la légende de la ville d’Ys – Charles Guyot d’après les anciens textes

CHALLENGE BRETON

Seul reproche à ce Castor Flammarion : sa couverture souple, parce qu’à l’intérieur c’est un vrai livre à l’ancienne avec de jolies frises, lettrines  et gravures comme dans mes vieux Contes et Légendes de mon enfance. La préface est tout à fait intéressante – il faut parfois se méfier des préfaces, à ne pas sauter!

Depuis des décennies, je fréquente les environs de la Ville d’Ys dont j’ai forcément entendu parler mais je j’avais jamais lu sa légende. Grâce à la lecture commune avec Claudialucia et Aimelyne je vais combler cette lacune.

 

Ils sont tous là, : le roi Gradlon qui chevauche fièrement au sommet de la cathédrale de Quimper, Corentin – l’évêque de Quimper, Guénolé du monastère de Landevennec, Ronan l’ermite. Je retrouve les figures bretonnes croisées dans mes randonnées. Même les korrigans sont mis à contribution. La localisation de la ville d’Ys, en revanche, restera un mystère : je la croyais au large de la Baie des Trépassés, peut être se trouve-t-elle en baie d’Audierne, ou ailleurs?

Je me laisse charmer par le ton du conteur. Contes d’autrefois un peu moralisateurs.

Gradlon à cheval sur la cathédrale

Si les moines et ermites s’en sortent bien, Gradlon est loin d’être un chevalier sans peur et sans reproche le roi est un sentimental, abattu par la mort de Malgven il se laisse aller. Reportant son amour sur sa fille Dahut il cède à tous ses caprices.

 

 

 

Il faut se méfier des femmes!

les hommes d’église le savent bien : Malgven, un peu sorcière, tue son époux et livre son château. Dahut est encore plus maléfique, rencontre les anciennes divinités, les Sennes et les korrigans. Jalouse des églises elle édifie un château plus magnifique encore. La christianisation de la Bretagne s’est-elle fait sans heurts. Femmes et sorcières confondues? Elle mérite vraiment son châtiment, la pécheresse qui tue ses amants d’une nuit! ….je ne vais quand même pas tout raconter.

fuite de Gradlon via Wikipédia

LECTURE COMMUNE avec Claudialucia et Aimelyne

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

4 réflexions sur « la légende de la ville d’Ys – Charles Guyot d’après les anciens textes »

  1. J’aime beaucoup le ton de ton commentaire et oui les femmes sont mauvaises dans la religion chrétienne et d’ailleurs ont-elles une âme?
    J’ai enfin terminé le mien! mais j’ai galéré , j’avais trop de choses à dire et mal à la tête! Mais enfin ça y est! reste l’autre roman! si tu y arrives pour demain sinon plus tard!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s