Le Caire citadelle : Mosquée d’albâtre

retour au Caire

p4260059-copie.1293294980.JPG

 

Les oiseaux me réveillent à 5h15. Où nichent ils donc ? Il n’y a pas un arbre dans le pâté de maison.

Le petit déjeuner est décevant. Les omelettes ont disparu, avec elles les fèves et les légumes. Comme nous sommes les seules clientes le personnel est aux petits soins. Le maître d’hôtel remplit nos verres de kerkadé bien chimique et nos assiettes de viennoiseries dès qu’ils sont vides. On n’ose pas embarquer les œufs durs pour le pique nique comme prévu !

En bas de l’hôtel un taxi attend, un gros break 504 avec une galerie sur le toit. Le chauffeur a belle prestance, une chemise bleue bien repassée et il parle bien l’anglais. J’avance mon prix habituel :
– « ten pounds ».

Il proteste que la citadelle, c’est loin. 10 pounds c’est pour Khan Khalili. Le samedi matin les cairotes ne travaillent pas et le trafic est fluide. Les cars de touristes sont arrivés avant nous et nous devons faire la queue. Entrée chère : 40LE. Contrôle de sécurité très pointilleux. A la radio ils détectent une bouteille qu’il faudra laisser à la consigne.

Mosquée d’Albâtre

p4260044-copie.1293295329.JPG

De la terrasse de la Mosquée de Mohamed Ali, le panorama est extraordinaire. Nous cherchons le quadrilatère d’Ibn Touloun, les minarets d’El Azhar. La pollution noie les édifices sous un voile gris. Un militaire garde une gloriette en saillie d’où il est commode de faire les photos. Il abaisse la cordelette puis demande un bakchich sans trop insister.

Un escalier d’albâtre descend vers l’entrée cachée du palais des Hôtes du sultan. Une glace à encadrement doré reflète les motifs de l’albâtre. Le pavillon lui-même n’offre que peu d’intérêt : dans la salle du trône une galerie de portrait des rois d’Egypte: Mohamed Ali, Tewfik, son fils, Fouad et Farouk jeune. Des commentaires dactylographiés rappellent l’ouverture du Canal de Suez et d’autres anecdotes vivantes.

En 2002, Zeynab nous avait conduites à la mosquée de Mohamed Ali. Nous venions de visiter les mosquées d’Istanbul et nous avions trouvé que celle-ci ne soutenait pas la comparaison avec la mosquée bleue. Avec le recul, nous étions sévères. Cette mosquée est nommée parfois la mosquée d’albâtre. Ce minéral translucide miel aux dessins étranges donne un grand charme à l’édifice et surtout à la galerie entourant la cour. La fontaine des ablutions est très finement ciselée. L’horloge offerte par Louis Philippe, sorte de beffroi turquoise est un bon sujet de photo.

Cette fois ci, nous prenons notre temps pour flâner à l’intérieur de la mosquée, d’aller voir le tombeau de Mohamed Ali, le Minbar, les lustres. Sur les tapis, sagement assis en rond, les touristes écoutent leurs guides.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s