Richard III – d’après Shakespeare mise en scène David Gauchard – l’Unijambiste

CHALLENGE SHAKESPEARE

richard-3.1296064394.jpg

Mise en scène en noir et blanc pour un Richard d’une noirceur absolue.

Mise en scène violente, de bruit et de fureur, pour représenter le Chaos que Richard provoque, le meutre.

Seul Richard occupe le devant de la scène, Richard le contrefait, le manipulateur, tantôt séducteur, tantôt menaçant.

Richard démultiplié, Vincent Mourlon, Arm et Olivier Mellano, 3 personnages incarnent le duc de Gloster : l’acteur qui enjôle et éructe, le guitariste et le rappeur qui scande des paroles maléfiques.

les autres personnages apparaissent en négatif, sur un écran noir, silhouettes blanches, personnages stylisés, détourés.

Le décor est minimaliste : cet écran où sont parfois projetés les textes, les silhouettes et qui s’illuminent de flashs difficilement supportables par le spectateur, un trône (ressemblant à une chaise d’arbitre de tennis), deux podiums occupés par les musiciens. la musique est lançinante. On ne sort pas indemne de cette plongée de cette évocation infernale.

la traduction de Markowitz est hallucinée,d’une puissance qui entre en résonnance avec le rap. D’ailleurs que rappe-t-il? Shakespeare ou des incantations personnelles, on ne sait plus bien.

Mon royaume pour un cheval!

Richard III meurt dans la fureur du combat

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

7 réflexions sur « Richard III – d’après Shakespeare mise en scène David Gauchard – l’Unijambiste »

  1. Shakespeare écrivait « Richard III » pour la Reine Elizabeth I, la petite-fille d’Henry VII, qui a tué Richard dans la bataille. Le résultat — « Richard III » — est équivalent à la lecture d’une biographie de Winston Churchill donné pouvoir par Joseph Goebbels. Pour reconstituer le solde au défi intellectuel posé par « Richard III » je l’ai trouvé nécessaire d’écrire un meilleur pièce dans l’anglais de Shakespeare. Pour vos lecteurs qui peuvent lire l’anglais de Renaissance, le Menu : « Plays » vous présenteront à mon « Dark Sovereign » un meilleur jeu que « Richard III » dans la langue anglaise comme c’était disponible pour Shakespeare.

    Robert Fripp
    (Avec excuses de mon français)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s