Onda – Le chemin du Cid

CARNET DE BENICASSIM

Onda : la ville du carrelage
Onda : la ville du carrelage

Au réveil, nous découvrons le sol ruisselant, des flaques : il a plu pendant la nuit ; du brouillard cache les 5 cargos et le port de Castellon. Lundi dernier à Benasal, j’ai trouvé un dépliant fort intéressant : la carte du Camino del Cid dans la Communauté de Valence (il en existe d’autres tronçons de Burgos à Saragosse). Ce chemin du Cid peut être parcouru en voiture, en vélo ou à pied sur des circuits détaillés sur le thème de la conquête de Valence : anillo Maestrago , anillo de Morella …Nous aurions pu organiser nos excursions en suivant ces itinéraires. Trop tard ! Nous rentrons demain. Sur ce document nous avons choisi de visiter Onda à une trentaine de km, possédant une belle église, un château arabe du 11ème siècle, un couvent et plusieurs musées. De quoi nous occuper ! Nos livres en revanche sont muets. Petit bémol, Onda est une ville moyenne qui compte 25.000 habitants. Sans guide, nous risquons de nous perdre.

dscn8258-copie

Madame GPS nous guide dans les voies rapides et les ronds-points en un temps record. L’arrivée à Onda est surprenante. Onda est une ville industrielle, l’avenue de la Méditerranée passe entre des rangées d’entrepôts, de hangars, magasins d’usine, show rooms, pour un seul type d’article : le carreau de céramique. On ne vend et ne fabrique ici que des carreaux en céramique, également pour l’exportation, sur les façades des caractères arabes. Nous sommes sur la route du Cid qui s’était mis au service des taïfas – les rois arabes dont nous allons visiter un des châteaux. Mélange des cultures, les ancêtres des Espagnols ne sont sûrement pas les Gaulois !). La ville est cernée par les céramistes, usines ultramodernes et ateliers anciens, encore en fonctionnement ou en ruine. Les hautes cheminées de brique rouge sont nombreuses. L’une d’elles décore un petit jardin public en forme de triangle comme un obélisque incongru, à la base de la colline du château.

dscn8251-copie

Après en avoir entraperçu la silhouette, nous entrons dans la ville, espérant suivre un fléchage quelconque. Les immeubles modernes en briques ne sont guère attirants, ni les magasins.

dscn8249-copie

Enfin ! Un panneau indique l’Office de Tourisme, le petit parking pour les voitures et les cars est complet. Je monte une rampe de pierre, arrive dans un quartier aux ruelles étroites et aux maisons blanches, ma première impression est d’être dans une médina, à Fès ou à rabat. Des escaliers grimpent à des placettes. En regardant mieux, les balcons aux fenêtres font la différence, ce n’est pas une médina, juste une ville méditerranéenne.

dscn8265-copie

La jeune femme de l’Office de Tourisme m’explique comment arriver en voiture au sommet de la colline puis elle me demande comment nous avons connu Onda « par le chemin du Cid » – « avez-vous le carnet ? ». Comme à Compostelle, on peut faire tamponner le carnet à chaque étape. Nous aurions pu faire valideer les étapes de Benasal, de Morella, de Sagunto…

L’entrée du château est très restaurée. A l’arrière, une école a été construite en 1920 par des religieux. Le Musée est malheureusement fermé ; on ne l’ouvre que pour les groupes d’au moins 4 personnes. A l’arrière on peut visiter les fouilles archéologiques de l’Alcazaba  – palais arabe du 11ème siècle(contemporain du Cid). Les pièces étaient réparties autour d’un patio planté d’un jardin avec un bassin carré. On ne voit plus que les fondations. Douze tours gardaient la muraille d’enceinte.

les ruines de l'Alcazaba
les ruines de l’Alcazaba

L’office de tourisme a organisé un circuit dans la ville historique que je suis un peu dans le désordre. Près du parking, un moulin dont on voit encore la meule et le mécanisme. Aucune indication sur la date de construction, ni sur la nature de ce qui y était moulu. Non loin, on entre dans la ville par la Porte San Pedro (11ème siècle), arc roman, reconstruit en 1578 qui porte les armoiries d’Aragon. La petite rue La Luz monte raide à une placette dans le quartier de Moreria où habitaient les musulmans, 200 habitants jusqu’en 1609 où ils furent définitivement expulsés d’Espagne. Un jardinier municipal rencontré sous le château, me montre le petit escalier : Escaletes dels Gats (chats ?) qui montait de la place de la Synagogue  dans la Juderia dont il ne reste plus de trace depuis l’expulsion de 1492.

Porte dan Pedro
Porte dan Pedro

L’église de l’Ascension(1727) est très imposante avec sa belle coupole, sa façade baroque, construite sur l’emplacement d’une église gothique. Seul subsiste le clocher 14ème siècle. Malheureusement elle est fermée et je ne pourrai pas admirer les retables promis par le plan. A l’arrière de l’église, la fontaine Fons del Sabater rassemblait les trios communautés au moyen âge, proche de la Juderia, de la moreria et de l’église.

La petite église du sang, Santa Margarita (13ème siècle)est typique des églises de la Reconquista avec un plafond de bois mudejar (selon la documentation, elle est fermée.)

l'almodi
l’almodi

J’arrive enfin sur la très jolie place de l’Almodi . Il n’y a plus de halle à grains maure. Du 15ème au 19ème c’est là que se tenait le marché. Un cadran solaire décore une façade. De belles arcades gothiques abritant de nombreux restaurants et cafés. Il est midi, trop tôt pour déjeuner, dommage !

Nous aimerions passer au marché de Benicassim pour acheter du poisson et avoir une longue après midi pour profiter une dernière fois de la plage et de la terrasse. Nous ne traversons pas la ville à nouveau pour visiter le Musée des Azulejos (regrets) et le Musée des Sciences naturelles.

L’été s’est terminé brusquement après la pluie d’hier. La température a baissé (22° quand même), un peu juste pour nager mais encore très agréable pour marcher les pieds dans l’eau. A consum on a relevé la barrière du parking, plus de ticket à demander à la caisse pour sortir. La promenade s’eest vidée. Ne restent que très vieilles personnes et quelques sportifs. J’ai suivi le chemin de planches en direction du sud, découvert quelques très belles maisons et des jardins de palmiers, yuccas et autres plantes de sable pratiquement sur la plage.

La soirée a commencé dans la gloire d’un coucher de soleil. La nuit tombée, les grues de Castellon scintillent, les bateaux au large sont  illuminés. Dernière soirée magnifique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Delta de l’Ebre sous la pluie

CARNET DE BENICASSIM

rizière et musson : des accents durassiens
rizière et mousson : des accents durassiens

 

Les averses prévues entre 8h et 10h qui ne nous avaient pas dissuadées du voyage.

85km par la N-340 jusqu’à Sant Carles de la Rapita.

Nous connaissons la route jusqu’à Benicarlo. Autour de Benicarlo les cultures maraîchères (artichauts choux et salades) remplacent les vergers. La pluie s’invite lorsqu’on remonte vers le nord et qu’on atteint la Catalogne. A l’entrée de Sant Carles de la Rapita nous quittons la grande route devant la cimenterie et suivons ls écriteaux « Delta de l’Ebre »sur une route côtière qui traverse des quartiers balnéaires vides et un peu sinistres sous la pluie. Sans descendre de voiture nous voyons le port de pêche, (important mais fermé aux visiteurs) la marina (gros bateaux et très beaux voiliers).

dscn9491-copie

La route du Delta, étroite,  passe dans les rizières où il reste des chaumes jaunes, parfois verts, rangées séparées par des sillons larges et profonds. Les oiseaux sont au rendez-vous, innombrables goélands, aigrettes blanches et parfois hérons cendrés. La pluie forcit. A travers les vitres de la voiture on ne peut pas prendre de photos. Je tente une sortie jusqu’au coffre pour extraire ma parka. Les rizières sous une pluie de mousson, je pense à Duras, au Vietnam, au Cambodge  Un Barrage contre le Pacifique….Au delà des rizières on devine les vagues de  la Méditerranée sans savoir où commence la mer, où finit la terre. Sur la carte, une langue de terre emprisonne une lagune.

Où finit la terre? Où commence la mer?
Où finit la terre? Où commence la mer?

Un écriteau « MonNatura » nous emmène à une maison longue et basse couverte de tuile : un petit musée du sel et de la pêche. Dans la boutique, un jeune homme me renseigne en Français « sous la pluie, la visite sera difficile ». je lui demande s’il y a des chances pour que le temps s’améliore. Il tourne l’écran de son ordinateur et me montre les précipitations : un déluge sur le delta. Il semble que tous les nuages se soient déversés sur nous. Puisque je veux quand même visiter je dois acheter le ticket (8€prix normal/6.90 réduit) qui me donne le droit de suivre le parcours extérieur fléché entre bacs et œillets. Je ne vois aucun cristal se former. On dirait un modèle réduit de saline, une sorte de grande maquette. Je suis un peu déçue, j’ai présent en mémoire, le merveilleux musée du  sel De Salinas del Carmen à Fuerteventura.  Pour les pêcheries, 4 barques à fond plat, des filets, pas trop crédible…

dscn8231-copie

Par beau temps, cela aurait peut être été différent. Un livret en français plastifié est disponible mais je ne prends pas mon temps sous le déluge. Sous le soleil, j’aurais guetté les oiseaux dans l’affût aménagé dans une maison de pêcheur. J’aurais pris plaisir à la promenade. Aujourd’hui, je marche en crabe parce que la pluie tombe de côté, je cache l’appareil photo dans ma manche et retourne en courant à la voiture. J’ôte la parka, le short et monte le chauffage pour me sécher. Je me retrouve en culotte et en T-shirt et c’est dans ce costume minimaliste que je monte à un affût au dessus de l’étang où sont rassemblés les flamands roses. Il y en a des centaines, serrés les uns contre les autres, formant trois nappes roses. Près de moi, de nombreux canards. J’aurais aimé observer les limicoles et les sternes mais il fait bien frais et je ne veux pas croiser des touristes dans ma tenue.

des milliers de flamands roses
des milliers de flamands roses

La suite de la visite est une longue croisière en voiture sous la pluie, tantôt dans les rizières, tantôt vers les plages ou à travers les agglomérations. L’une d’elles, Les Eucalyptus, est une station balnéaire fantôme, pas une voiture, volets fermés. Nous évitons Els Montells pour nous perdre dans Sant Jaume d’Enveja relié à Deltebre par un  pont sur l’Ebre. Le fleuve est accompagné par deux canaux bordés de chaussées carrossables qu’on emprunte avant de renoncer. La pluie s’abat sur nous, le paysage est monotone. Deux options s’offrent à nous : la balade en bateau (enfermées ?) ou le restaurant (ce n’est pas l’heure). La pluie a douché notre enthousiasme. Je branche le GPS. Adresse finale : Benicassim. Nous retrouvons la N-340 à Amposta.

espagne16tlf-061

A peine avons-nous quitté les Delta que les nuages se séparent, le ciel s’éclaire. Après Oropesa nous trouvons la route côtière et arrivons sur la plage de Voramar . L’eau est verte avec des vagues et les surfeurs sont nombreux attendant la vague propice pour s’élancer. Des baigneurs : aucun ! Nous avions imaginé un bon repas de poisson pour nous consoler de l’excursion ratée. Consum est fermé. Ce n’est pourtant pas dimanche ! Le 12 octobre est la fête nationale espagnole, férié comme un dimanche. La promenade au pied de la tour San Vicente est noire de monde, comme un dimanche.

Je monte en toute hâte pour m’habiller de sec et nous cuisons une tortilla aux pommes de terre – plat espagnol !

Le soleil est filtré par une couche de nuages, il chauffe assez pour faire la sieste sur les lits de la terrasse. A 16heures je retourne sur la plage : drapeau rouge, baignade interdite. Dans l’eau les pointes des planches de surf ressemblent à des gueules de requins qui menacent les baigneurs.

Desert de las Palmas (2) botanique et promenade

CARNET DE BENICASSIM

Baalade au château de Miravet
Balade au château de Montornes

 

J’avais beaucoup aimé la promenade samedi soir au coucher du soleil. Nous y revenons à la lumière du matin.

Le Centre d’Interprétation – La Bartola – se trouve dans une belle maison à étage crépie de jaune.

Arbutus
Arbutus

Le jardin est un arboretum planté des végétaux présents dans le massif : 4 espèces de chênes deux de pins, la plupart des buissons sont également étiquetés. Je reconnais le Genévrier qui a ici un port vertical, l’arbousier(Arbutus unedo) avec ses baies jaunes orange ou rouges,

laurier tin
laurier tin

le Laurier tin (Viburnum tinus)

 

 

 

 

 

le « Palmito » (Chamaerops humilis) petit palmier endémique qui a donné son nom au Désert de palmes. Je retrouve également le caroubier (Ceratonia siliqua) le Sorbier (Sorbus domestica) qu’on appelle aussi Cormier, le Pistachier Lentisque (Pistacea lentiscus) et Rhamnus alaternus le Nerprun alaterne.  Ainsi que le figuier (Ficus carica).  En revanche, Colutea arborens reste pour mi mystérieux, Google m’apprend qu’il s’appelle en français Baguenaudier (je ne connaissais que le verbe baguenauder, ne rien faire). Et bien sûr Cistus montpeliensis Cyste de montpellier et le Laurier-rose (Nerum oleeander).

Le sentier vers le château au premier plan chamaeropsis humilis palmito
Le sentier vers le château au premier plan chamaeropsis humilis palmito

A l’intérieur du centre, je reçois un très bon accueil : sur la maquette du massif, la guide me montre les promenades. La plus courte et la plus facile est celle du château de Montornes – forteresse arabe construit au 10ème siècle habité jusqu’au 15ème – peu de dénivelé, flirtant avec la courbe de niveau 400m. le sentier est très bon mais vers la fin j’ai dû m’aider des mains. Du Centre d’interprétation on peut aussi monter au sommet au pic Bartolo (729m). je regrette de ne pas avoir mon bâton de marche.

espagne16tlf-041

Déjeuner de magnifiques soles d’une fraîcheur irréprochable. Temps merveilleux, 23°C à l’ombre, et baignade dans l’eau calme encore tiède. Après midi écriture. La brochure du Centre d’Interprétation me conforte dans mon intuition : le mot « désert » doit être compris comme une retraite spirituelle loin du siècle. Pour les Carmélites, dans la contemplation et la prière. Les palmes sont les Chameropsis humilis dont les frondes forment des touffes au sol que je n’avais pas vus pensant aux hautes colonnes des fûts des palmiers-dattiers.

espagne16tlf-064

Douceur du soir. De très gros cargos stationnent au large du port de Castellon, certains sont illuminés comme des bateaux de croisière.

Morella

CARNET DE BENICASSIM

Morella
Morella

Morella a le même profil qu’Ares, en beaucoup plus grand : un piton rocheux sert de socle à la forteresse, la ville est construite à la base du rocher enclose dans des remparts entre de nombreuse tours carrées. Très touristique, la ville a organisé une ceinture de parkings à l’extérieur des murs. Disciplinées, nous laissons la voiture près d’une porte.

dscn8164-copie

La rue principale est bordée par une double galerie supportée par des colonnes de pierre.  Les étages supérieurs des maisons sont supportés par les colonnes. On  marche à l’ombre l’été et à l’abri de la pluie. Cafés et restaurants ont installé leurs terrasses. De nombreuses boutiques de commerce traditionnel ont des vitrines désuètes.

les arcades de Morella
les arcades de Morella

J’entre chez la mercière acheter des cartes postales (introuvables dans les stations balnéaires modernes). Internet a tué les cabines téléphoniques et les cartes postales disparaissent. Il subsiste encore en Espagne quelques unes, des unes et des autres. La vitrine de M. Manero toute de bois verni avec des entrelacs Art Déco attire mon attention : épicerie à l’ancienne avec jambons suspendus, bouteilles de vin et fromages variés dans des casiers. C’est ici que je vais trouver mes cadeaux : du jambon (l’épicier me le fait goûter, il est fameux)un fromage de brebis enveloppé exprès pour l’avion, un chorizo idem, et de l’huile d’olive parfumée à la truffe.

dscn8168-copie

Les autres rues sont tranquilles. En octobre, le lundi de surcroit, il n’y a pas de touristes et très peu de circulation. Je repère un restaurant proche d’un parking en face de l’entrée du château ?

dscn8172-copie

La Basilica de Santa Maria la Mayor possède deux portails gothiques ornés de très belles statues : la Porte de la Vierge et la Porte des Apôtres. A l’intérieur, un portique Renaissance orné des personnages du Jugement dernier est étonnant (sur le dépliant offert avec le ticket, j’ai lu Retrochoir ce mot m’avais plongée dans des conjectures, jusqu’à ce que je le prononce à l’anglais  et que je comprenne qu’il était à l’arrière du chœur).

espagne16tlf-052Un escalier à vis tout à fait extraordinaire porte des bas-reliefs peints en couleur sur de l’albâtre recouvert de feuilles d’or. Le retable churrigueresque est d’une richesse inouïe avec ses ors, ses angelots, ses colonnes torses et ses tableaux. Je suis tellement éblouie que j’en rate toutes mes photos (toutes floues). Beaucoup de trésors sont cachés dans cette église entre autres une icône byzantine (comment est-elle arrivée là ?) Les explications sont écrites en valencian, j’ai la flemme d’essayer de les déchiffrer. Un retable 16ème me plait bien, l’orgue 18ème baroque est bien doré.

espagne16tlf-055

Le restaurant Marques de Guilles s’ouvre en face de l’entrée du château au niveau de la rue. Les  tables sont dans un patio  sous un bel amandier. Il y a un menu gastronomique, et une carte. D’office, le patron nous fait prendre le menu du jour (12€)qui commence par un verre de vermouth avec des tapas (pain avec sauce épicée). Le choix est grand pour le premier plat, un assortiment de charcuterie et de fromage, excellent jambon pur moi. J’aurais mieux fait de prendre les croquetas morellanas, aux épinards et au fromage dans des beignets roulé dans une poudre rouge (piment doux ?)Pour le 2ème plat, des côtelettes d’agneau et pour Dominique de la morue sous une sauce tomate à l’ail accompagnée d’une énorme crevette rose. Pour dessert deux crêpes farcies de fromage de Morella sucré(et peut être d’amandes) présentées comme deux petits chaussons ornés de caramel. Après le café le serveur offre de la liqueur. Le tout pour 27€ avec les boissons. Adieux très cordiaux, le patron vient nous serrer la main.

dscn8192-copie

Pour la visite du château, comptez une bonne heure et demie.

On entre par le couvent S Francesco(1270). Du cloître,  il ne reste qu’une rangée d’arcades gothiques trilobées très légères ; dans son jardin,  les roses embaument. L’église (14ème )est très vaste, haute nef gothique, mais plafond de bois.  La nef est très claire, de grandes ouvertures allègent les hauts murs. Intérieur très sobre comme il convient aux franciscains. Seule décoration, les entrelacs des arcs.

dscn8197-copie

Au bout du cloître, dans la salle De Profundis on veillait le corps d’un moine décédé ; les autres moines chantaient le De Profundis. Une fresque représente l’Arbre de Vie- Lignum vitae – avec la figure du Christ crucifié et les Prophètes qui l’ont précédé, représentation typique des églises franciscaines. La danse de la Mort est dessinée sur deux registres. En haut, un noble, la Reine, le Roi, le Pape et un évêque se donnent la main, au dessous, un moine, un paysan, un frère dominicain, une prostituée et un enfant.

dscn8203-copie

Un cheminement conduit au château (1092m). Au premier niveau on passe devant la statue équestre d Ramon Cabrera y Grino, premier comte de Morella (1806). De hautes falaises calcaires fissurées dominent le plateau. Le sentier passe devant la Porte Ferrissa où Blasco de Alagon (1231) serait entré pour prendre le château aux Maures, on passe ensuite par la Porte à Barbacane(15ème ) qui protégeait la Porte Principale (15ème ) réaménagée au 19ème . La citerne date du 13ème , actuellement il y reste un peu d’eau. Le Palais du Gouverneur(1713) fut construit devant une caverne habitée depuis la Préhistoire. L’ascension se continue par de raides escaliers jusqu’à la terrasse de la Place d’Armes où se trouve une nouvelle citerne et des bâtiments 19ème siècle d’une architecture militaire qui a servi de prison au carliste Ortega .

Vers la montagne, sur la route de Morella , Chert, Benasal, Ares del Maestre

CARNET DE BENICASSIM

Dans la montagne Ares del Maestrat
Dans la montagne Ares del Maestrat

Le GPS a calculé 110 km et 1h40 entre Bénicassim et Morella. Nous partons  très tôt dans un matin gris, venteux et nuageux. Morella est situé à 1100m d’altitude. Craignant le froid, je sors de la valise un pantalon, un sweat et la parka. Quel temps fera-t-il dans la montagne ?

N-340 jusqu’à Oropesa, autoroute payante jusqu’à Torreblanca, une route bien roulante, mais avec des camions rejoint la CV-10 (que nous avons prise hier à Cabanes) droit vers le nord jusqu’à Sant Mateu.

Sant Mateu est un village touristique. Nous quittons la grand-route pour le voir, mais nous perdons dans les faubourgs égarées par un sens interdit dans le centre historique. Nous verrons au retour (pensons-nous).

Xert(Chert) est perché non loin de la route de Saragosse, des façades colorées, bleues, jaunes attirent notre attention. Avant de ses dérouter Dominique remarque que le village est peut être plus joli de loin que de près. Nous aurions été mieux avisées de suivre ce pressentiment. Les ruelles sont pentues, tortueuses, un véritable cauchemar. Même en rentrant les rétros, la voiture passe à peine. Quant à tourner ! Il faut que je descende vérifier qu’il n’y a pas de marches ou d’obstacle après l’épingle à cheveux. On se promet de ne pas renouveler l’expérience.

Peut après Chert, des cônes orange  barrent la route : la N-232 est coupée au Port de Querol (un col à 1000m) pour travaux, la déviation passe par Cati  ( en direction opposée, vers le  sud ouest, une bonne quarantaine de km supplémentaires). Nous quittons à regret cette route si pittoresque qui suivait- le cours d’un fleuve asséché entre des barres rocheuses et rejoignons la route C-15 de Castellon à Morella (quelle ironie !). Cette route suit encore un cours d’eau qui a creusé un canyon mais qui est à sec selon la carte. La lecture de paysage est mon passe-temps favori quand je suis passagère dans les longs trajets en voiture. Ici, de nombreux éléments me sont inconnus. La zonation de la végétation est l’interprétation la plus facile : les orangeraies sont concentrées le long du littoral en plaine et dans les lieux abrités. Dès qu’on monte sur les collines les agrumes disparaissent, oliviers et amandiers se partagent les pentes. Je suis étonnée de ces vergers d’amandiers si bien entretenus aux gros troncs épais et aux branches bien taillées. Une de mes idées préconçues était que les amandiers, arbres robustes poussant un peu n’importe où, peu exigeants pour l’eau et la température poussaient sans soin dans les endroits sauvages. Je les ai vus fleurir en Grèce ou au Maroc en montagne. C’est la première fois que je les observe alignés et élagués. Parfois on a planté dans le même verger, en alternant les rangées ou même sur une même rangée, oliviers et amandiers. En montagne, les oliviers qui craignent le gel disparaissent. Des forêts remplacent les vergers : pins et très beaux chênes. Les chênes ont été plantés. Dans les plantations récentes les chênes paraissent taillés comme des topiaires : grosses boules aplaties comme rasées au taille-haie. Quel intérêt de tailler les arbres de la forêt ? Cela doit être le port naturel des jeunes plants ?

Les noisetiers de Benasal
Les noisetiers de Benasal

Si j’arrive à m’y retrouver avec les cultures et le couvert végétal, l’hydrographie me pose de sérieux problèmes. Depuis Valence, une question me turlupine. Qu’est devenu le fleuve Turia ? De Sagunto à Peniscola, nous avons enjambé des lits de rivères à sec. C’est la fin de l’été. Les pluies d’automne n’ont pas encore redonné vie à la nature. Les fleuves espagnols ont-ils le même régime temporaire que les oueds africains ? L’eau est –elle retenue en amont dans des barrages ? A-t-elle été consommée par l’irrigation des orangeraies (il y a de minces tuyaux noirs au pied des arbres).

Nous quittons la CV-15 comme une belle pancarte nous invite à visiter le village de Benasal.

Benasal : Palais de la Mola
Benasal : Palais de la Mola

A l’entrée de Benasal, les noisetiers couvrent les pentes. « Octobre est le mois de la noisette » proclame une banderole. Une jolie exposition sur la noisette se tient à l’Office de Tourisme où une dame très aimable me fournit un plan des curiosités touristiques : le Castell de la Mola 13ème siècle qui héberge l’Office de Tourisme, un Musée archéologique et un musée Carlos Salvador ( ?). Trois belles arches soutiennent le palais gothique. Le Portal de la Mola (13ème siècle) s’ouvre dans la muraille médiévale et rappelle la tradition islamique avec son arc caractéristique. Un peu plus loin, le Forn de Dalt (13ème )est fermé aujourd’hui, lundi. L’église  a une façade baroque. Sur un mur de l’église une énorme sculpture contemporaine en ferraille commémore je ne sais quoi. En dessous, une institutrice fait cours à la classe des petits. Tandis que je m’approche, un vieil homme appuyé sur une canne vient à ma rencontre. Il s’assure que je comprends le castillan. « oui, à peu près » son élocution est brouillée parce qu’il lui manque beaucoup de dents. En introduction il me demande mon âge. « 65 » « moi, j’en ai 100 » annonce-t-il fièrement. « Où est ton mari ? » je mens : « dans la voiture, il a mal à la jambe » « moi aussi j’ai mal, mais j’ai ma canne ! » en effet, il trotte et je n’arrive pas à le semer. Il m’entraîne voir les maisons remarquables « ici, vit le curé » « ici, il y a un homme qui ne s’est jamais marié » En voilà une nouvelle intéressante !

Benasasl : maison Sanchez
Benasasl : maison Sanchez

Il me montre la maison Sanchez(qui figure sur mon plan) et qui possède une très belle entrée baroque avec des colonnes torses. On arrive à la Tour de la Prison et le Lavoir avec trois magnifiques bacs de pierre. J’aurais pu faire le tour de la muraille si mon « conférencier » me lâchait un peu. Mais il veut absolument voir mon mari et aller boire un coup au café. Impossible de le semer, il court plus vite que la randonneuse. Je grimpe dans la voiture et le plante tout net. Nous démarrons sans achever la visite de Benasal.

Ares del Maestrat ; terrasses
Ares del Maestrat ; terrasses

La route franchit le Col d’Ares (1173m). En face, sur un sommet à 1326m s’accroche le village d’Ares del Maestre. Un gros piton rocheux porte les restes du château tandis que les maisons blanches du village s’entassent sur l’épaulement sous le château. La place du village vaste et carré, a deux bâtiments remarquables un hôtel en rénovation et  l’Hôtel de ville au dessus d’arcades ressemble à celui de Benasal. Une statue en ferraille de Jaume 1er (encore lui !) garde la porte.

dscn8149-copieLa grande église baroque a de belles colonnes torses à la base entaillée de putti joufflus et de motifs végétaux. Une promenade conduit à la grotte qui est à la base du château (hélas fermée à la visite le lundi).

chateau sur la grotte habitée depuis la Préhistoire
chateau sur la grotte habitée depuis la Préhistoire

Le sentier en colimaçon monte à une belle terrasse d’où le panorama dégagé s’étend sur les flancs de la montagne découpés en terrasses renforcées par des murettes découpant le relief comme des courbes de niveau sur une carte topographiques ou une maquette, il y a bien peu de végétation, paysage minéral. Des sentiers balisés pour les randonnées mènent à des moulins. Le site comporte aussi des restes d’Art rupestre de la Préhistoire renommés (encore fermé le lundi !). Arès nous a réservé une belle surprise même si nous ne nous sommes pas attardées.

La route descend dans la large vallée du Rio Torre (pas plus d’eau que dans les autres rivières). Cependant le relief y est adouci, les collines sont plus molles, les champs plus plats et plus vastes. Des bovins paissent dans des pâturages desséchés. Le blé d’hiver a déjà levé et les champs sont verts. Nous remontons dans d’autres montagnes avant d’arriver à Morella;

Benicassim – Via Verde – villas

CARNET DE BENICASSIM

entre Bénicassim et Oropesa
entre Bénicassim et Oropesa

Un « chemin vert », piste cyclable et piéton relie Benicassim à Oropesa sur le tracé de l’ancienne voie ferrée sur 5.5km.

Il commence au bout de la corniche et de l’avenue Jaume 1er à proximité de l’Hôtel El Palasiet. Un pont ferroviaire en marque l’entrée. La piste emprunte une tranchée taillée net dans la roche.

Piste cycliste sur le trajet de la voie ferrée : tranchée
Piste cycliste sur le trajet de la voie ferrée : tranchée

Des panneaux botaniques jalonnent le parcours. Ils m’amusent d’autant plus qu’ils mentionnent le nom scientifique et la famille. Au début la piste est enfermée dans la tranchée, on ne voit la mer que par des échappées.  On traverse un bois de pin. La côte est très proche avec de beaux rochers rouge battus par les vagues.

espagne16tlf-045Deux tours, une carrée et une ronde sont sur le parcours. Il y a beaucoup de monde, surtout des vélos. Les cyclistes de club avec maillots, casques et cuissardes, foncent. On ne les entend pas arriver. Il faut être attentif avant de traverser la piste. Des familles roulent sans se presser. Les joggers doublent les marcheurs, certains équipés de bâtons de marche nordique. le parcours est plus sportif que touristique mais bien agréable.

A l’entrée du long tunnel de 600m, certains joggers empruntent un sentier qui monte au flanc de la colline. J’aurais été bien inspirée de les suivre. 600m de tunnel, quelle pénitence ! Sur le topo-guide il était précisé qu’il fallait se munir d’une torche. Peut être dans le noir cela aurait été plus amusant, ma lampe de poche est inutile ; la galerie possède un éclairage électrique.

La sortie du tunnel se fait au dessus de la marina d’Oropesa puis je passe la belle plage de la Concha bordée de palmiers, de restaurants d’immeubles assez neufs et assez chics. En face un très haut, très rectangulaire, très massif, immeuble gris vert écrase tout. Au bout les deux tours las Vegas ont au moins 10 étages. Ce n’est pas tout. A l’arrière du front de mer, toute une ville de béton vétuste forme un ensemble déprimant. Sur la côte, encore une tour ronde et un phare.

9 octobre
9 octobre

Après avoir fait trois fois le tour (on a oublié le GPS) nous sommes arrêtées par une procession : des chevaux, des tambours ; des Templiers, des Sarrazins, des femmes voilées, d’autres médiévales….ils rejoignent la tente blanche de Jacques 1er. L’assistance fait silence : « Au nom du roi Jacques 1er, comte de Barcelone, Comte de Montpellier, roi d’Aragon… ». Toute l’assistance écoute religieusement mais personne ne se pousse pour me laisser faire une photo. Le discours est longuet, personne ne bouge, ni paysan, ni templier, ni sarrasin, ni cheval.

espagne16tlf-048

La direction de Benicassim est bouchée par la fête. Nous nous dirigeons au jugé. Nous suivons l’avenue de Benicassim qui logiquement devrait nous y conduire. Pas du tout : elle aboutit sur la N-340 mais en direction du nord. Impossible de la couper et même de faire demi-tour. On dépasse Oropesa (d’où on vient)  à la première sortie, fléchée Cabanes on la quitte. Impossible de retrouver la N-340 vers le sud. Sur la carte, il y a bien une petite route vers un château dans le Desert de las Palmas. Le château perché a fière allure ;  il semble se dissoudre dans le paysage quand on l’approche et nous ne le reverrons plus. En l’absence du château il y a une source fuente Metivet « tu veux t’arrêter avec tous ces gens ? » Présenté comme cela, la réponse est non. Pourtant nous aurions bien dû leur  demander notre chemin. Cabanes est très loin. Il faut se souvenir que la région est montagneuse et peu peuplée,  les villages sont très éloignés et les route ne passent pas par les sommets. On a parcouru 80 km au compteur, pris trois autoroutes, dépassé Castellon. Tout ce détour alors que j’avais fait 5 km à pied !

Tour saint Vincent et plage
Tour saint Vincent et plage

Entre la tour Saint Vincent et l’extrémité de la plage, il y a 2.3 km sur le sable ou sur une très belle promenade piétonne plantée de palmiers, le long de très belles maisons, de jardins et de haies fleuries en face de plages de Torre San Vicente l’Almadrava et Voramar. Dès 1887, on a construit  les  premières villas sur le front de mer de plain pied, orientées vers la mer avaient un porche donnant sur le jardin. La vie sociale s’organisait selon deux pôles, la Cour céleste qui se caractérisait par la tranquillité de ses veillées, l’allure modeste et le nom de saintes (villa Santa Cristina, Villa Sofia, Villa Marina, Carlotta, Maria del Carmen…et « l’Enfer » où des soirées trépidantes se déroulaient dans un cadre luxueux.

villa luxueuse
villa luxueuse

La villa Solamar, construite du côté cour Celeste fit scandale par les statues de nus, que le Directeur des Beaux Arts de Valence, pour plus de pudeur, eu l’idée de retourner ce qui valut à sa maison le surnom de la villa des culs. Un code strict régissait les bains de mer : le décalogue des baignades.

Villa solamar
Villa solamar

Ces villas eurent des visiteurs fameux, des peintres, des écrivains…Au début de la Guerre Civile un changement radical s’opéra dans la fréquentation des villas avec la fuite des propriétaires et l’arrivée des brigadistes qui les ont converties en hôpitaux, cantines, bibliothèques et centres de réunion. La grande Villa Amparo de style colonial américain, fut aussi le lieu de l’histoire d’amour entre Hemingway et Marta Gelhorn, Dos Passos et Cartier Bresson y résidèrent aussi.

Villag Amparo
Villag Amparo

Il n’est pas facile de faire des photos des maisons privées cachées derrière d’imposantes grilles ou des jardins, je manque aussi de recul. Certaines sont devenues des restaurants et sont plus accessibles.

espagne16tlf-059

Le Désert de las Palmas

CARNET DE BENICASSIM 

espagne16tlf-044
Benicassim vu de la montagne

Déjeuner de gala : crevettes roses et avocat sur la terrasse.

Nous descendons les stores pour faire de l’ombre sur la terrasse. Sieste avant la baignade.

Les épis brise-lame de la plage de Bénicassim, sont en forme d’équerre perpendiculairement à la plage. Ils dessinent des piscines très calmes et très sûres pour se baigner. Je compte mes allers-retours. Cela m’amuserait d’aller jusqu’à la bouée jaune plus loin vers le large et je me méfie un peu.

Le vieux monastère
Le vieux monastère

Vers 17h30 nous gagnons le Désert de las Palmas. Nous voulons voir le monastère au coucher du soleil. De Désert il faut comprendre le sens religieux plutôt que géographique, la montagne est couverte d’un maquis florissant pas du tout désertique. Le nombre de couvents, ermitages, églises est impressionnant. Las palmas est encore plus étonnant. Le littoral est bordé de nombreux haut palmiers, je n’en vois pas l’ombre d’un dans la montagne.

De Benicassim, on remarque un pic pointu aux chicots d’un beau rose. Après avoir traversé l’autoroute et la N-340 on arrive dans une montagne couverte d’une végétation méditerranéenne avec des Pins maritimes, des Lentisques pistachiers (Pistacia lentiscus) que j’affectionne particulièrement, quelques caroubiers (Cératonia siliqua) avec leurs gousses qui pendent, des arbustes desséchés, des Cistes et des Genets. Dans un creux se trouve le monastère précédé de  toutes sortes de ruines avec même une colonnade énigmatique.

espagne16tlf-042

La route tournicote, monte en lacets, court sur une arête, s’élève encore puis surplombe le vieux monastère. D’un parking, une piste y descend, bordée de petites chapelles minuscules que je prends pour un chemin de croix. Au pied du monastère : un verger d’amandiers.

Un peu plus loin, sur un épaulement, le monastère des Carmélites dont on peut visiter l’église et un petit musée ou acheter la liqueur qui y est confectionné. Il est trop tard pour faire la promenade jusqu’à une belle tour. Le chemin est bien fléché (1km). Au sommet on voit une grande croix, encore une église, un ermitage ; Pas très désert ce désert !

Bénicassim, en octobre, pendant la semaine est peuplée de retraités ;pour le week-end sont arrivées de Castellon, de Valence,ou de plus loin, des familles avec enfants, des groupes de jeunes gens, des motards. Ce n’est pas la cohue de l’été mais la corniche et les restaurants sont bien animés. Ce mélange de générations me plait. Demain, 9 octobre, la Communauté de Valence fête l’entrée de Jacques 1er dans Valence. Ce soir quelques feux d’artifices éclatent. Curieusement on n’a pas choisi de les tirer sur la mer.