Louxor – Giza en train de jour

CARNET ÉGYPTIEN 2019

lever du soleil

Mahmoud a organisé pour nous un petit déjeuner à 6h30 et une grande boîte à gâteaux avec des œufs, des tomates, des concombres et des oranges pour déjeuner dans le train. L’hôtel de Giza a envoyé un whatsapp et me demande de photographier nos billets de train. Facile ! Ahmed Yousseph, le chauffeur est ponctuel.

Le trajet sur la Rive occidentale du Nil jusqu’au pont est très agréable. Nous bavardons gentiment, je lui demande des nouvelles de Karim « Christmas boy » âgé maintenant de 3 jours.

la montgolfière survole la « west bank » et accessoirement notre terrasse.

Un panneau Welcome to the West Bank ! me fait penser aux sites Internet de réservation d’excursions en Montgolfière. La traduction automatique a l’humour involontaire, de traduire « West Bank » par « Cisjordanie ». J’avais lu sur une publicité qu’un vol de 3 ou4 heures allait faire survoler la Cisjordanie. Merveilleux ! Traverser la Mer Rouge, le Sinaï, survoler Israël et revenir, tout cela en 4 heures, à bord d’un avion supersonique pourquoi pas ? En ballon c’était peu vraisemblable !

Louxor – Giza en 1ère classe

Arrivée à la gare vers 8h. Un porteur se propose pour les valises et nous conduit au bout du quai devant l’emplacement où la voiture 1 s’arrêtera. L’horaire du train est flou. Sur le ticket imprimé 8h38, mais tous les cheminots parlent du « train de 9h » en provenance d’Assouan. Il est donc « à l’heure » à 9h. Les premières sont très confortables, fauteuils »avion » de business class, rembourrés, inclinables, repose-pied et beaucoup de place pour les jambes

Nous traversons les champs de canne à sucre, des petits champs d’oignons de choux gigantesques où les hommes travaillent à la binette. Il y a aussi de la luzerne et des bananeraies ?

Le Nil à travers les stores vénitiens

Le train s’arrête tout le temps dans de petites gares que je n’arrive pas à identifier (c’est écrit uniquement en arabe. Quelquefois, il s’agit d’arrêts en pleine campagne. Je note les arrêts, les compte jusqu’à 19 puis me lasse.

Tahta 13h42, sur la carte, Tahta c’est encore bien aau sud.

Assiout 14h50 – je me suis assoupie entre Tahta et Assiout.

El Minia 16h30 El Minia est une très grande ville universitaire

Depuis Assiout, le train  longe un canal ; la lumière est très belle ; les palmiers se reflètent dans l’eau, les jardins sont très verts. En même temps on passe sans transition par des zones très urbanisées. On sort d’une ville pour entrer dans une autre. Immeubles de briques rouges pas terminés (des ferrailles dépassent, pas de crépi) grandes mosquées et églises de ciment.

Comment allons-nous reconnaître Giza dans la nuit ? Le préposé aux valises vient nous chercher – bien trop tôt ! – Devant la porte les valises s’accumulent, le train s’arrêtera-t-il assez longtemps ? Sur le quai : la foule et pas de porteurs. Il faut descendre l’équivalent de deux étages pour le souterrain et les remonter. Un militaire fait le malin et demande les tickets et puis il se moque de Dominique « miskina ! » quel sot personnage ! Il aurait pu donner un coup de main. Heureusement le taxi de l’hôtel nous a attendu malgré le retard du train.

Traversée de Giza  dans la nuit :  autoroutes,  buildings, ville sans grâce aux constructions très hautes et très denses. Le taxi s’engage dans d’étroites ruelles où la voiture doit contourner touktouks et charrettes ?

L’arrivée de nuit à l’hôtel Sunshine Pyramids View est une claque. D’après le descriptif de booking.com nous avions imaginé un hôtel luxueux avec tous les services et le confort. On commence à monter à pieds 4 très hauts étages. Wifi déficiente, pas de lampe de chevet ni de drap du dessus…Un restaurant était annoncé sur le rooftop . 2 tables et des chaises mais pas de cuisine, juste un micro-onde pour réchauffer les plats achetés à l’extérieur. La pizza est livrée avec le carton 10$ la pizza ! Là je proteste ! Pour la moitié du prix, nous avons l’habitude d’avoir un repas complet avec salades, dessert et café. La pizza c’est un snack pas un repas et de toutes les façons le prix du menu annoncé sur internet était 8$.

Giza : son et lumières de la terrasse de l’hôtel Sunshine Pyramids View

En revanche, nous avons le plaisir de contempler les pyramides éclairées et même d’entendre le Sons et Lumières en Espagnol A tour de rôle Chéops, Kephren et Mykerinos s’illuminent, sans oublier le sphinx vert ou bleu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s