Villages au pied des Albères : Saint André – Villelongue-dels-Monts : Santa Maria del Vilar

CARNET CATALAN

Eglise de saint André

Dernières visites : villages au pied des Albères, vus de loin de la route d’Argelès. 

Saint André est un bourg tranquille. Un collège moderne est  à l’entrée du village. On suit  une rue commerçante. La  jolie mairie est sur une place avec une fontaine moderne originale de schistes de montagne imitant le cours d’un torrent.  Il  a une église réputée et un musée d’art Roman qui n’ouvre qu’à 15 heures. Dans le musée, des moulages en plâtre de chapiteaux romans et quelques sculptures avec des explication. Rien d’exceptionnel si ce n’est un audioguide très bien fait pour visiter l’église au prix très modique d’1€ .

Façade de l’église

Pour visiter l’église on passe d’abord sous le porche qui était l’ntrée de l’ancien monastère

L’église est « pré-romane », église du monastère bénédictin de Saint-André fondé en 823 sur des terres que Louis le Pieux octroya à l’abbé Miro et ses moines qui fuyaient l’Espagne maure. Située sur la Via Domitia et sur la route du Pèlerinage de Compostelle.

L’église primitive fut bâtie  tout d’abord en galets roulés en arête de poisson. Elle fut reconstruite au 12ème siècle un appareil de pierres  plus petites, et surmontée de moellons soigneusement taillés (remploi de pierres de taille antiques) avec une rangée d’arcatures aveugles lombardes.

Fenêtre avec son encadrement de marbre et les 6 médaillons

Une fenêtre au dessus du porche est encadrée de fine sculptures de marbre blancs ciselés d’entrelacs comme une dentelle (remploi)  et décorée de sculptures de marbre 11ème et 12ème.  6 médaillons ronds portent les symboles des évangélistes : lion ailé de Saint Marc, taureau de St Luc,  et des séraphins.

Linteau

Le  linteau (1030-1050) représente le Christ en Majesté entouré d’apôtres et d’anges. Deux curieux personnages émergent des murs : les simiots, chimères mi-singes, mi-lions qui terrorisaient le Vallespir autour de l’an mil en sortant des forets. L’abbé Arnulphe rapporta de pèlerinage à Rome les reliques de St Abdon et Sennen qui accomplirent le miracle de faire fuir les simiots. Cette légende est également rapportée à l’abbaye d’Arles-sur-Tech.

Simiot

A l’intérieur, la nef est haute mais sombre, on distingue encore deux fresques. L’autel à lobe est emprunté au monde byzantin. Les ateliers du 9ème au 11ème siècle empruntaient les marbres à la ville romaine de Narbonne.

Santa Maria del Vilar

Au lieu de rentrer par la grande route à 4 voies, nous passons de villages en villages par Saint Genis en direction de Maureillas sur l’ancienne route départementale. Le prieuré Santa Maria del Vilar est indiqué par une flèche qui monte à l’assaut de la montagne. On passe devant de belles maisons pour arriver dans un endroit isolé mais soigné : le prieuré est occupé par des moniales roumaines orthodoxes qui accompagnent les visiteurs dans une visite guidée. des concerts se tiennent également dans la chapelle qui a une très bonne acoustique.

Tout d’abord, la bonne sœur me donne un livret dactylographié racontant l’historique du monastère, et me conduit sur un banc de pierre en face du porche de l’église.

porche roman

Des chanoines augustin arrivés des environs de Figueras fondèrent la première communauté de 1083 à 1535 quand la propriété fut confisqué et le monastère sécularisé. Les moines sont revenus en 1802 pour trouver l’église en ruine, vendue à un cultivateur qui avait installé vaches et chevaux dans l’églises, agneaux dans le cloître et cochon dans la salle carolingienne. En 1942, les agriculteurs abandonnent l’exploitation. Le prieuré fut redécouvert en 1993 par Madame Triadou qui entrepris de le restaurer et de le faire classer aux Monuments Historiques en 2004. En 2005, installation d’une communauté monacale orthodoxe roumaine.

Reste de la chapelle pré-romane

La sœur

nymphéum

vient alors me chercher pour me montrer les éléments architecturaux remarquables : le porche et sur la façade les trous carrés (boulins) trace de l’échafaudage. On voit aussi les fondations d’une très ancienne chapelle pré-romane 7ème siècle : Sainte Eulalie et les restes d’un nymphéum païen 1èr siècle avant J.C. Elle montre aussi un paratonnerre rudimentaire et les fresques dans l’église. La salle carolingienne a été entièrement reconstruite mais il ne reste rien de carolingien. dans le cloître est installé un petit musée.

fresque

 

 

 

 

 

 

Prieuré de Serrabone

CARNET CATALAN

Prieuré de Serrabone

Ce haut-lieu touristique des Pyrénées Orientales est signalé depuis la route principale(N116) qu’on quitte en direction de Bouleternère -joli village dominé par une haute église, une tour ronde et des remparts mais nous n’avons pas le temps de nous y arrêter.

A la sortie de Bouleternère, un panneau annonce « Serrabone, 25 minutes ». La route tortille mais elle n’est pas étroite comme les routes de montagne que nous connaissons. La D615 suit le cours du Boulès, petite rivière très encaissée. Brusquement, une tête cornue : une belle chèvre, très familière elle ne s’enfuit pas à mon approche renifle ma main et la lèche. Encore 4 km en lacets pour découvrir le prieuré. Une haute tour carrée en schiste, sobre et austère et isolé dans al montagne. On découvre ensuite les bâtiments conventuels en dessous.

Histoire

Chapiteaux de la galerie extérieure

Le prieuré de Serrabone est attesté à partir de 1069, en 1082 le Vicomte de Conflent permet l’installation d’une communauté monastique suivant la règle de Saint augustin. A partir du 12ème siècle les constructions s’enrichissent d’un cloître, une salle capitulaire et un dortoir. La crise démographique du 14ème siècle, une mauvaise gestion du monastère (un prieur est déposé en 1448 pour « crime énorme ») entrainent le déclin de Serrabone.

La tribune

Passée la billetterie, je passe par une galerie en balcon, avec de jolis chapiteaux historiés, avec une vue sur la forêt. L’église est dépouillée, son ornement le plus extraordinaire est une merveilleuse tribune de marbre rose de Conflent. La sculpture est très fine, on voit les symboles représentant les quatre évangélistes : aigle, taureau, lion et homme. Les chapiteaux sont amusants avec des hommes grimaçants, des singes des animaux fantastiques ailés….

On peut se promener dans les alentours dans les collections botaniques : collection d’oliviers, vigne sur des terrasses minuscules qui semblent suspendues, des plantes aromatiques.

Le retour par la D615 est très agréable dans les Aspres couverts de très hauts chênes. On passe par deux villages : Boule-d’Amont, Oms et Llauro. C’est une promenade tranquille dans la belle lumière du soir.

 

Marcevol

CARNET CATALAN

le prieuré de Marcevol

C’est avec beaucoup d’émotion que nous retournons à Marcevol.

Je me souvenais du lac de Vinça où nous nous sommes baignées. J’avais oublié la présence majestueuse du Canigou qu’on a l’impression de toucher tant il est près. Il me semblait que nous étions au bout du monde. En effet, la petite route s’engage dans des gorges granitiques avec des rochers qui pointent vers le ciel, puis elle passe par des forêts de chênes bas et touffus. Sur le bas-côté poussent le thym et la lavande. Le prieuré n’est pas isolé comme je le croyais, il se trouve à proximité d’un village avec une jolie chapelle qui pointe au-dessus des toits des maisons. Le prieuré n’est donc pas isolé. Des champs d’herbes aromatiques, rangées de thym, de lavande alternent avec la plantation récente d’arbres fruitiers, pêchers ou amandiers, en cette saison on ne distingue pas sur ces jeunes plants. Ces plantations n’existaient pas il y a 38 ans ! Ni les chevaux qui paissent tranquillement dans un pré. En revanche nous arrivons à identifier l’emplacement du camping où nous avions nos tentes, la montée dans la nuit. L’église est ouverte : elle est sombre. Les photos seront loupées. Nous retrouvons nos souvenirs, ici en rond, il y avait des séances de méditation qui nous donnaient des fous-rires.

Le bloc construit regroupe l’église romane. L’appareil de la façade consiste en pierres soigneusement maçonnées, taillées en blocs réguliers, avec quelques cavités. Le porche en marbre rose de Conflent se détache sur la façade. Il est particulièrement soigné. Au-dessus la fenêtre centrale est aussi bordée de marbre rose tandis que deux ouvertures sont à peine visibles. Comme beaucoup d’églises dans la région le clocher est un mur-clocher avec quatre arcades, deux grandes et deux petites ; Le mur-clocher est bizarrement décalé par rapport à l’axe défini par le porche. C’est une reconstruction à la suite du séisme de 1428 qui endommagea aussi les bâtiments conventuels.

Nous tournons autour des bâtiments pour voir les autres constructions, malheureusement c’est fermé ( normal puisque c’est un gîte).

Je m’intéresse – tardivement- à l’histoire du prieuré bâti au 12ème siècle par des chanoines de l’Ordre du Saint Sépulchre . Cet ordre fut fondé après la prise de Jérusalem en 1099 par les Croisés et était en charge de veiller sur le tombeau du Christ.  Il fut dissous en 1484 par le Pape. En 1129, l’Evêque d’Elne leur fit donation de la Chapelle Nostra Sinyora de les Grades située non loin. En 1484, le prieuré passa sous l’égide des prêtres de Vinça. Les chanoines suivaient la Règle de Saint Augustin. A la Révolution il devient bien national. On dit que la mère d’un Pape serait enterrée au prieuré, morte en route vers Saint Jacques de Compostelle. Le prieuré reste un lieu de pèlerinage le 3 mai.

Depuis les années 70 le prieuré est un lieu hébergeant des groupes, classes vertes. La fondation qui le gère a aussi des actions d’agroécologie et d’agroforesterie, particulièrement autour des plantes à parfum. En effet une balade est annoncée sous forme d’affiches pour le 15 avril pour herboriser les plantes aromatiques. C’est aussi un but de promenade, plusieurs sentiers de randonnées arrivent au pied du prieuré.

Nous pique-niquons sur de gros blocs de granite face à l’église. Il fait très bon. On croit voir fondre les neiges du Canigou.

Elne et Saint Cyprien

CARNET CATALAN

Elne cathédrale

Entre Perpignan et Argelès, la ville historique fortifiée d’Elne est perchée sur un rocher qui domine la plaine.

Illibéris, au 4ème siècle prit le nom de Castrum Helenae, en l’honneur d’Hélène et Constantin. Difficile d’imaginer que cette toute petite ville était, depuis 568, le siège de l’évêché qui ne fut transféré à Perpignan qu’en 1602. A partir du 14ème siècle, son importance décline au profit de Perpignan. La ville fortifiée fut assiégée quatre fois : 1285 par Philippe le hardi, 1344 par Pierre d’Aragon, 1474 par Louis XI et en 1641 sous Louis XIII.

Sa cathédrale fut consacrée en 1069. Encadrant sa grande façade romanes deux tours carrées symétriques étaient prévue, on ne construisit alors que la tour carrée de pierre, la tour de brique plus tard.

Nous entrons dans la ville close en passant sous un grand porche.

Cathédrale Sainte Julie et Sainte Eulalie, le jeudi Saint

Des femmes aux cheveux blancs mais d’allure jeune, et le curé, préparent la procession qui aura lieu ce soir, jeudi saint. Elles ornent le brancard de la Vierge vêtue de noir, robe noire, mantille noire, couronne dorée portant des lunes et des étoiles. Du lierre et des lys sont prévus. A l’arrière une croix avec les instruments de la Passion.

La cathédrale est vaste, la nef est haute,  les arcs sont romans sauf l’entrée qui est gothique. De beaux chapiteaux sont perchés trop haut pour que je les détaille. Les tableaux viennent de l’atelier des Guerra : Antoni le « major »1634-1705, Antoni le « menor »1666-1721, Francesco 1681-1729. Ils ne sont pas mis en valeur dans la pénombre et aucun cartel ne les distingue. Dans la chapelle de la Passion se trouve un beau retable, sur un des panneaux, Sainte Marthe dompte la Tarrasque. Le retable de la chapelle saint Michel est également très beau avec plusieurs panneaux amusant comme celui d’une femme sauvée de la marée.

Préparatifs pour la procession

A l’arrière de l’église, à l’extérieur un curieux mur d’enceinte en pierres soigneusement taillées, avec des avancées et des creux.

Le cloître

Le cloître est intact, tout au moins dans son niveau inférieur. Il y avait une galerie mais elle a été vendue en 1959 pour orner le château de Villevêque en Anjou dans l’entrée du petit musée archéologique des photos des chapiteaux de la galerie montrent les douze mois de l’année.

On visite le cloître avec un plan et des indications des scènes représentées. La galerie sud est 12ème, Ouest et nord 13ème, Est 14ème. Chapiteaux des colonnes et des piliers sont historiés. Je cherche la Genèse, la scène du Quo Vadis, le martyre de Julie et Eulalie, 13ans arrêtées par les Romains, des scènes de chevalerie. Certaines scènes se répètent sur chaque côté, entre les scènes, des animaux, des plantes…. J’aime bien ces recherches qui ressemblent à un jeu. Et en plus, ils sont très beaux.

Scène de la légende de Sainte Eulalie

Musée archéologique

Dans une sorte de crypte, un peu décevant sauf les très belles céramiques mudejar, aussi belles qu’à Perpignan.

 

Musée Terrus

Fermé malheureusement ; je regrette de ne pas avoir consacré plus d’attention à ce peintre à Perpignan.

Saint Cyprien

C’est la plage la plus proche d’Elne. On a décoré les ronds-points avec des jets d’eau. Mais le front de mer n’est pas bien beau. Mais la plage est merveilleuse, 6 km de sable fin. Plus fin qu’à Argelès. Comme hier, je me déchausse et marche les pieds dans l’eau.

Au retour on passe devant une pièce d’eau. Les hérons se rassemblent sur une île. Il y a un golf qui détonne parce que les immeubles ressemblent plutôt à des cages à lapins, pas

Espagne! Roses et la route de l’Emporda

CARNET CATALAN

Roses : la plage encore hivernale

Roses

Nous n’avons pas envie de manger dans la voiture au parking couvert du Musée. Il pleut impossible de pique-niquer dehors.Nous filons à la mer  La pluie a cessé. Les vagues déferlent sur le sable. La plage est très longue. Une digue la borde avec piste cyclable, bancs. Je commence par aller vers le sud jusqu’à une jetée surmontée d’un petit phare. Sur les bords de la digue il y a de très grands immeubles avec des balcons, des piscines. Vers le nord les maisons sont plus anciennes, moins hautes, il n’y a pas cette barre continue mais aussi des petites maisons, la mairie, et de l’autre côté du rond-point une citadelle presque arasée.

Retour par l’Emporda

Après ma promenade le long de la plage, nous continuons la corniche jusqu’au bout. Passons sous la forteresse wisigothique. Jolies villas et petits immeubles chics, mais voie sans issue….ce n’est pas là que nous trouverons la route pour Port Bou et Cerbère qui longe la côte. Retour au centre de Roses. Nous nous engageons sur la voie rapide de Figueres. Mais regrettons les petits villages que nous avons aperçus. On oblique, au hasard, à la boussole dans des marais du parc naturel des Aiguamolls.

Sant Joan Palau Saverdera

 

Au loin le clocher de Palau Saverdera de la jolie église romane Sant Joan (11ème siècle) avec son mur-clocher et trois cloches. De grands panneaux indiquent un village néolithique et un parcours mégalithique, mais ce n’est plus l’heure. Dommage ! Visite aussi de Sant Marti (11ème) qui a quatre très jolis chapiteaux romans historiés à Pau. Dernier arrêt à Villajuiga, et son église Sant Feliu.

Tous ces villages de l’Empordà ont de gros celliers de coopératives vinicoles, de beaux citronniers poussent dans les jardins, des oliveraies, les montagnes toutes proches. A une intersection nous avons le choix Figueres ou La Junquera ? La Junquera nous semble plus près de la France.

Arrêt à Capmany village très charmant :  l’église est dominée par une tour carrée, peut être le clocher, à l’autre bout de la nef, se trouve une tour ronde ou plutôt la moitié d’une tour ronde. Accolée à l’église, une arche passage vers la très jolie place de la Mairie dans un hôtel 16ème . La pierre de construction ici est le granite.

Capmany

Mais ce n’est pas un raccourci parce que la route tortille dans la montagne et s’approche des sommets. La végétation devient plus sauvage. Les chênes-liège sont bousculés par des chaos granitiques. Les pics tout proches sont saupoudrés de neige et une barre enneigée borne l’horizon. Enfin La Jonquera et ses magasins est le terminus de cette jolie balade.

Amélie-les-bains et Arles-sur-Tech

CARNET CATALAN

Les thermes d’Amélie-les-Bains

Amélie-les-bains – le Mondony et le Calvaire

Du Parking  des Thermes, je découvre  un pont qui enjambe un ruisseau dévalant le ravin où déversent les eaux chaudes des thermes militaires . Une belle promenade plantée de grands platanes surplombe le ruisseau. Les Thermes militaires sont abandonnés, ils ressemblent plutôt à des casernes. Suivant le Mondony, j’arrive avenue du Vallespir, la rue commerçante que je connais bien, et aux bords du Tech que je traverse.

Un escalier grimpe jusqu’à une route qui monte. Le balisage jaune me prévient de quitter la route au niveau de nouvelles marches relayées par un sentier abrupt. Je regrette  avoir oublié mon bâton de marche. La descente sera problématique si je ne trouve pas un autre itinéraire.Une flèche en bois signale le calvaire.

Le Canigou enneigé

Au calvaire, une grande croix de fer avec les outils de la crucifixion. La vue est extraordinaire, à 360°, sur Amélie-les-bains, mais aussi sur les montagnes à l’arrière de la station, sur la vallée du Tech jusqu’à Arles-sur-Tech et de l’autre côté sur Palada et bien au-delà.

Comme la fiche l’indique, je reviens par la rue des cèdres, négligeant le raccourci pris à la montée. A l’entrée du village, des marches et un chemin cimenté descendent directement jusqu’à la place de la Sardane où est installé un beau marché alimentaire avec tous les fruits et légumes, une poissonnerie dans un camion, des fromages et charcuteries de pays et deux food trucks proposant des plats plus exotiques. Il est midi, les marchands remballent, seuls les food-truck continuent leur activité.

Nous avons décidé de piqueniquer à Arles-sur Tech.

Nous dépassons le village et continuons jusqu’aux Gorges-de-la-fou

Gorges-de-la-fou

Les gorges de la Fou

Les Gorges de la Fou se vantent d’être la gorge la plus étroite au monde. C’est peut-être exagéré. Canyon très étroit dans une falaise de 200m de haut, sinueux. C’est un très beau site. Malheureusement, il est très lourdement équipé. On marche sur une grille métallique assurée par des poutrelles. Comme la grille est large elle emplit tout l’espace. Des grilles de chaque côté, et comme si le casque obligatoire ne suffisait pas un filet métallique sécurise contre les chutes de pierres. Le visiteur n’a plus aucune sensation d’aventures, l’eau est cachée, la photographe frustrée…j’imagine comme il doit être plaisant de descendre en canyoning cette gorge !

Evidemment en été la fraîcheur doit être plaisante. Mais en été le site doit être plein de monde et dans un endroit si réduit. Heureusement aujourd’hui il n’y a presque personne. Plus qu’une aventure, c’est du sport, je marche d’un pas soutenu, monte les marches, l’équivalent de sept ou huit étages. Mais pour l’émerveillement, c’est un peu raté. Les intentions botaniques sont louables mais la nature est encore en hiver et le lys martagon, les fleurs sont invisibles !

Un article très complet conteste ces aménagements : http://journals.openedition.org/teoros/894?file=1

Pendant que j’arpente le cheminement je pense aux canyons jordaniens où nous étions l’an passé, pourtant touristiques mais si mystérieux !

Arles-sur-Tech

Abbaye d’Arles-sur-Tech

Fondée en 778, l’abbaye carolingienne installée sur les ruines de thermes romains à Amélie-les-bains, a été transférée plus dans l’intérieur à la suite des incursions normandes. Le cloître est 13ème et l’église 12ème .

Le cloître est assez grand bordé d’arcades gothiques soutenues par de très fines colonnes jumelles blanches de marbre de Céret et pierre de Gérone. Au centre d’un jardin de buis qui embaume se trouve une intéressante croix de fer avec une boule de fer, la croix du grain, rappelle une activité métallurgique des forgerons catalans.

J’entre dans l’église par le cloître et suis surprise de la hauteur de la nef, ici aussi des retables baroques. Ce que j’ai préféré, c’est le tympan très finement sculpté.

Place du couvent

L’office de Tourisme distribue un circuit d’environ une heure dans le centre historique à partir de la place du couvent dans les ruelles qui tournent. On aboutit sur une petite place avec de belles maisons une galerie soutenue par de lourds piliers, des fontaines, un oranger dépasse un mur dans la rue de l’oranger. Rien de spectaculaire mais une agréable promenade. J’aime bien ces circuits qui ressemblent à un jeu de piste. Ce village avait même un quartier juif, le Cal.