Face au soleil – Marmottan-Monet

Exposition temporaire jusqu’au 29 janvier 2023

Munch : Le Soleil

Le soleil pour thème?

Tout à fait à sa place au Musée Marmottan qui conserve Impression, soleil levant, le tableau fondateur de l’Impressionnisme,  mis à l’honneur au milieu de l’exposition sur un panneau doré. 

Le Soleil a été vénéré par les Egyptiens, dans l’entrée des scarabées solaires encadrent une jolie peinture ancienne. Le soleil perd sa position dominante ave le christianisme, créé le 4ème jour de la Genèse, il devient accessoire et périphérique. La lumière caravagesque de l‘Adoration des Bergers de Van Honthorst ou tombant sur l’Astronome de Giordano ne provient qu’indirectement. Le soleil a quand même été représenté dans la Vision de Saint Benoit de Del Biondo et sur les cartes du tarot d’Antonio Cigognara

Del Biondo Vision
Del Biondo : vision de Saint Benoit

Du Géocentrisme à l’héliocentrisme le soleil retrouve sa position centrale vers la Renaissance et Galilée. La mythologie fournit les mythes d’Icare et de Phaeton

Saraceni (1579-1620) Chute d’Icare

De merveilleux tableaux ensoleillés de Rubens, Le Lorrain et Vernet

Rubens : Paysage à l’oiseleur
Le Lorrain : l’embarquement de Sainte Paule à Ostie

le Soleil, c’est aussi le Roi-Soleil, Louis XIV représenté en tenue d’Apollon en costume de ballet, ou sur le plafond de Versailles : Lever de soleil dit aussi Char d’Apollon

Turner est vraiment le maître de la lumière avec le Soleil couchant à travers la vapeur, illustrant la diffraction de la lumière étudiée en ce temps-là. J’ai bien aimé le tableau doré 

Turner : Terrasse à Mortlake

Soleil romantique, soleil mystique de Caspar David Friedrich dans deux petits tableaux : La Croix dans le Bois ou Le Matin de Pâques

Caspar David Friedrich : Croix dans le bois

Impression au soleil levant, est accompagné d’un joli Boudinde Signac, Pissaro plus attendus dans le Musée de Monet. 

Signac : le port de Saint Tropez

j’ai beaucoup aimé les deux Vallotton un Coucher de soleil orange sur Honfleur  très spectaculaire et presque abstrait Le coucher de soleil à marée haute, gris bleu 

Vallotton, Coucher de soleil marée haute gris-bleu

Moins apprécié le Maurice Denis : Saint François d’Assise et la Crucifixion de Van Sauck. 

Otto Dix : Soleil levant (1913)

le Soleil levant de Dix , clin d’œil à Van Gogh , semble prémonitoire : peint en 1913, il semble annoncer le carnage de 14-18 . Pour mémoire, Delaunay. Inconnus de moi : Trachsel(1909) et Morgner. 

Après 1915 et la théorie de la Relativité, le soleil perd un peu de sa place centrale pour devenir une étoile parmi d’autres comme on l’imagine avec les constellations de Baranov-Rossiné peintre ukrainien que je découvre ici. 

Baranopv-Rossiné : nymphes , centaures

A l’occasion Fromanger a peint un énorme soleil jaune qui dégouline, à l’entrée  de l’exposition et un grand tableau très impressionnant

Fromanger

la procession qui va vers le soleil fait perdre l’équilibre des spectateurs, on est étourdi. Belle conclusion!

Splendeur des oasis d’Ouzbékistan au Louvre

Exposition temporaire jusqu’au 6 mars 2023

Fresque de la salle rouge du palais de Varakhsha

Deux expositions Ouzbékistan à Paris simultanément : il ne s’agit pas de doublon. Au Louvre,  1900 ans d’histoire de la conquête d’Alexandre (329 av JC) jusqu’au Shaybanides (1500-1598). A l’Institut du Monde Arabe soieries et or au XIX ème siècle, splendeur et pouvoir des émirs de Boukhara, essentiellement des parures, tapis et broderies. Et si l’Asie Centrale vous fait rêver il y a aussi l’Afghanistan à Guimet. Ces expositions se complètent.

Deux serpents formant un anse/ 3ème millénaire avant JC

Chronologie : quelques dates pour se repérer

329 av JC Alexandre le Grand conquête de la Bactriane

250 av JC introduction du Bouddhisme

230 après JC introduction du christianisme

III-Vème siècle : Huns

VI ème siècle : Turcs

709 islamisation de Boukhara

980-1037 Avicenne

1220 invasion des Mongols

1271 Marco Polo

1370 Tamerlan à Samarcande

1500-1598 Shaybanides

L’exposition Splendeur des Oasis d’Ouzbékistan s’organise selon cette chronologie

prince kouchan en armure

j’ai déjà croisé les Kouchans dans l’exposition Tadjikistan à Guimet l’an dernier. Ce guerrier avec son ruban retenant les cheveux, a un sourire ironique, presque un rictus, à côté de l’armure kataphractaire, symbole de la victoire sur les cavaliers des steppes, contraste avec la douceur des statues bouddhiques et du prince coiffé d’un chapeau pointu. Sculptures d’argiles recouvertes de plâtre d’une grande finesse.

prince Kouchan et divinité bouddhique Devata (1-2ème siècle ap. JC)
Tête de Bouddha et Bodhisattva (2ème – 3ème siècle ap. JC)

Ces Kouchans se trouvaient au carrefour de l’hellénisme, de la civilisation indienne, et des steppes.

III-VIIIème siècle après JC / Huns -Turcs

On imagine les Huns, nomades primitifs, au contraire ils ont laissé des sculptures et des objets d’une grande sophistication, bijoux en or somptueux.

Huns : le banquet, fresque

Marchands sur la Route de la Soie

marchand et chameau

Les influences chinoises sont aussi perceptibles comme ce dieu de la Soie chinois

Dieu de la soie

Dans des vitrines, des manuscrits, encre sur papier, en divers écritures, en sogdien (cycle de Rostam), persan, judéo-persan(lettres hébraïques). la porte Samarcande a pour décor la Déesse Nana héritière d’Ishtar avec sa suite d’orants et de processions.

Porte de Samarcande : déesse Nana

On imagine un creuset de diverses religions, langues, styles.

Tête de démon Mara (7ème siècle)

 

VIII ème siècle : Islamisation de la Transoxiane 

Fresque de la salle rouge de Varakhsha

Les premiers raids de Qutayba Ibn Muslim marquent la conquête musulmane (709 Boukhara, 712 Khorezm et Samarcande). La conversion se fit progressivement comme l’atteste le palais de Varakhsha. Tokespadhe,(709-739) le roi, était officiellement musulman mais dans son palais de Varakhsha se déroulaient des rituels zoroastriens. Une reconstitution vidéo du Palais de brique montre la cérémonie du feu dans la grande salle rouge décorée de fresques où figurent des tigres et des dragons, le prince de style indien chevauche un éléphant.

FResque des Ambassadeurs Afrasiab

La fresque bleue d’Afrasiab (Samarcande) se trouve dans le le département des Arts de L’Islam (aile Denon) mais elle vaut le détour.

Travail du métal islamique lampe à deux bec, petit récipient ouvragé

De la période islamique on peut admirer la finesse des céramiques  calligraphiées, ainsi que le travail des métaux : plats, bassines, plateaux…

La céramique et le verre sont produits industriellement. Des panneaux décorés de médaillons fleuris d’Afrasiab

XI-XIII – D’Avicenne à Gengis Khan(1166-1227)

La dynastie Samanide (874-1004) : émirat souverains iraniens de langue persane. magnifique robe de soie à motifs d’oiseaux et d’entrelacs,

Occasion de croiser deux scientifiques Avicenne (980-1037)   et Al Buruni (973-1050)

Les manuscrits de Marco Polo : Le Devisement du Monde (1270) et de magnifiques manuscrits décorés de miniature

Miniatures

Sur un mur, un vidéogramme nous offre une promenade dans Samarcande : Régistan, mausolée de Tamerlan, Bibi Khanim, nécropole Shah-I Zinda. Spectacle hypnotique entre coupoles cannelées intérieurs dorés ou marbres précieux. Je suis restée à suivre le spectacle trois fois. 

Sur les routes de Samarcande – Merveilles de Soie et d’Or – à l’Institut du Monde Arabe

Exposition temporaire jusqu’au  4 juin  2023

Ikats

De Soie et d’Or sont les maîtres-mots de cette exposition, si vous attendiez des caravanes à travers les steppes de l’Asie Centrale, des khans ou l’ombre de Gengis Khan et de Tamerlan vous resterez peut être sur votre faim. 

Broderies or sur le Chapan de l’émir

Cette exposition célèbre les textiles prestigieux de Boukhara, Samarcande, Tachkent, manteaux d’apparat, souzanis, tapis et bijoux. 

Dès l’entrée nous sommes accueillis par les dorures des tenues d’apparat des émirs de Boukhara : Shah Murad (1785-1800), Mohammad Alim Khan, Nasrulla Khan et du dernier Mohammad Amir Khan (1911-1920). Le titre de la section est : Pouvoir et Apparat. les Chapans étaient de lourds manteaux de tissus précieux, velours, brocard, soie, rebrodés d’or et incrustés de pierreries. la sériciculture fut rétablie en Ouzbekistan au 8ème siècle et les brodeurs travaillaient dans l’atelier de la citadelle d’Ark de Boukhara. La Broderie était un art exclusivement masculin, on disait que l’or se ternit des mains et du souffle d’une femme. 

Apparat équestre

En plus des chapans somptueux, tout un apparat équestre rappelle que l’émir de Boukhara s’inscrit dans la tradition des grands conquérants. Les selles de bois peint, les dagues incrustées de pierres précieuses, les boîtes à Coran décorées de cornaline, les harnachements du cheval argent et turquoise sont d’un luxe inouï

harnachement de cheval : turquoise, argent et or

les bottes de cuir, les calottes sont brodées d’or

 

Chapans colorés des femmes. Réalisés à la fin du 19ème siècle le premier m’évoque un peu l’Art Nouveau. 

Pour les femmes moins d’or mais des couleurs suivant un code établi selon l’âge, les jeunes filles en rouge, après 30 ans bleu ou vert, les femmes âgées en couleurs plus ternes.

Nous entrons alors dans l’univers des femmes, dans le domaine de la maison avec les Suzanis qui sont de grands panneaux décoratifs brodés à l’aiguille par les femmes réalisés au sein du foyer

Suzani

la réalisation des suzanis peut prendre des années entières. Le résultat témoigne de la patience et de la créativité de la future mariée

les motifs le plus souvent végétaux varient selon les provenances

Suzani de Tachkent

En plus de ces panneaux brodés, les femmes réalisent aussi des tapis : le nouage des tapis est exclusivement féminin. Différentes techniques et styles sont exposés comme les tapis à poil épais, les tapis velours, les tapis brodés et même les tapis feutrés des éleveurs nomades.

le tapis ci dessus est réalisé avec de longues et fines bandes cousues, le métier étant très étroit.

j’ai été étonnée de ne pas retrouver les « tapis Boukhara » rouges et noirs . j’aurais bien aimé savoir pourquoi ils ne figurent pas dans cette exposition.

Toujours en restant dans l’univers féminin les bijoux sont présentés dans des vitrines: souvent argent et cornaline, parfois or, turquoises pour les plus sophistiqués.

L’exposition se termine par un feu d’artifice coloré : le travail de la soie (vidéo passionnante) et installation des Ikats soieries teintes.  Ikat est un mot indonésien voulant dire « attacher » ou « nouer » En Ouzbekistan o n nomme Abrbandi et c’est un des symboles de l’identité ouzbèke. la teinture est réalisée quand le fil de trame est installé sur le métier. On procède à des ligatures de plusieurs fils. La teinture qui en résulte est un peu floue, « nuageuse » 

Ikats

En plus des textiles,  des tableaux de peintres du début du XXème siècle sont intéressants, certains cubistes, d’autres fauves.

Capitale(s) 60 ans d’art urbain à Paris à l’Hôtel de Ville de Paris

exposition temporaire jusqu’au 11 février 2023

Entrée gratuite, de lundi au samedi -inscription obligatoire

La Rue Amusée?

Comment présenter du Street Art dans une exposition ou un musée? Le Street-art appartient à la rue, au métro en tout cas à l’espace urbain. Il surgit par surprise, colore notre quotidien. Il provoque .  Il est vulnérable aussi menacé aussi bien par les services de nettoyage que par les tags d’autres artistes. Ephémère, sur une palissade de chantier ou sur le wagon du métro. Il amuse la rue, est-il soluble dans un musée?

Ernest Pignon Ernest : Corps bloqués

L’exposition Capitale(s) est ambitieuse : elle présente 60 ans d’art urbain.

 Les précurseurs,ont occupé l’espace de la rue dès les années 1960 avec les  papiers collés de Ernest Pignon Ernest, ou les affiches lacérées et graffitis de  VillégléSilhouettes bombées héritiers de Calder ou de Miro de Zlotykamien. 

1982 : arrivée des Tags avec BANDO réunissant graffeurs, DJs, Break Dance et rappeurs. Les Writers décorent les rives de la Seine, puis les palissades du Louvre, et à partir de 1986 investissent Stalingrad quand ils ne tagguent pas le métro  C’est là que la scénographie devient problématique : pour rendre compte de leur travail il faut montrer des photos qui fatalement seront petites et en petit format l’effet est détruit.

 le Ticket-choc montre le détournement d’affiches du métro avec comme point commun l’introduction du fameux ticket jaune à bande rouge

La vidéo  permet de montrer les graffeurs à l’œuvre,  donner la parole aux artistes, aux institutions (le métro, la SNCF). Un reportage sur les tags de la Station Louvre-Rivoli est particulièrement intéressant. La télévision montre le scandale des statues peinturlurées, parle de saccage, les voyageurs du métro sont outrés. On imagine la transgression, l’action subversive tandis qu’un taggueur interviewé dit qu’il cherche seulement à montrer sa production au plus grand nombre de spectateurs. 

Keith Haring 1987 réalise une œuvre de grande taille à l‘hôpital Necker

Autre champ investi par les artistes : les catacombes

« les Catacombes sont le Musée du Graffiti[…] en prise directe avec le passé »

2015 Psykose dans les Catacombes (2015)

une vidéo montre la réalisation d’une œuvre s’apparentant à la mosaïque, les calligraphies, les silhouettes blanches et le travail au pochoir.

La suite de l’exposition montre une série de styles très variés, d’œuvres très différentes allant de la petite mosaïque d’émoticônes pixellisées  réparties dans tout Paris

l’invasion de Paris par les émoticones

Une vidéo montre le mur du square Karcher investi par différents artistes pour faire une fresque très sophistiquée pour certains. On peut suivre les différentes techniques.

Banksy : Bonaparte à cheval

la suite de l’exposition se consacre à des vedettes de l’art urbain comme C215, Banksy ou Miss.tic. Une vidéo Banksy/Géricault montre le cri d’alerte du plasticien en faveur des migrants et son œuvre : un radeau s’inspirant du célèbre tableau du Radeau de la Méduse.

Miss.tic

D’autres artistes que je ne connaissais pas sont mis à l’honneur comme Swoon et son collage sophistiqué.

Swoon collage

On montre donc les œuvres du jeune André, sous plexiglas (?) celle de Cristobal Diaz . Dans une salle on voit une calligraphie se défaire comme si on rembobinait le film et s’effacer les fioriture pour découvrir à la fin le motif initial. Ne pas oublier les fragiles fresques à la craie de Philippe Beaudeloque , les ombres électriques de Zeus… L’art urbain est beaucoup plus complexe que je ne l’imaginais.

Jonone : l’Abbé Pierre

C’est dans la rue de Rivoli, sur les grilles de l’Hôtel de Ville que j’ai trouvé les œuvres qui m’ont le plus parlé. Elles se trouvaient à leur place !

Art et Préhistoire au Musée de l’Homme des Vénus et des animaux….

Exposition temporaire jusqu’au 22 mai 2023

Plaquette de la Marche – profil gravé

Et si l’art était né il y a plus de 30000 ans?

Et si les Hommes préhistoriques, Gravettiens(-34000- 26000) , Solutréens (-27000-22000) Magdaléniens (21000-14000) savaient faire mieux que des bifaces, haches, aiguilles bien utiles mais monotones.

Venus de Tursac 26000

Et si les petites Vénus aux formes généreuses, symboles de fécondité étaient chacune une œuvre d’art à part entière

Vénus brune de Grimaldi

D’autres Vénus magdaléniennes voient leur silhouette s’étirer sur des supports et des matières variées, lignite ou bois de cerf. Certaines sont gravées sur la roche difficilement repérable comme cette Vénus de Pataud, pour d’autres les organes sexuels sont très marqués comme chez la Vénus impudique découverte en 1863. La plupart d’entre elles sont de petite taille, la Vénus de Laussel mesure plus de 50 cm, elle brandit une corne

Vénus de Laussel

D’autres objets sont à caractère sexuel portent des phallus et parfois fente vulvaire et phallus coexistent sur le même objet.

petit cheval de Lourdes

Les animaux sont aussi source d’inspiration. Ils sont parfois gravés sur des objets usuels comme lissoirs ou propulseurs. parfois on a retrouvé des plaques avec une silhouette animale, ours ou bison…J’ai beaucoup aimé le petit ourson assis.

Ourson assis

le propulseur gravé atteint une forme de perfection dans l’attitude et la complexité.

 

Propulseur gravé faon et oiseau

L’exposition du Musée de l’Homme présente ces objets d’art mobilier ainsi que les diaporamas très variés et réussi d’Art pariétal non seulement les chefs d’œuvres de Lascaux mais aussi de la grotte de Niaux pour ce qui est du territoire français. L’art pariétal est répandu sur tous les continents, en Afrique, Tchad, Namibie, Egypte, Brésil, Australie, Vietnam…. Des écrans permettent d’identifier des techniques et des styles. A la Préhistoire les artistes disposaient déjà de techniques diverses : pochoirs, pigments soufflés, lignes droites et nettes gravées ou au contraire estompées, hachures, cupules ou points, rayures….

L’interprétation des fresques est parfois étonnante : la Scène du puits de Lascaux a donné lieu à diverses hypothèses et même à un livre de Marc Bruet

L’exposition livre quelques pistes pour observer un homme portant un harpon ou un oiseau sur une tige, un bison blessé, et plus loin un rhinocéros. L’homme a-t-il blessé le bison? Ou est-ce l’inverse ?(l’homme est raide, de travers) le responsable serait-il plutôt le rhino? Le commentaire de la vidéo invite le spectateur à mobiliser non seulement son imagination mais aussi son esprit critique

Lekha Singh – les femmes portent le monde au Musée de l’Homme

Exposition temporaire jusqu’au 2 janvier 2023

 

« Elles sont des millions de femmes, à transporter des millions de kilos, sur des millions de kilomètres. Chacune, à sa manière, porte une part du monde. « 

Indiennes, Africaines, Asiatiques, dans tous les pays où la motorisation n’est pas encore courante, ce sont les femmes, parfois de très petites filles qui portent des charges nécessaire à la survie de tous : l’eau dans des bidons ou des bassines, le bois nécessaire à la cuisson des repas, les récoltes, la lessive….

Sur la tête ou à l’épaule,

Ou les récoltes

coton

Quand les voitures, tracteurs prennent le relais les femmes font du sport

je n’ai pas retenu la photo de la femme enceinte qui porte le monde à venir…

Une belle exposition féministe qui montre des femmes fortes.

Lekha Singh 

Lekha Singh est une artiste visuelle américaine. Jouissant d’une notoriété internationale, elle a eu l’occasion de voyager dans le monde entier, et de puiser dans ses voyages son inspiration artistique. Elle a exposé son travail photographique, depuis 2004, dans de nombreux musées américains

Les Choses : une Histoire de la Nature Morte au Louvre

Exposition temporaire jusqu’au 23 janvier

Jacques Linard : les 5 sens et les 4 éléments

 Une Histoire de la Nature Morte de la Préhistoire à nos jours : Vaste programme !

Ce qui reste : De objets témoignent par eux-mêmes

Dès la première salle, je suis perplexe : de nombreuses œuvres contemporaines voisinent avec un estampage des  haches de Gavrinis, un rêmeavissant flacon chypriote en forme de grenade et un bas-relief d’Abydos .

Une courte séquence de Stalker de Tarkovsky occupe un mur. sur un autre,  des photographies de Boltanski : les habits de François C 1971-1972.

Boltanski les habits de François C

L’installation la plus étrange est ce Repas Hongrois, avec assiettes (et restes de nourriture) couverts, verres, « tableau-piège » de Spoerri. 

Le dialogue entre les œuvres est amorcé et cette démarche  me parle. Deux pistes s’entremêlent : la Chronologie et cette confrontation.

l’Art des choses ordinaires a été représenté depuis l’Antiquité, des fresques d’Herculanum, mosaïques de Pompéi. 

Ces représentations de gibiers, crustacés avec des ustensiles du repas sont très proches des natures mortes qu’on a l’habitude de voir.

-Pierre Buraglio : Dessin d’après Six Kakis 1979-82

 

Les objets de Croyance correspondent aux représentations médiévales, les objets forment le décor d’une image pieuse, symboles qu’on savait lire alors comme le fruit qui évoque la tentation, ou le lys blanc la pureté de la Vierge lors de l’Annonciation. Le contour de la sandale du Prophète dans les représentations islamiques. Face à ces objets de croyance on a placé les kakis qui invitent à la méditation. 

 

Jan Davidz de Heem (1606-1684) la Fermière Hollandaise

A partir du XVIème siècle la peinture s’émancipe de la représentation religieuse. De beaux trompe-l’œil, des marqueteries de Padoue Cette représentation profane est principalement flamande ou hollandaise. 

Joachim Beuckelaer : Marché au Poisson

étaJoachim Beuckelaer : Marché au Poisson Joachim Breuckelaer brosse des tableaux truculents du marché au Poisson ou de l’Etal du Boucher. Ces victuailles sont étalées, avec à l’arrière-plan un Christ dans le Lac de Tibériade, si loin, si petit. En face de ces tableaux truculents, et non moins truculents les collecteurs d’impôt et tous ces trésors dorés étalés suggèrent l’arrivée (déjà!) du capitalisme culminant en 2019 avec la Chambre des Trésors de Gilles Barlier

Chambre des Trésors-2019 Gilles Barlier

La confrontation de deux œuvres m’a beaucoup intéressée : Matisse s’est inspiré de Jan Davidz de Heem dans La Desserte il a peint les mêmes choses tout en composant un Matisse original. 

Matisse : La Desserte
jan davidz de Heem : La Desserte

On peut jouer au jeu des erreurs mais on n’en trouvera pas beaucoup.

Sélectionner, Classer, Collectionner, nous conduit au 17ème  siècle du côté des Cabinets de curiosité, des monstres de la Nature au pillage colonial. Puis aux plus classiques coupes de Cerises et melon (1633) de Louise Moillon .

Au milieu de ces natures mortes classique un étonnant Dali

Dali

Tout reclasser

commence avec une vidéo qui mélange les différents éléments, les regroupe, s’amuse à construire de nouveaux sujets comme autrefois Arcimboldo

Arcimboldo ; l’Automne

bizarrement, je préfère les fleurs de Séraphine de Senlis à un Delacroix bien terne

Vanitas : les vanités avec crânes ou putréfaction montrant la brièveté de notre vie terrestre

Franciscus Gijsbrecht(1670)

je traverse avec assez de répulsion une salle sinistre présentant des tableaux de gibier, tête d’animal sanguinolents, pieds humains coupés de Géricault, lapins morts, truites de Courbet, un Bernard Buffet pour les modernes

la Vie simple me conduit vers de sages asperges peintes par Manet, la Chambre de Van Gogh exposée en face d’un intérieur hollandais de Samuel van Hogestaten étrangement moderne. 

Bonnard Le Coin de Table

le coin de table de Bonnard fait face à un Cezanne

Cézanne : la table de cuisine

Plus loin je repère Morandi que j’aime tant depuis notre voyage à Bologne.

Morandi

Braque est confronté au sculpteur italien Boccioni son contemporain et non loin de là Fernand Léger avec le Ballet mécanique

Umberto Boccini : Développement d’une bouteille dans l’espace.

nous sommes entrés dans le XXème siècle et la modernité, ready-made, compressions de déchets d’Arman, poupées de Schütte, coca-cola de Warhol et vidéos : film de Resnais et Queneau : Le Chant du Styrène. Une vidéo a retenu mon attention Semiotics of the kitchen vidéo féministe, parodie d’une émission de télévision culinaire où les choses de la cuisine se chargent de colère et de révolte. https://youtu.be/ZuZympOIGC0

L’exposition explose Les Choses en beauté avec Zabriskie Point (1970) d’Antonioni

 

Sam Szafran – Obsessions d’un peintre à l’Orangerie

Exposition temporaire jusqu’au 16 janvier 2023

Hommage à Jean Clair

Une belle découverte!

Sam Szafran est né à Paris en 1934 dans une famille juive polonaise. Pendant la guerre, se cache à la campagne alors qu’une grande partie de sa famille est exterminée dans les camps. Autodidacte, il est initié à la littérature et la peinture dans les cafés et ateliers de Montparnasse.

Atelier – 1970 – fusain

Nous découvrons d’abord d’intéressantes études au fusain de son atelier. chaos très étudié de cadres, châssis, chevalets. En regardant plus attentivement on découvre le dessinateur à sa table, parfois seulement ses deux mains dans un coin. Allongé il se repose…Grande précision ans le dessin.

Atelier de la Rue Crussol

La salle suivante réunit des études de son Atelier de la rue Crussol, le titre est Le chaos apprivoisé. Avec les pastels, la couleur fait irruption dans ces études d’atelier où il décrit sa vie quotidienne, ses outils avec des gammes de couleurs dans ses boites bien rangées de pastels.

L’imprimerie Bellini

Ancienne fabrique de lithographie cette imprimerie fut un lieu important dans les années 1970. Szafran dessine les volumes de la verrières, les escaliers, les machines sous différentes perspectives. on peut voir les ouvriers au travail.

Funambule (1969)

Le Vertige de l’escalier

L’escalier est un thème qu’il a déployé de manière cinématographique : les différentes perspectives sont vertigineuses et suggèrent une déformation de la vision. C’est l’escalier du 54 rue de Seine, siège de la Revue poétique La Délirante . Il dessine aussi des personnages coincés et dans une illusion d’optique. 

l'escalier du 54 rue de Seine
l’escalier du 54 rue de Seine

Dans l’escalier, des personnages découvrent le monde extérieur. le paysage fait irruption dans le tableau

Désormais, Szafran utilise l’aquarelle. Il peint aussi de grands tableaux de paysages urbains

Tableau paysage urbain

l’escalier structure encore le bas du tableau tandis qu’autour de la cour, les murs se déploient en un curieux entonnoir sous des toits plus conventionnels

L’invasion de l’intérieur

C’est l’invasion du feuillage : philodendrons et aralias se développent jusqu’à occuper tout l’atelier du graveur. Dans ce luxuriant jardin d’hiver les feuillages dessinés avec une précision extrême masquent les personnages. On devine encore un escalier dans l’un d’eux, un personnage se cache : Lilette (la femme du peintre). un tableau est un hommage à George Pérec qui a publié Espèces d’Espaces, un autre à Jean Clair.

Les formats des tableaux deviennent plus grands, et plus colorés, les végétaux de plus en plus étouffants. On imagine les tropiques, l’Asie du sud Est ce qui n’est pas fortuit , le peintre Zao Wou Ki lui a justement prêté son atelier!

Devambez – Vertige de l’Imagination

Exposition temporaire au Petit palais jusqu’au 31 décembre 2022

Noce en Aérotaxis

L’exposition de Devambez est amusante!

Quand on découvre un peintre on est parfois impressionné par le génie, ou par une technique révolutionnaire, ou choqué, étonné, surpris….

Avec Devambez je me suis amusée (si j’exclue les grands portraits académiques que j’ai trouvé ennuyeux) . Amusée par l’humour qui irrigue si souvent son œuvre. Amusée par la variété des sujets. Je me suis promenée avec curiosité dans le Paris de la Belle Epoque vu du ciel, du dirigeable-autobus ou vu d’avion de cette nuée d’aérotaxis. Point de vue décalé. Devambez prend de la hauteur, montre d’infinis détails, caricature les personnages ….

Dirigeable au dessus de la Place de l’Opéra pour éviter les embouteillages du chantier du métropolitain

Il offre un regard émerveillé sur la modernité : la naissance de l’aviation, le métropolitain, l’arrivée du téléphone.

Avions fantaisistes

Une vidéo montre un projet de décoration de l’Ambassade à Vienne (1909) où 12 tableaux illustraient les inventions de la vie moderne, composition trop originale qui a déplu. 

le métropolitain : le quai à l’heure de pointe

Debambez flâne dans le Paris Belle Epoque offre une chronique des spectacles ;théâtre Montparnasse, les concerts Colonne et les cafés. Il croque une série de personnages. On l’a même comparé à Daumier. 

Les Incompris – scène de café

Face à l’évènement il illustre Paris sous la Communela répression policière après les grèves de 1902-1903, La charge . La Grande Guerre lui inspira des sujets : Verdun, des eaux fortes aussi   sont des témoignages des atrocités de la guerre et des destructions. 

La charge

A côté des portraits de famille ou de ses étudiants en grand format, Devambez a peint de très petits formats les « tout-petits » exposés dans la galerie Georges Petit (cela ne s’invente pas)  pour les amateurs pas assez fortunés pour acquérir un grand tableau original.

Un autre volet de l’œuvre de Devambez  est l’illustration– Zola, Kipling, ou l’Odyssée. J’ai beaucoup aimé le Gulliver devant lequel on pourrait rester longtemps à observer chaque petit personnage ou les coupoles de la cité féérique. De sa hauteur le géant a une vue plongeante, comme vu d’avion, ou d’un bâtiment élevé, un des points de vue caractéristique du peintre

Gulliver

Affiches, publicités, souvent humoristiques complètent cette oeuvre tout à fait éclectique

Affiche publicitaire pour un journal

Le « Conseiller » comme Gulliver est un géant surplombant la foule lilliputienne, et en plus il démonte le toit de l’Hôtel de Ville comme un jouet.

En fin quelle belle vue de Paris avec l’Exposition 1937 

L’Exposition de Paris 1937 vue du second étage de la Tour Eiffel

Rosa Bonheur à Orsay

Exposition temporaire jusqu’au 15.01.2023

Rosa Bonheur dans son atelier

Depuis notre visite au Château de By j’attendais avec impatience cette exposition. Un billet d’un blog que je suis avec beaucoup d’intérêt m’avait un peu irritée : avec condescendance le blogueur comparait les peintures de Rosa Bonheur aux illustrations des anciens calendriers des Postes. J’étais donc pressée de voir les tableaux de Rosa Bonheur dont je n’avais vu que des photos ou des copie. 

labourage

j’ai aimé l’attention que Rosa Bonheur accordait aux animaux et au monde rural : charbonniers, laboureurs, bergers, marchands de bestiaux. le monde rural est décrit avec minutie et exactitude. Même si parfois les couleurs font un peu « chromos » (surtout dans les barques d’Ecosse).

Berger des Highlands

Le tableau qui l’a rendu célèbre en France, à Londres et en Amérique : le Marché aux chevaux exposé à New York n’a pas fait le voyage mais la copie londonienne si, toute une salle montre les différentes gravures, études pour ce chef d’œuvre

le marché aux chevaux

je ne vois aucune « miévrerie » dans la course musclée des percherons ni dans les attitudes des maquignons

course des chevaux sauvages fuyant l’incendie

Le tableau américain des chevaux sauvages est le contrepoint du précédent : impression de liberté de ces animaux sauvages.

Cerfs dans la brume

les cerfs de la forêt de Fontainebleau sont aussi peints dans toute leur majesté comme ces bisons menacés par les « blancs usurpateurs »

Bisons

La personnalité de Rosa Bonheur transcende  son talent de peintre. Même si la peinture animalière n’est pas à la mode, sa figure de femme libre, défenseure des animaux, des Indiens, qui a adopté le pantalon quand les femmes n’y avaient pas droit, qui a vécu au grand jour avec une femme toute sa vie, en font une icone très moderne. En passant lire le petit livre  de la collection féministe la petite ixe.