Purée de Potimarron

AUTOMNE AQUITAIN

Pour accompagner le rôti de porc du charcutier de Hourtin nous avons décidé de cuire le potimarron acheté hier à Vertheuil. La voisine du gîte mitoyen nous donne la recette.

 Couper le potimarron sans l’éplucher en dés.

Faire revenir un oignon, ajouter les dés de potimarron puis recouvrir d’eau. On peut mettre du bouillon cube. Nous n’en avons pas mis mais nous avons ajouté une branche de sarriette et 3 feuilles de laurier.

Laisser mijoter une demi-heure et mixer. On peut mettre de la crème fraiche. Selon la quantité d’eau on aura un  velouté ou une purée. Nous sommes tellement fières du résultat qu’on en a apporté une tasse à la voisine qui s’est bien régalée.

11ème jour -La nouvelle voiture et la recette des aubergines

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

CARNET PÉLOPONNÈSE ET CRETE 1999

monastère Métamorfosis, Tolo

A 15 h nous sommes de retour à l’hôtel pour réceptionner la nouvelle voiture.

Baignades, préparatifs de voyage, le temps s’écoule tranquillement, mais rien ne se précise de la part de Reliable. Demain  sera le 14 juillet ? les bureaux  d’Atsaro seront fermés à Paris. Je décide d’appeler Labbro avant qu ‘il ne soit trop tard.

8 heures, du soir, toujours rien, j’appelle Reliable à Athènes.  Soit disant la nouvelle voiture serait en route. Mais dès que j’ai raccroché, je me rends compte que mon interlocuteur est un menteur : il était incapable de citer la marque de la voiture. A 9 heures et demie nous avons faim et toujours pas de voiture, il n’y a pas 150 km entre Tolo et Athènes et l’ai appelé il y plus d’une heure et demie !
Enfin ! Téléphone! Maria demande si le chauffeur pourra prendre la Panda pour rentrer à Athènes ; la nouvelle voiture se trouverait à Porto Héli, et devrait arriver vers 2 heures du matin.

Farcis

Nous pouvons enfin dîner : tomates et poivrons farcis et une omelette aux poivrons pour .


Je demande à Maria la recette des aubergines :

faire tremper 10 minutes les aubergines coupées en tranches dans de l’eau salée, faire frire dans l’huile d’olive les aubergines, faire revenir les oignons. Mettre dans le plat à four aubergines, oignons, ail et menthe, sel poivre et un peu de sucre. L’herbe qui parfume les boulettes et les tomates est tout simplement de la menthe fraîche

 

Notre nouvelle voiture

Notre nouvelle voiture nous attend sur le parking, Fiat Punto blanche qui a meilleure allure que la Panda bien qu’elle soit toute sale.
Dominique essaie de la mettre en route : pas de batterie.

Le matin, c’est Georges qui remplace Maria. Il est très efficace. Il appelle Reliable et le garagiste.  Il paiera tout le dépannage. Le garagiste met au moins une heure pour arriver. Heureusement que nous n’avions pas prévu de visite aujourd’hui ! On lui demande de vérifier tous les niveaux : il n’y a plus une goutte d’huile ni d’eau. Heureusement que nous sommes tombées en panne de batterie !
Au garage on nous fait patienter en nous offrant un café dans un salon moquetté avec des meubles de jardin.
Nous constaterons rapidement que l’aiguille du compteur de vitesse est bloquée et que le compteur kilométrique est inerte. Ce n’est pas bien grave.
Nous faisons un petit tour au monastère Métamorphosis situé dans la colline derrière Tolo. L’endroit est charmant : une toute petite église basse avec des fresques noircies par la fumée. A l’arrière, une source avec un pichet en cuivre attaché par une chaîne.
Pour déjeuner on nous sert sur la terrasse des boulettes frites délicieuses. L’après midi est consacré à la baignade après toutes ces péripéties.

 

Dans les Ardennes : noix et vin rouge

FEUILLETON DES NOIX!

 

 

Je laisse la parole à JEA

En Ardennes, noix et vin rouge sont invités aux mêmes noces.
Ingrédients pour un litre :
– 1 l de vin rouge ramené par exemple de la Drôme
– 7 noix vertes du jardin
– 1 petit verre d’eau de vie (marc de champagne…)
– 4 cuillère à soupe de sucre
Pas compliqué :
– couper les noix en quatre sans les décortiquer donc sans se casser
– les confier au vin rouge, le tout dans une bouteille fiable
– boucher sans charcuter et laisser macérer pendant 40 jours
– filtrer alors le vin avant de le réchauffer avec le sucre et l’eau de vie : un quart d’heure, pas plus
– laisser refroidir
– retour (provisoire) du vin dans une bouteille bien accueillante
(recette aussi authentique que rustique)

mais ce sont les photos de George qui précise que c’est trop tard pour celles là

Les noix confites, une recette venant de Roumanie

BUCAREST/PARIS

Dans cette rubrique, je laisse la parole à George qui commente souvent mon blog.

 

Chez nous, les noix sont récoltées au début du Juin. C’est pourquoi je ne peux pas vous conseiller quand vous pouvez les récolter dans votre région..Cela dépend du climat(Par exemple: Ici nous sommes autour de la “parallèle 35” ), En tout cas, on les récolte avant que la coquille  ne commence à durcir, quand elles ont un diamètre de approx. 2 ou max.3 cm. Et il ne faut pas cueillir les noix et les laisser/oublier dans un coin en pensant que vous n’avez pas du temps et/ou que vous pouvez les préparer seulement après quelques jours. Il faut réserver du temps suffisant, pour commencer et finir tout ce processus de préparation. Si non, c’est mieux de abandonner et attendre l’année prochaine.

 

Il faut utiliser seulement des noix que vous avez cueillies vous-même et pas des noix que vous avez

achetées n’importe ou(au marché supermarché, etc.).

 

Ingredients:

 

100-120 noix vertes

1 kg sucre

1 citron

3 tasses d’eau(1 tasse=250 ml)

2 sachets de sucre vanille

 

Après cueillir, on introduit tous les noix dans un vase , en eau froide et on les garde ici pour 24 heures.

 

On change l’eau froide à chaque 4 heures (6 fois).

 

On met des gants de cuisine pour protéger les mains; si non, la coquille verte des noix va laisser sur les mains une couleur  presque noire qui n’est pas facile à enlever tout de suite.

 

Avec un couteau on enlève très bien toute la partie verte de chaque noix jusqu’au moment quand on arrive à la partie blanche. Après finir de peler chaque noix, on la jette dans un autre vase avec de l’eau froid. Après peler et jeter la dernieère noix (No. 100 ou 120 , ha, ha !! – c’est le moment quand je dis souvent que je veux abandonner!) dans l’eau froide, on met dessus une assiette ou quelque chose similaire qui doit être lourd, pour maintenir toutes les noix, en permanence, dans l’eau (si non, les noix qui ne sont pas complètement couvertes par l’eau vont devenir noires et bonnes à jeter à la poubelle).

 

Les noix doit rester dans l’eau froide  jusqu’au lendemain matin(si, par exemple, nous avons commence toute cette activité ce soir). Mais  jusqu’au lendemain matin il faut  continuer à changer l’eau froide (3 ou 4 fois).

 

Enlever complètement l’eau froide et introduire tous les noix en eau bouillante pour 15 minutes.

 

Mettre à part(En: “set aside”) la vase avec le noix, préparer un autre vase avec de l’eau bouillante.

 

Jeter l’eau ou les noix ont bouilli pour la premiers fois et introduire ces noix dans l’autre vase avec de l’eau bouillante pour 15 minutes.

 

Mettre à part la vase avec le noix, préparer un autre vase avec de l’eau bouillante.

 

Jeter l’eau ou les noix ont bouilli pour la première fois et introduire ces noix dans l’autre vase avec de l’eau bouillante pour 15 minutes. (En total, 3 opérations similaires).

 

Enlever l’eau chaude et plonger tous les noix en eau froide, qu’on l’enlève 2 ou 3 fois jusqu’au moment quand nous avons déjà préparé le sirop.

 

Pour le sirop on utilise de l’eau et du sucre: la préparation du sirop est fini quand une goutte de sirop reste en forme presque ronde sur une surface, sans se dissiper…

 

On enlève l’eau froide et on introduit tous les noix dans ce sirop et on les laisse bouillir a un feu réduit  pour 10-15 minutes et apres ca on agrandit la flamme jusqu’au moment quand on considère que c’est cuit.

Pendant ce dernier process, c’est une “mousse” presque blanche qui se forme… Il faut l’enlever, mais il ne faut pas la jeter , car ca c’est tres bon a manger.

Avant la fin de tout le process on ajoute le jus du citron et/ou une tranche de citron, on laisse bouillir un peu.

 

Après enlever tout et éteindre le feu, on ajoute le sucre vanille.

 

On laisse tout refroidir et on introduit toute la quantité dans des pots propres et secs.

Toute ma vie, j’ai appelé l’activité de préparation de la recette dans la cuisine : « Le cirque » : escalade dans le noyer, sélection et « pick up » rapide de chaque noix; chaque fois, les mains étaient presque noires à cause de la coquille verte des noix  et après çà: toute la jonglerie (autour de la cuisinière) avec les vases pleines de l’eau froid ou « hot » …

ma contribution à ce billet est uniquement l’ajout d’accents qui ne figurent pas sur le clavier roumain de George. J’ai laissé les tournures roumaines pittoresques

 

Coliva : préparation de blé sucré pour les funérailles – Roumanie

PARIS/BUCAREST


 

 

 

 

Cette catégorie de mon blog résulte d’une correspondance avec un fidèle lecteur roumain qui m’envoie souvent des témoignages de la culture roumaine inaccessibles à une touriste. J’ai copié/collé en ajoutant seulement les accents


Ici c’est une courte histoire de la COLIVA et la recette pour le préparer .Coliva est prepare seulement pour faire l’aumone  pour commémorer ceux qui appartiennent à une famille orthodoxe et qui ont quitté ce monde…

. On laisse une partie de coliva et du vin a l’eglise, on donne aussi aux pauvres (la plupart, 99% sont ceux connus en France comme: “réfugies” ou “discriminés” de Roumanie qui connaissent bien ce coutume des Roumains de faire l’aumone et de donner aussi de la nourritue, des vêtements, des souliers, du vin et de l’argent pour commemorer leur morts) qui attend à la sortie de l’église et aux membres de la famille, y compris aux voisins et amis/amies pour manger. Celle/celui qui accepte la coliva ne faut pas dire « Multumes »c(Merci) mais: “Bogdaproste”!, une expression ancienne d’origine slave qui signifie :”Merci , Seigneur!”   Le goût de la coliva est très bon.

Coliva (sl. kolivo, gr. Kollyvon)

C’est une préparation de blé bouilli mélangé avec du sucre (ou miel) avec des noix concassées et décoré avec des bonbons et sucre en poudre fin, qui se donne aux funérailles et les services commémoratifs pour faire l’aumone, la charité, après etre sanctifié par le prêtre a l’église,  pendant le service religieux.
.
Signification

Coliva est  fait de blé bouilli, sucré avec du miel ou du sucre, et représente le corps humain de celle/celui qui est mort  car la nourriture principale du corps humain est le  blé  (qui est represente par le pain qu’on mange chaque jour).
C’est aussi une expression materielle de notre foi en l’immortalité et la résurrection, étant preparé à partir de grains de blé, dont le Seigneur lui-même les a presenté comme des symboles de la résurrection  des corps humains: comme le grain de blé , qui doit être enterré dans le sol pour germer et porter du fruit, le corps humain est enterré et pourrit d’abord, pour attendre la résurrection…..

Les sucreries et les ingrédients contenus dans la coliva sont les vertus des saints et de ceux qui sont morts, ou la douceur de la vie éternelle que nous espérons avoir acquis apres la mort.

La balance de coliva (par les successeurs du décédé(e) et par le prêtre – en  effet, c’est un mouvement « up-and-down »)avec les mains pendant le service religieux est, d’une part, l’expression de la connexion spirituelle vive et réelle entre les vivants et les morts, d’autre part, encore un signe de la résurrection, semblable à celui de la Sainte Messe, lorsque les prêtres balancent l’air pendant la lecture du « Credo » quand on  dit les mots «et qu’il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures», en imaginant le tremblement de terre qui a eu lieu à la mort et la résurrection de Jésus-Christ (Matthieu 27, 51).

Recette de coliva

Ingrédients:
1 kg de grains de ble (en Roumanie on achete: “ARPACAS”,- un sorte de ble pre-emballe –  au marche), 1-2 kg de noix; 200-250 g de sucre, le zeste obtenu de 1 ou 2 citrons et de  ½ ou 1 orange, (fruits qui n’ont pas été traités), la cannelle, le rhum ou d’autres essences, sucre en poudre et, éventuellement:  cacao,  bonbons, du miel …

 

Préparation:
Coliva est fait en deux temps:

La première fois est le soir avant d’aller à l’église, lorsque le blé est bouilli, et la deuxième fois c’est  le matin le jour d’être amené comme une offrande à l’église , c’est pourquoi cette préparation finale va durer approx. une heure avant de aller a l’eglise (ca depend de combien de temps il faut pour appliquer les ornements).
• La première fois, le soir:
Le blé est selecte, on enleve la paille et les morceaux brisés de blé( si on achete Arpacas, il n’y a pas besoin de selecter les grains). Puis, lavez le ble(Arpacas) 9 fois à l’eau tiède  (9 correspondant aux 9 groups des anges)  et faire bouillir dans 3 litres d’eau, de préférence dans une poêle en téflon. Le feu ne doit etre tres fort, et quand l’eau commence à bouillir  il faut le reduire. Pendant le process “bouillant” il ne faut pas mélanger avec la cuillère, mais il faut prendre le  pot entre le mains et il faut l’agiter, de sorte que le blé ne colle pas. Gardez le pot au feu  jusqu’à ce que le niveau d’eau a baissé presque complètement, et ajouter un peu de sel et de sucre, mélanger délicatement avec une cuillère en bois. Laissez  pour 5-10 minutes plus jusqu’à ce qu’il n’y ait pas d’eau et de grains de blé est «fleuri». Après tout ca, on transfere le blé dans une casserole et on couvre d’une serviette humide pour eviter la formation d’une cruste.Attention : la serviette doit etre nouveau et lave seulement avec de l’eau simple. Si cette serviette a ete lave avec des detergents modernes, toute l’odeur du detergent va s’impregner dans la coliva!  Toute le soir vous pouvez enlever les coquilles des noix, afin d’avoir une assiette creuse pleine des noix. La moitié d’entre eux doit etre pasee par une machine pour obtenir une sorte de poudre des grains de noix. L’autre moitié des noix sera coupe avec un couteau en petits morceaux. Il est envisagé de garder 10 ou 20 morceaux des noix pour former une croix sur la coliva.


• La deuxième fois, le matin:

Si la croûte de blé a été formé a la surface il doit etre enlevé. On ajoute les morceaux de noix écrasé, et environ un quart de la quantite qui a ete pasee par une machine pour obtenire une sorte de poudre des grains de noix. On ajoute le zeste de citron. (Vous pouvez également ajouter un zeste cree d’une moitie d’orange). On ajoute aussi le contenu d’une petite bouteille de rhum( qui a seulement quelques mililitres de liquide) (ou une autre saveur/essence) et la poudre de cannelle. Maintenant il faut gouter le contenu et, si pas assez sucré, ajoutez une cuillère à soupe ou deux de miel. La composition entière est pétrie à la main et place sur les assiettes, en on l’arrange /on fait la surface plate. Ajouter le reste du poudre du  noix pour obtanir une couche assez épaisse pour que eviter de mouiller le couche suivant de sucre en poudre fine qui doit etre applique. Le sucre en poudre est applique par une tamis jusqu’à ce qu’il couvre completement la couche des noix . Il faut niveler la surface avec une feuille de papier blanc qui se met dessus et appuyez doucement avec la main. Après obtenir une surface homogene, il faut creer une croix avec des morceaux  de noix ou avec des bonbons ou morceaux de chocolat ou de poudre de de cacao, à l’aide d’un modèle en papier. Si vous préférez, vous pouvez utiliser des bonbons de toute sorte pour décorer .

 


 

Une recette roumaine : sirop de bourgeons de sapin

PARIS/BUCAREST

cette rubrique résulte d’une correspondance avec George, internaute roumain qui intervient parfois sur mon blog et qui m’envoie des contributions variées, aujourd’hui, gastronomie rurale

 

 


RECETTE DU SIROP DE BOURGEONS DE SAPIN

Laver bien tous les petits bourgeons. Faire bouillir avec 2l d’eau pendant 15-20 minutes. Puis passer par une passoire. La solution résultante est mis de nouveau à bouillir   à un taux de 1 litre de solution = 1 kg de sucre. Pour obtenir  le sirop, faire bouillir à feu doux pendant 1 heure (jusqu’à 1 1/2h), pour « lier » le sirop. Retirez/enlevez la mousse qui s’élève au-dessus.



Paris/Bucarest via Larnaca : les 40 martyrs de Sébaste – cuisine et traditions roumaines

Un lecteur roumain qui a la gentillesse de commenter mon blog m’a envoyé ceci à propos des 40 martyrs de Sébaste dont j’avais vu la fresque la première fois dans une chapelle du Troodos .

40martyrsofsebaste.1296667536.JPG

« mais ce sont des certaines choses que chaque roumain orthodoxe connait depuis son enfance, a cause de la tradition familiale de chacun…« 

« Le jour des “mucenici” est le 9 Mars. Chaque année, quand on prepare et on mange 40 “mucenici” , avec ou sans liquide et quand il faut boire aussi 40 verres de vin….En effet, avant de manger et boire les mucenici et les verres de vin on donne presque tout(on fait l’aumone pour les 40 mucenici et pour tous ceux qui ont décédé) aux voisins, amis, au tous ceux qu’on connait, aux inconnus – femmes/hommes qui passent devant la porte…seulement apres ca on peut manger le reste des mucenici et du vin…. »

 

En Roumanie les traditions sont accompagnées d’une gastronomie extraordinaire qui m’a fait prendre 3 kg en un petit mois

voici les plats traditionnels pour cette fête:

mucini1com.1296667806.jpgmucini2com.1296667854.jpg

 

Mucenici en liquide

Ingrédients:
Pâte:
250 grammes de farine
100-120 ml d’eau tiède
sel (une pincée de sel)

Liquide/soupe:
l’eau
sel (une cuillère à café)
le zeste d’un citron ( rase)
de sucre (au goût)

Préparation:
Le soir du 8 Mars, on prepare la pâte pour modeler les mucenici. On prepare des “cordes”/”tresses” de pâte longues et minces, puis on fait des petits cercles, puis en forme de “8”. On laisse secher les 40 mucenici toute la nuite sur la table qui a été aspergé de farine. Egalement il faut saupoudrer les mucenici avec la farine.

Le matin du 9 Mars , les mucenici sont passés par un tamis pour eliminer le surplus de farine, puis faire bouillir dans une “soupe” préparée par l’eau bouillante avec du sel (une cuillère), le sucre, le zeste de citron d’un de citron. Vous goûtez la soupe pour décider combien de sucre doit etre ajouté. Le liquide doit être douce.

Faire bouillir environ 2 litres d’eau avec une cuillère de sel. Il est important de mettre l’eau bouillie avec du sel. Quand l’eau commence à bouillir, on ajoute les mucenici. Il faut enlever la mousse qui se forme à cause de la farine qui reste encore sur les mucenici Apres enlever la mousse, il faut “raser” la zeste d’un citron et quand tout commence a bouillir, on ajoute le sucre. Les mucenici sont cuits quand ils remontent à la surface.
Note: Servir avec du noix et de la cannelle en poudre et un verre de vin rouge.

Il y a la possibilité de bouillir avec le noix et la canelle en poudre, mais la “soupe” obtenu est moins esthétique (ca devient marron ou même sombre). Mon conseil est de ajouter les noix en poudre et la cannelle en poudre avant de la consommer.

En Roumanie, le 8 Mars c’est la jour des femmes, quand tous les fille et les femmes doit recevoir un cadeau. A 9 Mars , a cause de l’histoire sur les “40 verres de vin” on dit aussi que c’est “la jour des hommes”.

Cette methode de preparation des mucenici de dimension reduite, en liquide/soupe, c’est pour de souvenir du lac ou les martyrs ont été jetés et s’applique dans la partie sud de la Roumanie, à partir de Dobrogea, Valachia, Oltenia, Caras –Severin, Banat.

Mucenici (sans liquide)

Ingrédients:
Pâte:
1 kg de farine
3 oeufs
4 cueilles(de soupe) de miel
5 litres de lait
50g de levure fraîche
100g de beurre
sel
2 sachets de sucre vanillé

Sirop/jus:
sucre
miel
l’eau
-« essence » de rhum(une liquide concentré utilisé pour préparer des gateaux)
citron
Les quantités du « sirop »/jus sont à vous de choisir et decider, car cela dépend directement de votre goût
-des noix (noix en poudre)

Préparation:
Avec les ingrédients ci-dessus il faut obtenir une pâte de levure qu’on laisse doubler/aggrandir/lever. Apres ca, il faut diviser la pâte pour préparer les « cordes/tresses et pour obtanir les « 8 ». Mettre le « 8 » (40 mucenici)dans le moule et laisser aggrandir et après cela on les brosse avec de l’oeuf. Cuire au four à feu moyen jusqu’à ce que croustillant.

Faire un sirop/jus et introduire les mucenici dans le sirop/jus pour absorber le sirop/jus et puis on met les mucenici sur une assiette et on les couvre avec du miel et apres cela avec des noix en poudre.

Peut-etre, la quantite de lait sera plus que suffisant , car pour preparer la patte on ajoute le lait petit a petit. Il ne faut ajouter toute la quantite de lait, une seul fois. Si vous voulez, vouz pouvez ajouter aussi du miel dans la patte.

Ce sorte des mucenici est prepare dans la partie nord de la Roumanie, en Moldavie et Transilvanie. Mais depuis 30-40 ans, tout le monde prepare, si possible, tous les deux recettes.

Ma traduction n’est pas parfaite, c’est a vous de changer comme il faut. Merci d’avance! Quand j’ai ecrit: « une cuillère à café » ou « une cuillere à soupe » j’ai fait cela pour décrire la dimension de la cuillère.Ici on respecte toujours le numero de 40, mais vous pouvez preparer plus de 40, c’est à vous de decider.

 

 

 

par delà la cuisine, j’ai eu la curiosité de googler les 40 martyrs et je suis arrivée ici