Les plages du Nord de Milos : Papafraga, Sarakikino, Mandrakia

CARNET DES CYCLADES – MILOS

papafraga
papafraga

Le vent du nord est tombé, nous pourrons explorer avec bonheur les sites exposés au nord

Papafraga

Papafraga est une minuscule plage pittoresque logée entre deux falaises formant un petit bras de mer entre les deux parois rocheuses blanches mais non homogènes, présentant sur la surface comme des boursouflures « comme des choux-fleurs » a commenté une dame. L’eau est extraordinairement bleue, du bleu de la mer profonde, du bleu de l’ombre. Une arche enjambe le canyon.

Papafraga

Un vaste parking est installé mais des cordes interdisent l’accès comme les panneaux « falaise dangereuse ». C’est très attirant mais le chemin étroit taillé dans la falaise fait place à des marches, ou plutôt des creux irréguliers où placer les pieds. Les marches sont hautes, j’aurai du mal à remonter.  D’ailleurs je n’ai pas mon maillot. A quoi bon prendre des risques si je ne me baigne pas ?

La plage entre Papafraga et Pachaina

Tout à côté il y a une autre plage enserrée dans la falaise plus accessible, avec encore une arche et des cavernes. De petits genévriers à la ramure perchée et au troncs tordus ressemblent à des bonsaïs. Là je regrette vraiment de ne pas avoir mon maillot de bain.

Sarakikino

Tufs blancs sculptés par l’érosion de Sarakikino

Du Kapitan Yiangos, nous avions vu les falaises blanches d’où plongeaient de jeunes intrépides. Malgré la blancheur éblouissante, je n’avis pas pris de photos (trop de plongeurs). J’avais aussi décidé que cette plage n’était pas pour moi, la nageuse tranquille du bord des plages.

Par voie de terre, la route est facile :  sur la route de Plaka c’est la première route après l’épingle à cheveux. Le vaste parking surplombe le site. Un chemin blanc traverse un paysage étrange où le tuf blanc est sculpté par les éléments. Des doigts pointent vers le ciel, des surfaces arrondies, des volumes difficiles à caractériser, à photographier aussi sous le soleil de 11h qui laisse peu d’ombres. Le petit canyon est gâché par la présence d’un dauphin rose gonflable, et de matelas pneumatiques qui occupent trop de place dans l’étroit bras de mer. Là où l’eau est peu profonde il y a beaucoup d’enfants. Je m’engage jusqu’à la mer ouverte pour retrouver les falaises qu’on a vues du bateau. La présence d’un gros yacht gris et d’un jet-ski me découragent, un drone bourdonne filmant les exploits d’un plongeur. Cela nuit à la poésie !

Falaises blanche de Serakikino

De la plage un chemin sur les rochers mène à un petit pont. Un italien compte 1-2-3-4-5 pour inciter sa fille préadolescente à sauter. La gamine réticente hésite puis plonge et nage sous le petit pont pour remonter par les rochers.

Le soleil cogne sur le tuf blanc. Certains touristes se rencoignent dans les anfractuosités. Un photographe se protège sous un parapluie noir insolite.

Mandrakia

Mandrakia

Continuant la route de Tripiti, au carrefour suivant une route descend vers Mandrakia. Coup de cœur pour ce petit port de pêche situé dans une anse ronde où sont amarrées des barques de bois multicolores.  Les escaliers blancs et bleus descendent en éventail formant comme les gradins d’un petit théâtre. Une petite église domine le port. Un homme avec un balais chaule le rebord du muret.

La taverne La Medouza a disposé quelques tables sur la placette qui domine un autre port minuscule avec des sirmatas aux portes peintes. En bas le poissonnier (ou le pêcheur) nettoie une caisse de sardines. L’endroit est si joli que nous nous installons pour boire un pot et que nous décidons d’y déjeuner. Il faudra alors s’asseoir un peu plus haut dans la salle (ouverte). Sur la carte il est mentionné que les plats sont traditionnels et que les produits proviennent de l’agriculture biologique et locale. Les prix sont un peu gonflés. On choisit anchois et sardines (les seuls en dessous de 10€) Le reste est très appétissants surtout les poivrons au fromage fondu et le calamar farci qui arrivent sur la table voisine.

Sur le retour une petite visite à Mitrikas, encore des sirmatas et tout près la belle plage de sable de Navagio. Il est 15h, heure de la sieste, le soleil cogne, nous rentrons à Pachaina où je me baigne plus tard dans une eau tranquille sans un souffle de vent.

Il faut déjà penser au départ et surtout à réserver un gîte pour la dernière semaine qui sera au début juillet. Dominique a envie d’explorer Kythnos Mauvaise surprise, les réservations sont difficiles, sur Booking tout est complet, malgré l’aide de Katarina, notre hôtesse nous n’avons rien trouvé.

Nous restons tard dans la soirée sur le balcon de Vesleme, à la lueur des étoiles. Nous garderons un excellent souvenir du studio confortable, de son balcon avec sea-view, de la gentillesse de notre hôtesse. Hier soir, la Maman de Katerina a frappé à notre porte pour nous apporter des tyropites qui n’étaient pas en pâte feuilletée comme ceux des boulangers mais des beignets ronds farcis de fromage, délicieux aériens.

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

5 réflexions sur « Les plages du Nord de Milos : Papafraga, Sarakikino, Mandrakia »

  1. Le contraste entre l’extraordinaire blancheur et le bleu de la mer est d’une beauté dont je ne me lasse pas (moi aussi j’ai cru que tu étais arrivée dans le Pas-de-Calais !)

    J'aime

  2. Quelle beauté, en effet ! j’ai vu ces lieux (Papafraga et les falaises blanches) dans un reportage à la la TV. Ils insistaient surtout sur les ravages que provoquait le tourisme de masse, en particulier sur les tuffs blancs. Comment as-tu fait pour les filmer désert alors qu’il y avait un monde fou dans le documentaire qui montrait aussi les grafitti laissés par les touristes.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s