Paros : circuit sur la côte SE et l’intérieur de l’île

CYCLADES

Baie de Parikia vue de la montagne. Sauge de Jérusalem au 1er plan
Baie de Parikia vue de la montagne. Sauge de Jérusalem au 1er plan

La météo est orthodoxe !

Le ciel est encore bien gris ce matin. Vers 9h, le plafond nuageux se déchire timidement. Je demande les prévisions à Stratos. Il me répond avec un long dicton grec. Les nuages, pendant la Semaine Sainte rappellent les souffrances du Christ. Samedi, pour Pâques il fera beau (prévisions de la télévision). Ce n’est pas très encourageant pour nous qui restons à Paros jusqu’auVendredi Saint !

Monastère de Christou Dassous

Monastère Christou Dassous
Monastère Christou Dassous

A la sortie de Parikia nous grimpons au Monastère de Christou Dassous. Une énorme église blanche avec deux hautes tours et une grande coupole se dresse derrière une vaste esplanade. Peu enthousiasmées par ce sanctuaire, nous nous intéressons à la flore : plantes bizarres, orchidées bleu-mauves très discrètes et curieuses pontes d’animaux sur les graminées.

cyclades 14mp 037 - Copie

Le monastère est ouvert, calme, blanc, fleuri. Personne ne fait attention à nous. Nous pouvons flâner dans les courettes et les escaliers. Une femme en civil nous aborde, quémande des cigarettes. Pas de chance avec nous qui ne fumons pas. Une autre, pantalon et Nikes sous sa robe de nonne, sans voile est affligée d’une maladie de peau. En haut se trouve l’église – fermée – et le cimetière des moniales. Point de vue magnifique sur l’île voisine d’Antiparos dont les sommets ont couverts de forêts verdoyantes. On distingue les cultures. La petite ville est toute blanche. Un petit bac fait la navette. Le portique soutenant les cloches et les cyprès servent de cadre au croquis. J’aime dessiner dans la paix du monastère.

Antiparos vue du monastère
Antiparos vue du monastère

Derrière un col, nous descendons sur la Vallée des Papillons, vallon planté d’arbres fruitiers et arrosé d’une source où des milliers de papillons viennent se reproduire à la belle saison. En avril  il n’y a pas de papillons comme c’était prévisible mais l’endroit privé est enclos par un grillage, le portail cadenassé.

Une orchidée mais quelle espèce?
Une orchidée mais quelle espèce?

Nous reprenons la route de l’aéroport – vraiment petit –  pas un avion.

Nous cherchons une plage à Pounda où part le bac pour Antiparos. La route serpente dans une campagne très construite de très grande maisons de vacances blanches « cycladiques » à l’architecture un peu baroque, hautes cheminées, arcades, séparation entre les balcons en ciment ondulé. Les architectes ont de l’imagination ! Ces maisons blanches sont mises en valeur par une végétation standardisée de bougainvillées rose fuchsia et de succulentes jaunes couvrant tout le terrain, thuyas et cyprès. Les rares maisons habitées ont de beaux potagers. Les serres sont celles des jardineries. Beaucoup de vignes sont abandonnées. Les champs d’avoine et de blé sont rares, les olivaies,  avec de petits arbres bien taillés sur de petites surfaces. Paros devient- elle essentiellement balnéaire ?

Nous laissons la voiture à l’embarcadère. Un chemin le long de la mer conduit au Paros Kite Surf entouré par de belles villas, un restaurant, un centre équestre. La plage de sable fin est merveilleuse. L’eau est presque tiède. Un timide soleil apparaît. Enfin la plage !

Alyki

Filets à Alyki
Filets à Alyki

Déçues par Naoussa, nous sommes séduites par Alyki. A l’entrée du village, nous pique-niquons devant un mini-port : dans un bassin peu profond sont amarrés 5 ou 6 barques à rames colorées, une tour miniature garde le petit havre caché de la route par une rangée de tamaris. Salade de pommes de terre, thon et poulpe. La plage de sable fin est ombragée de tamaris, à l’arrière il y a des tavernes pour une ombre plus fraîche. De nombreux bateaux de pêche sont amarrés au milieu du port, les petites barques permettent d’y accéder. Les quais  et les pontons de pierre sont colonisés par les tavernes, tables bleu opaline, chaises grises.

Taverne d'Alyki
Taverne d’Alyki

Le restaurant à l’enseigne d’une sirène est très beau avec ses maquettes de bateaux, ses enseignes peintes, le patron barbu et ventripotent en tablier fait très bien dans le décor avec ses deux tables rondes sur une estrade. Il nous envoie en face sur le ponton chez le concurrent. Le garçon accourt, une nappe en papier à la main. Il est déçu, nous ne commandons qu’un café et un verre de vin blanc. Le vin blanc vient du restaurant à la sirène et le café d’à côté. Hors saison, on s’arrange entre voisins !

L’examen du menu  nous fait bien envie. Hier nous avons mangé des gyros aujourd’hui nous avons le pique-nique et voilà que nous découvrons un restaurant à notre goût pratiquant des prix raisonnables.

Alyki: nous nous promettons de revenir déjeuner ici!
Alyki: nous nous promettons de revenir déjeuner ici!

De l’autre côté d’Alyki, une plage de galets et bordée de tamaris jusqu’à une grande taverne très vaste et très chic. Les galets ne sont pas ronds et roulés mais plutôt irréguliers et anguleux, souvent en marbre parfois en schiste. Le marbre est souvent veiné de gris ou blanc pur. Il y a aussi de gros blocs, je rêve de sculpture. Quel plaisir pour l’artiste de travailler avec un tel matériau !

cyclades14dt 063 - Copie

La promenade est malaisée. Après 25 minutes j’arrive à une pointe. Pour le retour j’emprunte un sentier dans les buissons plus doux pour les pieds.

Un peu plus loin à Fagaras, les jolies plages se voient de la route mais elles sont difficilement accessibles. Jamais une flèche « paralia » ! Les pistes sablonneuses y conduisent-elles ou vers une maison ?

De retour à Parikia, courses chez Vidalis en front de mer. Entre Vidalis et la Poste il y  un cimetière antique partiellement inondé/ Deux ou trois sarcophages au décor sculptés se voient derrière le grillage.

Nous dépassons l’Asklipion et les appartements Stratos et descendons une route bien pentue vers la plage Delfini où deux tavernes préparent la saison. Un promontoire s’avance dans la baie. De petits voiliers se succèdent en régate. Peut être les jeunes « Amis de la mer de Thessalonique »  qui logent chez Stratos ?

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « Paros : circuit sur la côte SE et l’intérieur de l’île »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s