Mendelssohn est sur le Toit – Jiri Weil

LITTERATURE D’EUROPE DE L’EST – TCHEQUIE

« Téléphonez à la mairie, tout de suite, quelqu’un doit bien y être de service. C’est une négligence inadmissible, inouïe, pire que la trahison. Mendelssohn est sur le toit ! »

Prague, 1942. La Tchécoslovaquie est un Protectorat nazi, le Protecteur, Reinhard Heydrich, promoteur de la Solution Finale règne. Contrairement aux brutes incultes de la Gestapo et des SS, Heydrich est cultivé et apprécie la musique. La présence de la statue de Mendelssohn sur le toit de l’opéra de la ville lui est intolérable, il faut la déboulonner d’urgence.

« Là-haut, sur le toit, il s’agissait d’autre chose. D’une statue. D’une statue juive. Déboulonner la statue d’un
compositeur juif, ce n’était pas un péché, la statue n’allait pas se plaindre au jour du Jugement. Eh ! les voies de
Dieu sont insondables. Même une statue pouvait se faire l’instrument de sa vengeance, il avait vu ça une fois
dans un opéra. »

C’est à Prague que fut créé le Don Giovanni de Mozart le 29 Octobre 1787 et il est bien question de statue. La statue du Commandeur interviendra-t-elle? Il sera souvent question de statues dans le roman de Jiri Weil, statue de la Justice qui indisposera la responsable du magasin-entrepôt des biens des Juifs spoliés, statue d’un ange contenant un cochon du marché noir…

Burlesque comique des statues dans un contexte de tragédie. Malgré la situation de l’occupation, malgré la menace pesante de la déportation vers l’Est, on sourit et même on rit quand les ignorants commencent à déboulonner Wagner (puisque c’est celui qui a le plus long nez, caractéristique du Juif dans l’imaginaire populaire), comique amer quand on demande au rabbin d’identifier Mendelssohn, alors que les images sculptées sont interdite dans sa vision rigoriste de la religion et qu’à son idée le compositeur baptisé n’est même pas juif!

Faites encore une fois le tour et regardez bien les nez. La statue qui a le plus grand nez, ce sera le Juif. »

Penauds, les deux agents lâchèrent la corde, laissant le nœud pendant au cou de Richard Wagner.

L’histoire de la statue met en évidence la brutalité, la bêtise des occupants et des collaborateurs., la terreur que Heydrich fait régner. Nous allons suivre dans ce roman le destin des personnages, juifs ou pas qui ont approché cette statue.

Cet épisode n’est que l’ouverture du roman qui raconte aussi les prémisses de la Solution Finale avec Theresienstadt – la ville-forteresse où sont enfermés les Juifs tchèques en attente d’une déportation dans les camps d’extermination. Jiri Weil met en scène différents personnages, des Juifs menacés, ou qui se cachent,  des collaborateurs, des résistants, des braves types envoyés en Allemagne…Personnages dérisoires à côté du destin, souvent sympathiques, toujours émouvants. 

Jiri Weil raconte l’attentat dont Heydrich a été victime, vengeance de la statue du Commandeur. Il raconte aussi le Musée juif rassemblant les objets de culte pillés dans les synagogues. C’est dans ce musée que l’auteur a passé la guerre et a réussi à échapper à la déportation. Commencé à la fin de la Guerre, le roman a subi la censure et certains épisodes ont été remplacés par d’autres plus conformes à l’idéologie communiste en insistant davantage sur le rôle de l’Armée Rouge et de la résistance. Cette nouvelle édition du nouvel Attila présente un chapitre censuré pour notre plus grand plaisir.

Lu dans le Mois de la Littérature de l’Europe de l’Est et chroniqué également par Kathel (Lettres Exprès) et par Patrice (et si on bouquinait?)

Plaklenica

MITTELEUROPA – un mois à travers l’AUTRICHE

12 km plus loin vers le nord, à Starigrad, se trouve l’entrée du Parc National de Paklenica.
Entrée payante, 30 Kunas, parking 2 km plus loin dans une vallée très profonde entaillant la montagne.

un canyon entre de hautes falaises

Nous marchons ensuite dans un canyon entre de très hautes falaises. Des voies d’escalades sont aménagées et les grimpeurs sont nombreux.
A 8h il fait encore frais, le sentier est bien aménagé mais il commence très raide par des marches glissantes (Il faudra marcher avec précaution au retour). Cette rampe s’élève dans une vallée sèche. Bientôt la végétation devient dense d’Elat mastic(pistachiers lentisque), de charmes, noisetiers, hêtres et figuiers. Cette forêt est inattendue. Quand on regarde de la mer, les montagnes sont pelées couvertes d’un maquis ras. Les crêtes déchiquetées en calcaire nu.
Le sentier devient plus large, bien entretenu en petits cailloux avec des fontaines. Nous suivons un petit torrent.

La grotte

Un écriteau indique la grotte à 40 minutes.
Dominique reste. Je grimpe le sentier en lacets large d’une soixantaines de cm, en pente pas trop raide, dans une forêt clairsemée,  ombragée à cette heure matinale. Je fonce pour respecter le minutage. La grotte est aménagée pour la visite. Nous descendons l’équivalent de cinq étages dans une salle immense avec de très belles draperies.
Dominique qui a attendu 1h45 et vu passer des dizaines de randonneurs commence à s’impatienter.

Le ruisseau
La promenade continue le loin du ruisseau à l’ombre. Nous déjeunons les pieds dans l’eau près d’une maison forestière puis rentrons dans la chaleur de l’après midi.
Après-midi à la plage de Rovaniska
Plage  chez nous, très calme nous sommes seules. Des vieilles arrivent vers 17h30.

courses à Starigrad

Nous retournons à Starigrad changer de l’argent à la banque et visitons les supermarchés. Il y a pourtant plusieurs campings, mais nous ne trouvons rien à notre goût. Il faut croire que les campeurs ne mangent que des saucisses et du saucisson. Rien de bien appétissant ! On se contentera de spaghettis.
Nous terminons la soirée par la traditionnelle passeggiatta sur le remblais. Comme c’est le week end, c’est très animé et le vendeur de glaces ne chôme pas.

 

Pecs

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

Pecs place Szechenyi

Départ avec pertes et fracas!

Nous quittons avec soulagement Bugac après avoir payé les pots cassés ; en l’occurrence la tablette en verre du cabinet de toilette. Dominique, en se relevant des cabinets a heurté avec sa tête le verre qui s’est brisé avec fracas, sans compter la chasse d’eau qui ne chassait rien. La voilà en fort mauvaise posture, le pantalon baissé, maintenant d’une main le verre cassé, de l’autre le robinet. Plutôt la débandade !

Vers le sud

Route vers le Sud sous une pluie battante, traversant des villages très fleuris. Les Hongrois fleurissent la rue de grosses plates-bandes d’œillets d’Inde, de cannas rouges, de buissons d’althaeas roses ou mauves. Les murs peints en jaune (comme à Schönbrunn) donnent l’illusion de lumière sous le ciel plombé.

Nous rejoignons le Danube par des régions de vergers de pommiers et de pêchers, parfois de la vigne et d’immenses parcelles de maïs avec des rangées étiquetées. Qu’expérimente-t-on des semences, des insecticides, des engrais, des OGM ?

Après Baja (sous la pluie, aucun intérêt) nous traversons le Danube sur un pont métallique, le train passe entre les deux voies de voitures. Le paysage devient plus vallonné, des tournesols occupent des collines entières. Puis, vigne, plantée dans le sens de la pente au dessus des grosses maisons des vignerons. L’habitat devient plus dense. Après Mohács les panneaux sont bilingues voire trilingue en Hongrois, Allemand et Croate. Le relief s’accentue encore quand nous arrivons à Pecs.

Pecs

Pecs

Nous avisons une pension avec une curieuse enseigne : un grand panier d’osier peint en jaune – un berceau ? – Nous partageons le parking avec la synagogue toute proche, pour 7500ft il y a la télé un ventilateur, un minibar, le réceptionniste monte tout notre barda, on s’installe, il remonte s’excuser, cette chambre a été réservée, nous irons à l’annexe : pour 4500 ft nous avons une grande chambre avec une cuisine et une salle d’eau.

Vers midi, la pluie a cessé.  Notre hôtel est central, inutile de bouger la voiture.  En face de la synagogue, la place est bordée de très jolies maisons décorées avec des vitrines vieillottes, il fait beaucoup trop gris pour des photos. Plus loin, la Poste : un magnifique bâtiment Sécession avec des tuiles vernissées orange et jaunes.

Pecs : Poste

Nous montons une rue étroite aux façades intéressantes et débouchons sur la Place Széchenyi dominée par la Mosquée en pierre de taille surmontée d’une coupole verte –très turque- sauf que le croissant est surmonté de la croix.
D’autres maisons sont remarquables: un immeuble décoré de majolique, Mc Do occupe le rez de chaussée d’un magnifique immeuble 1900 tout en stuc et guirlandes, c’est d’ailleurs courant en Hongrie qu’il s’installe dans des lieux classés. Sur la place, peu d’endroit où se restaurer à bon marché, on ira pour une fois à MC Do, ce n’est pas très hongrois mais c’est sans surprise.
La mosquée transformée en église,  garde son caractère. Nous montons ensuite des petites rues tranquilles avec des maisons aux façades peintes.

Comme c’est lundi tous les musées sont fermés, heureusement, il reste les édifices religieux.  Comme ils ne manquent pas, voici le lundi le deuxième jour du Seigneur.

La cathédrale Szent Peter est très bien située sur une place pavée très en pente prolongée par un jardin planté de marronniers fournis. C’est une basilique romane imposante avec 4 tours au 4 angles d’une triple nef. Je la trouve trop grande pour avoir le charme des basiliques romanes. La grille du porche est moderne et originale, elle représente deux pieds de vigne. Lorsqu’on entre, comme à Budapest, on est surpris par l’ornementation. Le plafond à caisson représente divers personnages curieusement à l’envers pour les fidèles. De grandes fresques ont été peintes au XIXème siècle trop grandes, trop majestueuses, le reste de l’intérieur est couvert de motifs géométriques, on dirait du papier peint. Nous n’avons pas l’habitude des églises peintes. J’ai beau me dire qu’au Moyen âge, elles étaient ainsi décorées cela me choque un peu..  J’ai besoin de la patine, de l’idée du temps qui est passé qui a érodé les statues, fané les fresques, n’a laissé que l’essentiel, a gommé toute l’agressivité d’une église catholique dans toute sa splendeur qui me fait un peu peur. En descendant dans la crypte, un bas relief naïf me plaît bien.

Pecs Liszt au balcon

De chaque côté de la place se trouvent deux palais baroques l’un peint en marron foncé(le Palais épiscopal) l’autre plus élégant en jaune. A l’angle du Palais Episcopal, un sculpteur moderne a installé Liszt en bronze sur un balcon en ferronnerie il a de curieux cheveux en ressorts brillants. Sous le palais jaune se trouvent les catacombes avec des fresques romaines bien conservées. Elles ne sont pas spectaculaires mais ces traces anciennes sont touchantes.
Dans les petites rues nous trouvons un Kodak express qui développera nos photos en deux heures.

Konditorei

Pâtisserie

En attendant, je suis bien décidée à ne pas quitter la Hongrie sans avoir goûté à une pâtisserie bien crémeuse dans le cadre qui convient, une belle Konditorei. Dominique ne me suit pas dans cette expérience mais m’aide à choisir l’établissement : caffish Cukraszda qui a une jolie façade rose décorée de stuc. L’intérieur est charmant : de petites tables rondes en marbre, des boiseries sombres, des lustres en cristal, un poêle en faïence blanche avec des têtes de lion. Le comptoir mérite une photo avec son percolateur en porcelaine à fleurs et sa machine à crème fouettée . Des vieilles dames très comme il faut sont attablées.

Pecs pâtisserie

Je choisis le gâteau à la cerise qui se révèle un peu décevant, il n’y a qu’une seule cerise, celle de la décoration, à l’intérieur une gelée rose bien synthétique, du cacao bien dilué et une crème fouettée beaucoup trop sucrée. C’est plus un régal pour les yeux que pour le palais, je savoure le décor, observant la serveuse qui prépare une coupe de glace, au dessus de la crème fouettée et du nappage elle installe deux demi-tranches d’orange, deux mûres énormes, deux gaufrettes en forme de cœur et un fouet métallisé.

Nous terminons la soirée avec nos deux voisines, des françaises profs, en commentant nos vacances, le manque d’amabilité des Hongrois, nos expériences aux bains avec beaucoup d’éclats de rire. Cela fait du bien de rigoler comme cela.

 

|

De la puzsta d’Hortobagy à la puzsta de Bugac

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

Nous quittons notre jolie ferme d’Hortobagy sous un ciel gris, il a plu cette nuit. Au lieu de rester sur les grands axes nous prenons un raccourci qui longe le Par cet regardons une dernière fois la Puszta, ses cigognes, les troupeaux en liberté et les puits à balancier. Dernière photos d’une chaumière qui résume tout cela.. Ce dimanche matin nous traversons des villages vides, bien fleuris avec des althaeas somptueux taillés en boule sur un tronc grêle.

Bains à Szolnok

La route N° 4 est très fréquentée même le dimanche, nous arrivons rapidement à Szolnok où nous guides signalent un très bel établissement de bains. Nous profitons de la ville pour aller au supermarché, tous les petits magasins sont fermés le dimanche.
Heureusement que j’ai pris ce bain ! C’est l’attraction la plus réussie de la journée. A côté d’un hôtel aux stucs blancs et aux lourdes décorations Belle Epoque se trouve l’Etablissement Thermal avec un portique peint en brun sur rouge de naïades sur des frises .L’accueil, pour une fois est agréable, la réceptionniste me pilote aux vestiaires pour une fois individuels et fermés par un rideau, puis vers les douches.

Szolnok : bains

C’est le calme absolu, pas une parole, dans le noir, sur des bancs en gradins, une femme lit son journal au sauna. Je me baigne seule dans la piscine d’eau très chaude à 38 ou 39° assise sur les marches en marbre rose. Des sculptures de femmes portant des amphores décorent le tour du bassin. Des écriteaux conseillent de ne pas dépasser une demi-heure. L’eau est rougeâtre.

Bains Szolnok détail

Le bassin d’eau à 32/ 34° est plus grand, il est couvert par une gracieuse coupole de verre, la lumière du jour éclaire faiblement. Un homme athlétique mais plus tout jeune, les cheveux blancs noués en chignon, lit le journal , une femme d’un quarantaine d’année avec son fils joue avec le filet d’eau qui s’écoule d’une statue, deux ou trois personnes sont assises immobiles. J’ose une traversée à la nage, mais ce n’est pas l’usage ici. Aux murs des bas-reliefs en poterie rouge ornent les murs. Dans la salle voisine de curieuses chaises longues permettent de se reposer les jambes en l’air, la tête en bas.

Clocher de l’église de Nagykoros

A Nagykőrös, curieuse église jaune avec un clocher de bois.

 

Keskemet

Art Nouveau à Keskemet

Kecskemét aurait été une jolie étape si le soleil avait daigné apparaître. Tous les monuments intéressants sont regroupés dans un petit périmètre : plus exactement deux places communiquant par un jardin public. Un bâtiment byzantino-mauresque rappelle la synagogue de Budapest, repeint en blanc. Elle a perdu tous ses attributs de synagogue pour devenir un centre de technologie.

Art Nouveau à Keskemet

Autour de la place de nombreuses églises catholiques et un temple protestant, des maisons Art Nouveau avec des façades en majoliques intéressantes, des toits en tuiles vernissées bicolores des pignons précurseurs des maisons d’Hundertwasser en céramique multicolores avec des renflements. L’hôtel de ville est curieux, sorte de gothique mâtiné de flamand avec des céramiques Sécession et un carillon avec de nombreuses cloches qui font entendre une mélodie plaintive.

Arrivée à Bugac
Après Kecskemét il ne reste que quelques dizaines de kilomètres pour arriver à la Puszta de Bugac. Rien ne l’annonce. La ville est entourée de vergers, de vignes et de nombreux arbres. La plaine sableuse a été bien colonisée. Plus rien ne rappelle la steppe. Arrivée à Bugac sous un ciel très gris.
Le dernier show va commencer, trop tard pour nous !
Nous préférons chercher une chambre. C’est la première fois que nous allons nous même frapper aux portes signalées par un écriteau « zimmer frei ». Nos deux premières tentatives échouent : « bosetzt »! Nous acceptons le troisième gîte, un peu minable, mais très bon marché 3500 ft avec petit déjeuner. S’il avait fait beau, cela aurait eu une autre allure, le jardin est grand et très fleuri avec des pétunias, des cannas rouges, datura et géraniums, une balancelle et un salon de jardin. Il y a aussi des animaux : trois chats, un chien et des porcelets.


Mais la pluie menace. Nous allons nous promener dans le Parc sous la pluie. C’est bien décevant par comparaison avec la Puszta que nous venons de quitter! Le parcours des calèches est tout droit : un petit kilomètre sur une grande route sableuse. Le  musée est vide, rien de bien authentique. On pense plutôt à un golf bien tondu qu’à la steppe. Après une heure de promenade la conclusion s’impose, nous partirons demain matin, nous préférons rester sur l’excellent souvenir d’Hortobagy. Ici tout semble frelaté : les Csardas énormes, vides, les pelouses bien tondues, un spectacle deux fois par jour !
Pour comble de tristesse, il pleut une pluie froide sans discontinuer, le seul agrément de notre logement est le jardin fleuri. La chambre ressemble plutôt à un grenier où on aurait entreposé tous les objets inutiles de la maison, je recense 13 vases sur le haut d’une armoire, et une vingtaine sur l’autre, sans compter les crucifix, les bambis, le cendrier de Sidney ….

Hortobagy : la puzsta

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

D’Eger à la Tisza

La Tizsa

Au sud d’Eger, la route traverse tout d’abord des vignobles au flanc des collines. Après 12 km nous arrivons dans la plaine cultivée de maïs, tournesol et betterave. Les parcelles sont très grandes, des systèmes d’arrosage très longs irriguent les cultures. De nombreux arbres donnent du relief à cette étendue plate contrairement à la Turquie où l’absence d’arbres donnait l’impression de la steppe malgré les cultures. Ici, c’est seulement une campagne très plate.
Un pont enjambe la Tisza, ou plutôt un lac d’où émergent des touffes de roseaux, des îles . Entre les roselières l’eau reflète le ciel bleu. Nous garons la voiture et rencontrons des pêcheurs à la ligne, assis leur seaux remplis de carpes, d’autres sont dans des barques. Je confonds le lac et la rivière, très large.

La Puszta

Ferme de la puzsta avec son puits à balancier

Nous abordons la Puszta après Tiszafüred, plaine et roselières. Le paysage a un air de Camargue.  Dès que nous entrons dans le Parc national, les cultures cèdent le pas à la steppe (sauf du fourrage destiné aux chevaux : avoine et luzerne). De très longs bâtiments, très bas, très blancs, recouverts de chaume sont dispersés dans la Puszta : les bergeries. Ca et là, des puits à balancier.
Les oiseaux attirent le regard : des hirondelles par milliers, des cigognes et un gros volatile (une oie ou une outarde ?)

Chambre chez l’habitant

Notre gite à Hortobagy

La jeune femme du Tourinform parle très bien Allemand, elle nous trouve une chambre pour 5000 forint avec le petit déjeuner et nous explique clairement comment y parvenir.
Dans une rue du village, derrière une palissade verte de planches à claire-voie, une dame en tablier nous attend . Dans la cour, une belle carriole verte et l’écurie occupent un côté, de l’autre un petit bâtiment bas est partagé entre la porcherie avec 3 cochons et le poulailler. Une nouvelle barrière verte sépare la cour de ferme du jardin et des habitations. La maison des propriétaires est une maison étroite et basse blanche au toit reposant sur cinq piliers formant une galerie couverte. Nous logeons dans une sorte de pavillon crépi de beige avec l’encadrement des portes rouge brique, une petite entrée où sont rangées les chaussures fait saillie. L’angle opposé est évidé pour faire un salon de jardin, abrité par une tonnelle de vigne. Tout le tour de la maison est cimenté, des jardinières contenant des géraniums et des impatiens sont alignés. La pelouse est plantée d’arbres fruitiers au tronc chaulé, surtout des pruniers chargés de petites prunes jaunes mais aussi des cerisiers, trois abricotiers et un poirier tout petit.

la carriole de nos hôtes

A midi, nous sommes installées, Maria nous cueille des prunes en geste de bienvenue. Elle parle un Allemand rudimentaire permettant d’établir un contact chaleureux à défaut d’une conversation intéressante. Dans nos précédents gîtes, à Sopron et à Budapest, les propriétaires étaient plutôt distants, ici nous nous sentons très bien accueillies.

Pour se promener dans le Parc, il faut payer un droit, on reçoit une carte détaillée, la,  fille de Tourinform nous indique 4 balades. nous découvrons que nous logeons chez elle, Maria est sa mère !

Promenade en calèche

Promenade en calèche

Notre promenade en calèche part à 14h d’un hôtel de luxe qui abrite aussi des haras et un petit hippodrome. Deux chevaux bruns tirent une lourde carriole verte bâchée avec des bancs de bois qui fait partie d’une caravane de cinq équipages soulevant la poussière, on se dirait dans un western.

On nous montre les troupeaux : des vaches à très grandes cornes et à la robe grise, vaches indiennes croisées avec des buffles ( ?), des porcs laineux très, très sales, la boue retenue dans leur pelage fait une carapace, le chevaux en liberté, alezans assez lourds, plutôt des chevaux de trait, mais rien à voir avec des percherons. Dans la bergerie il fait très frais, les moutons ruminent, seuls les béliers avec de curieuses cornes torsadées toutes droites sur plus de trente centimètres.

Spectacle équestre

Cavalier de la puzsta

Des cavaliers approchent. Leurs costumes bleus avec de drôles de chapeaux coniques leur donnent un air mongol .La caravane ralentit. Les cavaliers font une démonstration  équestre impressionnante. L’un d’eux conduit un attelage de cinq chevaux, trois devant deux derrière, il est debout un pied sur le dos de chaque cheval et fait claquer son long fouet, l’attelage lancé au galop fait plusieurs cercles autour de nous. Puis trois autres cavaliers en bleu font coucher leur monture sans mettre pied à terre, le cheval s’assied ensuite à la manière d’un chien.

Dressage

Promenade dans le marais

Nous faisons ensuite une promenade à pied dans le marais occupé principalement par des roseaux. Sur deux kilomètres, nous ne voyons pas l’eau mais entendons les oiseaux, puis nous débouchons sur un chenal. Des meules coniques faites de bottes de roseaux nouées font de belles photos. Un petit pont de planches enjambe un autre chenal, un bel oiseau blanc ressemblant à un petit héron va se percher sur un arbre tout proche, des grenouilles sautent à notre approche, une couleuvre s’enfuit en ondulant à la surface de l’eau . Un affût est installé sur une tour de guet. Nous découvrons une très belle pièce d’eau. Des oiseaux noirs occupent les branches émergeant un peu plus loin, des cormorans ou des corbeaux ? des canards noirs nagent, le petit héron blanc est toujours sur son perchoir, un groupe très important d’oies occupe un endroit peu profond.
Nous suivons le canal le long d’une étroite voie ferrée désaffectée, de lourds volatiles nous précèdent – des outardes ou des oies ? – Elles ont la démarche dandinante de l’oie mais pas franchement le même profil. Lorsque nous approchons elles s’envolent. Une aigrette blanche et élégante se tient au bord d’un déversoir.
Au bout du chemin de fer, une vieille maison basse sans porte ni fenêtre est occupée par des pêcheurs. Au coucher du soleil nous remontons sur une tour d’affût et nous promettons d’y revenir dîner un soir.

Attelage14

Hortobagy : animaux et kayak

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

Fermes à Hortobagy : canards

Animaux domestiques, chiens et vaches

Chevaux et carrioles

Par temps frais et couvert, nous retournons nous promener dans la Puszta. La voiture est garée près d’une ferme d’où partent des carrioles. Les fermiers sont peu loquaces. Ils ne nous aident pas à trouver le sentier. Nous prenons un chemin de terre près d’un puits à balancier. Des vaches à la robe sombre presque noire paissent non loin .  l’une d’elles, accompagnée de son veau,  debout  semble nous fixer. Dominique n’est pas rassurée. Deux chiens surgissent, c’est franchement la panique ! Nous rebroussons chemin prudemment suivies de loin par les chiens qui n’ont pas l’air agressifs, ils chassent les rongeurs et jouent. Avant de renoncer à la promenade, je demande aux fermiers s’ils sont méchants, je mime un chien qui mord, on nous assure que non, ils ne sont pas méchants.

Nous continuons donc la balade dans la praire fleurie de chardons roses et de chicorées bleues. Au loin à la jumelle, je surveille les troupeaux, derrière les vaches noires, il y a des buffles gris et plus loin des chevaux, encore plus loin, un troupeau de moutons .En revanche, peu d’oiseaux en dehors d’un vol d’étourneaux qui se regroupe près des vaches puis s’éparpille, ressemblant aux étincelles d’un feu d’artifice. Au dessus de cette plaine monotone où seuls les balanciers des puits dépassent, le vol d’étourneaux prend une importance particulière.

Fenaison

A contre-jour, se détachant sur l’horizon, une charrette de foin tirée par deux chevaux s’approche, il n’y a qu’un seul arbre, le tableau est saisissant ! Des calèches prennent leur cargaison de touristes et entrent en action. Des cavaliers bleus galopent, nous verrons peut être un autre spectacle équestre ? Nous nous rapprochons pour profiter de l’aubaine.  Je surveille la démonstration à la jumelle.

Musée des Bergers

Bergers

On y voit donc des costumes, des outils, des huttes de roseaux. Le plus beau, ce sont des objets gravés dans le bois ou la corne : couverts de table à manche ouvragé et incrusté, boites pour le rasoir ou le miroir, cuir tressé des harnachements des chevaux. Les manteaux de moutons richement brodés sont aussi très beaux.

Kayak lac de Tiszafüred 

On y loue des kayaks pour 250 ft l’heure. Les pagayes sont lourdes et j’ai bien du mal à manœuvrer. Dominique râle beaucoup parce que je l’éclabousse. Nous nous engageons dans une petite anse, un héron bihoreau se tient à l’affût sur chaque perchoir, c’est un enchantement de voir ces petits hérons huppés blancs et jaunes qui ne s’enfuient qu’au dernier moment.
Au retour, l’orage gronde dans le lointain mais cela ne nous empêche pas de retourner dans le marais.

Hortobagy puzsta humide et puzsta sèche – bains de Hadjuszobolo

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

meules

9h, promenade dans la partie sèche de la Puszta.
Des petits nuages pommelés s’effilochent sur le ciel bleu. Dans la grande plaine, le ciel prend toute son importance, les nuages,  leurs reliefs.
Nous marchons sur un chemin de poussière élastique et doux sous nos pas. Dans cette prairie sèche subsistent encore quelques fleurs violettes que je ne connais pas des coquelicots des ombellifères blanches. Deux gros volatiles traversent le sentier à une vingtaine de mètres et s’envolent. Sur le chemin, tranquille, un lièvre ne s’enfuira que longtemps après, en petits bonds tranquilles. Les animaux se savent en sécurité dans la réserve. C’est le tour de cinq aigrettes qui nous précèdent gardant toujours la même distance de sécurité, nous avançons vers elles, elles progressent en même temps. Leur cou et leurs pattes sont très élancés.

Le lièvre dans les chaumes

Un peu plus loin, c’est le marais avec ses roseaux. Un héron plane quelques temps, un autre est posé sur le sentier, fin et élégant. La monotonie de la plaine est largement compensée par la variété de la faune. Un campagnol fuit sous nos pieds.  Nous levons un faisan d’un buisson d’herbes sèches, il s’envole en me rasant la tête bruyamment. En limite de Parc, les cultures reprennent le pas sur la steppe, des hommes ramassent les dernières bottes de paille. Dans un champ retourné des centaines d’oiseaux blancs : des mouettes.

Puits à balancier

Une ferme traditionnelle a  deux puits à balancier, des étables ou bergeries en chaume, un petit pigeonnier, elle est flanquée d’une maison d’habitation plus moderne plus haute crépie de beige avec une galerie à arcades décorée de géraniums rouges entourée d’un jardin fleuri. En face deux jeunes manœuvrent une barque dans un canal dans la roselière.

Le ciel s’est chargé de nuages, il tombe quelques gouttes, nous rentrons sans nous faire mouiller. Près des maisons sur la route ce sont les cigognes qui sont installées. Une jolie chevrette s’éloigne à grands bonds.

Chemin dans la puzsta

Nous retrouvons nos instincts de chasseur et le plaisir de l’affût. Comment font -ils pour tirer sur ces animaux, merveille de joie de vivre et d’innocence ?

Nous changeons de l’argent dans un bureau de poste ressemblant aux postes françaises, même guichet, même queue, même employés occupés à des tâches incompréhensibles pendant que nous nous impatientons. Ici, la Poste vend aussi des pellicules-photos, des bonbons et même du shampooing.

bleuets16

Aux bains d’Hadjuszobolo

Le temps s’est remis au beau.  Après le repas pris sous la tonnelle, nous étendons la lessive dans le jardin puis partons « aux bains » à la petite station thermale de Hajduszoboslo.
Juste à l’entrée de la ville, une forte odeur de gaz nous surprend : deux torchères brûlent au dessus d’un réseau compliqué de tuyaux. Les enseignes sont éloquentes : TOTALGAZ, MOBIL ? etc… Nous traversons une série d’usines. Nous sommes loin de la « petite station thermale » vantée par la française mariée à un hongrois rencontrée à Eger …De fait, c’est quand même un lieu de villégiature, mais la clientèle visée est polonaise ; sur les panneaux, l’Allemand s’efface devant le Polonais. Ils ne doivent pas être difficiles, les Polonais en vacances! Les locations ne sont ni décorées ni repeintes, elles ont l’air minables.
Nous traversons la ville avec ses HLM toujours le même modèle  comme à Szombathély, bordant une vaste avenue plantée d’arbres et de verdure qui nous conduit aux Thermes.
Ici, ce n’est pas le charme Belle Epoque, les thermes sont modernes, béton et verre. L’entrée de la piscine est surmontée d’une étoile socialiste en béton formant un auvent immense où sont installés des marchands ambulants.
Nous choisissons l’entrée « centre Thermal », verre et métal des années 90 et retrouvons toujours les panneaux connus, l’accueil en blouse blanche et les tickets à code-barres.
Les bains médicaux sont couverts d’une jolie verrière,  nous n’y avons pas accès. Par un long couloir nous arrivons à l’extérieur : spectacle hallucinant de centaines de gens plongés dans l’eau marron. Sur les bords la foule est dense. Le complexe thermal est énorme, il y a 7 ou 8 piscines entourées de restaurants de buvettes et de marchands ambulants.
On peut tout acheter : des livres, des cartes postales, des maillots, des bouées…Autour de chaque bassin des tables , des chaises, des parasols, des chaises longues ainsi que de grandes tables en bois rectangulaires pour s’allonger.
Un haut parleur annonce quelque chose, toutes les piscines se vident de leurs occupants qui se précipitent vers un bassin entouré de hauts murs : les vagues. J’imite la foule, tout le monde est debout presque aussi serrés que dans le métro à six heures, et attend la vague. Oublié le calme des bains distingués de Budapest. Ici, le public est familial avec beaucoup d’enfants et d’adolescents. S’il y moins de cris de poursuites et de plongeons qu’en France, il n’est pas possible de nager. L’occupation à la mode ici c’est de jouer à la balle par dessus la tête des autres baigneurs. On peut aussi éclabousser les passants avec de gros bazookas à eau.
Nous nous demandons bien ce que nous sommes venues faire dans cette foule ! La réponse est simple : nous rafraîchir ! Puisqu’on  a fait 30 km et qu’on a payé l’entrée, nous allons quand même profiter de l’eau pour nous délasser même si le cadre n’est vraiment pas joli c’est quand même agréable de nager.
Dans l’eau à 38 °C on ne peut (ni ne doit) rester longtemps, l’idéal pour nager c’est autour de 26°C, à 24°C on peut rester assises sans rien faire, traverser le bassin puis s’asseoir à regarder passer la foule.
Vers 5 h, l’orage menace, un gros cumulus s’est formé, le ciel devient tout noir. Tout le monde remballe dans la panique.
Courses au supermarché de Debrecen

Höllökö – Gödölö – Eger

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

L’orage

Dans la nuit, un fort orage a éclaté. La température est passée de 32° à 19°. Nous avons juste le temps de charger la voiture quand la pluie se remet à tomber. Nous avions pourtant étudié l’itinéraire sur le plan. Impossible de monter sur le Pont Marguerite et de suivre le trajet du tram comme prévu, c’est justement le tram qui empêche de tourner à gauche !
Tout se passe bien sur les Petits Boulevards. Vers la périphérie, une déviation nous égare. On se dirige au jugé vers l’est. On ne guide avec le numéro de l’arrondissement sur les plaques des rues et on aboutit à un petit village sous le tonnerre et les éclairs. Un monsieur très aimable sortant d’un magasin de légumes nous conduit jusqu’à Gödöllö sous un déluge incroyable.
Les bas côtés sont transformés en rivières, les camions fendent l’eau boueuse en projetant un jet marron à deux mètres de haut de chaque côté. Au carrefour une minuscule Trabant s’immobilise. Pourra t elle traverser le flot ?

Gödöllö

Nous trouvons facilement le château de Gödöllö, quoi de mieux qu’une bonne visite de château sous une pluie battante ? Encore faudrait-il trouver une place de parking, transformé en mare. Nous renonçons à regret.

Hollókö

Hollókö est bien signalé, trop bien, allons nous trouver une invasion de cars ?
Le paysage devient ondulé, au loin on devine les montagnes, le nuage est accroché aux sommets. Par beau temps, on aurait vu un beau panorama.

Hollókö a des quartiers modernes charmants et très fleuris avec des treilles de vignes, des groseilliers croulant sous les grappes rouges. On visite le quartier ancien : deux rues pavées bordées de maisons blanches chaulées avec des bardeaux noirs et des barrières noires. Tout est bien décoré, plus de la moitié des maisons sont occupées par des restaurants des boutiques ou des petits musées, le reste aménagé en gîtes ruraux . Des femmes en costume folkloriques descendent la rue, jupe très courte froncée à rayures oranges, blanc, rouge, un petit gilet près du corps tricoté blanc et une coiffe très colorée.
C’est très joli mais un peu artificiel.

les femmes de Holloko

Au Musée de la Poste il n’y a pas grand chose dans les vitrines. Un panneau explicatif raconte que la Poste Hongroise était déjà centralisée dès le XIèm siècle avec le relais de poste. Les magyars sont arrivés en 896, ils se sont organisés vite ! A l’auberge, des Japonais sont attablés. Spectacle de femmes costumées chantent.

Hêtraies

La Hêtraie sous la pluie

La pluie se remet à tomber sérieusement. La route traverse le massif de Matra, de belles hêtraies. La pluie tombe à verse on voit à peine le bord de la route, essuie glace à la vitesse maximum. Dommage, nous traversons des villages sans les voir.

Arrivée à Eger

Eger

Vers 16h, nous sommes à Eger; l’agence de tourisme propose un studio à 7000 forints. je marchande et on me le laisse pour 6000. Trouver l’adresse est un véritable cauchemar, nous passons et repassons dans les mêmes rues. Je demande aux passants. Ils parlent d’une fabrique de cigarettes, de la grande route, mais nous envoient dans des directions opposées. On mettra plus d’une heure à  trouver alors qu’il se trouve à trois minutes à pied du centre.

Dans un ensemble neuf, de plain pied,  un studio avec un grand lit, une kitchenette, de la vaisselle, la télévision par satellite (TV5) mais aussi une très belle terrasse fleurie avec une table de jardin. Nous aurions été très bien si nos voisins slovaques avaient été plus discrets, ils sont sans gêne, empruntent nos sièges sans rien nous demander et se retrouvent nombreux à bavarder tard sur la terrasse.

Ferronneries et église baroque

Ferronnerie

Au réveil, le temps est gris et peu engageant pour une promenade en montagne, nous décidons de visiter la ville. La rue principale possède de belles façades XVIIIème siècle, avec de très belles ferronneries aux grilles des fenêtres  des portes même des gonds énormes. L’église des franciscains est baroque (encore) mais des gens prient, on se sent un peu de trop.

Panorama
Nous montons à la citadelle, sur le tour de remparts la vue est belle sur les toits, les clochers à bulbe, le dôme de la Basilique, le fin minaret, plus loin la campagne s’étend dans les collines avec des vignes, au loin les montagnes boisées.

Exposition Art Nouveau

Baroque encore!

Le Palais épiscopal, avec ses fines ogives, est transformé en musée. Il est trop bien crépi d’orange. Nous visitons une exposition Art Nouveau, au mur des gravures avec des motifs floraux et marins ayant inspiré les artistes. Je suis fascinée par ces gravures, le dessin stylisé ou au contraire luxuriant des feuilles ou es fleurs d’iris, de pavots, de nymphéas… j’aimerais pouvoir les copier et les utiliser. Nous voyons des belles céramiques et des porcelaines moins spectaculaires que Tiffany, mais je suis contente de les retrouver. Décidément ces vacances seront sous le signe Sécession

Un petit musée de peinture

Pour visiter la collection de peintures, il faut chausser des patins »papusc » en feutre avec des lacets coulissants. Cette collection est éclectique du XVème au XIXème, pas toujours de premier choix. Nous reconnaissons quand même des portraits hollandais, un Canaletto, nous passons rapidement devant les peintures religieuses XVIIème et XVIIIème que je déteste et nous arrêtons  devant les paysages romantiques. Ce petit musée récapitule toute l’histoire de la peinture européenne, c’est assez agréable et pas indigeste comme à Budapest.

C’est assez étrange, depuis le début des vacances nous avons visité de nombreux musées de peinture exposant aussi bien des artistes locaux que de la peinture italienne ou espagnole ou flamande. La Hongrie se trouve vraiment au cœur de l’Europe. Si les paysage ne sont pas exceptionnels nous faisons des révisons en histoire de l’art aussi bien en architecture en musique et en peinture. Peu de choses spécifiquement hongroises, mais c’est très stimulant.

On visite aussi les ruines d’une basilique dont il ne reste que les fondations, dessous il y a un réseau de souterrain mais fermé aux visiteurs individuels, il faut rejoindre un groupe.

Minaret

Eger minaret

Devant le minaret, je trouve les sandales de mes rêves en soldes. Le minaret est fin, élancé, un peu isolé tout de même.

Le Lycée d’Eger

Bibliothèque du lycée d’Eger

Le « lycée » d’Eger est en fait une université, mais l’empereur d’Autriche n’avait pas autorisé d’université à Eger. C’est un bâtiment énorme construit autour d’une cour carrée. Nous visitons la bibliothèque ou des milliers de livres précieux sont rangés dans de belles boiseries en chêne.

Lycée d’Eger : fresque Concile de Trente

La fresque au plafond est tout à fait remarquable, en trompe-l’œil elle représente le Concile de Trente, aux quatre coin : l’ordination des prêtres, l’adoration de la Vierge, l’extrême- onction et … la censure des livres, étonnant dans une bibliothèque  selon leur format pour entrer dans les étagères cintrées : les gros volumes au milieu et de part et d’autre par ordre décroissant. Dans une vitrine, une lettre de Mozart à sa sœur à la suite du décès de leur père.

Fresque Concile de Trente : censure des livres, étrange dans une bibliothèque universitaire!

 

Pour accéder à l’Observatoire, il faut gravir neuf étages, d’abord par un large escalier puis par un petit, en colimaçon, autour d’un pendule de Foucault (coincé par des travaux de plomberie). Heureusement, des gravures accrochées dans l’escalier pendant la montée nous permettent de reprendre le souffle. Au 6ème étage, une jolie collection de télescopes et d’autres instruments d’optique datant de 1770, au sol le méridien est tracé sur du marbre de Carrare, entre 11h25 et 11h55, le soleil fait une tache de lumière sur son emplacement.
Au 9ème étage : la Camera Obscura : en son centre une table ronde blanche fait un écran, au dessus un système de manettes de cuivre actionne les lentilles d’un périscope. Le résultat est surprenant, l’image de la ville se forme sur la table avec des couleurs vives et une netteté incroyable, le miroir tourne et on peut surveiller tous les alentours : la basilique et les badauds assis sur ses marches, la circulation automobile, l’église des franciscains … ce qui est extraordinaire, c’est la précision de l’image et sa luminosité, l’optique doit être d’une qualité exceptionnelle. Il nous vient l’idée que c’est un moyen d’espionner la ville, pas du tout, ceci a été construit à des fins récréatives, époque où la physique était une distraction !

Chapelle de Belapatffalva

Après déjeuner nous partons explorer la campagne et arrivons à la chapelle cistercienne de Belapatffalva, dans une clairière au pied d’une falaise calcaire taillée en gradins par l’exploitation d’une monstrueuse carrière. Il ne reste de la chapelle qu’un joli porche roman très simple des chapiteaux avec des motifs de feuille, seul élément décoratif sur la façade, une alternance de rangées de pierre rose et de blanches qui m’évoque d’autres églises romanes du Midi, Marcevol.  Un vieil invalide ouvre la porte, sobriété de l’intérieur, seulement une chaire baroque plutôt simple. On sent l’équilibre et la simplicité caractéristique des abbayes cisterciennes. Cette austérité est d’autant plus remarquable que nous avons vu tant d’églises baroques surchargées ou pire, néoclassiques pompeuses/Ici on ressent la spiritualité détachée des contingences terrestres.

Notre itinéraire (guide vert p140) nous conduit à Szilvavrad, petite station de moyenne montagne, partout des chambres à louer, des voitures d’estivants, le guide n’est pas très explicite, nous passons un péage, devant des baraques en bois, des guinguettes, des marchands de dentelle, nous faisons demi-tour. C’est un peu dommage, nous avons raté une belle cascade, c’était le départ de randonnées à pied. Mais l’affluence des touristes nous a rebutées.

Lipizzans12

A la sortie du village, dans un enclos, paissent les fameux lippizzans, les chevaux du Manège de Vienne. Nous nous arrêtons, espérant une séance de dressage, un homme se tient debout avec un fouet, mais les chevaux broutent tranquillement le foin apporté en complément de la prairie déjà bien fournie.

Hêtraie

Nous poursuivons le circuit dans les montagnes de Bükk à travers une forêt plantée uniquement de hêtres. Les troncs sont droits, serrés tous de même calibre et de même hauteur. La lumière joue avec les ombres sur l’écorce lisse et grise, c’est magique. Au sol, il ne pousse rien, on se dirait dans un parc sur u ne cinquantaine de kilomètre.

Lilifüred

Lilifüred est un vallon occupé par un petit lac avec un château-hôtel construit après 1920 ; les guides en font grand cas, mais c’est plutôt décevant. Autour de l’hôtel de prestige, de nombreuses pensions sont construites .Le retour s’effectue sur le versant sud plus escarpé avec de gros rochers, des cavernes et des vues dégagées. Par hasard, nous découvrons des fours à chaux : sorte de dômes érigés sur des excavations cylindriques, des tôles retenues par des câbles entourent le foyer.

Boucles du Danube

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

Boucles du Danube

Szentendre

Szentendre maisons colorées



Trente minutes, par la route,  Szentendre, très joli village touristique aux maisons peintes de jaune de rose ou de blanc avec des enseignes, des roses trémières, des petites rues pavées. Au moins 4 églises, dont deux orthodoxes serbes.

Szentendre 2

Malheureusement, lundi et tout est fermé.
Avant dix heures les marchands n’ont pas encore sorti leurs étals. C’est tranquille. A 10h, débarquent les Allemands et les Japonais en car. Nous leur laissons le village, nous avons profité pendant une heure des jolies rues vides, de la petite placette au sol pavé de galets, ombragée par des tilleuls, autour d’une église toute simple avec une jolie fresque.
Exposition d’une sculptrice qui utilise la terre pour modeler des personnages ou des bas reliefs, je relève de nombreuses sources d’inspiration grecques ou orientales.

Nous suivons le Danube caché par un rideau d’arbres.

Višegrad

12 Visegrad

Višegrad, juste dans la courbure du méandre, situation stratégique commandant toute la vallée protégeant Budapest et la route de Vienne et de Bratislava. Nous montons à la citadelle, bien détruite et mal restaurée. Nous voyons beaucoup de béton et des briques. Le plus spectaculaire, c’est quand même la vue. La vie des seigneurs, un tableau de chasse, les tortures, les paysans sont illustrés par des montages – on a vu mieux.

Pique-niquer sur les bords du fleuve!

Après Višegrad la route longe le fleuve. C’est l’heure du pique-nique  Exceptionnellement nous n’avons rien de prêt. Nous comptions trouver sur place des buffets, rien jusqu’à Esztergom.

Esztergom

La basilique énorme visible à des kilomètre nous fait plutôt fuir. Toujours rien à manger !je finis par trouver un concombre et de la pastèque que nous mangeons avec des conserves sur le bord du fleuve sur une plage.

le bac sur le Danube

Pour traverser le Danube nous prenons le bac à Visegrad et découvrons une belle plage et tous les buffets servant du poisson frit des croquettes comme nous en rêvions toute à l’heure, la baignade est très agréable, je me sens bien rafraîchie.

Baignade sur le Danube

Vac

Le ciel s’assombrit, il tombe d’énormes gouttes quand nous quittons Vac après avoir visité une basilique énorme commandée par Marie-Thérèse.

Le retour est tranquille jusqu’à ce que nous rations la pancarte « Margit Hid ». Après cela tourne au cauchemar. On rejoint la voie sur berge mais elle file vers le sud de Budapest. On a bien du mal à s’en extraire. On tourne trois fois de suite dans les mêmes rues de Pest. Impossible de traverser le Danube. En plus il y a des travaux …Enfin nous retrouvons le trajet du bus 86, ouf !

 

Budapest – colline du Château

MITTELEUROPA : UN MOIS A TRAVERS L’AUTRICHE, LA HONGRIE ET LA CROATIE

Buda : auberge

Il fait déjà bien chaud le matin. Les rues de Buda sont encore vides et nous admirons les façades des vieilles maisons peintes de toutes les couleurs, ornées de festons, guirlandes, enseignes, et grilles de ferronnerie.

Buda : église Saint Mattyas

Les cars ont déchargé leur cargaison de Français et de Japonais qui se dirigent vers l’église Saint Mattias, fermée jusqu’à 13 heures pour cause de messe dominicale. Tant pis pour les touristes qui avaient prévu d’entendre la messe, ils sont refoulés comme les mécréants.

D’une vieille synagogue du XIVème siècle, il ne reste plus grand chose en dehors de deux peintures sur un mur : un arc brandi vers le ciel et une étoile de David.

Musée de la Musique

Buda : Musée de la Musique : l’Atelier du luthier



Un vaste palais du XVIIIème siècle où a séjourné Beethoven a été transformé en musée de la musique. Nous sommes bien accueillies  par les vieilles employées en tablier. De nombreux instruments sont présentés, des harpes ouvragées, des pianos, pianoforte, clavecins, piano carré ( ?) en bois clair, plusieurs cymbalums. L’atelier du luthier est reconstitué avec les violons mis à sécher Dans des vitrines, des flûtes, des hautbois, mais aussi des instruments paysans, des cithares grossières, une cornemuse bizarre. Une partie de l’exposition est consacrée à Bela Bartók : photos de ses recherches sur le folklore, vieil appareil enregistreur, partitions manuscrites, corrections …

Buda : Musée de la Musique cymbalum


petit musée de l’hôtellerie et du commerce

Buda : Colonne de la Peste

Les touristes restent aux abords du Bastion des Pêcheurs entre la place Diesz Ter et celle de l’Eglise avec sa tour de la Peste (encore !). Dans les petites rues nous sommes bien tranquilles.

Les rues de Buda

Dans le petit musée de l’Hôtellerie et du Commerce nous sommes plongées dans l’époque 1900-1935. Prospectus et photos de l’exposition du Millénaire 1896, époque du tourisme de luxe où l’on se déplaçait train en (horaires de trains), on descendait déjà au Gellert (une chambre) et chez Gerbeau qui vendait des chocolats de voyages et des biscuits dans des boîtes en fer. On emportait des malles et des boîtes à chapeaux. Vieux guides touristiques de l’époque ainsi que cartes postales de Budapest avant la circulation automobile et quand les cafés étaient dans leur plus grande splendeur. Le Danube bleu et d’autres musique d’époque nous accompagnent.. On a aussi reconstitué des vitrines de commerce, celle de l’épicerie 1930 est particulièrement réussie avec toutes les boîtes en fer et le comptoir.

Promenade sur les remparts

Buda : Bastion des Pêcheurs

Nous retournons à Diesz ter par la promenade des remparts qui offre de belles vues sur les collines, certaines sont rocheuses et vierges de toute construction.
Déjeuner à la terrasse d’un café d’une salade César sous de grands arbres avec une belle vue sur le Danube. La vaisselle et le service sont raffinés et le prix raisonnable.

L’église Mathias

A 13 heures visite de l’Eglise Mathias, une surprise nous attend : une chorale de petites filles japonaises d’Hiroshima robes rouges, chemisier blanc qui chantent en latin, elles sont très mignonnes et peuvent avoir 8 ou9 ans. L’intérieur de l’église est complètement recouvert de fresques, malheureusement trop 19ème à mon goût. L’effet est surprenant.

Bains Lukacs
Nous terminons l’après midi aux bains Lukacs.