l’Alcazar de Seville

ANDALOUSIE Pâques 2009

andalousie olympus 233 - Copie

 

Palais de Don Pedro


Les portes de l’Alcazar ouvrent à 9H30 et nous arrivons avant l’ouverture.
Que dire de l’Alcazar après  avoir visité l’Alhambra ?
Serons-nous blasées de stucs, arcs lobés, outrepassés ? Et bien, non ! C’est toujours l’émerveillement.

stucs, arabesques et dorures
stucs, arabesques et dorures


Nous avons eu la chance de rencontrer un groupe francophone avec un guide remarquable. Quand j’entends un conférencier intéressant je suis toutes ouïe. Il insiste d’abord sur les 3 éléments décoratifs d’un palais andalou : marqueterie, stucs et céramique. La marqueterie est en mélèze, châtaignier et cèdre de l’Atlas. Le liant ajouté au puzzle des éléments emboîtés est de la graisse animale. La marqueterie utilisant des bois différents résiste mieux à la dilatation ou à la contraction, l’amplitude thermique étant très importante en Andalousie.

La céramique, comme les zelliges marocains, provient d’une plaque monochrome découpée à la pince en éléments géométriques. Le stuc est un mélange de chaux, de sable et de gypse avec encore un liant organique, œuf, graisse animal. Ce sont les ouvriers musulmans qui ont développé ces techniques. Employés au service de la couronne catholique ils ont créé un art Mudéjar distinct de celui des palais islamiques.  C’est sur cette distinction qu’insiste ce conférencier ? Il montre les éléments originaux que l’on ne ourrait jamais observer dans un palais arabe.

andalousie olympus 227 - Copie
D’abord les figures animées dont la représentation est interdite par l’Islam. Ici, il nous montre un petit singe, ici, une main humaine qui tient quelque chose. Il faut être très bon observateur pour deviner ces images perdues dans l’ensemble des entrelacs. Ensuite, les armoiries des rois chrétiens : presque partout on retrouve les deux colonnes et un lion. Dans les plaques de stucs la calligraphie arabe joue un rôle décoratif essentiel. Sur les bordures on peut lire des versets du Corans mais parfois on trouve une ligne en latin. Le jeu est donc de débusquer ces éléments inédits. Coquilles Saint Jacques,  mais aussi les poupées minuscules dans les chapiteaux de la cour des poupées, allusion aux petites princesses… L’œil s’exerce, on voit les choses différemment. L’enchantement et la surprise qui prédominaient à l’Alhambra jouent moins, j’apprécie encore plus le raffinement du décor.

zelliges
zelliges

 

A l’Alhambra, nous passions d’une pièce à l’autre un peu ahuries. Aujourd’hui, nous nous attachons à des détails que l’on aurait négligés, par exemple les zelliges en créneaux ne se trouvent pas ici par hasard, ils expliquent au visiteur qu’il se trouve dans un palais mais aussi dans une forteresse.

Aux oiseaux dans les stucs, référence à la fauconnerie, on a ajouté un paon oriental.

paon
paon oriental


Le conférencier, enfin, souligne enfin le respect que tous les souverains catholiques portèrent ultérieurement à tant de beauté. Dans cette période d’intolérance où régnait l’Inquisition aucun souverain n’a osé détruire le palais.

Chacun a marqué son empreinte : la galerie d’Isabelle la Catholique dans le salon des Ambassadeurs où la frise des rois figure sous les stalactites musulmans, le plafond de Charles Quint… Les stalactites seraient en rapport étroit avec l’histoire du Prophète qui, recevant la Parole de l’Ange Gabriel, se serait concentré dans la Grotte sur une goutte d’eau tombant d’une stalactite.
Après le passage du groupe sous visitons une seconde fois le Palais de Don Pedro. Riche de notre nouvelle connaissance, nous retournons au Patio des Doncellas (où se trouvent les poupées) pour prendre des photos en toute tranquillité et profiter pleinement de l’endroit.andalousie olympus 234 - Copie

Dans le Dormitorio de los Reyes Moros les zelliges vert et blancs donnent une impression de calme, de repos et de fraîcheur avec des motifs en zigzag évoquant l’eau..

 

Alcazar de Séville : Palais de Charles Quint

andalousie coolpix 450 - Copie

Un escalier dérobé nous conduit, sans y prendre garde, au Palacio Gotico – ou Palais de Charles Quint. Ici aussi, les murs sont carrelés. On qualifierait plutôt les azulejos de majolique avec une dominante jaune qui éclaire les grandes salles rectangulaires. Animaux ou chimères ? Cerfs et lapins, mais aussi personnages étonnants, grotesques de la Renaissance Italienne  dans la chapelle, ajout de Philippe II (1556-1598).

 

 

La salle des banquets et des fêtes est décorée de grandes tapisseries racontant l’expédition de Charles Quint à Tunis. Technique flamande, matériau espagnol (soie et laine), ces tapisseries sont d’une grande finesse. Instrument de propagande, elles ont tellement voyagé qu’elles ont été usées et qu’on en a retissé des copies en 1740. Ce sont les copies qui sont exposées.

En bas, dans un cartouche est rédigé le texte en latin. Une conférencière affirme que le cartouche du haut est  en ladino. En ladino ? Qu’est ce que les Juifs, expulsés, persécutés, brûlés viennent faire là-dedans ? Le ladino est il vraiment indiqué pour décrire une expédition guerrière ? Mon incapacité à distinguer le ladino du vieil espagnol me laisse sur mon scepticisme.

La tapisserie qui m’a le plus frappée est une carte de la Méditerranée avec ses îles, Baléares, Corse Sardaigne et Sicile et ses ports importants : Gênes, Marseille, Barcelone et Lisbonne. Rome y figure mais pas Madrid.

 

 


Les jardins de l’Alcazar

andalousie coolpix 449 - Copie

Nous passons insensiblement dans les jardins,traversant une série de patios plantés d’orangers de rosiers avec le pan traditionnel du Ryad arabe : une fontaine au centre et quatre carrés. La tour de l’eau  crache une grande quantité d’eau par une sorte de gouttière dans un bassin rectangulaire ou nagent des carpes. Un petit Mercure en occupe le centre.
A l’arrière de ce bassin, un mur de style rocaille abrite une galerie couverte qui partage les jardins de l’Alcazar en deux. De cette position élevée, on peut admirer la complication des motifs végétaux, perspectives, labyrinthe et massifs.

andalousie coolpix 457 - Copie

De très hauts palmiers confèrent à ce parc un air d’oasis. On oublie la grande ville, la chaleur, la circulation, on y trouve le calme et la fraîcheur des oasis. L’illusion, le mirage, est dissipé lorsqu’on descend . Au niveau du sol, le jardin est tout à fait européen. Certaines parties « à l’anglaise », d’autres plus ordonnées avec les petites gloriettes, les buis taillés sont « à la française » ou peut être »à la toscane » avec les vasques de poterie vernissée. Le Pavillon de Charles Quint est recouvert d’azulejos colorés avec des arches oranges et des pignons pointus.
Nous aurions bien passé plus de temps à flâner et nous reposer à l’ombre dans le « jardin des poètes » si les jardiniers n’avaient pas débarqué avec des motoculteurs et des scies mécaniques. Chaque époque utilise les techniques de son temps.
Nous quittons le Palais par le très beau Patio des Banderas (Place d’Armes) que nous avions déjà aperçue en visitant le Barrio de Santa Cruz. Le retour emprunte les petites ruelles de la Juderia. Nous passons devant l’Hospital de los Venerables et évidemment… nous nous égarons. On trouve les colonnes antiques Marmoles qu’on avait cherchées dimanche, reste d’un temple romain.

Courses à 14H et déjeuner à 15h. Cette fois si nous avons assimilé les horaires locaux. Pendant la sieste, on élimine 150 photos numériques.

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

4 réflexions sur « l’Alcazar de Seville »

  1. C’est tout à fait comme je l’imagine, quelle période superbe artistiquement quand on pense que les rois catholiques n’ont rien trouvé de mieux que de détruire cette civilisation !

    J’aime

    1. @Dominique : les rois catholiques ont utilisé les artisans et créé ce style mudejar qui est une synthèse du savoir-faire des Arabes et des goûts des catholiques. Ils ont chassé la population non-catholique et l’Inquisition a fait des horreurs mais artistiquement ils ont mis à leur profit les beautés antérieures

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :