Visite guidée de Saqqarah, Memphis, Dahchour et dernier jour à Giza

CARNET ÉGYPTIEN 2019

Saqqah : pyramide à degré et complexe de Djoser

Nous terminons notre séjour à Giza par une visite guidée privée organisée par le manager de l’hôtel. Taxi et guide francophone. 90$

A 9h, nos trouvons Zizou, notre guide qui se présente « égyptologue, professeur à la faculté de tourisme ». Le chauffeur est sympathique mais ne comprend que l’arabe.

Dans le taxi qui va à Saqqarah, notre guide nous parle de l’Egypte actuelle : Le Caire, métropole de 25 millions d’habitants. Il habite Dachour et doit parcourir plus de trois heures quotidiennement pour aller travailler et conduire ses enfants à l’école privée américaine. Au risque de nous déplaire, il annonce la couleur politique : il regrette Moubarak. La Révolution de 2011 l’a ruiné. Cela prendra le contre pied de ma lecture d’Alaa El Aswany. Il nous parle de la population rurale, souvent illettrée et traditionaliste. Nous croisons des femmes voilées de noir parfois cachées dans leur niqab. Pour lui, aucun rapport avec la religion : ce serait le mari jaloux qui ne tolérerait pas qu’elles montrent leur visage à d’autres hommes « même les laides » ajoute-t-il.

Sur le bord de la route : les poissons du canal

Nous suivons un canal d’irrigation creusé du temps de Nasser qui va jusqu’à Assiout. Dans cette campagne agréable et encore rurale, des villages misérables voisinent avec de riches villas appartenant à de riches Cairotes qui y passent les week-ends ou les vacances d’été. Il y a aussi des « écoles de tapis » qui ne sont pas des écoles mais des ateliers où des enfants tissent à la main. Nous voyons aussi de modernes universités privées. Les jeunes qui les fréquentent sont plus préoccupés de leur look (coiffures de footballeurs) et des réseaux sociaux, que de leur réussite scolaire, déplore Zizou.

Nous nous arrêtons devant une jeune vendeuse de poisson qui a deux bassines métalliques, dans l’une des perches du Nil (taille de nos dorades) et des poissons chats vivants d’au moins 50 cm de long dans un peu d’eau. Ils ont été pêchés dans le canal à l’aide de filets que les pêcheurs sur de petites barques ont déposés. Plus on s’éloigne du Caire, plus la palmeraie devient touffue. Parfois on voit une tour ronde percée de trous : un pigeonnier. Pour éloigner les serpents les trous circulaires sont bordés de céramique.

Palmeraie : un petit canal

Après la palmeraie, sans transition : le désert et Saqqarah !

Avant de visiter les monuments Zizou fait une introduction. Il met l’accent sur le rôle du Grand Prêtre intermédiaire entre Pharaon et le dieu, également intervenant dans la déclaration de guerres. Le Grand Prêtre fait fonction de 1er ministre. Il est également détenteur de pouvoirs magiques, des secrets de la momification et des hiéroglyphes. Vieillissant, il transmet son savoir à son fils qui lui succédera. Autre personnage important : le scribe qui comptabilise les récoltes, distribue les salaires, copie les décrets royaux ?

Saqqarah Pyramide ruinée

A Saqqarah se trouvent plusieurs pyramides. Celle de Teti(6ème dynastie), celle d’Ounas (2356 av JC) qui contient un texte complet : le Texte des pyramides.

La pyramide de Djoser ou pyramide à degrés est la 1ère pyramide construite. C’est plutôt un empilement de mastabas. En la longeant, on constate les rajouts. Le revêtement de calcaire poli ne concernait que le mastaba inférieur.

Saqqarah :Complexe de Djoser

Le complexe de Djoser comprend un certain nombre de constructions. La Grande Colonnade a été remontée (anastylose). Une allée couverte passait entre 42 colonnes faisant référence aux 42 provinces de l’Egypte, sous un plafond de rouleaux de calcaire fin poli rappelant les troncs qui soutenaient les plafonds. Zizou me fait remarquer le poli et la précision des découpes. Les blocs s’encastraient parfaitement sans ciment. Les colonnes, pour plus de solidité sont reliée au mur par des piliers.

Le temple de la Vallée au pied de la pyramide à degrés est un vaste rectangle bordé de chambres latérales et de la Maison du sud et de la Maison du Nord où le Pharaon changeait de robe et de couronne. Ces deux maisons symbolisaient l’unification de la Basse et de la Haute Egypte, comme les coiffes (rouge pour la terre fertile du delta et blanche pour le désert de Haute Egypte).

Un passage souterrain de 6 km découvert par l’IFAO reliait Saqqarah

à Abousir.

A Saqqarah on peut voir les différents stades d’inhumation au cours de l’Antiquité : l’enfouissement était le plus ancien. Le puits est très profond « attention aux lunettes et aux appareils-photos ! » prévient le guide.

Mastaba d’Idout : offrandes

Plusieurs mastabas se visitent, pour certains il faut payer un supplément (Mererouka). Le mastaba d’Idout  (2360 av.JC) est la tombe d’un vizir. Desbas-reliefs de scènes de la vie quotidiennes sont très finement ciselées dans un calcaire très fin et très lisse. Dans les scènes de pêche on reconnaît les perches du Nil que nous venons de voir ce matin parmi les différents poissons. Des processions et offrandes avec des bœufs. Une scène originale : celle de la justice où les coupables sont punis.

Mastaba d’Idout : offrande d’un boeuf

La grande cour entre la colonnade et la Pyramide est le lieu où se pratiquait la fête du Jubilée : Hebsed où Djoser (et ses successeurs) prouvaient au peuple qu’ils avaient la force de gouverner en combattant un taureau (Zizou affirme que les Egyptiens ont inventé la corrida).

Sur la route de Memphis

Traversant une verte palmeraie, nous atteignons Memphis, l’ancienne capitale des pharaons (3200 av JC) où se trouvaient les palais et les temples, bien ruinés. Rien à visiter pour les touristes : ces édifices étaient destinés à la vie et non à l’éternité comme les pyramides. Les palais n’étaient pas conçus pour durer. A Memphis on vient surtout pour un parc de statues retrouvées dans les environs er surtout le colosse couché de Ramsès II abrité dans un musée. Il est habillé d’un pagne délicatement plissé. Son épée (poignard) est glissée dans une ceinture à motifs en zigzag (représentation de l’eau). De nombreux cartouches sont gravé sur la statue à son nom de naissance et à son nom de couronnement. Genoux, barbe sont aussi parfaitement rendus.

Memphis : sphinx

Dans un jardin bordé de petites boutiques de souvenirs, un sphinx d’albâtre, d’un pharaon non identifié est de belle taille. Plus discrètes les statues de la triade de Ptah, Sekhmet et Nefertoum rappellent que Memphis était la ville de Ptah et qu’il y avait là son temple.

RamsèsII couché

Dahchour est encore plus loin dans la campagne. Nous passons un village admirons les étals des marchands de fruits très colorés.

Dahchour : fruits et légumes

Retour dans le désert, on s’approche des trois pyramides : la rhomboïdale (pyramide ratée, l’architecte a dû rectifier la pente en cours de construction), la rouge et une noire, plus loin qui semble un peu ruinée.

Dahchour : pyramide noire

Les deux premières sont l’œuvre de Snefrou, grand bâtisseur de pyramide puisque celle de Meidoum, lui est aussi attribuée. De Dachour on peut voir la Pyramide à degrés de Djoser et même au loin celles de Giza.

Dahchour : pyramide rouge

La pyramide rouge se visite. Evidemment je ne vais pas louper cette occasion. L’ouverture se situe en haut d’un escalier. Ensuite on descend une rampe en bois équipée de traverse (pour éviter de glisser comme sur un toboggan. Le gardien conseille de se retourner et de regarder plutôt vers la sortie. Si bien qu’on ne sait pas quand on arrive. Le plafond est très bas. Comme je suis petite cela ne me gêne pas trop. Le problème c’est plutôt de se croiser mais il n’y a pas foule. Je rencontre seulement une famille d’américains d’origine égyptienne avec deux enfants qui parlent Anglais. Quand la rampe est finie on n’est pas arrivé : un escalier de bois , un échafaudage plutôt, de deux ou trois étage conduit à une chambre où on arrive en descendant à nouveau. Pour m’occuper pendant la remontée je compte les marches et j’arrive à un total de plus de 600 aller et retour. Du sport ! Comme montées et descentes alternent je ne suis pas essoufflée ! Evidemment je n’ai pas vu grand-chose : cette pyramide n’est pas décorée. Il n’y a même pas de sarcophage. Seulement de beaux chevrons dans les chambres funéraires. Mais c’est plutôt pour l’expérience : j’aurai regretté de quitter l’Egypte sans avoir exploré l’intérieur d’une pyramide !

Zizou habite Dahchour, il nous demande si cela ne nous ennuie pas trop de rentrer seule avec le chauffeur. Bien sûr que non. On ne va pas lui imposer toute cette route et les embouteillages. Il nous quitte donc vers l’heure du déjeuner après nous avoir recommandé le restaurant Abou Shakra à Giza.

Dès notre retour à Giza, et sans monter nos quatre étages nous nous précipitons pour trouver Abou Shakra. Facile à trouver, tous les marchands, caléchiers et hôteliers connaissent : c’est presque en face de la billetterie, tout près de KFC et de PizzaHut. C’est sans doute à cause de ce voisinage que nous l’avons dédaigné hier alors que nous cherchions un restaurant !

Malgré le voisinage des fast-food mondialisés, c’est bien un vrai restaurant avec une belle salle avec vue sur les pyramides et en bas une salle bien décorée avec des photographies anciennes encadrées. La carte offre un grand choix de grillades : poulet, pigeon, agneau. ..Et je trouve ce que je cherche depuis des années : de la molokhia ! j’ai entendu parler de ce plat depuis mon enfance, dans les livres égyptiens et je n’y avais jamais goûté ! La molokhia est servie dans une sorte de cassolette de terre cuite avec deux morceaux d’agneau mijoté et un bol de riz renversé pour faire un petit dôme. Elle ressemble un peu à des épinards ou de l’oseille mais plus liquide et un peu gluant. C’est frais, acide. Renseignement pris, la plante s’appelle de la corette potagère, de la famille des Malvacées . Je viens de trouver la recette et un texte de Robert Solé sur le blog égyptophile

Giza : vol de pigeons au coucher du soleil

Les vacances se terminent. Il me reste encore un peu de temps pour traîner dans le quartier humer le crottin de cheval, voir passer cavaliers et dromadaire puis terminer l’après midi et la soirée sur la terrasse de Sunshine Pyramide View , et de regarder deux éditions du Sons et Lumières bien emmitouflée parce qu’il fait frais le 30 décembre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

4 réflexions sur « Visite guidée de Saqqarah, Memphis, Dahchour et dernier jour à Giza »

  1. C’est assez difficile d’imaginer l’Egypte sous le froid, mais effectivement ça arrive .. encore un voyage bien rempli et plein de découvertes en tout genre. Je n’ai pas toujours quelque chose à dire, mais je lis tous tes billets avec plaisir.

    J'aime

Répondre à aifelle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s