Intempérie

LITTÉRATURE ESPAGNOLE 

DSCN1328 - Copie (2)

« De son trou argileux, il entendit ‘écho des voix qui ‘appelaient et essaya de localiser chacun des hommes dans les limites de l’oliveraie, comme s’il s’agissait de grillons. Beuglement pareil à des cistes calcinés. Recroquevillé en chien de fusil, son corps s’encastrait dans la cavité sans lui laisser le moindre espace pour bouger…. »

Pourquoi cette fugue éperdue de l’enfant? Une lubie de gamin, un désir d’ailleurs, ou une tragédie?

« Lui avait bien dû faire quelque chose pour mériter ses brûlures, sa faim, sa famille. « quelque chose de mal » lui rappelait son père à chaque instant »

Pourquoi l‘Alguazil s’acharne-t-il tant sur lui?

Ce roman retrace donc la fuite de l’enfant poursuivi mais aussi raconte la terre meurtrie par une terrible sécheresse. C’est d’ailleurs à cela – probablement – que fait référence le titre du livre. Terrible sécheresse :

« Sur les terres qu’ils traversaient, les traces de sillons et d’aires de battage leur parlait de désolation. Billons au lavis sur lesquels ondulait une croûte de boue cuite que seul l’âne chargé écrasait. Ancienne terres irriguées, à présent pareilles à des planches à laver le ligne parsemées de petits silex aux bords tranchants et à l’aspect cireux détaché des traîneaux à repiquer »

Car la terre  est le personnage principal de Intempérie . De l’enfant ou du chevrier nous ne saurons ni le nom, ni l’âge, ni les traits physiques. Tandis que de la terre, nous connaîtrons les odeurs, le relief, la végétation et les tristes ravages de la catastrophe. C’est le roman de la soif. Des rivières asséchées, des mares qui ont disparu, des puits où l’eau est devenue mauvaise. Des chèvres qui donnent si peu de lait et qu’il faut faire boire. Catastrophe écologique du réchauffement climatique ou manque de pluie récurrent dans  cette région d’Espagne? Roman intemporel. Seule la moto de l’alguazil permet de situer l’action aux temps modernes.  Le pastoralisme et la transhumance pourrait aussi bien venir du fond des temps.

canaries2015dt 158 - Copie

Roman de la soif. Sécheresse aussi et économie de paroles. L’enfant ne dit rien de sa fuite, ni le vieux de sa vie.Violence aussi.  . Humanité réduite aux rites funéraires. On tue pour survivre mais les hommes ont droit à une sépulture. Pudeur des gestes réduits au strict nécessaire.

J’ai dévoré ce livre dans l’avion qui me ramenait de Fuerteventura, île sèche et déserte où l’eau précieuse des campagnes est puisée grâce aux éoliennes et gardée par des levées de terres, des terrasse. Où l’eau de pluie est parcimonieusement conservée dans l’aljibe, la citerne qui se trouve dans chaque cour. Où on donnera plus volontiers un verre de vin qu’un verre d’eau au passant.

Que fait donc le mouton sur la couverture du livre? des hommes, un enfant, un âne, un chien, des chèvres, un corbeau, un rat apparaissent dans l’histoire. De mouton , nenni.

Dernier après midi à Séville – Guadalquivir et musée archéologique

ANDALOUSIE Pâques 2009

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0
false

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

 

Sur le bord du Guadalquivir, par temps de chaleur

Séville tour de l'Or

A notre exploration de Séville, il nous manquait une promenade sur le Guadalquivir. A 16h,  sous un soleil estival, nous cherchons les bateaux qui appareillent sous la Tour de l’Or. Un beuglant convoque les touristes à une promenade bien sonorisée à grand renfort de musique de foire. Cela nous dissuade, nous aurions rêvé une croisière tranquille et reposante. La Tour de l’Or ne se visite que le matin. Le plan de visite est foireux. Il y a peu d’ombre.  Le thermomètre dépasse largement l 30°C.
J’improvise : suivant le fleuve, sur le Paseo de las Delicias, je rejoins les Jardins de l’Exposition de 1929. En cas de canicule, le secret est de rester à l’ombre. Le pavillon de Buenos Aires me fascine. Il est occupé par une académie de danse, ne se visite pas.

 

Musée Archéologique de Séville après Italica

romajns anonymes
romains anonymes

C’est un vrai plaisir de visiter le Musée Archéologique le lendemain de notre sortie à Italica.

Les mosaïques sont merveilleuses, certaines statues de marbre sont énormes. On imagine le site ainsi meublé (pourquoi ne fait on pas des copies ?). Les  têtes des romains anonymes sont très émouvantes, tellement proches des visages actuels. Nous aurions pu les croiser en costume moderne dans la rue, sur le pas d’une boutique, derrière le comptoir d’un bar…contrairement aux Grecs idéalisés, ils sont souvent bourrus et pas toujours amènes.

Le Musée comporte aussi des sections de Préhistoire. Ma visite était dédiée aux Romains. Je passe donc vite devant le Trésor de Tartessos. Pourtant les Phéniciens m’intéressent bien.

Séville – Musée des Beaux Arts de Séville- peinture espagnole

ANDALOUSIE Pâques 2009

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0
false

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Chocolate con churros

 churros

Enfin, je vais satisfaire mon caprice d’un vrai, petit déjeuner avec »chocolate con churros » dans un café en même temps que les Espagnols ! Nous en avons eu un avant-goût sur le bord du Guadalquivir. à midi et dans un gobelet en plastique, chers et froids, c’était un peu gâché. Rue Eloy, dans un petit café populaire, des vieux messieurs se goinfrent avec les beignets. Une jeune fille frit sous nos yeux une spirale de pâte légère qu’elle retourne habilement de deux tiges métalliques. Elle coupe d’énormes parts et les empile sur un plat ovale métallique. Le chocolat est si épais qu’il me vient un doute : convient il de le boire ou seulement de tremper le churro ? je regarde mes voisins pour les imiter . le vieux monsieur accoudé au bar trempe dans le café au lait. Les enfants arrivés juste après moi ont commandé des sodas. Dans le doute, je m’installe à l’écart et je trempe. Puis je laisse les deux tiers de ma part trop copieuse et pourtant bon marché : 2€, chez Carmen.

 

Musée des Beaux Arts de Séville- peinture espagnole

Francisco_de_Zurbarán_024
Zurbaran

Au Musée des Beaux Arts on me demande ma Carte d’Identité    qui m’ouvre le Musée gratuitement. Je dois laisser mon sac à la consigne.

Les peintures des anonymes du 15ème siècle me ravissent toujours autant : fonds dorés comme des icones, finesse des détails, imitation des tissus damassés. L’Annonciation de Martorell me rappelle des souvenirs de 2003 : L’exposition Bermejo à Bilbao.

FranciscoPacheco
Fraqncisco Pacheco

Les grand tableaux de Francisco Pacheco sont intéressants. Curieusement, ils  offrent des similitudes avec les toiles symbolistes fin 19ème avec ls corps des jeunes gens haves et musclés. Pacheco fut le maître de Cano et Velasquez. La présentation du Musée est claire. Chaque salle représente une école. Le Maniérisme occupe les salles III et IV.

Le baroque trouve sa place naturelle dans la chapelle du couvent. Le mot « chapelle » ne doit pas évoquer dans ce cas un  espace intime. C’est une construction monumentale avec une haute coupole peinte. Les tableaux sont de grands formats tout à fait à la mesure du monument.

Juan Roelas et Zurbaran représentent la peinture Naturaliste. Roelas m’ennuie. Zurbaran est un grand maître, sûr de son art, ce qui le l’empêche pas de peindre aussi des bondieuseries ennuyeuses.

Murillo_Inmaculada_Concepcion_La_Colosal_Seville_WikimediaCC_0

L’hôte d’honneur de la chapelle est Murillo. Murillo peint très bien les anges, et les vierges diaphanes aussi. Je reconnais Santa Justa et Santa Rufina autour de la Giralda (nous les avions vues à l’Hospital de los Venerables). Ces femmes en équilibre sur une boule transparente m’agacent.

A l’étage, Jose de Ribera et Juan Valdès Leal (dont nous avons déjà vu des fresques). La salle Zurbaran est la plus convaincante : saint Hugues au Réfectoire des Chartreux est d’une autre trempe que toutes ces Immaculées ! Le talent de Zurbarán se déploie dans d’autres styles que les éternels poncifs. Et puis Zurbarán a un « truc » : comme tous les baroques, il met des anges joufflus et des nuages plein ses tableaux. Le « truc » de Zurbaran c’est que les « nuages » sont faits avec les visages des anges, transparents et diaphanes.

Un couloir est occupé par une série représentant une procession devant la Cathédrale ses environs. C’est fou que les Espagnols aiment processionner ! Et pour une fois c’est une procession profane ! Domingo Martinez montre minutieusement les étapes de ce défilé avec les chars représentant l’Allégresse, les Masques, les quatre éléments.Derrière  le char, les figurants portent toutes sortes d’objets en rapport avec le thème. Celui de l’Eau, tiré par des dauphins, est suivi par des pêcheurs, des harpons, des monstres marins…Avec l’Air défilent les instruments à vent, les girouettes, un moulin … le Feu, la guerre, les canons. Même si la qualité de la peinture ne se compare pas avec celle des grands maîtres, c’est frais, amusant, cela raconte la vie à Séville au 18ème siècle.

Exposition temporaire sur leModernisme à Barcelone. Mis à part une grande photo, rien sur Gaudi. Les dessins et les tableaux sont les œuvres de peintres catalans que je ne connais pas. Intéressant mais je suis un peu saturée.

De retour à la maison, je peux re-visiter le musée grâce la visite virtuelle du Musée accessible grâce à ce lien :

http://www.juntadeandalucia.es/cultura/museos/MBASE/visitavirtual/container.htm

Santiponce : San Isodoro del campo

ANDALOUSIE Pâques 2009

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0
false

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

 Monasterio_San_Isidoro_Santiponce_Spain

Le monastère de San Isidoro del campo, à Santiponce n’est pas d’un accès facile. L’entrée est cachée sur le côté. Il faut contourner l’édifice.

Ici aussi, gratuité, mais photos interdites et sacs à la consigne.

L’église San Isodoro est gothique mais elle abrite deux retables baroques. Nous faisons connaissance avec Guzman el Bueno (nous avons vu sa rue dans le Barrio de Santa Cruz). Guzman el Bueno (1256-1309) est un héros de la Reconquête qui se distingua lors du siège de Tarifa. C’est dans cette église qu’il est enterré et on peut voir les gisants. Le cloître est décoré de motifs mudéjares en fresques beiges, orange rouge en camaïeu plutôt sobre (pas d’azulejos). Dans le réfectoire on voit des grands tableaux sombres sans aucune explication.

Le luxe des sacristies qui m’avait tant étonnée à Grenade trouve ici son explication. Dans un monastère se voulant rigoureux, on voit une vaste sacristie, des miroirs et  tout un décorum. C’est une des conséquences de la Contre-réforme : le prêtre se préparant à l’office doit se montrer dans tout l’apparat de sa fonction.

La salle Capitulaire nous réserve une excellente surprise. Les murs sont entièrement peints à fresque.On a décapé les peintures baroques et trouvé un très frais décor fleuri encadrant une série de scènes de la vie de saint Jérôme. L’une d’elle raconte l’arrivée du lion, l’autre l’intervention d’un âne (je ne suis pas assez calée dans la vie des saints pour connaître les anecdotes).

 

Séville : notre quartier autour de l’Alfafa , les vitrines pour la Féria

ANDALOUSIE Pâques  2009

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0
false

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

 andalousie olympus 203 - Copie

Dans notre quartier : les boutiques sont consacrées à l’habillement. Et pas n’importe lequel. Pas de confection banale. Le magasin du Marié est en face du magasin de la Mariée, en face de celui qui vend les articles de mariage et de communion.

Dans la rue suivante, on ne vend que des chaussures.

C’est ordonné comme dans un bazar oriental où toutes les boutiques d’une même rue vendent le même article, ou presque.  Le nom de l’Alfalfa m’évoque l’Orient où il désigne la luzerne. Je me plais à imaginer que cette place était l’endroit où les chevaux et les ânes livrant la marchandise trouvaient leur provende, un peu comme à Rosette, près d’Alexandrie.

andalousie olympus 196 - Copie (2)

Pour Feria la fin de la semaine, les chaussures exposées sont toutes sur le même modèle : des escarpins à talon large et à bout rond avec une bride comme les chaussures des petites filles autrefois. Toutes les couleurs  sont proposées mais c’est le rouge qui domine à pois blancs ou noirs, c’est selon…Dans les magasins d’habillement c’est le « traje de flamenca » qui est exposé en vitrine : robe collante et décolletée avec des volants. Toutes les couleurs sont admises (encore une nette préférence pour le rouge) à condition qu’il y ait des volants.

andalousie coolpix 392 - Copie
Tous les prix aussi, les plus ordinaires atteignent quand même 150€, les lus belles dépassent les 1000€.

andalousie olympus 206 - Copie

Plus loin, se trouvent les accessoires : éventails, fleur de tissu, peigne en écaille mais aussi boucles d’oreille très voyantes et colifichets en tout genre, châles aériens de dentelle ou brodés.

andalousie olympus 191 - Copie
On se presse pour acheter. Lorsque nous photographions une collection de robes nous sommes dérangées par le va-et-vient des clientes qui essaient, paient et emportent.

andalousie coolpix 396 - Copie

La folie de la Feria a remplacé celle de la Semaine Sainte. Séville est prise d’hystérie pendant tout le mois d’Avril.

andalousie coolpix 386 - Copie - Copie

 

Antiquité romaines : palais de la comtesse Lebrija – Italica, ville romaine

ANDALOUSIE Pâques 2009

mosaïques romaines
mosaïques romaines

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0
false

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

palais de la comtesse de Lebrija

Les guides Gallimard et Bleu recommandent la visite du palais de Lebrija – 8 rue de la Cuna à deux pas de la Plaza del Salvador. Je me laisse tenter par cette visite, ayant lu que la Comtesse de Lebrija était une passionnée d’archéologie et une collectionneuse de mosaïque provenant d’Italica ; justement la visite d’Italica est programmée pour demain.
C’était une mauvaise idée que cette visite après celle de l’Alcazar. Evidemment, je suis déçue. La magie de ce palais néo-mauresque, néo-…, 1900 n’opère pas. Après l’original il a le goût d’un ersatz. Les collections sont mal présentées, le rez de chaussée est un fouillis. Quant à l’étage, il n’arrive pas à me captiver. Je ne me passionne pas pour  cette dame noble et riche, ses descendants, ses héritiers…
Je devais être de mauvaise humeur, Gallimard met un cœur à cette visite !
La calle Cuna arrive place de l’Encarnacion : des autobus tournent autour d’un jardin poussiéreux au milieu de la place. Je regrette les placettes plantées d’orangers.

 

Italica, ville romaine

Italica fut la première colonie romaine d’Espagne, fondée par Scipion l’Africain, non loin d’Hispalis, la sémite phénicienne. C’est le lieu de naissance des empereurs Trajan et Hadrien.

A cinq minutes à la sortie de Séville, en direction de Merida, on arrive par l’autovia à Santiponce, le village établi sur le site antique d’Italica où nous avons vu le théâtre antique à notre premier passage.

. Entrée gratuite pour les citoyens de l’ Union européenne.

Deux circuits sont fléchés : celui de l’amphithéâtre et celui de la ville. L’amphithéâtre est complet, son ellipse n’a pas souffert mais les gradins de brique sont érodés et n’apparaissent plus nettement. Au centre de l’arène, une fosse est mise en évidence : on y installait la machinerie permettant de transformer la scène, de hisser les cages des fauves.
D’après le Guide Bleu, c’est le 3ème amphithéâtre le plus spectaculaire du monde romain. Celui de Pozzuoli  nous avait beaucoup intéressés. On voyait bien les loges des gladiateurs, l’endroit des cages des bêtes féroces  .
A Italica, la pièce la plus originale est un texte sur un panneau de bronze datant de Marc Aurèle détaillant les frais engagés pour les jeux du Cirque. Exceptionnellement, le texte latin est assez lisible. Les paragraphes commencent dans les marges, les mots sont entiers et séparés ; Je préfère quand même la facilité de la traduction espagnole. Aborder les jeux par leur aspect financier est un point de vue intéressant.

La promenade dans la ville commence par un détour sur la colline boisée de pins et de buissons à mastic (pistachiers lentisques) et de caroubiers.

andalousie coolpix 404 - Copie

La ville est très étendue, tout au moins le site dégagé puisque elle n’a pas été entièrement fouillée. De grandes allées se coupent à angle droit. Très peu de vestiges émergent de l’herbe rase. Dans un quartier, on a  mis à jour de belles villas romaines avec des mosaïques : la Maison des Oiseaux, la Maison du Planétarium (les 7 planètes figurées sont représentées par les dieux à figure humaine, on compte parmi elle Sélène la lune et le soleil), la maison de Neptune où une mosaïque en noir et blanc représente une curieuse chasse africaine avec des pygmées (les romains les connaissaient donc ?), ils chassent des animaux exotiques : grues, crocodiles, hippopotames. Mais les chasseurs sont aussi les chassés : l’un d’eux doit même grimper à un arbre, deux autres sont piqués au derrière par les becs des grues.

Si les vestiges sont mal conservés, (un glissement de terrain avait détruit la ville et chassé les habitants d’Italica sur les collines de Santiponce), en revanche, un très gros effort de pédagogie et d’explication pour les visiteurs aurait été fait. Des panneaux très détaillés et thématiques racontent différents aspects de l’histoire, la géographie et l’économie antique. A chaque station on analyse les communications terrestres ou fluviales, la monnaie, la vie dans une villa, l’organisation des thermes.   la visite est donc passionnante. D’ailleurs le site est rempli de scolaires , étudiants, collégiens .Des petits sont accompagnés d’animateurs costumés en toge. On leur apprend à saluer d’un « ave » sonore tous les visiteurs qu’ils croisent.

italicaHadrien-ven
Arrivées à 9h3à nous ne repartons qu’à midi après une excellente matinée en plein air.

Séville : San Salvador

ANDALOUSIE Pâques 2009

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0
false

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

San Salvador

 

Baroquissime!
Baroquissime!

La Collégiale San Salvador est située sur la place éponyme tout près de la place de l’Alfalfa.

Après la petite placette du Pain et trouvons la Place Salvador.

La façade de l’église occupe tout un côté de la place. C’est une grande bâtisse de briques roses et de pierre claire, assez sobre de l’extérieur.  Le billet d’entrée est couplé avec celui de la Cathédrale.

Baroque!

andalousie coolpix 324 - Copie

A l’intérieur, nous sommes étonnées par les dimensions, la clarté, surtout par les couleurs et les dorures. C’est baroque, très baroque même rococo. Trois retables se concurrencent en baroquisme et même en baroquiade.  Baroquissimes, les putti ont été engraissés à la Rubens. Les nuages et nuées s’accumulent. Dieu le Père est debout sur une pyramide de têtes. Les saints de bois sont habillés de velours et s’élèvent dans des grottes. Il y a même un âne de taille réelle (aussi réaliste que le faux cheval de la boutique d’El Rocio). Comme à Vienne, comme à Palerme, c’est toujours trop, trop abondant, trop doré, trop nuageux… Cependant, le baroque espagnol garde une dimension tragique qu’il n’a pas en Sicile.

andalousie coolpix 326 - Copie

la cour de l’ancienne mosquée

Nous faisons le tour pour trouver dans la rue l’entrée de la cour des ablutions de l’ancienne mosquée : belle fontaine, arcades et colonnes soutenues par des chapiteaux antiques ou Wisigothiques et une piscine gonflable bleue du meilleur effet !