Manoirs en Perche : La Fresnaye, la Pellonière – jolies cités : Bellême et Mortagne-au-Perche

BALADES PERCHERONNES

LA FRESNAYE

La Fresnaye

Par une belle journée d’Août,  Maman a organisé un circuit pour montrer le Perche à des amis. Après avoir fait les honneurs du Vaurayet nous avons pris la route de Marcilly, minuscule bourg fleuri  avec une petite église  au joli porche roman et au clocher pointu.

La Fresnaye : loggia Renaissance

La Fresnaye est caché au bout d’une longue allée dans les arbres. La lumière du matin est parfaite pour les photos de loin mais le jardin et le château ne sont ouverts à la visite qu’après 13 heures (en semaine, comme le manoir est habité il ne se visite pas le week-end). Nous sommes revenus l’après-midi et avons suivi la visite guidée. 

La Fresnaye tour et cour fleurie

Ce manoir serait un des plus anciens du Perche, remontant au XIVème siècle. Vers 1310, les seigneurs de Blandé édifient le logis, quadrilatère muni de créneaux et mâchicoulis. Au début de la Guerre de Cent Ans on la flanqua d’un donjon. Il fut épargné par les Anglais qui s’y installèrent en 1427. En 1501 le donjon fut coiffé d’un toit pyramidal. De riches transformations : Galerie Renaissance, deux tours d’angle, cheminées d’apparat en font un vrai château. Sympathisants protestants, ses maîtres furent bientôt ruinés et le château se dégrade. En 1750 les propriétaires nobles le quittent et des fermiers s’installent. Des travaux de restauration de 1977 à 2008 en font des ruines fleuries très plaisantes.

BELLEME 

Bellême : ce qui reste du château porte Saint sauveur

Traversant Igé nous arrivons à Bellême. La ville close se trouve en haut d’une rampe. Au parking, une superbe vue sur les toits et l’église. Ce qui reste du château médiéval, une grosse tour et une arche est bien aménagé par des artisans et galériste. Les rues de la ville close sont bien restaurées. Nous n’avons pas le temps de nous y attarder. Maman a réservé au Restaurant à Mortagne et il est temps de reprendre la route. 

Nous traversons la Forêt de Bellême . Attention au radar au Pin-la-Garenne ! Pour découvrir le Manoir de La Pellonière il faut faire un petit détour. Il ne se visite pas mais vaut le coup d’oeil. 

Le Pin la Garenne : Manoir de La Pellonière

MORTAGNE AU PERCHE

Mortagne

Le restaurant de L’Hôtel du Tribunal mérite le déplacement. CLIC ici pour le site et les menus. C’est un restaurant gastronomique qui a une salle élégante et qui sert également dans un jardin fleuri. La carte propose des plats variés mais les menus font un clin d’œil au Tribunal, on peut choisir le gastronomique « Grande Instance » 56€  « Verdict » 39€ « Premier Jugement » 34€ et, en semaine, le midi la formule « le Référé » 17.5€ . Je choisis toujours le Référé qui propose sur une ardoise un assortiment varié surprenant d’entrées et viande chaude puis un café gourmand toujours . Comme Mortagne  a pour spécialité le boudin, deux d’entre nous ont aussi pris un boudin maison avec un crumble de noix, jus de cassis décoré par des petites boules de pomme fraîche. 

café gourmand

On pourrait consacrer une bonne demi-journée à la visite de Mortagne, le Musée Alain, le Musée du Perche, la belle église Notre-Dame, et nombreuses maisons historiques…

maison des comtes du perche 12ème siècle

Nous nous sommes contenté d’une promenade par cette belle journée dans les rues pittoresques : sommes entrés dans la cour de la Maison des comtes du Perche où nous avons la surprise de trouver un cheval de terre monté par des enfants. C’est un des sujets de l’exposition de la Sculptrice Fanny Ferré. 

Mortagne : maison Henri IV

derrière des murs dépasse la Maison Henri IV .

Dans la Crypte Saint André nous retrouvons les personnages nomades de Fanny Ferré

Les nomades de Fanny Ferré

Ces sculptures sont installées dans toute la ville.

Autour de Nocé : deux manoirs et deux églises remarquables

BALADES PERCHERONNES

Manoir de Courboyer

A 2km  du village de  Nocé, le Manoir de Courboyer héberge la Maison du Parc Régional du Perche où on peut trouver une documentation abondante (Guide du Routard et diverses brochures sur les animations et boutiques des environs) ainsi que les tickets d’entrée pour la visite du Manoir, très élégant et charmant. Un joli jardin des simples, un étang et des jeux pour enfants élégants d’osier tressé. Amusante « chapelle » verte en charmilles (c’est peut être du hêtre) taillé à l’emplacement de la chapelle ancienne. 

Le manoir se visite, j’y ai vu de belles expositions comme celle de photos de trognes (saules taillés). Mais aujourd’hui nous n’avons pas le temps.

De Nocé, part le Circuit de la route des Manoirs du Perche (87 km )

Eglise de Nocé

L’église est composite avec une nef sous un magnifique plafond de bois comme la coque d’un navire, des bancs d’églises anciens et une nef gothique un peu ennuyeuse. Le clocher est une tour carrée (16ème siècle)de beau calcaire blanc sculptée au dessus d’une porte Renaissance.

A côté de l’église l’Atelier de Nocé estoccupé par une des nombreuses installations contemporaines du Chemin  des Impossibles. Le Chemin des Impossibles se définit comme un Parcours Art et Patrimoine en Perche du 27.04 au 02/06/2019. C’est précisément cette manifestation qui a été le déclencheur de notre sortie à Nocé. Dix lieux autour de Nocé sont investis par des plasticiens pour des installations contemporaines. Comme j’ l’écris souvent, je fais beaucoup d’efforts pour apprécier l’Art Contemporain. Le plaisir est parfois au rendez-vous. A l’atelier Samuel Lebon expose une sorte de roman-photo de style Bukowski, photos et textes poétiques. Il faudrait prendre le temps de lire les textes dans l’ordre et apprécier les photos.

L’Ormarin

Toujours sur le parcours du Chemin des Impossibles : le Manoir de L’Ormarinouvert en fin de semaine, joli château du 16ème siècle qui est aussi un magasin d’antiquités et qui accueille les touristes dans des Chambres d’Hôtes. Téo Bétin expose des objets un peu étranges sur le thème de l’Afrique (où il a vécu) et de la récup. Curieuses « chaises » en bois brut tellement hautes et fragiles que personne n’aurait l’idée de s’y percher, objets détournés, parfaitement inadéquats, au milieu de la pièce une sorte d’armoire sur brancard faisant penser à une chaise à porteurs ou à un confessionnal… pour l’art contemporain je fais des efforts (refrain). 

Téo Bétin

Tout proches, les église de Colonard-Corubert de Courthioust et de Saint Aubin des Grois sont aussi sur le parcours du Chemin des Impossibles mais nous les avons trouvées fermées pendant notre repérage en semaine. 

Saint Cyr la Rosière

Nous rentrons par le village très tranquille de Saint-Cyr-la-Rosière où nous faisons halte pour admirer la curieuse église avec son clocher pointu couvert d’ardoises très original, son porche roman simple et charmant, son rosier grimpant qui fleurit le côté. Une  église-jumelle se trouve à La Chapelle-du-Bois, même clocher d’ardoises, porche roman. Si on contourne l’église on a belle vue sur les collines du Perche avec la silhouette du Prieuré de Sainte Gauburge. Dans l’ancienne école Après l’Ecole est un bar-restaurant-épicerie où l’on peut prendre un verre à l’intérieur ou à l’extérieur manger tartines ou soupes. On peut même trouver des pépites : livres d’occasion, acheter confitures et vins originaux. 

Deux églises, deux manoirs ont suffi pour l’après midi. Nous reviendrons, ce n’est pas loin!