La Liberté ou la Mort Nikos Kazantzaki

CARNET CRÉTOIS

drapeau exposé au Musée historique d'Héraklion

La Liberté ou la mort est le mot d’ordre des révolutionnaires Crétois, brodé sur le drapeau de Capétan Michel, le héros du livre, mais aussi d’un drapeau visible au Musée Historique d’Héraklion. 

Avant l’Autonomie de la Crète en 1897, des révolutions secouèrent l’île au 19ème siècle : 1821, 1866 avec le massacre du monastère d’Arkadi, furent les plus connues, mais les capétans du livre de Kazantzaki  énumèrent en 1821, 1834, 1841, 1878..

C’est en 1889 que se déroule l’épopée du Capétan Michel. Le roman se compose de deux parties. Dans la première, le drame se noue. L’auteur présente les nombreux protagonistes dans la ville de Candie où cohabitent Chrétiens et Turcs, mais aussi Juifs et Arméniens. Le pacha, plutôt débonnaire, ne jouit pas d’une grande autorité et les notables s’affrontent, provocations et forfanteries,  mesquineries et intrigues, mariages et histoires d’amour, affaires et beuveries. Le champion des Grecs est le Capitan Michel, sombre et ténébreux, craint de tous, celui des Turcs Nouri Bey. Plutôt que de s’entretuer, ces nobles personnages ont mêlé leur sang en un pacte fraternel. On se prend à imaginer l’entente entre les communautés quand le pauvre Ali Aga est nourri par les femmes grecques ou quand Effendine est invité à se saouler chez Michel. Les rancœurs sont bien présentes, les provocations s’accumulent. Quand le frère du Capétan Michel charge un âne sur son dos pour l’emporter à la mosquée « dire ses prières » l’offense se lavera dans le sang.

combattant crétois (musée d'Arkadi)

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt cette chronique où les personnages sont nombreux, tous divers. Nikos Kazantzakis décrit aussi le quotidien des femmes. Femmes soumises à eurs héros de maris, ou mégères, jeunes mariées comme vieilles filles.

De provocations en meurtres, de meurtres en vengeances, le pacha ne peut contenir la colère des agas et laisse faire le massacre, pire, il obtient des renforts que le sultan lui envoie. Les Grecs mettent à l’abri femmes et enfants dans les villages et prennent le maquis pour une guerre sans merci.

 

 

Cette deuxième partie du livre sent la sueur, la poudre et le bouc. Les capétans reprennent du service et le théâtre des opérations se déplace de la ville à la campagne. Entrent en scène les héros de 1821, centenaires mais encore très verts. Le héros n’est plus Michel mais son père le vieux Sifakas qui règne sur ses fils, ses petits fils, mais aussi sur les bergers. Occasion de raconter la vie rurale, ainsi que les faits d’armes anciens. Les héros morts à Arkadi hantent les consciences. 

J’ai eu plus de mal avec cette tonalité virile. Déjà, en ville les femmes jouissaient d’un statut de second plan. Michel refusait même de voir sa fille devenue pubère qui se cachait à son retour mais à la campagne elles n’ont plus de rôle du tout. Les égorgements, les coups de feu, les oreilles coupées… ne sont guère de mon goût.

Monastère d'Arkadi

Et pourtant il s’agit bien d’une épopée vécue, d’une histoire qui s’est vraiment déroulée. Avec les exploits militaires se déroule, en coulisse, la grande politique, celle des grandes puissances, qui refusent de voir la Crète rattachée à la Grèce. De la Grande Bretagne et des autres puissances qui préfèrent un sultan entravé à une entrée de la Russie en Méditerranée, le port de Souda, convoité par les puissances navales…Et tout cela est diablement passionnant.

Évidemment, la féministe du 21ème siècle ne peut pas suivre à la lettre tous ces exploits sans agacement. Le magicien Kazantzaki m’a encore entraînée dans cet univers par son talent de conteur. Sous la geste épique, on sent l’humaniste qui ne peut souscrire à la simplification. C’est encore Zorba qui montre la barbarie de la guerre.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « La Liberté ou la Mort Nikos Kazantzaki »

  1. Petite précision par rapport à l’iconographie; sur le drapeau présenté, la devise est: l’union ou la mort. Si « La liberté ou la mort » se met en place dans les années 1820, ελευθερία (liberté) ne figure pas sur CE drapeau.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s