Carbonia et la Grande Miniera di Serbariu

CARNET SARDE

Piazza Roma : architecture fasciste

Carbonia : Piazza Roma : municipio

Au centre de Carbonia la monumentale Piazza Roma : gigantesque et vide correspondant à la volonté de Mussolini de construire la ville nouvelle pour les mineurs. Mussolini visita la ville en 1935 et inaugura en 1938. Un parcours architectural est mis en place dans la ville à grand renfort de tôles découpées qui sont aussi des éléments décoratifs ; il fait partie d’un programme L’Architecture de la Dictature. Les architectes sont Gustavo Pulitzer et Finali ainsi que Cesare Valle et Ignazio Guidi qui furent appelés pour la construction d’Addis Abbeba.  Cette grande place vide est bordée d’un côté par une église San Ponziano dominée par un très haut campanile sombre et rougeâtre. D’un côté : les arcades jaunes du Municipio (Hôtel de Ville) en L à droite, tandis qu’en L à gauche arcades et galeries du Cinéma-Teatro, le club des travailleurs Doppolavoro termine l’ensemble par une tour carrée.

Carbonia : piaeza Roman côté doppo lavoro

Dans l’espace intérieur : le vide et une statue de marbre blanc de Gio Pomodoro : Fragment du vide.

Cette place me fait penser à un tableau de Di Chirico.

Alors que l’architecture est fasciste, les noms des rues sont plutôt de gauche : Gramsci, Matteoti, Ardeatine…

Ici, on prend encore très au sérieux le Covid 19 : devant une pharmacie s’étale une file de gens masqués FFP2, un seul client à l’intérieur. Pendant la visite que je ferai dans la mine tous seront masqués malgré la grosse chaleur.

Grande Miniera di Serbariu

Serbariu : lampisteria

Musée du Carbone, visite de la mine : à 1.6 km de la ville. La visite guidée commence à 11h30, je dispose de ¾ d’heures pour voir le Musée du Carbone installé dans le beau bâtiment très clair de la Lampisteria

Différents thèmes sont abordés. Je me suis plutôt intéressée à l’Histoire de Carbonia qu’à la formation du charbon ou à la structure chimique du charbon et à l’exploitation minière.

serbariu : fresque des mineurs

Bergers et Mineurs : En 1936, le Sulcis est un désert qui compte très peu d’habitants (environ 3000). Le gisement de lignite fut découvert en 1865 et exploité par de petites structures.

La Ressource Carbone : Avec l’autarcie (1934) le gouvernement fasciste s’intéresse à l’ »immense richesse naturelle » du Sulcis. Mussolini visite la région et « Naît l’idée d’une ville ». En 1938, elle compte 17.848 habitants, 15.293 en 1939, 40.000 en 1946 qu’il faudra loger, occuper. En 1964, fermeture de la mine

L’urbanisme de Carbonia ,

La ville de Carbonia apparaît comme un moment historique des années 30 en réaction aux sanctions internationales, le duce construit une ville :

La Cité-machine est formée de maisons alignées selon un ordre militaire. Pour les premiers occupants, on a construit, s’inspirant des cités-jardins, 600 maisons avec terrasse et 1000m2 de jardin. L’urbanisme traduit les notions fascistes d’autarcie et hiérarchie avec le paternalisme. Cet embrigadement se traduit Piazza Roma, les ouvriers se trouvent  embrigadés dans leur vie au travail comme après (doppolavoro), la grande place vide permet les rassemblements fascistes. Pendant la guerre, les mineurs travaillaient 16 h/jour pour contribuer à l’économie de guerre. En 1942 ils se mirent en grève pour demander des conditions de vie plus humaine.

La visite de la mine

Serbariu : Cable des ascenseurs

La visite de la mine dure 1 heure. On équipe les touristes d’un casque de chantier et la visite commence devant le panneau des médailles dans la lampisteria : les médailles et les lampes à carbures (comparées aux cafetières italiennes) servaient pour les contrôles.

Nous sortons vers le chevalet où on nous explique le fonctionnement des ascenseurs pour descendre dans les puits. Il y a eu jusqu’à 11 puits en exploitation, il n’en reste plus que deux. La guide nous explique le système de communication entre les niveaux, par signaux morses et par communication téléphonique. On peut observer les énormes cylindres où s’enroulent les câbles.

Serbariu extraction traditionnelle et tapis roulant

Un plan des galeries nous montre que la ville actuelle est construite au-dessus. On ne descend plus au fond parce que les pompes ne fonctionnent plus. Notre promenade se déroule sur un parcours aménagé. Si on avait voulu vraiment voir de vraies galeries, les enfants auraient été interdits, les objets électroniques aussi. La législation italienne est très stricte. Nous allons voir plusieurs sites correspondant à l’exploitation de la mine à différentes époques : Au temps où les mineurs travaillaient avec des marteaux piqueurs et

Etraction du charbon avec les machines modernes

, dans un chantier moderne où l’excavatrice avance seule, les armatures métalliques remplaçant le boisage. Cette machine énorme arrive démontée et il faut remonter les pièces dans la galerie. On voit les dernières machines (la mine a été fermée en 2018) dont les 2 fraises travaillent en spirale tandis que des vérins montent automatiquement pour soutenir le toit de la mine, bougeant avec l’excavatrice vers l’avant. Nous terminons la visite par une galerie particulière très basse très étroite où on faisait travailler des déportés, opposants politiques, galerie-prison galerie punition.

Tratalias

Santa maria di Monserrato

Tratalias se trouve à une quinzaine de kilomètres de Carbonia, à l’intérieur des terres. Le village de Tratalias a été ravagé dans les années 50 après la construction du barrage de Monte Pranu, l’ancien village a été abandonné et la population relogée plus loin. Il ne reste à Tratalias Vecchia que la Cathédrale Santa Maria di Monserrato (1213) de style roman-pisan et un bourg fantôme avec de jolies maisons colorées très photogéniques, une place avec un puits et un très bel arbre.

Tratalias : jolie place pour un village fantôme

13 heures, il fait très chaud ; Nous cherchons la fraîcheur de la mer à Porto Botte . Un chemin blanc passe entre la mer et l’étang. Des bateaux son amarrés, ceux qui sont sur la mer sont pleins de nasses et de cannisses, ils sautillent dans les vagues sous l’œil attentif d’un cormoran. Nous déjeunons d’une salade pommes de terre-saumon-anchois assises sur des bancs de pierre. Il n’y a pas d’ombre mais le vent procure de la fraîcheur. Un peu plus loin, il y a une plage avec du monde où je vais nager. De retour à Cala Lunga je fais une baignade merveilleuse dans mon petit fjord.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :