Bisceglie – Molfetta

CARNET DU MEZZOGIORNO

 

Port de pêche de Bisceglie

Midi, trop tôt pour déjeuner. Et si nous cherchions une plage ?

Suivant le lungomare nous arrivons à Bisceglie qui touche Trani. Ce n’est pas si facile, les plages de galets sont accessibles par des escaliers, impossible de s’approcher en voiture. Scabreuse manœuvre et marche arrière entre deux murs bien irréguliers. La Polo est maniable mais elle a une bonne envergure et nous fait regretter la Smart de Corse. Quittant les quartiers chics, nous trouvons un parking, une plage de galets avec un petit escalier et même des gens dans l’eau, ce qui m’encourage malgré la fraîcheur de la mer. C’est ma première baignade italienne et elle est très agréable. Dommage que l’environnement soit si laid : vieux immeubles de ciment et usines abandonnées. Biceglie est une ville de 50.000 habitants et cette plage d’abords facile n’est pas dans un beau quartier.

Plage de Bisceglie

Après avoir traversé des zones industrielles et des immeubles peu engageants, nous trouvons une petite crique avec un port de pêche, des barques bleues dans l’eau et des caïques colorés montés sur les quais de pierre blanche. De jolies maisons colorées en arc de cercle et une série de restaurants aux terrasses fleuries. Nous choisissons Il Caico . Au menu salades et pizzas. Salade verte, haricots, tomates thon pour moi. La pizza de Dominique n’est pas ronde mais allongée, servie sur une planche garnie de câpres et d’anchois. (21€ avec un verre de vin blanc et café)

Tour normande du Castillo de Bisceglie

Sans beaucoup de convictions, nous cherchons à l‘heure de la sieste, la cathédrale(sans la trouver) et le castello normanno-svevo dont il reste la haute tour normande et une cour en chantier.

Molfetta

Encore une ville industrielle avec des quartiers hideux. Les villes historiques en Italie ne se prêtent pas à la circulation automobile réservée aux riverains, avec des caméras flashant les autres. Nous sommes donc confinées à ces artères modernes horribles.

Un panneau touristique marron porte une curieuse indication « Pulo » et « Musée archéologique de Pulo » . Cela changera des cathédrales et des châteaux normands ! Le Musée archéologique se situe en dehors de la ville. Il est logé dans l’élégante Casina Capelluti au fond d’un jardin très calme. C’est un musée très moderne. A l’entrée on me demande mon âge, tarif réduit d’1€ et visite guidée privée (je suis la seule visiteuse).

Le « Pulo » est une doline parfaitement ronde dans la région karstique. Dès la Préhistoire, les hommes se sont installés à proximité Au 18ème siècle au temps des Bourbons, Giuseppe Maria Giovanni, prêtre et naturaliste, a étudié la doline et les grottes de Molfetta. En 1785, une nitriera fut installée, exploitation des nitrates qui ont percolé dans le réseau karstique. Le traitement consistait en un lavage du minerai avec 12 passages successifs dans l’eau qu’on portait à ébullition dans de grandes chaudières. Les vestiges des trois bâtiments subsistent encore au fond de la doline. On voit au musée les vases en céramiques utilisés alors.

Un couvent de capucins fut construit sur le bord du Pulo en 1535.

L’étage du musée est consacré à la Préhistoire. Au Néolithique, l’agriculture était déjà développée, les animaux domestiqués. . Des blocs de pisé des murs des maisons, cuits par un incendie, montrent la trace de piquets et permettent de reconstituer comment étaient construites les cases : on enfonçait des piquets solides, on tressait des branches souples pour faire une sorte de grille et on remplissait la paroi d’un mélange de paille et d’argile. En plus des silex, la présence d’obsidienne provenant des îles Lipari montrait que les échanges commerciaux avaient déjà cours et surtout que les habitants du Pulo étaient plutôt riches pour en détenir. La céramique de Molfetta est connue. Les décors étaient imprimés à la surface des pots avec des coquillages.  On a retrouvé des anses sur les pots et on peut imaginer qu’ils pouvaient être portés sur le dos avec des bretelles.

Nous montons au Pulo situé au-dessus de la voie rapide. Le site est clos mais visible de la route.

Dolmen San Silvestro13

Nous rentrons par les petites routes de campagnes à travers oliveraies, vergers de figuiers et champs. Sur la route de Terlizzi à Giovanizza se trouve le magnifique Dolmen de San Silvestro : allée couverte cachée par un tumulus de petites pierres protégées par une couche d’argile et formant un cercle de 35m de diamètre. Il a été mis au jour en 1961. Daté de l’âge de Bronze, il comporte en plus de la galerie une pièce ronde qui serait peut être utilisée pour les cérémonies ou comme lieu de réunion pour les vivants.

 

 

 

 

 

La plage d’Arone – Porto et sa tour génoise

CARNET CORSE

La Baie de Porto au petit matin

Nous avons attendu une belle journée pour faire l’excursion à la belle plage d’Arone. Pour éviter ‘affluence sur la corniche, nous sommes parties tôt. Les calanches dans la belle lumière du matin sont un enchantement ! Sans chercher à faire des photos, nous profitons des formes fantastiques. Après Piana, c’est l’inconnu. La route D824 dessert les plages. D’un mirador nous avons une vue plongeante sur Ficajola accessible par un raidillon qui descend aux maisons mais pas à la plage, vue sur les crêtes et sur Scandola qui a une magnifique couleur rouge. Nous découvrons le Capo Rosso, éperon de porphyre rouge et la tour Turghiu qui le surmonte. La randonnée à la tour est trop longue (3h30). Un peu plus loin, un café-boutique touristique propose des balades à ânes.

Capo Rosso

Au petit col (404 m), changement de paysage, plus doux, plus vallonné. Le maquis touffu est remplacé par des buissons plus bas, plus épineux et des oliviers. Les hauts pics déchiquetés sont loin.

Deux routes desservent la plage, la première conduit au restaurant Casablanca, passant par un portail imposant, son parking est vaste et ombragé. Un escalier descend à une ravissante plage équipée de lits luxueux avec même des serviette-éponge. Le restaurant est composé de deux parties distinctes : un restaurant très chic aux belles tables, nappes et argenterie, des tables et des bancs de bois pour un « glacier, panini, pizzas ». Le côté panini a l’air fermé. Nous avons revêtu nos plus beaux atours, ce n’est pas pour nous contenter d’un sandwich !

Plage d’Arone – « côté plage »

Deuxième essai : « Le Café de la Plage », même disposition : un restaurant s’ouvre sur la rue, menu dégustation 65€ aucun plat à moins de 25€ ( des entrées froides) inaccessible pour notre porte-monnaie ! Comme chez Casablanca, « côté plage » est une annexe, snack de luxe qui sert des pizzas, seulement le soir. Dans le décor enchanteur, à l’ombre de filets, dans d’agréables fauteuils Dominique commande un verre de vin blanc (belle corolle à moitié vide, 6€40, quand même !

La plage d’Arone est merveilleuse avec son sable blanc très fin, son eau limpide, turquoise comme un lagon, presque sauvage, 3 établissements avec des lits et des parasols, peu nombreux et discrets, un chalet-poste de secours. Un seul voilier amarré, un seul zodiac en action. C’est donc une baignade de rêve. Quelques dames du 3ème âge s’essaient au paddle. A voir les efforts désespérés d’une grande blonde à silhouette sportive, hissée par son mari sur la planche et sa chute quelques minutes plus tard, cela me dissuade définitivement d’essayer. Je préfère nager mes longes traversées entrecoupées par la marche sur le sable fin.

plage d’Arone

Il existe quelques méthodes d’éviter le tourisme de masse sur les plages : autour de Calvi on empêche les voitures d’approcher des plages en installant les parkings tellement loin que les visiteurs, portant glacières et parasols, qui  doivent venir à pied (ou en train) hésitent. A Arone : sélection par l’argent. Aucune buvette, aucune cafétéria ; seulement des établissements de luxe. Les fauchés poseront leur serviette pour une heure et rentreront déjeuner chez eux !

soupe de poisson au Robinson

12h15, nous quittons cet endroit paradisiaque pour un restaurant aux prix plus abordables : le Robinson à Porto sur le port où nous commandons une soupe de poissons. Samedi, quand Dominique attendait le retour de mon bateau le fumet de la soupe de poisson l’avait alléchée. Cette soupe est servie dans une belle soupière blanche, accompagnée de croûtons faits maison et de gousses d’ail à frotter nous-même, de la rouille excellente et du gruyère râpé. Nous pensions terminer par un moelleux aux châtaignes. Après 3 assiettes de soupe nous n’avons vraiment plus faim. Sans attendre le café, je monte à la tour génoise qui domine le port.

La tour Génoise et quelques personnages  

La Tour génoise de Porto

Une exposition historique raconte qu’entre 1510 et 1620 une centaine de tous furent construites, formant une ceinture de surveillance avec tours à signaux. La Sérénissime Gènes avait cédé la gestion de la Corse à l’Office de Saint Gorges.

Le gardien de la tour, le Torregiano était faiblement armé, rarement une pièce d’artillerie, le plus souvent des arquebuses ou mousquets. En plus du rôle de surveillance, il exerçait le contrôle sanitaire du port, était un agent du fisc, prélevait le droit d’ancrage et les taxes de chargement sur l’huile et le vin.

Au 16ème siècle les Barbaresques dominaient la Méditerranée, le Cap Corse était ruiné. L’expédition de 1540 par Gianettino Doria aboutit à la capture de Dragut. Dragut est un personnage récurrent dans mes carnets : j’ai mentionné sa razzia sur Gozo, son échange contre l’île Tabarque en Tunisie (Tabarka), je l’ai retrouvé à Mahdia, à  Djerba (horrible anecdote de pyramide de crânes) dans le siège de Malte où il finit sa vie.

Les pirates barbaresques attaquaient les bateaux razziaient les villages pour emporter les habitants esclaves vendus sur le marché d’Alger. Parallèlement il s’était constitué un commerce florissant du rachat des esclaves.

Sampiero Corso (1498 – 1567) était surnommé « le plus brave des Corses » ; condottière au service de Jean de Médicis, puis de François 1er en 1536, en 1553 il embarque sur els galères d’Henri II à côté de la bannière de Soliman. 1559, par le Traité de Cateau-Cambrésis, la corse est restituée à Gènes. Catherine de Médicis, épouse de Henri II fut la protectrice de Sampiero. Elle plaida en sa faveur alors qu’il avait tué sa femme Vanina 1563, demandant l’abandon de toute sanction pour les hommes ayant combattu sous la bannière du roi de France.

Gènes imposa sa volonté de repeupler la zone littorale et pratiqua une politique de colonisation agraire imposant aux propriétaires de greffer et planter de la vigne et 4 arbres fruitiers et au moins un châtaigner.

Dans le prix du billet est incluse la visite du « musée de la Bruyère » que je ne trouve pas. C’est un petit appentis dans lequel des panneaux racontent l’histoire de la bruyère qui a trahi Jésus alors que les Romains le poursuivaient ou plutôt qui l’a mal caché alors qu’il tentait de se cacher dans son feuillage. La bruyère n’est donc pas la bienvenue dans les maisons corses sauf sous forme de balai ou de pipe ! Musée insignifiant !

Je termine la journée à la plage de Bussaghia.

 

Sentier N°2 de Kastro au Chrysopigi, déjeuner sur la plage de Faros

CARNET DES CYCLADES – SIFNOS

ruelles du Kastro

Affranchir les 2 cartes achetées à Vathy ! Il n’y a qu’un bureau de poste sur Sifnos à Apollonia.Je butte en entrant sur 6 colis mal ficelés. Derrière la corde deux personnes font la queue. Une corde, mais pas de distributeurs de timbres ni de machine à affranchir. La pesée du 1er colis avec son bordereau en double exemplaire, placé sous plastique, l’affranchissement et j’en passe dure 20 minutes, Si cela continue à cette allure, je suis encore là pour 1h30. Entre le pope, curieusement vêtu de bleu. Du fond de la Poste, la cheffe l’appelle « pater », après avoir salué toute l’assistance d’un kalimera ecclésiastique, il passe devant tout le monde avec son paquet à expédier. Je suis écœurée et je sors après avoir brandi mes deux cartes postales.

Sentier n°2 de Kastro à Chrysopigi (5.8km, difficulté moyenne)

la citadelle de Kastro vue du sentier

Le départ est au bout de la route à la fin du village. Début charmant, très fleuri avec des buissons à fleurs bleues (Gattilier ou Vitex agnus-castus) et des lauriers roses dans le lit du ruisseau. Longue montée sur des marches de schistes verts, Je suis face au Kastro coiffant son rocher, sur l’arête de la colline en face il y a trois moulins et dans creux les coupoles bleues. Le sentier passe alors entre deux murs de schiste avec de blocs de marbre blanc. Au sol, les dalles de marbre sont piquetées pour qu’on ne glisse pas. Les crottins sur le chemin montrent que le sentier muletier est encore utilisé.

un beau chemin dans les oliveraies

Un homme me précède, grand, sec, grisonnant. Il porte un sac de toile blanche sur l’épaule. Il enjambe une murette, entre dans un champ et appelle ses bêtes : un berger.

Le sentier devient sableux, poussiéreux, jaune pâle, il passe par des terrasses plantées d’oliviers. On a aussi semé du blé, pas encore récolté. La traversée de cette campagne cultivée, habitée, me ravit. Je mesure ma progression sur la carte en repérant les chapelles, Aghios Nikitas, toute blanche, Aghios Ioannis est à l’écart, un poteau note 5’. Le sentier passe sous une voûte d’oliviers. L’ombre m’y invite. Je descends des marches dont on a peint le rebord à la chaux. Une grosse branche vermoulue barre le chemin. Peut-être est-elle tombée ou elle marque la clôture du monastère, ou dissuade les animaux ? Je rampe en dessous. L’église est ouverte. En remontant, je remarque deux vaches qui ruminent couchées. Des tuyaux conduisent l’eau. Il y a sans doute des sources.

chapelle en contre-bas

Après avoir traversé la route, le trajet est moins plaisant, le sol rocailleux, il n’y a plus de culture ni d’ombre. Le chemin, plus large est dallé de schiste. La descente sur Faros se fait sur de belles marches soigneusement disposées. Au fond, la mer est bleue. Le petit port avec ses barques est charmant. Sur un promontoire l’église de Chrysopigi est reliée à la terre par un petit pont.

Le Topo-guide du sentier n°2 est disponible sur le site de Sifnos-trails  : ICI

Je retrouve Dominique à Faros, installée à la plus belle des terrasses sur la plage, sous les arbres : Lychnos, les pieds dans le sable à deux pas de l’eau, un peu à l’écart du port.

Le sentier entre Faros et Chrysopigi

A la nage je pars explorer, il y a une autre plage bordée de tamaris plus sauvage et vers Chrysopigi, il y en a encore une autre avec un accès pour els voitures. Après une très belle baignade nous étudions le « catalogo » le menu, il contient des plats alléchants plus chers que d’habitude.Au diable l’avarice ! J’aimerais goûter à la spécialité locale, le mastelo (agneau cuit au vin) mais il n’y en a pas, pas d’aubergines farcies, pas de tomate, il n’y a rien de ce qui nous plait sur la carte. La seule viande : du poulet ; donc souvlaki de poulet et saucisse-frites, la saucisse est infecte, le souvlaki est cru. Quelle déception.

Sur la plage de Kamares on a hissé le Pavillon bleu, dressé un chemin de planches, planté des écriteaux. Cela sent la haute saison et les vacances. Les estivants peuvent arriver et remplir la plage.

La soirée s’écoule au rythme de l’arrivée des ferries. Les lumières s’allument. Une flottille de voiliers occupe le port, deux yachts arrivent…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elne et Saint Cyprien

CARNET CATALAN

Elne cathédrale

Entre Perpignan et Argelès, la ville historique fortifiée d’Elne est perchée sur un rocher qui domine la plaine.

Illibéris, au 4ème siècle prit le nom de Castrum Helenae, en l’honneur d’Hélène et Constantin. Difficile d’imaginer que cette toute petite ville était, depuis 568, le siège de l’évêché qui ne fut transféré à Perpignan qu’en 1602. A partir du 14ème siècle, son importance décline au profit de Perpignan. La ville fortifiée fut assiégée quatre fois : 1285 par Philippe le hardi, 1344 par Pierre d’Aragon, 1474 par Louis XI et en 1641 sous Louis XIII.

Sa cathédrale fut consacrée en 1069. Encadrant sa grande façade romanes deux tours carrées symétriques étaient prévue, on ne construisit alors que la tour carrée de pierre, la tour de brique plus tard.

Nous entrons dans la ville close en passant sous un grand porche.

Cathédrale Sainte Julie et Sainte Eulalie, le jeudi Saint

Des femmes aux cheveux blancs mais d’allure jeune, et le curé, préparent la procession qui aura lieu ce soir, jeudi saint. Elles ornent le brancard de la Vierge vêtue de noir, robe noire, mantille noire, couronne dorée portant des lunes et des étoiles. Du lierre et des lys sont prévus. A l’arrière une croix avec les instruments de la Passion.

La cathédrale est vaste, la nef est haute,  les arcs sont romans sauf l’entrée qui est gothique. De beaux chapiteaux sont perchés trop haut pour que je les détaille. Les tableaux viennent de l’atelier des Guerra : Antoni le « major »1634-1705, Antoni le « menor »1666-1721, Francesco 1681-1729. Ils ne sont pas mis en valeur dans la pénombre et aucun cartel ne les distingue. Dans la chapelle de la Passion se trouve un beau retable, sur un des panneaux, Sainte Marthe dompte la Tarrasque. Le retable de la chapelle saint Michel est également très beau avec plusieurs panneaux amusant comme celui d’une femme sauvée de la marée.

Préparatifs pour la procession

A l’arrière de l’église, à l’extérieur un curieux mur d’enceinte en pierres soigneusement taillées, avec des avancées et des creux.

Le cloître

Le cloître est intact, tout au moins dans son niveau inférieur. Il y avait une galerie mais elle a été vendue en 1959 pour orner le château de Villevêque en Anjou dans l’entrée du petit musée archéologique des photos des chapiteaux de la galerie montrent les douze mois de l’année.

On visite le cloître avec un plan et des indications des scènes représentées. La galerie sud est 12ème, Ouest et nord 13ème, Est 14ème. Chapiteaux des colonnes et des piliers sont historiés. Je cherche la Genèse, la scène du Quo Vadis, le martyre de Julie et Eulalie, 13ans arrêtées par les Romains, des scènes de chevalerie. Certaines scènes se répètent sur chaque côté, entre les scènes, des animaux, des plantes…. J’aime bien ces recherches qui ressemblent à un jeu. Et en plus, ils sont très beaux.

Scène de la légende de Sainte Eulalie

Musée archéologique

Dans une sorte de crypte, un peu décevant sauf les très belles céramiques mudejar, aussi belles qu’à Perpignan.

 

Musée Terrus

Fermé malheureusement ; je regrette de ne pas avoir consacré plus d’attention à ce peintre à Perpignan.

Saint Cyprien

C’est la plage la plus proche d’Elne. On a décoré les ronds-points avec des jets d’eau. Mais le front de mer n’est pas bien beau. Mais la plage est merveilleuse, 6 km de sable fin. Plus fin qu’à Argelès. Comme hier, je me déchausse et marche les pieds dans l’eau.

Au retour on passe devant une pièce d’eau. Les hérons se rassemblent sur une île. Il y a un golf qui détonne parce que les immeubles ressemblent plutôt à des cages à lapins, pas

Espagne! Roses et la route de l’Emporda

CARNET CATALAN

Roses : la plage encore hivernale

Roses

Nous n’avons pas envie de manger dans la voiture au parking couvert du Musée. Il pleut impossible de pique-niquer dehors.Nous filons à la mer  La pluie a cessé. Les vagues déferlent sur le sable. La plage est très longue. Une digue la borde avec piste cyclable, bancs. Je commence par aller vers le sud jusqu’à une jetée surmontée d’un petit phare. Sur les bords de la digue il y a de très grands immeubles avec des balcons, des piscines. Vers le nord les maisons sont plus anciennes, moins hautes, il n’y a pas cette barre continue mais aussi des petites maisons, la mairie, et de l’autre côté du rond-point une citadelle presque arasée.

Retour par l’Emporda

Après ma promenade le long de la plage, nous continuons la corniche jusqu’au bout. Passons sous la forteresse wisigothique. Jolies villas et petits immeubles chics, mais voie sans issue….ce n’est pas là que nous trouverons la route pour Port Bou et Cerbère qui longe la côte. Retour au centre de Roses. Nous nous engageons sur la voie rapide de Figueres. Mais regrettons les petits villages que nous avons aperçus. On oblique, au hasard, à la boussole dans des marais du parc naturel des Aiguamolls.

Sant Joan Palau Saverdera

 

Au loin le clocher de Palau Saverdera de la jolie église romane Sant Joan (11ème siècle) avec son mur-clocher et trois cloches. De grands panneaux indiquent un village néolithique et un parcours mégalithique, mais ce n’est plus l’heure. Dommage ! Visite aussi de Sant Marti (11ème) qui a quatre très jolis chapiteaux romans historiés à Pau. Dernier arrêt à Villajuiga, et son église Sant Feliu.

Tous ces villages de l’Empordà ont de gros celliers de coopératives vinicoles, de beaux citronniers poussent dans les jardins, des oliveraies, les montagnes toutes proches. A une intersection nous avons le choix Figueres ou La Junquera ? La Junquera nous semble plus près de la France.

Arrêt à Capmany village très charmant :  l’église est dominée par une tour carrée, peut être le clocher, à l’autre bout de la nef, se trouve une tour ronde ou plutôt la moitié d’une tour ronde. Accolée à l’église, une arche passage vers la très jolie place de la Mairie dans un hôtel 16ème . La pierre de construction ici est le granite.

Capmany

Mais ce n’est pas un raccourci parce que la route tortille dans la montagne et s’approche des sommets. La végétation devient plus sauvage. Les chênes-liège sont bousculés par des chaos granitiques. Les pics tout proches sont saupoudrés de neige et une barre enneigée borne l’horizon. Enfin La Jonquera et ses magasins est le terminus de cette jolie balade.

Tabarka – histoires de téléphone – hôtel sur la plage

CARNET TUNISIEN DU NORD AU SUD

Les aiguilles de Tabarka

Petit déjeuner : délicieuse omelette avec tomates et herbes, sur un joli plat en étoile, délicieuse pâte à la noisette et bonnes confitures.

8h30 quittons la Maison d’Hôtes sous le soleil par la route d’Ichkeul et remarquons sur le lac les îlots herbus, d’où l’intérêt de passer plusieurs fois ! Au pied du Jebel Ichkeul la plaine est très très plate cultivée de champ de blé dans de grands champs avec des tracteurs. Les grandes meules de pailles sont sous plastique. Vers le sud, l’horizon se découpe selon une ligne de crêtes pointues.

Téléphone

Fleurs d’oranger en décembre

Mateur est une agglomération d’environ 20.000 habitants avec de nombreux commerces. La boutique Orange est une copie des boutiques Orange de France, même mobilier, même décoration. Trois jeunes femmes y travaillent.  Une voilée, blanc et vert, un voile noir strict, la troisième, plus jeune, a une queue de cheval et des jeans serrés. Pour débloquer la carte Sim du petit téléphone que Djerba Autrement nous a prêté, la patronne me demande ma carte d’identité et refuse de le débloquer puis laisse les jeunes le faire d’un clic. Première opération réussie ! la seconde, équiper le téléphone de Dominique avec une carte Sim tunisienne. Instant d’émotion, va-t-il l’accepter ou se bloquer comme en Jordanie ? Soulagement ! On établit un contrat après photocopies du passeport. Tout se passe à merveille. Je bénéficierai même d’une promotion : bonus qui multiplie par dix le crédit, mais utilisable unique à l’intérieur de la Tunisie et pour une durée d’une semaine. Tout serait parfait si je n’avais pas égaré la carte SIM française, elles sont si petites maintenant que c’est facile de les perdre. Introuvable ! je secoue mon passeport, vide le porte-monnaie, vide tout le sac, les bonbons, les mouchoirs. Je suis dans la boutique depuis une heure. Dominique s’impatiente, elle entre et justement entend tomber quelque chose : la carte ; miracle ! retrouvée ! nous pouvons repartir. Nous avons enfin résolu les problèmes de téléphone, croyons-nous. Nous pourrons nous appeler l’une l’autre avec le bonus. A 13h lorsque nous arrivons à l’hôtel à Tabarka, c’est tout Orange Tunisie qui a buggé ! On a un téléphone tunisien, du crédit et on ne peut rien faire. D’autant plus que le bug s’étend au téléphone fixe et aux autres opérateurs !

Devant le lycée de Mateur, tous les élèves sortent pour une manifestation pro-Palestine très bien organisée.

la route de Mateur/Nefza 75 km

oliveraies

Plein ouest dans les collines de la Kroumirie. Les champs sont petits, pentus et piquetés d’arbres : oliviers, figuiers, cyprès, eucalyptus. Dans les vergers l’oliviers c’est la cueillette. La route zigzague. Nous doublons un pickup métallisé qui porte une véritable meule de paille attachée avec des sangles qui s’élargit en encorbellement vers le haut. Le même pick-up gris vient à notre rencontre avec un veau et une vache à l’arrière ?

pick up de paille

La montagne est pittoresque avec des figuiers de Barbarie (que Flaubert appelle des Nopals, et moi des Opuntia) bordant la route et les champs. Les eucalyptus forment une véritable forêt à l’arrivée à Sejnane, ville active (mines de plomb et de zinc). Le marché aux légumes occupe une partie de la route, suivi d’un marché de fripes le plus grand que j’aie jamais vu. On y vend de tout, des chaussures aux sous-vêtements. Des centaines de mètres de vêtements de seconde main. Le rond point est décoré de deux grandes cigognes en ciment.

Friche industrielle et nids de cigognes

En haut du minaret, sur les pylônes, sur la gare désaffectée, sur les poutrelles d’une installation industrielle, partout d’énormes nids de cigognes qui hivernent plus au sud en Afrique. Autour de Sejnane les petites maisons ont des toits à double pente couvertes de tuiles mécaniques rouges, ces tuiles soulignent de petits auvents. Héritage de la colonisation ou signe d’une météo plus pluvieuse que dans le reste de la Tunisie ? Un lac de barrage est desséché. Nous traversons une première forêt de chêne-liège, troncs noircis, trace d’un incendie. Un viaduc ferroviaire traverse une vallée, puis un joli petit lac. La route est maintenant bordée de mimosas ? Sur la carte un grand lac de barrage s’étend avant Nefza : bien à l’étiage alors que nous sommes quand même en décembre. Après Nefza, la route descend sur Tabarka.

Tabarka : Le Méhari

la plage de Tabarka vue du balcon

Avant l’entrée de Tabarka,  la route touristique  dessert les hôtels. Généralement nous fuyons ces hôtels-usines de milliers de chambres entourés de pelouses. Il y a même un golf. Les golfs en pays de sécheresse me mettent en colère. Nous n’y logerons qu’une seule nuit. Le Mehari  a des centaines de chambres (la nôtre est la 3320),  des  kilomètres de couloirs, deux piscines, l’une couverte et chauffée. Notre chambre est bien 4*, très vaste claire, confortable. Murs blancs, rideaux beiges à rayures rouges, deux lits jumeaux recouverts de rouge, une tablette de marbre sous la glace, kilims rouge et gris, mais surtout un grand balcon juste au-dessus de la plage de sable où déferlent les rouleaux puissants.

Visite touristiques

Négligeant les citernes antiques, l’une d’elle est transformée en basilique, et le fort génois, nous allons voir les Aiguilles : banc de grès découpé par l’érosion formant une dizaine de triangles à la pointe très effilée. Des coulées de rouille leur confèrent une teinte orangée et protègent les faces du vent et des embruns qui criblent de trous les endroits où la rouille est absente, formant ainsi des coulures, piquetis et des formes étranges. Promenade agréable en bord de mer, un peu trop urbanisée avec de grands lampadaires disgracieux et des gardes-du-corps peu discrets. Belle vue sur l’île Tabarque et son fort génois doublé d’un phare.

Les aiguilles de TAbarka et l’île Tabarque

L’île est reliée à la terre. Son histoire est mouvementée : le roi Hafside vaincu par Charles Quint, l’avait gardé en sa possession ; il l’échangea contre le corsaire Dragut prisonnier d’une famille génoise. Charles Quint afferma Tabarka aux Lomellini qui construisirent un puissant fort et s’y maintinrent deux siècles.   Les Génois y développèrent le commerce du corail, de la pêche et des produits locaux. Les histoires de corsaires se poursuivent….. Dragut est mort à Malte pendant le Grand Siège en 1565 sur les murs du fort Saint Elme ! Elle fut prise en 1781 par les Français.

Revenant des Aiguilles, passant devant les étals des marchands de souvenirs je file devant les propositions des vendeurs de colliers de corail. Leur table est pleine de collier de perles roses ; Les prix tellement alléchants que je les avais snobés, pris pour du faux, (peut être le sont-ils, comment savoir ?).

Autre spécialité locale : le liège -exploitation des forêts de chêne-liège dans les hauteurs : bouchons, plaques isolantes, semelles. Un vieil homme au marché des souvenirs vend des « rochers » en lièges sur lesquels sont fichées des cigognes en plastique, ensemble hideux, terriblement kitch et surtout intransportables en avion par les touristes.

Retournons à la recherche d’une boutique de téléphone. On nous l’indique « après la statue de Bourguiba ». Le grand homme est assis, son chien à ses pieds. Il fut assigné à résidence à l(hôtel de France en 1952.

Rien à faire chez Orange : leur magasin est aussi en panne.

Balade d’une bonne heure, les pieds nus dans le sable fin. Je roule mon jeans et laisse la vague me mouiller jusqu’au mollet. L’eau est tiède ? Les rouleaux ont une belle couleur menthe glaciale.

Je profite pendant une heure de la belle piscine pour moi toute seule, sous une verrière dépolie hémicylindrique.

Dernier jour à Malte,

CARNET MALTAIS

Le trésor secret de Malte est l’Hypogée de Hal Saflieni. Il faut réserver la visite longtemps à l’avance sur Internet et le prix est de 30€. Le site Internet ne semble pas actif, nous décidons de tenter la chance. Peut être un désistement de dernière minute ? Après tout, les vacances sont finies ! Nous règlons le GPS sur Paola, selon mes renseignements, le site serait à 5 minutes de l’église. Sur place aucun fléchage, les rues sont à sens unique, un vrai labyrinthe. Un monsieur très gentil propose : « suivez- moi ! » en guise de clignotant il sort son bras tantôt à droite, tantôt à gauche. Sur le comptoir de la billetterie cette indication « booked until 11.17 » ?

Les temples Tarxiens ne sont pas bien loin, sur la grand route j’ai remarqué un écriteau. Après, plus rien. Une dame très aimable encombrée d’un sac et d’un caddie bien rempli propose de nous guider ; Il faut faire de la place pour ses ballots « charity ! ». » A droite !», tape sur l’épaule de Dominique, « à gauche ! », nouvelle tape..petites rues, balcons maltais, camions de légumes. Le même que nous avons vu tout à l’heure et nous revoilà devant l’hypogée ! Nous ne trouverons jamais les Temples Tarxiens !

L’office de tourisme de Marsaxlokk m’a offert un plan détaillé avec des balades aux environs de Marsaxlokk et de Marsaskala. L’une d’elle passe par Tas-Slig où je devais aller dimanche et va au phare de Delimara . Sur la Pointe de Délimara se trouve une centrale électrique et de la route on domine le Port Franc. Un gros pétrolier est juste en dessous de nous, on voit les tuyaux brillants qui arrivent à la raffinerie  la très haute cheminée rouge et blanche domine le cap. Il s’agit de l’oublier sur la petite route pleine de nids de poule qui s’arrête devant le phare et une station de radars.

La vue sur Marsaxlokk est  impressionnante. Ce que nous avions pris pour un simple village de pêcheurs est une ville très étendue sur une baie beaucoup plus grande que nous ne l’avions imaginée. Je comprends que les flottes soviétique et britannique aient pu s’y rencontrer. De l’autre côté du cap, vers la mer ouverte, de petites criques rocheuses très sauvages invitent à la baignade.

La plus connue est celle de Saint Peter’s Pool  qui est signalée par des écriteaux mais il y en a une autre au bout de la route goudronnée équipée d’un escalier de ciment et d’une échelle dans l’eau. La plage elle-même est une dalle d’un calcaire gris creusée de trous circulaires (saline ou érosion naturelle ?) dans les trous remplis d’eau un crabe, de minuscules poissons…L’eau est merveilleusement transparente. L’anse très étroite est protégée du vent. Y plonger serait un rêve. Une de mes règles de prudence est de ne pas nager seule si je n’ai pas vu quelqu’un d’autre le faire. Je ne nage pas assez bien pour déjouer un courant fort ou un piège quelconque. Je remonte à regrets. Comme il n’y a personne sur le parking je suis à l’aise pour me mettre en maillot pour St Peter’s Pool. Même configuration que la petite plage sauf qu’il y a deux parkings avec du monde, et beaucoup de gens qui plongent et s’amusent. Prudemment je me dirige vers l’échelle et me dégonfle, elle est très haute plus de 2 m au dessus de la surface de l’eau. Et si c’était glissant ? Une fois encore je renonce pas très fière d’être si peureuse.

Nous retournons au Kiosk Fajtata de la Baie de Saint Thomas. Là je nage en toute confiance à l’abri des flotteurs. Fish&chips.

Près de notre maison, à Qawra,  il y a des salines. Pour y parvenir je longe le bord de l’eau, découvre de nouvelles échelles pour se baigner, des petites plages de ciment insoupçonnées. Entre la route et la plage, deux étages de garages à bateaux et des cahutes de ciments avec des terrasses et des tonnelles, souvent des barbecues. Résidences permanentes ou rendez vous du week-end ? Un vieux monsieur et une dame prennent le frais, les jambes étendues sur un tabouret, la dame égrène son chapelet. Trois hommes s’affairent sur un bateau à moteur. Vie simple à mille lieux des hôtels à karaoké et piscine. A la fin des maisons le sentier se rétrécit et entre dans les roseaux. Un long serpent me dissuade d’aller plus loin. Sur le côté je découvre un chemin de planches qui mène à Kennedy grove qui est un jardin avec un bosquet de pins, des jeux d’enfants, des tables à pique-nique et une sorte de monument circulaire, genre tholos, au président assassiné. Un grillage sépare Kennedy Grove de la saline. Je dois remonter sur la route jsqu’à une passerelle métallique rouge qui enjambe un canal nauséabond où s’ébattent des canards.

Une promenade a été aménagée le long de la saline avec des panneaux explicatifs. Les bassins sont grands. Ceux de remplissages sont particulièrement vastes et communiquent avec la mer. Le sel cristallise sur des dalles de pierre, dans des bassins peu profonds de couleur crème ou rose. Je ne vois pas de sel mais hier il y avait des petits tas pointus caractéristiques. Une belle croix de pierre est érigée au milieu de la saline.

Le reste de la soirée est occupé aux préparatifs du retour, valises et ménage.