En Observant Venise – Mary McCarthy

 

Voyager pour lire – lire pour voyager!

Préparer un  voyage à Venise, c’est l’embarras du choix dans les lectures: guides touristiques, livres d’histoire, de peinture….

canaletto.1277378632.jpg

Mary MC CARTHY – En observant Venise  -Petite Bibliothèque Payot

J’aime me laisser guider par un écrivain qui fera une visite littéraire à son gré sans les contraintes d’un Guide d’une collection spécialisée. Mry Mc Carthy raconte Venise comme une touriste. Elle prend la précaution d’expliquer que la véritable Venise est justement celle qui se met en scène pour les visiteurs »un accordéon de cartes postales ». Elle cite des visiteurs célèbres de Montaigne à Byron, ou George Sand, des britanniques aussi que nous connaissons moins, démontrant que tout a été dit… et pourtant que l’émerveillement reste entier.

Touriste très éclairée, l’auteur situe ses promenades dans le contexte historique. Pas à la manière universitaire comme Crouzet-Pavan mais de manière plus anecdotique. Elle s’attache aux innombrables lions et à leur origine, ou aux colonnes provenant de tout l’empire byzantin…Saint Marc comme une caverne d’Ali Baba, un pillage de l’Orient.

Ecrivain, elle sait animer les personnages, donner chair aux doges, aussi bien aux personnages qu’à la fonction..Le Marchand de Venise, Shylock, est l’occasion d’un curieux parallèle entre la perception des Juifs et des Vénitiens dans l’Europe du 16ème siècle, commerçants, banquiers, les clichés antisémites furent aussi reprochés aux Vénitiens du temps de la grandeur de la Sérénissime. Vénitiens, les inventeurs du ghetto. En Shakespearienne, elle titre le chapitre « une livre de chair » allusion au fit que les Juifs payaient cher la tolérance dont ils furent l’objet dans le ghetto.

Episode dont je n’avais jamais entendu parler : la tentation du protestantisme,  les efforts de prosélytisme d’un ambassadeur anglais Wolton. L’opposition de Venise à l’autorité papale est plus notoire. Occasion de croiser un intéressant personnage : Sarpi.

Jolie visite à Torcello, qui me donne envie d’inclure cette excursion à notre programme (aurons nous l’occasion ?). Enfin  elle nous livre une véritable « histoire de la peinture vénitienne, de Giorgione à Canaletto. Exkiste-t-il une « peinture vénitienne ? ». Là je regrette de ne pas connaître les tableaux qu’elle décrit. Il me faudrait emporter le livre ou le réemprunter au retour.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

8 réflexions sur « En Observant Venise – Mary McCarthy »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s