Ellis Island – Georges Perec

Ouvert en 1892, le centre d’accueil d’Ellis Island marque la fin d’une émigration quasi sauvage et l’avènement d’une émigration officialisée, institutionnalisée et, pour dire, industrielle. De 1892 à 1924, près de seize millions de personnes passeront par Ellis Island, à raison de cinq ou dix mille par jour. La plupart n’y séjourneront  que quelques heures ; deux à trois pour cent seulement seront refoulés. En somme, Ellis Island ne sera rine d’autre qu’une usine à fabriquer des émigrants en immigrants, une usine à l’américaine, aussi efficace qu’une charcuterie à Chicago : à un  bout de la chaîne, on met un Irlandais, un Juif d’Ukraine ou un  Italien des Pouilles, à l’autre bout – après inspection des yeux, inspection des poches, vaccination, désinfection – il en sort un Américain.

Quelle est donc la blogueuse qui a commis un billet sur ce livre?

Dès que j’ai terminé de le lire, j’ai commenté : IL ME LE FAUT! et je l’ai téléchargé immédiatement.

D’où est venu cette urgence?

A cause du sujet, je suis sensible aux migrations, c’est encore un sujet d’actualité. A cause de Pérec que j’ai lu autrefois et beaucoup aimé, et de Bober. Ils me semblent très proches.

J’ai lu ce court texte (74 pages) d’un souffle, une soirée, sans une pause.

Émotion pure.

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

8 réflexions sur « Ellis Island – Georges Perec »

Répondre à Miriam Panigel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s