Matera : Sasso Barisano – Louise Manzon à San Pietro in Barisano

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

Monastèero di San Augustano

Agréable déjeuner à la pizzeria Austin très bien située sur une place en face du monastère de San Augustino (16ème – 17ème) avec une vue dégagée sur les sassi, pas de pizza pour nous mais baccala avec des poivrons séchés (plus pour le décor que pour le goût, ils sont si secs qu’ils sont immangeables et pour moi des spaghetti avec cime de rapa (légume intraduisible, avec des feuilles et fleurs de navet ressemblant à des brocoli) de petits morceaux de saucisse et les poivrons rouges secs.

Bien sûr, j’entre dans San Augustano qui a une très belle façade mais un intérieur blanc assez sobre et un bel orgue. Surprise : une église rupestre se cache à l’arrière de la grande église ; Elle est peinte à fresques mais récentes et assez décevantes.

La troisième église du billet collectif acheté hier est San Pietro in Barisano. D’après le plan, elle est tout près du restaurant. Malheureusement le plan n’indique pas le relief, je monte beaucoup trop haut sur la via Cesarea (Internet me réservera la surprise d’apprendre que San Basile était évêque de Césarée et depuis que nous sommes en Basilicate il est beaucoup question de moines basiliens) . De la via Cesarea je vois la pointe du clocher de San Pietro In Barisano qui semble me narguer. Je vois l’église, adossée à son rocher ; mais comment descendre ?

La Vierge de la consolation veille sur Mare Nostrum

L’église rupestre est vaste, aussi haute de plafond qu’une église construite. L’église primitive 12ème -13ème siècle a été agrandie et remaniée au 15ème , 16ème et 18ème siècle. On a creusé des chapelles latérales et la façade est de 1755. A l’intérieur on peut voir de nombreuses fresques, des autels sculptés et une jolie Vierge de la Consolation en tuffeau. Cet après-midi, après les visites du matin aux églises rupestres, ce ne sont pas les fresques qui retiennent mon attention mais une installation contemporaine de la Brésilienne Louise Manzon les sculptures sont soit en céramique, soit métalliques, les têtes de céramique se marient avec les matériaux de l’église.

Cette installation se nomme Aion nei sassi

« selon les Grecs ancien, pour indiquer l’heure, il y avait Aion, kronos et Kaïros »

Aion suppose la longue vie, l’éternité, la migration des femmes (et des hommes) mais ce sont les femmes qui sont représentées ici

« Un groupe de reines habillées par des vagues, emprisonnées dans une armure »

Ces reines africaines règnent au milieu de la nef.

Sur un cartel je lis Anime in attese (céramique, filet métallique) avec ces réflexions : « l’Attente est la condamnation du clandestin, l’Attente est patience sans se rendre. « 

1

Environ 120.000 ans : une femme en robe de mariée métallique, laiton, or ou cuivre, elle est très belle c’est probablement elle qui symbolise Aion, elle est très belle. Une autre, vêtue de noir a pour titre « peur d’espérer «

Ces mots résonnent en moi, comme les sculptures dans l’église.

Devant un autel, sous la Vierge et l’enfant, la sculptrice a installé trois poissons de céramiques, dans un ensemble Mare Nostrum, il mito parmi les trois poissons Scilla, nous en revenons avec l’évocation de l’Odyssée.

Cette exposition ne marie tellement bien avec les lieux, elle me parle, me voici réconciliée avec Matera 2019 qui n’est pas seulement l’arrivée en masse des touristes dans des « lieux touristiques » mais aussi un tremplin et un écrin pour une création contemporaine exigeante. Me voici comblée quand je découvre une installation inspirante.

Matera – Visite guidée des Sassi, Castello Tramontano

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

Sassi

Rendez-vous à 9h30 sur les marches du Palais Lanfranchi. Le conférencier fait une introduction, situe la ville et sa gravine dans une structure géologique karstique. La roche est une calcarénite facile à travailler qu’on appelle aussi tuffo (rien à voir avec le tuf volcanique). Les moines basiliens construisirent 150 églises rupestres.

L’une des caractéristiques les plus intéressantes de la vie d’autrefois et qui a valu l’inscription de Matera au Patrimoine de l’Humanité  , est le système de récolte de l’eau de pluie avec des citernes et des terrasses favorisant cette récolte.

La récolte de l’eau : casa cisterna

Au 19ème siècle, Matera était comme une fourmilière. Des milliers d’hommes vivaient avec les animaux dans des conditions d’hygiène déplorable. C’est à la suite de la publication du livre de Carlo Levi que l’Italie s’émut de cette situation. En 1945, on a dit de Matera que c’était une honte nationale. 

La loi Gasperi 1952 préconisait l’évacuation des habitants des sassi et leur relogement dans des habitations décentes. Les transferts de population se firent dans les années 60. Pendant 30 ans on assista à la dégradation du site jusqu’en 1993 avec l’Inscription du site au patrimoine de l’Humanité. Aujourd’hui, le projet est plutôt de faire revenir les habitants en promouvant des activités commerciales et touristiques.4000 personnes se sont établis. Des anciennes citernes, on a fait des spas, des jacuzzis… Matera 2019 Capitale de la Culture Européenne, a dopé cet essor du tourisme.

La promenade nous conduit dans la rue principale, la seule rue carrossable des sassi. Elle ne date que de l’époque de Mussolini. Avant un torrent divisait le quartier. On y jetait les eaux usées et les ordures. La  via Ponte caveoso a gardé le souvenir d’un pont qui le franchissait.

La récolte de l’eau : vasques et citernes

Une maquette montre que la roche était creusée comme un gruyère, des structures verticales montre comment l’eau de ruissellement était captée. Une Casa Cisterna, meublée comme dans les années 50 laisse voir deux grosses citernes rondes et les conduites de la récolte d’eau. Il y avait également un petit moulin et on peut voir la mangeoire des animaux au fond de la grotte.

Comme nous sortons de la grotte, toues les cloches se sont mises à sonner ensemble en un parfait carillon. Nous montons ensuite au rocher Monterrone pour visiter les deux églises rupestres Santa Madonna dell’ Idris et San Giovanni Monterrone que j’avais découvertes par moi-même hier.

A la fin de la promenade à la boutique de l’Agence qui a organisé la visite et qui offre une dégustation des produits locaux. Autant la promenade en touktouk m’a déçue autant je suis ravie de cette visite guidée passionnante.

P1000905
Castello Tramontano

Nous ne voulons pas quitter Matera sans voir de près le Castello Tramontano qui  couronne la colline au-dessus de la ville. Construit en 1501 par le Comte Tramontano sa construction fut interrompue par l‘assassinat de Tramontano détesté de la population en 1514. C’est une courte mais agréable promenade.

Par les Sassi de Matera

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

Matera : Monterrone

A 17h30 nous avons rendez vous avec notre chauffeur de touktouk de Apenelsassi, organisateur de circuits touristiques dans les sassi Ape l’abeille, fait référence à vespa, la guêpe, puisque l’engin est motorisé par une sorte de scooter. Au guidon, Noémie, étudiante très cool mais peu causante. J’attendais une visite guidée. Elle nous promène par la via Castelnuovo, dans le Sasso Cavuoso. Le touktouk fait des écarts pour éviter nids de poules et rigoles.

Casa grotta

Arrêt devant une casa-grotta (maison reconstituée, attraction touristique). Un petit film d’introduction dure 3 minutes, un rideau s’ouvre, je découvre la salle meublée, la cuisine le grand lit, trois marche lus haut le coin des animaux, l’âne, les cochons, quelques poules, derrière un rideau le seau hygiénique, entre les deux salles, la citerne de récupération des eaux de pluie. D’après les outils entreposés, je déduis que les habitants étaient des paysans ; l’histoire ne dit pas où se trouvaient leurs champs ; je pense à la fresque de Carlo Levi, je les imagine rentrant des champs avec l’âne…Où était donc le chemin passant la gravine ? La jeune fille qui a mis en route la vidéo dit juste « 3 €» encaisse sans m’adresser un mot, sans un regard, elle peint à la chaîne la crête rouge de coqs blancs. Je me sens flouée. Matera 2019 attire des foules de touristes qu’on plume sans aucun complexe. 60€ pour une heure de touktouk, service minimum, tourisme à la chaîne, souvenirs moches. Le site est magnifique mais il ne faudrait pas abuser.

Par les sassi

Le touktouk va, bringuebalant, dans le Sasso Barisano, arrive sur la place de la Cathédrale – arrêt photo de 2 minutes seulement. Sommes-nous en retard sur l’horaire ? Nous avons le sentiment mitigé de ne pas en avoir eu pour notre argent.  On s’attendait à une visite guidée, pas à un taxi. Mais c’était la seule façon pour Dominique de pénétrer dans les Sassi.

toukouk : ape nell sassi

18h35, 25°C(10° de moins qu’hier), lumière idéale pour les photos. Je suis impatiente de repartir pour découvrir par moi-même Matera qui est une ville qui se visite à pied. Je reprends la rue Castelnuovo qui passe sous nos fenêtres, suivant un parcours fléché, j’arrive sur la corniche dominant la gravine. Les grottes sont barrées simplement de quelques planches ou par des portes de fer. Cette zone non restaurée est notée Zone archéologique. Au bout de la corniche un monastère :  convincio Sant’Antonio – fermé. Je monte des marches, dévale des escaliers et m’aperçois que je suis sur un chemin de croix, Via Crucis (les stations sont indiquées). Une église superbe est encore ouverte : Santa Lucia alle Malve (pas vu les mauves) . Pour 7 €, un ticket donne accès à trois églises. J’ai de la chance : l’église est vide. J’ai donc le loisir de contempler les fresques de cette église creusée dans le rocher 9ème siècle utilisée par les bénédictines dont les cellules du monastère étaient dispersées dans les grottes aux alentours jusqu’en 1283. Forte de mon expérience de jeudi à S Falcione, j’essaie de retrouver le plan d’une église grecque et l’iconostase (d’après le papier, il en reste des traces. Cette église a été habitée, les plans originaux sont difficilement lisibles. Les colonnes auraient été transportées dans la cuisine. Je m’attache à observer les fresques (photos interdites), Vierge allaitante 13ème siècle, Saint Michel, Saint Nicolas, Saint Jean Baptiste, que je reconnais mais aussi des inconnus ? Comme à saint Falcione, il y a un mélange d’éléments byzantins et latins.

A la recherche de la Madonna dell’ Idris

Mon ticket est valable pour la Madonna dell’ Idris. Je dois la trouver avant le coucher du soleil. Je passe par un dédale de courettes. Un homme, à la fraîche, arrose ses lauriers-roses et ses dipladenias (qui ne craignent rien, ni froid, ni chaud ni sécheresse). Sur les murs il y a aussi des touffes sauvages, genre de brassicacées (crucifères) bleues, toujours pas de mauves malgré Sainte Lucie, des buissons de câpres fleuris. Des rochers comme des chicots, délimitant des patios. Je cherche à faire des photos, pas facile de trouver des angles.

A la Madonna dell Idris, j’ai moins de chance : la grotte est bondée. Consolation : ces touristes ont un conférencier qui explique très bien. Ce nom Idris n’a rien à voir avec le prénom arabe, Idris, c’est l’eau (l’Italien supprimant les h des mots grecs,  je ne les identifie plus). Sur le tableau au-dessus de l’autel, la Madone a un broc que le guide montre avec son stylo-laser (seule je ne l’aurais pas vu). Le nom ne vient pas de ce détail mais des vasques et citernes ; Le maître-autel en marbre blanc réalisé en 1804 encombre et empêche de bien voir les fresques. Un passage fait communique cette église avec une autre église rupestre San Giovanni in Monterrone. Le guide montre un Christ Pantocreator. De nombreuse fresques sont en cours de restauration. La restauration doit être bien compliquée avec les palimpsestes, images superposées au cours des siècles, par exemple cette Vierge avec sa robe ample qui a le visage barbu de Saint André. Si une fresque en recouvre une autre, laquelle privilégier ? la plus ancienne ? la plus belle ? A la place où devrait se trouver l’autel il y a une mangeoire. L’église a servi d’habitation, les hommes vivaient avec leurs animaux.

Je suis, complètement désorientée. A force de tourner dans les courettes, de rochers en escaliers, je n’ai plus aucune idée de la direction à prendre pour rentrer. Je monte à l’aveuglette des marches, passe sous des arches. Enfin je trouve le Palais Lanfranchi et la  Via Lucania. Il y a même un supermarché pour les yaourts du dîner et des fruits excellents chez le marchand de fruits et de verdure !

 

Carlo Levi : Lucania’61

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

Carlo levi : lucania61

Le Palazzo Lanfranchi est Le Museo nazionale d’Arte Medievale e moderna

Les animations de Matera 2019 s’y sont aussi installées si bien que seul le rez de chaussée est ouvert à ceux qui n’ont pas pris le passeport Matera 2019.

Cela ne fait rien, une seule œuvre va me combler Lucania61’ de Carlo Levi très grand tableau peint (18.50mx3.20m) peint à l’occasion du Centenaire de l’Unité Italienne, fresque immense en trois tableaux, avec de nombreux personnages. Mario Soldati, Guttoso, dans plusieurs vidéos passionnantes, analysent l’œuvre. Guttoso compare Lucania61 à un opéra de Verdi, en effet le tableau en a le lyrisme et le panache. On peut découper en trois parties, trois actes. Trois paysages : la caverne (comment ne pas penser aux sassi ?), le retour des paysans au village (on pense à Aliano et à son livre Le Christ s’est arrêté à Eboli), l’assemblée sur une place de la ville autour du poète Rocco Scotellaro (la ville, la politique).

Carlo Levi : Lucania61, dans la caverne, le passé, la mort

Trois âges : le passé et la mort, le présent et le travail des paysans, l’avenir et la lutte politique en vue d’un meilleur futur. L’enfer, la vie misérable dans la caverne avec les animaux, la misère et le deuil. Le retour des champs des paysans : le purgatoire et la dure condition paysanne.

Le retour des champs, comme une fuite en Egypte,

le paradis que promet le poète….

Je pourrais rester des heures devant ce tableau, chercher les détails que l’auteur a cachés, décrire les couleurs, découvrir dans l’ouverture de la grotte verte les tombes du cimetière. Dan le village aux maisons blanches détailler chaque femme qui nourrit ses enfants, comparer le retour des paysans sur l’âne à une fuite en Egypte….

L'avenir, autour du poète, l'action politique?

Si bien éblouie que je regarde presque avec indifférence les tableaux de Luigi Guerricchio , peintre de Matera qui aurait mérité plus d’attention.

Arrivée à Matera (1)

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

Matera

Matera avait surgi comme un miracle au Belvédère du parc de Murgia. En arrivant de Metaponto, on se retrouve sur le plateau et, on entre par la ville moderne pour rejoindre le centre rapidement. Matera n’est pas une ville facile pour les automobilistes. Notre chambre d’hôte, Alberosa, est Via Lucana, une artère bien roulante qui contourne la ville historique, accès et parking facile. Sa fenêtre et le petit balcon s’ouvrent sur la Via Castelnuovo, faisant allusion à des maisons « neuves » au 16ème ou 17ème siècle , appartenant déjà à la ville historique. Nous avons de la chance, il reste une chambre au rez-de-chaussée, toute blanche, proprette, simple mais très confortable. Notre hôtesse nous organise deux excursions, l’une cet après midi en touktouk, la seconde demain matin à pied.

J’aime bien apprivoiser une ville, me repérer sur un plan, avant de l’étudier plus avant. Le matin, nous avons essayé d’aller le plus loin possible avec la voiture. Nous avion fixé comme but la Casa Ortega dont nos guides font une description très tentante. D’après la carte, c’est facile avec le nom de la rue confié au Navigatore. Nous demandons aux passants « c’est dans les sassi ! »Impossible d’accéder en voiture, le Navigatore de la voiture n’est d’aucune utilité ! La présence des voitures portant une carte « handicapé » est tolérée mais il faut téléphoner au numéro inscrit sur le panneau. Selon les Italiens, il n’y a pas de problème. Le problème c’est qu’on ne tombe pas sur un policier au commissariat mais sur une boîte vocale. Déjà en français, les boîtes vocales, je n’aime pas trop mais en Italien c’est mission impossible. La voix artificielle me demande des détails sur la date d’obtention de la carte….J’espère que nous n’aurons pas de mauvaises surprise au retour. Les contraventions nous suivent. C’est cela aussi l’Europe !

Un bar dans un monastère?

La Casa Ortega est introuvable. Je descends demander de l’aide dans un bar situé au Monastero de Santa Lucia le serveur nous recommande de nous gare près de la montre molle (en face de l’Exposition Dali) et de monter l’escalier. Aucune indication visible ! Dans ce coin, les sassi sont bien restaurés mais transformés en B&B ou en restaurants. Je ne croise que des touristes ou des commerçants affairés. IL y a beaucoup de jolies terrasses, j’y déjeunerais volontiers, mais comment faire avec toutes ces marches ?

San Pietro caveoso

Nous continuons la promenade en voiture jusqu’à la Piazza San Pietro Cavenso. Panorama spectaculaire, arrêt photo. L’église est très belle. Le plafond est peint. Encore des fleurs pour un mariage. On se marie beaucoup à Matera, on vient même du Luxembourg pour s’y marier, comme l’a raconté le guide, l’autre jour.

le plafond peint de San Pietro

Pour déjeuner nous retournons au bar installé dans les ruines du Monastère Sa Lucia. Au menu, bruschetta, panini au pain de Matera. Nous commandons deux panini, roquette, pecorino et moi jambon- provolone. Des tranches en forme de cœur, l’intérieur d’une belle croute craquante, un pain dense, un peu jaune, délicieux. Et bien, sûr un espresso !

Policoro : deux villes antiques Siris et Herakléia –

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

Demeter

Comment est-il possible que le Guide  Vert et Geo ignorent le site d’Herakeia et surtout le vaste musée de Policoro  et que le Guide Bleu le cite en passant?

D’habitude, nous consacrons le dernier jour de la semaine à des révisions ou au farniente à la plage. Policoro ne figurait pas à nos plans de visite.

Le Museo Archeologico Nazionale della Siritide – Policoro est vide de touristes, une délégation d’archéologues roumains fait une visite (une recherche sur Internet m’apprend que le fondateur de ce musée en 1969 était Dinu Adamesteanu roumano-italien). J’ai le musée pour moi toute seule !

la Gande Grèce sites de Siris et d’Héraclée

Une gravure ancienne illustre les premières découvertes de la ville d’Hérakleia en 1732. Voyage pittoresque et la Description des Royaumes de Naples et de Sicile, l’abbé Saint Non décrit le site. La réforme agraire de 1960 donne lieu à des photographies aériennes qui sont exploitées lors de la campagne ou fouilles archéologiques de 1965 à 1973.

Préhistoire

Comme d’habitude, je passe un temps infini à étudier les cartels traitant de la Préhistoire : la région fut peuplée dès la fin de la glaciation vers -10.000 ans . Au Néolithique de 6000 à 4000, agropastoralisme. Les céramiques portent des motifs géométriques.

Age de Bronze

Les échange avec les civilisations mycéniennes apportent de nouvelles technologies  et les cultures de l’olivier et du blé.

Grande Grèce

Deux villes se sont succédées sur le site de Policoro : Siris et Hérakleia

Siris fut fondée par, après  Grecs d’Asie Mineure au 7ème siècle après un siècle de prospérité elle fut soumise par la colonisation des Achéens et incluse dans le territoire de Sybaris. Hérodote et Strabon évoquent l’histoire de Siris et sa destruction par la coalisation des Colonies de Grande Grèce : Crotone, Sybaris et Métapunto.

amphore et bâtonnets de plomb

Dans une vitrine : une amphore contenant 102 bâtonnets de plomb et des outils de bronze.

Coutumes funéraires : les ossements et les cendres étaient mis dans de grosses amphores de fabrication locales ou importées, les importations étaient parfois aussi lointaines que Milet, Chios, Rhodes ou Chypre.

La déesse de Siris était une divinité féminine dédiée aux sources. A la fondation d’Hérakleia, elle sera assimilée à Demeter.

Herakléia fondée en 433 av. JC  après la destruction de Sybaris. Selon Strabon, Hérakleia devint le port de Siris. L’acropole (que l’on peut visiter) était très peuplée. A sa base coulait le fleuve Varatizzo et les sources où se trouvaient les lieux de culte de la déesse de Siris. On construisit le temple de Démeter et celui de Dionysos.

En 374 av. JC Herakleia prit la tête de la Ligue Italiote pour combattre les populations indigènes, les Lucaniens, et plus tard Rome dans la Seconde  Guerre Punique (212 av JC)

Herakléia était une cité riche, un centre artisanal important avec des potiers (Divers objets en terre cuite : tanagras, bas-reliefs et moules pour les reproduire) et des joaillers, bijoux très finement ouvragés (boucles d’oreilles, colliers, camées sont été retrouvés dans des « trésors » des pièces de monnaie).

Dans la salle Espace public & lieux de culte, on présente les temples de Déméter et de Dyonisos .

Le temple de Déméter était près du fleuve. Une série de terrasses créait une impression visuelle d’architecture et un chemin cérémoniel. Sur els terrasses on faisait des libations.

Des Tables de bronze d’Héraklée ont été découvertes en 1732.

Ces tables ne sont pas visibles au Musée de Policoro . Comme c’est une découverte majeure, on en présente une photographie et le texte est traduit en italien et en anglais. Le texte présenté ici représente un contrat très détaillé, où il est question de chemins au-dessus de Pandosia séparant les Terres de Dyonisos (celle du temple) et celle de Koneas fils de Dion. On y détaille les vergers, broussailles et terres arables. C’est une source d’informations considérable en ce qui concerne la vie économique de la cité.

Dionysos

La tomba del Pittore di Policoro est un important complexe funéraire qui a livré une vaste collection de vases antiques aux figures rouges sur fond noir. Cette production locale a été attribuée au Peintre de Policoro. J’ai adoré cette visite parce que ce peintre a illustré les œuvres littéraires : Médée et Le Heraclides d’Euripide, Europe d’Eschyle…..

J’ai adoré (et filmé) l’extraordinaire hydrie représentant Médée sur un char avec des dragons, cadeau de son père Hélios, tandis que le pédagogue pleure les enfants morts à ses pieds, et qu’on voit Jason horrifié.

Non seulement la facture est exceptionnelle mais c’est une véritable « bibliothèque de Bandes Dessinées » qu’on pourrait lire dans cette salle. Les cartels sont très bien faits ; j’aurais pu rester de heures à « lire » ces BD…

Mais ce n’est pas tout, en plus de Siris et Herakléia, villes grecques, le Musée a consacré une salle entière aux populations locales Chones et Enotri avec des objets étonnants comme ce casque retrouvé dans la tombe d’une femme ; On racontait que les Chones descendaaient des réfugiés de la Guerre de Troie.

Vers la fin du 5ème siècle av ; JC les Lucaniens firent leur entrée en scène. Les lucaniens se sont hellénisés au contact des Grecs puis plus tard romanisés. Une dernière salle leur est consacrée.

Acropole

Acropole d’Heraclée

Par un escalier de briques qui soulignent ainsi la position de la ville haute, je suis montée sur l’Acropole d’Hérakeia, où j’ai été surprise par la densité du bâti (ou ce qu’il en reste). Les fondations sont bien visibles. Les mosaïques sont protégées ainsi que l’intérieur des maisons. Cependant l’absence de cartels m’a laissé sur mes pauvres hypothèses personnelles. J’observe les canalisations en terre cuite, des structures arrondies avec une margelle (puits ou citerne ? peut-être des pressoirs ? A quoi correspond ce cylindre de pierre au milieu de la structure arrondie ? Et ce sol carrelé en terre-cuite était-il à l’intérieur de la maison, ou un patio ? Cet évier en terre cuite ? J’élabore des hypothèses sur la récupération des eaux de pluie avec une citerne par maison et des rigoles. C’est un peu frustrant de rester avec tant de questions sans réponses.

A la base de l’Acropole, le petit cours d’eau se devine dans une abondante et verte végétation. Une grosse vache grise s’en délecte. C’est ici que doive se trouver les temples de Demeter et de Dionysos. Une promenade a été aménagée avec un sentier cimenté et de lourds bancs enfouis dans les herbes.

Il fait vraiment très très chaud. Pour aller se rafraîchir à la mer, nous faisons une tentative à la Réserve naturelle Bosco di Pantano au sud de Policoro. Nous devrions trouver une forêt verdoyante, un refuge WWF pour les tortues marines et une plage sauvage. Quand nous arrivons le Refuge est ouvert mais la présentation aux touristes n’est prévue qu’à 18h30. Pas de restaurant ni d’ombre. Il fait 39° dans la voiture.

A la Marina di Pisticci, nous trouvons le restaurant de nos rêves au Lido San Basilio : une plage de sable fin avec des parasols, sagement repliés dans des étuis blancs. Il n’y a pas beaucoup de clients. Cet établissement fait une promotion : 5€ le parasol et les deux lits en semaine en Juin et en Juillet. Sous une tente blanche, le joli restaurant n’a rien en commun avec l’horreur de Metapunto. Nappes en tissu, service sympathique et attentif. Il y a aussi des cabines bleu et blanc pour se changer. Pour une dernière fois je prends les spaghetti di Scoglio (moules, vongole, poulpe et langoustine) et Dominique, des filets de dorade servis sous une chapelure parfumée au jus d’orange, décorés avec trois tranches d’oranges multicolores et une petite rose en feuille de chou rouge. Contorno : les aubergines et courgettes grillées sont accompagnées de champignons marinés bien vinaigrés.

3

L’eau est claire mais agitée ; Le vent qui souffle provoque un courant qui me fait dériver vers sud et le rivage. il faut en tenir compte.

39°, on étouffe sous le toit de la tente.

La maison bien calfeutrée est relativement fraîche. Tout fermer, volets stores et vitres exige une certaine discipline mais cela marche. La propriétaire a lavé à grande eau son carrelage et l’escalier pour faire descendre la température de quelques degrés.  Je me lance dans des activités aquatiques : lessives et douche.

Vers 18h, assises sur la petite terrasse à l’ombre nous observons les rotations du petit avion jaune et rouge qui tente d’éteindre un feu de broussailles le long de la route. Déjà, hier on avait brûlé les mauvaises herbes du bas-côté de la route et les pompiers avaient dû intervenir. Quelle folie de faire du feu par un temps si sec et si chaud !

Parc de la Murgia Materana – églises rupestres et Montescaglioso

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

Murgia materana : SAn Falcione

Le parc de la Murgia materana contient des dizaines d’églises rupestres. C’est aussi un milieu naturel exceptionnel, classé en Réserve Naturelle intégrale.

Je trouve sur le Guide Vert l’adresse d’un Centre d’Interprétation à la Contrada Murgia Timone qui organise des visites guidées (9h30 – 18h30). Nous nous laissons guider par Googlemaps et mon téléphone jusqu’à Ginosa et nous retrouvons piégées dans le labyrinthe des rues étroites du centre-ville. Pour tout compliquer, le marché occupe les voies les plus praticables ; Nous voulions arriver à l’heure ; Arrivée prévue 9h20 ; Nous avons perdu 7 précieuses minutes à Ginosa.

Une petite route relie Ginosa à la Statale 7 (Via Appia), est bien tortueuse. Cela n’explique pas pourquoi le GPS annonce 30 minutes pour parcourir 14 km. Au bout de 6km, « tournez à droite » bizarre. Il n’y a pas de route, juste un chemin caillouteux au milieu des champs de blé ; on circule donc à très petite vitesse. Un peu plus loin on arrive à une belle masseria. « tournez à droite ! », « tournez à gauche ! », le chemin s’interrompt. Nous continuons la piste et arrivons dans la cour d’une ferme où trois chiens noirs, petits mais furieux, vont à notre rencontre. Leurs maîtres les suivent. Bien sûr ils connaissent le Parc et les églises rupestres. Mais impossible de conduire à travers champ. Il vaut mieux retourner sur l’asphalte, rejoindre la SS7 où nous trouverons des panneaux.

En retournant à la route nous remarquons, les paraboles, antennes, un petit dôme géodésique de la base e-Geos Maratea. e-Geos  participe au Programme Copernicus pour donner des images satellites en cas de séismes ou de désastres en tout genre (inondation, incendies …..).

Le plateau de Murgia est bien différent des paysages argileux que nous avons vus ces derniers jours. C’est un plateau calcaire légèrement ondulé couvert de champs de blé et de pâtures sèches. Un panneau du Parc caractérise cet écosystème : Pseudo-steppe méditerranéenne à la flore de Lino delle fate capillare (stipe chevelue), poéacée plumeuse et par Lino di Tommasini(lin à fleurs bleues), plantes de montagne calcaire. Le faucon Grillaio (faucon crécerellette) est l’emblème du Parc. C’est un faucon migrateur hivernant en Afrique subsaharienne dans les steppes. 5000 couples nichent dans la région Basilicate/Pouilles.

C’est étrange comme deux paysages si différents peuvent être si proches !

Nous arrivons à la masseria avec un bon quart d’heure de retard mais la promenade n’est pas partie.  Je peux me joindre à un petit groupe composé de deux couples italiens. Le guide a une belle chevelure ondulée très longue et un bermuda en treillis militaire avec une gourde fluo. Très décontracté.

San Falcione

La visite commence à l’église San Falcione. Falcione n’est pas un saint répertorié ; peut être est-ce la déformation de San Canone correspondant à une église italo-grecque. Il est très difficile de dater une église rupestre ; On peut imaginer que tout a été fait à la même époque. On peut imaginer des remaniements postérieurs ; On pourrait dater les fresques. Rien n’autorise à penser qu’elles sont contemporaines du creusement de la grotte. ON peut faire l’hypothèse que l’église creusée corresponde à un projet architectural avec un plan précis. L’église en creux correspondrait à une église bâtie en suivant le même plan. Le pilier central suggère une église grecque, le pilier jouant le rôle de l’iconostase séparant la partie sacrée où officie le pope de la partie publique. Ce serait donc une église byzantine. Deux fresques encore bien reconnaissables sont celles de Saint Nicolas, saint vénéré à Bari. Quand on se réfère à une église orthodoxe le saint aurait dû se trouver de l’autre côté de l’iconostase. D’autres fresques bien abimées, presque invisibles sont connues grâce à une description antérieure. Le guide montre des croix gravées sur les parois. Pour laisser une trace de leur passage certains pèlerins écrivaient sur le rebord d’une fresque ou emportaient une petite partie grattée.

Contiguë à cette église une grotte a ses murs noircis par la fumée, une cheminée existait pourtant. Cette pièce était une laiterie où l’on confectionnait le fromage. De l’autre côté on reconnaît une mangeoire, il s’agissait d’une étable ou d’une écurie. Dans un coin, une citerne : cercle parfait, enduit imperméabilisant rougeâtre, on voit la trace d’une canalisation externe collectant les eaux de pluie. Dans une niche, il y avait des ruches. Une exploitation agricole dont les murs extérieurs étaient construits avec des moellons soigneusement taillés.

Le guide nous montre comment étaient extraient les moellons, la grotte était aussi une carrière : il suffisait de pratiquer une entaille et d’introduire des coins de bois qui gonflent à l’eau ; Cette technique est couramment employée par les carriers. Il reste des poteaux de bois beaucoup moins antiques qui date du tournage de Ben Hur (2016).

En sortant de l’enclos notre guide referme soigneusement le cadenas. Les guides se considèrent les gardiens des églises. Les touristes qui viennent sans guide se heurtent à des grilles et doivent se contenter des explications sur les cartels à l’extérieur.

la gravine de Matera

La Gravine de Matera est un petit canyon, une incision dans le plateau qui peut atteindre 100 m. Si on met bout à bout les gravines latérales ont obtient 40 km pour la longueur totale du réseau. Cette entaille correspond à l’érosion du torrent mais pas seulement, l’encaissant remonte également dans cette région très sismique. Du thym fleurit sur le bord du sentier, les feuilles sont très épaisses et parfumées.

Nous découvrons enfin la ville de Matera de l’autre côté de la gravine. « Nous sommes sur le Golgotha » plaisante le guide. C’est ici que les cinéastes ont choisi pour filmer la crucifixion : Pasolini, Mel Gibson et bien d’autres. Cette arrivée sur Matera est extraordinaire. Je ne m’y attendais pas du tout. Toute la ville s’offre à nos yeux : les sassi, les églises, un château-fort avec des tours rondes, le campanile très haut . Sur le plateau, la ville moderne se fait discrète. Le guide commente :

« avant que l’Europe n’élise Matera Capitale de la culture 2019, on me considérait comme l’homme des cavernes, maintenant on me félicite d’avoir la chance d’y habiter »

les sassi de Matera vus du belvédère

Matera fut longtemps la plus pauvre des villes d’Italie et enclavée : le chemin de fer ne la dessert pas (malgré une gare ultra-moderne qu’on vient de construire. Selon lui, cette élection se fit sans la délégation italienne qui préférait Sienne ou Ravenne plus prestigieuses. Maratéa2019 a considérablement amplifié l’afflux touristique.

Eglise de la Madone aux trois portes

la madone aux 3 portes

Datée de la 2ème partie du 11ème siiècle, elle est décorée de belles fresques. Une Déisis : Saint Jean Baptiste est reconnaissable à ses jambes velues, le haut de son corps a disparu, la Vierge est très douce, très touchante.

Une madone à l’enfant (Glycophilosa) il faut deviner lez parties manquantes de la fresque en référence aux icones qu’on connaît. Elle porte une grenade qui est hautement symbolique , pour la femme c’est l’annonce de la fertilité, pour l’enfant la couleur rouge annonce le sang de la Passion.

Sur un mur face à la gravine, se trouve une autre fresque de la Vierge, bien abîmée. Elle contemple son reflet dans une église située exactement  en face où se trouve une autre fresque.1

« fin de la visite ! »

Je suis un peu frustrée, pour 25€, j’attendais un peu plus.  Sans le guide, je n’aurais jamais vu les fresques et surtout je n’aurais rien compris et la visite fut passionnante.

Montescaglioso

Montescaglioso Abbaye San Michel Archangelo

Cette petite ville est située à la limite du parc de la Murgia materana. Sur la route nous passons par des champs de blé. L’ombre est rare. La température a dépassé depuis longtemps 35°C et pourtant l’altitude dépasse 400 m. Il y a peu de circulation mais beaucoup de lacets. Nous traversons d’abord une grande place avec un obélisque et une église au clocher ajouré, pour trouver l’Abbaye  San Michel Archangelo. 12h40, on me ferme la porte au nez. Je proteste, elle devrait être ouverte jusqu’à 13h. « alors juste pour un coup d’œil ! ». Je fais un tour dans le cloître, très blanc, très classique avec des chapiteaux intéressants et des fresques représentant Saint Michel, un autre cloître lui succède, toujours aussi blanc et vide au milieu. Si nous étions arrivées un peu plus tôt j’aurais pu visiter la cellule des moines et l’église.

Montescaglioso rue blanche

La ville haute, bien tranquille, est très agréable. A côté du monastère, la grand piazza del Popolo est ornée d’un monument aux morts imposant très blanc, elle s’ouvre par une sorte de porte sur la campagne, petit arc encadrant le paysage du meilleur effet. Une rue étroite serpente entre des maisons blanches, certaines ont le même fronton arrondi et le toit de tuile voûté que j’avais remarqué à Bernalda et à Pisticci. Au sommet une terrasse avec des bancs permet d’admirer le panorama très étendu sur les vallées du Gradano et du Basento et sur le Lac de Giuliano avec la campagne irriguée toute verte contrastant avec l’or des chaumes du blé de la Murgia.

Sur la rue qui descend de l’abbaye il y a une petite terrasse ombragée avec 3 ou 4 tables. Pour déjeuner, des pizzas(qu’on appelle ici pinsa) quelques salades et la parmiggiana. Nous choisissons la parmiggiana bien garnie avec courgettes et aubergines ; comme il fait très chaud je me laisse tenter par un café glacé. C’est un vrai café avec de la glace pilée servi dans su verre à cocktail. C’est l’Italie, le café est fort, bon, mais petit.

Nous essayons la plage de Castellaneta Marina on arrive par une belle pinède mais le front de mer est bien construit avec des résidences de luxe, de belles villas, bitumé avec de larges parkings. Nous allons sur la plage publique où le sable est bien dégagé. Comme partout sur la côte ionienne, il faut marcher loin pour trouver assez de profondeur pour nager.