Retour à Edimbourg

JUILLET ECOSSSAIS

Dernière promenade, les pieds dans l’eau. La température de la mer surprend : c’est le vent qui est froid. Route de Montrose à Brechin que nous connaissons bien. Là nous trouvons la A90,  4 voies, jusqu’à Dundee (une trentaine de km). Il fait beau, les paysans se dépêchent de moissonner le blé mûr.

Dundee, nous cherchons le Taybridge (payant 80p). Un panneau annonce au bout du pont : « Kingdom of Fife ». Ici, les maisons sont blanches et rouges avec un toit de tuiles. Le paysage est très ondulé : campagne cultivée de blé et prairies où paissent des vaches. A partir de Kirkcaldy nous suivons la « Tourist Coastal Road » bordée de camping de mobilhomes, de lotissements, de golfs, de cottage chics. De temps en temps on aperçoit la mer (Firth of Forth), inaccessible. Nous avons négligé un parking en front de mer à Kirkcaldy, nous le regrettons. L’heure du déjeuner est passée.

Finalement, nous nous arrêtons devant une petite crique de sable blanc entourée de rochers près d’un club de voile très chic. L’endroit est ravissant. Les pelouses sont soignées. Un curieux bâtiment ancien gris a une entrée surmontée d’un clocheton original. De l’autre côté du Firth of Forth nous voyons très distinctement Edimbourg, reconnaissons la silhouette de Arthur’s Seat et le château perché sur son rocher, les fins clochers pointent.

Après le Forth bridge, le centre d’Edimbourg est fléché, nous arrivons sans encombre jusqu’à New Town. Mais c’est après que tout se complique. Nous croyons tout connaître de nos voyages sur l’impériale du bus touristique. Les sens interdits ne sont pas les mêmes pour les voitures ! Nous devons faire tout un circuit pour éviter Princes Street autorisé aux bus mais pas à la circulation des véhicules ordinaires. Notre réservation est bien enregistrée à Eurohôtel ainsi que le parking 9£. Trop tard et trop beau temps pour visiter un musée. Je gravis Arthur’s Seat sous le soleil, nous reprenons des photos d’Holyrood que nous avions photographié sous la pluie.

Un peu inquiètes nous décidons de faire une répétition du trajet pour l’aéroport. L’avion est à 7h05, il faut rendre la voiture à 5h. il ne s’agit pas de se perdre. Dans notre souvenir c’était tout droit : Waverley, Princes Street, Haymarket Murrayfield. L’autobus semblait suivre tout droit son chemin. Le taxi pour Murrayfield avait suivi Cowgate puis Haymarket et toujours tout droit. On va tellement tout droit qu’on quitte la ville mais sans trouver trace de l’aéroport. J’arrête un jogger qui nous conseille de tourner à droite puis à gauche. On se trouve sur le périphérique mais pas dans la bonne direction : tout droit vers l’Angleterre. Nous avons fait 17 miles pour rien. Nous ne pouvons pas nous permettre cette fantaisie demain matin ! Heureusement sur le chemin du retour, je vois une flèche Glasgow A8 au bout de Princes Street.

Mon vendeur de Fish &Chips m’a reconnue il me donne deux morceaux de poisson pour le prix d’un. Nous nous couchons tôt en réglant le téléphone pour 4h le lendemain

Edzell Glen Esk

JUILLET ÉCOSSAIS

L’imagination est mauvaise conseillère, j’échafaude des romans. La réalité est bien plus prosaïque. Pas de fantômes ni de voisins bizarres : les enfants et petits enfants de notre hôtesse !

La route passe sous un portail de pierre avec trois arches gothiques à l’entrée d’Edzell, ce genre d’arc de  triomphe me rappelle le Maroc. Un calicot proclame Gala samedi. Cette petite fête campagnarde avec lancer de haggis s’appelle donc un gala !

Il semble que la montagne soit plus prisée en Ecosse que le bord de mer. En dehors du golf de Carnoustie, les installations touristiques sont peu développées en Angus près des plages pourtant magnifiques : des terrains de camping avec d’énormes caravanes, très peu de B&B. A l’intérieur des terres de très jolis villages sont fleuris, soignés, il y a de belles propriétés, des hôtels cossus. A Edzell, les B&B sont innombrables, les magasins luxueux, le club de golf est impressionnant.

rivière Esk

la rivière Esk : un torrent

Derrière la Poste, un chemin mène à la rivière Esk puis le sentier longe l’eau noire. Peu profond, le cours d’eau s’écoule vivement sur des dalles de grès rouge horizontales. L’eau est très pure, teintée de brun (par l’oxyde de fer ?) J’imagine comme il serait plaisant de la descendre en kayak ! Je chemine sous des hêtres magnifiques. Le sol est tapissé de faînes souples très agréables sous la semelle des chaussures. La rivière s’enfonce dans des gorges  profondes. Des rochers en barre le lit qui se rétrécit. L’eau bouillonne d’une écume épaisse. Mes rêveries de kayak s’éloignent. Quand parle t on de rivière, de torrent, de fleuve ? Malgré l’altitude minime l’Esk ressemble à un torrent ? Des ruisselets le rejoignent par de graciles cascades. Au bout d’une demie heure, je retrouve D sur un joli pont de pierre.

Pour poursuivre la promenade, il suffit de pousser une porte laquée bleu vif. Ailleurs qu’en Écosse je n’oserais jamais pénétrer dans une propriété privée. Ici, c’est naturel, il ne faut pas oublier de refermer derrière soi. Un plan détaille les différentes étapes de la randonnée. Le chemin continue en corniche tandis que les pêcheurs peuvent descendre par des accès aménagés pour eux.

J’en descends un en m’aidant de la main courante qui est une épaisse corde en nylon bleue. Nous sommes à la limite des techniques d’escalade. La pêche au saumon est vraiment un sport ! Ce sont les mêmes saumons, attendus sur la plage qui remontent l’Esk. Ils doivent vraiment être puissants pour remonter les rapides entre les dalles de grès. Là où je suis descendue, le lit est presque complètement obstrué par d’énormes blocs de poudingue détachés de la falaise. L’eau se précipite dans la brèche avec force. Les gorges deviennent de plus en plus profondes. Le sentier s’est partagé en trois corniches. Sans indications, laquelle choisir. Je monte sur la plus haute, logiquement la plus proche de la route. Après les essences nobles, hêtres et chênes, la forêt est maintenant plantée de bouleaux au feuillage léger mais aux troncs épais. Je croise un couple avec un labrador. D’après eux, je serai arrivée d’ici un quart d’heure au Roc de la Solitude. La « silver car » attend là bas. Notre Vauxhall n’est pas gris métallisé, elle est argent. Le carrosse d’argent est un nom très approprié !

Bruyère sur les collines

La route continue le long du Glen Esk. Au sortir de la forêt de bouleaux nous continuons dans une très verte campagne et passons devant de belles propriétés. Plus loin, les sommets sont recouverts de bruyère et de fougères. La lande a pris des teintes mauves et brunes de tweed épais, moussu.

 

En montagne dans la lande

Je suis ravie de revoir la lande comme dans les Highlands, bien que le relief soit atténué. Au parking de Turfside, deux promenades, malheureusement,  mal balisées. J’ai une fiche topo sur un dépliant mais il est mal fait. La carte est beaucoup trop petite et les explications trop vagues. Rien ne correspond. J’ai quitté le goudron trop tôt. Je marche ¾ d’heure à l’aveuglette dans un vent plus que vivifiant. Une nappe de brouillard envahit un col. Il peut dru. Heureusement que j’ai le bonnet acheté à Glendale et mes gants de soie. Je suis ravie de trouver D qui vient à ma rencontre dans la Silver Car.

Pique-nique dans la lande. A nos pieds un cadavre de lapereau. De quoi sont morts tous les lapins? Sur la route nous avons rencontré d’innombrables lapins écrasés. J’avais attribué cela à une surpopulation lapine et à une trop forte circulation automobile. Ici, au milieu du pré, les voitures ne sont nullement responsable de l’hécatombe. Il faut trouver une autre hypothèse. Une épidémie ?

 

Fin d’après midi à la Mer

Nous emménageons « chez nous » dans la caravane de Eskview Farm, ravie d’avoir une maison à nous seules et de pouvoir faire la cuisine. La caravane est très vaste. Huit personnes pourraient y dormir. Une banquette fait tout le tour du salon, deux autres banquettes encadrent la table de la « salle à manger » et il y a deux chambres à coucher.

      Glacière,

Nous terminons l’après midi à la plage. Nous avions remarqué une curieuse construction comme un  demi-tunnel de pierres aménagé en habitation à côté de belles maisons. C’est une glacière. Les belles maisons seraient celles des  pêcheurs qui posent les filets pour piéger les saumons conservés grâce à la glace. A Cromarty, nous avions vu une glacière en demi cylindre recouvert d’herbe tout à fait analogue.

 

Un B&B très bien situé

Enfin, nous montons sur la falaise au B&B qui se vante sur la route d’avoir d’une vue « spectaculaire » Fisheries Woodston . http://www.woodstonfishingstation.co.uk/woodston_fishing/cottage_accommodation.shtmlDes casiers peints en bleu sont alignés le long de la route ; tout est bleu et blanc. Un drapeau écossais bleu avec la croix blanche en diagonale s’accorde avec la maison blanche sur le ciel bleu. Quel bel endroit ! Le propriétaire m’enjoint de chercher sur Internet son site si je veux voir la décoration des chambres (30 à 45 £ par personne).

promenades, Arbroath, House of Dun, Edzell

JUILLET ECOSSAIS

 

La cuisine d’Eskew farm notre B&B


A 6heures ciel tout bleu. Une belle journée en perspective ? Le mari de Kath nous sert le petit déjeuner. Il a été marin et a parcouru le monde du Venezuela à Odessa. Nous ne l’impressionnons guère avec nos voyages touristiques ! Maintenant il voyage pour présenter ses chiens à des concours canins.

Nous montons sur le viaduc de chemin de fer démantelé. De là nous avons une très belle vue sur l’embouchure du fleuve Esk, les dunes, les prés et les champs.

les filets pour pêcher le saumon

Je poursuis le « nature trail » de la réserve de Saint Cyrus dans les dunes. Le chemin passe entre des ajoncs et des aubépines maintenant défleuris. Les géraniums sauvages sont éclatants et les campanules violettes flashent avec leurs clochettes ramassées en bouquets fournis. Des lapins détalent ? Le pêcheur a étalé ses filets qu’il répare.

–          « Que pêchez vous ? »

–          « des saumons, deux fois par jour avec la marée. »

–          « où es vendez vous ? »

–          « Ils partent en France »

–          « nous apprécions beaucoup le saumon écossais ! »

J’aurais aimé poursuivre cette conversation. Si rare pendant ces vacances écossaises ! Ici, les gens sont aimables. Ils saluent le promeneur par un « Hello » chaleureux ou glissent une remarque polie et anodine « what a lovely day ! » qui me désarçonne un peu. Je n’aurais jamais pensé que cette matinée brumeuse et fraîche puisse être qualifiée de « gorgeous ! » ou de « wonderful ». J’ai du mal à partager leur enthousiasme. On conclue avec philosophie un jour de pluie incessante « au moins, c’est mieux qu’en Angleterre ! Pauvres gens inondés ! ». Jamais l’échange ne va plus lin que ces considérations météorologiques. C’est pour cela que la conversation avec notre logeur et avec le pêcheur prennent tout leur prix.

Le sentier monte sur la falaise, puis se poursuit en corniche jusqu’à la pointe. Sur les rochers de la plage, je vois une colonie de cormorans.

Le ciel s’est obscurci, vers 11 heures, il pleut quelques gouttes. Nous ne pouvons pas rester sur la plage comme prévu.

Arbroath

    « et si on allait acheter du saumon à Arbroath ? »

 

 

 

Distante de 15 miles par l’A92 bien roulante, nous sommes vite rendues. Plusieurs B&B sont indiqués par des flèches marron. Mercredi dernier nous n’avions rien trouvé sur la petite route. J’en tire une nouvelle leçon : ne pas sortir des itinéraires balisés si on cherche un  hébergement. Hors des zones touristiques, pas de B&B !

L’Abbaye de Arbroath est très célèbre pour la Déclaration d’Arbroath (1320) sous Robert Bruce. C’est un des textes fondateurs de la nation écossaise. L’Abbaye, construite en grès rouge comme toute la ville est encore très impressionnante. Malheureusement Arbroath, ville active de 24 000 habitants souffre d’un problème de stationnement. Nous y avons tourné à notre premier passage et nous ne nous attardons pas. Nous retournons sur le bord de la mer dans la rue bordée de petites maisons peintes de couleurs vives où nous avions acheté le saumon dans une fumerie. Mercredi la rue était envahie de l’odeur de poisson fumé. Aujourd’hui, samedi le magasin est ouvert mais on ne fume pas le poisson.

Nous allons le déguster sur la digue au pied des falaises de Seaton. La marée est haute. L’eau arrive jusqu’à la digue. A l’arrière du parking, une belle pelouse verte où les enfants jouent, les chiens s’ébattent et un char à voile file à grande vitesse (la voile est un cerf volant). Avec mon pain j’attire mouettes et goélands ? Les mouettes ont la tête noire ou gris foncé, elles sont plus petites et plus élégantes que les goélands. A l’entrée du sentier des falaises un panneau très détaillé explique la formation de la falaise de grès rouge il y a 400 millions d’années dans le delta d’un fleuve. Je reconnais ensuite les stratifications entrecroisées et le granulo-classement typiques de ces formations.

15heures, Tesco de Montrose, sous une pluie battante, courses. Il y a foule.

House of Dun

House of Dun

15h30, la pluie a cessé. House of Dun est une très belle maison géorgienne ouverte à la visite (billet très cher : 8£ pour les adultes, 5£ concession). Le célèbre architecte  Adams  a dessiné la maison protégée par une haie de séquoias Wellingtonia géants (38m) . Grosse bâtisse carrée, des colonnes encadrent le perron, sobre et classique. Attenante, une cour bordée des maisons basses des communs, au centre de la cour une curieuse ronde de tilleuls taillés comme des charmilles. On entre dans la cour en passant sous une Tour de l’Horloge. La façade regardant vers le parc est agrémentée d’un escalier aux ferronneries délicates, dessinant une courbe et portant des fleurs en abondance. Un petit labyrinthe en bus, taillés, termine la terrasse qui domine les prés et dessine une perspective jusqu’au bassin de Montrose.

Le château est encore meublé. Certaines pièces conservent l’ordonnancement original d’Adams de 1750 d’autres ont été refaites à la période victorienne. La famille Erskine possédait le château. Le châtelain le plus célèbre devint le Roi George IV, entouré de sa maîtresse et de leurs neuf enfants, représenté sur un tableau ornant la salle à manger. Devenu roi, il se maria à une princesse autrichienne qui ne lui donna pas d’héritier. Les neuf enfants considérés comme illégitimes ne pouvaient pas régner. Victoria fut donc désignée comme reine.

marionnettes, féerie vénitienne?

L’une de ses filles Augusta était une véritable artiste qui a marqué le château de ses talents : broderies sur les panneaux et les rideaux, jardins merveilleux. Le château nous raconte la vie à l’époque victorienne, de l’éducation des enfants aux passe-temps aristocratiques : chasse surtout et aussi pêche, jeux de société mais aussi un théâtre miniature tout à fait merveilleux. Des centaines de figurines avec une tête en porcelaine et des vêtements richement décorés. On manipulait les poupées avec des tringles qui glissaient dans des fentes du parquet de scène. Certaines pouvaient également tourner.

Le théâtre de marionnette exerce sur nous une étrange fascination qui vient peut être du plus profond de l’enfance Les crèches de Trapani ou mieux celles de Naples avec leur foule de personnages décrivent mieux la vie d’antan que de solennels portraits accrochés aux murs. Le théâtre de la House of Dun représente plutôt des féeries : Cinderella ou  Ali Baba, pas de témoignage documentaire mais un miracle d’ingénuité et de richesse des costumes.

Avec le retour du soleil nous allons nous promener dans les jardins fleuris en abondance et dessinés par Augusta.

B&B à Edzell : Ballochy House

nuit en rose au manoir

A 17 heures, nous découvrons notre nouveau BxB « dans les arbres ». Après la House of Dun on tourne en direction d’Edzell. Ballochy  House est une grande bâtisse grise à l’allure victorienne cachée derrière une haute haie de houx. Pignons pointus, elle semble déserte. Une vieille dame très distinguée et très gentille nous montre notre chambre : toute rose. Sur les murs, papier peint à grands bouquets à dominante rose, les têtes des lits sont capitonnés vieux rose tandis que les couvre lits sont assortis au papier peint. L’abat-jour vieux rose est posé sur une colonnette tarabiscotée. Sur la commode ; un miroir à trois pans porte un cœur rose enrubanné. Les rideaux sont à rayures roses et blanc ; au sol, une somptueuse moquette rose.

Nous hésitons entre profiter de notre chambre bien kitsch ou aller visiter Edzell.

Edzell est un très joli village très touristique avec un golf et un club house monumental, de coquettes maisons et de nombreux BxB et hôtels. Nous entendons une cornemuse : c’est le gala au village. On nous convie à partager un moment avec les villageois et on nous invite au lancer de haggis affublées d’un béret écossais et d’une perruque rousse. D refuse de se prêter à cette mascarade ; Nous mangeons sur place un hamburger avant de rentrer chez la dame dans la « maison sous les arbres » qui m’évoque les policiers anglais de Patrica Wentworth que D affectionne. J’imagine Miss Silver tricotant dans la chambre rose tandis qu’au salon s’emmêle l’écheveau d’une intrigue campagnarde. D’ailleurs la maison comporte une bizarrerie : l’entrée de l’allée de biais est cachée entre des arbustes touffus et épineux, houx piquant ou petit houx. De notre fenêtre nous comprenons la raison de cette entrée oblique : une autre pelouse carrée est séparée par un mur. Notre maison s’appelle Ballochy West.Sans doute la pelouse interdite est celle d’un Ballochy East. Il existe une autre entrée à l’arrière mais rien ne laisse soupçonner l’existence d’une maison jumelle. Notre hôtesse est particulièrement discrète. Elle est au salon où l’on entend la télévision. Un détail trahit son passage dans notre chambre qui n’a pas de clé pendant notre absence : j’avais oublié la loupiote de la salle d’eau allumée, je la trouve éteinte.

 


Angus – Brechin, Pictavia B&B à Saint Cyrus

JUILLET ÉCOSSAIS

 

les enseignes des fermes dans l’Angus


  Montrose et Arbroath sont des villes de l’Angus, une province plutôt agricole avec des villes et des villages beaucoup plus peuplés que dans les Highlands ou dans les Trossachs. Nous sommes surprises par la densité de population. Nous avions l’habitude de nommer village un groupe de quelques maisons sur le bord d’une route. Ici, plus de lande inhabitée, de moutons dispersés ou de forêts denses. Le blé est mûr dans les champs. L’or des céréales nous étonne après le vert fluo de Skye ou le camaïeu brun rose des bruyères. Les grosses fermes ont de vastes hangars fraîchement repeints.

Brechin

cathédrale de Brechin avec sa fine tour ronde

Brechin est situé à 7.5 miles à l’Ouest de Montrose. Cette petite ville tranquille est presque entièrement construite d’un  grès rose qui semble gris violacé sous le ciel plombé et orangé  quand le soleil paraît. Les maisons ont des façades austères, plates. Pas de bow-window ou d’entrée de fantaisie, pas de suspensions fleuries, une extrême simplicité. Seule la rue principale avec les devantures des magasins et l‘Hôtel de Ville transformé en musée présente quelques couleurs.

Depuis le 8ème siècle, Brechin est le siège épiscopal. La cathédrale est flanquée d’une haute tour ronde très fine. Les tours rondes sont irlandaises et n’y en a que deux dans toute l’Ecosse. On a pensé aux touristes étrangers : des traductions en toutes les langues sont disponibles sur des cartons plastifiés. La traduction française est peut être l’œuvre cybernétique et automatique d’un logiciel. A sa lecture, nous piquons un fou rire: « A partir de la Réforme, le chœur était devenu inutile, pendant la Sainte Communion, on y pratiquait des mises en plis !!! » Grande simplicité de cette église réformée, plafond de bois magnifique. Des pierres sculptées très anciennes sont exposées : une croix picte, une tombe « à dos de cochon » décorée d’animaux entremêlés.

croix picte

Pictavia

A quelques kilomètres de Brechin sur la route A90 Pictavia est un centre d’Information sur les Pictes. Difficile de qualifier Pictavia de musée. Il ne renferme que quelques pièces authentiques et des répliques en plâtre. C’est du grand art de faire venir les visiteurs, quand on a si peu à montrer! La mise en scène doit être spectaculaire.

La visite commence donc dans un couloir obscur arrondi où on a inscrit la chronologie de l’Histoire des Pictes commençant à l’invasion romaine en 79 AD. Ce sont les Romains qui ont donné le nom de Picti. Elle se termine en 848 avec la victoire de Kenneth Mac Alpin et la fondation du royaume d’Ecosse. On visionne une vidéo assez générale moins intéressante que celle de Rosemarkie. On débouche dans un  autre couloir semi circulaire décoré par une fresque représentant la bataille de DunNechtan où les Pictes vainquirent le roi de Northumbria. Cette fresque est inspirée d’une pierre d’Aberlemno. Dans la salle suivante on peut jouer avec des ordinateurs : apprendre les différents symboles gravés, localiser les différentes pierres, résoudre des énigmes…Finalement on aboutit dans la salle d’exposition pour ne pas découvrir grand-chose. Difficile de s’émouvoir devant des moulages en plâtre après toute cette débauche de virtuel ! Et pourtant je suis admirative : si peu de choses connues sur un tout petit peuple qui n’a laissé que des gravures et quelques objets usuels et pourtant nous avons passé une bonne heure sans nous ennuyer.

Détail : pictes partant à la bataille

Nous ne sommes que plus impatientes de rencontrer les vraies stèles sur le terrain. Comme dans les Highlands on nous a donné au musée un « Pictish trail ». L’étape suivante est tout près : Aberlemno sur la route B9134 reliant Brechin à Forfar, 6 ou 7 miles plus loin. Trois pierres dressées nous attendent sur le bord de la route sur un tapis vert vif et sous un ciel tourmenté, nuages d’orage mais soleil brillant. Elles sont beaucoup mieux mises en valeur qu’à l’intérieur d’un musée. Nous reconnaissons les symboles, le serpent, le croissant, les double disques…les scènes de chasse et les croix décorées. La quatrième stèle se trouve dans le cimetière entourant la petite église. Elle est vraiment très belle. L’église  nichée dans un vallon, est très dépouillée comme celle de Nigg. Nous nous promenons parmi les tombes sur la pelouse verte. Je remarque l’inscription : « décédé à Turin, 1918 », je gamberge, je mélange les guerres mondiales. Turin n’est pas en Italie, c’est le nom du village d’à côté ! Comment je peux inventer des choses en voyage ! Je remarque un détail et mon imagination se met en route. Méfiance !

Sur la piste des Pictes

La route Picte nous emmène à Forfar, agglomération assez grande pour que nous nous perdions. Forfar dont je n’avais jamais entendu parler me semble au nœud de toutes les communications de l’Angus : il y a la route de Montrose, celle de Dundee, celle d’Arbroath, de Brechin…

Dernière étape de la journée : le Prieuré de Restenneth sur la route de Montrose dont il reste une tour carrée haute et très simple, des pans du mur du chœur et pas grand-chose de l’Abbaye. Encore une ruine poétique et très ancienne puisqu’elle fut fondée par Nechtan, roi Picte 706- 724 AD.

B&B à la ferme Eskview

Nous nous installons à 4heures  dans notre très beau B&B à la ferme Eskview de Saint Cyrus près de Montrose. Les oies ne sont pas là pour nous accueillir. Notre chambre est très soignée, mobilier rustique de bois clair, une belle commode assortie, des petits abat-jour en papier écossais plissé, une moquette moelleuse et des parures de lit brodées de fleurettes bleues avec des taies d’oreillers en dentelle. La salle d’eau est très claire. Sur le rebord de notre fenêtre des jardinières avec un mélange de fleurettes rouges et de bleues. C’est vraiment une très jolie chambre !

sur la falaise

La promenade le long de la plage est un rite qui me repose de toutes les visites. Je marche vite, les pieds dans l’eau, curieusement pas froide et j’atteins les rochers volcaniques qui masquent une cascade. Au retour, vent fort de face. Le ciel est devenu très menaçant. Nous ne nous attardons pas à la plage. Il fait froid lorsqu’on reste immobile. On a envie de monter sur la falaise et d’aller voir ce qu’il y a à la pointe. Nous montons donc en voiture un raidillon et nous retrouvons sur la grande route en direction d’Aberdeen. Après avoir traversée le village de Saint Cyrus  nous descendons dans un creux où un petit port est caché : Johnshaven. Dans le port, quelques bateaux colorés sont affalés en attendant le retour de la marée. Des casiers à crustacés sont empilés. Des hangars abritent sans doute une criée. C’est un vrai port de pêche, minuscule mais actif. Les maisons, presque partout de grès grisâtre sont toutes sur le même modèle qu’à Beauly. Apéro sur le port. Je dessine. Nous rentrons au gîte alors que les premières gouttes s’écrasent sur le pare-brise.

Johnshaven

 

D’Aberfoyle vers la Mer du Nord

JUILLET ÉCOSSAIS

 

Plage de sable sur les bords de la mer du nord près de Montrose


Au réveil il pleut / un petit crachin et le haut de la colline a disparu dans le brouillard. De Stirling à Dundee nous roulons sur des voies rapides et sur l’autoroute. On a l’impression d’avaler les miles après toutes les petites routes qui tournicotaient. Dans Dundee, nous suivons la côte. La route traverse des agglomérations très urbanisées, cottages serrés les uns contre les autres, très petits jardins ou même pas de jardin du tout. Il faut trouver un B&B. Comme il est très tôt nous sommes confiantes et pensons pouvoir choisir un endroit qui nous plaît.

Première tentative à Carnoustie. Le parking de la plage est encombré de tentes et d’installations de l’OPEN  de Golf de la semaine dernière. Nous négligeons cette étape, trop civilisée à notre goût.

Arbroath occupe une position centrale dans l’Angus pour de multiples excursions : Abbaye célèbre, sites archéologiques pictes, ….Malgré toutes ces richesses touristiques,  son petit port sympathique, ses fumeries de haddocks et kippers l’hôtellerie est très peu développée. Le B&B fleuri sur le port est complet, près de l’Abbaye « The Vicarage » : « no vacancies ». Derrière le port deux façades colorées proposent B&B, le patron ouvre, un pakistanais très sympathique, il propose de nous prêter son garage personnel mais la chambre avec un grand lit, deux lits superposés conviendrait plutôt à une famille de travailleurs immigrés qu’à des touristes.

Nous poursuivons vers Montrose (prononcer le t) sur une toute petite route coincée entre la mer et la voie ferrée en pleine campagne. Dans le creux d’un vallon une petite route mène à la mer. Derrière les dunes, une plage immense.

Pique-nique  gastronomique : une épaisse tranche d saumon fumé du « smokie » beaucoup moins salé que les tranches fines qu’on achète en supermarché, et des petits gâteaux au gingembre. A  côté du parking, une ferme équestre avec un manège et des chambres à louer. Sur un écriteau, le site web et un numéro de téléphone (www.lunanaccomodation.com.uk) malheureusement au bout du fil : un répondeur.

Le premier B&B que nous visitons à Montrose nous décourage : le propriétaire ne peut nous loger que pour cette nuit. Selon lui, nous ne trouverons rien à Montrose à cause d’une rencontre de clan. Des Écossais du même clan arrivent du monde entier d’Australie, du Canada, d’Amérique…tout sera complet. Cela nous incite à prendre pension dans le premier hébergement venu au dessus d’un pub dans une rue passante dans un quartier peu agréable loin de la plage. Certes, la dame est gentille, les chambres sont toutes neuves, toutes blanches avec un grand lit en fer forgé deux petites tables rondes, une lampe de chevet design et du très beau linge. La salle de bain est à partager mais nous sommes les seules locataires. 50£ la nuit.

les fleurs de Saint Cyrus

Nous partons à la plage, sortons de la ville sans nous en apercevoir, et nous  retrouvons à Saint Cyrus sur le parking d’un Centre d’Interprétation de Wild life. Le centre est fermé. Un sentier  sur des planches nous conduit à la plage. Sur un petit pont qui enjambe un pré très fleuri nous apprenons que jusqu’en 1879 coulait ici une rivière qui a changé de lit en une seule nuit. Elle a creusé dans le cordon de dunes un nouveau déversoir plus au sud. Elle a laissé cette vallée sèche entre dune et falaise. La falaise protège la prairie et il s’est créé un  micro climat favorisant la végétation, les insectes et les oiseaux..

Quel plaisir de fouler le sable mouillé élastique et souple ! L’eau est fraîche mais pas froide. J’y trempe mes orteils. La plage  n’en finit pas. De curieux filets sont installés, des nasses géantes, des pièges à grosses mailles tendus sur de hauts poteaux d’au moins trois mètres de haut. Quel est donc le poisson piégé là ?

les oies bonnes gardiennes

Sur la route du retour, nous réservons dans le B&B installé dans une ferme. Ce sont les oies qui nous accueillent, il y a aussi des poules. On vend des œufs frais. Deux chevaux sont au pré. Les chambres sont très jolies. 55£ la nuit. La dame est très gentille mais la nuit du samedi est déjà complète, il y a une noce. Elle nous aidera à trouver quelque chose. Nous regrettons de ne pas pouvoir rester dès ce soir et rentrons à Montrose que nous ne nous donnons même pas la peine de visiter de dépit.

 

Le Prieuré d ‘Inchmahome, Marie Stuart

JUILLET ÉCOSSAIS

J’ai commencé Marie Stuart de Stefan Zweig. Fiancée dès sa naissance au fils de Henry VIII d’Angleterre, elle fut cachée par sa mère Marie de Guise au Prieuré d’Inchmahome sur un îlot du Loch Mentieth devant l’invasion des troupes anglaises.

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison de la Laine d’Aberfoyle fait des soldes. Pour un article acheté, le même emporté.  Je choisis un pull vert d’eau chiné qui me plait beaucoup et un autre lavande un peu trop grand pour faire la paire. A la caisse, la vendeuse ignore la promotion et tente de me faire payer les deux articles. Furieuse, je laisse tout.

La « Forest Drive » est fermée. Nos plans sont contrariés. Nous avionsprévu une petite promenade au bord d’un lac . Il faut donc trouver autre chose. Sur la route de Callander, nous découvrons des promenades ignorées par notre carte dans un autre massif forestier. Du parking « little drum » un sentier balisé gravit une  colline (le petit tambour ?) puis descend au bord du lac Venachar. Un pêcheur a passé la nuit là. Il remballe ses cannes à pêches quand nous arrivons après nous avoir montré la photo de sa truite sur l’écran de son téléphone portable. Une jolie pelouse sèche borde l’eau. A l’arrière plan, le Mont BenVenue culmine à 730 m et se détache sur une forêt de sapins noirs. Brusquement,  nous nous rendons compte que le ciel est devenu très menaçant. Nous faisons le pari que le vent le chassera et commençons de déjeuner : assiette de poissons fumés et un avocat.

La traversée en canot à moteur pour le Prieuré d’Inchmahome dure 7 minutes. Il ne reste plus grand-chose du monastère, de belles ogives, quelques pans de murs en moellons grossiers. Ces ruines sont mises en valeur par les arbres centenaires. Nous avons cherché sans le trouver le noisetier,témoin du passage de Mary Stuart. Cette belle excursion termine bien une journée bien compromise.

 

Stirling

JUILLET ÉCOSSAIS

 

château de Stirling


Stirling n’est distante d’Aberfoyle que de 19km, dans  une campagne très cultivée, très soignée. Depuis Cromarty nous n’avons pas vu de champs de céréales. Les blés et l’orge sont dorés. Certaines fermes semblent très grandes avec de nombreux et grands hangars.

Comme celui d’Edimbourg, le château de Stirling est perché sur un volcan éteint. Des premières forteresses et du château du 14ème siècle, il ne reste plus de traces. L’ensemble est Renaissance, bâti par Jacques V pour la Reine Marie de Guise, la chapelle pour le baptême de l’héritier Jacques VI est une chapelle protestante très simple avec six grandes fenêtres ouvrant sur la Cour Intérieure décorée uniquement d’une frise géométrique encadrant les initiales des souverains dans des rectangles, seule originalité : une fausse fenêtre en trompe l’œil. Actuellement, on y a suspendu les magnifiques tapisseries de la Licorne – réalisées d’après des cartons anciens dans des ateliers situés dans des dépendances du château et qu’on peut visiter. Les tapisseries sont bien mises en valeur dans la chapelle mais elles auraient plus leur place dans la Halle (Great Hall) – salle de banquets – complètement restaurée. La couleur sable des pierres de cette aile choque un peu à côté des bâtiments anciens construits en pierre grise et noircis par le temps mais cette couleur sable est voulue pour ressembler à de l’or. Le plafond de chêne a été entièrement refait. On a habillé les murs de tapisseries. Les cinq cheminées qui réchauffaient les convives sont en était de marche. Sur une estrade étaient installés la table royale et les deux trônes. Les touristes qui posent pour la postérité assis sur le trône ont l’air un peu couillon.

le roi James V

  Le Logement royal,  construit en 1538 pour Marie de Guise par James V, est décoré de styles manuélin (selon le Routard) je le trouve simplement Renaissance. Des statues sur des pilastres figurent le roi James (Jacques) V  au coin sous le lion royal des divinités Vénus, Saturne. A l’intérieur les Appartements Royaux sont en restauration. Plutôt que les éléments déjà refaits, c’est le travail des archéologues qui est mis en scène et qui est intéressant. Comment cette cheminée doit être considérée comme postérieure  (le bâtiment fut transformé en caserne puis en école), comment cette pierre indique l’emplacement de la cheminée d’origine…

les cuisines du château

nous décidons de nous en passer. La visite est donc brouillonne. Je suis ravie de découvrir le décor dans lequel se déroule en partie la vie de Marie Stuart dont je viens de commencer la biographie par Stefan Zweig.

Centre historique de Stirling

Sous le soleil estival – enfin ! – nous descendons vers le centre de Stirling par une rue pavée très raide. Les maisons et les édifices historiques sont expliqués par des panneaux bleus apposés sur les murs. C’est amusant de repérer les curiosités signalées dans le dépliant. Malheureusement des panneaux modernes défigurent certains édifices. L’élégant immeuble Art Déco sobrement carrelé de blanc abrite Burger King on ne voit plus que l’ enseigne. Un architecte John Alan a dessiné des maisons très variées entre 1890  et 1910. L’architecture de cette période m’intéresse. Nous l’avons découverte à Vienne puis en Hongrie – alors que je l’ai toujours eue sous mes yeux pendant mon enfance à Paris avec les immeubles de Guimard à deux pas de chez mes parents !

Nous dénichons chez Marks&Spencer des salades, des sandwichs enroulés dans une pita très fine et de la jelly à la framboise qui n’est pas seulement typique aussi délicieuse : les baies prisonnières sont  fraîches et très parfumées.

En remontant vers la citadelle nous visitons Holy Rude, l’église ou l’Infant James VI a été couronné. Église catholique avec son clocher carré, son plan en croix latine, ses gros piliers romans ronds, sa nef très haute, elle a subi un sort curieux. Curieusement on l’a divisée en deux églises séparées au 17ème siècle à cause d’un prêtre sectaire qui ne voulait pas partager l’église avec un autre prêtre plus tiède. Un mur fut érigé au niveau du transept.

En face de Holy Rude, se trouve un  très joli édifice avec une tourelle carrée portant une niche où se trouve un personnage polychrome. C’est Cowane Hospital. Cowane, doyen de la guilde des Marchands a offert cet hôpital en 1648. Il est composé d’un bâtiment en ; longueur auquel on a ajouté deux ailes aux pignons triangulaires. Donnant sur le bowling presque aussi ancien, pelouse verte soignée, un petit enclos entouré de balustres de pierre.

Derrière l’église, un cimetière contient des tombes anciennes, on y reconnaît celles des membres de la Guilde au 4 inversé symbole de la guilde.

De l’autre côté de l’église, la façade imposante, l’appareil en bossage, de Mar’s Wark, le manoir du Comte de Mar à qui on confia James VI enfant, décoré armoiries et de statues dépassant en relief comme dans le Logement Royal mais maintenant en ruine.

Argyll’s Lodging, est une grande maison du 17ème siècle crépie de rose aux portes et aux fenêtres de pierre sculptée. Certaines pièces sont meublées, c’est une agréable visite

Wallace monument

Nous ne quittons pas Stirling sans faire le détour par le Wallace Monument, tour gothique 19ème siècle de taille monstrueuse perchée sur une colline de l’autre côté du Forth. Les monuments gothiques du 19èe siècle comme le Monument à sir Walter Scott à Edimbourg, pleins d’escalier et pompiers, ne me disent vraiment rien.

Sainsbury’s: les supermarchés, à l’étranger, m’amusent. On compare les prix et les marchandises avec ceux de chez  nous.