Piana calanche et village

CARNET CORSE

calanche de Piana vues de la route

 Histoire de Piana

D’après  le panneau du parking de la Croix :

« Le village de Piana se développe à la fin du 17ème siècle sur un site déserté à la fin du Moyen Âge. C’était autrefois le cœur du territoire de la Pieve di Salognu. L’église pievane dédiée à san Marcellu se trouvait à 2 km de Piana, romane, 12ème siècle complètement ruinée actuellement. La Pieve di Salognu a connu une histoire tourmentée, soumise aux razzias barbaresques sa population s’est repliée dans les hauteurs ; elle a pâti des guerres entre Gènes et les seigneurs de Leca, en 1489 : en 1540 elle fut ravagée par Dragut. Pendant deux siècles les Génois interdirent toute installation pérenne . en 1690, Piana est reconstruite autour d’une maison forte. Son église fut achevée en 1792. Dès le 19ème siècle, ses calanche deviennent une destination touristique prisée »

En raison d’une météo incertaine nous choisissons une promenade terrestre : les calanche de Piana

Samedi, j’ai vu les grottes et les falaises du zodiac. Eblouie par le spectacle de Scandola je n’avais pas été aussi admirative que j’aurais dû. C’est toujours ainsi quand on accumule les visites ; On se blase facilement.

Alors que nous arrivons à Porto, un avion jaune fonce sur nous suivi par deux autres qui rasent la surface de la mer. C’est la sécurité civile. Y-a-t-il un incendie dans la montagne ? Nous ne les reverrons pas.

Chaos granitique

Entre Porto et Piana la route est spectaculaire, une douzaine de virages, et de points de vue à couper le souffle. Les calanche terrestres sont formés par un affleurement granitique de granite rose ou gris sculpté par l’érosion ; ce n’est pas le chaos classique de grosses boules empilées. Les diaclases sont verticales et resserrées. Le granite s’érode en grande plaques débitées en doigt qui pointent vers le ciel. Les écailles superficielles, en pourrissant sont devenues de l’arène granitique meuble qui a laissé des vides et des creux creusant des fenêtres et des formes bizarres. Chacun veut prendre sa photo. Les voitures stationnent chaque fois que c’est possible et souvent gênent le trafic. Embouteillage permanent mais quel spectacle !

Le château fort

La balade du « château fort » commence au pied du rocher de la « Tête du Chien » notée 30 mn. Courte promenade, mais beaucoup plus sportive que je ne l’attendais. Ce n’est pas un beau chemin comme ceux que j’étais habituée à parcourir mais un parcours un peu acrobatique dans le chaos granitique. On monte et on descend, il faut parfois s’aider des mains (merci au petit genévrier qui m’a permis de me hisser). Il y a un monde fou : des jeunes tchèques venus par deux autocars de Prague forment une longue file « bonjour ! Merci » disent-ils quand on les laisse passer. Ils sont bien polis mais ils pourraient songer à s’effacer. En sandales dorées ou en équipement d’alpinistes, ils occupent le site et finissent pas m’agacer. Le « château » n’est pas une construction médiévale mais un gros rocher cubique, aux parois verticales et au sommet plat.

Rocher bizarre

Quand je remonte, l’embouteillage bat son plein. La municipalité de Piana a prévu une circulation alternée que de jeunes fonctionnaires à vélo, habillés de gilets fluos, et équipés de walkie-talkie, font respecter en faisant garer les voitures au passage des cars et camions. « Trois cars vont passer » préviennent-ils.

Le village de Piana

Eglise de Piana

Le village est construit en amphithéâtre à flanc de colline. A l’entrée deux très beaux hôtels, des villas 1900. Plus loin, le village est ramassé autour de l’église de l’Assomption. Ses portes peintes sont originales, gaies, peintes en bleu, décorées d’une rosace en relief. L’intérieur est entièrement peint à fresques en trompe-l’œil, dans une grisaille qui imite le marbre gris avec des médaillons. Le petit village (485 habitants) est très sympathique. Vivant du tourisme, il a su garder la simplicité d’un bourg rural. Coexistent de belles bâtisses de granite et de plus petites maisons au crépi fané. Certaines maisons croulent sous les fleurs : bougainvillées, géranium, dahlias. D’autres sont plus simples. De petites boutiques proposent des produits locaux. Je découvre enfin le brocciu que je cherchais (9€) ? il y a aussi des plats préparés dans des barquettes en aluminium : poivrons et courgettes farcies au brocciu, lasagnes.

 

Nous dégustons les farcis (tièdes) le pâté de sanglier et le brocciu : échantillon des spécialités corses. Pour le soir j’ai acheté chez le boulanger qui passe à Marina Livia (c’est le boulanger de Piana) une bastella : chausson fourré aux blettes et au brocciu,  et un à la courge. Il en existe aussi aux oignons.

 

 

 

 

Le Kef – Althiburos

CARNET TUNISIEN DU NORD AU SUD 

Althiburos : amphithéâtre

 

Le Kef – Dahmani : trente km environ vers les sud-ouest par une route droite. Quand le relief est plat, les champs sont cultivés de céréales. Le blé est vert ou les champs sont labourés avec la terre à nu. Dans les pentes, des terrasses imperceptibles, bourrelets de terre suivent les courbes de niveau où poussent des buissons ou un rang d’oliviers. Un oued a raviné le sol. Des figuiers de barbarie ressortent, bien verts sur l(orange ou l’ocre. Au sommet des collines : des vergers d’oliviers ou d’amandiers.

la gare de Dahmani

Dahmani bourgade tranquille de 14.000 habitants. Sa jolie gare blanche et bleue, est derrière de grands silos à grain (un peu comme Courville en Beauce). Le carrefour principal est orné d’une fontaine en céramique et bordé de maisons coloniales à belle allure. Pour trouver le site, il faut prendre la route de Medaina – complètement déserte – et tourner à gauche 3km après la sortie du bourg.

Un grillage enclos le site. On voit qu’il est hérissé de blocs, deux ruines imposantes se découpent sur le ciel. Pas de billetterie, deux bâtiments récents qui ressemblent à ceux de tous els sites archéologiques, occupés par des ouvriers. Visite libre – gratuite – je suis la seule touriste, seule femme parmi tous les hommes présents ; Personne ne se porte volontaire pour me guider.

Althiburos : forum

« Votre nationalité ? » – « française ! » – « c’est pour votre sécurité ! » affirme un homme vêtu à l’européenne, anorak et bonnet. Il y a aussi une escouade de travailleurs en djellabas avec des binettes et des houes, pour désherber ou dégager des blocs ?

Un beau panneau métallique présente les fouilles. Un accueil sonore polyglotte : français, anglais, espagnol ou catalan est sans doute l’œuvre des archéologues de Barcelone. Il donne un historique de la ville : fondée au 6ème siècle av.JC , numide puis carthaginoise, elle s’est romanisée avec la création de la Province d’Africa Nova (46av.JC) obtient la condition de municipe sous Hadrien, située sur la route de Carthage à Theveste (Algérie), sous le nom de Municipium Aelium Augustum Hadrianum.  Le site a été occupé après le passage des Vandales en 435 par les Byzantins puis les Arabes jusqu’à la période médiévale où ses habitants partent au village d’El Ksour.

J’ai suivi un chemin tracé entre deux rangées de cailloux pour parvenir au Théâtre avec deux étages d’arcades (il y a même les vestiges d’un troisième niveau). A l’intérieur des excavations que je ne comprends pas trop. Je devine les entrées arrondies pour les spectateurs, peut-être les coulisses ?

Althiburos : Capitole

A un carrefour, des bassins de pierre de grande taille, à la base d’un édifice carré, suggèrent une fontaine, monumentale, un nymphée.  Les rues bien dégagées conduisent au Forum (voir texte 1908). Je reconnais le Capitole bâti sur une estrade : il reste un pan de mur avec deux colonnes plates aux chapiteaux corinthiens encadrant une haute fenêtre. Le forum est bien dallé, les colonnes du péristyle sont encore bien visibles – pas entières, bien sûr, la base ou le chapiteau à ‘emplacement de la colonne. En face sur un socle accessible par 3 marches, un bassin, puis une volée de 5 marche conduit à un petit temple aux colonnes cannelées. Est-ce le temple de Minerve cité par Cagnat ?

Deux piliers carrés très finement décorés, sont peut-être les socles de statues ou la base de l’arc de triomphe offert à Hadrien ? En plus d’Hadrien, Caracalla est cité dans les inscriptions. Je me promène dans les insulae sans reconnaître grand-chose. Les bases des constructions sont bien visibles mais je manque d’indices pour aller plus loin. Sur les rebords de la vallée creusée par le ruisseau qui fait ici un coude, je reconnais des habitations à étage qui me font penser au quartier Hannibal de Carthage (sans doute la ressemblance est-elle dans la topographie ?). Je n’ai pas trouvé le Tophet. Le ciel qui était gris se dégage. Il faut refaire toutes les photos.

Nous rentrons tôt au Kef ; il nous reste des petites choses à faire, courses à Monoprix, lessive (nous sommes parties depuis une semaine et avec le chauffage le linge sèche bien), photos à trier, mails et téléphone. De temps en temps il faut savoir se poser !

Le dîner est toujours aussi fin et cérémonieux : une salade de carottes cuites, ail, piment est décorée d’olives et de quartiers d’œuf dur. Soupe verte de légumes bien chaude (courgettes mais pas que) . Des feuilles de brick roulées avec une farce à l’œuf, persil, câpres, thon et olives. La dorade est désarêtée présentée avec une farce crémeuse de champignons frais, oignon. Au dessert : des mandarines.

 

A la fin du repas, Leila nous fait la conversation. Elle a été tenue au courant de nos visites et de notre passage à Dahmani par la police (nous avons montré nos passeports). Depuis que nous avons quitté Tabarka, nous avons été arrêtées à plusieurs reprises aux barrages. Pas par les policiers armés vêtus de noir qui nous laissent passer, mais par les gendarmes ou militaires, en kaki, qui réclament les passeports.  Les papiers du véhicule ne les intéressent pas, contrairement à la police de la route. Leila confirme : nous sommes étroitement surveillées, et nous devrions nous en féliciter. Le Kef est en zone rouge pour le terrorisme du fait de la proximité de l’Algérie et surtout des montagnes qui ne sont pas sûres, martèle Leila. Avant 2011, on pouvait camper et pique-niquer n’importe où. Plus maintenant affirme-t-elle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Kef – Dar Alyssa

CARNET TUNISIEN DU NORD AU SUD

le Kef : mausolée Sidi Makhlouf

Nous achetons à Jendouba un pique-nique sommaire : bananes oranges et dattes ainsi que des yaourts.

La route passe par des champs cultivés de céréales, l’horizon est barré par des crêtes, montagnes à la frontière de l’Algérie toute proche.

Le Kef

Le Kef est une grande ville adossée à une pente, la médina, la kasbah sont sur la colline tandis que la ville moderne s’étale vers le bas.

Le Kef dar Alyssa

Dar Alyssa – la maison d’hôtes – est une maison de ville située derrière l’Hôtel de ville. Sa façade est crépie de rose. Autour de la maison de nombreuses plantes débordent de pots. Impression de luxuriance. A l’intérieur, cette même impression d’abondance provient d’une infinité de sculptures et de beaux objets :  sculptures africaines, étains, collection de bracelets, pots, cuivres…On nous reçoit dans la pénombre. Dans un bassin, une cascade murmure. En décembre c’est un peu étonnant mais il faut imaginer la canicule de l’été : la présence de l’eau rafraîchit et me rappelle La Maison de la Cascade d’Utique.

Nos hôtes nous réservent un charmant accueil et nous conseillent pour demain la visite d’Althiburos site archéologique introuvable sur nos guides mais que GoogleMaps trouve à côté de Dahmani. Ici la Wifi marche parfaitement bien.

Le Kef

Notre chambre a un joli décor aux tons blancs et gris et une belle salle d’eau.

Nous montons à la Casbah qui est un grand fort avec une tour carrée avec une fenêtre à moucharabieh de bois qui dépasse. Le portail est imposant avec son arche maure. Le long de la muraille on a dégagé un autre mur. Tout autour des couples attendent le coucher du soleil. La vue est dégagée sur toute la région. L’horizon est se découpe en plusieurs lignes de crêtes. Le ciel est barré de bancs de nuages donnant un éclairage théâtral. Le soleil fait briller un petit minaret carrelé de noir et blanc à côté de coupoles qui prennent une teinte rose.

Le Kef : coucher de soleil

Une mosaïque de terrasses se trouve à nos pieds. Les pointes acérées des cyprès font des découpes graphiques. Près de nous un chapiteau corinthien devient orange ainsi que la toge d’un romain sans tête. Nous n’attendrons pas le final : il faut redescendre avant la nuit pour ne pas nous perdre. Evidemment on se perd quand même, suivant une rampe cimentée qui longe la médina mais se termine par un escalier. Demi-tour hasardeux.

Diner gastronomique

Dar Alyssa : salle à manger

Servi à 19h30 dans la salle à manger meublée de buffets rustiques, su lesquels on a déposé des ustensiles de cuisine en cuivre, belle collection digne de la cuisine d’un château. La chorba dans une coupelle, est au poulet, orge et pois chiches. Le plat de salade de jeunes fenouils très tendres est parsemé de miettes de thon et décoré d’olives. Le brick à l’œuf est d’une légèreté magique. Le plat traditionnel kéfois le Bourizguène est de l’agneau au romarin accompagné d’un couscous sucré cuit dans le lait avec des dattes saupoudré d’amandes et de pistaches concassées. C’est vraiment succulent ! Nos hôtes viennent nous tenir compagnie ils nous expliquent que le Bourizguène est un plat traditionnel de fête pour célébrer le printemps et les agnelages. En effet l’agneau doit être très jeune la viande est fondante sans graisse ; Nous terminerons la soirée à bavarder avec Leila qui est aussi une voyageuse mais dans le genre associatif, militant pour un dialogue inter-religieux avec des sœurs ; Elle a même rencontré le Pape à Rome.

Le sud est de Malte : Siggiewi et Ghar Lapsi – falaise de Dingli

CARNET MALTAIS

Déjeuner à Ghar Lapsi

Siggiewi

Nous cherchons à visiter des carrières modernes.  Un centre d’Interprétation Heritage Limestone est signalé sur nos guides. Nous errons entre Zurrieq et Qrendi passant et repassant sur les mêmes routes entre des murs de pierres bordant des carrières encore en exploitation. Des personnes interrogées affirment : « heritage Limestone se trouve à Siggiewi ». Retur en arrière, nous arrivons enfin à destination, mais trop tard, il ferme à 12h. Puisqu’on se trouve à Siggiewi autant visiter le village qui aurait de belles maisons anciennes autour de l’église Saint Nicolas. Evidemment on se perd ? Demi-tours, renseignements auprès des passants…Saint Nicolas est une grande église qui ressemble aux autres églises de Malte. Les maisons anciennes sont bien là mais pour les photos il y a toujours un artefact moderne qui dérange : un panneau de circulation, un climatiseur, une parabole….

Il est temps de retourner à la mer : nous avions prévu de déjeuner et de nous baigner à Ghar Lapsi.

 

Le GPS ne connaît pas Ghar Lapsi, la signalisation routière non plus. Ghar Lapsi est un groupe de maison, même pas un hameau. Nous recommençons le tour Zurrieq, Qrendi, les temples….Aux temples c’est facile, la carte est lisible.

Baignade à Ghar Lapsi

Nous ne sommes pas déçues, au bout d’une rampe très pentue de 120 petites marches nous découvrons une véritable piscine naturelle ronde entre les rochers. L’eau est limpide, les rochers affleurent. Par transparence on voit les poissons. Il y a des grottes réservées aux plongeurs avec bouteilles nombreux tout essoufflés à remonter la rampe avec leur matériel. Une autre rampe en pente douce arrive à un  minuscule port, petit havre étroit entre les rochers. Les barques sont hissées et les   tables du restaurant Carmen’s qui semble très fréquenté, la plupart des tables sont réservées.

Le patron très sympathique est très arrangeant ; je commande le poisson du jour : Lampuki (dorade coryphène)et les raviolis au poisson  recommandés aujourd’hui. Les raviolis sont servis avec une sauce méditerranéenne avec câpres et olives. Dominique se récrie, elle ne mange ni les uns ni les autres. Gilbert propose de changer et de les accompagner d’une sauce crevettes. Nous aurions aussi pu commander, des poulpes à l’ail des calamars, des moules au de la langouste.

lampuki

Le lampuki est frit découpé en tronçons. C’est un énorme poisson, je n’en viendrai pas à bout. Les raviolis sont une pure merveille, farcis avec différents poissons. J’ai regretté ne pas les avoir choisis. L’addition est très raisonnable : 32€ avec vin blanc et café. On nous offre de la halwa avec le café.

Entre poisson et café je suis allée me changer. La baignade est merveilleuse mais courte. Il y a du vent et cel bouge vers le large. Dans la piscine, il faut éviter les roches qui affleurent : 5 ou6 baigneurs remplissent la « piscine ».

Notre programme n’est pas terminé ? Il reste deux ou trois chapelles à découvrir et les falaises de Dingli. Après avoir passé une usine de désalinisation (osmose inverse) nous suivons les flèches Ir-Rabat. La route quitte la côte traverse une campagne entre des murs qui cachent des carrières impressionnantes en exploitation et qui isolent des champs et des jardins. Des panneaux indiquent Girgenti (je pense à la Sicile). On domine une verte vallée. Comme à Gozo, champs et jardins se trouvent dans les creux. On voit aussi des arbres : eucalyptus, mimosas ou caroubiers. Plus en hauteur des rangs de vigne. Laferla Cross, une énorme croix de béton sur une éminence domine une petite chapelle en ruine toute simple. Je me régale dans ces chemins entre murettes et figuiers de barbarie, terrasses et jardins. Dominique moins, elle redoute l’arrivée intempestive d’un véhicule en face. Pour arriver à la chapelle St Lawrence il y a un sentier piétonnier dallé qui descend ensuite revêtu de gros galets. La chapelle est interdite à la visite ; elle s’écroule. En dessous il y a une grotte est-ce une « underground chapel » ? citée par le Petit Futé ?

Falaise de Dingli

Les Falaises de Dingli sont très différentes de celles de ce matin. Elles ne plongent pas directement dans la mer mais se termine sur une sorte de plateau très fertile (argiles bleues) où l’eau est stockée dans des citernes au milieu de cultures maraîchères très soignées. Sur une citerne se trouve une statue de Saint André à taille humaine. Différence avec Gozo : la série stratigraphique est inversée et nous marchons sur le lower Coralline qui est un calcaire assez grossier présentant des cavités à la manière de la dolomie ou de la meulière. On ne voit pas les greensands (je finirai par en trouver un petit affleurement à la fin de la promenade.

Saint André garde la citerne

 

 

Lyon (3) – Vieux Lyon

ESCAPADE A LYON

Quais de Saone
Quais de Saône

Munie d’un  billet de transport valable toute la journée (5.5€) le Tram T2 m’emmène à Perrache . Je sors vite de la gare moderne pour découvrir la Place Carnot. Décidément, la presqu’île entre Saône et Rhône  est aérée de nombreuses places monumentales avec statues et fontaines !

dscn8293

Je rejoins les quais de Saône.  Un faible soleil  éclaire les façades colorées à l’avant des pentes de Fourvière. Le quai, côté presqu’île, est construit d’immeubles bourgeois cossus, presque des palais. Entre autres la synagogue présente des arcatures romaines et des décorations italiénisantes.

Vieux Lyon
Vieux Lyon

Une passerelle rouge traverse la Saône et  conduit au Vieux Lyon. Surprise et dépaysement. Rues étroites, façades Renaissance, crépis jaune, orange ou rose à l’italienne. Il faut regarder les statues dans les niches au coin des rues, les vitrines des magasins, les nombreux bouchons – restaurants typiques, et surtout oser entrer dans les cours pour trouver les fameuses traboules ces passages secrets, ici un puits, ici une tour cylindrique qui dévoile aussi un escalier en colimaçon, là un escalier monte à l’assaut de la colline….

par les cours et les traboules
par les cours et les traboules

Au Musée Gadagne, je choisis le Musée historique de la ville et néglige les marionnettes (encore une spécialité lyonnaise). Le Musée est installé dans une vieille demeure Renaissance, certaines pièces ont gardé leur cheminée (une avec des colonnes torses est très originale). C’est une visite expresse. Je regrette de ne pas lire tous les panneaux et de faire un voyage si rapide dans le temps.

20161021_122008

 

. Lugdunum romaine doit être au Musée Gallo-Romain en haut de Fourvière. Ici, on commence au Moyen-âge avec des chapiteaux, des statues romanes,  j’ai beaucoup aimé le groupe formé par un pèlerin de Saint Jacques qui se fait soigner les pieds par une femme. Lyon, ville de foire, ville de banque, les échanges avec l’Italie explique-t-il cette architecture Renaissance et les crépis roses et orange ? Lyon, ville d’imprimerie, deux vipères sur un une pierre, enseigne d’un imprimeur lyonnais. Lyon, ville de la soie, avec un métier. Lyon, ville royale qui accueille le mariage d’Henri IV et de Marie de Médicis, dont la grande statue orne l’Hôtel de ville, Louis XIV sur la place Bellecour,….traces de la révolution, et des révoltes des Canuts. Le temps me manque.

Au Musée Gadagne, Louise Labbé pour le plaisir!
Au Musée Gadagne, Louise Labbé pour le plaisir!

Clémence et Rosa me rejoignent pour le déjeuner. Nous choisissons Le Gourmand de Saint Jean sur la Place Neuve Saint Jean. Dans le  menu à 17€, nous choisissons des hors d’œuvres différents œufs meurettes, terrine de foie et salade lyonnaise aux lardons croûtons, et des quenelles pour plat principal. Les quenelles sont gonflées, légères, délicieuses dans leur sauce de bisque de homard. Au dessert nous varions les plaisirs : cervelle de Canut (fromage blanc avec des échalotes, du citron) une mousse au chocolat et des îles flottantes.

Pour digérer cet excellent repas, une grande randonnée à pied nous attend par la basilique de Fourvière et jusqu’en  haut de la Croix rousse (21km au podomètre).

devant la primatiale Saint Jean
devant la primatiale Saint Jean

Il a plu pendant le repas, nous sortons sous le soleil. Chacune fait partager ses découvertes :es cours et traboules. Nous visitons la Primatiale Saint Jean. L’archevêque de Lyon, devient primat des Gaules en 1079 , la construction de la cathédrale (1175 à 1480)  passe du roman au gothique. Les deux tours carrées encadrent la nef. Le porche gothique est finement orné et 4 série de  médaillons sont très finement sculptés avec des cycles variés du zodiaque, de la vie de Saint Jean, de Saint Benoit … La nef est très haute, il y a de beaux vitraux. On n’a pas le temps de s’arrêter à tous les tableaux mais l’horloge astronomique nous retient un moment. Dans la Manécanterie,  le trésor se visite gratuitement. J’ai surtout aimé les tapisseries et un petit coffret byzantin en ivoire sculpté.

Le centre de la place est occupé par une belle fontaine.

Morella

CARNET DE BENICASSIM

Morella
Morella

Morella a le même profil qu’Ares, en beaucoup plus grand : un piton rocheux sert de socle à la forteresse, la ville est construite à la base du rocher enclose dans des remparts entre de nombreuse tours carrées. Très touristique, la ville a organisé une ceinture de parkings à l’extérieur des murs. Disciplinées, nous laissons la voiture près d’une porte.

dscn8164-copie

La rue principale est bordée par une double galerie supportée par des colonnes de pierre.  Les étages supérieurs des maisons sont supportés par les colonnes. On  marche à l’ombre l’été et à l’abri de la pluie. Cafés et restaurants ont installé leurs terrasses. De nombreuses boutiques de commerce traditionnel ont des vitrines désuètes.

les arcades de Morella
les arcades de Morella

J’entre chez la mercière acheter des cartes postales (introuvables dans les stations balnéaires modernes). Internet a tué les cabines téléphoniques et les cartes postales disparaissent. Il subsiste encore en Espagne quelques unes, des unes et des autres. La vitrine de M. Manero toute de bois verni avec des entrelacs Art Déco attire mon attention : épicerie à l’ancienne avec jambons suspendus, bouteilles de vin et fromages variés dans des casiers. C’est ici que je vais trouver mes cadeaux : du jambon (l’épicier me le fait goûter, il est fameux)un fromage de brebis enveloppé exprès pour l’avion, un chorizo idem, et de l’huile d’olive parfumée à la truffe.

dscn8168-copie

Les autres rues sont tranquilles. En octobre, le lundi de surcroit, il n’y a pas de touristes et très peu de circulation. Je repère un restaurant proche d’un parking en face de l’entrée du château ?

dscn8172-copie

La Basilica de Santa Maria la Mayor possède deux portails gothiques ornés de très belles statues : la Porte de la Vierge et la Porte des Apôtres. A l’intérieur, un portique Renaissance orné des personnages du Jugement dernier est étonnant (sur le dépliant offert avec le ticket, j’ai lu Retrochoir ce mot m’avais plongée dans des conjectures, jusqu’à ce que je le prononce à l’anglais  et que je comprenne qu’il était à l’arrière du chœur).

espagne16tlf-052Un escalier à vis tout à fait extraordinaire porte des bas-reliefs peints en couleur sur de l’albâtre recouvert de feuilles d’or. Le retable churrigueresque est d’une richesse inouïe avec ses ors, ses angelots, ses colonnes torses et ses tableaux. Je suis tellement éblouie que j’en rate toutes mes photos (toutes floues). Beaucoup de trésors sont cachés dans cette église entre autres une icône byzantine (comment est-elle arrivée là ?) Les explications sont écrites en valencian, j’ai la flemme d’essayer de les déchiffrer. Un retable 16ème me plait bien, l’orgue 18ème baroque est bien doré.

espagne16tlf-055

Le restaurant Marques de Guilles s’ouvre en face de l’entrée du château au niveau de la rue. Les  tables sont dans un patio  sous un bel amandier. Il y a un menu gastronomique, et une carte. D’office, le patron nous fait prendre le menu du jour (12€)qui commence par un verre de vermouth avec des tapas (pain avec sauce épicée). Le choix est grand pour le premier plat, un assortiment de charcuterie et de fromage, excellent jambon pur moi. J’aurais mieux fait de prendre les croquetas morellanas, aux épinards et au fromage dans des beignets roulé dans une poudre rouge (piment doux ?)Pour le 2ème plat, des côtelettes d’agneau et pour Dominique de la morue sous une sauce tomate à l’ail accompagnée d’une énorme crevette rose. Pour dessert deux crêpes farcies de fromage de Morella sucré(et peut être d’amandes) présentées comme deux petits chaussons ornés de caramel. Après le café le serveur offre de la liqueur. Le tout pour 27€ avec les boissons. Adieux très cordiaux, le patron vient nous serrer la main.

dscn8192-copie

Pour la visite du château, comptez une bonne heure et demie.

On entre par le couvent S Francesco(1270). Du cloître,  il ne reste qu’une rangée d’arcades gothiques trilobées très légères ; dans son jardin,  les roses embaument. L’église (14ème )est très vaste, haute nef gothique, mais plafond de bois.  La nef est très claire, de grandes ouvertures allègent les hauts murs. Intérieur très sobre comme il convient aux franciscains. Seule décoration, les entrelacs des arcs.

dscn8197-copie

Au bout du cloître, dans la salle De Profundis on veillait le corps d’un moine décédé ; les autres moines chantaient le De Profundis. Une fresque représente l’Arbre de Vie- Lignum vitae – avec la figure du Christ crucifié et les Prophètes qui l’ont précédé, représentation typique des églises franciscaines. La danse de la Mort est dessinée sur deux registres. En haut, un noble, la Reine, le Roi, le Pape et un évêque se donnent la main, au dessous, un moine, un paysan, un frère dominicain, une prostituée et un enfant.

dscn8203-copie

Un cheminement conduit au château (1092m). Au premier niveau on passe devant la statue équestre d Ramon Cabrera y Grino, premier comte de Morella (1806). De hautes falaises calcaires fissurées dominent le plateau. Le sentier passe devant la Porte Ferrissa où Blasco de Alagon (1231) serait entré pour prendre le château aux Maures, on passe ensuite par la Porte à Barbacane(15ème ) qui protégeait la Porte Principale (15ème ) réaménagée au 19ème . La citerne date du 13ème , actuellement il y reste un peu d’eau. Le Palais du Gouverneur(1713) fut construit devant une caverne habitée depuis la Préhistoire. L’ascension se continue par de raides escaliers jusqu’à la terrasse de la Place d’Armes où se trouve une nouvelle citerne et des bâtiments 19ème siècle d’une architecture militaire qui a servi de prison au carliste Ortega .

Gabès – oasis – gite – restaurant sur le port

CARNET TUNISIEN DE DJERBA AU GRAND SUD 

Mosquée si boulbala
Mosquée Sidi Boulbala

Une très belle palmeraie entoure Gabès et arrive jusque à la mer. Quand on arrive au point de vue, le soleil ne nous a pas attendu. Des nuées violettes bordées d’or se déploient au dessus des arbres sombres. L’oasis est à nos pieds dans le creux de l’oued bordant une ville invisible. Dans un petit parc de loisir est installé un café et un zoo, attraction pour les jeunes locaux. La piscine ronde était autrefois alimentée par une source, on y lavait le linge et s’y baignait, la source est maintenant asséchée. La route passe sous un pont romain de pierre, aqueduc conduisant l’eau aux rigoles irrigant les jardins sous les palmiers. Le coin est maintenant à l’abandon, les arbres fruitiers, grenadiers, vigne et petits bananiers sont encore florissants mais les jardins maraîchers ne sont pas entretenus, un peu plus loin à Chemini on cultive les carottes, tomates et salades que nous trouverons au souk demain matin.

Boulbala

DSCN0873 - Copie

La nuit est tombée quand nous nous arrêtons sur la place animée de Boulbala. Le musée est fermé, il est installé dans une medersa qui fut, il y a longtemps une école juive comme l’attestent les nombreuses étoiles de David (raconte Majdi puisqu’on ne peut pas entrer).

La mosquée de Sidi Boulbala – barbier du Prophète qui mourut à Gabès en 661 – son mausolée est l’objet de vénération et de pèlerinage. La cour de la mosquée est construite une plateforme bordée d’un portique où peuvent se reposer les pèlerins. La cour dallée abrite une citerne qui recueille les eaux de pluie. A l’entrée de la salle de grosses poteries sont fermées par des couvercles de bois. Les fidèles boivent cette eau bénite. Maissa dénoue l’écahrpe qu’elle porte au cou, je sors le voile blanc avec les petites perles acheté à Beisehir, nous entrons du côté des femmes près du mausolée du saint derrière une clôture de bois à clairevoie, la tombe est recouverte de tissus verts brodés.

Autour de la mosquée des marchands ambulants proposent toutes sortes d’objets.

Notre gite : la maison d’Isabelle

DSCN0924 - Copie

C’est u  luxueux duplex au 4ème étage d’un immeuble moderne sur une place plantée d’arbres dans un  jardin public. Un café réunit beaucoup de monde aujourd’hui veille d’élections. La grande entrée est occupée par une table rectangulaire, le salon avec trois canapés contemporains bicolores beige et marron, il s’ouvre par une immense baie vitrée. Cuisine américaine dans le coin opposé, la hotte métallique est au dessus d’une grande table de cuisson, chaises de bar, meubles laques, design. Un escalier de marbre blanc s’enroule pour conduire aux chambres du duplex, très belles, très classe, lits immenses, jacuzzi, deux terrasses. Nous resterons au niveau bas pour plus de commodité.

Dîner dans un petit restaurant du port de pêche tout noir et désert : les barques sont sorties avec le beau temps. Au choix : loup ou dorade. Pendant que la dorade grille on patiente avec une petite écuelle de soupe de poisson très épicée – soupe d’hiver, – « les épices réchauffent » , et  une salade de poivrons grillés. Le poisson est excellent. Le cuisinier a une marinade secrète qui donne un arôme incomparable.