Eblouissante Venise au Grand Palais

EXPOSITION TEMPORAIRE jusqu’au 21 janvier 2019

 

Venise, les arts et l’Europe au XVIII ème siècle

Cette promenade dans la Venise du XVIII ème siècle est toujours un émerveillement, même si les thèmes sont connus et si j’ai en mémoire une récente  exposition à Jacquemart-André(2013) des vedute avec de nombreux tableaux de Canaletto et Guardi. 

Pietro Longhi : l’audience du Doge

L’exposition du Grand Palais est plus diverse. Le très grand portrait du procurateur Daniele Dolfin  en habit rouge, de Giambattista Tiepolo nous accueille dès l’entrée. La taille de la Vue du Palais Ducale  de Canaletto me surprend, j’avais été habituée aux plus petits formats. Plusieurs vues de Venise témoignent de son active importance diplomatique avec la visite des ambassadeurs : Luca Carlevaris (1721); ou les fêtes présidées par le doge Pietro Longhi L’audience du Doge, ou Guardi Le Doge à bord du Bucentaure (1775-1777).

Luca Carlevaris ; Entrée du comte de Gergy 1721

Ces vedutistes ont peint la vie mondaine de Venise tandis que certains ont peint  aussi des aspects moins brillants comme les mendiants Canaletto  Rio dei mendicanti ou l’atelier des tailleurs de pierre.

Rieci : Repétition d’un opéra

Une salle est consacrée à la musique Vivaldi (1678-1741) et Porpora (1686 -1768), Farinelli en sont les figures les plus connues. Les luthiers étaient aussi très réputés à Venise et de beaux instruments sont présentés.

Pietro Longhi : Il Concertino

La musique est aussi peinte : répétitions d’un opéra, Il  Concertino de Pietro Longhi, bals et commedia dell Arte, bals masqués…..

Guardi : Le Ridotto du Palazzo

Les arts décoratifs sont raffinés, tendance rococo, chinoiseries, stucs, dorures et meubles peints . Un reliquaire a attiré mon attention : j’imaginais plutôt miroir d’une élégante que destiné à quelque ossement sacré!

Reliquaire

Bien sûr les tableaux d’inspiration religieuse sont aussi présents : Guardi a peint Le Christ et les pèlerins d’Emmaüs  tout à fait surprenant. C’est un très grand tableau où des apparitions, femmes alanguies (en extase?) têtes émergeant des nuées, contrastent avec le réalisme du la partie inférieure beaucoup plus classique.

Je fais connaissance avec un artiste que je ne connaissais pas Giovanni Battista Piazzetta (1682 -1754) avec Judith et Holopherne de caractère et des dessins intéressants.

Piazzetta : Judith et Holopherne

A l’étage l’exposition se poursuit avec La Diaspora des Vénitiens en Europe qui montre que toute l’Europe, la France, l’Angleterre et l’Allemagne ont fait appel aux peintres vénitiens pour décorer châteaux et belles demeures . je découvre qu’il y avait deux Tiepolo : Giambattista et Giandomenico (son fils). J’ai beaucoup aimé les scènes de rues de Giandomenico Scène de Carnaval et L’arracheur de dents.

Giandomenico Tiepolo : scène de Carnaval

 

 

 

 

 

Giendomenico Tiepolo : L’arracheur de dents

Décidément Venise a bien du charme à la veille de sa chute quand Bonaparte met fin à la Sérénissime République séculaire.

Giambattista Tiepolo

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

9 réflexions sur « Eblouissante Venise au Grand Palais »

    1. @nathalie : dommage ces photos floues! avec le smartphone c’est la loterie, parfois c’est réussi parfois non. On a le problème des reflets et quand il y a de l’affluence je n’ose pas me planter longtemps devant un tableau.

      J'aime

  1. Oui, une exposition que j’aurais bien aimé voir même si comme tu le dis on a vu beaucoup de ces tableaux et on en connaît bien les thèmes ! mais il y en a toujours des nouveaux.
    Cette phrase me fait rire : « Un reliquaire a attiré mon attention : j’imaginais plutôt miroir d’une élégante que destiné à quelque ossement sacré! ». On dirait la réflexion d’une protestante alors que l’église catholique, au contraire, entoure le culte et les reliques de toujours plus de richesse, d’ornements, et d’ostentation pour lutter contre l’austérité des « hérétiques »!

    J'aime

    1. @claudialucia : on sent que vous rentrez de Malte où l’ostentation est à son comble dans les églises et les palais! Miroirs et lustres à pendeloques me choquent toujours aussi bine dans les églises que dans les mosquées.

      J'aime

  2. Oui, c’est vrai, on rentre de Malte; Encore que le baroque Maltais est plus mesuré que celui que l’on peut trouver en Italie…
    Les temples sont évidemment plus sobres mais tristounets (je suis de famille protestante et même si je suis athée, je connais ) mais c’est grâce au catholicisme que l’art a pu se développer et donner de grands artistes comme le Caravage (et tous les autres !). Moi aussi, je n’aime pas trop le baroque mais la renaissance italienne et l’art médiéval italien sont religieux et merveilleux donc je remercie le catholicisme pour cela !! Après tout, ils n’ont pas fait que l’inquisition et des autodafés!
    Qu’en est-il des synagogues ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s