Heraklion, et retour

CARNET CRETOIS

Forrt Koules d'Heraklion

Les oiseaux m’ont réveillée au lever du soleil. Notre chambre est au niveau de la ramure des arbres. En tendant le bras, je pourrais cueillir 7 citrons bien mûrs.

8h30, nous prenons congé d’Arolithos que nous recommanderons à tous.

9h : nous laissons la voiture dans un parking privé gardé derrière les arsenaux vénitiens d’Héraklion (4€ et il faut laisser la clé)

Le fort Koules domine la marina. Le bord de mer doit être animé le soir avec ses restaurants de poissons, ce matin, c’est vide et mort. Plus « grec » que le port vénitien de Rethymnon ou de Hania : tables carrées en bois, pas d’images des plats, des efforts de décoration : on a posé des filets sur chaque table. Plus loin, des ruines (fouilles archéologiques ?) et une église.

le musée Historique occupe une belle maison classique à laquelle on a adjoint une annexe contemporaine.

 

La visite commence dans une grande salle carrée occupée par la maquette d’Héraklion. Aux murs, l’histoire de la ville est contée par divers documents. Cette visite permet de remettre dans l’ordre les éléments de chronologie.

 

Carte du monde  romain en 330 à l’époque de Constantin : c’est à ce moment que le Musée fait démarrer l’histoire de la ville, la première période byzantine va de 330 à 837, la ville s’appelle alors Heraklia ou Kastro.

837 : conquête par les Arabes : une autre carte montre la vitesse avec laquelle toutes les îles de la Méditerranée, jusqu’à l’Espagne passent sous la domination arabe. La ville changea de  nom : Rabdh-el –Khandak

A la 2ème période byzantine 961-1204 le nom change encore : Megalo Kastro

La 4ème Croisade 1204 et la prise de Constantinople par es Latins entraîna une redistribution des pouvoirs : la Crète fut d’abord attribué à Boniface de Montferrat qui la vendit à Venise. Sous la domination vénitienne la ville prit nom de Chandax puis Candie

1669, la conquête de la ville par les Ottomans mit fin à la domination vénitienne.

Sur les autres murs, des blasons, armoiries, gravures anciennes et aquarelles de voyageurs puis à partir du 19ème siècle, des photos donnent des images précises des différents monuments d’Héraklion.

Les documents exposés sont regroupés au dessus d’un interrupteur qui permet d’illuminer la maquette à un endroit précis.

Nous faisons une visite rapide mais détaillée de la ville que nous n’aurons pas le temps de parcourir.

Des salles spécialisées reconstituent les caractéristiques de chaque période.

La salle byzantine montre surtout des éléments architecturaux : chapiteaux aux feuilles d’acanthe stylisées, simplifiées, des mosaïques, l’ Empire Romain n’est pas loin. Dans une salle on a reconstitué la Basilique St Tite de Gortyne avec une grande photo du chœur. Tite fut un disciple de Paul et le premier évêque de Crète. Ses reliques furent restituées récemment par Venise.

 

Les collections vénitiennes présentent de la belle vaisselle et la curieuse fontaine  du Palazzo d’Ihar : une douzaine de godets disposés sur un mur vertical délivrent un filet d’eau dans un murmure harmonieux. Aux murs les armoiries vénitiennes. Des inscriptions en hébreu piquent  ma curiosité : ce sont des pierres tombales. Il y a énormément de commentaires que nous n’avons pas le temps de lire. Nous aurions dû prévoir plus de temps !

 

 

 

 

 

 

 

 

Au 1er étage, les icônes de l’Ecole Crétoise sont somptueuses. Nous retrouvons le thème de la Vierge, source de vie, installée au dessus d’une fontaine comme à Aghia Triada.

Coïncidence : je viens de lire la relation de son passage à Sainte Catherine du Sinaï, de Nikos Kazantzakis dans la Lettre au Gréco , et justement dans une vitrine je découvre le tableau représentant le Monastère de Sainte Catherine par le Gréco. Petit tableau qui n’annonce pas encore ses tableaux espagnols amis qui n’est déjà plus une icône byzantine. Est-ce que Kazantzakis, natif d’Héraklion, connaissait ce tableau ?

fresque turque : port d'Héraklion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une salle raconte la période ottomane avec des fresques turques, des chartes calligraphiées, et un paysage avec des cyprès naïvement alignés. Dans le couloir, des portrait des dignitaires turcs. La ressemblance physique avec les portraits des résistants crétois  à l’oppression turque, est frappante !

De l’autre côté du couloir, une salle raconte les révoltes du 19ème siècle. On voit ces héros dont les portraits m’avaient frappée à Arkadi, des armes, bien sûr mais surtout un plat en faïence racontant le massacre au Monastère d’Arkadi.

Nous passons rapidement sur les faits d’armes des résistants à l’Occupation nazie. Je vois le nom de Fermor qui a joué un rôle important et cherche à trouver quelque trace de l‘écrivain.

Au 3ème étage on a reconstitué le bureau (ou la bibliothèque de Nikos Kazantzakis) Sur des portoirs sont exposées des traductions des œuvres dans toutes les langues.

Il y a aussi une exposition Elytis  que je parcours distraitement. C’est en Grec (logique pour un poète grec) . Le gardien s’offre pour traduire mais je néglige cette aide et je le regrette aujourd’hui.

10h30, il reste tout juste une heure pour une promenade pressée dans les rues du centre de la ville. Je remonte au pas de course la rue 25 Avgoustou bordée d’agences de voyages proposant tickets de ferry et locations de voiture, boutiques de souvenir bon marché, rien de passionnant.

J’atteins l’église St Marc – logique dans une ancienne possession vénitienne qu’il y ait une église St Marc – transformée en galerie avec une exposition de photos que je n’ai pas le temps d’admirer.

Je passe devant l’église St Tite et l’Hôtel de Ville dans l’ancienne Loggia vénitienne ;

Fontaine Morosini

La fontaine Morosini  est mon seul souvenir précis de notre passage il y a une douzaine d’années. Je rentre dans le petit marché qui occupe une rue piétonnière et qui ressemble à un souk oriental. Marché pour les touristes avec les éponges, loufas, herbes aromatiques, bidons d’huile…. Mais aussi fruits et légumes, fromages, quincaillerie.

Le terme de mon parcours est la fontaine turque Bembo qui se trouve au milieu d’une place occupé par un café. Des vieux messieurs, cheveux blancs et chapelets d’ambre sont assis.   Ils feront très bien sur la photo !

Facile de rejoindre l’aérodrome. Nous sommes en avance !

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s