11ème jour -La nouvelle voiture et la recette des aubergines

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

CARNET PÉLOPONNÈSE ET CRETE 1999

monastère Métamorfosis, Tolo

A 15 h nous sommes de retour à l’hôtel pour réceptionner la nouvelle voiture.

Baignades, préparatifs de voyage, le temps s’écoule tranquillement, mais rien ne se précise de la part de Reliable. Demain  sera le 14 juillet ? les bureaux  d’Atsaro seront fermés à Paris. Je décide d’appeler Labbro avant qu ‘il ne soit trop tard.

8 heures, du soir, toujours rien, j’appelle Reliable à Athènes.  Soit disant la nouvelle voiture serait en route. Mais dès que j’ai raccroché, je me rends compte que mon interlocuteur est un menteur : il était incapable de citer la marque de la voiture. A 9 heures et demie nous avons faim et toujours pas de voiture, il n’y a pas 150 km entre Tolo et Athènes et l’ai appelé il y plus d’une heure et demie !
Enfin ! Téléphone! Maria demande si le chauffeur pourra prendre la Panda pour rentrer à Athènes ; la nouvelle voiture se trouverait à Porto Héli, et devrait arriver vers 2 heures du matin.

Farcis

Nous pouvons enfin dîner : tomates et poivrons farcis et une omelette aux poivrons pour .


Je demande à Maria la recette des aubergines :

faire tremper 10 minutes les aubergines coupées en tranches dans de l’eau salée, faire frire dans l’huile d’olive les aubergines, faire revenir les oignons. Mettre dans le plat à four aubergines, oignons, ail et menthe, sel poivre et un peu de sucre. L’herbe qui parfume les boulettes et les tomates est tout simplement de la menthe fraîche

 

Notre nouvelle voiture

Notre nouvelle voiture nous attend sur le parking, Fiat Punto blanche qui a meilleure allure que la Panda bien qu’elle soit toute sale.
Dominique essaie de la mettre en route : pas de batterie.

Le matin, c’est Georges qui remplace Maria. Il est très efficace. Il appelle Reliable et le garagiste.  Il paiera tout le dépannage. Le garagiste met au moins une heure pour arriver. Heureusement que nous n’avions pas prévu de visite aujourd’hui ! On lui demande de vérifier tous les niveaux : il n’y a plus une goutte d’huile ni d’eau. Heureusement que nous sommes tombées en panne de batterie !
Au garage on nous fait patienter en nous offrant un café dans un salon moquetté avec des meubles de jardin.
Nous constaterons rapidement que l’aiguille du compteur de vitesse est bloquée et que le compteur kilométrique est inerte. Ce n’est pas bien grave.
Nous faisons un petit tour au monastère Métamorphosis situé dans la colline derrière Tolo. L’endroit est charmant : une toute petite église basse avec des fresques noircies par la fumée. A l’arrière, une source avec un pichet en cuivre attaché par une chaîne.
Pour déjeuner on nous sert sur la terrasse des boulettes frites délicieuses. L’après midi est consacré à la baignade après toutes ces péripéties.

 

ATHINA – Alexandre Najjar

LIRE POUR LA GRECE

 

 

Athina est née en Crète. Des Crétois elle tient cette résistance. Élevée comme un garçon, elle est instruite par un pope qui lui enseigne le Français, l’anglais et la révolte. Elle se fait accepter des jeunes kapitans.

 

 

 

 

 « …..- La révolte, c’est le sentiment le plus grand qui existe. La révolte, c’est comme quand le vent souffle et que rien ne l’arrête ; c’est comme les vagues lorsqu’elles se déchaînent et qu’elles fouettent les rochers…
     –  Qu’est-ce qui la provoque, papas ?
     –  Elle naît de l’injustice. L’injustice est pareille à l’eau qu’on chauffe dans une marmite. Quand elle bout trop longtemps, elle déborde : c’est cela la révolte.
     –  Ce que je n’arrive pas à m’imaginer, c’est ce qu’on ressent vraiment à ce moment-là… Est-ce quelque chose de physique, un peu comme la faim ou la soif ?
     –  Oui, répondit-il. On éprouve une sorte d’illumination, d’extase. On ressent le besoin de renverser l’ordre établi. On a la conviction de pouvoir changer les choses et, aussi, l’impression de ne pas avoir tort parce qu’on est dans le camp de Dieu.
     –  Vous voulez dire que Dieu est toujours dans le camp des révoltés ?
     –  Oui, affirma le pope en hochant la tête. Dieu prend toujours le parti de la Liberté. »

« Le pope, se servant de son encensoir comme un fléau d’arme« , tue un Turc. Athina entre en résistance pour le libérer et doit fuir à Chios,  où elle est témoin des massacres (l’enfant grec de Victor Hugo).

J’ai plaisir à retrouver des lieux que j’aime, Ierapetra, Chios ou Rhodes.

Ce roman historique  fait réviser toute l’histoire des luttes pour l’Indépendance de la Grèce. Roman historique pédagogique : Athina rencontre les chefs de guerre. Kanaris devant Chios, l’envoie à Athènes puis elle se bat avec Botsaris. A Missonlonghi elle assiste à la mort de Lord Byron, combat avec les Souliotes, et tombe amoureuse d’un Français, officier de Napoléon qui a préféré épouser la cause hellène plutôt que de faire allégeance à Louis XVIII. Siège de l’Acropole.  Retour à Chios. l’auteur en profite pour détailler les alliances (et les félonies). Chios ne sera pas libérée. Escale à Rhodes – visite guidée de la vieille ville – pour Lamartine!Enfin, la Crète et pour finir le sacrifice du monastère d’Arkadi.

En 300pages, une histoire amoureuse avec un français philhellène s’est terminée. Les Crétois étaient vêtus de braies et de bottes avec leur foulard noir à pompons. On a cueilli les olives, dégusté des mezzés…. visité l’Acropole…. le must du tourisme et l’essentiel de l’histoire. Les combattants on dit souvent « la Liberté ou la Mort« ! Rien d’original!

Évidemment, rien de comparables aux écrits  de Kazantzaki  ou de Byron, Châteaubriant, et Lamartine. Mais un digest bien écrit et bien fait. Tout le monde n’a pas le temps de lire des centaines de pages!

Zorba le Grec – Cacoyannis (DVD)

CARNET CRÉTOIS

Ce n’était peut être pas une bonne idée de revoir le film juste après avoir relu le livre. Imprégnée de ma vision personnelle de Zorba, j’avais peur d’être déçue. Un film même long (2h) est toujours réducteur. De retour de Crète, je voulais revoir les décors naturels, savoir si ce que je croyais avoir reconnu à Stavros  était bien dans le film.

 

les paysans vont à la mine

 

Zorba

Au début, donc, j’étais sur la réserve. Anthony Quinn a su me séduire. La ressemblance avec le véritable Zorba dont j’ai vu la photo au Musée Kazantzakis, est flagrante. Irène Pappas est une veuve impressionnante.

zorba et bouboulina

 

 

 

Lila Kedrova campe une madame Hortense merveilleuse (le rôle était à l’origine proposé à Simone Signoret), touchante, jamais ridicule.

 

 

 

 

J’ai été moins convaincue par Basil- Alan Bates. L’acteur n’y est peut être pour rien. C’est le metteur en scène qui a modifié le personnage, faisant de l’écrivain hanté par son livre sur Bouddha, un Anglais en panne d’écriture plutôt falot.

Le DVD ajoute en bonus une très longue interview de Cacoyannis qui parle alors que le film se déroule à nouveau. J’ai donc vu le film une deuxième fois, muet, alors que le cinéaste commentait ses choix, ses difficultés, sa façon de filmer. Il  racontait aussi Kazantzakis qu’il avait rencontré à Cannes,  Théodorakis qui a composé la musique. Rien que pour ce bonus je me félicite d’avoir acheté le DVD!

 

J’avais oublié que Zorba était en Noir et Blanc, puis cru que c’était parce que c’était un film ancien. Non! Cacoyannis a fait ce choix arguant de la lumière grecque particulière qui exalte le Noir et Blanc. Noirs, les costumes des Crétois, leur bandeau, noires les femmes en deuil, Irène Pappas, magnifique, noirs les popes, blanches les maisons chaulées, les roches chauffées à blancs….

Certaines scènes sont magnifiées par le cinéma : la cohorte des travailleurs qui chantent en allant à la mine et surtout la lapidation de la veuve, terrifiante et la catastrophe du téléphérique!et bien sûr  la scène finale de la danse, tellement connue …


 

La Liberté ou la Mort Nikos Kazantzaki

CARNET CRÉTOIS

drapeau exposé au Musée historique d'Héraklion

La Liberté ou la mort est le mot d’ordre des révolutionnaires Crétois, brodé sur le drapeau de Capétan Michel, le héros du livre, mais aussi d’un drapeau visible au Musée Historique d’Héraklion. 

Avant l’Autonomie de la Crète en 1897, des révolutions secouèrent l’île au 19ème siècle : 1821, 1866 avec le massacre du monastère d’Arkadi, furent les plus connues, mais les capétans du livre de Kazantzaki  énumèrent en 1821, 1834, 1841, 1878..

C’est en 1889 que se déroule l’épopée du Capétan Michel. Le roman se compose de deux parties. Dans la première, le drame se noue. L’auteur présente les nombreux protagonistes dans la ville de Candie où cohabitent Chrétiens et Turcs, mais aussi Juifs et Arméniens. Le pacha, plutôt débonnaire, ne jouit pas d’une grande autorité et les notables s’affrontent, provocations et forfanteries,  mesquineries et intrigues, mariages et histoires d’amour, affaires et beuveries. Le champion des Grecs est le Capitan Michel, sombre et ténébreux, craint de tous, celui des Turcs Nouri Bey. Plutôt que de s’entretuer, ces nobles personnages ont mêlé leur sang en un pacte fraternel. On se prend à imaginer l’entente entre les communautés quand le pauvre Ali Aga est nourri par les femmes grecques ou quand Effendine est invité à se saouler chez Michel. Les rancœurs sont bien présentes, les provocations s’accumulent. Quand le frère du Capétan Michel charge un âne sur son dos pour l’emporter à la mosquée « dire ses prières » l’offense se lavera dans le sang.

combattant crétois (musée d'Arkadi)

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt cette chronique où les personnages sont nombreux, tous divers. Nikos Kazantzakis décrit aussi le quotidien des femmes. Femmes soumises à eurs héros de maris, ou mégères, jeunes mariées comme vieilles filles.

De provocations en meurtres, de meurtres en vengeances, le pacha ne peut contenir la colère des agas et laisse faire le massacre, pire, il obtient des renforts que le sultan lui envoie. Les Grecs mettent à l’abri femmes et enfants dans les villages et prennent le maquis pour une guerre sans merci.

 

 

Cette deuxième partie du livre sent la sueur, la poudre et le bouc. Les capétans reprennent du service et le théâtre des opérations se déplace de la ville à la campagne. Entrent en scène les héros de 1821, centenaires mais encore très verts. Le héros n’est plus Michel mais son père le vieux Sifakas qui règne sur ses fils, ses petits fils, mais aussi sur les bergers. Occasion de raconter la vie rurale, ainsi que les faits d’armes anciens. Les héros morts à Arkadi hantent les consciences. 

J’ai eu plus de mal avec cette tonalité virile. Déjà, en ville les femmes jouissaient d’un statut de second plan. Michel refusait même de voir sa fille devenue pubère qui se cachait à son retour mais à la campagne elles n’ont plus de rôle du tout. Les égorgements, les coups de feu, les oreilles coupées… ne sont guère de mon goût.

Monastère d'Arkadi

Et pourtant il s’agit bien d’une épopée vécue, d’une histoire qui s’est vraiment déroulée. Avec les exploits militaires se déroule, en coulisse, la grande politique, celle des grandes puissances, qui refusent de voir la Crète rattachée à la Grèce. De la Grande Bretagne et des autres puissances qui préfèrent un sultan entravé à une entrée de la Russie en Méditerranée, le port de Souda, convoité par les puissances navales…Et tout cela est diablement passionnant.

Évidemment, la féministe du 21ème siècle ne peut pas suivre à la lettre tous ces exploits sans agacement. Le magicien Kazantzaki m’a encore entraînée dans cet univers par son talent de conteur. Sous la geste épique, on sent l’humaniste qui ne peut souscrire à la simplification. C’est encore Zorba qui montre la barbarie de la guerre.

Heraklion, et retour

CARNET CRETOIS

Forrt Koules d'Heraklion

Les oiseaux m’ont réveillée au lever du soleil. Notre chambre est au niveau de la ramure des arbres. En tendant le bras, je pourrais cueillir 7 citrons bien mûrs.

8h30, nous prenons congé d’Arolithos que nous recommanderons à tous.

9h : nous laissons la voiture dans un parking privé gardé derrière les arsenaux vénitiens d’Héraklion (4€ et il faut laisser la clé)

Le fort Koules domine la marina. Le bord de mer doit être animé le soir avec ses restaurants de poissons, ce matin, c’est vide et mort. Plus « grec » que le port vénitien de Rethymnon ou de Hania : tables carrées en bois, pas d’images des plats, des efforts de décoration : on a posé des filets sur chaque table. Plus loin, des ruines (fouilles archéologiques ?) et une église.

le musée Historique occupe une belle maison classique à laquelle on a adjoint une annexe contemporaine.

 

La visite commence dans une grande salle carrée occupée par la maquette d’Héraklion. Aux murs, l’histoire de la ville est contée par divers documents. Cette visite permet de remettre dans l’ordre les éléments de chronologie.

 

Carte du monde  romain en 330 à l’époque de Constantin : c’est à ce moment que le Musée fait démarrer l’histoire de la ville, la première période byzantine va de 330 à 837, la ville s’appelle alors Heraklia ou Kastro.

837 : conquête par les Arabes : une autre carte montre la vitesse avec laquelle toutes les îles de la Méditerranée, jusqu’à l’Espagne passent sous la domination arabe. La ville changea de  nom : Rabdh-el –Khandak

A la 2ème période byzantine 961-1204 le nom change encore : Megalo Kastro

La 4ème Croisade 1204 et la prise de Constantinople par es Latins entraîna une redistribution des pouvoirs : la Crète fut d’abord attribué à Boniface de Montferrat qui la vendit à Venise. Sous la domination vénitienne la ville prit nom de Chandax puis Candie

1669, la conquête de la ville par les Ottomans mit fin à la domination vénitienne.

Sur les autres murs, des blasons, armoiries, gravures anciennes et aquarelles de voyageurs puis à partir du 19ème siècle, des photos donnent des images précises des différents monuments d’Héraklion.

Les documents exposés sont regroupés au dessus d’un interrupteur qui permet d’illuminer la maquette à un endroit précis.

Nous faisons une visite rapide mais détaillée de la ville que nous n’aurons pas le temps de parcourir.

Des salles spécialisées reconstituent les caractéristiques de chaque période.

La salle byzantine montre surtout des éléments architecturaux : chapiteaux aux feuilles d’acanthe stylisées, simplifiées, des mosaïques, l’ Empire Romain n’est pas loin. Dans une salle on a reconstitué la Basilique St Tite de Gortyne avec une grande photo du chœur. Tite fut un disciple de Paul et le premier évêque de Crète. Ses reliques furent restituées récemment par Venise.

 

Les collections vénitiennes présentent de la belle vaisselle et la curieuse fontaine  du Palazzo d’Ihar : une douzaine de godets disposés sur un mur vertical délivrent un filet d’eau dans un murmure harmonieux. Aux murs les armoiries vénitiennes. Des inscriptions en hébreu piquent  ma curiosité : ce sont des pierres tombales. Il y a énormément de commentaires que nous n’avons pas le temps de lire. Nous aurions dû prévoir plus de temps !

 

 

 

 

 

 

 

 

Au 1er étage, les icônes de l’Ecole Crétoise sont somptueuses. Nous retrouvons le thème de la Vierge, source de vie, installée au dessus d’une fontaine comme à Aghia Triada.

Coïncidence : je viens de lire la relation de son passage à Sainte Catherine du Sinaï, de Nikos Kazantzakis dans la Lettre au Gréco , et justement dans une vitrine je découvre le tableau représentant le Monastère de Sainte Catherine par le Gréco. Petit tableau qui n’annonce pas encore ses tableaux espagnols amis qui n’est déjà plus une icône byzantine. Est-ce que Kazantzakis, natif d’Héraklion, connaissait ce tableau ?

fresque turque : port d'Héraklion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une salle raconte la période ottomane avec des fresques turques, des chartes calligraphiées, et un paysage avec des cyprès naïvement alignés. Dans le couloir, des portrait des dignitaires turcs. La ressemblance physique avec les portraits des résistants crétois  à l’oppression turque, est frappante !

De l’autre côté du couloir, une salle raconte les révoltes du 19ème siècle. On voit ces héros dont les portraits m’avaient frappée à Arkadi, des armes, bien sûr mais surtout un plat en faïence racontant le massacre au Monastère d’Arkadi.

Nous passons rapidement sur les faits d’armes des résistants à l’Occupation nazie. Je vois le nom de Fermor qui a joué un rôle important et cherche à trouver quelque trace de l‘écrivain.

Au 3ème étage on a reconstitué le bureau (ou la bibliothèque de Nikos Kazantzakis) Sur des portoirs sont exposées des traductions des œuvres dans toutes les langues.

Il y a aussi une exposition Elytis  que je parcours distraitement. C’est en Grec (logique pour un poète grec) . Le gardien s’offre pour traduire mais je néglige cette aide et je le regrette aujourd’hui.

10h30, il reste tout juste une heure pour une promenade pressée dans les rues du centre de la ville. Je remonte au pas de course la rue 25 Avgoustou bordée d’agences de voyages proposant tickets de ferry et locations de voiture, boutiques de souvenir bon marché, rien de passionnant.

J’atteins l’église St Marc – logique dans une ancienne possession vénitienne qu’il y ait une église St Marc – transformée en galerie avec une exposition de photos que je n’ai pas le temps d’admirer.

Je passe devant l’église St Tite et l’Hôtel de Ville dans l’ancienne Loggia vénitienne ;

Fontaine Morosini

La fontaine Morosini  est mon seul souvenir précis de notre passage il y a une douzaine d’années. Je rentre dans le petit marché qui occupe une rue piétonnière et qui ressemble à un souk oriental. Marché pour les touristes avec les éponges, loufas, herbes aromatiques, bidons d’huile…. Mais aussi fruits et légumes, fromages, quincaillerie.

Le terme de mon parcours est la fontaine turque Bembo qui se trouve au milieu d’une place occupé par un café. Des vieux messieurs, cheveux blancs et chapelets d’ambre sont assis.   Ils feront très bien sur la photo !

Facile de rejoindre l’aérodrome. Nous sommes en avance !

 

 

 

 

 

 

 

retour à Arolithos

CARNET CRETOIS

 

les collines au dessus d'Héraklion

Par la New Road, sans arrêt, sous un beau soleil nous sommes arrivées à Georgioupoli, station balnéaire équipée avec des hôtels nordiques, norvégiens, hollandais.

Le petit lac de Kournas se trouve 4km vers l’intérieur. Sur les cartes postales, il est ravissant. En vrai, il est bordé par une route. Soit des buissons de ronces, bambous, le cachent, soit une taverne a installé de grandes terrasses. Grandes tavernes avec menus dans toutes les langues y compris le Russe et l’Hébreu, attrape-touristes.

A l’Est de Georgioupoli s’étend une longue plage de sable fin sur une bonne douzaine de kilomètres.. C’est le domaine des hôtels-clubs gigantesques qui bordent la route. Fin avril, la saison n’a pas démarré la plage est nue. Comme les valises sont apparentes, on ne peut pas laisser la voiture n’importe où sur la route. Nous choisissons un « beach-bar » avec parking ombragé, pelouses vertes, restaurant, parasols et lits de plages bleus (gratuits aujourd’hui). Nous y passons trois bonnes heures.

–            « Servez-vous à déjeuner ? »

–           « oui »

–          « Avez-vous des souvlakia ? – « pas encore ! »

–          « Et des kalamares ? – non, plus, on peut vous faire du beefsteak (haché) ou des côtes de porc avec des frites, ou de la salade grecque ! »

Menu décevant, on préfèrera les restes de saucisson, fromage d’Eresos(brebis), olives et oranges, spartiate, mais plus typique et surtout moins cher.

Entre Rethymnon et Héraklion, la New Road est bordée d’une haie fournie de lauriers-roses. Miracle, c’est aujourd’hui qu’ils ont choisi d’exploser en floraison toute neuve vive, éclatante ! Chaque jour, la nature nous réserve une surprise !

Arolithos que nous avions découvert sous le vent et la pluie paraît encore plus beau par cette journée radieuse. On nous attribue la même chambre 1 qu’à l’aller. Nous sommes chez nous ! L’oranger a fini sa floraison, les caroubes invisibles il y a douze jours ont grandi. Je retourne au bar sur la terrasse refaire les dessins que je n’avais pas eu le temps de faire.

Phalassarna

CARNET CRETOIS

coucher de soleil sur la tour antique

A17h, nous reprenons la route pour Phalassarna distante d’une soixantaine de km et que nous espérons atteindre en une heure. Nous remontons  jusqu’à 500m d’altitude à Vathi. A l’entrée du village, des voitures sont garées sur tout le bas-côté, une fête ? Une cérémonie ? Un enterrement ? A la porte du cimetière, une table avec deux bouteilles, l’une de Metaxa l’autre de soda orange.

La route tourne, tortille dans la montagne, traverse des villages Kefali, Papadiana, Simochiana, Amygdokefali : quelques maisons accrochées dans le vide. Ils doivent avoir le caractère bien trempé, ces Crétois qui vivent dans une telle solitude, face au vent qui vient d’Afrique. Des chèvres déboulent sur la route. Appartiennent-elles à quelqu’un ? Elles paraissent si indépendantes ! A Sfinari, il y a une plage. La route domine la mer, 150m au dessous. Rien n’est prévu pour se garer sur le bord de la route, mais comme nous n’avons rencontré qu’une seule voiture en une heure on s’arrête quand même. En dessous, une bande de terre plate : des oliveraies. Au loin, une île. Une bande de nuages vient du large. Détour par Platanos, à l’intérieur des terres. Au village de Phalassarna se trouve une plage et quelques hôtels.

Quais antiques

Le site de la ville antique de Phalassarna se trouve à l’écart sous les contreforts de la péninsule de Gramvoussa. Nous arrivons à 19h. La lumière est intense, orange, arrivant de dessous les épais nuages accumulés au sommet de Gramvoussa. Munie du dépliant qu’on  nous a donné au musée de Kissamos, je pars à la découverte du site ouvert mais sans explication. Des chemins bordés de cailloux conduisent aux points d’intérêt : gros blocs taillés  d’un bâtiment indéterminé, plus loin des ruines plus parlantes : un qui avec des anneaux de pierre pour attacher les bateaux (le rivage est monté de 8m depuis l’Antiquité. Des souvenirs du port phénicien de Mozia en Sicile me reviennent . Des blocs ont été évidés curieusement : ce sont des réservoirs à poissons selon le papier, poissons vivants ? Aquariums ou viviers ? Étal de marché ? Près de l’eau une belle tour est encore imposante.

Arrêt à Marinopoulo (Carrefour) de Kissamos très bien achalandé contrairement aux supermarchés de Kato Galatas aux environ de notre hôtel.

Dernière soirée sur notre balcon face au petit port. J’écoute la musique grecque que la station de télévision locale  de Kissamos nous offre : toute la semaine elle a diffusé en boucle un spectacle pascal (sur-imprimé sur l’écran « Christos Anesti », musique vivante de chanteurs, lyra, violons, danses dans une taverne de Kissamos. Cette station a égayé nos soirées.