Giorgia O’Keeffe à Pompidou

Exposition temporaire 8 septembre 2021 – 6 décembre 2021

Inside the  Red Canna

Merveilleuse exposition O’Keeffe à Beaubourg, à ne pas rater!

Giorgia O’Keeffe (1887 – 1986) est une figure de l’art moderne américain. 

Elle a commencé sa carrière en 1916 en exposant à New York au 291, la galerie de Stieglitz, où l’on pouvait voir les dessins de Rodin, de Picasso et la peinture de Cézanne, des aquarelles de Demuth et bien sûr les sublimes photographies de Stieglitz.

Serie I White and blue flower (1918)

Elle peint une « série synesthésiste » suivant l’idée de Picabia selon des abstractions organiques correspondant à des ondes sonores jouant des mélodies. Elle s’inspire également du livre de Kandinsky . J’ai moins aimé les tableaux abstraits Black abstraction et Abstraction white que les œuvres d’inspiration végétales comme ce maïs

Corn dark 1

Pour se forger un style bien à elle, elle peint des fleurs en les zoomant, fleurs géantes, sensuelles, colorées que certains jugent érotiques (dans une vidéo Giorgia O’Keeffe s’en défend arguant que chacun peut y voir ce qu’il veut.)

White iris

« O’Keeffe, c’est l’Américaine qui peint de grosses fleurs?  » me demande une de mes copines. Oui, certes , mais pas que!

« Il est rare que l’on prenne le temps de regarder une fleur. j’ai peint ce que chaque fleur représente pour moi et je l’ai peinte suffisamment grande pour que les autres la voient telle que je la vois »

Jimson Weed/white flower (1932) – datura

Elle a aussi peint la campagne, les maisons et les granges des environs de Lake George où Stieglitz,  devenu son mari, avait une résidence, la Gaspésie..

Elle a aussi peint des paysages industriels rappelant les photographies de Stieglitz

New York East End

ou les gratte-ciels newyorkais spectaculaires mais toujours avec sa fascination pour le cosmos et le ciel.

New York with moon

mais c’est le Nouveau Mexique qui deviendra le sujet de paysages de prédilection.

Montagnes rouges du Nouveau Mexique

montagnes rouges et parfois montagnes noires

new mexico dark

Dans les déserts arides, elle ramasse des ossements blanchis de bovins ou de chevaux et s’en sert comme de motifs

Ram’s head & white Hollyhock – New Mexico

Spectaculaire encore ce ciel avec la lune  qui apparait dans la cavité du bassin, ou les montagnes au lointain….

Pelvis with distance
Black hills with cedar

Et il en reste d’autres à découvrir!

Chagall le Passeur de Lumière au Centre Pompidou-Metz

Exposition temporaire prolongée jusqu’au 31 Août 2021

Surtout dépêchez-vous de la visiter! C’est vraiment une exposition majeure!

Chagall a exploré de nombreux domaines et de nombreuses techniques des arts plastiques. Cette exposition met le projecteur sur sa création de vitraux.  On associe volontiers vitraux aux églises et moins aux édifices laïques, encore moins aux synagogues.

Comment Chagall, le juif est-il devenu le Passeur de Lumières? 

Chagall gravure Rebecca

En introduction, une série de très belles gravures aux sujets bibliques va conduire doucement le visiteur dans la progression du travail qui va aboutir à la décoration du baptistère de la Chapelle d’Assy

Chagall gravure : passage de la Mer Rouge

Chagall va reprendre le sujet de cette gravure, l’Exode, à plusieurs reprises, ajoutant de la couleur, puis passant à la céramique. Ces transformations progressives vont me fasciner. J’ai l’impression de voir l’artiste au travail.

Chagall l’Exode Baptistère de la Chapelle d’Assy

La chapelle d’Assy est un véritable musée d’Art moderne de nombreux artistes de renom ont collaboré à sa décoration grâce au Frère Marie Alain Couturier qui voulait faire appel aux meilleurs artistes, peu importe qu’ils soient protestants comme Le Corbusier ou Juifs  comme Chagall qui a choisi un thème de l’Ancien Testament mais qui fait figurer une crucifixion dans le coin en haut à droite. D’ailleurs ce Christ en croix figure aussi sur d’autres tableaux  comme celui d’un autre exode après un pogrom ou le crucifié figure les souffrance des Juifs en Russie. Je m’amuse à une sorte de « jeu des 7 erreurs » pour voir ce que Chagall a ajouté (ou supprimé) dans cette version très grand format. Je découvre encore une autre facette de l’œuvre de Chagall : la sculpture du marbre qui me plait beaucoup. 

Chagall : maquette de la Cathédrale de Metz

Il n’est pas indifférent que les vitraux de Chagall soient célébrés à Metz. En effet, la cathédrale de Metz a subi de nombreux dommages pendant la dernière guerre, comme celle de Reims. Chagall a dessiné des vitraux pour cette cathédrale. A cette occasion, le visiteur de l’exposition peut voir les projets, les maquettes, les étapes de la fabrication d’un vitrail. si on compare la photographie du vitrail et cette maquette nous avons préféré la maquette, plus transparente, plus fluide. C’est le charme des expositions bien faites de nous raconter une histoire, de nous prendre par la main. Dans celle-ci nous découvrons une technique et toutes ses étapes. C’est passionnant. 

les femmes d’Israël

Vitrail et sculpture sur marbre, peinture à l’huile, aquarelle ou gouache…ne pas oublier la tapisserie: Aux Nations Unies à New York on commanda suite au décès de Dag Hammarskjöld un immense vitrail, Peacewindow qui inspira une tapisserie:

Tapisserie de la Paix réalisée par Yvette Cauquil-Prince

les vitraux de Chagall ornent nombreux édifices religieux de part le monde, en Angleterre, en France la Chapelle du Saillant, celle des Cordeliers à Sarrebourg, et même en Allemagne.

Etrangement c’est pour une synagogue, celle de l’Hôpital Hadassah à Jérusalem que Chagall fut restreint par des contraintes précises : la non-figuration de la personne humaine. Les animaux remplaceront les personnages! 

Hôpital Hadassah Jérusalem

Et bien sûr, on ne peut pas oublier les tableaux, toujours merveilleux

Chagall : roi David

La visite se termine par une vidéo où l’on voit toutes les étapes de la fabrication des vitraux destinés à l’Art Institute of Chicago, création de Chagall mais aussi œuvre du Maître verrier Simon Marq de Reims. Très intéressant! 

Nous sortons émerveillées de cette visite où nous avons passé plus de deux heures. Il n’en sera pas de même pour la seconde exposition Face à Arcimboldo qui nous a bien déçues. Une accumulation d’œuvres de toutes époques pas toujours de bon goût. mais surtout une présentation très peu commode; Alignement de fiches dactylographiées sur le mur face aux œuvres qu’il n’est pas facile d’identifier. Des grands noms, comme Picasso ou Max Ernst, Marcel Duchamp,  Ensor, Otto Dix (que j’avais confondus) des masques de Pompéi, de parfaits inconnus. Manque de cohérence et d’intérêt. 

Escapade à Metz : Centre Pompidou-Metz, promenade en ville

Le prétexte : deux expositions :  Chagall Le passeur de Lumière et  Face à Arcimboldo 

L’envie de bouger malgré le Covid 19 qui restreint notre horizon.

1h30 en TGV, possibilité de faire l’aller et le retour dans la journée confortablement.

Gare de l’Est, 8h13, le TGV est à destination de Luxembourg, un goût de voyage lointain, il quitte la région parisienne à grande vitesse, à peine je pense regarder le paysage que nous sommes en Champagne dans le vignoble, puis traversons une forêt que je ne connais pas. Les gares traversées sont « sur-Moselle » nous sommes loin….

La Gare de Metz

Gare de Metz, 9h44. Monumentale gare allemande inaugurée en 1908 en style médiéval-roman imposé par le Kaiser qui souhaitait marquer la puissance du Reich dans cette position stratégique. Le soin apporté au décor, aux chapiteaux de grès sculptés est tout à fait remarquable. Un passage conduit directement au Centre Pompidou-Metz.

le Centre Pompidou-Metz à la sortie de la gare

Un jardin, plutôt un verger sert d’écrin de verdure au bâtiment. Le gazon est ondulé, plissé presque.

La queue est tout à fait raisonnable, pas d’attente, seulement un scan du pass sanitaire, on ouvre soi-même son sac, pas d’installations de sécurité spectaculaires. La queue permet d’observer au-dessus de nos têtes les structures de bois des piliers et des alvéoles hexagonales sous la toile blanche de l’énorme chapiteau, au mât de 77 m.

Annette Messager : Le Désir attrapé par le Masque (2021)

L’installation d’Annette Messager occupe un vaste espace : des filets sont disposés en formant des sortes d’anneaux ;  des animaux empaillés, des peluches, souvent des chimères formés d’un corps naturalisé et d’une tête artificielle, sont dispersés et me mettent mal à l’aise. le plus déstabilisant, ce teckel portant un masque chirurgical qui paraît presque vivant. Au dessus sur des plateformes suspendues d’autres oiseaux-chimères, souvent encapuchonnés complètent l’impression de malaise. Aucune explication. 

L’exposition Chagall, Le passeur de Lumière se trouve au 3ème niveau. A la sortie de l’ascenseur de verre, je cherche à avoir une vue d’ensemble de l’installation d’Annette Messager et je découvre une autre œuvre collective rassemblant les mots de plusieurs artistes 

 

les 11 commandements (difficile de tout photographie en restant lisible)

 j’ai découvert Bintou Dembélé récemment avec le film Les Indes Galantes de Philippe Beziat qui est mon film préféré de la rentrée d’après-confinement. Je ne veux pas rater sa prestation au Centre Pompidou-Metz au Studio : S/t/r/a/t/e/s avec sa troupe Rualité. Nous avons donc terminé la visite du Centre au Studio pour cette vidéo d’une dizaine de minutes qui nous a bluffées et consolées de notre déception à la sortie de l’exposition Arcimboldo. 

Bintou Dembélé à Metz

https://www.facebook.com/plugins/video.php?height=317&href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpompidoumetz%2Fvideos%2F215479843461767%2F&show_text=false&width=560&t=0

https://www.facebook.com/plugins/video.php?height=314&href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpompidoumetz%2Fvideos%2F645176339674366%2F&show_text=false&width=560&t=0

maquette du Centre Pompidou-Metz

Les architectes du Centre Pompidou Metz : Shigeru Ban et Jean de Gastines ont établi leur studio au 4ème étage du Centre Pompidou-Paris, sur la terrasse. Shigeru Ban est célèbre pour son utilisation du carton, il a conçu la Maison du Carton, un musée en carton, et des habitats temporaires pour des causes humanitaires. Ce studio le PTS (Paper Temporary Studio) est maintenant installé devant le Centre Pompidou-Metz. C’est un  tunnel de 35 mètres de long en, carton, bois parfaitement démontable et re-montable. 

PTS

Il est utilisé pour MEND PIECE de YOKO ONO : sur des tables on  trouve de la vaisselle brisée, de la ficelle, de la colle et du scotch pour « réparer » cette vaisselle. Nous avons volontiers participé à cette réparation. Les œuvres de nos prédécesseurs sont exposées sur des étagères où l’on trouve également des livres à emporter (1 seul) déclassés de la bibliothèque municipale. Réparer la porcelaine est une tradition au Japon. C’est aussi un geste politique. Mais cela demande une habileté que je ne possède pas. La colle demande beaucoup de temps et de patience, la ficelle de la dextérité, le scotch est d’une utilisation plus simple, mais c’est moche. 

Metz Cathédrale

Comme il restait deux heures avant le train du retour, nous sommes allées flâner dans Metz, dans les grandes rues allemandes, dans les vieilles rues, le centre piétonnier. Le but de la balade : la Cathédrale pour voir in-situ les vitraux de Chagall. 

Vitrail dans la cathédrale

Et comme il faisait beau et chaud, nous avons terminé la balade à la terrasse d’un beau café.

 

Paul Durand-Ruel et le post-impressionnisme à la maison Caillebotte, Yerres

Exposition temporaire jusqu’au 24 Octobre 2021

Renoir : portrait de Durand-Ruel

Marchand d’art à Paris et à New York, Durand-Ruel fut le soutien des impressionnistes et s’intéressa à leurs héritiers, Gustave Loiseau,  Henry Moret , Maxime Maufra, Georges d’Espagnat, Albert André qui étaient liés avec lui par un contrat d’exclusivité.

Georges d’Espagnat : Crique au Lavandou (choisi pour l’affiche de l’exposition)

L’exposition à la Maison Caillebotte présente ces cinq peintres que j’ai le grand plaisir de découvrir. L‘exposition Vollard au Petit Palais est construite un peu dans le même esprit, réunissant autour de la personnalité d’un collectionneur et marchand d’art une pléiade de peintres. j’ai toujours beaucoup d’intérêt à admirer des Picasso, Chagall, Matisse… mais j’avais envie de découverte. Les Postimpressionnistes présentés à Yerres sont peut-être de moindre envergure mais je n’en connaissais aucun et j’aime les nouveautés et les surprises.

Gustave Loiseau, Maxime Maufra et Henry Moret occupent le niveau haut. peinture héritière des Impressionnistes, le plus souvent des paysages mais surtout des marines. Ces trois peintres se connaissaient et se sont retrouvés à Pont-Aven où ils ont rencontré Gauguin

Gustave Loiseau : Les Roches Vertes

J’ai beaucoup aimé les couleurs des paysages bretons de Henry Moret

henry Moret : Goulphar, Belle-Île

ainsi que ses personnages ayant une certaine parenté avec les bretons et bretonnes de Gauguin

Henry Moret : les Moissonneurs

Toujours des sujets bretons avec Maxime Maufra

Maxime Maufra : la Récolte du Goémon

On descend un escalier pour découvrir une toute autre ambiance avec Georges D’Espagnat, on quitte la Bretagne, les paysages marins pour des portraits, des enfants

G d’Espagnat : la Gare de Banlieue

ainsi que des couleurs chatoyantes comme la Crique au Lavandou ou l’après midi d’automne

G d’Espagnat :Après midi d’automne

Aussi coloré et décoratif, le travail d’Albert André a su nous séduire

Albert André : la femme aux paons
Albert André : la Tonnelle
Albert André : la Femme en Bleu

The Power of my hands au Musée d’Art Moderne

Exposition temporaire jusqu’au 22 Août 2021 

Je ne pouvais pas rater cette exposition féministe et très originale.

Le cartel présentant les œuvres précise que ces créations sont faites directement à partir de la vie quotidienne et des activités domestiques. La Sphère privée s’étend à la créativité et à la politique.

In the power of my hands – Tapisserie faite avec des nattes de cheveux artificiels

En effet ces plasticiennes utilisent les textiles, la terre, et même les tresses de faux cheveux des coiffures africaines . Mais j’ai aussi été bluffée par la modernité de ces œuvres qui utilisent largement la photographie et la vidéo.

« Mombathiseni de Bullieweze Siwani – il faut entendre les vagues des vidéos
textile
Dyptique de Njideka akunyali Crosby

Les techniques utilisées sont souvent métissée, composites avec surimpression photographiques et très sophistiquées. l’artiste nigériane vit à Los Angeles,.

Ana Silva : broderies sur sac

Ana Silva, Angola, a brodé des  femmes en fines broderies sur de la toile à sac servant à emballer des vêtements de seconde main arrivant en Afrique : dénonciation de la surconsommation de l’industrie de la mode.

D’autres œuvres dénoncent les violences faites aux femmes, ou l’impossibilité de représenter le sexe féminin.

Reinata Sadimba : Femme en train d’accoucher

j’ai beaucoup aimé la vidéo de Wura Natasha Ogunju (USA/Nigéria) dont est tirée l’affiche de l’exposition : Will I still carry water when I am a dead woman? Des femmes au visage masqué mais à la tenue courte, short ou robe courte trainent des bidons dorés qui les entravent. Elles défilent  dans les rues d’une ville nigériane dans l’indifférence des passants.

Comme le titre en anglais l’indique, ces artistes viennent presque toutes de l’Afrique anglophone, Afrique du Sud, Nigéria, Zimbabwe sauf Angola. C’et une région de l’Afrique que je ne connais pas du tout et j’ai été très dépaysée.

Edition Limitée au Petit Palais – Vollard, Petiet et l’estampe des Maîtres

Exposition temporaire jusqu’au 29 Aout 2021

Pportrait de Vollard par Renoir (1899)

Vollard, collectionneur, marchand d’art mais aussi éditeur, s’installa à Paris en 1890. Il achetait à un prix modique des ensembles d’œuvres de jeunes artistes d’avant-garde et  les vendait dans l’Europe entière et en Amérique.

Portrait de Vollard par Cézanne

Vollard sut s’entourer et collaborer avec les plus grands : Renoir,Gauguin,Toulouse-Lautrec mais aussi les Nabis, Bonnard, Vuillard, Maurice Denis, Emile Bernard, Picasso, Marc Chagall….et j’en oublie…

Toulouse-Lautrec : l’Estampe originale

Cette exposition est l’occasion de découvrir des estampes . un mur est occupé par 22 estampes  des « peintres graveurs » aussi divers que Fantin-Latour, Munch, ou moins connus comme Ker-Xavier Roussel (que j’ai bien aimé)

Baigneurs de Cezanne

Picasso fit 100 estampe de la « suite Vollard »

Picasso Minotaure

Il illustra aussi L’Histoire Naturelle de Buffon

Picasso : Histoire Naturelle de Buffon

Vollard était aussi éditeur de « Beaux Livres » c’est la partie de l’exposition qui m’a le plus intéressée. Le premier livre d’artiste, en  1900, fut Parallèlement de Verlaine illustré par Bonnard. On peut le « feuilleter » virtuellement sur un écran

Parallèlement de Verlaine illustré par Bonnard

la collaboration avec Bonnard s’est prolongée avec l’illustration des Pastorales de Longus Daphnis et Chloé ainsi que Dingo d’Octave Mirbeau. 

Odilon Redon , la Tentation de Saint Antoine

Maurice Denis, L’Imitation de Jésus Christ

Ballade des pendus Villon

j’ai beaucoup aimé les illustrations d’Emile Bernard pour les Oeuvres de François Villon, L’Odyssée et Les Fleurs du Mal. Et bien sûr, Chagall pour els Ames mortes et les Fables de La Fontaine 

Chagall Le meunier son fils et l’âne

Cette exposition n’est peut être pas spectaculaire, mais il y a tant à voir! Et surprise, en sortant j’ai découvert un orchestre baroque : clavecin, violon, flûte et deux chanteuses qui ont interprété Lully, Rameau J.J. Rousseau (et oui, il a composé un petit opéra) entrecoupés de chants populaires: Le Pont d’Avignon, Frère Jacques...et rond et rond petit patapon....

Une belle sortie!

Signac Les harmonies Colorées – Jacquemart-Andé

Exposition temporaire prolongée jusqu’au 26 Juillet 2021

Paul Signac – Opus 176 (1886)

Admirateur des impressionnistes et de Claude Monet, Paul Signac, autodidacte devient peintre et va avec Seurat utiliser une nouvelle technique pointilliste ou de « division des tons » pour fonder un mouvement que le critique Fénéon qualifiera de  Néo-impressionnisme.

signac paul

L’exposition LES HARMONIES COLOREES  au Musée Jacquemart-André présente les œuvres de Signac mais aussi des artistes néo-impressionnistes comme Cross, Pissaro,  Achille Laugé et Maximilien Luce, Van Rysselberghe 

Achille Laugé : L’arbre en fleur

Tout d’abord,  nous étudions les recherches de couleurs, la palette éclatante de Signac, les complémentarités des couleurs, l’utilisation de couleurs pures qui ne doivent pas se mélanger mais se rehausser, s’exalter. On parle parfois de pointillisme ; à y voir de plus près, ce ne sont pas des points (il y en a comme les points orange de l’Opus 176 qui rehaussent les barques bleues ou les arbres verts) mais il y a aussi ces virgules roses et bleues, éclairant la mer de Saint Briac

paul signac balises, Opus 210

parfois le peintre choisit de croiser les touches, parfois de jouer le mosaïste avec des touches carrées ou rectangulaires qui ressemblent à des tesselles. Cette exigence de couleurs pures suppose un travail préparatoire. Si la peinture sur le motif, comme les impressionnistes, est le début du tableau celui-ci sera accompli en studio. l’exposition présente donc de nombreuses études préparatoire, huiles en large touches très colorées et petits format, ou grands lavis à l’encre de Chine de la taille du tableau définitif en couleur.

Signac : Mont Saint Michel 1897

La visiteuse peut prendre son temps pour observer les détails de la technique qui varie selon le temps.

Après son séjour à Saint Tropez en 1892, Signac pratique l’aquarelle. Il peint un très bel éventail de Venise. Il utilise l’aquarelle pour peindre sur le motif, et  réalise un reportage complet des ports de France, du port de guerre de Toulon, aux petits ports de pêches bretons, des ports de Saint Nazaire. le dessin est très soigné, la couleur n’est plus le sujet principal et parît accessoire.

paul Signac : Villefranche

et pour le plaisir : Cross

Cross

et bien sûr, comme toujours à Jacquemart-André une vidéo permet de d’approfondir la visite avec un commentaire éclairé.

Chagall, Modigliani, Soutine…Paris pour école, 1905 – 1940 – MAJH

Exposition temporaire jusqu’au 31 Octobre

Sonia Delaunay – Philomène 1907

Chagall, Modigliani, je les aime tant que je ne raterais pour aucun prix une exposition qui leur est consacrée. D’ailleurs, dans l’exposition du MAJH, je vais naturellement les admirer.

Zak : marionettistes

Cependant, ce sont les moins connus, ceux que je découvre dont j’ai envie de parler. Zak, que je ne connaissais pas du tout, Jules Pascin portraitiste et dessinateur

Jules Pascin : Alfred Flechtheim en toréador 1925

Kremègne, découvert au musée de Céret, dont l’œuvre est variée

Kremègne

Et les sculptures de Lipchitz et de Chana Orloff qui me touchent énormément.

Lipchitz : marin à la guitare

et cette maternité si tendre

Chana Orloff : maternité

Nombreuses découvertes et plaisir de retrouver des œuvres connues.

Toutefois, le propos est L’école de Paris qui aurait réuni pendant plusieurs décennies une foule d’artistes juifs, russes ou polonais, hongrois, tchèques, allemands, venant de toute l’Europe, fuyant le numérus clausus des universités russes, les pogromes, la pauvreté ou tout simplement attirés par la vie artistique de Montparnasse ou des ateliers parisiens.

Indenbaum : La Ruche

Ecole? c’est paradoxal parce qu’il n’y a pas eu une seule école, ni un style particulier, parce que chacun a trouvé son atelier :le Bateau lavoir, la Ruche, qui fut peinte à plusieurs reprises par Kremègne et Indenbaum, qui accueillit Soutine, Modigliani, Brancusi (la liste est si longue…).

Artistes Juifs ou Cosmopolites? Sûrement les deux, quand Paris était une fête!

Chagall : Apollinaire et Cendrars

Cependant ces artistes juifs, artistes reconnus et célèbres durent aussi subir l’antisémitisme de certaines élites. L’exposition met en évidence la renaissance d’une conscience juive avec la parution de revues juives de langue française.

Les mots de la fin sont ceux de Chagall : un long poème en Yiddisch et en Français « Pour les Artistes martyrs « (1950)

Chagall encore, pour le plaisir!

Femmes-peintres au Musée du Luxembourg

Exposition temporaire prolongée jusqu’au 25 juillet 2021

Nina Villers : Portrait de Madame Soustas laçant son chausson

Si on a oublié certaines d’entre elles, ce ne sont pas des artistes mineures. De leur temps elles étaient célèbres, parfois riches, des peintres reconnues. Elles ont investi les peintures de portrait, de genre, parfois d’histoire, de paysage. L’exposition leur rend honneur dans leur diversité et les fait sortir de l’oubli.

Elizabeth Vigée Lebrun : autoportrait 1800

Elizabeth Vigée Lebrun est sûrement la plus connue de nos jours. en 1783 époque elle est admise à l’Académie  ainsi que Adélaïde Labille-Guiard.

Pour ma part je me suis surtout intéressée aux autoportraits afin de mieux les connaître. Elles se représentent au travail.

marie-Guillemine Benoist : autoportrait

l’enseignement de la peinture et des Beaux arts se faisait dans des ateliers réputés

l’atelier de Leon Coigniet : Catherine Caroline Cogniet-Thevenin
Autoportrait : Louise Duvidal

j’ai bien aimé cette petite fille.

L’enfant à la poupée : Anne Geneviève Greuze

je ne livre ici que mes tableaux préférés, il y en a beaucoup d’autres!

A vous de voir

Les origines du monde – L’invention de la nature au XIXème siècle à Orsay

Exposition temporaire au Musée d’Orsay

Après la lecture de l’Invention de la Nature d‘Andréa Wulf, des Arpenteurs du monde de Daniel Kehlmann,  Terre Prodigieuses Créatures de Tracy Chevalier visiter cette exposition était une évidence. Pendant le confinement, je suis passée sur les quais de Seine devant le Musée d’Orsay fermé, avec une rage terrible à l’idée que la date de clôture approchait et que ces accrochages sans visiteurs étaient un véritable gâchis. 

Les Origines du monde à Orsaysûrement pas une coïncidence, on pense immédiatement au célèbre tableau (qui d’ailleurs figure en fin de l’exposition). L’Invention de la Nature est datée – selon le prologue – d’un « long XIXème siècle » allant de la Révolution à La Première Guerre mondiale, parfaitement à sa place à Orsay. 

Le Paradis terrestre et la Création d’Eve
  1. Prologue : les récits bibliques fondateurs de la Genèse et du Déluge sont illustrés par des tableaux plus anciens dIsaak van Osten : Le Paradis terrestre et la Création d’Eve et Breughel . Plus récent : Après le Déluge de Philippo Pazzi (1864) où l’on voit les animaux quitter l’arche de Noé/ Egalement une très belle gravure repliée en accordéon représentant les différentes espèces. 
  2. Philippo Polizzi (1864) Après le Déluge. les animaux quittent l’Arche (détail)

2. Nommer les espèces :  les Cabinets de Curiosités furent en vogue dès le 16ème siècle – « modèles en miniature de la Nature Universelle » ils furent la possession des aristocrates et préfigurèrent les collections naturalistes.

Anne Vallayer-Caster 1769 Panache de mer Lithophytes et mollusques

Collectionner, classer Linné (1707-1778); Buffon (1707 -1788)aspire à  un inventaire mais délaisse les classements en recherchant « les causes naturelles ». 

Cabinet de Curiosités : oiseaux exotiques

3. Immensité et diversité du monde

La nature comme spectacle : un diorama montre la tournée de Zarafa, la girafe de Nubie (1827)

Diorama : Zerafa la girafe nubienne

1741 Clara, rhinocéros, fit « Le Grand Tour «  de l’Europe en 12 ans et fut célébrée en peinture ou sur différentes représentation comme cette horloge monumentale

Clara le rhinocéros

les animaux exotiques inspirèrent les artistes comme les lions de Delacroix 

Détail de la Chasse aux lions de Delacroix

ou le tigre dévorant un gavial de Barye

Barye : Tigre dévorant un gavial

Dans les collections j’ai admiré ces cires botaniques de Louis-Marc-Antoine Robillard des fruits exotiques restés frais à travers les siècles!

Dattes, anones et calamondins de cire

Trois expéditions emblématiques  : le Voyage en Australie (1800 -1804) de Nicolas Baudin; L’expédition de Humboldt et Bonpland (1799-1804) et Darwin sur le Beagle (1832 -1835)

Humboldt et Bonpland

Et c’est là que l’émotion arrive : dans une vitrine se trouve deux spécimens de feuilles(Cordia sebestene Cuba Oreopanax de l’herbier de Bonpland,

!coupe géologique par Humboldt et carnet de terrain de Bonpland

son carnet de terrain d’une très fine écriture au papier que je n’arrive pas à déchiffrer sous la vitre, une coupe géologique des Andes de Humboldt et une esquisse des principales hauteurs des deux continents dressée par Goethe! Les biographies de ces deux savants restent vivantes dans mon esprit, je n’aurais jamais rêvé m’approcher de si près des originaux. Je retrouve Humboldt plus loin dans la peinture de la serre tropicale de palmiers de Frédéric- Guillaume III construite sous les directives de l’explorateur.

Palmeraie de Guillaume III à l’Ile aux Paons

4. Antiquité de la Terre : fascination pour la géologie. Emotion encore devant l’édition ancienne des Principes de Géologie de Lyell et devant une coupe stratigraphique de Cuvier et Brongniart. la salle est ornée de tableaux à l’huile représentant des sujets géologiques dont l’éruption du Vésuve et un très étrange paysage de glaciers sur un lever de soleil avec un ours blanc qui se détache sur la crête

Au delà de l’Homme (1894) Briton Rivière

Essor aussi de la paléontologie et mode des dinosaures. Je trouve en cherchant bien le nom de Mary Anning, j’aurais aimé que l’exposition l’honore plus. Bien sûr en majesté un os de dinosaure, et un sujet sur la reconstitution de liguanodon à Cristal Palace (1853) avec l’invitation à un dîner de gala dans le ventre de l’animal préhistorique. Projections de film sur le thème des dinosaures dont la jolie et ancienne animation (1914) de Gertie le Dinosaure

Reconstitution d’un paysage du Dorset

Quelques aquarelles illustrent le voyage du Beagle mais curieusement Darwin apparait dans un champ inattendu : la psychologie avec l’étude des émotions faciales des chiens et des enfants.

L‘Evolution et les arbres de la phylogénèse occupent un mur entier mais c’est le tableau de Kupka qui m’a le plus étonnée

Kupka : Anthropoïdes

J’ai oublié Les Trésors de la Mer 

Argonaute, pieuvre

Et toute une série de dessins les plus fins et les plus décoratifs qui soient

pour arriver à la série des radiolaires et des méduses de Haeckel

Haeckel : radiolaires
Haeckel : méduses

Non seulement Haeckel est un scientifique de premier plan mais il a inspiré les artistes de l’Art Nouveau : architecture, décoration….Une collection de vases de Gallé rend compte de cette influence

Gallé : vase avec coquillage et algues

 

La fin de l’exposition est moins axée sur les sciences et plus sur la création artistique avec les chimères et même avec Odilon Redon  et Böcklin un glissement vers le fantastique. 

Kandinsky : après le Déluge