Chagall, Modigliani, Soutine…Paris pour école, 1905 – 1940 – MAJH

Exposition temporaire jusqu’au 31 Octobre

Sonia Delaunay – Philomène 1907

Chagall, Modigliani, je les aime tant que je ne raterais pour aucun prix une exposition qui leur est consacrée. D’ailleurs, dans l’exposition du MAJH, je vais naturellement les admirer.

Zak : marionettistes

Cependant, ce sont les moins connus, ceux que je découvre dont j’ai envie de parler. Zak, que je ne connaissais pas du tout, Jules Pascin portraitiste et dessinateur

Jules Pascin : Alfred Flechtheim en toréador 1925

Kremègne, découvert au musée de Céret, dont l’œuvre est variée

Kremègne

Et les sculptures de Lipchitz et de Chana Orloff qui me touchent énormément.

Lipchitz : marin à la guitare

et cette maternité si tendre

Chana Orloff : maternité

Nombreuses découvertes et plaisir de retrouver des œuvres connues.

Toutefois, le propos est L’école de Paris qui aurait réuni pendant plusieurs décennies une foule d’artistes juifs, russes ou polonais, hongrois, tchèques, allemands, venant de toute l’Europe, fuyant le numérus clausus des universités russes, les pogromes, la pauvreté ou tout simplement attirés par la vie artistique de Montparnasse ou des ateliers parisiens.

Indenbaum : La Ruche

Ecole? c’est paradoxal parce qu’il n’y a pas eu une seule école, ni un style particulier, parce que chacun a trouvé son atelier :le Bateau lavoir, la Ruche, qui fut peinte à plusieurs reprises par Kremègne et Indenbaum, qui accueillit Soutine, Modigliani, Brancusi (la liste est si longue…).

Artistes Juifs ou Cosmopolites? Sûrement les deux, quand Paris était une fête!

Chagall : Apollinaire et Cendrars

Cependant ces artistes juifs, artistes reconnus et célèbres durent aussi subir l’antisémitisme de certaines élites. L’exposition met en évidence la renaissance d’une conscience juive avec la parution de revues juives de langue française.

Les mots de la fin sont ceux de Chagall : un long poème en Yiddisch et en Français « Pour les Artistes martyrs « (1950)

Chagall encore, pour le plaisir!

De Bastia à Porto Vecchio – la Résidence Castell’Verde et la plage de Santa Giulia

CARNET CORSE 2021 de BASTIA à BONIFACIO

la plage de Santa Giulia

Facile de traverser Bastia en voiture : la T11 longe le port, s’enfonce dans un tunnel sous la citadelle pour occuper ensuite le front de mer, pas un feu rouge ! Nettement moins agréable pour les promeneurs et les cyclistes :  bruit infernal et gaz d’échappement. La topographie a sans doute dicté ce choix : comment imaginer une rocade sur les pentes raides et urbanisées ? Jusqu’à l’aéroport de Poretta et même 5 km après jusqu’à Vascovato, on roule sur une quasi-autoroute. la T11 devient T10, toujours bien roulante.

Premier arrêt-baignade à Prunete sur une plage de sable rectiligne aménagée avec un chemin de planches,  une douche et un restaurant modeste. Peu d’affluence, je me baigne seule dans une eau agitée par une risée qui contrarie ma nage à contre-courant ; je fais du surplace. Belle manière de me rafraîchir par une journée qui s’annonce chaude.

La T10 est parallèle à la côte mais assez loin pour que la mer soit invisible. Elle franchit un grand nombre de cours d’eau. Entre la route et la mer, des étangs. L’étang de Diane est renommé pour ses moules. Nous traversons Aléria sans nous arrêter, nous promettons d’y consacrer une bonne demi-journée pour le site archéologique et le Musée antique au retour.

REstaurant d’Urbino

La réserve de faune et de flore de Casabianca repérée sur la carte n’est pas accessible, la route  est celle du pénitencier agricole, fermée au public. Non répertoriée sur la carte routière, une autre route conduit au Restaurant d’Urbino sur le Lac d’Urbino. Elle traverse des champs déjà récoltés où de grosses roues de foin (ou de paille) sont disséminées dans les chaumes parcourus par des troupeaux de chèvres et de brebis. Des touristes mangent des sandwiches près de leur voiture. Les chiens ont délaissé le troupeau pour réclamer leur part du festin. L’histoire ne dit pas si les touristes se sont laissé attendrir ou intimider. Une langue de terre s’avance dans le lac. Le Restaurant d’Urbino est construit sur pilotis, un peu plus loin une maison de bois est entourée de pieux, c’est un centre d’interprétation qui expose des panneaux sur la faune et la flore du lac. Sur terre, des tables de pique-nique et un très joli magasin qui vend sacs, chemises, chapeaux et souvenirs artisanaux de très belle facture.

Bel endroit pour prendre un verre au-dessus de l’eau. Au loin les chaînes de montagnes ont gardé de la neige qui fait rêver tandis qu’il fait 30°C au niveau de la mer. Le Restaurant d’Urbino est un restaurant de poisson. Nous nous promettons d’y revenir quand nous serons dans les parages. Café pour une pause très paisible.

Déjeuner sous un  pin après Solenzara.

A l’approche de Porto Vecchio, la route s’élargit, les glissières sont peintes en bleu ; le relief s’accentue et les prix du carburant atteignent des sommets. La côte devient plus pittoresque.

 

Arrêt baignade dans l’anse de Fautea, très étroite  gardée par une Tour Génoise. Parking devant un restaurant chic, quelques tamaris en bord de la plage de sable blanc. Je ne me suis pas méfiée, dès qu’on entre dans l’eau les galets remplacent le sable. J’ai oublié les chaussons ; il faut me jeter à l’eau et nager. C’est une baignade délicieuse. J’aime les anses étroites que je peux parcourir d’un bord à l’autre. C’est plus joli que les bouées jaunes.

Le GPS  nous fait contourner Porto Vecchio sur une rocade, nous ne verrons de la ville que des zones commerciales.

Castell’verde

Arrivée à la Résidence Castell’ Verde. L’hôtesse est charmante. Elle nous a surclassées pour éviter des marches supplémentaires à Dominique. Pas de gaspillage de papier : il faut scanner le QR code, tant pis pour qui n’a pas de smartphone ! Résidence 3*, à flanc d’une colline arborée plantée de pins parasols, de mimosas, eucalyptus et divers arbustes. Les bâtiments sont en bois foncé, 1 étage et des balcons assez vastes pour contenir une grande table assez vaste pour y déjeuner à 6 et un étendoir pour les serviettes et le linge. Le balcon est ombragé par un toit de planches à claire-voie.

Castell’verde notre balcon

A l’intérieur, on se croirait dans un bateau : lits superposés en acajou verni étroits comme ceux d’un ferry, avec des poignées de cuivre. En face la salle d’eau est aussi exiguë que celle du ferry avec des robinets de cuivre à l’ancienne et des marches hautes (comme dans un bateau mais cela se justifie dans le bateau et pas dans la chambre, c’est juste pénible pour Dominique).

Come dans un bateau…

La pièce à vivre est haute de plafond, elle est parquetée. Le canapé en skaï bleu et la petite table ronde rappellent aussi le style bateau. La cuisine est cachée derrière un bar. Comme à Bastia, il semble qu’on s’attende à ce que les touristes mangent au restaurant. La cuisine n’est là que pour la forme. On accède par une sorte d’échelle de meunier à la mezzanine où il y a deux chambres dont une très vaste avec armoire et lit king-size.

 

Au même niveau se trouve une belle piscine. Quelle idée d’aller à la piscine quand on surplombe la plus belle plage de Corse ! La plage de Santa Giulia est accessible en moins de 10 minutes à pieds par un sentier agréable mais aussi en voiture, pour les clients de Castell’Verde, la parking est gratuit.

Parking bondé, plage bondée également à 17 heures. On se croirait en haute saison. Je fuis, affolée.

Vers 18h45, je redescendrai pour découvrir Santa Giulia dans le calme et la splendeur. L’anse est circulaire, presque un cercle fermé, bordé de pins parasols. Des blocs granitiques pittoresques émergent de la verdure. Le sable est blanc, l’eau turquoise. Ce serait parfait sans une jetée en bois qui permet aux bateaux à moteur de charger des passagers pour des balades en mer vers Bonifacio et les îles. Les restaurants de plage sont très chics et très chers, on loue un lit de plage au prix de 70€ la journée : plus cher qu’une chambre d’hôtel !

 

 

 

 

 

 

Cap Corse : Révisions et Baignades

CARNET CORSE 2021 de BASTIA à BONIFACIO

Luri – julien de Casabianca marie Cleophas

Une semaine c’est vraiment trop court pour explorer le Cap Corse ! Nous avons couru de village en village sans prendre le temps des promenades tranquilles ou des baignades sur les petites plages. Aujourd’hui, donc, relâche : révisions et baignades.

Baignade à Pietracorbara

Une très belle plage avec quelques aménagements, un parking,  trois restaurants de plage, des bouées jaunes qui délimitent le domaine des nageurs assez éloignées  les unes des autres pour me motiver à nager de bouée en bouée. Je me fixe ainsi un cap et nage tranquillement. La piqûre de méduse est oubliée.

Street-art à Luri

Luri oratoire des confréries Julien de Casabianca

Hasards du web ? Coïncidence ? Dominique a découvert un site Alatéia qui présente le travail de Julien de Casabianca qui a réalisé des collages géants à Piazza (commune de Luri) que nous avions remarqué sans nous arrêter. Ce collage a été mis en place récemment le 29 mai dernier dans le cadre du Festival Popularte qui a pour propos de rendre l’art accessible dans des régions peu favorisées. Le grand collage est un détail de la Descente de Croix de Rogier van der Weyden. L’artiste a agrandi le visage de l’une des saintes femmes, Marie Cléophas, qui éponge ses larmes dans un linge blanc. Ce travail me rappelle celui de JR que je vois sur les réservoirs de Valenton et que j’ai appris à connaître dans le film d’Agnès Varda Villages-Visages. Sur la façade de l’oratoire de la confrérie, en face de l’église Julien de Casabianca a reporté la reproduction d’une modeste peinture 19ème siècle .

A Luri se trouvaient aussi les Jardins Traditionnels corses ouverts à la visite. Malheureusement l’établissement a fermé ses portes. Nous avions prévu de coupler la visite des jardins avec celle des collages mais c’est raté ! Le détour dans les chênes-verts et les oliviers géants est très agréable.

Santa Severa

La petite route débouche à Santa Severa où nous ne nous sommes jamais arrêtées. Jolie surprise : un port de plaisance très tranquille entouré de restaurants sympathiques. Nous nous serions bien attablées pour une petite friture mais nous avons réservé à U Paradisu à Tamarone. Et puis la plage ne m’emballe pas. Les posidonies accumulées forment un véritable mur.

Retour à Tamarone

Tamarone

Le patron d’U Paradisu nous a réservé la même table que lundi. Nous avons choisi une salade de chèvre chaud et une pizza. Le chèvre est présenté sur des tartines grillées accompagnant la batavia avec pignons et lardons. Nous allons donc goûter au soufflé glacé de châtaigne. Nous sommes étonnées de voir arriver une tranche de glace accompagné de chantilly. Rien d’un soufflé mais une glace excellente ! La châtaigne est un must en Corse.

Euphorbe16

J’ai repris le chemin des douaniers et je me suis amusée à herboriser avec Plantnet : Pulicaria odora, myrte, Dianthus et euphorbes.

 

Mon Festival de Cannes à Créteil aux cinémas du Palais : Annette

Tapis rouge!

Il fallait fêter dignement le retour au Cinéma! pendant tous ces confinements je suis passée désolée devant la vitrine des Cinémas du Palais vides. Dès que cela a été possible, je suis retournée pour combler ce manque.

Adieu les Cons a été le premier, puis bien d’autres. Mention spéciale à Nomadland et aux Indes Galandes qui m’ont enthousiasmée, plus récemment Kuessipan.

Il fallait faire une véritable fête du Cinéma (pas celle qui donne des réductions et qui pousse les paresseux dans les salles obscures), non une vraie fête avec buffet et bulles, tapis rouge et même palmiers. Je n’ai pas regardé le titre du film. Ce qui était important à mes yeux : la Fête a été très réussie.  Sentir les autres vibrer, communier. Tellement différent du petit écran à la maison qu’on délaisse pour répondre, au téléphone, faire pipi…

Découvrir en avant-première, en même temps qu’à Cannes un film. réalisateur reconnu. Ne pas avoir lu de critiques. Etre surprise.

Je ne savais pas qu’Annette de Leo Carax était une comédie musicale, encore moins que c’était chanté en anglais. J’aurais peut être hésité. je ne sais pas pourquoi je n’ai pas vu les autres films du réalisateur. J’en ai entendu parler mais jamais vus.

Sûr que Léo Carax fait de belles images, peut-être trop belles, comme celles de la publicité. Une Amérique rêvée, avec deux vedettes (Marion Cotillard en Diva, Adam Driver, en humoriste, provocateur). Ils sont beaux, amoureux, riches, célèbres. Ils ont une maison de rêve, quel jardin! quelle piscine! un yacht! Et déjà, je décroche, trop c’est trop.

Heureusement, cela dérape. Après un accouchement en chansons (quel mauvais goût) , le bébé qui arrive est une sorte de marionnette hideuse,  que ses parents trouvent très belle et qui me met mal à l’aise. Et l’Amour idéal se détraque, jalousie ou indifférence, la croisière tourne à la tempête….On est sorti de la bluette et du roman-photo, le virage tragique étant amorcé cela pourrait peut-être me toucher?

Bébé-Annette se met à chanter, et je n’y crois pas du tout.

Après plus de deux heures je vois avec soulagement le générique de fin. En général, je reste toujours jusqu’à la fin – sorte de politesse de ne pas me lever avant que les lumières ne se rallument. Cette fois-ci, je suis impolie.

Et déçue.

Merci aux Cinémas du Palais, pour cette belle fête, même si je n’ai pas aimé le film.

Eglises pisanes dans le Nebbio

CARNET CORSE 2021 de BASTIA à BONIFACIO

Canonica

Circuit 130 km sur les routes tortueuses du Nebbio avec le thème des églises pisanes.

Canonica

La Canonica, cathédrale romane pisane, consacrée en 1119 par l’évêque de Pise sous le nom de Santa Maria Assunta se trouve près du littorale. Actuellement isolée en pleine campagne, elle fut bâtie sur le site antique que la ville romaine de Mariana.

Googlemaps ne conduit pas l’automobiliste vers une ville antique mais plutôt là où se trouvent des établissements commerciaux. Après l’aéroport de Poretta il nous guide vers le Lido de Mariana : sable fin, eau claire, restaurants de plage mais aussi bateau pétrolier et citernes non loin.

Cadnonica

La Canonica est fermée, déserte mais extrêmement belle avec ses pierres claires polies de calcaire cipolin et « une subtile polychromie allant du gris jaune au vert clair » selon le Guide Vert. Harmonie des volumes, sobriété des décors : quelques frises, les entrelacs du linteau, six claveaux figurant des animaux ou des personnages naïfs. Ma plus belle surprise, du côté de l’abside, mon attention a été attirée par le piaillement des petits fauconneaux excités par le retour des parents. L’oiseau adulte ne se montre pas tant que je reste proche du nid installé dans un trou de bouline. En prenant du recul, je constate que toutes ces cavités sont occupées par des oiseaux.

Ville antiaque de Mariana

La cité romaine de Mariana fut fondée au er siècle av. J.C. par Marius. Sur le site on observe les fondations en briques quelques colonnes également en briquais, d’autres rondes en granite. Aucun panneau explicatif. Le guide Vert signale une basilique paléochrétienne et un baptistère. Evidemment je n’ai rien reconnu mais j’ai aimé le calme du site, le pin parasol et l’olivier qui se détachent sur le décor des montagnes. Un beau musée devrait s’ouvrir prochainement, sur Internet il est annoncé pour le 22 juin 2021.

Défilé de Lancone

Défilés de Lancone

La D62 croise la T11 à Biguglia. Après avoir traversé des quartiers résidentiels la petite route passe sous de très beaux chênes-liège puis s’élève entre les buissons de cistes. Clin d’œil à Humboldt, les cistes, fanés au niveau de la mer, ont une floraison blanche merveilleuse. Le Bevinco qui a creusé les gorges coule nettement en dessous de la route, on ne le devine même pas sauf à la fin avec une cascade. Je marche le long du parapet pour une promenade pittoresque. Sur une plateforme, un écriteau signale d’anciennes galeries de mines de cuivre d’un complexe comprenant 3 galeries sous la route abritant 5 espèces de chauve-souris protégées : 10 gites de transit du Minioptère de Schreibers et 7 gites de Rhinolophe Euryali . Après plus d’un an de Covid on n’a pas envie de fréquenter les mines abandonnées aux chiroptères. Les falaises servent également d’habitat à nombreux oiseaux. Une ZNIEFF protège ces habitats et ces populations. Plus on monte et plus le site devient spectaculaire. Les roches affleurent. Un site d’escalade est aménagé avec cordes et pitons.

La route débouche sur un carrefour au Col de San Stefano où se trouve encore un monument au souvenir de la Résistance.

San Michele

San Michele

A l’entrée de Murato, San Michele est une jolie église pisane isolée sur un plateau herbu construite en 1280.

De 1077 à 1284, après avoir chassé les Sarrazins, la Corse passe sous l’autorité de la République Pisane, en rivalité avec Gènes. Pour asseoir son autorité Pise dote la Corse de nombreuses édifices religieux. Bicolore, elle est construite de calcaire blanc de Saint Florent et de Serpentine du Bevinco. Elle fut remarquée en 1839 par Prosper Mérimée.

Murato

Gros bourg de montagne animé. Corses et touriste heureux du déconfinement, sont nombreux aux terrasses des bars et des restaurants. Trop tôt pour déjeuner maintenant, on décide de faire des courses. J’achète à la boulangerie des « tartines grillées » au fromage fondu et petits légumes(tomates poivrons champignons) et miel et chèvre.

Murato : Hôtel de la monnaie

Les curiosités du village sont l’église de l’Annonciation (en haut) et l’Hôtel de la monnaie où Paoli fit battre monnaie en 1763 : les « soldi ».

La très étroite et très tortueuse D62 relie les villages de Rapale , Pieve, Sorio et S Pietro-di-Tenda. A l’heure du déjeuner il y a peu de circulation et c’est heureux parce que les croisements seraient hasardeux. Le plus souvent nous sommes à l’ombre de beaux arbres : chênes de taille impressionnante, parfois des frênes et des châtaigniers en pleine floraison. Quand on sort de la forêt, les genêts à balai égaient la route, très hauts, et très jaunes, et toujours des cistes. Les oliviers sont anciens, très hauts mais leur ombre est moins dense et moins fraîche.

Pieve : 3 statues-menhirs

Nous traversons le village ombragé par de grands platanes. Comme à l’accoutumée, parking impossible, on gare la voiture à quelques centaines de mètres après la sortie du village. Un homme qui promenait ses chiens de chasse m’indique un raidillon qui conduit à l’église – campanile très haut, fronton baroque – elle ne retient pas mon attention. Les trois statues-menhir sont protégées sous un petit édicule vitré. Comme à Patrimonio, elles ne sont guère mises en valeur. La ressemblance avec une silhouette humaine n’est pas évidente.

Sorio

Sorio ressemble aux villages précédents, accroché à la pente, morcelé en plusieurs quartiers. Deux églises se font face à quelque distance mais séparées par un vallon. L’une est peinte en rose avec des décors blancs, l’autre est jaune. Près de l’église jaune une source est cachée dans une petite cabane de schiste.

Village perché du Nebbio

On ne visitera pas S Pietro-di-Tenda village plus important mais situé à l’écart de la route.

La D62 est encore plus étroite. Croiser un camping-car fut une épreuve : le camion a reculé, Dominique a mis deux roues dans le bas-côté, cela passait juste.

Après avoir passé l’Alisio sur un pont de pierre, nous trouvons enfin le coin-piquenique idéal sous un grand platane, une fontaine, un petit bassin de pierre avec des têtards, un banc de schiste. Personne ne passera sur la route pendant que nous goûtons nos tartines.

Saint Florent

Baignade sur la Plage de la Roya en face d’un club aux activités diverses (location de kayaks de mer, excursions aux plages des Agriate, paddle, mais aussi sports aériens), un zodiac porte une aile…le sable est blanc, l’eau claire manque de profondeur, il faut aller loin pour avoir de l’eau au-dessus de la taille.

Saint Florent Cathédrale du Nebbio Santa Maria Assunta

L’ancienne Cathédrale du Nebbio Santa Maria Assunta achevée en 1140 ressemble beaucoup à la Canonica en plus grande et moins brillante. Visite payante (1.5€). Le maître-autel et le chœur XVIIème sont baroque. On peut aussi admirer un Christ noir et sous un catafalque de verre, la dépouille de Saint Flor,, soldat romain martyr, habillé d’une sorte de cotte de maille avec la tunique brodée de perles argentées. Lors de la fête patronale on le porte sur la plage puis parmi les chemins muletiers du Nebbio.

Nous rentrons par la D238 entre les domaines viticoles de Patrimonio à Oletta puis par le Col de Teghime.

 

 

 

le nord du Cap Corse

CARNET CORSE  de BASTIA à BONIFACIO

D80 jusqu’à la Marine de Porticciolo et la tour de Losse .

A l’entrée de Santa Severa la D180 suit le cours du ruisseau Luri (qu’on n’aperçoit même pas) dans une épaisse forêt de chênes verts, puis quand on s’élève en altitude de châtaigniers. L’expression « maquis » évoquait plutôt des broussailles, des buissons et arbustes, plutôt qu’une forêt qui ombrage la route. Les « Jardins du Cap » étaient fléchés, nous ne les voyons pas. On apprendra plus tard qu’ils sont fermés. Nous passons dans un bourg Piazza un des hameaux de Luri. La grand église est peinte d’une fresque – peut-on parler de graff sur une église ? – d’une Vierge qui pleure avec des larmes en 3D. Cette œuvre de Street-Art a sur nous un effet-repoussoir cd qui est dommage parce qu’à l’intérieur un tableau ancien aurait donné l’image du château détruit depuis.

La route s’élève en lacets serrés dans cette fraîche forêt. Coiffant un sommet on voit, la Tour de Sénèque. Au col de Saint Lucie (381 m) une petite route y conduit. Nos journées ressemblent à un rallye pressé :  nous ne prenons pas le temps de tout chercher. Une semaine pour le Cap Corse, ce n’est pas suffisant !

Pinu, pins parasols et mausolée

Le village suivant est Pinu (Pino) à cause des pins, peut-être, il y en a de tout à fait remarquables comme ces deux pins parasols qui joignent leurs cimes pour former un arc de triomphe devant un monument funéraire. Une allée bien pentue va vers la grande église isolée dans la verdure. La plupart des églises du Cap corse ont la même allure : un haut campanile, un fronton monumental baroque. Un peu plus loin, un quartier de Pino possède une très belle maison, plus loin une tour carrée. Un escalier permet de rejoindre le quartier haut où passe la route principale.

Pinu belle maison et tour carrée

Nous descendons vers la mer, passons près de Morsiglia qui possède aussi des tours carrées et rondes et des restes de moulins.

Une route ombragée mène au Couvent de l’Annunziata bien caché dans les yeuses. Fondé en 1479 par des Servites, il est pillé en 1563 par les Barbaresques. Wikipédia précise que le chef de l’expédition Mammi Pacha était un renégat originaire de Pinu.  Au 17ème siècle c’était un des couvent s les plus riches de Corse. En 1864 il est loué aux Capucins qui furent expulsés en 1905. Puis restauré en 1933. Ce couvent n’est pas abandonné. Certaines parties semblent rénovées, recrépies. Il est bien fermé. Nous ne verrons rien derrière les murs austères. Amusante anecdote de saison. Un jeune couple que nous avions pris pour des amoureux, a fait de l’esplanade devant le couvent son bureau de télétravail. La camionnette blanche comme celles des artisans est ouverte. La jeune fille assise dans un fauteuil de toile comme ceux des pêcheurs, ordinateur portable sur les genoux, smartphone calé à l’oreille gère ses rendez-vous et envoie des mails à ses clients.

Nous descendons à la Marine de Mute puis au Port de Centuri très touristique et cerné par les terrasses des restaurants chics : langoustes pêchées sur place et langoustines sont au menu à moins qu’on ne préfère un plateau de fruits de mer ; ou un bon poisson frais pêché. L’apéro en terrasse dont je rêvais ne se fera pas ici. L’heure du repas approche, les tables sont dressées.

Centuri

Nous boirons le bitter au pied des moulins au Belvédère des moulins. Deux moulins sont en ruine et ont perdu leurs ailes, un troisième a été trop restauré avec un crépi blanc (comme les moulins grecs) il a perdu son authenticité et son charme. Le village de Centuri ressemble à sa voisine Morsiglia avec ses tours rondes et carrées. A Ersa il faut quitter la D80 pour rejoindre le petit port de Barcaggio à l’extrémité nord du Cap. La petite route est si discrète que nous la dépassons. Je demande à Madame GPS qui propose un circuit de 36 km alos que Barcaggio se trouve à peine 7 km d’Ersa. Demi-tour hasardeux. Heureusement àh les gens sont à table et la route est vide. Barcaggio est un tout petit village avec un petit port et quelques restaurants, deux tours génoises et une belle plage de sable blanc. Pour déjeuner nous choisissons un coin sauvage au-dessus du sentier côtier. Les schistes du bord de mer sont blanchis, la végétation est rase, thym fleuri et plantes grasses.

Ile Giraglia 

Nous sommes en face de l’île Giraglia et son phare. Schistes verts ou ophiolites.

Sur la plage de Barcaggio les vaches sont chez elles, les estivants sont les intrus.

Sur le chemin du retour nous nous arrêtons à la marina de Pietracorbara pour une baignade très agréable à peine troublée par une méduse.

 

 

 

 

Patrimonio, Saint Florent, Nonza et la Côte occidentale du Cap Corse

CARNET CORSE  de BASTIA à BONIFACIO

Traversée du Cap Corse de Bastia à Saint Florent : 24 km

Saint Florent/Nonza : 19 km

Patrimonio, le vignoble

Traversons rapidement Bastia sur la T11 : voie rapide en front de mer. D81 jusqu’au Col de Teghime (536m). Des bancs de brume masquent de temps en temps le panorama ; les nuages s’accrochent sur le sommet Serra di Pigno 960 m. Au Col de Teghime, le monument aux morts porte une curieuse inscription que je n’arrive pas à déchiffrer. Ce sont les noms des goumiers marocains qui prirent le col aux Allemands en octobre 1943. Plus tard à saint Florent nous avons trouvé un enclos blanc, cimetière musulman. Ceci contraste avec l’inscription « Islam fora » qui salit un mur près de notre gîte. Sur la route D81 ce sont les les français qui sont visés « French Go home », encore plus loin la mafia « mafia fora ! »Le barbouillage semble être un sport local répandu.

Anna, une amie corse, m’avait dit :  « vous irez sûrement à Patrimonio où l’on fait le meilleur vin de Corse ». Patrimonio est sur notre route. Village viticole, on ne peut rater les caves et les dégustations sur les domaines. Nous ne sommes pas intéressées mis ne pouvons que constater l’importance de la production viticole qui draine un tourisme important et modèle le paysage : des carrés de vigne bien ordonnés sont à l’avant de collines découpées en dents de scie. Dans les échancrures, on voit briller la mer. Au loin, d’autres montagnes pointues forment des lignes de crêtes qui s’étagent .

Eglise de patrimonio

A Patrimonio, le Guide Vert signale l’église juchée sur une butte et une statue-menhir.

 

L’église Saint Martin, en schiste avec son haut clocher, a une allure austère qu’aucun décor n’adoucie avec ses épais contreforts et sa pierre rugueuse.

La Statue-menhir est encagée derrière de solides barreaux. Qui songerait à emporter ce menhir haut de 2.29 m en pierre très blanche.

Le soleil sort des nuages lorsque nous arrivons à Saint Florent. Longeons une longue plage de galets en passant devant des hôtels en front de mer. Nous nous arrêtons sur un parking à l’arrière de la Citadelle bâtie par les Génois en 1439 avec un donjon circulaire. Petite citadelle ronde, trapue, recouverte d’un enduit beige rosé entaillé de nombreuses inscriptions.

la citadelle de Saint Florent

A la base du parking un escalier descend à un restaurant au-dessus d’une crique minuscule entaillée dans des rochers de calcaire blanc. L’eau cristalline st tentante. Il faudrait sauter des rochers (sauter n’est pas un problème, remonter est plus difficile). Une rue piétonnière dallée de pierres blondes et lisses mène à l’église par des rues aux boutiques chic. La placette derrière l’église est occupée par les terrasses des restaurants. L’église est petite et toute simple. Il en existe une autre : la Cathédrale, à l’extérieur de la ville. Derrière l’église, se trouve le port de plaisance assez important. De nombreux bateaux-taxis conduisent les touristes aux plages inaccessibles du désert des Agriates : Lotu ou Saleccia.

Nous nous contenterons d’un tour en voiture jusqu’à la Plage de la Roya . Plage de sable qui fait face à Saint Florent. Nous déjeunons le long de la plage de galets assistes sur le parapet en face d’une pâtisserie où j’achète des canistrelli au vin.

Sainr Florent vu de la Plage de la Roya

Nous consacrons l’après-midi à explorer la côte occidentale du Cap Corse très sauvage, escarpée, rocheuse et déserte avec de rares marines pour me baigner. A la marina de Farinole, à l’arrière de la Tour Génoise, on aurait pu déjeuner. Belle plage de sable avec beaucoup de posidonies.

Tour génoise

La Marina de Negru est aussi gardée par sa tour génoise à côté d’une maison pittoresque sur une petite baie coincée entre des falaises sombres. Galets sombres et sable grossier. Le parking est vide et le café fermé. Une belle maison, à l’écart a organisé une belle terrasse avec des transats, un jacuzzi. Servent-ils un café ? Non, c’est une maison d’hôte. Il n’y a personne sur la plage. Chaussée de mes chaussons bleus je traverse les galets et me décide à nager. L’eau est bien fraîche mais dès que je m’agite je me réchauffe. Les galets confèrent à l’eau une teinte émeraude d’un vert foncé rare. Quel plaisir de traverser la petite anse dans l’eau tranquille.

Nonza vue de la Tour Paoline

Nonza est perchée sur la falaise. La tour paoline domine le village, juchée sur un rocher. Elle n’est pas ronde comme la plupart des tours génoises mais carrée. Les seigneurs Avogari y bâtirent leur château au XIIème siècle, il fut détruit par les Génois. En 1760, Paoli fait construire cette tour de guet. Pour y parvenir, il faut traverser la placette en face de l’église, passer sous un porche et découvrir des maisons fleuries de magnifiques massifs d’hortensias et de bougainvillées. On grimpe encore un bon nombre de marches. Juste sous la tour, un restaurant a aménagé des terrasses ombragées (prix prohibitifs). Enfin, on parvient à la tour dont la terrasse est équipée de panneaux racontant l’histoire de Nonza.

L’église Sainte Julie est perchée sur une haute volée de marches. Elle est crépie en rose orangé, son fronton est triangulaire et le clocher jaune. L’intérieur est somptueux : le maître-autel est en marbre blanc incrusté de pierres dures polychrome 1694 (travail florentin), belles fresques baroques. Une statue de la Vierge en marbre se trouve devant le tableau naïf de Sainte Julie crucifiée. Selon la légende, Sainte Julie naquit en 420 ap.JC à Carthage, elle fut vendue comme esclave à un commerçant syrien qui fit escale à Nonza pendant une fête païenne. Julie fut enlevée mais refusa de participer aux sacrifices païens fut fouettée puis crucifiée. Julie est la sainte patronne de la Corse. Selon une version corse, ses bourreaux lui coupèrent les seins et de sa bouche sortit une colombe.

promenade des terrasses

Après ma promenade dans le village aux terrasses de cafés colorés et fleuris, à la fontaine de Paoli je m’engage dans une promenade fléchée « promenade des terrasses ». Ces terrasses étaient cultivées avec des jardins et des vergers. La culture locale est celle des cédrats. Il ne reste que quelques terrasses entretenues, la plupart son envahies par le maquis. Cette promenade débute à la route en face de la boutique. Des marches bien entretenues se descendent facilement jusqu’à la plage de Nonza. Un petit détour conduit à la Fontaine de Julie. A l’emplacement où elle aurait été crucifiée, aurait surgi une source. Le sentier descend « à pas d’âne » : les marches sont espacées et hautes ; On ne peut pas les descendre comme un escalier ordinaire. Les plaques de schistes sont tassées verticalement. Ceci forme des marches solides mais pas très confortables. En dehors de l’inconfort c’est une promenade magnifique et fleurie avec des immortelles de Corse jaunes, des coquelicots rouges, des œillets roses. Les terrasses boisées s’échelonnent.

 

  Côte orientale du Cap corse, déjeuner à Tamarone

CARNET CORSE JUIN 2021 de BASTIA à BONIFACIO

Lavasina : sa plage de galets et son sanctuaire

Le long de la D80, l’urbanisation se fait moins dense, les maisons s’espacent un peu jusqu’à Miomo qui devait être notre premier arrêt. Nous la ratons première halte. Impossible de garer la voiture. Ceci sera une constante au cours de la journée. Ne pas chercher à s’arrêter à s’arrêter dans un site précis. Laisser la voiture où on peut, et, revenir sur nos pas à pied. De toutes les façons, les panoramas seront magnifiques et on fera des trouvailles inattendues.

Lavasina est célèbre pour son sanctuaire qui attire les foules pour son pèlerinage au mois de septembre. Le campanile en béton, très haut se voit de loin et dépasse tous les toits. L’église de dimension plus modeste n’a rien qui puisse attirer la mécréante. Où s’arrête pour profiter de la plage de galets ? (refrain)

Villages perchés

A l’entrée de Lavasina, une petite route part en épingle à cheveux. Nous la ratons, revenons en arrière. Le virage est alors trop serré, il faut s’y prendre une troisième fois pour une nouvelle tentative. La  D54 monte dans un épais maquis vers les villages perchés de Poretto et Pozzo. Une église isolée dans la verdure avec un haut clocher, est précédée d’un vaste parvis entouré d’une banquette de pierre. Est-ce le couvent des capucins annoncé par le Guide Vert ? Je n’aurai pas le loisir d’approfondir le sujet, Un gros chien noir s’approche, menaçant. j’ai juste le temps de remonter en voiture.  Une autre route  monte au Monte Stello et se faufile entre deux coupoles surgissant de la verdure, chapelles ou tombes ?

perdue dans la montagne la grande église

Un parking est le départ pour la randonnée du Monte Stello, le plus haut sommet du Cap Corse (1306 m), randonnée difficile avec 1000 m de dénivelée, 7h10 de marche selon Visorando. Seule, je ne me lancerais jamais dans une telle expédition ! Cependant le parking est plein. A partir du 1er juin, le petit village de Pozzo est interdit à la circulation. Il est particulièrement calme et pittoresque. A la porte d’un hôtel, un tas de vieilles chaussures de montagne, des bûches et un vieux vélo. Devant une buvette, des packs d’eau sont empilés pour les randonneurs imprévoyants et assoiffés. Belles maisons de pierres. Toits de lauzes. Un clocher dans la verdure.

Nous descendons vers Erbalunga par le hameau de Castello. Le château est invisible. La chapelle Notre-Dame-des-Neiges est  très jolie avec son toit de lauzes. La petite chapelle est l’arbre qui cache la forêt ; à savoir une énorme église que je découvre en tournant autour de la chapelle. La taille et le nombre d’édifices religieux au Cap Corse qui me paraît si désert sont des sujets d’étonnement. A Erbalunga, bien disciplinées, nous garons la voiture au parking. Le long de la route se trouvent toutes les commodités (Mairie, cafés, Spar, pharmacie). Plus bas des ruelles conduisent à des placettes pittoresques. J’arrive à la Tour Génoise située directement sur le rivage puis me promène sur le mignon petit port.

la plage de Tamarone

Dominique a réservé au restaurant U Paradisu sur la plage de Tamarone à midi et demie. Nous traversons sans nous arrêter la Marine de Sisco,   la Marine de Pietracorbara, et celle de Porticciolo sans nous arrêtons et admirons au passage deux tours génoises.

Macinaggio est un village très touristique avec un port de plaisance important, de nombreux restaurants et hôtels. Madame GPS nous envoie dans des petites routes bordées d’hôtels jusqu’à un camping. Le goudron s’interrompt alors ; la piste poussiéreuse fait des montagnes russes avec des nids de poules en prime. La Plage de Tamarone de sable blanc est baignée d’une eau limpide turquoise. En s’approchant on reconnait les tas argentés des lanières de posidonies. Ce ne sont pas des « saletés », au contraire ! les herbiers des posidonies sont les milieux de vie de nombreux poissons, mollusques et crustacés. Il est essentiel de les préserver. Evidemment quand l’eau en contient beaucoup la transparence est altérée mais cela n’a rien d’une pollution quelconque.

Les baigneurs (3 dans l’eau) sont concentrés, à une extrémité où il n’y a pas de posidonies. Je les rejoindrai. La présence d’autres nageurs me rassure quand je ne connais pas la plage.

U Paradisu

U Paradisu est le seul restaurant de plage : un auvent de bois, un parquet, ni mur ni porte. Une jauge de 55 couverts. La table réservée se trouve dans un angle contre la plage< ; Le serveur et le patron sont aux petits soins ; Pour éviter les 3 marches pour Dominique, ils lui proposent de passer par la cuisine. Saint Pierre accompagné de légumes pour Dominique.  salade de poulpe grillé et chorizo pour moi. Le mariage poulpe et chorizo est très réussi servi sur un lit de salade verte avec des quartiers de tomates des lamelles de poivron rouge.  Les assiettes sont tellement bien garnies que nous renonçons au dessert alors que le soufflé glacé aux châtaignes nous tentait.

L’eau est bien fraîche pour la première baignade de l’année. Je commence à marcher dans l’eau jusqu’à la cheville puis aux mollets. Timidement j’avance face aux vaguelettes paresseuses qui ondulent. Je rejoins une dame mouillée jusqu’aux cuisses. « C’est la première fois ? » On s’encourage mutuellement, la vague mouille le bas du maillot. Je finis par me décider et la dame m’imite. C’est tellement bon après avoir été privée cet hiver de piscine ; Au-dessus des posidonies l’eau est peu profonde. Je regrette de ne pas avoir apporté mon masque. A l’ombre il fait 25°C mais au soleil bien plus. Je sèche vite.

De Macinaggio à Rogilano, le sentier des douaniers longe la côte. Je marche entre lentisques (les plus communs), arbousiers qui portent leurs fruits en pompons, bruyères et myrtes fleuris . Pour les senteurs, œillets, immortelles sont en pleine floraison. Il y a aussi des petite mauves (Malva neglecta selon l’appli Plantnet). Trois îles sont très proches de la pointe du Cap corse. L’un d’eux porte une ruine. Plus loin se profle une autre plage blanche déserte.

11

Dernière étape : le village de Tomino à 4km de Macinaggio. A la sortie du village la D353 monte dans un maquis très touffu. Elle serpente complètement à l’ombre de grands arbres. On ne devine le village qu’au dernier moment. La route bifurque, d’un côté la Mairie, de l’autre l’église. De loin se profilent les silhouettes massives de deux tours, l’une ronde, l’autre carrée. Encore la menace d’un chien féroce interrompt la prise de photos.

Direction de l’église Saint Nicolas XVIIème baroque, façade jaune rythmée de colonnes cylindriques blanches, le clocher allégé d’arcades et coiffé d’une coupole. L’église se dresse à l’arrière d’une grande esplanade en balcon. Quelques mûriers très élagués sont alignés pour former des arcades. Je traverse l’esplanade pour admirer le panorama. C’est le Campo Santo – le cimetière – qui a la plus belle vue sur la mer. Une table d’orientation montre les îles italiennes visibles par temps clair et même les carrières de marbre de Carrare. Des hirondelles me survolent avec des cris suraigus, formant comme un essaim agressif.

 

Un dimanche à Bastia

CARNET CORSE 2021 de BASTIA à BONIFACIO

Le vieux port de Bastia

Courses à Bastia

L’emplacement du cottage est exceptionnel, en pleine nature. 750 m plus bas se trouve un centre commercial avec Géant Casino, où nous trouvons tout le ravitaillement de base pour la semaine. Un peu plus loin, nous arrivons au Port de Toga, port de plaisance faisant suite au port des ferries . Le port de plaisance est bordé des terrasses des bars et des restaurants qui me font bien envie mais déserts à cette heure matinale. Des plongeurs embarquent du matériel et enfilent leurs combinaisons de plongée.

Un peu plus loin, quelques femmes portant des serviettes et des matelas de plage se dirigent vers les deux petites plages de galets.

Nous reprenons la voiture en direction du Centre-ville, passons devant le Terminal des ferries, à quai il y en a jaune de Sardinia et Corsica Ferries.

Place Saint Nicolas

Bastia place Saint Nicolas

L’Office de Tourisme est ouvert ce dimanche matin. Nous garons la voiture dans un grand parking situé entre la voie rapide et la grande place Saint Nicolas où se tient une grande brocante.

Au coin de la place je remarque la reproduction du sous-marin Casabianca  qui a participé à la Résistance en Corse après avoir échappé au sabordage de la flotte à Toulon(27 novembre 1942) et à la libération de l’île (11 septembre 1943, Ajaccio et 4 octobre Bastia). La cloche du sous-marin est devenue le symbole de la Résistance, elle se trouve au musée de Corte. De nombreuses stèles et monuments nous rappelleront ces épisodes tout le long de notre séjour.

La brocante est bien achalandée. De très jolis objets sont mis en vente. €Je trouve deux petits verres gravés (les 4 pour 1€). Plus loin, sur une sorte marché aux fripes je trouve une robe de plage.

Des cafés et restaurants ont déployé leurs terrasses le long de la place sous les platanes. Trop tôt pour l’apéro !

L’après-midi, je reviendrai pour admirer l’élégant kiosque à musique fleuri de petites roses roses. Le Monument aux morts massif œuvre des sculpteurs bastiais Peckle et Patriarche qui honore les morts de la Première Guerre mondiale mais qui représente une scène des guerres d’Indépendance. Une veuve ayant eu deux fils tués offre son 3e enfant âgé de 16 ans au Général Paoli. Symétrique par rapport au kiosque, Napoléon est représenté en empereur romain en marbre de Carrare, d’abord destiné à orner une place de Livourne. Je n’échapperai pas à Napoléon, cette année ni en Corse, ni à Paris mais je me soigne, en antidote j’ai téléchargé trois livres sur la Commune de Paris.

Déjeuner sur la table de jardin : filets de rougets, pommes de terre et fraises pour le dessert.

Les nuages ont couvert le ciel, la pluie menace quand je pars à pied à la découverte de Bastia. La ville est resserrée, les distances ne sont pas grandes mais elle est très pentue. Je descends et monte un nombre incalculable de marches.

Je quitte le chemin de Furcone pour la rue H Tomasi qui passe devant un groupe scolaire au nom de Charpak. Cela me fait très plaisir qu’un juif polonais soit honoré ici après être passée devant des bombages à la peinture noire « Islam Fora ! » et même « Français Fora ! ». Un sentier, dans la verdure et les escaliers, mène dans un quartier de jolies villas fleuries, puis après un escalier j’arrive rue César Campinchi et par la rue Miot à l’extrémité de la Place Saint Nicolas. La rue Napoléon est piétonnière, elle est bordée de boutiques pour touristes, souvenir et gastronomie.

L’Oratoire Saint Roch est richement décoré, c’était l’Oratoire d’une confrérie d’adolescents. L’Oratoire de l’Immaculée Conception est fermé, je ne peux qu’admirer sa façade décorée d’angelots qui n’ont rien à envier aux putti siciliens.

Descendant la rue Saint Baptiste je débouche sur le Vieux Port. La rade est remplie de bateaux de plaisance, les quais de terrasses de restaurants. A l’entrée deux phares, l’un coiffé de rouge, l’autre de vert font face à la grande église Saint Jean Baptiste. Il est 15 heures quand j’arrive et les terrasses sont pleines. Il règne une ambiance musicale (spontanée ou organisée ?) tout le port bruisse de chansons en italien et en corse reprises par l’assistance.

 

Longeant les quais, j’arrive au bel escalier qui monte au Jardin Romieu qui est étagé sur plusieurs niveaux sur la pente de la citadelle. Cela embaume les immortelles corses largement épanouies. Par un tunnel, je découvre un escalier très raide accédant à la Citadelle. Je n’ai pas fini d’emprunter des escaliers et des tunnels ! J’arrive sur une placette. Selon un écriteau, sur la place de la Chiappa se tenait un marché. Les commerçants qui faisaient faillite étaient exhibés déculottés « le cul nu sur la pierre du scandale ».

En face, le Palais du Gouverneur est une grande bâtisse jaune à la façade sobre. Au fond de la cour bordée d’arcade se trouve le musée (5€). Un ascenseur monte au 5ème étage au jardin suspendu. Pelouse verte entourée de lantana (jaune et orange) et de romarin corse très touffu. Des graffiti des conscrits et des prisonniers rappellent le passé militaire de la Citadelle. Un parcours d’escaliers avec de très belles échappées sur la mer, le vieux port et la ville reconduit au musée qui raconte l’histoire de Bastia.

La première salle raconte le passé antique de la Corse (emporium d’Alalia – Aléria) et les échanges méditerranéens avec le Trésor de Bastia (une amphore contenant un trésor monétaire contenant des pièces de Rome, Constantinople, Antioche…) céramiques grecques, étrusques ou de Campanie d’Apulie…

La Corse médiévale passa de la souveraineté des Vandales, de Byzance, des Lombards…en 750 propriété pontificale, au 11ème de Pise, puis de Gènes, Aragon 1297. En 1357 les Génois s’installent à Bastia.

La Bastia, la forteresse qui donna son nom à la ville, fut édifiée de 1378 à 1380.

Divers tableaux racontent la vie à Bastia, la plupart ont pour sujet la Citadelle ou le Vieux Port.

Bastia, capitale de la Corse génoise est marquée par l’influence ligure : architectes génois, maçons génois. Les éléments architecturaux : impostes, entablement décors de portes sont exposés. J’ai bien aimé les coffres de marins peints.

Les dernières salles contiennent la collection Fesch avec des maîtres napolitains ; j’ai remarqué la Peste d’Ashdod de Nicolas Poussin et Le Joueur de billard de Carlo Amalfi.

Nicolas Poussin la peste d’Ashdod

Les rues étroites de la Citadelle sont différentes de celles de la ville basse. La Cathédrale est ouverte mais il y fait bien noir. Comme je suis saturée de visite je ne tente pas de l’allumer avec la boîte prévue à cet effet. J’en ressors en faisant bien attention aux « éléments de corniche qui risquent de tomber ». Je descends en passant devant le Couvent des clarisses très austère de l’extérieur.

Un petit fortin est aménagé, dominant la mer, mais désert. De là, je découvre la Spassimare, piste cyclable et piétonnière qui longe la route du front de mer, passe sous un tunnel carré sous les remparts pour rejoindre la Jetée du Dragon qui porte le phare rouge. Selon mon plan, un tunnel passerait sous l’entrée du Vieux Port mais je ne le trouve pas. Le retour le long du front de mer est moins agréable que je ne l’imaginais. La circulation sur la voie rapide est bruyante, les terminaux du port des ferries assez désagréables.

 

 

 

Voyage et arrivée à Bastia

CARNET CORSE de BASTIA à BONIFACIO

Bastia : le Magnifique cottage

vol

Le voyage s’est très bien déroulé. Depuis la Pandémie l’aéroport d’Orly est réservé aux voyageurs munis de leur carte d’embarquement. Les formalités d’embarquement sont à peine ralenties par la lecture des documents sanitaires. L’avion est loin d’être plein. Nous sommes deux sur une rangée de trois. Malheureusement, le ciel est nuageux et on ne voit rien jusqu’aux Alpes. L’avion amorce sa descente avant même de survoler la Méditerranée. Les premières images de la Corse seront celle du lac Biguglia voisin de l’aéroport Poretta.

Location de la voiture

Sixt et Hertz ont fermé leurs guichets dans le Hall des arrivées, leurs bureaux sont à l’extérieur. Sixt nous a envoyé un lien vers un appli sur le téléphone KIRRK qui est censée nous indiquer le numéro du parking où notre véhicule nous attend. Pour créer un compte il faut scanner passeport, permis de conduire et carte de Crédit, prendre un selfie. Cela nous a pris presque une matinée ! Avantage :  court-circuiter l’impressionnante queue de touristes imprévoyants. Inconvénient : aucun contact humain, aucune réclamation n’est possible, aucun conseil pour la mise en route. « Si le véhicule est défectueux, si la carrosserie est  rayée, prendre une photo avec le smartphone ! ». La DS3 qui nous est attribuée ne correspond pas à notre réservation : nous avions demandé une voiture de catégorie A (type 108, C1 ou Smart, la DS3 est catégorie B, nous avions demandé une voiture manuelle. Celle-ci est automatique. Débrouillez-vous ! Une chance qu’elle ne soit pas électrique, la recharge est un cauchemar pour les malchanceux, les bornes tout à fait insuffisantes.

Arrivée au « Magnifique Cottage »

L’application Booking.com a un lien vers le Googlemaps qui nous guide presque jusqu’au portail dont nous avons les codes. Presque ! Je suis forcée d’appeler le propriétaire après avoir tourné trois fois dans le quartier malgré la série de photos qu’il nous a envoyées.

Magnifique cottage

jardin du magnifique cottage

Le « Magnifique Cottage » est un grand studio blotti dans la verdure à mi-pente sur la colline au-dessus de Bastia. On quitte le Chemin de Furcone à une épingle à cheveux pour s’engager dans un sous-bois barré par un portail métallique qui s’ouvre sur une propriété fleurie. Le studio donne sur un péristyle de colonnes de béton carrées avec des massifs de lantanas – buissons à petits pompons rose, oranges et jaunes hauts d’un mètre et très touffus. Un bougainvillée rose s’adosse au coin de la maison. Trois grandes portes-fenêtres en arcades s’ouvrent sur la façade. Sous un oranger, une table ronde turquoise et deux chaises de jardin assorties, à l’arrière un banc de bois patiné.

Plutôt qu’à un « cottage » on penserait à une orangerie (mais en Corse ce n’est pas vraisemblable, les agrumes poussent en pleine terre) ou à un atelier d’artiste, une chambre d’ami, dépendance de la grande maison rose aux fenêtres bleues bâtie au niveau inférieur qui a une merveilleuse piscine avec vue sur la mer, mais en travaux.

lantana

La grande pièce est étrangement agencée, encombrée de grands canapés orange autour d’une table basse en acajou, style bateau. Le lit est très grand à baldaquin, sans les rideaux, les montants en solides rondins. Un meuble un peu étrange porte une très belle lampe à abat-jour original. Décoration de bon goût avec des tableaux modernes intéressants. La cuisine, en revanche st minuscule. Des panneaux coulissants cachent un frigo et un micro-ondes. Les plaques de cuisson à induction sont à côté de l’évier. Un autre panneau cache des placards. Dans un si petit volume, sont agencés tous les ustensiles (cafetière, bouilloire, casseroles, passoires). Il faut être agile pour utiliser la bouilloire cachée derrière la cafetière et se hisser sur la pointe des pieds pour atteindre les casseroles. Etrange quand même : l’absence de table chaises ou tabourets pour prendre les repas ! la seule table est encombrée de bougies énormes, cierges XXL faux, ils sont électriques.

Le studio est beau, luxueux mais pas du tout fonctionnel. On imagine, un week-end en amoureux, une fête entre copains plutôt qu’un séjour d’une semaine que nous projetons. S’il fait beau on vivra dans le jardin.

J’ai oublié de mentionner la salle d’eau, douche vaste luxueuse, originale.