Perpignan : le Palais des rois de Majorque

CARNET CATALAN

Palais des Rois de Majorque

Le bus à 1 €

Le Conseil Départemental des Pyrénées Orientales a organisé un service de « bus à 1€ » dans tout le département. La ligne 340 : Arles-sur-Tech, Amélie-les-Bains, Céret, Le Boulou, Perpignan passe près de la maison. Comme je ne suis pas très sûre des horaires j’arrive beaucoup trop tôt. Il fait un temps magnifique mais le vent est glacial. Je dois emmailloter la tête et mettre la capuche. J’attends 40 minutes dans le froid.

La Gare de Perpignan

10h05, j’arrive à la gare routière de Perpignan, à l’arrière de la gare SNCF :  le Centre du Monde pour Dali. (Le tableau se trouve à Cologne). En 2010, l’auvent de verre a été rénové ; la Gare Historique est un cachée par un auvent orange. Je suis un peu déçue, j’en attendais plus.

L’avenue Charles de Gaulle bordée de très hauts palmiers conduit au centre-ville en une douzaine de minutes. Des plaques multilingues (français, catalan, espagnol) montrent des maisons comme l’hôtel Drancourt, un véritable petit manoir, la Demeure Bardou  propriétaire de  la fabrique du papier  cigarette JOB devenu Le Nil, ainsi que des immeubles art déco.

Place de Catalogneest dominée par l’immeuble très très surchargé des Dames de France occupé par la FNAC et surmonté d’un dôme de verre .

Un fléchage discret mais très bien fait  conduit à l’Office de Tourisme où l’on me donne un plan et quelques conseils.

Derrière la Statue d’Arago, je prends la rue d’Alsace Lorraine et m’enfonce un peu au hasard dans les petites rues de la ville ancienne aux noms charmants. La Rue de la Cloche d’Or, la rue de la Petite Monnaie et la rue du château me conduisent au Palais des Rois de Majorque.

Le Palais de Rois de Majorque

Tour de l’Hommage

De hauts remparts de brique en étoile entoure le Palais. L’entrée est monumentale. On monte un escalier aux marches assez plates en marbre et galets de rivière qui sort d’une voute et tourne. Je serai un peu déçue d’apprendre au cours de la visite qu’aucun roi n’a jamais gravi ces marches qui sont très récentes et datent de la restauration du Palais pour permettre aux visiteurs de monter commodément. J’arrive sur une terrasse agrémentée de statues de Maillol (je crois, rien n’est marqué) avec une vue splendide sur le Canigou et les toits de la ville. De beaux pins et des buissons ornent la terrasse.

Maillol et Vue sur le Canigou

On entre sous la tour blanche (de marbre) : la Tour de l’Hommage pour découvrir une belle cour dallée carrée avec un puits. Une visite guidée a lieu à 11h et à 15h30. Il est 11h05 quand j’arrive. La guide n’est pas partie ; Avec le vent infernal, en cette saison, aucun touriste ne s’est présenté. La guide jeune et fort sympathique revêt bonnet et manteau pour me faire une visite privée deux autres touristes se joignent à nous. Comme il fait vraiment très froid elle nous dispense les commentaires à l’abri. Dans la salle du trône, une sorte de loggia ouverte face à la chapelle, où le Roi de Majorque rendait la justice. Tout d’abord la conférencière nous raconte l’histoire du royaume de Majorque (1276-1344) qui correspond à l’âge d’or catalan de Perpignan. Le développement de l’élevage a permis le tissage et le travail du cuir. Textiles et articles de cuir se vendent jusqu’au foires de Champagne ou s’exportent par mer en Sicile, Sardaigne ou en Orient. Perpignan commerçait par mer. Jacques 1er d’Aragon divisa en deux son royaume pour doter chacun de ses fils, composant un royaume des Baléares et du Roussillon. Jacques II fit de Perpignan sa capitale et y construisit son palais. Ce palais est un Palais-forteresse comme Vincennes, résidence royale. Difficile de choisir entre gothique et roman, des arcs sont arrondis, d‘autres en arc brisés. Le gothique a mis du temps à s’implanter dans le midi.

La cour du palais

Comme il voulait hâter la construction il fit utiliser les galets roulés dont le sol de Perpignan est farci. Seule la tour de l’Hommage et la chapelle sont de marbre. Après la restauration, ces galets sont apparents. Du temps des Rois de Majorque, un enduit les cachait, peint de manière à imiter la pierre. Il en reste des traces. A l’intérieur les murs étaient peints de vives couleurs dont il reste encore quelques traces.

L’architecture du palais traduisait la hiérarchie médiévale. En passant sous la Tour de l’Hommage on se soumettait au roi. En revanche la tour de la chapelle était plus haute, signe que le roi était soumis à Dieu, tous devaient monter les marches pour entre dans la chapelle. Les serviteurs, les visiteurs étaient dans la cour en contrebas.

La grande salle et ses trois cheminées

De la Salle du Trône, nous passons dans l’énorme salle chauffée par trois cheminées, dans deux brûlaient des bûches, celle du milieu contenait seulement des braises. Le Roi était assis à la place d’honneur près de la cheminée, ses invités étaient chauffés par des braseros portatifs.  Le sol a été rénové avec des carreaux rouges et verts.

Entrée de la chapelle, porte mauresque

La Chapelle est inspirée de la Sainte Chapelle de Paris, comme à Paris elle est haute et gothique avec de beaux vitraux et un ciel bleu étoilé. Si on examine les vitraux, on s’aperçoit qu’une fenêtre sur deux est un trompe-l’œil.   La chapelle, vulnérable,  ne devait pas être prise par l’ennemi en cassant un vitrail. Un mur la protège et le vitrail se trouve derrière une meurtrière. Dans la loge royale, subsiste la fresque d’origine, avec une draperie bleue. Une frise multicolore court autour de la loge et le long de toute la pièce. C’est un verset du Coran en écriture coufique. La porte est aussi de travail maure. Les Rois de Majorque, cultivés et tolérants étaient ouverts aux cultures diverses. Commerçants, ils ne pouvaient pas se permettre d’être intolérants avec les Maures qui étaient  leurs partenaires commerciaux Les créneaux du château sont sur le modèle mauresque.

Des Maures, les Rois de Majorque avaient appris la gestion de l’eau. La cour pavée abritait une citerne et on a retrouvé des bassins de décantation. Nous avons vu cette récupération de l’eau à Kairouan.

Les appartements du Roi jouxtaient l’aile où se trouvait l’administration du royaume. Ceux de la Reine étaient de l’autre côté de la chapelle. Une autre chapelle, la chapelle de la Reine, était au niveau inférieur. Elle a gardé plus de peintures et les clés de voute sont encore peintes. Un curieux dispositif est la « piscine » du prêtre qui se lave les mains pendant l’office. Les trompes qui jouent un rôle d’amplification de la voix du prêtre qui servait la messe le dos à l’assistance, ont aussi gardé leur décor peint.

Piscine du prêtre dans la chapelle de la Reine

Le règne des rois de Majorque à Perpignan n’a duré que 70 ans, les rois d’Aragon et de Majorque se sont affrontés et Perpignan est passé sous la couronne aragonaise puis espagnole. Charles Quint a transformé le Palais en forteresse.   La France et l’Espagne se sont affrontés à plusieurs reprises et le Traité des Pyrénées (1659) a mis fin aux affrontements. Vauban a fortifié nombreuses places de la région n’a rien modifié.

Depuis Charles Quint, le palais de Rois de Majorque a conservé son rôle militaire jusqu’à maintenant ; Même après la restauration et l’ouverture au public du palais, les militaires occupent encore la place.

L’occupation militaire du palais ne s’est pas faite sans aménagements ; La salle et la chapelle furent divisées en deux niveaux superposés. On voit encore les trace des corbeaux supportant les planchers ; Des fenêtres surent fermées d’autres ouvertes….Mais elle a permis que les murs  tiennent debout !

Je termine la visite en montant sur la terrasse de la tour d’hommage. La vue porte sur le Canigou, la ville et tout le département ;

Loge de la Mer brique et galets roulés

Je retourne dans la vieille ville par des rues au noms de militaires puis par la Rue de la Poissonnerie et la rue de la Cloche d’or. J’arrive à l’Hôtel de Ville qui est aussi la Loge de la Mer qui me rappelle Valence avec la Lonja de la Soie. Curieusement une main et un bras de bronze sortent des murs de galets.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « Perpignan : le Palais des rois de Majorque »

    1. @Martine : merci pour cette précision. Le commentaires nourrissent le blog. Je ne suis qu’ une touriste et ne prétends ni à l exhaustivité ni à une vérité historique. Je regarde je lis et j essaie de retenir le plus de choses possibles. Les commentaires sont toujours les bienvenus

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s