Contagions – Paolo Giordano

LE MOIS ITALIEN : Covid19

Avec quelques semaines d’avance sur la France, l’Italie a subi les assauts de l’épidémie. Dès la fin mars, Contagions de Paolo Giordano a été traduit et publié au Seuil. A la suite de la lecture de Erri de Luca : Le Samedi de la Terre, je vais chercher une réflexion posée, loin des infos tapageuses ou redondantes, des infox et autres annonces officielles qui saturent nos médias.

Romancier mais de formation scientifique (lauréat d’une thèse de physique) Paolo Giordano a écrit un  essai où logique, mathématique et philosophie, sont déclinées dans une langue claire.

Sur ma liseuse j’ai surligné de nombreux paragraphes :

« Je n’ai pas peur de tomber malade. De quoi alors ? De tout ce que la contagion risque de changer. De découvrir que
l’échafaudage de la civilisation que je connais est un château de cartes. J’ai peur de la table rase, mais aussi de son contraire : que la peur passe en vain, sans laisser de trace derrière elle »

 Contre le fatalisme

L’épidémie nous encourage donc à nous considérer comme les membres d’une collectivité. Elle nous oblige à
accomplir un effort d’imagination auquel nous ne sommes pas accoutumés : voir que nous sommes
inextricablement reliés les uns aux autres et tenir compte de la présence d’autrui dans nos choix individuels.
Dans la contagion, nous sommes un organisme unique. Dans la contagion, nous redevenons une communauté.

Il conclue ce chapitre « Contre le fatalisme »

l’effet cumulatif de nos actions singulières sur la collectivité est différent de la somme des effets singuliers. Si
nous sommes nombreux, chacun de nos comportements a des conséquences globales abstraites et difficiles à
concevoir. Dans la contagion, l’absence de solidarité est avant tout un manque d’imagination. 

Invitation à réfléchir…..

La contagion est donc une invitation à réfléchir. La quarantaine en offre l’occasion. Réfléchir à quoi ? Au fait que
nous n’appartenons pas seulement à la communauté humaine. Nous sommes l’espèce la plus envahissante d’un
fragile et superbe écosystème.

A Réfléchir aussi comment fonctionne la science :

« Dans la contagion, la science nous a déçus. Nous voulions des certitudes et nous avons trouvé des opinions.
Nous avons oublié que cela marche toujours ainsi, ou plutôt que cela ne marche qu’ainsi, que le doute est pour la science encore plus sacré que la vérité »

 

et à propos des fausses nouvelles :

« Les fausses nouvelles se répandent comme les épidémies. Le modèle qui permet d’en étudier la propagation est
le même. [….]De même que le COVID-19 se déplace en avion, de même les mensonges se diffusent très rapidement d’n smartphone à un autre. »

j’aurais pu tout recopier!

Je vous laisse le plaisir de découvrir le livre par vous-même. Il se télécharge gratuitement, ne boudez pas votre plaisir!

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

6 réflexions sur « Contagions – Paolo Giordano »

  1. Je vais le télécharger ; j’en ai quelques autres autour de cette crise (Edgar Morin, Cynthia Fleury, Danièle Sallenave, Régis Debray etc …)

    J’aime

  2. Bonjour Miriam, il est certain que ce que nous vivons est unique (pas forcément dans le bon sens) et on n’a pas fini d’écrire sur ce sujet. Bonne après-midi et merci pour l’info.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :