Le Bâtard de Palerme – Luigi Natoli

LIRE POUR LA SICILE

 Palerme :Quattro Canti
Palerme :Quattro Canti

Jubilatoire! 

Un très gros roman de cape et d’épée se déroulant surtout à Palerme, mais aussi dans la campagne sicilienne, justement sur les lieux où nous avons passé les vacances de Pâques 2016!

luigi-natoli

 

 

 

Palerme, en fête, regarde partir les Espagnols en 1698 et accueille le nouveau roi de Sicile, savoyard. La ville est parée de tribunes, d’arcs de triomphe, des tapisseries pendent du palais royal, le spectacle est solennel. On savait festoyer en ce temps-là!

20160422_153008-copie-2

Juillet 1718, une armada espagnole est de retour. Le roi savoyard a déçu la noblesse sicilienne qui regrette le temps où les Espagnols « dont l’oeuvre en Sicile se résumait à une formule simple : « faire de l’argent, enrichir le clergé et la noblesse, pendre le plus de monde possible et ne se préoccuper de rien d’autre… » 

Blasco de Castiglione monté sur une sorte de rossinante arrive dépenaillé, provoque en duel le prince d’Iraci,  corrige les valets des grandes familles. Il vient à Palerme rechercher un religieux qui connaît le secret de ses origines….

Batailles, duels, fêtes,  secrets de famille. Mais aussi intrigues amoureuses, rapt d’une religieuse, scandales et sérénades tournant au charivari nocturne. Intervention d’une société secrète les Beati Paoli. On ne s’ennuie pas un instant dans ce très gros livre qui me fait penser aux Trois Mousquetaires que j’ai dévoré il y a bien longtemps.

J’ai adoré cette lecture et n’attendrai pas longtemps pour lire la suite : il reste encore deux gros volumes!

Fin de l’aventure , Retour à Cotonou

JUMELAGE CRÉTEIL/POBE

Nous quittons Pobé sans avoir revu les enfants. Les cours ne reprennent qu’à 15 heures. Thimoléon, Michel et Kamal sont pressés de rentrer à Cotonou. En chemin Thimoléon propose de construire un site INTERNET pour nous avec l’aide de Clotaire. L’idée est séduisante. Mais je ne sais pas construire un site, c’est Clotaire qui devra tout faire. Le contrôle m’échappera cela me plait moins.

En sens inverse de la circulation, nous voyons des caravanes de voitures luxueuses, neuves ou presque, en route vers le Nigeria. Cotonou est la plaque tourante du commerce de la voiture d’occasion en Afrique de l’Ouest. Les Libanais y jouent un  rôle important.Pobé n’est qu’à quelques kilomètres de la frontière nigériane.

Les occupants du minibus sont accablés de chaleur. A partir de Porto Novo le trafic devient très dense. Les camions sont très nombreux. Nous arrivons à 16heures à Cotonou. La pollution est à son sommet. L’embouteillage est complet. Kamal cherche des chemins de traverse pour se dégager de la grande route saturée. Seulement trois ponts enjambent la lagune. Il faut obligatoirement passer par ces goulots d’étranglement.

Les adieux

Le camion s’engage dans un quartier plus calme aux rues sablonneuses où les enfants jouent dans la rue. Je reconnais le manguier qui pousse sur la voie devant le bureau de Sébastien. Ce dernier arrive, vêtu d’un magnifique costume bleu avec de grands motifs jaunes : prise électrique, fil ampoule. Sébastien fait la bise. Il ne lâche pas sèchement la main d’une personne. Il l’accompagne encore quelques pas. Pour garçons ou filles, il a des attentions affectueuses, il me prend par le bras puis manipule très délicatement le col de la chemise de Damien pour découvrir le collier en os qu’il s’est acheté. Nous ne tarissons pas d’éloges sur son village et sur ses frères. « Même père, même mère », ils ne sont que 4 frères. Symplice et Hyacinthe ne sont que des cousins si on applique le schéma de parenté européen. Elevés ensembles sur une même concession, ils se disent tous frères et ne savent même pas combien ils sont !

Sébastien et Michel nous raccompagnent jusqu’au Jardin Helvetia où nous buvons un dernier verre ensemble. Même Kamal, pour une fois, veut bien se joindre à nous. Nous avons fini par comprendre pourquoi il prenait ses distances : il est musulman pieux et rattrape les prières qu’il n’a pas pu faire pendant la journée pendant nos pauses.

Helvetia

Le voyage en minibus est terminé. Nous sommes heureuses de retrouver Helvetia et Moronikê. Nos avons l’impression de rentrer chez nous. Juste le temps d’aller à la plage. Les vagues sont puissantes. Après s’être fait rouler dans le sable je n’insiste pas. Pour dîner je revêts ma belle tenue africaine tout en me tartinant abondamment le dos décolleté pour ne pas me faire dévorer. Merci à Insect Ecran : cela marche !

Jumelage scolaire : Les cadeaux des correspondants

JUMELAGE CRÉTEIL/POBE

Le Père Noël à l’envers

A ma grande confusion, les enfants ont préparé de gros paquets emballés dans du papier cadeau métallisé. Nous ressemblons à des Pères Noël à l’envers. Dans le cliché, ce sont les « gentils riches blancs » qui apportent des cadeaux aux « pauvres africains ». Aujourd’hui, c’est le contraire qui se passe. Les 4èmeA de chez nous, n’ont rien donné pour leurs correspondants. Nous distribuons les bics cristal et les crayons. Je me sens plutôt honteuse de cette pitoyable distribution. D’autant plus, que j’ai bien peur que les enfants gâtés français n’apprécient pas leurs cadeaux à leur juste valeur.

Cuisine et couture

Dominique vient me cherche :
–    « Marcelle te cherche ! Elle a apporté plein de paquets ! »
C’est le déjeuner dans des boites isothermes et des faitouts et nos tenues. Le menu est le même que lundi, je me sers avec modération de hors d’œuvre pour pouvoir apprécier le poulet et les légumes au gingembre.
Les trois robes nous vont parfaitement. La couturière a beaucoup travaillé. Les encolures sont toutes piquées de « nervures » très fines qui ont du prendre des heures de travail. C’est habillée à l’africaine que je vais parapher le protocole de coopération entre le CEG1 de Pobé et le Collège Simone de Beauvoir avec aussi la Fefa dont Thimoléon est le Président.

Protocole
Thimoléon m’avait assuré au téléphone qu’il rédigerait le papier à Cotonou. Il est venu les mains vides. Nous improvisons  quelque chose de court mettant en avant l’échange de correspondance et la Réhabilitation de la Bibliothèque. Thimoléon et le Directeur veulent ajouter un paragraphe concernant une coopération informatique. L’informatique n’est pas mon domaine. Je n’ai pas envie d’engager la participation du collège sur ce plan. Thimoléon et le Directeur font valoir que ce n’est qu’une intention sans aucune obligation.
Le Directeur rédige dans un style plus imagé et plus emphatique, souhaitant « fouetter le goût de la lecture ». Il confie le texte à son secrétaire qui le dactylographie sur le champ. Dans une chemise cartonnée : le devis des travaux projetés. Notre petit paquet de billets couvrira tout juste la première tranche des travaux : le gros œuvre : tôles, plafonds en contreplaqué. Saurons nous trouver le financement des rayonnages ? Sans parler du sol qu’il faudrait cimenter !
Derniers cadeaux :
Marcelle a confectionné des biscuits apéritifs croquants et anisés présentés dans des flacons de verre.

 

Une journée d’école au CEG1 cde Pobè

JUMELAGE CRÉTEIL/POBE

Mozart à la récré

Nous arrivons au CEG1 pendant la récréation. La cour est pleine. Une musique sonorise la récré. Nous reconnaissons Nana Mouskouri. C’est le surveillant général qui choisit le CD. On nous fait entrer dans le bureau du Principal, aussi jovial qu’à  la première rencontre, mais très affairé. La fin de la récré est annoncée par Mozart.

En classe

Romain nous introduit dans la classe des 4ème1 où se déroule le cours d’Anglais. Les élèves se lèvent et chantent la chanson qu’ils ont écrit pour nous :

« Nous sommes les élèves du CEG Pobé, soyez les bienvenus. Chers Cristoliens, chers gens de Fefa, soyez les bienvenus ! ».

Comme nous, ils portent le T-shirt orange avec l’Aigle Bleu, leur tenue de sport.

les correspondants


Aux murs de la salle

La salle est  nue comme toutes les salles du collège, colorée par la poussière rouge.Seules quelques feuilles blanches ont été collées:

La maxime de la semaine est affichée :

« N’ATTENDS RIEN DE PERSONNE, COMPTE SUR TOI-MÊME CAR SI LE PARTAGE DEVAIT ÊTRE FAIT PAR L’HOMME TU N’AURAS JAMAIS TA PART. »

Sur une poutre, à la craie :

« L’ECHEC N’EST PAS AU PROGRAMME CETTE ANNEE ! ».

D’autres inscriptions sibyllines : « CONGO ! CONGOLAIS ! » (???)

La feuille avec la liste des élèves pour la corvée de balayage.

Pédagogie expérimentale

Les tables sont en nombre suffisant mais on les a regroupées par paquets. 4 à 6 élèves sont assis perpendiculairement au tableau. L’effectif est à peine(!) d’une trentaine d’élèves, silencieux et calmes. mais ils se déplacent parfois et se parlent doucement en suivant à plusieurs sur le même polycopié. Je suis assez étonnée de ce fonctionnement. Romain nous expliquera plus tard que la 4ème M1 est une classe expérimentale où l’on met en œuvre une  pédagogie active. Les enfants travaillent en groupe. La disposition des tables et le « petit effectif » doivent favoriser les échanges entre les élèves « un peu comme chez les scouts » précise Romain qui me regarde, se souvenant que j’ai, moi aussi, été éclaireuse dans ma jeunesse.

Cours d’anglais

Le jeune professeur d’Anglais est imperturbable. Notre arrivée ne modifie en rien le déroulement du cours qui est la correction des compositions semestrielles. Mariette, une élève volontaire, écrit la correction au tableau que l’enseignant a soigneusement divisé en trois colonnes. Un élève lit le texte d’une dizaine de ligne. Sa voix est inaudible, son accent africain est étrange à nos oreilles. Je n’y comprends rien ! Je m’intègre donc  à un groupe d’enfants pour pouvoir suivre sur le polycopié.
Deux exercices de compréhension de texte, rien de bien méchant ! Les élèves sont volontaires pour répondre:

– « Moi ! Monsieur ! »,

Ils lèvent la main vers l’avant. L’élève désigné pour répondre se lève.
Lorsque vient l’exercice de conjugaison avec des difficultés dans la  concordance des temps, les réponses se font plus rares. Enfin, une fille trouve la solution. Le professeur d’un geste déclenche des applaudissements et un ban sonore retentit accompagnés de  gestes éloquents. L’élève félicitée se contente de sa gloire. Le  calme revient immédiatement dans la classe.
La correction achevée à l’oral, le professeur s’assied à une minuscule table dans un coin et laisse le temps aux élèves pour recopier. Nous sommes tous admiratifs devant le calme des enfants. Nous n’avons jamais entendu l’enseignant forcer sa voix. Tous paraissent bien motivés même pendant cette correction aride.
Il y a quand même un  puni. Seul, juché sur une table de côté. Pourquoi l’a-t-on isolé ? Il est arrivé en retard.

Nous aimerions récolter les lettres et aller voir la 4èmeM2 dans la salle voisine. Le professeur distribue ses copies sans se soucier de nous, puis permet, seulement ensuite, aux élèves de nous remettre ce qu’ils ont préparé.

70 élèves au cours de maths

70 élèves au cours de maths

En 4ème M2, c’est très différent. Près de 70 élèves sont assis face au tableau. Certains se tassent à 3 sur un banc de 2. Ce n’est pas une classe expérimentale c’est  de la pédagogie traditionnelle. Ici, aussi correction de l’examen, mais en maths. Le tableau est couvert de factorisations et de fractions. Je ne suis pas sûre que les 3èmes de chez nous arriveraient à calculer aussi vite que les béninois. Nous attendons en compagnie de Romain, parmi les enfants sages, la fin de l’heure pour emporter nos lettres.

De Cové à Pobé par Kétou

JUMELAGE CRÉTEIL/POBE

 

station service!

Une cinquantaine de kilomètre séparent Cové de Pobé par la route. Par la piste, c’est plus court (36km)    mais la piste est mauvaise.  Ketou  se vante de posséder des sites historiques que nous ne visiterons pas.

Nous passons le fleuve Ouémé qui prend sa source dans l’Atakora. C’est un cours d’eau tranquille. Les champs de maïs sont soignés. Nous passons devant la grosse usine de ciment Lafarge. De gros camions ont défoncé la voie. Une poussière rouge enveloppe tout sur leur passage.
Pobé s’étale le long de la route, comme  Cové et Kétou. Nous passons devant un gros collège islamique tout neuf et bien peint.

 

Cové :La Cité du Bonheur

JUMELAGE CRÉTEIL/POBE

Cové est un gros bourg commerçant aligné le long de la route. Aucune trace d’un hôtel. Le minibus sort de la ville. Michel hèle un passant.
–    «  En arrière ! »
Kamal fait demi-tour. Pas plus de panneaux. Chaque fois qu’on demande à quelqu’un, l’avis est différent. C’est amusant de les voir pointer des directions opposées d’autant plus que les Béninois utilisent beaucoup leurs mains pour parler.
La Cité du Bonheur est un hôtel qui appartient à un douanier devenu ensuite député (dixit Michel). L’établissement regroupe plusieurs bâtiments bas, une salle de conférence, un restaurant rond tout cela dans une verdure bien entretenue. De gros climatiseurs dépassent à l’extérieur. Nos trois chambres occupent un édifice circulaire caché derrière un gros manguier. On découvre des chambres biscornues peintes jusqu’à mi-hauteur d’un marron assez repoussant. Moustiquaire. Ventilateur au plafond à grandes pales, une salle de bains carrelée pimpante. « il y a coupû(r)e ! ». Nous ne pensons qu’à une chose : la douche ! On nous assure que l’eau reviendra d’ici un quart d’heure. Un énorme seau (une poubelle de 30 L) recouvert d’un couvercle plein à ras bord nous fait penser le contraire. Nous nous rinçons à l’écuelle comme au village.

Pour dîner : de l’agouti

Nous traînons à la terrasse du restaurant . Pas de visites. Pour une fois, nous apprécions bien cette détente. Michel a fait installer des chaises sous le manguier.
Au dîner : de l’agouti, une sauce délicieuse et du couscous. L’agouti ressemble à un ragondin, on l’appelle aussi rat palmiste. Sa chair est ferme rappelant celle du lapin, en plus ferme (tout est plus ferme au Bénin, souvent trop cuit et coriace). Michel avait proposé une bouteille de vin rouge qui n’est jamais venue. Pendant le dîner « il y a coupu(r)e ! ». Nous dînons à la bougie. Moins plaisant : l’arrêt des ventilateurs, les chambres seront des fournaises. On dormirait volontiers dehors sans les moustiques.

"Il y a coupû(r)e!" dîner aux chandelles!

Bonne assise !

Nous terminons la soirée sous les étoiles innombrables. Une femme passe et nous souhaite : « Bonne assise ! ». Douceur de la nuit africaine. Retour du courant : le ventilateur brasse de l’air chaud. Dernière douche au seau. Si on ne bouge pas un orteil la chaleur sera supportable !

La transparence des élections au Nigeria

7 h du matin, un employé frappe à notre porte, un lourd seau à la main.
Il justifie :
    « Il y a des élections au Nigeria. Quand il y a eu des élections au Bénin, le Nigeria a prêté beaucoup de courant pour qu’elles se déroulent dans la transparence… »
–    « Quel rapport avec l’eau ? »
–    « quand il n’y a pas de courant, l’eau ne monte pas à la pompe. C’est pareil dans tout le Bénin, à Porto Novo ou à Cotonou… »

C’est vrai, le Bénin subit une grave crise énergétique. Le Ghana, son fournisseur principal, ne peut plus fournir la demande car le barrage est à sec. On est parfois obligé de faire appel à la Côte d’Ivoire. En tout cas, aucun rapport avec le manque d’eau ici.
Au petit déjeuner, la dame arrive :
–    « Bonjour à table ! »

De Natitingou à Cové, longue journée de route

JUMELAGE CRÉTEIL/POBE

Peugeot à la béninoise

L’orage a lavé le paysage. A Djougou, je cherche les enseignes qui m’avaient amusée l’an passé. Le minibus roule trop vite pour des photos. Nous traversons Savalou vers 13 heures nous commençons à avoir faim. Michel décide que l’on déjeunera à Dassa.

Gastronomie sur la route

vu sur la route!

Le restaurant situé sur le bord de la route est composé de plusieurs paillotes rondes. On choisit les plats dans de grosses boîtes isothermes : riz ou semoule de maïs que l’on accompagne d’épinards, ou de poulet ou de fromage baignant dans une sauce rouge. C’est délicieux, surtout les épinards très parfumés et relevés. Le fromage est bizarre, tout rouge avec une texture spongieuse. Nous partageons l’addition 700CFA, boissons comprises. Je regrette notre méfiance vis-à-vis de la nourriture africaine. Au lieu de chercher désespérément des beignets et des bananes nous aurions pu nous régaler à peu de frais !

dans la chaleur de midi

Dassa Bohicon : je somnole après le repas dans la chaleur écrasante de midi. A Bohicon, nous partons plein est dans une campagne très verte et plus ordonnée que celle que nous connaissons au Bénin. Les palmiers à huile sont bien alignés. Michel fait arrêter le véhicule pour nous montrer les plants de coton (après la cueillette). Deux rangées d’une vingtaine de mètres. On ne peut pas appeler cela un champ ! Que font ils donc de la petite quantité récoltée ? je fais la remarque à Michel que la campagne me paraît plus entretenue. Il acquiesce, selon lui, la pénétration des Blancs en est la cause.