Lyon (6) Musée Lumière

ESCAPADE A LYON

20161022_113558

Les deux jours intenses en visites m’ont un peu fatiguée. Je traîne au lit au lieu de prendre le trampur visiter un nouveau quartier. J’apporte ma valise et les croissants à l’Appart-hôtel.  Pendant que les autres iront au spa (sur la terrasse et sous le soleil, jacuzzi chauffé, le keif ! ) j’ai préféré visiter le Musée Lumière qui est juste de l’autre côté du Cours Albert Thomas. Je m’en serais voulu de ne pas aller en pèlerinage aux sources du cinéma.

villa Lumière
villa Lumière

Sur le vaste terrain où se trouvaient les usines Lumière, la Fondation Lumière est composée du Musée lui-même dans la Villa d’Antoine Lumière, « le château », d’un parc,  avec l’allée des Inventeurs, le Mur des Cinéastes rue du Premier Film et le Hangar du premier film : la sortie d’Usine. La villa offre tout le confort de l’époque (fin 19ème début 20ème avec ascenseur et téléphone, et la décoration Art Nouveau dans les papiers peints aux grandes fleurs, les vitraux, les lustres et les cheminées. Seule la chambre des Lumières est meublée.  Le reste de la maison présente les appareils dont le kinétoscope breveté en 1893 par les Frères Lumières face à l’appareil individuel d’Edison. Toutes les étapes de l’invention des images animées sont visibles. On voit aussi les premiers autochromes : en 1903 Louis Lumière met au point une plaque avec des écrans intégrés de grains de fécule de pomme de terre colorés restituant la photographie couleur d’excellente qualité.

L’histoire des Frères Lumière est racontée. Ingénieurs de génie, ils diversifièrent leurs recherches, surtout à l’occasion de la Grande Guerre notamment dans le domaine de la médecine : radiographie des blessés, mais aussi invention du Tulle Gras, le Tulle Lumière pour soigner les brûlés et même des membres artificiels pour les amputés. On voit une sorte de main-pince.

Au sous-sol, les première images-lumières sont projetées. Au début on filmait surtout des documentaires en France mais aussi dans le monde entier. Une malle arrivée d’une gare traverse sur le toit d’un taxi tout Paris, Le Dey de Tunis et le Tsar de Russie ont eu l’honneur d’être les vedettes de ces images. Un film montrant des enfants annamites squelettiques ramassant les aumônes qu’une dame blanche leur lance est particulièrement typique du colonialisme de l’époque. Rapidement le cinéma a pour vocation de distraire, de faire rire comme  le célèbre arroseur –arrosé. Je serais restée encore bien plus longtemps à regarder ces images d’époque.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « Lyon (6) Musée Lumière »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s