Mary Stuart – Schiller – Ivo Van Hove à la MAC

event_291_medium_frTHÉÂTRE

J e ne connaissais pas la pièce de Schiller. je ne savais pas non plus qu’elle serait en néerlandais (surtitrée). Le personnage de Mary Stuart  m’intéresse et c’était donc une surprise totale quand la pièce a commencé.

Mise en scène d’une sobriété confinant à l’ascétisme : sur scène, rien, même pas une table ou une chaise. Une rambarde métallique où les comédiens s’appuient ou s’assoient. un rideau de scène métallique, très fine grille où seront projetées plus tard des images. Les costumes sont à l’avenant : les trois femmes en noir, talons-aiguilles, les hommes en costumes noirs assez mal fichus, j’ai eu du mal à les distinguer les uns des autres. Austérité du cachot de Mary

L’œil étant peu  sollicité, l’attention est donc portée au texte traduit projeté. L’oreille s’habitue au néerlandais que je ne comprends pas mais qui me semble  une passerelle convenable entre l’Allemand – la langue de Schiller- et l’Anglais – parlé par les personnages historique. Les Hollandais prononcent à merveille les Lady ou Sir… 

Pendant les premières scènes j’ai du mal à identifier les personnages masculins et à situer l’action. Mary est prisonnière. Elle sollicite une entrevue à Elisabeth. Cette entrevue est un morceau de bravoure. Chacune défie l’autre, la provoque, devant un  parterre de courtisans dont on ne sait pas à qui va la loyauté. Mary, la séduction. Elisabeth, l’autorité. Toutes les deux femmes de pouvoir. la gestuelle est chorégraphiée. On oublie le texte traduit on suit le langages des corps.

Deuxième partie, on sait que Mary va être exécutée, on se demande si Elisabeth triomphera ou si elle en sortira éclaboussée du sang. Sombres complots qui entraînent Mortimer et Leicester… Les reines sont toujours les vedettes dans des robes élisabéthaines magnifique.

Je sors ravie.  2h45, je n’ai pas vu le temps passer. Il me semble que je rêve en néerlandais.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

5 réflexions sur « Mary Stuart – Schiller – Ivo Van Hove à la MAC »

  1. pour avoir vu ces derniers temps également des spectacles en langue étrangère, ce n’est finalement pas si mal que cela, on découvre d’autres choses…
    Je prends le lien pour le challenge théâtre!

    J'aime

  2. C’est au début un peu déroutant, les yeux font le va-et-vient entre les surtitres et les acteurs- j’ai moi-même assisté à une représentation en espagnol – et ensuite on est vite pris par le jeu des acteurs et le surtitrage n’est plus qu’un détail.
    J’ai aussi assisté à St-Nazaire dernièrement, à la représentation de « L’après-midi d’un faune » selon la choré de Nijinsky, eh bien croyez-moi, bien qu’il fût Russe, cela ne nuit en aucun cas à la danse… mais là je plaisante 😉
    Merci pour cette découverte (pour moi) Miriam !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s