent-elles.

Le roman est le journal de bord de Nell, qui prépare les test d’entrée à Harvard. Il commence le jour de Noël quand sa sœur Eva lui a offert un cahier retrouvé derrière une commode. Les deux sœurs tentent de maintenir la routine quotidienne : Nell lit l’encyclopédie, Eva s’entraine à danser. Elles évoquent le temps « d’avant », leurs parents, leurs sorties…font l’inventaire des ressources. L’ancien amoureux de Nell partage quelques jours avec elles avant de lui proposer de rejoindre la Côte Est où – paraît-il – la vie normale serait revenue. Va-t-il séparer les deux sœurs? Nell laissera filer l’amoureux pour rester avec Eva. Alors que les vivres vont manquer, elle font revivre le potager.

On s’attache à ces deux jeunes femmes, à leur complicité, leur tendresse, leurs disputes parfois. On découvre avec elles toutes les richesses de la forêt qui devient nourricière. On rencontre aussi d’autres femmes – des indiennes – qui y ont survécu en solitaires.

Poétique, tendre, inventif….

J’ai adoré.

La fin, en revanche m’a un peu gênée. mais je n’en dirai pas plus.

 

 

Botticelli -Revue DADA, la première revue de l’art

MASSE CRITIQUE DE BABELIO

 

REVUEDADA

 

J’ai gagné un joli cadeau à la dernière MASSE CRITIQUE une revue d’Art destinée « à toute la famille » . Illustrations de très bonne qualité et abondantes, plaisir de feuilleter encore et encore (et de retrouver la belle Simonetta que j’avais admirée dernièrement à Chantilly). Des chapitres courts et variés nous conduisent à Florence au Quattrocento, puis racontent l’apprentissage de Botticelli, comme orfèvre d’abord puis dans l’atelier de Filippo Lippi. Portraitiste , de beaux portraits illustrent la revue) . Il était une fois raconte les grandes œuvres religieuses,  ou mythologiques. Nous entrons ensuite Dans l’atelier de Botticelli où les secrets de fabrication sont dévoilés : œuvres en série, assistants qui peignent les parties moins importantes du tableau. Grands et petits pourront s’essayer en suivant les conseils du maître dans la réalisation des drapés ou des boucles, et même point par point réaliser un « poncif » en 6 étapes.

Et comme c’est une revue d’art : il y a aussi toute l’actualité des expositions importantes de 2020 (s’il n’y avait pas eu de confinement!).  Je chercherai le autres numéros.

Et si vous cherchez un cadeau de Noël pour les petits et les grands, pourquoi pas un abonnement?

Portrait d’un homme heureux – André Le Nôtre (1613 – 1700) – Erik Orsenna

JARDINS ET CHÂTEAUX…..

Versailles

Dans le matin, au bout d’une assez longue allée pour remonter le temps, deux silhouette. un enfant gambade autour d’un homme qui parle. C’est la leçon de jardin. Des oiseaux chantent. Un chien fouille la terre. Le père promène son fils dans l’univers des plantes. Il lui apprend à reconnaître et à nommer, à regarder et à humer. Il lui enseigne l’utilité des abeilles, que les poires comices trop vertes donnent la colique, que les saisons marchent, que l’hiver il faut travailler le sol si on veut un riche printemps….

Merci Monsieur Orsenna pour cette promenade dans les jardins des Tuileries, de Vaux-le-Vicomte, de Versailles, Chantilly, Sceaux, Marly, Saint Germain….ordonnés, dessinés par Le Nôtre, le Jardinier du Roi Soleil. Jardins dans lesquels je me promène souvent et que je ne regarderai plus du même œil naïf. 

Perspective des jardins de Vaux le vicomte

Né au Tuileries, fils du Jardinier des Tuileries qui lui délivre cette leçon de jardin, André Le Nôtre a aussi bénéficié du voisinage des artistes et des artisans du Louvre. Son ami est Le Brun qui l’entraînera dans son premier grand chantier Vaux-le-Vicomte où il dessine un parc enchanté par les miroirs d’eau. Il faudrait que j’emporte les pages racontant les pièges et illusions optiques calculés par Le Nôtre(p.46 et 47).

Versailles : Encelade

On connaît le sort que le Roi infligea à Fouquet qui débaucha les artistes de Vaux pour construire Versailles. Comme à Vaux-le-Vicomte, Le Nôtre fit creuser canaux et bassins. Apporter l’eau à Versailles fut un travail titanesque avec le creusement des canaux sur le plateau de Saclay, la construction d’aqueducs et la puissante machine de Marly. Avec le Voyage Métropolitain, nous avons randonné sur les traces de l’hydraulique de Louis XIV.

voici ce qu’écrit Orsenna p.79

Le contentement des fontaines

Le XVIIème siècle a l’amour fou de l’eau. Dans le jaillissement des fontaines et le bouillonnement des cascades, il voit le portrait de la vie. Dans les images reflétées à la surface des étangs et des canaux et que soudain brouille le vent, il aime à se rappeler la fragilité des choses. Epris de lignes et de perspectives, rien ne le distrait mieux que ces fantaisies optiques. Religieux jusqu’au fond de l’âme, il croit que toutes les eaux douces ou salées communiquent entre elles, et toutes avec le ciel….

 

Promenade mais biographie, surtout!

Les témoignages concordent sur la bonté foncière de Le Nôtre, son égalité de caractère, son humour en toutes circonstances, sa spontanéité, sa simplicité…Toutes les qualités du « bonhomme », il les mais en exerce-t-il le métier?

Même si le jardinage est l’un des arts de l’agriculture, avouons que sa manière d’être paysan ne ressemble à aucune autre. Aménageur pharaonesque plus que cultivateur, hanté par la perspective plus qu’amoureux de botanique, il entretient avec la nature des relations de domination sourcilleuse. 

Nous suivons Le Nôtre à la cour parmi les artistes que sont Racine, Molière ou La Fontaine, mais surtout auprès de Louis XIV . Fidélité, amitié?

Ce petit livre est passionnant, poétique, instructif. A lire, relire et emporter sur place.

Les Arpenteurs du monde – Daniel Kehlmann

EXPLORATEURS ET SCIENTIFIQUES

« Sur la route d’Espagne, Humboldt mesura chaque colline. Il escalada chaque montagne. Il préleva des échantillons de pierres sur chaque paroi rocheuse. Muni de son masque à oxygène il explora toutes les grottes jusque dans les cavités les plus reculées […]Il (Bonpland) commença à se poser des questions. tout cela est-il bien nécessaire, demanda-t-il . après tout on ne faisait que passer[…]

Humboldt réfléchit. Non, dit-il finalement il était désolé? Une colline dont on ne connaît pas la hauteur était une insulte à la raison et le rendait nerveux. Un homme qui ne déterminerait pas à chaque instant sa position géographique ne pouvait pas se déplacer. On ne laissait pas une énigme, si petite soit-elle, au bord de la route. »

Histoire et Géographie!

J’aime les livres de voyages et surtout ceux des explorateurs des temps jadis! Je me suis toujours intéressée à l’Histoire des Sciences, aux biographies de scientifiques illustres. Les Arpenteurs du Monde raconte les deux thèmes : biographie de Carl Friedrich Gauss, Prince des Mathématiques (1777-1855), astronome et accessoirement arpenteur de métier, Alexander von Humboldt, (1769 -1859) qui partit explorer l’Amérique espagnole avec le Français Bonpland  de 1799 à 1804, remonta l’Orénoque, gravit des volcans, dans la Nouvelle Grenade(Venezuela-Colombie-Equateur), puis visita le Mexique.

Carl Friedrich Gauss

Biographie croisée des deux Scientifiques, contemporains mais si différents de caractère qui finirent par se rencontrer à Berlin. Construction habile, chronologique, où alternent les chapitres, la Mer, Le Fleuve, La Grotte , la montagne.. la steppe pour l’explorateur des terres lointaines. Le Maitre d’Ecole,  les nombres, les étoiles, le jardin…. pour le mathématicien. L’un rêve de grand large et d’ascension de volcans tandis que l’autre est casanier.  Pour explorer la terre Humboldt part aux antipodes tandis que Gauss va aux confins de l’Univers en restant l’oeil collé à l’oculaire de son télescope et une aiguille suffit dans sa tente pour mesurer le magnétisme terrestre sans quitter son jardin. Tous deux sont rigoureux dans leurs mesures. Gauss, en ballon avec Pilâtre de Rozier n’admire pas le paysage mais a l’intuition de la courbure de l’espace où les parallèles se rejoindraient tandis que Humboldt si occupé à mesurer sa position oublie de regarder l’éclipse de soleil. L’un est bougon, l’autre plutôt mondain.

alexander von Humboldt

La confrontation de ces deux vies dans la première moitié du XIXème siècle est très plaisante, des conquêtes napoléoniennes à l’essor de la Prusse et à la construction de Berlin. On devine l’indépendance des pays d’Amérique latine qui se profile. Humboldt ne se contente pas de mesurer et rapporter des collections de minéraux ou d’animaux et de plantes, il se penche aussi sur le sort des esclaves ou des mineurs dans les mines d’argent. L’auteur insiste aussi sur l’autoritarisme de la Prusse où trois étudiants forment déjà un attroupement ou pire en Russie, les convois de prisonniers.

Une lecture bien agréable et une rencontre avec deux personnages exceptionnels.  C’est aussi un livre d’aventures quand Humboldt navigue sur l’Orénoque ou escalade le Chimborazo considéré comme la montagne la plus haute du Globe. Cela me donne envie d’approfondir leurs découvertes du point de vue plus scientifique surtout en ce qui concerne Humboldt parce que les mathématiques théoriques, cela me paraît bien difficile.

Intrigue à Giverny – Adrien Goetz

POLAR IMPRESSIONNISTE ? PLUTÔT SNOBINARD

Je ne me prive jamais d’une visite à Giverny. Dès que j’ai découvert ce titre à la Médiathèque, je l’ai commandé (click&collect). Malheureusement, les scènes se déroulant à Giverny  sont peu nombreuses et je ne profiterai guère du jardin de Monet. En revanche, on traînera dans un vernissage au Musée Marmottan-Monet avec le gratin snob et assez détestable. Puis l’action se transportera à Monaco où se prépare un mariage princier. Tout aussi kitsch et snob. Fin navrante sur une piste de ski improbable dans les émirats. 

L’intrigue est légère :  deux spécialistes de Monet disparaissent du diner mondain succédant au vernissage. L’une d’elles est retrouvée égorgée dans un sarcophage de bronzage (j’ignorais que la chose existât) ; la seconde sera enlevée à Monaco. Il sera question de la vente d’un tableau de Monet, peut être un faux.  Wandrille, journaliste mondain, et sa fiancée Pénélope, conservatrice du Mobilier National (imbuvables) mènent l’enquête qui ne démarre vraiment que dans la seconde moitié du roman. Dans la première partie au charmant titre Des crocodiles dans les nymphéas, l’intrigue traîne et la lectrice s’ennuie, le livre manque de me tomber des mains.

Dans la deuxième partie, Les parfums de Giverny, il est plus question de Monet mais pas tellement de sa peinture, plutôt de sa fortune….la fin est plus réussie mais ce serait dommage de la raconter ici.

 

Unité 8200 – Dov Alfon

POLAR ISRAELO/PARISIEN

En ce moment je lis beaucoup. J’alterne gros pavés et polars exotiques plus vite lus. Un polar israélien? J’embarque et télécharge sans méfiance puis qu’il est recommandé par Matatoune    

J’aurais dû être plus attentive : le titre original est A long Night in Paris et le livre est traduit de l’anglais. Je risque de ne pas être dépaysée et de ne pas me promener beaucoup en Israël!

Espionnage, jeux de  pouvoirs entre les différents services des Renseignements israéliens, entre Mossad et Shabak, dans les bureaux et les salles de conférences de Tsahal à la Kyria. Guerres d’égo, cirage de pompes, coups tordus. Un Israélien est enlevé à Roissy ;  est-ce un fait divers ou une affaire d’Etat?  Une série de cadavres retrouvés cette nuit-là fait craindre le pire.

L’auteur ne nous épargne aucune note de service avec les destinataires, de niveau de secret, les codes et les procédures pour garantir la confidentialité. Cela pourrait être original, c’est plutôt ennuyeux. Quelle bureaucratie!

Dov Alfon se complait dans la technologie des téléphones mobiles, des smartphones capables de géolocaliser les correspondants (c’est finalement banal) de crypter les conversations (on s’en douterait).  et même de localiser les armes et les attaquants derrière une porte….miraculeux! Fascination pour les antennes???? Même attention complaisante pour les armes. Je m’ennuie.

Seule figure un peu folklorique : madame Abadi, la mère du colonel israélien. Mère tunisienne typique, elle va cuisiner couscous-boulettes, et makhrouds (emballés dans du papier alu). Madame Abadi habite Créteil. Alors là, la lectrice cristolienne se vexe. Créteil est décrite comme une banlieue affreuse avec un maire communiste  et des constructions staliniennes. Et non! l’urbanisme a été dessiné du temps du Général Billotte, gaulliste bon teint, et depuis, le Maire Socialiste a entretenu une ville verdoyante. L’auteur résident à Paris aurait pu prendre le métro avant d’imaginer des choux-fleurs, à la place  des épis de maïs!18

Opération Shylock – Une confession – Philip Roth

LITTERATURE AMERICAINE/ISRAEL

16

C’est encore dans le blog de Kathel que j’ai trouvé  ce livre! Depuis un moment je n’avais pas lu Philip Roth.  Avec le temps de lecture octroyé par le confinement (oui! la lecture est essentielle comme manger et boire) ce pavé (650 pages en poche) me semblait tout à fait indiqué. 

Opération Shylock, un tel titre suggère un thriller, de l’espionnage…

Thriller? Sûrement pas, le rythme est paresseux avec des digressions incroyables.

Espionnage, presque, Roth embauché par le Mossad, qui l’eût cru?

Shylock ? Nous digressons sur Shakespeare : Roth, très littéraire, nous emmènera aussi du côté de Dostoïevski. Shylock , « Trois mille Ducats » ,le marchand de Venise, l’archétype du Juif. Il sera question d’antisémitismeC’est même un des thèmes principaux du livre. Paroxysme de l’antisémitisme : on assiste à des audiences du  procès de Demjanjuk (Ivan le Terrible de Treblinka) à Jérusalem. Antisémitisme ordinaire, en Ukraine, Pologne ou aux Etats Unis. Même un burlesque club des Antisémites Anonymes sur le modèle des Alcooliques Anonymes, ayant pour but de désintoxiquer des antisémites repentants. Comédie et tragédie mêlés, comme souvent, dans un humour juif ravageur. 

Une confession? on pense plus à une psychanalyse qu’à l’aveu d’une faute. Auto-analyse, Freud fait partie de la culture juive newyorkaise, comme chez Woody Allen ou chez d’autres. Hilarante comparaison entre l’injonction de se taire, ou de cesser la médisance, d’un rabbin Polonais Hofetz Haïm et celle de parler de Freud. 

L’histoire commence par la convalescence de Philip Roth atteint d’une grave dépression, effet secondaire d’un médicament  : l’Halcion. Tout juste guéri, l’écrivain se met au travail : il a prévu une série d’entretiens avec Aharon Appelfeld  qu’il va rencontrer à Jérusalem en janvier 1988, début de la Première Intifada alors que se déroule le procès Demjanjuk.

A Jérusalem, Roth rencontre son sosie qui, non seulement lui ressemble physiquement, mais qui prétend s’appeler également Philip Roth.  Il usurpe son identité  pour profiter de la notoriété de l’écrivain afin de  rencontrer des autorités (Lech Walesa, et pourquoi pas Yasser Arafat à Tunis). Le faux Philip Roth est le promoteur d’un mouvement politique :  le diasporisme qui prétend au retour des Juifs Ashkénazes en Pologne, Roumanie et Allemagne (d’où il proviennent). Cette thèse scandaleuse fait l’affaire des Palestiniens. 

Etrangement, Philip Roth ne dénonce pas cette usurpation d’identité et ne s’entoure pas d’avocats chargés de clarifier cette affaire. Au contraire, il s’amuse du romanesque de la situation, s’empêtre dans des situations scabreuses et soutient les thèses improbables du diasporisme. On ne sait plus qui est qui, qui pense quoi . L’écrivain voit dans le thème du double une contradiction intéressante stimulant son imagination. Pour s’y retrouver (et pour que le lecteur ne soit pas complètement perdu il nomme l’autre Philip Roth Moishe Pipik,  surnom enfantin qu’on attribue aux enfants qui font les intéressants, Moishe petit-nombril,  surnom péjoratif pour rabaisser l’imposteur? Le roman, la confession, ne serait-il pas nombriliste? On est pris parfois d’un doute, ce dédoublement de la personnalité ne serait-il pas plutôt imputable à l’Halcion, le médicament aux effets secondaires psychiatriques? 

Les péripéties sont tellement invraisemblables qu’on navigue à vue. Et si l’opération Shylock était  une manipulation habile? En plus de cette intrigue compliquée, Roth nous raconte des souvenirs d’enfance. Il fait des détours par des références littéraires ou philosophiques. J’ai le tournis et je suis tentée d’abandonner ce maelstrom quand il expose des délires antisémites difficiles à lire (j’ai sauté des paragraphes entiers). Et culot  incroyable, Houtzpah phénoménale!  il ose, après 577 pages, terminer le livre par un épilogue : En général les mots gâchent tout.