Romantiques philhellènes : l’Enfant grec – Victor Hugo

CHALLENGE ROMANTIQUES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le massacre de Chios (avril 1822) a horrifié l’opinion européenne et a été à l’origine du poème de Victor Hugo et de la toile de Delacroix

L’Enfant

Les turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
Chio, l’île des vins, n’est plus qu’un sombre écueil,
Chio, qu’ombrageaient les charmilles,
Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
Un chœur dansant de jeunes filles.

Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,
Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
Courbait sa tête humiliée ;
Il avait pour asile, il avait pour appui
Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
Dans le grand ravage oubliée.

Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !
Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus
Comme le ciel et comme l’onde,
Pour que dans leur azur, de larmes orageux,
Passe le vif éclair de la joie et des jeux,
Pour relever ta tête blonde,

Que veux-tu ? Bel enfant, que te faut-il donner
Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
En boucles sur ta blanche épaule
Ces cheveux, qui du fer n’ont pas subi l’affront,
Et qui pleurent épars autour de ton beau front,
Comme les feuilles sur le saule ?

Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ?
Est-ce d’avoir ce lys, bleu comme tes yeux bleus,
Qui d’Iran borde le puits sombre ?
Ou le fruit du tuba, de cet arbre si grand,
Qu’un cheval au galop met, toujours en courant,
Cent ans à sortir de son ombre ?

Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l’oiseau merveilleux ?
– Ami, dit l’enfant grec, dit l’enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles.

8-10 juillet 1828

     Victor Hugo – Les Orientales


Rhodes : la fête au village d’Asklipio

rhods-asklipio-fete-vieilles-dames-copie.1289665713.jpg

 


Ce samedi soir, c’est fête au village. Autour d’une petite estrade, les petites charrettes des vendeurs de barbes à papa, de pop corn, de maïs grillé, de pêche aux peluche se sont installés sur la place. Le loueur de chaise est passé à grand renfort de micro
– « kareklès !kareklès ! »

Nous n’avions pas prévu d’assister au spectacle (une pièce de théâtre jouée par des adolescents) . Je me laisse gagner par l’ambiance de la fête et  ne peux résister au plaisir d’aller sur la place. Tout le village est présent, enfants, vieillards, toutes générations. Un petit orchestre traditionnel vient d’accorder ses instruments. Une ronde de femmes danse avec les enfants.

Derrière les musiciens, les plus anciennes du village sont réunies sur un banc de pierre à l’écart.  Fichus traditionnels sur la tête et des bâtons noueux. Assez timidement je  demande la permission de les photographier. Elles sont ravies. Je m’adresse à elles avec mon grec insuffisant. Elles répondent dans un italien fluide qui me sidère. Elles ont connu l’occupation italienne et ont gardé la langue 60 ans plus tard. L’une d’elle est coquette avec son foulard. C’est le même foulard blanc brodé de perles que j’ai acheté à Beysehir ! Nous rentrons à contrecœur. Il faut se coucher tôt en prévision du voyage de demain

De Rhodes à Samos sur le Ierapetra (ferry)

ferry-rhode-nuit.1285664521.jpg

 

 


minuit . Au pied des remparts de Rhodes.Comment allons nous trouver notre bateau, le Ierapetra ?
J’avise un  beau bateau aux guirlandes d’ampoules.

–    « tu crois que, parce que tu prends le ferry, qu’on va te mettre des guirlandes ! »
–    «  Et oui ! J’en veux, des guirlandes ! »

Quatre lettres grecques s’étalent sur un paquebot blanc : LANE C’est bien la compagnie de notre bateau. Mais ce n’est pas le Ierapetra.  Nous le trouvons non loin de là, enguirlandé entre le ferry qui part au Pirée et un magnifique voilier turc avec deux mâts, une longue pointe à la proue  et une coque en bois très fine.

Heureusement que j’ai mon coupe-vent. Masque d’avion sur les yeux, capuche fermée. Je me suis empaquetée pour dormir. Le bateau semble vide. Nous sommes seules sur le pont. Nous découvrirons par la suite que les passagers dorment par terre sur la moquette n’importe où.

4 heures précises, le Ierapetra appareille.

ferry-lever-du-soleil-mp1.1285664628.jpg

5h30 – vers l’est, le ciel rosit. Les îles ou les côtes anatoliennes défilent en passant du noir au marine puis au violet. Vers le sud, je crois deviner une longue ligne lumineuse. Est-ce encore Rhodes ?  Cette silhouette changeante, est ce l’île de Symi? Sur l’horizon, la zone orangée se précise. Le spectacle est somptueux. Enfin, le soleil sort des montagnes. Il prend toutes les teintes.. Très excitées nous mitraillons, photo sur photo. Ne pas oublier les reflets sur l’eau !

Sur l’autre bord : une île. Tilos peut être, avec son cône volcanique ? Nous consultons notre carte de la mer Egée. Peut être existe-t- il d’autres îles non répertoriées ? Au loin, encore une silhouette…

La croisière continue. Un petit phare est perché haut dans une montagne. Le drapeau turc rouge est peint à sa base. Si les îles pouvaient avoir une étiquette semblable pour les identifier ! Cette pensée n’est pas si stupide puisque se profile une nouvelle silhouette.

Kos

Quand nous nous approchons, nous voyons un immense drapeau grec peint sur le rocher. Comme il fait jour j’examine le paysage. Cette nouvelle île est rocailleuse, pas un arbre, peut être une maigre garrigue. Caillou aride sur la Mer Egée. Cette île est longue. Finalement : des habitations des immeubles modernes ! toute une cité moderne parée de quelques arbres. En voilà une île que je n’aurais pas voulu choisir comme destination de vacances : un désert avec des buildings ! Je suis bien irréfléchie! Souvent une île présente un visage complètement différent sur chaque côte. Nous ne longeons qu’une face. L’autre versant de la colline est peut être beaucoup plus vert ?j’ai observé ce phénomène aux Canaries, à Madère et à Rhodes. Peut être n’avons-nous vu que la région déshéritée. Le ferry ralentit nous arrivons dans un port : Kos. De fières murailles, un minaret, plusieurs coupoles d’églises. Si l’escale se prolonge je dessinerai la vieille ville et ses remparts. Des palmiers ! Durrell qualifie Kos d’enfant gâtée, verte luxuriante « une île qui ne prend pas la peine de se coiffer ». Pas la peine de sortir le carnet moleskine ! le bateau s’ébranle. La plage est hérissée d’installations balnéaires ; on se croirait en Italie avec ces rangées serrées de parasols et de lits qui s’ordonnent par couleur sur deux rangées. Le tourisme balnéaire a-t-il étouffé le charme de l’île que Durrell a visité en 1945 ?

ferry.1285664717.jpg

 

 

 

Le soleil est maintenant haut. La matinée est bien avancée. Pourtant j’ai gardé mon coupe-vent. On m’assure que je suis ridicule. Je trouve le vent très frais. A Kos trois jeunes déguisés en hippies sont montés : pantalons bouffants foulards mauves et oranges, chignons d’un négligé savant pour les filles, boucles folles de satyre pour le garçon qui rapporte un instrument local en forme de mandoline et qui en joue comme d’un violon au son  lancinant ni grec ni, agréable.


Kalymnos

Depuis un  certain temps nous longeons les côtes de Kalymnos, toujours aussi aride. L’arrivée au port est un enchantement. Les maisons colorées s’accrochent aux pentes. Les taches vert foncées des jardins contrastent avec les teintes pastels des façades anciennes. A quai on souhaite la bienvenue dans l’île des pêcheurs d’éponges. Ces derniers doivent être particulièrement dévots si je me base au nombre d’églises.

Un énorme camion chargé de pneus pénètre dans la cale du Ierapetra. Quelques touristes blonds descendent.

Je ne cherche plus à suivre le trajet sur ma carte. Passons nous près de Leros ou est ce encore Kalymnos?

Et sur la droite, est ce la Turquie, Au micro on annonce déjà Samos. Pourtant l’arrivée n’est programmée qu’à 13heures. La fatigue se fait ressentir. J’ai peur de m’endormir au soleil pour me réveiller toute cuite. A 12H30, des rumeurs circulent. Les annonces se succèdent – en grec ou dans un anglais incompréhensible – nous descendons prématurément les valises dans la cale. Une heure trop tôt ! La croisière s’achève dans la moiteur, le bruit, la fatigue et l’énervemen.

Samos : en route vers Marathonkampos

 


copie-de-samos-marathonkampos.1285664017.jpg

Sur le port de Vathi, le bureau d’Europcar est introuvable. En principe, tout devait être facile : La location de la voiture payée par Internet, la voiture au pied du bateau. J’arpente le front de mer de Vathi, le gros sac sur le dos. Boutiques, bars, banques, personne ne connaît Europcar. Forcément Europcar, Sixt et Aramis font boutique commune juste devant l’arrivée des ferries. L’employé prend tout son temps avec des clients danois tandis que nous poireautons.

Notre carrosse est une Hyundai blanche Getz toute neuve, nerveuse qui vrombit dès qu’on appuie sur l’accélérateur. Nous donnera -t -elle autant de satisfaction que la Hyundai Prime grise que nous avons laissée à Rhodes ? On la photographie au premier arrêt au tournant d’une corniche sous des pins qui longe la côte nord de Vathi à Karlovassi.la montagne abrupte est plantée d’épaisses forets de pins où se mêlent les fins cyprès. Parfois des oliviers remplacent les pins. On nous l’avait dit à Rhodes : Samos est très verte. Elle est aussi plus fraîche (ou est ce la vague de chaleur qui s’est éloignée ?), un thermomètre affichait 28°C, il faisait près de 40°. La chaleur de l’après midi exhale les parfums. Les vignes du fameux vin de Samos sont précédées de leur fragrance. Je peux aussi deviner un figuier sur le bord de la route bien avant qu’on ne le dépasse.

Jusqu’à Karlovassi, nous faisons la course avec un gros bateau qui embarquait des passagers pour les Cyclades quand nous sortions du port. Après le débarcadère nous quittons la route principale pour une route secondaire marquée en jaune sur notre carte. Dès que nous abordons la montagne, des  épingles à cheveux mettent la voiture à l’épreuve qui les grimpe en première. Certains tronçons sont cimentés d’autres de la piste de graviers. Les villages sont perchés très haut : vraiment Samos est très montagneuse ! Les églises sont très colorées : des murs de pierres mêlées à la brique sont coiffés de coupoles bleues. Le bleu s’harmonise bien avec le blanc, avec la pierre cela nous choque un peu.

Enfin Marathonkampos, gros village, à mi-pente à 5km de la mer. A Samos les kilomètres comptent double. L’adresse de notre logement mentionne Marathonkampos Ormos, sans autre précision.

Samos:Votsalakia


samos-abatros.1285663529.jpg

 

 Sur la place d’Ormos, au supermarché deux jeunes filles s’étonnent :
–    « que cherchez vous au juste ? Une chambre ?
–    « Non, j’ai réservé une semaine à l’Hôtel Albatross.
–    « ….. »
Sur le voucher, elles trouvent le numéro de téléphone et appellent le propriétaire qui va venir nous chercher. Je ne sais comment remercier ces filles gentilles. J’achète un kg d’oranges puis des yaourts. Un pick-up arrive, nous le suivons et quittons Ormos. La résidence se trouve à Votsalakia. Station balnéaire construite le long d’une longue plage.


Le jardin est luxuriant : jeunes palmiers, roses trémières, un carré de pelouse, des rosiers grimpants . Les appartements sont situés dans de petits bâtiments en L d’un seul étage crépis de blanc rosé, au toit de tuile dans le style de Samos, les balcons sont abrités d’un auvent de tuiles. A l’arrière, la piscine est entourée d’un jardin soigné : zinnias en fleur, tournesols géants ployant sous le poids de leurs lourdes têtes mais aussi des arbres magnifiques : un caroubier et des micocouliers – arbres méditerranéens rustiques qu’on voit plutôt dans la campagne qu’autour d’une piscine.


Je suis très agréablement surprise. J’avais réservé par Internet en cliquant sur des cases, en 15 minutes le voucher avait été édité sans aucun contact humain. J’avais imaginé un complexe moderne déshumanisé, grand et impersonnel. J’ai une confiance très limitée dans les photos des sites d’hôtels.

Notre appartement est composé d’une très grande pièce avec une toute petite cuisine : un évier, deux plaques électriques, une casserole une poêle un findjan pour le café, des assiettes et des couverts. Sur le grand balcon dans les oliviers nous avons une petite table ronde et des chaises en plastique. Les meubles sont simples, en bois de pin. Le frigidaire est un gros modèle avec un congélateur. Il y a la télévision et la clim (avec supplément  5€/jour). Je déteste la climatisation bruyante qui force à vivre enfermé. Il ne fait pas vraiment chaud. Nous refusons la clim.

A la piscine, une bande de touristes parlent une langue étrangère. Je prête l’oreille : rien de répertorié dans ma mémoire. Sans doute une langue slave,  intriguée, je leur demande d’où ils viennent : ils sont Tchèques. Une dame parle même Français, elle nous dit que la mer est très froide à 18°C et qu’il vaut mieux se baigner à la piscine.


Puis je pars à pied  à la découverte de Votsalakia.
Une seule route, le long de la plage, des restaurants de poisson, tavernes, pizzerias, 4 supermarchés, une pâtisserie, des boutiques de souvenirs, des agences de voyage ou de location de voitures. Rien de pittoresque. Tavernes sans surprise, menus en lettres latines et en anglais, classiques gyropitas, moussakas, souvlakis que demandent les touristes. Bien  pratique « tous les plats sont à emporter »…J’achète une belle tomate énorme, pas trop rouge, pas trop ronde, de celles qui poussent dehors non pas celles qui sont calibrées, de l’huile d’olive, de la feta, des olives. Deux pêches et un  yaourt TOTAL et du miel. Je mange « à la grecque » tous les soirs pour un prix défiant toute concurrence.

Samos : Ormos



samos-ormos-cafe-cages-mp-copie.1289669429.jpg

 

Ormos est un vrai petit port de pêche avec des barques et quelques caïques . Tous sont peints de couleurs vives : blanc et rouge avec un peu de bleu. Sur le quai, des tavernes pittoresques avec leurs tables carrées, leurs chaises de bois peint sous des tonnelles vertes ou des cannisses. En face, de belles maisons, des fleurs. Après le port, une plage de sable, quelques parasols.

Dans l’unique magasin de souvenirs, nous achetons des cartes postales, une carte « touristique » de Samos et une serviette de plage. Pour 6€ on vend de vrai draps de bain, d’éponge légère et mince, certes, à motifs horribles : des panthères ou des tigres, des dauphins dans le meilleur des cas, des pin-ups dans des poses suggestives…le moins laid est un drapeau grec. Je n’aime pas ceux qui affichent leurs couleurs. Mais nous n’avons pas vraiment le choix. Les autres serviettes sont vraiment trop affreuses.

Tout me donne envie de dessiner et de peindre à Ormos. Les bateaux de pêche colorés, les chaises bleues des tavernes, les bougainvilliers, les façades, les dégradés de bleu de la mer.
Il suffirait de s’asseoir à une terrasse.

Nous choisissons la plus jolie: la taverne des oiseaux. Une bonne dizaine de cages sont suspendues au plafond. La décoration est très soignée en bleu et blanc. Bleu vif des chaises, des poutres, des gourdes peintes suspendues en alternance avec les cages. Nappes à carreaux bleu et blanc, bouées…curieuse idée : un grand miroir est suspendu en biais sur le fronton : les tables s’y reflètent vues de dessus.
Le vieux Monsieur, sûrement sourd, crie très fort au téléphone ses commandes, avec force gestes et mimiques à son interlocuteur qui ne peut les voir. Cette demi-conversation est très expressive et distrayante. La dame en tablier ne prête aucune attention à notre présence. Elle vaque à ses occupations avec balai et chiffon. Elle prend finalement la commande : ouzo et café frappé. Je change d’idée : au lieu de prendre comme sujet les bateaux du port, je dessine les cages et les gourdes peintes.

Une camionnette musicale passe : oranges valencias. Tout le village se précipite. Le marchand pèse les oranges à l’arrière du pick -up. Ce matin, à 9h, à Votsalakia le poissonnier est passé. Le temps que j’arrive sur la route avec mon porte-monnaie la camionnette était loin. Dommage ! Nous avons aussi tenté notre chance auprès d’un pêcheur rentrant à quai  – à vide – Nous achèterons du poisson surgelé au supermarché !

samos-ormos-bateaux-filets-copie.1289669535.jpg

Il est presque midi quand nous quittons Ormos après avoir acheté des tyropitès (feuilletés au fromage 1,6€) à la pâtisserie.

Samos : plage de Limionas

copie-de-samos-limnionias-2.1289669649.jpg

La plage de Limionas : deux tavernes en bord de plage, parasols et lits orange et bleus. A l’arrière, dans les oliviers, un petit village de vacances discret. A midi, la plage est tranquille:.les estivants sont au restaurant. Une voix nous interpelle : c’est une Suissesse ravie d’échanger quelques phrases en Français.

Je suis surprise par la fraîcheur de l’eau. Il faut nager vigoureusement pour se réchauffer. Mon snorkelling économe en mouvements de Rhodes ne peut pas se pratiquer ici. Les fonds sont très beaux : les herbiers de posidonies  alternent avec des rochers où s’accrochent des organismes jaunes et oranges en touffes molles et d’autres qui ressemblent aux champignons chinois. J’ai honte d’être aussi imprécise mais une introduction en biologie marine ou simplement une initiation à la plongée serait bien nécessaire. Qui pourrait me renseigner ?

La Suissesse et son fils s’amusent à bord d’un pédalo gonflable orange : un genre de matelas en plastique transparent avec des pédales. Nous les voyons partir vers un voilier. Quand je rentre d’une longue exploration à la nage, ils sont toujours autour du voilier (on râle à cause de la photo: le bateau blanc se détache bien sur le camaïeu des bleus, l’orange dépare). Ce n’est que longtemps après qu’un canot à moteur revient à la plage à son bord la Suissesse et son fils, le pédalo en remorque. Elle  nous conte son aventure – pas drôle – ils étaient incapables de revenir seuls. Le plaisancier qui s’est rendu compte de leur détresse et les a sauvés. Ils auraient mieux fait d’abandonner le pédalo et de revenir à la nage. La jeune femme voulant remercier le Breton lui offrira le dîner du 14 Juillet ce soir à la taverne. De la plage, n i son amie et ses files, ni d’autres baigneurs ne s’étaient rendus compte de leurs difficultés ! Le vent de Nord ouest est beaucoup plus puissant qu’on ne pourrait l’imaginer. Est-ce lui le meltemi qui rafraîchit les étés en mer Egée dont parle Durrell ? En tout cas, il refroidit drôlement l’eau et l’air. Il faut être vigilantes avec le soleil aussi. Le parasol ne donne que peu d’ombre et comme il ne fait pas chaud du tout on aurait vite fait de prendre un mauvais coup de soleil. Je m’enroule dans le grand drapeau grec que nous avons acheté ce matin.

La plage se peuple, petit à petit, à partir de 15h. A 16h30, il est temps de partir après trois ou quatre baignades merveilleuses.

samos-piscine-albatros-5-copie.1289669741.jpg

Nous terminons la soirée dans notre très agréable Hôtel Albatross. Baignades à la piscine en compagnie des Tchèques incompréhensibles pas désagréables. Sur le balcon, la lutte contre les moustiques s’organise. Ils n’attaquent qu’après 20h. A 19H30 je mets une pastille dans le diffuseur électrique à 20H15 nous allumons des bougies à la citronnelle, je vaporise le reppellent sur mes jambes et on laisse le studio dans le noir. Tout se passe bien !