Delta de l’Ebre sous la pluie

CARNET DE BENICASSIM

rizière et musson : des accents durassiens
rizière et mousson : des accents durassiens

 

Les averses prévues entre 8h et 10h qui ne nous avaient pas dissuadées du voyage.

85km par la N-340 jusqu’à Sant Carles de la Rapita.

Nous connaissons la route jusqu’à Benicarlo. Autour de Benicarlo les cultures maraîchères (artichauts choux et salades) remplacent les vergers. La pluie s’invite lorsqu’on remonte vers le nord et qu’on atteint la Catalogne. A l’entrée de Sant Carles de la Rapita nous quittons la grande route devant la cimenterie et suivons ls écriteaux « Delta de l’Ebre »sur une route côtière qui traverse des quartiers balnéaires vides et un peu sinistres sous la pluie. Sans descendre de voiture nous voyons le port de pêche, (important mais fermé aux visiteurs) la marina (gros bateaux et très beaux voiliers).

dscn9491-copie

La route du Delta, étroite,  passe dans les rizières où il reste des chaumes jaunes, parfois verts, rangées séparées par des sillons larges et profonds. Les oiseaux sont au rendez-vous, innombrables goélands, aigrettes blanches et parfois hérons cendrés. La pluie forcit. A travers les vitres de la voiture on ne peut pas prendre de photos. Je tente une sortie jusqu’au coffre pour extraire ma parka. Les rizières sous une pluie de mousson, je pense à Duras, au Vietnam, au Cambodge  Un Barrage contre le Pacifique….Au delà des rizières on devine les vagues de  la Méditerranée sans savoir où commence la mer, où finit la terre. Sur la carte, une langue de terre emprisonne une lagune.

Où finit la terre? Où commence la mer?
Où finit la terre? Où commence la mer?

Un écriteau « MonNatura » nous emmène à une maison longue et basse couverte de tuile : un petit musée du sel et de la pêche. Dans la boutique, un jeune homme me renseigne en Français « sous la pluie, la visite sera difficile ». je lui demande s’il y a des chances pour que le temps s’améliore. Il tourne l’écran de son ordinateur et me montre les précipitations : un déluge sur le delta. Il semble que tous les nuages se soient déversés sur nous. Puisque je veux quand même visiter je dois acheter le ticket (8€prix normal/6.90 réduit) qui me donne le droit de suivre le parcours extérieur fléché entre bacs et œillets. Je ne vois aucun cristal se former. On dirait un modèle réduit de saline, une sorte de grande maquette. Je suis un peu déçue, j’ai présent en mémoire, le merveilleux musée du  sel De Salinas del Carmen à Fuerteventura.  Pour les pêcheries, 4 barques à fond plat, des filets, pas trop crédible…

dscn8231-copie

Par beau temps, cela aurait peut être été différent. Un livret en français plastifié est disponible mais je ne prends pas mon temps sous le déluge. Sous le soleil, j’aurais guetté les oiseaux dans l’affût aménagé dans une maison de pêcheur. J’aurais pris plaisir à la promenade. Aujourd’hui, je marche en crabe parce que la pluie tombe de côté, je cache l’appareil photo dans ma manche et retourne en courant à la voiture. J’ôte la parka, le short et monte le chauffage pour me sécher. Je me retrouve en culotte et en T-shirt et c’est dans ce costume minimaliste que je monte à un affût au dessus de l’étang où sont rassemblés les flamands roses. Il y en a des centaines, serrés les uns contre les autres, formant trois nappes roses. Près de moi, de nombreux canards. J’aurais aimé observer les limicoles et les sternes mais il fait bien frais et je ne veux pas croiser des touristes dans ma tenue.

des milliers de flamands roses
des milliers de flamands roses

La suite de la visite est une longue croisière en voiture sous la pluie, tantôt dans les rizières, tantôt vers les plages ou à travers les agglomérations. L’une d’elles, Les Eucalyptus, est une station balnéaire fantôme, pas une voiture, volets fermés. Nous évitons Els Montells pour nous perdre dans Sant Jaume d’Enveja relié à Deltebre par un  pont sur l’Ebre. Le fleuve est accompagné par deux canaux bordés de chaussées carrossables qu’on emprunte avant de renoncer. La pluie s’abat sur nous, le paysage est monotone. Deux options s’offrent à nous : la balade en bateau (enfermées ?) ou le restaurant (ce n’est pas l’heure). La pluie a douché notre enthousiasme. Je branche le GPS. Adresse finale : Benicassim. Nous retrouvons la N-340 à Amposta.

espagne16tlf-061

A peine avons-nous quitté les Delta que les nuages se séparent, le ciel s’éclaire. Après Oropesa nous trouvons la route côtière et arrivons sur la plage de Voramar . L’eau est verte avec des vagues et les surfeurs sont nombreux attendant la vague propice pour s’élancer. Des baigneurs : aucun ! Nous avions imaginé un bon repas de poisson pour nous consoler de l’excursion ratée. Consum est fermé. Ce n’est pourtant pas dimanche ! Le 12 octobre est la fête nationale espagnole, férié comme un dimanche. La promenade au pied de la tour San Vicente est noire de monde, comme un dimanche.

Je monte en toute hâte pour m’habiller de sec et nous cuisons une tortilla aux pommes de terre – plat espagnol !

Le soleil est filtré par une couche de nuages, il chauffe assez pour faire la sieste sur les lits de la terrasse. A 16heures je retourne sur la plage : drapeau rouge, baignade interdite. Dans l’eau les pointes des planches de surf ressemblent à des gueules de requins qui menacent les baigneurs.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s