Philae

CARNET ÉGYPTIEN 2019

Philae : kiosque de Trajan

Philae raconte plusieurs histoires :

Temple d’Isis, il raconte la légende d’Osiris que son frère jaloux Seth enferma dans un sarcophage qui dériva jusqu’à Biblos, en Syrie où Isis le retrouva. Puis il raconte la quête d’Isis quand Osiris fut découpé en 14 morceaux. Quand elle en eut retrouvé 13, Isis fit appel à Anubis, l’embaumeur et à Nephtis la magicienne. Battant des ailes, Isis engendra Horus. Femme amoureuse, fidèle, mère accomplie, Isis sut séduire les Égyptiens mais son culte se répandit jusqu’à Rome.

Temple Ptolémaïque (322 av.  Jc – 33 av JC) le culte d’Isis fut célébré jusqu’à la fin du 4ème siècle. Les pharaons lagides, à al suite de la conquête d’Alexandre, n’étaient pas de pur sang égyptien. Pour se faire accepter du peuple égyptien, le pharaon recourait à un « engendrement divin » par Amon-Ré dans le Mammisi ou chambre de naissance divine.

Hassan, le guide en profite pour montrer les 2 cartouches des pharaons : l’un porte le « nom de naissance » avec le canard et le disque solaire, l’autre le « nom de couronnement » avec l’abeille et le roseau – symbolisant la Haute et la Basse Egypte.

Ce temple fut détruit en 27 avant JC par un séisme. ,

Philae : colonnade des chapiteaux tous différents

Le temple est construit selon le plan traditionnel, colonnade, puis on entre par un pylône dans une cour ouverte, une salle hypostyle précédant le naos.

Sur un rocher une stèle remercie Ptolémée d’avoir privilégié Isis lors d’un conflit entre les prêtres d’Isis et ceux d’Atoum qui revendiquaient également le site.

Philae pylône

Sur le Pylône, les figures martelées du Pharaon portant les couronnes donne à Hassan l’occasion d’une révision des coiffes, de haute Égypte, Basse Egypte et ptolémaïque qui comporte 3 parties.

Philae raconte aussi l’Empire Romain avec les portes de Dioclétien, d’Hadrien et le kiosque de Trajan. Récit également de la fin du paganisme et de la christianisation. Les Chrétiens ont martelé les idoles s’attaquant presque uniquement aux grandes figures du pylône et laissant intacts les décors gravés et els hiéroglyphes. Ils se sont cachés pendant les persécutions romaines. Tout semble un peu confus. Des croix coptes assez discrètes sont disséminées ici et là dans la salle hypostyle.

Philae : autel copte

Une autre histoire est gravée sur les murs de Philae : l’histoire de Bonaparte qui fit graver tout un mur « en l’an 6 de ma République, 13 Messidor…. » une autre inscription : celle des savants qui ont mesuré la longitude et la latitude. Des impacts de balles bien visibles témoignent des combats que Bonaparte livra aux Mamelouks.

Temple d’Hathor déesse de la musique : Bès musicien

Isis n’était pas la seule déesse vénérée à Philae : Hathor est très présente par els colonnes Hathoriques avec la figure de femme aux oreilles de vache. Dans la cour : 7 colonnes hathoriques font référence aux 7 premiers jours de la vie d’un nouveau-né (les plus difficiles). La tradition des 7 jours perdure chez els Musulmans en Egypte. Déesse de l’enfantement, Hathor est aussi déesse de la musique comme on le voit sur les murs du petit temple d’Hathor où l’on reconnait Bès jouant de la harpe, Sekmeth  et un tambour, un singe guitariste, un flûtiste….

philqae : kiosque de Trajan

Le Pavillon de Trajan est une très élégante construction avec ses colonnes portant des chapiteaux tous différents. L’un d’eux est décoré de grappes de raisin. Deux palmiers l’accompagnent. La vue est très belle sur le Nil. Traces aussi des visiteurs du 19ème siècle qui laissaient des graffiti sans aucun respect pour le monument. Un nom, une date, une provenance : les murs lisses mais laissés sans décoration étaient des supports rêvés. « Brauerhors, 1851, Berlin »… »Godefrey Levinge 1833 »

Philae vue du bateau

Avant de rentrer au bateau, une visite est prévue au Palais des Parfums. C’est une boutique, on ne me montrera pas les secrets de fabrication des essences ni des parfums. Après avoir apporté un verre de kerkadé le vendeur me montre des listes d’essences et détaille les pouvoirs médicinaux des végétaux, et les parfums imitant les meilleures marques. Un sel prix 25$, ce qui change, c’est le contenant. De l’essence de menthe ou d’eucalyptus se vendra dans un grand flacon tandis qu’un parfum sera conditionné en petit volume. Le prix est rédhibitoire. J’explique à Hassan qui’l est inutile de perdre notre temps dans les boutiques je sais très bien refuser les offres « la, choukran ! »

Taranto (1): château aragonais

CARNET DU MEZZOGIORNO (LES POUILLES)

Taranto : château aragonais

J’ai toujours regretté d’avoir fait l’impasse sur Taranto lors de notre précédent voyage dans les Pouilles. Les fumées des raffineries, les grues du port nous avaient effarouchées. Taranto est à moins de 40 km de Marina di Ginosa à parcourir sur une route bien roulante la Statale 106. Je suis impatiente du rendez-vous avec les tanagras du Musée archéologique.

Nous traversons les zones portuaires, terminal de containers, raffineries et citernes, et arrivons rapidement au centre-ville devant le château et son pont-tournant. Parking sur le Lungomare Victor Emanuele III, le long d’une promenade bien à l’ombre sous de grands chênes verts, avec des bancs de pierre. A ses pieds, une marina ; En face, des immeubles énormes dominés par des constructions mussoliniennes.

Le Château se trouve de l’autre côté du canal navigable qui relie la Petite mer de la Grande Mer enjambé par le Pont tournant (Girevole) . Je m’inquiète, sera-t-il ouvert à mon retour ? Pas de souci, son ouverture est exceptionnelle motivée par le passage de bâtiments militaires de très grande envergure comme le porte-avion Cavour.

Taranto : architecture monumentale mussolinienne

Le château aragonais a fière allure avec ses grosses tours rondes de pierre claire, entouré d’eau sur trois côtés. Propriété de la Marine Italienne, il est ouvert pour des visites guidées. Visite gratuite, il faut toutefois remplir un formulaire d’identité. Une jeune femme marin m’accompagne à travers la cour pour rejoindre un groupe constitué d’une famille italienne très motivée pour les choses militaires et un américain qui comprend l’italien mais ne le parle pas. Notre guide est un officier qui a beaucoup d’allure en uniforme bleu marine.

Les italiens s’étonnent de la présence de femmes parmi les marins. Depuis 2003, la Marine Italienne enrôle des femmes, leur effectif atteint 10%. Cette présence féminine enthousiasme les visiteurs mais pas forcément notre conférencier qui estime qu’elles posent des problèmes. Dans cette visite il sera autant question de la marine que du château, lui-même. La dame d’âge mûr fredonne des hymnes militaires et compare les fortifications à celle de Padoue dont elle semble originaire. Je me passerais volontiers de ces interventions qui ralentissent la visite.

En dehors de l’aspect purement touristique de ces visites en Italien sont une véritable aubaine pour moi d’entendre autre chose que le vocabulaire basique des courses ou de la vie quotidienne, elles me permettent aussi de côtoyer des Italiens. Hier, ils étaient plutôt artistes aujourd’hui militaristes, il en faut de toutes sortes !

La forteresse aragonaise fut construite vers 1481 par Ferdinand d’Aragon sur les fondations d’une forteresse byzantine construit par Nicephore Phocas  en 931. Ce dernier n’a pas hésité à employer les matériaux provenant des temples et des édifices de la Tarente antique dont l’acropole était proche.  Au 15ème siècle, les Turcs étaient les maîtres en Méditerranée. Contrairement aux châteaux-forts médiévaux avec leurs hautes tours et leurs hauts murs, le château aragonais a été conçu pour résister à l’artillerie : tours et murs bas très épais (8m) avec des angles d’attaque annonçant les fortifications à la Vauban. Seulement 7 m dépassent le niveau du quai. On peut voir maquette du projet initial avec 5 grosse tours rondes et un bastion triangulaire à la pointe du cap. Une de ces tours a été abattue à la suite de la construction du Canal Navigable au 18ème siècle. Au cours de la promenade notre guide aura à cœur de nous montrer les différences de construction, d’appareillage, les grandes et belles pierres antiques retrouvées dans les fouilles, la poterne médiévale, une tour enfouie dans les murs postérieurs. Nous passons d’une galerie angevine-souabe, plus ancienne pour passer dans une galerie espagnole tardive.

tour saint Christophe : casemate, artillerie

La Tour Saint Christophe, la plus exposée face à la mer, devait être la plus résistante. 4 casemates ont été reconstituées dans l’épaisseur des murs équipées de leurs canons et de boulets de pierre.

Dans des vitrines on voit divers objets retrouvés sur place.  Dans les monnaies antiques, l’une d’elle a été datée 48 av JC et présente l’inscription Caio Giulio Cesare avec un éléphant à l’avers.

Une maquette explique le mécanisme du pont tournant inauguré en 1887, il faut électrifié en 1957 et le. premier pont tournant datait de 1800. Avant l’électrification lemoteur était mu par un système hydraulique nécessitant une citerne énorme et un tunnel pour actionner l’autre côté. Ces installations hydrauliques sont encore visibles dans l’une des tours.

En mon honneur, le marin raconte l’histoire du père d’Alexandre Dumas, Thomas Alexandre Dumas (1762-1806). Mulâtre de Saint Domingue, il devint général de Bonaparte et fut prisonnier au château de Taranto dont il chercha à s’évader. On dit que son journal inspira Alexandre Dumas pour la rédaction du Comte de Monte Cristo.

San José : Musée National

CARNET DU COSTA RICA 

Musée National

On entre dans le Musée National par des cylindres en verre emboîtés. Il existe un ticket groupé pour les trois Musées principaux : National, du Jade et de L’Or : 33$ ce qui ne fait économiser qu’un modique somme et qui ne dispense pas de la queue. Comme les trois musées sont proches, on peut envisager la visite dans la journée.

Musée National

C’est le musée historique. On accède à la cour par une rampe dans un jardin tropical.

La Place d’Armes et les boules précolombiennes

J’essaie ici de retranscrire les notes prises lors de la visite.

Au Pléistocène le Costa Rica était peuplé d’une mégafaune de taxodontes (hippopotames), mastodontes (éléphants) et de mégathériums(paresseux) , cerfs, tapirs et sangliers étaient déjà présents.

occupation humaine :

– 10.000ans était constituée de chasseurs-cueilleurs ayant traversé le Détroit de Behring entre -50.000 et -40.000 ans évoluant par groupes de 20 à 30 individus dans un climat favorable.

  • 7000 ans -5000 ans les hommes se sédentarisent et cultivent le maïs et des arbres fruitiers (anones, cacao, yucca sapotille, avocats et poivrons
  • 300 avJC – 500 AD Ils vivaient dans des maisons aux toits de palmes connaissaient la technique de la céramique et leurs pratiques funéraires étaient élaborée avec des tombes en forme de bouteille, avec sculptures et offrandes. On a retrouvé des bijoux en jade. Les sculptures de pierre sont tout à fait étonnantes représentant des animaux : jaguars, crocodiles, oiseaux à longs becs et parfois en trophée des têtes de captifs

    Sculptures de pierre
  • 300 – 800 on observe une diversification des styles de céramique

C’est mon premier contact avec la sculpture et la céramique précolombienne. Je suis ébahie de tant de beauté. Je ne m’attendais pas du tout à cela.

Entre l’Epée et la Croix raconte la conquête du Costa Rica par les Espagnols :

Entre l’Epée et la Croix

1511 établissement du Royaume du Panama

A la découverte du Costa Rica par Christophe Colomb, ce dernier avait dit qu’il y avait beaucoup d’or. L’Or était un symbole de puissance aussi bien chez les populations précolombiennes mais il n’avait pas de valeur économique . les mines se trouvaient au Mexique ou au Pérou.

Céramique précolombienne

1523 : Création du conseil des Indigènes

1542 : nouvelles lois rédigées à l’instigation du prêtre Bartolomé de Las Casas,

1563 : fondation de Carthagène. Le Costa Rica était une province marginale, avec une société de fermiers vivant au rythme des cloches et des cycles agricoles.

 

Dans une salle le face à face des Espagnols et des esclaves est mis en scène : en face des représentations espagnoles on montre l’art africain.

Les races étaient entremêlées une estimation de 1778 compte 60% métisses, 18%noirs, 12% indiens, 10% espagnols

Au 19ème siècle : guerre contre les flibustiers

1848 : Proclamation de la République du Costa Rica

1856 -1857 : Campagne nationale on assiste à la construction d’un discours sur l’identité nationale.

1897 -1917 : Libéralisme et Modernité

La Pays du café : le café était le « grain d’or » négociable sur le marché mondial, c’est une véritable entreprise capitaliste.

La construction du chemin de fer est associée à la culture de la banane à grande échelle

Canal de Panama

On assiste à des conflits entre l’Eglise et l’Etat

J’aurais dû prévoir beaucoup plus de temps pour ce musée qui est passionnant !

Iles Sanguinaires

CARNET CORSE

Les îles Sanguinaires

17€ –  L’excursion dure une heure sur un confortable bateau hybride vert-blanc et bleu qui utilise son moteur thermique au départ (discret, aucune odeur).  En face de la grande île Mezzu Mare, il semble s’immobiliser et vogue dans le silence total d’un véhicule électrique. Maintenant il n’y a plus aucune activité en dehors du phare qui est un des plus puissants de Méditerranée mais automatisé et fonctionnant à l’énergie solaire. Autrefois, il y avait également un sémaphore d’où la Marine Nationale contrôlait le trafic des bateaux dans le golfe d’Ajaccio. Ce contrôle a été transféré à terre. La Marine compte aménager le bâtiment de l’île pour accueillir des classes vertes et des animations pédagogiques sur la flore et la faune de l’île. Les pêcheurs de corail revenant d’Afrique étaient mis en quarantaine dans un lazaret dont il reste des morceaux de murs.

Mezu mare

Certains malades du lazaret étaient saignés. Le sang rejeté en mer coagulait formant des plaques noirs les« sangui neri » qui ont donné le nom aux îles. Contrairement à ce qu’on pense à priori, elles n’ont causé aucun naufrage terrible, elles ne prennent pas la couleur du sang (rouge) au coucher du soleil comme le prétendent certains guides touristiques, elles sont noires. Autre étymologie possible : elles sont notées sur une carte ancienne comme Sagonaires (de Sagone qui était le siège de l’évêché, donc ville importante).

murs du lazaret

Une petite tour carrée : castelluccio était une tour défensive pour protéger l’ile des attaque d’artillerie tandis que les tours à signaux génoises rondes étaient vulnérables aux boulets de canon.

Trois autres îles beaucoup plus petites dans l’archipel servent de refuge aux cormorans. L’isoletta di Porri (îlot des poireaux) rappelle que des pêcheurs contrains d’y attendre les secours pendant une tempête y subsistèrent une semaine en suçant les tiges des poireaux sauvages (qui ressemblent à de l’ail).

La Parata : Tour génoise

Deux itinéraires permettent de faire le tour de la Pointe de Parata : la première par un cheminement facile (piste cyclable et piétonne) va jusqu’à la brasserie/magasin de souvenirs  puis passe à la base de la Tour Génoise de Parata très bien restaurée qui possède encore son dispositif de télégraphe. La presqu’ile ressemble à s’y méprendre à l’île de Mezzu Mare, elle est reliée à la corse par une fine bande de terre.

plantes du maquis

Le sentier est balisé avec des panneaux botaniques présentant les plantes du maquis. Je mets un nom sur cet épineux sec en été énigmatique : le Calicotome velu, Lentisque pistachier, salsepareille ont aussi leur présentation. Un petit sentier escarpé lait le tour de péninsule du côté de la mer. C’est une promenade tranquille. Derrière la brasserie ce chemin continue taillé dans les lentisques pistachiers qui poussent serrés. Une heure plus tard je suis de retour à la Maison du Site.

Déjeuner sur la plage

A midi nous trouvons une charmante plage au pied de la paillote « le Goéland », restaurant nous prenons place à l’écart à l’ombre d’un mûrier. J’en profite pour aller me baigner avant le déjeuner.

Sable blanc, eau turquoise très tranquille ; Je nage de bouées en bouées m’étonnant de la douceur à la fin septembre. Service très attentif et prix raisonnable 13.90€ pour le plat du jour : dos de cabillaud servi avec une purée de carottes, une sauce fine citron et du riz. Dominique prend des moules farcies délicieuses.

Après le repas je retourne me baigner. Des jeunes jouent au foot tennis pieds nus.

Je termine par un café gourmand après de longues baignades.

Ajaccio

CARNET CORSE

Ajaccio
Ajaccio

Premières découvertes autour de la Résidence des Crêtes. Nous allons jusqu’au bout de la route à La Parata pour nous renseigner sur l’excursion aux îles Sanguinaires. Nous pensions y passer la journée. On nous dissuade : sur la grande île Mezzu Mare, il n’y a rien, pas une buvette, même pas un banc, ni de l’ombre ; si je veux faire la promenade au Sémaphore Dominique attendra en plein soleil une bonne heure jusqu’à l’arrivée du bateau suivant.

Dans la belle Maison du Grand Site on trouve des dépliants des promenades à la Pointe de la Parata. Une navette électrique conduit gratuitement les personnes mal-marchantes au restaurant.

Ajaccio : CasinoDominique me dépose à Ajaccio sur la Place Miot, non loin de la Grande Roue. Je marche le long de la mer sur le Boulevard Rossini, belle corniche bordée de hauts palmiers et de maisons décorées de stucs et frises.

Oscar Rabine – Tatiana Polischuk

A côté du casino jaunes relevé de guirlandes blanches, se trouve L’Espace Diamant, de construction moderne sans charme mais hébergeant une exposition temporaire de Oscar Rabine et Tatiana Lysak-Polischuk « Sur les chemins de la Liberté ». Oscar Rabine a eu deux carrières.

Oscar Rabine (période soviétique)

La première en URSS avec une seule et unique exposition des peintres non conformistes écrasée par des bulldozers, la seconde après 1978, après son voyage à Paris, il se trouva privé de passeport et de sa nationalité soviétique. Les tableaux peints en URSS ont une dominant très sombre, les thèmes récurrents : vodka et harengs. Pendant s période parisienne sa peinture devient plus lyrique avec du champagne. Je ne suis pas sûre d’apprécier ces tableaux très empâtés (un peu comme Soutine) très sombres.

Oscar Rabine (période parisienne)

En sortant de l’exposition dans la pénombre, sur le front de mer je suis éblouie, étonnée de la transparence de l’eau, de la blancheur de la plage, en pleine ville. Un gros bateau de croisière est arrivé, il est monstrueux.

Ajaccio

La citadelle ne se visite pas – terrain militaire.

Cathédrale d’Ajaccio

La Cathédrale est un peu en retrait. Cathédrale baroque terminée en 1597, peinte en trompe-l’œil. Le décor est 19ème . Par chance un groupe visite avec un conférencier et je glane discrètement quelques explications. Il insiste sur l’autel et le tableau « offert » par Elisa Bonaparte, provenant de Lucques (c’est-à-dire razzié comme les Bonaparte en étaient coutumiers).

chœur cathédrale Ajaccio
chœur cathédrale Ajaccio

Ce tableau sombre ne m’intéresse pas spécialement. Devant la chapelle de l’Immaculée Conception, le guide insiste sur la relation de la Corse à la Vierge. Toute tentative nationale est sous l’égide de la Vierge, le blanc du drapeau corse fati référence à l’immaculée conception, l’hymne corse Salve Regina…Puis il montre le baptistère où Napoléon a été baptisé. Partout à Ajaccio, on troue prétexte pour évoquer Napoléon ?

Maison des Bonaparte

 

A une très courte distance de là je me retrouve devant la maison natale de Napoléon. Cette Maison Bonaparte occupe un bloc entre deux rues. Presque un siècle pour que la Casa Bozzi devienne Casa Bonaparte. Pour qu’un bien immobilier reste dans une famille il fallait faire des contreparties aux filles mariées et faire entrer dans les ordres les garçons. La maison a été redécorée par Napoléon III, les peintures murales ont été redécouvertes en 2003.

chambre de l’alcove

De nombreux documents historiques sont présentés comme cette lettre de Charles Bonaparte (père de Napoléon) à Paoli.

pendule

En revanche il y a très peu de souvenir de Napoléon qui a quitté la Corse à 9ans, comme se deux ainés, il a obtenu un bourse grâce à Marbeuf pour étudier au Collège d’Autun puis à l’école militaire de Brienne. Dans la « Chambre de l’Alcôve » Bonaparte aurait dormi lors de son dernier séjour en Corse au retour de la Campagne d’Egypte. Au 1er étage quelques pièces sont meublées avec les meubles de Madame Mère ; une jolie crèche rapportée d’orient, de belles commodes. Napoléon III aurait racheté les meubles en 1860 au cours d’un voyage. Dans une petite pièce on voit la trappe qui a permis à la famille Bonaparte de quitter discrètement la Corse.

A la sortie de la Maison Bonaparte, j’arrive au Port puis au Marché Central où on trouve tous les produits alimentaires corse : charcuterie, fromages, confitures, mais aussi légumes frais et olives. C’est là que je vais trouver mon piquenique : une Bastella aux blettes et bruccio, pâte feuilletée. A Piana c’était de la pâte à pain. Pour le dessert je m’installe à la terrasse d’un glacier rue Fesch.

Musée Fesch

Je termine ma visite d’Ajaccio par le Musée Fesch installé dans un palais de taille impressionnante qui comprend le musée et également un mausolée dans la chapelle pour plusieurs membres de la famille Bonaparte. Le Cardinal Fesch, d’une richesse immense, souhaitait constituer un véritable musée s’inspirant du Musée du Louvre. Il possédait à Rome une collection de 16.000 tableaux majoritairement de la peinture italienne mais pas que. Certains retables sont de taille énorme, on passe dans les salles « caravagesques » mais sans un seul Caravage, un « d’après Preti ». Dans la « salle florentine » , une découverte pour moi : Jacopo da Empoli (1551-1640), avec des allégories qui m’ont bien plu. Dans la salle Renaissance un Botticelli se remarque tout de suite .

Allégorie de l’enfance

Dans un couloir, je vois une plaque honorant Jean Henri Fabre  qui enseigna ici les Sciences Physiques(1849-1853). Je suis sortie au bout d’une heure et demie un peu déçue. Si la quantité est au rendez-vous, les chefs d’œuvres véritables ne sont pas si nombreux. Tendant l’oreille, j’entends une guide expliquer que Fesch achetait des lots de peinture, peintures inégales à l’intérieur des lots, sans doute.

Jacopo da Empoli : maturité

Trois autobus desservent notre Résidence des Crêtes. Impossible de se tromper d’arrêt : il faut descendre à un rond -point juste après les immenses cimetières (on dirait une véritable ville, les tombes ont souvent des pignons pointus mitoyens). Je rentre assez tôt pour songer à une baignade ; la plage est située juste en dessous à 200 m du studio. Malheureusement pour se baigner il faut des chaussons pour marcher sur les rochers et comme l’eau est peu profonde j’ai peur de me racler les cuisses et les genoux en nageant, une baignade pour me rafraîchir, donc mais pas pour le sport.

De Porto à Ajaccio : Cargèse et Sagone

CARNET CORSE

La plage au nord de Cargèse

Plaisir de repasser par les calanche de Piana, de revoir les rochers bizarres, les échappées sur le Golfe de Porto. La route d’Ajaccio D81 quitte le littoral, nous ne retrouverons la mer qu’à l’approche de Cargèse. La route traverse une très belle forêt de chênes ; Le long de la route on a planté des eucalyptus aux troncs géants qui s’épluchent en lambeaux verticaux retombant comme des serpentins après une fête.

Le maquis est formé de buissons plus bas, plus sec. On ne voit plus les arbousiers bien verts.

Eucalyptus sur la route

Cargèse est une petite ville dont l’histoire est singulière. En 1676, 600 Grecs, venus de Vitylo,  fuyant l’occupation turque, s’installèrent  à Paomia, un village de l’intérieur. A la suite de conflits avec les bergers corses, Marbeuf fit construite en 1773 120 maisons et deux églises. Dans Colomba de Mérimée que j’ai lu récemment, Miss Nevil, la jeune Anglaise snob, notait que les villages corses étaient bâties sans plan et qu’il fallait aller à Cargèse pour voir une rue que Marbeuf avait construite.

Cargèse : église catholique

Autour de la table d’orientation, en haut du village plusieurs panneaux racontent l’histoire de Cargèse depuis la Préhistoire (plusieurs dolmens et une statue-menhir figurant un visage se trouvent dans les environs). Je descends dans le village qui est bien tel que l’avait décrit Mérimée : des rues parallèles des raidillons qui les recoupent à angle droit. Les maisons ont généralement deux étages et des balcons de fer. Peut être sont celles que Marbeuf a fait construire ? La plupart sont plus récentes. Une petite maison jaune porte une plaque  bilingue corse/grec rappelant qu’ici vivait un prêtre grec. Sur la mairie, une autre plaque célèbre le jumelage Itylo/Cargèse.

rgèse église orthodoxe
Carghèse : églises

Deux églises se font face, chacune sur une petite place perchée séparée par un vallon fleuri de plumbagos, Yuccas, hypomées, lauriers-roses. Elles sont symétriques. L’église catholique est très décorée à l’intérieur avec de nombreuses statues. L’église Grecque fait l’exact pendant, seule l’iconostase et les fresques (modernes) diffèrent.

 

Le port est une petite marina avec de jolis restaurants et des départs pour les excursions à Scandola.

Le soleil a dispersé les nuages, il est bien chaud. Temps de trouver une plage. Juste avant Cargèse, il y avait une grande plage de sable. Nous n’avons pas envie de revenir en arrière. Nous ne trouvons pas l’accès (à pied) à la plage de Menasina, repérée de la marina, celle de Stagnoli ne nous attire pas trop : il y a des rochers, des vagues et des écriteaux signalant que la plage est dangereuse.

Près de Sagone

Nous ne trouvons qu’à Sagone une grande plage de sable blanc proche de la route, des restaurants. Nous nous installons sur le parking du Restaurant Torraccia : beau mobilier blanc, une voile triangulaire qui fait de l’ombre, un filet comme ceux qui camouflent les tanks mais blanc, . Dominique s’installe à une table. On se régalerait bien d’une pizza. Aujourd’hui, mercredi, c’est fermeture hebdomadaire. Après une très longue baignade nous pique-niquons sans vergogne sur les tables blanches.

Une vieille sorcière vient à ma rencontre pendant que je longe le bord en nageant, poussant une frite rose recourbée dans l’eau. Elle mâche du chewing-gum en grimaçant. Elle s’amuse à me faire peur « il y a une méduse » . Comme je ne semble pas effrayée par la prétendue méduse, elle m’avertit qu’il y a un étron flottant à côté de moi. Cela me dégoûte et je sors.

plage

Après Sagone, la route 81 est en travaux. Les nuages envahissent le ciel La route est moins agréable. En regardant vers la mer, nous voyons la merveilleuse plage blanche de Liamone, Ancone et le Golfe de Lava. Nous nous promettons de revenir.

la vue du balcon sur les îles Sanguinaires

Le GPS nous fait tourner dans les zones commerciales d’Ajaccio, l’arrivée paraît interminable. Nous aboutissons dans le parking de la Résidence « Les Crêtes »  au-dessus de la route des Sanguinaires. Mauvaise surprise, nous sommes au second étage sans ascenseur. La vue du balcon est merveilleuse.

 

Elne et Saint Cyprien

CARNET CATALAN

Elne cathédrale

cathédrale d’ElneEntre Perpignan et Argelès, la ville historique fortifiée d’Elne est perchée sur un rocher qui domine la plaine.

Illibéris, au 4ème siècle prit le nom de Castrum Helenae, en l’honneur d’Hélène et Constantin. Difficile d’imaginer que cette toute petite ville était, depuis 568, le siège de l’évêché qui ne fut transféré à Perpignan qu’en 1602. A partir du 14ème siècle, son importance décline au profit de Perpignan. La ville fortifiée fut assiégée quatre fois : 1285 par Philippe le hardi, 1344 par Pierre d’Aragon, 1474 par Louis XI et en 1641 sous Louis XIII.

Sa cathédrale fut consacrée en 1069. Encadrant sa grande façade romanes deux tours carrées symétriques étaient prévue, on ne construisit alors que la tour carrée de pierre, la tour de brique plus tard.

Nous entrons dans la ville close en passant sous un grand porche.

Cathédrale Sainte Julie et Sainte Eulalie, le jeudi Saint

Préparatifs pour la procession

Des femmes aux cheveux blancs mais d’allure jeune, et le curé, préparent la procession qui aura lieu ce soir, jeudi saint. Elles ornent le brancard de la Vierge vêtue de noir, robe noire, mantille noire, couronne dorée portant des lunes et des étoiles. Du lierre et des lys sont prévus. A l’arrière une croix avec les instruments de la Passion.

La cathédrale est vaste, la nef est haute,  les arcs sont romans sauf l’entrée qui est gothique. De beaux chapiteaux sont perchés trop haut pour que je les détaille. Les tableaux viennent de l’atelier des Guerra : Antoni le « major »1634-1705, Antoni le « menor »1666-1721, Francesco 1681-1729. Ils ne sont pas mis en valeur dans la pénombre et aucun cartel ne les distingue. Dans la chapelle de la Passion se trouve un beau retable, sur un des panneaux, Sainte Marthe dompte la Tarrasque. Le retable de la chapelle saint Michel est également très beau avec plusieurs panneaux amusant comme celui d’une femme sauvée de la marée.

A l’arrière de l’église, à l’extérieur un curieux mur d’enceinte en pierres soigneusement taillées, avec des avancées et des creux.

Le cloître

Le cloître d’Elne

Le cloître est intact, tout au moins dans son niveau inférieur. Il y avait une galerie mais elle a été vendue en 1959 pour orner le château de Villevêque en Anjou dans l’entrée du petit musée archéologique des photos des chapiteaux de la galerie montrent les douze mois de l’année.

On visite le cloître avec un plan et des indications des scènes représentées. La galerie sud est 12ème, Ouest et nord 13ème, Est 14ème. Chapiteaux des colonnes et des piliers sont historiés. Je cherche la Genèse, la scène du Quo Vadis, le martyre de Julie et Eulalie, 13ans arrêtées par les Romains, des scènes de chevalerie. Certaines scènes se répètent sur chaque côté, entre les scènes, des animaux, des plantes…. J’aime bien ces recherches qui ressemblent à un jeu. Et en plus, ils sont très beaux.

Elne : scène de la légende de Sainte Eulalie

Musée archéologique

Dans une sorte de crypte, un peu décevant sauf les très belles céramiques mudejar, aussi belles qu’à Perpignan.

 

Musée Terrus

Fermé malheureusement ; je regrette de ne pas avoir consacré plus d’attention à ce peintre à Perpignan.

Saint Cyprien

la plage de Saint Cyprien

C’est la plage la plus proche d’Elne. On a décoré les ronds-points avec des jets d’eau. Mais le front de mer n’est pas bien beau. Mais la plage est merveilleuse, 6 km de sable fin. Plus fin qu’à Argelès. Comme hier, je me déchausse et marche les pieds dans l’eau.

Au retour on passe devant une pièce d’eau. Les hérons se rassemblent sur une île. Il y a un golf qui détonne parce que les immeubles ressemblent plutôt à des cages à lapins, pas