LE PREMIER GHETTO – l’exemplarité vénitienne – alice becker-ho – ed Riveneuve

LIRE POUR VENISE

 

Merci à Babélio et aux éditions Riveneuve pour cette découverte dans le cadre de la MASSE CRITIQUE! 

Un petit livre de moins de 150 pages que je croyais lire en une soirée et qui m’a demandé 3 jours! Si je pensais faire une promenade guidée dans le Ghetto de Venise, j’aurais pu être déçue. Ce n’est pas du tourisme c’est de l’Histoire (avec un Grand H), de l’Histoire avec références bibliographiques sérieuse, notes et surtout des concepts très précis. Dans l‘avant-propos, l’auteure questionne: 

« quel sens a eu le mot ghetto, d’où est-il venu, dans quel contexte et pour quelles raisons? »

« que signifient étranger, citoyen? Qu’est-ce qui les distingue? Quel rôle ont joué ici la religion? le commerce? l’Etat? les guerres?… »

Elle tâchera de répondre à ces interrogations en établissant Les fondements de la cité en revenant aux cités antiques, à la Grèce et Rome, à la présence d’une acropole, d’une enceinte, à la définition du citoyen et de l’étranger. La ville cosmopolite Alexandrie, Constantinople, peuvent aussi donner des réponses analogues. Venise, la commerçante est héritière de l’hellénisme, de l’Empire byzantin. Avec ses possession maritimes, ses comptoirs, ses Echelles d’Orient, Venise va suivre les modèles de ses  villes commerçantes anciennes. Dans ces trois premiers chapitres, l’auteure pose les bases de sa recherche. Je suis mais m’impatiente un peu. 

Enfin; page 35, elle aborde La communauté juive : d’un exil à l’autre prenant son temps puisque le premier exil est celui de Babylone. Elle raconte les tribulations des Juifs autour de la Méditerranée, en Allemagne, en Espagne…C’est instructif, et je complète mes connaissances.

Venise cité-état va faire l’état des lieux de la fondation de la ville en 421 par les populations romanisées fuyant les Huns, en passant par l »Empire byzantin, les Croisades et l’établissement des comptoirs maritimes, les Echelles, de cet « état au service ds marchands. » enfin l’apparition de la Peste  en 1513 pour arriver à la décision  en 1516 d’isoler les Juifs et de les regrouper dans le Ghetto. Nous voici p 93 arrivés au fait : la fondation du premier ghetto.

Le chapitre : Le ghetto juif ne compte que 17 pages.  sur une période allant de 1516 à 1655. Nous voyons l’installation des Juifs levantins, allemands, et ds marranes, l’établissement d’un nouveau ghetto Ghetto nuovo , puis d’un troisième nuovissimo. La vie quotidienne se dessine. Mais il me manque des références précise, plan des rues, architecture plus précise. 

Le dernier chapitre A la recherche du Ghetto perdu est la partie la plus originale, la plus personnelle de l’ouvrage. Rassurez-vous, ce n’est pas une ville qui a perdu son ghetto, c’est le mot « ghetto » qu’elle interroge, cherchant l’origine, l’étymologie de ce mot qui a connu un succès planétaire si bien que maintenant plus personne ne pense à Venise, et peut être même plus aux Juifs pour désigner un quartier où une population serait assignée à résidence, enfermée. Elle interroge les mots, lance le lecteur sur des pistes inattendues comme celle du funduk arabe ou de la fonte des caractères d’imprimerie. Elle remet en question les idées préconçues comme le caractère péjoratif qu’on attribuerait au ghetto. Le lecteur se laisse entraîner dans cette enquête sémantique originale. 

Si je reste sur ma faim en ce qui concerne le quartier de Venise où j’aime me balader je note dans l’abondante bibliographie des ouvrages que je vais m’empresser d’acquérir  surtout celui de Riccardo Calimani. J’aime bien le jeu de billard livresque, un livre renvoie à un autre qui renverra à un troisième….

Eblouissante Venise au Grand Palais

EXPOSITION TEMPORAIRE jusqu’au 21 janvier 2019

Venise, les arts et l’Europe au XVIII ème siècle

Cette promenade dans la Venise du XVIII ème siècle est toujours un émerveillement, même si les thèmes sont connus et si j’ai en mémoire une récente  exposition à Jacquemart-André(2013) des vedute avec de nombreux tableaux de Canaletto et Guardi. 

Pietro Longhi : l’audience du Doge
l’audience du doge

L’exposition du Grand Palais est plus diverse. Le très grand portrait du procurateur Daniele Dolfin  en habit rouge, de Giambattista Tiepolo nous accueille dès l’entrée. La taille de la Vue du Palais Ducale  de Canaletto me surprend, j’avais été habituée aux plus petits formats. Plusieurs vues de Venise témoignent de son active importance diplomatique avec la visite des ambassadeurs : Luca Carlevaris (1721); ou les fêtes présidées par le doge Pietro Longhi L’audience du Doge, ou Guardi Le Doge à bord du Bucentaure (1775-1777).

Luca Carlevaris ; Entrée du comte de Gergy 1721

Ces vedutistes ont peint la vie mondaine de Venise tandis que certains ont peint  aussi des aspects moins brillants comme les mendiants Canaletto  Rio dei mendicanti ou l’atelier des tailleurs de pierre.

Une salle est consacrée à la musique Vivaldi (1678-1741) et Porpora (1686 -1768), Farinelli en sont les figures les plus connues. Les luthiers étaient aussi très réputés à Venise et de beaux instruments sont présentés.

Pietro Longhi : Il Concertino

La musique est aussi peinte : répétitions d’un opéra, Il  Concertino de Pietro Longhi, bals et commedia dell Arte, bals masqués…..

Guardi : Le Ridotto du Palazzo

Les arts décoratifs sont raffinés, tendance rococo, chinoiseries, stucs, dorures et meubles peints . Un reliquaire a attiré mon attention : j’imaginais plutôt miroir d’une élégante que destiné à quelque ossement sacré!

Reliquaire
Reliquaire

Bien sûr les tableaux d’inspiration religieuse sont aussi présents : Guardi a peint Le Christ et les pèlerins d’Emmaüs  tout à fait surprenant. C’est un très grand tableau où des apparitions, femmes alanguies (en extase?) têtes émergeant des nuées, contrastent avec le réalisme du la partie inférieure beaucoup plus classique.

Je fais connaissance avec un artiste que je ne connaissais pas Giovanni Battista Piazzetta (1682 -1754) avec Judith et Holopherne de caractère et des dessins intéressants.

Piazzetta : Judith et Holopherne

A l’étage l’exposition se poursuit avec La Diaspora des Vénitiens en Europe qui montre que toute l’Europe, la France, l’Angleterre et l’Allemagne ont fait appel aux peintres vénitiens pour décorer châteaux et belles demeures . je découvre qu’il y avait deux Tiepolo : Giambattista et Giandomenico (son fils). J’ai beaucoup aimé les scènes de rues de Giandomenico Scène de Carnaval et L’arracheur de dents.

 

Giandomenico Tiepolo : scène de Carnaval

 

 

L’arracheur de dents

Décidément Venise a bien du charme à la veille de sa chute quand Bonaparte met fin à la Sérénissime République séculaire.

Giambattista Tiepolo

Du Sang sur Venise : Maud Tabachnik

IL VIAGGIO

le sang de Venise

Le train est arrivé un peu en retard à l‘étape vénitienne du voyage organisé par Eimelle. Il faut prendre le train de nuit pour arriver le matin dans la lagune glisser sur l’eau et sortir de la gare en face du Grand Canal. Cela a beaucoup plus d’allure que d’atterrir banalement à l’aéroport….

Suivant le conseil de Claudialucia, je me suis promenée dans le Ghetto en 1575, à la veille d’une peste meurtrière. L’histoire commence à la veille de Pâques : un enfant est repêché, mort,  dans un canal proche du Ghetto. Inutile de chercher l’assassin, les coupables désignés sont les Juifs et le motif : le meurtre rituel. Des notables sont pris en otages. Un moine franciscain attise le ressentiment contre la Communauté juive….

Rachel da Modena, fille du banquier Asher, intelligente, belle, éprise de culture qui a pour amie Sofia Gritti va mener l’enquête qui innocentera les Juifs.

L’enquête se traîne dans la première moitié du livre – forcément puisque personne ne cherche le coupable – elle est rapidement résolue ensuite. Ce n’est donc pas un thriller qui va vous faire tourner les pages.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’intérêt est ailleurs : dans la promenade dans Venise du 16ème siècle au temps du Titien.

Je me suis surtout intéressée à l’analyse géopolitique : Venise commerce avec La Sublime Porte. Les Juifs établis à Smyrne, Constantinople ou Salonique sont des intermédiaires obligés. Après la Bataille de Lépante Venise est en rapport de faiblesse avec les nouvelles puissances L’Espagne et l’Autriche qui menacent sa suprématie. Le Pape exige des gages de Venise, le sacrifice du Ghetto en est un, bien que le Saint Père ne croit pas aux meurtres rituels….Entre deux pages je devine la figure du Duc de Naxos, narrateur de La Senora de Catherine Clément.

Deux veuves pour un testament – Donna Leon

MOIS ITALIEN 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Entre deux lectures sérieuses, après un roman difficile, un polar vénitien pour chanter?

Le mois italien m’a encouragé à sortir de la PAL un énième Donna Leon. Les promenades à pied ou en vaporetto avec Guido Brunetti sont toujours un plaisir, la cuisine parfumée de Paola aussi.

Une dame est trouvée morte par la voisine. Autopsie. Elle était visiteuse dans une maison de retraite. Brunetti y passe des heures ; ce n’est pas le décor le plus glamour, ni le rythme le plus haletant. L’intrigue, piano piano, ronronne. La dame était certainement une personne vertueuse, elle hébergeait  des femmes battues. Peut être l’une d’elles…. Peu d’action. Je poursuis ma lecture dans la même torpeur qui me cloue devant Louis La Brocante à la télé. Personnages sympathiques, j’ai envie de connaître la suite, d’ailleurs, il y a des tableaux  disparus….

Dans le dernier quart du récit, cela se précise. Visite chez un galeriste.  Venise, ville d’art, jolie description d’un tableau de Sainte Catherine. Les petits vieux de la maison de retraite prennent de la consistance. Il fallait juste être patiente!

Une balade agréable dans Venise mais pas un cru exceptionnel!

logo eimelle, le mois italien

 

Histoire d’Irène – Erri de Luca

LE MOIS ITALIEN 

histoire d'Irène

J’ai découvert Erri de Luca avec Montedidio que j’ai tant aimé que nous avons pris l’avion pour Naples aux vacances suivantes. Le jour d’avant le bonheur était de la même veine. Ses livres napolitains sont mes préférés avec Acide Arc en ciel trois nouvelles, trois visites dans les environs de Naples. Dans un autre thème Noyau d’olive m’a aussi beaucoup plu. En revanche, Et il dit… ascension du Sinaï et lecture de la Bible m’a un peu déçue. 

L’histoire d’Irène  est un recueil de trois nouvelles. La première, la plus longue, l’Histoire d’Irène se déroule dans une île grecque. Irène, mi sauvageonne, mi sirène, sourde-muette, mais bavarde, rejetée par les villageois est adoptée par les dauphins. Je ne sais pas pourquoi la fascination qu’exercent les mammifères marins sur nombreux humains, ne me concerne pas. Je les sais intelligents, joueurs, capable de sauver des naufragés….j’aime nager dans la Méditerranée orientale, mais je suis restée sur ma faim.

En revanche, les deux autres nouvelles m’ont beaucoup touchée.

 Le ciel dans une étable se déroule en 1943, à Naples et ses environs. « Naples était sous une grêle de bombardements aériens, les Alliés avaient débarqué à Salerne, le golf était miné et les Allemands raflaient les hommes entre dix-huit et trente-trois ans ».

« Cinq jeunes gens se cachèrent dans la ferme d’un paysan »  avec cinq vaches 

« Cela arrive en des temps et des endroits où l’on est obligé de vivre de façon inhumaine : alors les animaux renouent un lien avec la vie »

Se joint à eux un Juif, persécuté depuis les lois raciales. Incapable de prier, il laissait le vent tourner les feuilles du livre de prière … »le vent se chargeait de prier... »

mais il faut lire la nouvelle!

Une chose très stupide raconte une journée d’hiver, à Naples chez les habitants des bassi ces taudis minuscules au niveau du trottoir : « pour lui le passage de février est un boyau dans lequel il faut ramper ». 

Un peu de tiédeur,  un peu de soleil, une amande qui tombe, suffisent pour infléchir le cors de la journée.

logo eimelle, le mois italien

Le Gouverneur de Morée – Bruno Racine

LIRE POUR LA GRECE ET POUR VENISE

nauplie fort palamède990003
le fort palamède

1711-1715 la république de Venise nomme Sagredo, gouverneur de Morée. Il s’installe à Nauplie et se consacre à la construction d’un fort imprenable. L’architecte Lassalle est chargé des travaux.

Sagredo tient son journal pendant ces années.

Occasion de retourner à Nauplie, de chevaucher jusqu’à Corinthe, dans un Péloponnèse – en apparence – pacifié.

 nauplie fort palamède990001

Occasion surtout de rêver à Venise, ses vénérables palazzi, ses bals maqués, les bouches de lions pour les lettres de dénonciation, de se pencher sur la politique subtile et parfois retorse de la Serenissime.

P7130073 - Copie

Le gouverneur se livre, sans se découvrir, se méfie autant des Vénitiens que des Grecs ou des Turcs. Prudence diplomatique, défiance, les échanges avec la population locale sont réduits à l’achat de marbre auprès d’un entrepreneur complaisant, ou service d’un ancien pirate gracié devenu le domestique du gouverneur.

Sagrédo nommera son fort Palamède et nous livre une évocation de ce héros mythologique. Réussira-t-il à édifier la chapelle, touche personnelle qui signera son oeuvre ajoutée aux fortifications de Lassalle?

Confidences en finesse.

Un livre léger, délicat agréable à lire

Une matinée à la plage de San Vicenzo

CARNET TOSCAN – CASALE MARITIMO

 

Il Poggetto

 

 

6h : le lever du soleil au dessus de la colline. Une chaude lumière orangée illumine le bâtiment principal crépi de jaune et les briques de la terrasse. J’emporte mon carnet-moleskine pour garder un souvenir dessiné de notre Villa Poggetto que nous avons finalement adoptée. Nos voisins allemands ont été très discrets, les français sympathiques, finalement nous avons bien profité de notre grande terrasse sur l’oliveraie égayée par les parasols à franges bleues en plastique imitant le raphia. Les franges soulevées par le vent ondulent et semblent rafraîchissantes.
Je pars dessiner dans les oliviers. Le chat blanc est ravi d’avoir de la compagnie. Il me précède en gambadant, fait mine de chasser, m’attend caché à la fourche d’une branche d’olivier bondit.
Les oliviers toscans sont très bien taillés, bien entretenus, mais ils sont souvent jeunes. Ils n’ont pas les formes torturées des oliviers Crétois. Je m’attache à représenter le feuillage léger. La meilleure façon d’évoquer cette légèreté est de dessiner feuille à feuille.
Nous connaissons bien l’ancienne via aurélienne et ses lauriers roses qui m’enchantent toujours autant. J’aime bien refaire plusieurs fois un itinéraire, reconnaître, attendre l’allée de pins, le petit bâtiment octogonal comme un baptistère…
Nous nous installons sur la plage de San Vicenzo à l’arrière de la réserve Naturelle : mince bande de forêt, chênes verts près de la route, puis une ligne de pins tordus, plus près de l’eau des genévriers. Sur le bord de la dune : une surprise : une grosse fleur délicate ressemblant à une grosse jonquille mais toute blanche  .Je l’ai cherchée dans me flore, en vain.  Comme il est encore tôt (9h30), il y a de l’ombre. Nous avons déroulé les rabanes, installé le parasol et avons passé des heures bien agréables. Promenade le long de l’eau. Baignade dans l’eau claire. Rien de très original -sentiment de bien être. Au retour, le compteur de la voiture marque 3000km depuis Créteil.
Déjeuner sur notre terrasse. Après midi piscine avec le Monde.
A 18h, nous commençons les préparatifs pour le départ demain. Rien de réservé : l’aventure !

Lecture pour Venise :Loredan-les mystères de Venise – Leonora agent du doge – policier livre de poche

Lire pour Voyager/Voyager pour Lire

loredan.1283848879.jpg

Un policier historique agréable et facile à lire, et même très instructif

Prologue : Pucci, orpheline confiée au couvent des ursulines de Vicence résout l’énigme des reliques volées.

Premier Acte : Leonora Agnela Immacolata (surnommée Pucci) est retirée du couvent pour faire un beau mariage à Venise. L’incarcération du père de la fiancée  aux Plombs va contrarier  ce projet

Deuxième acte : Leonora ne se laisse pas abattre et cherche à savoir de quoi son récent « père » est accusé….

Je ne résumerai pas plus loin l’intrigue et ses nombreuses péripéties pour ne pas altérer le suspense d’une part, ensuite parce que ce serait beaucoup trop compliqué…Leonora ne manque ni d’astuce ni de courage et sa bourse est bien remplie pour acheter valets, barcarols, huissiers mais aussi tous ceux qui tenteraient de l’arrêter. Le courtisan qu’elle a recruté est également très bien renseigné.

Mais Leonora « ne connaît pas Venise ».

Nous non plus !

Cela tombe bien. Nous allons nous instruire  aux coutumes singulières de la Dominante et nous promener pour assister au curetage des canaux de Cannoregio, au commerce de contrebande de dentelle, aux rénovations interminables (déjà à cette époque) d’une église à l’élection d’un doge et aux intrigues qui la précède, à un jugement de la Quarantie et du conseil des Dix ; à la Sensa et au Carnaval…..

Lecture passionnante pour celle qui revient tout juste de Venise et qui a encore bien présents à l’esprit les décors.

Si les Mystères de Venise, et surtout la naissance de Leonora s’éclaircissent au 5ème acte, un dernier mystère reste irrésolu : qui est donc cet auteur qui signe Loredan, les mystères de Venise et dont trois volumes sont déjà parus ? Pas d’indication de traduction, ce Loredan écrit donc en Français ! Je googlise sans résultat : Loredan fut un doge de Venise, cela ne m’étonne pas : déjà dans le roman le doge était un Loredan. Loredan renvoie aussi à des ouvrages de science fiction ou de BD, lien avec Corto Maltèse…

Qui est donc Loredan ?

le Stendhal : Train Paris-Venise

 Train Paris-Venise

 

p7120006-copie.1282746728.JPG

La gare de Bercy ne ressemble pas aux autres gares parisiennes. Seulement 4 trains sont programmés ce soir, le premier pour Rome, 2 TER pour Nevers et Avallon, et le Stendhal pour Venise 20h33. Inutile d’arriver des heures à l’avance comme pour l’avion. On s’installe comme dans n’importe quel train. C’est un train italien.  6 Bouteilles d’eau frizzante attendent dans chaque compartiment, délicate attention.

Stendhal est un traînard qui s’arrête avant même d’avoir atteint le Carrefour Pompadour.

Je suis très joyeuse de prendre le train. C’est un acte militant mais pas seulement. Partir et arriver en centre ville est un avantage. Le prix est comparable à celui des avion Low cost (35€ pour le Prems, 51€ pour notre billet). Le train de nuit économise une nuit d’hôtel, les taxis des transferts, et surtout,  est très reposant.

Le monde entier se retrouve à bord : beaucoup d’Asiatiques des étudiants japonais, coréens ou chinois qui ont sans doute un pass inter-rail pour toute l’Europe, des familles indiennes, des Italiens, des Africains….Dans l’avion, tout le monde se bat pour avoir un hublot, poser ses bagages à main dans les casiers. Dans notre compartiment s’établit une certaine intimité, on s’aide pour hisser les sacs, installer les couchettes. On échange la couchette du bas d’une étudiante coréenne pour  celle du milieu. J’offre des cerises. Un monsieur alpiniste ou randonneur (sac d’alpiniste, bâtons) qui descendra à Brescia tente de lier connaissance.

Coucher de soleil sur Montereau et la Roche Migennes.


Vu du train

6h30, Milano Centrale, jour blafard, l’arrêt se prolonge. J’ai dormi 8h30, mieux qu’à la maison bercée par le mouvement du train. Je recommande les couchettes aux insomniaques (se munir de bouchons d’oreilles et d’un masque en tissu). Milan : tissu urbain très serré. Seuls éléments pittoresques : de grandes bâches vertes pendant devant fenêtres et balcons. Campagne plate et verte, les maïs sont très hauts.

 Brescia, sous la pluie battante. Les crêtes des Alpes ont disparu dans les nuages.la campagne est inondée. Verrons-nous Venise sous l’orage ? Le temps s’améliore juste avant les lacs : paysages somptueux. Des crêtes très déchiquetées se détachent sur un ciel rose, clochers pointus et cyprès se reflètent dans un miroir argenté. Vision fugace. Entre Peschiara del Garda et Vérone, les cimes nous accompagnent. Brusquement nous entrons dans la lagune. Sans prévenir, à Maghera toute une flottille de barques à moteur accompagne le train chargée de ciment ou d’autres marchandises. Les cheminées des usines de Mestre puis les gros ferries apparaissent. Le train court sur une digue.

A la sortie de la gare, le Grand Canal!

 

Cinq jours à Venise (1er jour)

p7120011-copie.1282746549.JPG

A la sortie de la Gare : la surprise, le Grand Canal, ses ponts aux nombreuses marches, le soleil, l’éblouissement !

 Nous traînons les valises à l’Hôtel Airone(un héron pour enseigne) – fermé – c’est l’hôtel Canal, voisin. Il est trop tôt : il faudra revenir, nos chambres ne sont pas prêtes (check in à 13 heures).

Vaporetto

Munies de la Carte Venice (72€ pour 3 jours : gratuité des transports et de certains musées, des réductions dans les autres,  Carte Chorus gratuité dans une quinzaine d’églises) nous prenons les Vaporetto ligne2. Une foule attend le vaporetto devant la Ferrovia. Ce qui devait être  une croisière est pire que le métro à l’heure de pointe. On se pousse, on se presse, debout on ne voit rien. Au pont du Rialto le vaporetto se vide. Chacune trouve une place assise à l’extérieur, et regarde, un peu éberluée,  les palais défiler. Ce n’est pas notre première visite à Venise, pourtant nous sommes surprises. Tant de palais ! Tant de splendeur ! On en oublie de suivre le plan sur le livre et d’identifier les édifices.

San Marco, tout le monde descend ! Sauf nous. À la proue, nous nous installons aux meilleures places. Les mêmes palais défilent, leur aspect devient plus familier. Dépassons la Ferrovia, le parcours devient moins touristique vers la Piazza Roma, Tronchetto, le port où attendent les grand bateaux blancs. Le ferry de la compagnie Anek  pour Corfou ou Patras ? Le vaporetto hésite entre lagune et Venise, choisit le canal de la Giudecca. Les arrêts ont des noms d’église Redentore, San Basilo ou San Giorgio pour enfin arriver à San Marco.

Le Pont des Soupirs est occulté par une bâche bleue, publicité pour une marque de montres, peu romantique. Néanmoins, les gondoles s’y pressent.